Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps

Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14697
Date d'inscription : 30/05/2011

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyJeu 05 Avr 2018, 02:58

"Manuel Valls, ---/--- en tant qu’ex-locataire de la place Beauvau, estime, lui, qu’« une fois que l’on accède aux responsabilités, la réalité du flux migratoire s’impose ». « Et dans l’exercice du pouvoir, le réalisme s’impose. Même à la gauche »."



Citation :
Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps

LE MONDE | 04.04.2018 à 11h22 • Mis à jour le 04.04.2018 à 15h39 | Par Bastien Bonnefous, Olivier Faye, Abel Mestre, Astrid de Villaines et Alexandre Lemarié

Septembre 2005. Les Français l’ignorent sans doute à l’époque, mais François Baroin, ce « bébé Chirac » aux lunettes rondes comme une pleine lune, est leur ministre de l’outre-mer. Une interview au Figaro Magazine vient casser ce relatif anonymat. Pour lutter contre l’immigration illégale en outre-mer, assure le ministre, « le droit du sol ne doit plus être un tabou » : il faut envisager sa remise en cause dans ces territoires pour répondre « à des politiques de peuplement non maîtrisées ». « Si l’on ne fait rien maintenant, à terme, ce sera l’explosion sociale », affirme-t-il. Ce qui explose dans l’immédiat, c’est l’indignation de la gauche et des associations antiracistes, lançant une polémique longue de plusieurs semaines autour de ce principe républicain jugé intangible. « Un débat dangereux », s’alarme le Parti socialiste. « Le gouvernement semble vouloir recycler les idées frontistes », tancent les Verts, rejoints par SOS Racisme et le MRAP : « proprement hallucinant », « d’une extrême gravité ».

Mars 2018. Edouard Philippe, premier ministre d’un gouvernement réunissant des personnalités issues de la droite, de la gauche et du centre, se dit prêt à « ouvrir toutes les pistes de travail » pour résoudre la crise à Mayotte, île secouée par un mouvement social contre l’insécurité et l’immigration illégale. Y compris celle conduisant à instaurer l’extraterritorialité de la maternité de Mamoudzou, plus grande ville du département, pour éviter que les enfants nés de femmes en situation irrégulière ne puissent réclamer la nationalité française au titre du droit du sol. En clair : dissuader les candidats à l’exil de franchir le pas. Dix jours plus tôt, le président du parti Les Républicains (LR), Laurent Wauquiez, s’était rendu sur place pour réclamer purement et simplement la remise en cause du droit du sol sur l’île. L’histoire bégaie, pas les polémiques : dans les deux cas, aucune voix ou presque n’a émergé pour s’indigner. Comme si les « tabous » évoqués par François Baroin tombaient avec le temps.

Alors que les discussions sur le projet de loi asile-immigration ont débuté en commission à l’Assemblée nationale, mardi 3 avril, les débats sur la question migratoire, hier brûlants et structurants dans le paysage politique, tendent à s’estomper. L’opinion, sondage après sondage, rejette l’immigration, économique au moins. La droite et l’extrême droite font assaut de promesses de fermeté et multiplient les formules-chocs. Et Emmanuel Macron, lui, prétend répondre à ces pressions. « Si vous n’êtes pas en danger, il faut retourner dans votre pays, a asséné le chef de l’Etat à une Marocaine, en novembre 2017, les yeux dans les yeux et devant les caméras. Je ne peux pas donner des papiers à tous les gens qui n’en ont pas, sinon comment je fais, après, avec les gens qui sont déjà là et qui n’arrivent pas à avoir un travail ? »

Pendant ce temps-là, la gauche, éprouvée par le pouvoir ou tout simplement rétive à l’idée de s’impliquer sur ce terrain, émet un murmure à peine audible. En 1997, un Robert Badinter, alors sénateur PS, pouvait marquer le débat en s’opposant à la loi Debré sur l’immigration d’une formule qui a fait date : « lepénisation des esprits ». Aujourd’hui, un Benoît Hamon peine à se faire entendre quand il dénonce les mesures du ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, comme « les plus liberticides sur l’immigration depuis 1945 ». « Il y a une vraie régression idéologique et culturelle à gauche sur ce sujet », dénonce le fondateur de Génération. s, notamment « d’une partie de la gauche qui a cessé d’avoir confiance en ses solutions pour résoudre le chômage et s’est ralliée à une vision très conservatrice de la politique migratoire ». « On a entendu des ministres de l’intérieur sous François Hollande donner fièrement leurs chiffres des expulsions », s’émeut encore l’ancien ministre de l’éducation nationale.

