Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants

Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 13548
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants   Lun 02 Avr 2018, 10:28

Citation :
Publié le 26 Mars 2018
L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants : le détail qui n’a l’air de rien mais qui pourrait être le révélateur d’un fait politique majeur pour l’Europe


L’extrême droite, au pouvoir dans la coalition du chancelier Sebastian Kurz, a fait annuler l’interdiction de fumer dans les bars et les restaurants. Une décision qui peut paraître absurde... mais qui se comprend si on la voit comme une réaction face à des élites perçues comme arrogantes et liberticides

Atlantico : Les députés autrichiens, notamment sous l'impulsion du FPO, ont pu revenir sur une loi qui devait être votée relative à l'interdiction de fumer dans les bars et les restaurants. Derrière ce qui pourrait apparaître comme un détail, ne faut-il pas voir ici un important fait politique pouvant symboliser une opposition entre élites d'une part, et une population qui a pu avoir la perception d'être infantilisée sur des questions de la vie quotidienne, sur la santé, la sexualité, le poids, ou autres comportements sociaux, au cours de ces dernières années ?

Quel pourrait être le potentiel d'un populisme s'emparant de telles thématiques ?



Christophe Boutin : Il convient de se poser clairement la question de la multiplication de ces lois que certains n’hésitent pas à qualifier de « liberticides », et qui, effectivement, limitent nos libertés, aboutissant à l’État moderne et à son « totalitarisme mou », qui profite non à de véritables élites, qui en payent le prix comme les autres, mais à une technostructure.

Il faut comprendre, d’abord, que les citoyens sont en partie responsables de cette dérive. Prenons-en quelques exemples. Comme l’écrit Stuart Mill, l’usage d’une liberté est aussi un risque dont l’homme doit assumer les conséquences. Marcher, c’est courir le risque de tomber… et savoir ne s’en prendre qu’à soi. Or personne n’entend plus assumer les conséquences de ses choix : on veut bien par exemple boire et fumer, mais ce serait à la société de prendre en charge les soins que demande la santé du fumeur ou du buveur. Et pour limiter cette prise en charge coûteuse l’État impose à tous les mêmes interdictions.

Par ailleurs, quand certains comportements causent une gêne non seulement à l’ordre public mais aussi au seul bien être de nos voisins, l’éducation imposait une auto-limitation. Les règles de politesse, les usages, permettaient d’éviter les frictions, mais leur disparition conduit ici encore l’État à intervenir pour réguler par la norme certains comportements.

Le monde moderne est enfin celui de l’émotionnel, qui gouverne les masses en lieu et place de la raison. Qu’un événement dramatique (ou dramatiquement médiatisé) ait lieu et les citoyens demandent une réponse immédiate à un État qui va ajouter encore de la norme à la norme.

Il faut comprendre ensuite que dans notre société moderne, qui laisse face à face des individus désarmés et un État tout puissant, les minorités agissantes jouent un rôle majeur. Associations, lobbies, tous prétendent imposer à la société tout entière leurs propres normes de comportement. On n’est plus dans le cadre du débat démocratique, laissant tout un chacun libre de confronter les possibles et de faire des choix, mais dans la lutte du Bien contre le Mal, avec sanctions pénales et cours de rééducation pour ceux qui continueraient de se tromper. Mais Rousseau déclarait déjà : « ceux-là on les forcera à être libres ».

Enfin, si l’État fait aussi facilement droit à ces revendications, c’est qu’il y trouve un instrument inégalé pour étendre son pouvoir. Comment ne pas penser ici à Alexis de Tocqueville décrivant dans De la démocratie en Amérique un « pouvoir immense et tutélaire » « absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux », qui ne cherche qu’à « fixer irrévocablement dans l'enfance » les citoyens et, pour cela, couvre la surface de la société « d'un réseau de petites règles compliqués, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour », réduisant « chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger » ?