Comme dans un jeu de miroirs, Manuel Valls, son adversaire au second tour de la primaire du PS, directement visé par ces propos en tant qu’ex-locataire de la place Beauvau, estime, lui, qu’« une fois que l’on accède aux responsabilités, la réalité du flux migratoire s’impose ». « Et dans l’exercice du pouvoir, le réalisme s’impose. Même à la gauche », martèle l’ancien premier ministre. Lors de son seul grand discours sur le sujet en tant que président de la République, en 2014, François Hollande présentait l’immigration comme une « force » et assurait vouloir « rendre aux immigrés la place qu’il leur revient » dans l’histoire de France. Mais, devant les journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme, auteurs du livre Un président ne devrait pas dire ça… (Stock, 2016), le même François Hollande déclarait « qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là ». « Il y a à la fois des choses qui marchent très bien et l’accumulation de bombes potentielles liées à une immigration qui continue, parce que ça continue », ajoutait l’ancien chef de l’Etat. Une analyse crue, bien loin des propos d’estrade destinés à flatter l’identité de gauche.

« La situation a changé depuis 2015 car la crise migratoire a suscité un immense choc en Europe », analyse a posteriori Manuel Valls, qui avait tenu un discours très ferme, en février 2016, en affirmant, lors d’un déplacement en Allemagne, que « l’Europe ne peut accueillir davantage de réfugiés ». Un sentiment de saturation réel ou fantasmé – la France accueillait alors quelques dizaines de milliers de personnes, pendant que l’Allemagne ouvrait ses portes à des centaines de milliers d’autres – qui a motivé Marine Le Pen à pousser très loin son curseur personnel lors de la campagne présidentielle de 2017, réclamant un moratoire sur toute forme d’immigration. Sans susciter de réactions particulières.

Ce glissement du discours s’est manifesté de tous les côtés du spectre politique. Jean-Luc Mélenchon lui-même avait abîmé, en 2016, son image d’homme ouvert à l’immigration en déclarant que le travailleur détaché « vole son pain aux travailleurs qui se trouvent sur place » ou qu’il n’a « jamais été pour la liberté d’installation ». Des propos que le leader de La France insoumise (LFI) a tenté d’effacer par la suite, notamment lors d’un discours à Marseille, pendant la campagne présidentielle, évoquant le « silence de la mort » des migrants en mer Méditerranée.

Certes, il y avait bien eu avant cela, dans les années 1980, les charters du ministre de l’intérieur Charles Pasqua pour expulser les immigrés, ou encore les propos de François Mitterrand sur « le seuil de tolérance » atteint en matière d’immigration. Mais la poussée du Front national dans les urnes a pesé lourd sur le débat ces dernières années. Notamment après l’accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002. « Moi-même ministre de l’immigration, j’ai pu affirmer des choses indicibles dix ans auparavant, relève Brice Hortefeux, qui a occupé ce ministère entre 2007 et 2009, avant de devenir ministre de l’intérieur entre 2009 et 2011. Nos concitoyens n’en peuvent plus du défi migratoire. Ce sujet est devenu structurant et monte d’un cran à chaque élection. » A tel point que, chez LR, de nombreux dirigeants estiment que la question va représenter l’enjeu principal des élections européennes en 2019. Comme lors des scrutins nationaux en Allemagne ou en Italie, qui ont vu, ces derniers mois, percer des mouvements d’extrême droite et populistes. « C’est un mouvement européen. Certains diraient une dérive populiste, d’autres un soulèvement des peuples. Le terrorisme et la montée du communautarisme ont changé la donne », estime Geoffroy Didier, secrétaire général délégué de LR, qui veut alimenter le débat : « A titre personnel, je suis pour une remise en cause du droit du sol sur l’ensemble du territoire français. Devenir français est un honneur. Ce doit être le résultat d’une volonté, pas d’une automaticité. »