Vincent Tournier : Cette décision peut paraître absurde, mais elle se comprend si on la voit comme une réaction face à des élites perçues comme arrogantes et liberticides. C’est tout le paradoxe de notre époque : les élites sont très libérales par certains côtés, mais antilibérales par d’autres. Elles vantent par exemple la liberté de circuler ou de travailler partout dans le monde, elles veulent pouvoir placer leurs capitaux où bon leur semble, avoir à leur disposition une offre variée de biens et de services, pouvoir changer facilement de prestataires, mais en même temps, elles développent une éthique de vie qui ressemble à un néo-puritanisme, à un néo-hygiénisme : elles cultivent un mode de vie qui se veut très sain, elles vantent le culte du corps, défendent une alimentation équilibrée, le respect de l’environnement, la fin de la voiture et l’obligation du vélo, etc. Ce néo-hygiénisme est assez autoritaire : il conduit à multiplier les normes, les contraintes, les réglementations ; il ambitionne aussi de formater les comportements et même les pensées. Il entend canaliser le débat, limiter les discours jugés inconvenants, promouvoir la bonne parole. Ce n’est pas un hasard si le gouvernement actuel désire tout à la fois faciliter la consommation de drogues, libéraliser la PMA et la GPA, interdire les « fake news », sanctionner les discours déviationnistes et abaisser la vitesse sur les routes.

Le problème est que beaucoup d’électeurs ne se reconnaissent pas forcément dans ce programme. Plus exactement, une partie de la population subit les restrictions sans voir la couleur des libertés promises. Le citoyen de base voit que l’Etat augmente le prix du tabac ou du pétrole, ou qu’il oblige à rouler moins vite, mais il voit aussi qu’il n’a pas les moyens de se payer des vacances à l’autre bout du monde, d’envoyer ses enfants dans les meilleures universités américaines ou de s’offrir les services une mère-porteuse. Bref, la contrepartie n’est pas au rendez-vous. Or, les restrictions sont acceptables lorsqu’elles s’accompagnent d’avantages, sinon elles paraissent insupportables. D’où les crispations sur certaines mesures, même si leur bien-fondé peut se justifier.
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Lun 02 Avr 2018, 10:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13548
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants   Lun 02 Avr 2018, 10:29

Citation :
---/---
Le populisme a-t-il déjà pu se nourrir de ce qui a pu être perçu comme des tentatives de rééducation des classes populaires ?


Vincent Tournier : C’est une question complexe à plusieurs titres. D’abord, on ne sait jamais exactement ce qu’on met derrière le terme de populisme, terme dont le contenu peut varier selon les époques et les sociétés. En fait, il s’agit souvent d’un label qui sert à disqualifier les gens que l’on n’aime pas. Il y a donc un usage politique, ce qui brouille les pistes. Si on prend par exemple Mai-68, dont on célèbre cette année le cinquantenaire, on pourrait très bien dire qu’il s’agit d’un mouvement populiste puisque il réunit tous les critères habituellement utilisés : la critique des élites, le rejet des institutions parlementaires, l’idéalisation de la démocratie directe, l’appel au peuple perçu comme vertueux.

Il y a donc indéniablement une composante populiste dans ce mouvement, mais cette étiquette est inenvisageable parce que Mai-68 n’est pas désavoué par les élites actuelles, qui y voient au contraire un événement fondateur.

Pour revenir à votre question, il y a certainement dans le populisme une dimension réactive. Le populisme ne naît pas de rien ; il est le produit d’une interaction, d’un antagonisme. Aujourd’hui, les tendances que l’on qualifie de populistes en Europe se nourrissent de leur alter ego, à savoir l’élitisme. Populisme et élitisme sont les deux facettes du même phénomène : on ne peut pas comprendre la poussée du populisme en Europe sans tenir compte de la dimension élitiste de l'Union européenne.

Cela étant, il faut aussi faire attention à ne pas victimiser les mouvements populistes, ce qui revient à les idéaliser. Ils ont aussi leur face sombre. Dans l’histoire, les populismes ne sont pas seulement une réaction face aux élites, ils sont aussi les porteurs d’un projet de rééducation qui a pu prendre des formes terribles et totalitaires. Mai-68 lui-même avait ce côté rééducateur, cette volonté de faire table-rase, qui a pu le rapprocher d’un mouvement totalitaire, comme tout mouvement qui se veut révolutionnaire et désireux de créer un monde idéal.


Christophe Boutin : Même si ce sont effectivement des mouvements populistes qui ont engagé la lutte contre cette dérive, avec l’exemple autrichien que vous avez donné, il ne faudrait pas la résumer à cela. Toute la pensée libérale classique, et nous en avons cité certains représentants éminents, s’oppose à ce lent broyage des libertés individuelles, à cette déresponsabilisation de l’individu. Et l’on connaît la formule de Georges Pompidou, pourtant peu populiste, lâchant selon Jacques Chirac : « Mais arrêtez donc d'emmerder les Français ! Il y a trop de lois, trop de textes, trop de règlements dans ce pays ! On en crève ! Laissez-les vivre un peu et vous verrez que tout ira mieux ! ».

La question est de savoir qui va gagner entre, d’une part, un État et une Union européenne qui, multipliant les « petites règles minutieuses », obligent en fait leurs citoyens à obéir en permanence, et veulent ainsi leur faire oublier jusqu’au souvenir du libre-arbitre, et d’autre part des individus qui ressentent cette pression comme une agression, quand bien même serait-elle présentée comme se faisant pour leur bien.

Un élément qui va jouer dans les années qui viennent est la question du « deux poids deux mesures » de l’appareil répressif d’État. Quand par exemple les citoyens sont plus fortement condamnés pour avoir fait un « doigt d’honneur » à un radar fixe que pour avoir agressé un passant dans la rue, le sentiment d’injustice devient évident. Il peut alors conduire ceux qui le ressentent à se rebeller, au moins dans les urnes, appelant au pouvoir des partis qui se font fort de limiter cette pression normative, de rétablir les libertés et de s’en remettre autant que possible au bon sens de chacun plutôt qu’à la loi.

Les citoyens sont-ils prêts, comme se le demandait Stuart Mill, à assumer les conséquences de leurs choix, à payer le prix de leurs libertés, à en courir le risque au lieu de s’en remettre à la « douce » tutelle de l’État et/ou de l’Union européenne ? Les mouvements qui secouent l’Europe, nés en grande partie du sentiment d’insécurité physique et identitaire de ses populations et de l’incapacité des pouvoirs normatifs à y répondre, semblent le prouver.



Sans nier les apports des lois anti-tabac ou des mesures de prévention routière, la frustration de la population par rapport à des mesures qui ont pu être considérées comme des restrictions de liberté n'ont-elles pas été accentuées par un sentiment d'abandon politique sur les questions essentielles, comme le chômage ou les inégalités, ou encore la sécurité ? "L'inflation normative du quotidien" a-t-elle pu exacerber cette perception d'échec ou de renoncement politique ?


Christophe Boutin : Le décalage est évident entre les « grandes causes nationales » (vitesse sur les routes, tabac, lutte contre telle ou telle maladie), initiatives sans doute louables mais qui conduisent toutes à un envahissement de la sphère privée par un État protéiforme – ce peut être une action directe de l’État central, mais il peut y avoir délégation à des collectivités locales, des établissements publics, voire des associations - et le désengagement de l’État de ses missions régaliennes.

Quelles sont-elles ? L’État a d’abord et avant tout vocation à garantir la sécurité de ses citoyens à l’intérieur de ses frontières – c’est même, selon Hobbes, le principal élément du contrat social. À tort ou à raison, nos concitoyens estiment que cette mission n’est plus remplie. Il doit ensuite assurer la défense extérieure du pays, mais l’état de notre outil de défense laisse planer un doute sur cette capacité, même si l’on limoge les chefs qui s’en plaignent. Il a le droit et même le privilège de battre de monnaie, mais cela a été transféré à une instance supranationale. Reste le seul droit qu’il exerce effectivement, celui de percevoir l’impôt, mais la légitimité de la très lourde pression fiscale que nous connaissons est mise à mal par une inconséquence dans les dépenses que rappelle année après année la Cour des comptes.
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Lun 02 Avr 2018, 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13548
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants   Lun 02 Avr 2018, 10:33