La logique de Laurent Wauquiez et de ses partisans revient à assécher le Front national en labourant son terrain. « Tu prends le programme du FN sur l’immigration, si tu ne dis pas que c’est le FN, je pense que les Français sont d’accord », considère d’ailleurs un proche du président de LR. Le même objectif est aujourd’hui poursuivi par l’exécutif. « Si on ne fait pas ça, ce sera le FN qui l’emportera la prochaine fois ! », a lâché Gérard Collomb, en janvier, devant des députés qu’il recevait à son ministère pour défendre son projet de loi asile-immigration. « L’humanisme, c’est de préserver le droit d’asile et de s’assurer de son effectivité. La fermeté, c’est que ceux qui ont été déboutés soient reconduits à la frontière. C’est cette politique d’équilibre que nous menons. Nous avons été élus pour empêcher l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir, il ne faut pas l’oublier », avance Aurore Bergé, porte-parole du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale.

La bataille autour de ce texte devrait permettre à certains d’affirmer des postures plus identitaires et se rappeler au bon souvenir de combats passés. « C’est vrai qu’on nous entend beaucoup sur les questions économiques et sociales et pas assez sur l’immigration », concède Clémentine Autain, députée LFI de Seine-Saint-Denis. Ce débat devrait donc servir de tribune au mouvement pour dénoncer le « manque d’humanité et l’approche technocratique et comptable de l’immigration qu’a le gouvernement ». « Notre programme est très clair sur ces questions. Mélenchon a tenu bon, assure Mme Autain. On peut toujours discuter de l’opportunité d’ouvrir totalement les frontières ou non, mais quand les gens sont là, il faut les accueillir. »

Même au Parti socialiste, où l’on reste marqué par la tentative de François Hollande d’introduire la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux – le seul regret de son quinquennat, a reconnu l’ancien président de la République –, on veut tenter de reprendre des couleurs dans les semaines à venir sur ces questions. « Quand on est à gauche, on ne doit pas lâcher, on a un devoir de vigilance », assure Patrick Kanner, patron des sénateurs socialistes. Cet ancien ministre de M. Hollande jure regretter l’épisode de la déchéance de nationalité, une proposition d’ordinaire portée par la droite ou l’extrême droite. « J’étais solidaire du gouvernement mais on aurait pu s’éviter ça. D’autant qu’on n’a pas porté le débat sur le droit de vote des étrangers aux élections locales, souligne M. Kanner. Comme j’ai eu mauvaise conscience, je vais proposer avec mon groupe dans le cadre de la prochaine réforme constitutionnelle qu’on introduise ce droit de vote des étrangers. » La politique, parfois, c’est aussi une affaire de cas de conscience.
https://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2018/04/04/sur-l-immigration-le-durcissement-du-discours-politique-gagne-tous-les-camps_5280497_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyJeu 05 Avr 2018, 07:04

Attendons la fin de la guignolade, lisons le texte définitif et surtout soyons vigilants sur la manière dont il sëra appliqué...

Pour le moment je vois l'affaire mal engagée entre ceux qui prône le laxisme, ceux qui ont peur d'être trop répressifs et les plus nombreux qui vont voter une loi dont ils n'imaginent pas que devenue une usine à gaz supplémentaire elle soit en raison des contingences du terrain totalement impossible à appliquer... les archers du roi vont s'amuser.

Pas grave nous aurons tout de même des statistiques brillantes démontrant l'efficacité des mesures.
A ce jour je n'ai pas le souvenir d'un ministre de l'intérieur avouant que la politique migratoire est un échec... elle doit donc être excellente.