Citation :
---/---
Par ailleurs, cet État qui ne remplit plus - ou mal - ses fonctions régaliennes a transféré nombre de ses compétences à une instance supranationale qui les met en œuvre sans respecter le principe de subsidiarité et participe à l’inflation normative. Une part importante du travail de notre législateur consiste simplement aujourd’hui à traduire en droit interne les décisions d’une Union européenne qui reprend, en les accentuant, les travers interventionnistes des États, sensible comme eux à la pression des lobbies, et persuadée au moins autant qu’eux d’avoir une mission de rééducation et d’agir pour le Bien.

Que reste-t-il à notre gouvernement pour faire semblant d’exister ? À créer, avec la complicité des médias, ces pseudo-débats sur de pseudo-sujets secondaires qui permettront quand même de créer de la norme, au risque d’étouffer un peu plus les citoyens. On comprend que ce hiatus entre attentes et réalisations ne puisse conduire qu’à des tensions.


Vincent Tournier : Rappelons quand même qu’il y a toujours eu une hostilité populaire à l’égard des mesures décidées par les élites, même lorsque ces mesures visent à améliorer la sécurité ou la santé. Ce qui est plus problématique aujourd’hui, c’est le sentiment que cette contestation se durcit et prend une tournure plus politique, en étant relayé par les leaders et des partis. Les défaillances de l’Etat y sont pour quelque chose : lorsque celui-ci donne le sentiment de renoncer à ses missions fondamentales, comme la sécurité ou l’emploi, ou comme la défense du droit de propriété, les autres contraintes qu’il veut imposer sont moins acceptées. En somme, l’électeur renvoie l’Etat dans ses cordes : pourquoi devrais-je accepter des contraintes qui me contrarient alors que des problèmes plus importants ne sont pas réglés ? Pourquoi devrais-je accepter de rouler moins vite alors que des jeunes font du rodéo dans le quartier ? Pourquoi devrais-je trier mes ordures alors que le hall de mon immeuble est quotidiennement occupé et dégradé par des voyous ?

Sur ce plan, force est d’admettre que l’immigration a fortement contribué à créer ce sentiment d’injustice. Beaucoup d’électeurs ont l’impression que les pouvoirs publics sont très exigeants avec les autochtones, mais très conciliantes, voire laxistes, avec les populations issues de l’immigration. Par exemple, on parle beaucoup d’interdire la fessée, mais on parle moins de la lutte contre les mariages forcés ou l’excision. On pourrait dire la même chose du harcèlement sexuel : d’un côté, on est prêt à licencier un animateur pour une mauvaise blague, de l’autre on tolère des pratiques sexistes qui ramènent les femmes plusieurs siècles en arrière. Ce sentiment du « deux poids, deux mesures » peut expliquer l’agacement des électeurs face à des mesures comme l'interdiction du tabagisme dans les lieux publics, alors que ce type de mesure peut se justifier. L’extrême-droite prospère aujourd’hui sur cette culture contestataire qui est une sorte de pied-de-nez à l’establishment. En Autriche, il y avait clairement un petit goût de revanche, ce qui peut être à la fois réjouissant et problématique.


Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment  publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009)  et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017).

Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
http://www.atlantico.fr/decryptage/autriche-reautorise-cigarette-dans-restaurants-detail-qui-air-rien-mais-qui-pourrait-etre-revelateur-fait-politique-majeur-pour-3344547.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16245
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants   Lun 02 Avr 2018, 18:58

A défaut de traiter les dossiers importants qui concernent la population nos dirigeants sont très forts pour résoudre les problèmes qui ne se posent pas... sans oublier de mécontenter les électeurs.

Nous tronches molles européennes s'occupent de la contenance de la chasse d'eau et ne contrôlent pas les frontiéres.

Pompidou disait : arrêtez d'emmerder les Français... visiblement on continue.

Une question se pose : les mécontents vont ils rester calmes encore longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13548
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants   Mar 03 Avr 2018, 05:30

Un essai publié par la Fondation Jaurès en 2011 et intitulé "Le point de rupture - Enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires" fournissait des éléments sur ce qui, à cette époque, nourrissait le vote FN... Pour faire simple les trois causes alimentant ce vote étaient: l'insécurité matérielle (agressions, vols, ...), l'insécurité sociale (perte d'emploi, difficultés financières, ...) et enfin insécurité culturelle (immigration, laïcité, ...)...

Voir: http://www.plateaufontenay.net/t408-andre-gerin-immigration-integration-sans-tabou#10591

L'analyse ci-dessus de Christophe Boutin et Vincent Tournier ajoute, à tord ou à raison, à ces causes une dimension anti-européenne et un rejet des élites...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16245
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants   Mar 03 Avr 2018, 06:47

a.nonymous a écrit:
Un essai publié par la Fondation Jaurès en 2011 et intitulé "Le point de rupture - Enquête sur les ressorts du vote FN en milieux populaires" fournissait des éléments sur ce qui, à cette époque, nourrissait le vote FN... Pour faire simple les trois causes alimentant ce vote étaient: l'insécurité matérielle (agressions, vols, ...), l'insécurité sociale (perte d'emploi, difficultés financières, ...) et enfin insécurité culturelle (immigration, laïcité, ...)...

Voir: http://www.plateaufontenay.net/t408-andre-gerin-immigration-integration-sans-tabou#10591

L'analyse ci-dessus de Christophe Boutin et Vincent Tournier ajoute, à tord ou à raison, à ces causes une dimension anti-européenne et un rejet des élites...

A mon avis l'Europe entre ce qu'elle fait ou ne fait pas et ce qui lui est mis sur le dos avec raison ou pour permettre aux différents états de dégager leurs responsabilités est bien évidement dans le package.

Ce n'est pas la dernière nomination en force à un poste de responsabilité d'un protégé de juncker qui arrange les choses... il se fout même totalement des avis du parlement européen...

Pour ce qu'il en est du rejet des élites, j'entendais ce matin sur une chaine de TV plutot bienveillante pour macron une critique sanglante de sa manière de s'exprimer que ce soit en anglais à tout bout de champ soit en français de manière incompréhensible pour le commun des mortels...
A noter d'ailleurs que lorsque la ministresse des finances française qui a remplacé DSK au FMI voulait faire ses réunion de services elle avait demandé à les faire en anglais... (au ministère français des finances s'entend)
Ensuite on nous pompe l'air avec le pognon à investir à travers le monde pour la défense du français...

Pour ce qui concerne l'anglais soit disant "fluent"  de nos politicards c'est le plus souvent du "globish"

Le globish (mot-valise combinant global, « planétaire », et English, « anglais ») est une version simplifiée de l'anglais n'utilisant que les mots et les expressions les plus communs de cette langue. C'est le jargon utilisé par des locuteurs de diverses autres langues quand ils veulent communiquer en anglais.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13548
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants   Mar 10 Avr 2018, 01:23

Citation :
Le défi hongrois à l’Europe, après la victoire du populiste Viktor Orban

Editorial. L’ampleur de la victoire du parti de Victor Orban au scrutin législatif hongrois de dimanche constitue un avertissement sérieux pour Bruxelles.

LE MONDE | 09.04.2018 à 11h34

Editorial du « Monde ». A un an des prochaines élections européennes, la victoire éclatante de Viktor Orban et de son parti de droite souverainiste, le Fidesz, au scrutin législatif hongrois du dimanche 8 avril est un événement important à double titre : elle sera interprétée comme un solide encouragement pour les partis populistes de l’UE et elle constitue un avertissement sérieux pour Bruxelles.