Je n'ai qu'un souhait : me tromper mais pour le peu que nous sachions rien qu'avec les mineurs dont on va faire venir les parents (plus le reste de la famille peut être)  l'opération portes grandes ouvertes est en marche.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

Gérard

Messages : 4189
Date d'inscription : 08/07/2010

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyJeu 05 Avr 2018, 08:45

Ce qu'ils disent

Inconvénients
Déséquilibre de populations
Dans certains cas, la migration de masse, lorsqu’elle n’est pas contrôlée, peut aboutir à un surpeuplement dans certaines régions, voire à un entassement dans une nation, au détriment des pays d’origine désertés. Elle implique également une utilisation excessive des ressources d’une nation qui peut conduire à une insuffisance des ressources naturelles.

Transfert de maladies
Les immigrants peuvent apporter avec eux des maladies ayant prévalu dans leur pays. Les agents pathogènes peuvent se transmettre d’un pays à l’autre par le biais d’immigrants, conduisant ainsi à la propagation de maladies. Pour réduire ce risque, de nombreux pays adoptent une politique de filtrage des immigrants à leur arrivée dans le pays.

Fardeau financier
Les frais encourus pour la fourniture de ressources telles que les établissements d’éducation et de santé aux immigrés constituent une charge pour la nation qui accueille les immigrants en grand nombre. Certains disent que la croissance économique provoquée par l’immigration est annulée par les dépenses que le pays d’accueil est amené à consentir.

Illégalité et délinquance
Les immigrés peu ou non scolarisés sont généralement soupçonnés de contribuer à l’augmentation du vol, de la violence et autres pratiques illicites. L’immigration illégale qui a émergé dans certaines parties du monde a prouvé être une malédiction pour les économies des nations et leur bien-être social, et met parfois leur sécurité en jeu.

Fuite des cerveaux
Quand un pays perd ses citoyens les mieux instruits et les plus talentueux au profit d’un autre pays, il perd en fait les élites et ressources humaines qui lui permettent de se développer. Ceci est d’autant plus cruel lorsqu’il s’agit d’un pays pauvre.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyJeu 05 Avr 2018, 10:45

La supposée "croissance économique" profitent de manière sélective à certaines industries mais surtout est financée par le pognon que l'on pique à la classe moyenne... qui elle se retrouve en décroissance.

Lorsque l'on importe des chômeurs et que nos diplômés s'installent sous d'autres cieux la situation se complique.

On prendra de l'argent pour financer la supercherie à ceux qui sont partis vivre dans des pays moins rapaces pour les priver de leurs revenus.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14697
Date d'inscription : 30/05/2011

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyJeu 05 Avr 2018, 12:48

Il est indéniable qu'il fut une époque au cours de laquelle polonais, italiens, magrébins, espagnols, portugais, yougoslaves, ...  ont contribué en fournissant une main d’œuvre bon marché à la "croissance économique"... Ils ont largement contribué à ce que chacun ait un toit et roule qui dans sa Renault, qui dans sa Simca, .....

Il se trouve qu'aujourd'hui du fait de la mondialisation, que ce soit au travers des délocalisations ou des travailleurs détachés, ce modèle n'a plus cours.... Il est plus intéressant de faire fabriquer une Renault en Slovénie que de faire venir des slovènes la fabriquer en France....

L'"apport" réel des immigrés nouvellement arrivés à la "croissance économique" se trouve donc largement  remis en question même si parmi ceux-ci il y a quelques "cerveaux" brillants qui eux réussissent généralement à s'intégrer rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyVen 13 Avr 2018, 06:28

Les demandes d’asile ont explosé en France en 2017

MIGRANTS - Les demandes d'asile ont augmenté de 17% et franchi la barre des 100.000 en France l'an dernier. Un niveau "historique", indique l’Office français de protection des réfugiés et apatrides.


"Ce n'est pas un afflux massif", prend soin de préciser Pascal Brice, le directeur général de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), établissement public actuellement placé sous la tutelle du ministère de l'Intérieur. Mais sur l’ensemble de l’année 2017, la France a cependant enregistré plus de 100.000 demandes d’asile, soit une augmentation de 17% par rapport à 2016, pour atteindre un niveau "historique", toujours selon M. Brice.

C’est une surprise : le premier pays d’origine de ces demandeurs d’asile est l’Albanie, pourtant classé parmi les "pays d'origine sûre", avec 7.630 demandes enregistrées (sans compter les mineurs accompagnants). Une hausse de 66% pour ce seul pays, ce qui a conduit l’Ofpra à n’accorder sa protection qu’à 6,5% des demandeurs albanais.

Augmentation des pays d'Afrique de l'Ouest
À la 2e place du classement, on trouve l’Afghanistan, qui a représenté 5.987 demandes (+6%). Viennent ensuite les ressortissants d'Haïti (stable à 4.934 demandes), puis les Soudanais (-24% à 4.486), et les Guinéens, qui ont été 3.780 à solliciter l'asile (+62%).
Une vue plus large du "classement" permet enfin de noter que ce sont les pays d’Afrique de l’Ouest qui ont connu la plus forte augmentation de demandes pour la France, notamment la Côte d’Ivoire, dont le nombre a plus que doublé (3.243), mais aussi la République démocratique du Congo (+15% à 2.941) et l'Algérie (+24% à 2.456).

Toutefois, pour avoir une vision exhaustive des arrivées en France, il faut ajouter à ces chiffres ceux des migrants n'ayant pas encore déposé leur dossier à l'Ofpra. La première étape de la procédure se fait en effet dans les préfectures, qui examinent si les personnes relèvent d'un autre pays européen pour leur demande. Or, le "taux d'accord" (soit les demandeurs devenant réfugiés en France) a, lui, diminué, passant de 38% en 2016 à 36% l'an dernier, dont 27% accordés par l'Ofpra.

----------------------

Parametre à prendre en compte : même déboutés de leur demande de séjour et mis en demeure de regagner leur pays d'origine ces étrangers ne repartent pas .
Ils resteront en qualité de clandestins et survivront seront soignés... aux frais de la communauté.
S'ils sont mineurs ils restent et font venir la famille...

A ajouter au étrangers régularisés et au 100 000 naturalisés annuels depuis 30 ans...

Il va devenir urgent de faire des cures de "vivre ensemble" pour rééduquer les récalcitrants..
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 760
Date d'inscription : 22/12/2014

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyVen 13 Avr 2018, 12:53

On va faire ceci, cela, décider que .....etc.
Que du vent toutes ces déclarations et paroles, c'est l'UE qui décide, point barre, et ses décisions s'imposent aux membres.
Un mineur non accompagné qui devient majeur au cours de la procédure d'asile dans l'UE conserve son droit au regroupement familial, ressort-il d'un arrêt rendu jeudi par la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE). Une telle demande doit toutefois intervenir dans les trois mois à dater du jour où le mineur concerné s'est vu reconnaître la qualité de réfugié.
https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_le-droit-au-regroupement-familial-vaut-pour-un-mineur-devenu-majeur-lors-de-la-procedure?id=9890773
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14697
Date d'inscription : 30/05/2011

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptySam 09 Mar 2019, 15:59

2019

Rappelons que l'Ofpra qui auditionne environ 400 migrants par jour est situé à Val de Fontenay...

Citation :
L’Elysée choisit Julien Boucher pour diriger l’Ofpra

Après plus de deux mois de vacance à la direction de l’office de l’asile, un compromis a été trouvé entre les ministères de l’intérieur et des affaires étrangères.

Par Julia Pascual Publié 09.03.2019 à 14h58, mis à jour à 14h58

Il a fallu plus de deux mois pour trancher. Samedi 9 mars, l’Elysée a finalement communiqué le nom du futur directeur de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Il s’agit du conseiller d’Etat Julien Boucher, actuellement directeur des affaires juridiques du ministère de l’écologie. Son nom revenait depuis plusieurs jours déjà après que d’autres scénarios eurent été esquissés et écartés.

Le projet de nomination doit encore être validé par les commissions des lois de l’Assemblée nationale et du Sénat, ce qui relève plus d’une formalité au terme de laquelle M. Boucher remplacera Pascal Brice. M. Brice, diplomate, avait été nommé à la tête de l’agence de l’asile à la fin de 2012 et avait rempli deux mandats de trois ans. Il était à l’origine candidat à un troisième mandat, mais son profil ne recueillait pas le soutien du ministère de l’intérieur, qui exerce la tutelle administrative de l’Office depuis 2010.

Malgré un bilan positif, dans un contexte de crise majeure, l’indépendance de M. Brice suscitait l’agacement d’une partie de l’administration de la Place Beauvau, face à une demande d’asile croissante en France, alors qu’elle est en baisse à l’échelle de l’Europe. En 2018, plus de 122 000 demandes ont ainsi été déposées, une hausse de 22 % sur un an.

Au ministère de l’intérieur, une partie de la direction générale des étrangers en France (DGEF) considère que la demande d’asile est contournée par des personnes ne relevant pas d’un besoin de protection internationale mais qui viendraient en France trouver des conditions trop « généreuses » d’accueil et d’examen de leur situation. C’est ce qu’on appelle communément la théorie de l’« appel d’air ». La DGEF se fonde ainsi sur le nombre important de demandes d’asile de la part de ressortissants albanais et géorgiens, au second et troisième rang des demandes d’asile en 2018, derrière l’Afghanistan.

Aux yeux de l’administration, la politique française en matière d’asile – fondée sur la mise en œuvre de la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés – alimente, en outre, les mouvements secondaires, en provenance d’Italie, d’Allemagne et d’Espagne, qui font de la France un pays de destination finale pour les migrants. A l’appui de ce raisonnement, le ministère de l’intérieur répète souvent qu’environ un tiers des demandeurs d’asile en France ont déjà été enregistrés dans un autre Etat de l’Union européenne.

A contrario, M. Brice, qui jouait d’une proximité non feinte avec le président de la République, défendait mordicus l’autonomie de son office par rapport à la politique migratoire du gouvernement.

Si l’hypothèse d’un troisième mandat a vite été écartée, le choix du successeur de M. Brice a achoppé sur une lutte de pouvoir entre le ministère de l’intérieur et celui des affaires étrangères. Selon les textes, c’est sur la base d’une proposition conjointe des deux ministères que le président de la République doit faire son choix.

Place Beauvau, des candidats ont été avancés, comme le chevènementiste Didier Leschi, préfet et actuel directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Mais le choix d’un préfet aurait été vu, notamment au sein de l’Ofpra, comme une reprise en main de l’office, au péril de son indépendance. Le Quai d’Orsay préférait pousser pour la nomination d’un diplomate.

En choisissant un conseiller d’Etat, Emmanuel Macron semble opter pour un compromis. « C’est un accord entre Christophe Castaner et Jean-Yves Le Drian sur la base de quelqu’un proposé par le ministère des affaires étrangères », résume Daniel Cohn-Bendit, ancien eurodéputé et proche d’Emmanuel Macron. Il veut y voir un signal positif : « C’est quelqu’un qui est indépendant. L’intérieur n’a pas réussi à imposer son candidat. Maintenant, on verra ce qu’il fait. »

Julia Pascual
https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/03/09/l-elysee-choisit-le-nouveau-directeur-de-l-ofpra_5433820_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 758
Date d'inscription : 08/09/2014

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyVen 19 Juil 2019, 22:05

France de ton malheur tu es cause en partie,
Je t’en ai par mes vers mille fois averti.
Tu es marâtre aux tiens, et mère aux étrangers
Qui se moquent de toi quand tu es en danger,
Car la plus grande part des étrangers obtiennent
Les biens qui à tes fils justement appartiennent.

Pierre de Ronsard

source : https://sites.univ-lyon2.fr/ReseauxpoetesXVI/data/1560%20Les%20uvres%20III%20-%20Livre%20V%20Elegie%20a%20Guillaume%20des%20Autels.pdf
( page3, 155 et suivant )
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptySam 20 Juil 2019, 06:48

Dans ce dossier il y a un élément constant : on cause, on nie, on reconnait, on légifére et au bout du compte le probléme n'est pas résolu...
L'affaire se termine inexorablement pas un vaste mais exceptionnel dossier général de régularisation à fréquences régulières.

Fort logiquement d'ailleurs pourquoi s'inquiéter de ne pas être en règle en France puisque l'on ne risque rien ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14697
Date d'inscription : 30/05/2011

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyDim 06 Oct 2019, 23:04

Citation :
Demandes d’asile : à l’Office français de protection des réfugiés, « on cherche à creuser les récits »

Par Julia Pascual Publié 06.10.2019

« Si vous deviez retourner en Albanie, quels sont les problèmes que vous rencontreriez ? » D’abord, le silence. Puis la jeune fille explique qu’elle n’a pas les mots. Et pleure. Voilà une heure qu’elle répond aux questions d’un agent de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), qui examine sa demande d’asile. Elle a parlé de sa famille, de ses relations avec ses frères et sœurs, de son pays… Elle va maintenant expliquer qu’elle a été violée par son patron, sous la menace d’un couteau. Qu’elle a continué de subir son harcèlement téléphonique et son chantage, même après avoir quitté son travail. « Tu as un mois pour revenir », l’a-t-il sommée. Elle a quitté le pays.

Dans les locaux de la préfecture des Alpes-Maritimes, à Nice, d’ordinaire dévolus aux entretiens de naturalisation, une équipe de l’Ofpra examine des demandes de protection de ressortissants albanais, géorgiens et serbes. Ce genre de mission délocalisée, loin du siège de l’office à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), est fréquent. Cela permet de traiter plus rapidement un afflux de demandes sur un territoire. Celles en provenance de Géorgie et d’Albanie se rangent aujourd’hui au second et troisième rang de la demande d’asile en France, derrière la demande afghane. Ces deux nationalités représentent depuis le début de l’année environ 4 800 demandes chacune (respectivement 6 160 et 5 609, si on y inclut les mineurs). Pourtant, les deux Etats sont dits « sûrs », c’est-à-dire qu’ils veillent au respect de l’Etat de droit, ainsi que des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Cette situation nourrit depuis plusieurs années une suspicion à l’égard du bien-fondé des demandes d’asile. Devant le Conseil de l’Europe, à Strasbourg, mardi 1er octobre, Emmanuel Macron a pointé du doigt des « pays profondément sûrs qui sont, pour certains, en train de vouloir ouvrir des négociations avec l’Union européenne, ou avec lesquels nous avons la liberté de circulation complète [les ressortissants albanais et géorgiens sont exemptés de visas de court séjour dans l’espace Schengen] ». Pour le chef de l’Etat, « la demande d’asile est l’objet, de manière évidente, d’un contournement, si ce n’est un détournement ».

Les autorités tentent d’en diminuer la portée. Depuis la loi asile et immigration de 2018, un ressortissant d’un pays d’origine sûr peut être expulsé dès sa demande rejetée, nonobstant un éventuel appel de la décision. De même, un texte à l’étude au Conseil d’Etat prévoit une diminution de 25 % de leur allocation pour demandeur d’asile dès le rejet en première instance. Le gouvernement réfléchit enfin à réformer la couverture maladie des demandeurs d’asile, alors qu’il considère qu’une partie d’entre eux – et notamment les Géorgiens – viennent en France pour bénéficier de soins médicaux.

Dans les bureaux de la préfecture des Alpes-Maritimes, l’officière de protection Julia n’a pas eu vent des polémiques en cours. Son travail est le même, qu’elle instruise une demande géorgienne, afghane ou bangladaise. En entretien, elle cherche à « établir des faits », « des craintes », « comprendre et analyser la situation de la personne dans son pays d’origine ».

Lorsqu’une famille albanaise prétend être poursuivie par la mafia locale à cause d’un conflit foncier ; qu’un Géorgien dit être persécuté pour avoir refusé de poser une bombe à la frontière entre la Géorgie et le territoire séparatiste d’Ossétie ; qu’un Albanais assure fuir une vendetta ou qu’une Géorgienne déclare échapper aux violences de son ex-mari… « Il n’y a pas de catégorie à part, assure à son tour l’officière de protection Delphine. On cherche à creuser les récits, à savoir ce qui est arrivé à la personne et ce qui fait qu’elle ne peut plus vivre dans son pays. »

Dans son rapport d’activité de 2018, la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) évoquait, à propos de la jeune démocratie géorgienne, une demande très hétérogène, portée à la fois par des opposants politiques pro-occidentaux