L’ampleur de la victoire de M. Orban, que souligne une très forte participation électorale, a en effet dépassé ses espérances. Le décompte de 99 % des bulletins de vote accordait lundi matin 48,5 % des suffrages exprimés au parti du premier ministre hongrois, garantissant au Fidesz et à son petit parti allié la majorité des deux tiers au Parlement nécessaire pour modifier la Constitution. A 54 ans, Viktor Orban aborde donc en position de force son troisième mandat consécutif – le quatrième à la tête de la Hongrie – à l’issue d’une campagne essentiellement menée sur le thème du spectre du « grand remplacement » de la population européenne par l’immigration.

M. Orban a toujours été, pour le meilleur et pour le pire, le trublion de l’Europe. A 26 ans, en 1989, jeune militant démocrate qui aspirait à voir son pays rejoindre l’Europe de la liberté, il transgressait la stratégie de modération de l’opposition anticommuniste en réclamant haut et fort le départ des troupes soviétiques de la Hongrie. Son accession au pouvoir, cependant, marqua le début d’une dérive du centre droit vers une droite nationaliste et antiélites.

Après un passage dans l’opposition et le naufrage des ex-communistes reconvertis en socialistes au gouvernement, Viktor Orban, de retour au pouvoir en 2010, a progressivement installé sa marque à Budapest : une politique économique nationaliste, refusant les préceptes de l’austérité, des médias et un pouvoir judiciaire largement sous contrôle, une critique quasi permanente du « joug » de Bruxelles, un rapprochement avec Moscou.

La crise des réfugiés de 2015, qui a vu des centaines de milliers de demandeurs d’asile traverser la Hongrie sur le chemin de l’Allemagne, et la tentative de l’UE d’imposer des quotas de réfugiés par pays lui ont servi de détonateur pour exploiter la peur de l’immigration, du multiethnisme et de l’islam au sein de son électorat : ce thème, obsessionnel dans la campagne de 2018, était absent de ses campagnes précédentes. Assorti d’une offensive contre les ONG en général et celles du milliardaire américain d’origine hongroise George Soros en particulier, ce discours a fait de M. Orban le chef de file de la droite identitaire en Europe. Depuis 2015, il a trouvé un puissant allié dans le parti Droit et justice (PiS) désormais au pouvoir en Pologne.

Le défi pour l’UE, dont les valeurs fondatrices sont ouvertement remises en cause par le pouvoir hongrois, est donc clair. Bruxelles a, jusqu’ici, attaqué Varsovie mais ménagé Budapest, pour deux raisons essentielles : la petite Hongrie (9,8 millions d’habitants) compte moins que l’ambitieuse Pologne (38 millions) et, surtout, le Fidesz de M. Orban est membre du Parti populaire européen (PPE), qui rassemble les formations de centre droit des pays de l’UE, au premier rang desquelles la CDU-CSU d’Angela Merkel et Les Républicains français. Il est grand temps que le PPE condamne expressément le discours xénophobe et la dérive autoritaire de son partenaire hongrois.

Viktor Orban érige Bruxelles en bouc émissaire à Budapest, mais rentre dans le rang lorsqu’il retrouve ses homologues à Bruxelles. Si l’opinion publique hongroise soutient de toute évidence son premier ministre, elle est aussi très largement pro-européenne, consciente des dividendes économiques et de sécurité que lui apporte l’appartenance à l’UE. Puisque Viktor Orban ne veut pas quitter l’Europe, celle-ci doit fermement lui rappeler les conditions politiques de son maintien dans la famille européenne.
https://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2018/04/09/le-defi-hongrois-a-l-europe_5282894_3232.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16245
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants   Mar 10 Avr 2018, 01:48

Et ce n'est pas fini... sous peu élections européennes.. .
Revenir en haut Aller en bas
 
L’Autriche réautorise les cigarettes dans les restaurants
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En Autriche, on nage dans la bière
» Liste des aliments tolérés dans le régime Dukan
» Faire dormir ses enfants dans la même chambre
» mort tragique d'un pompier talantais dans le var
» Vocabulaire dans la Marine (code international des signaux )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: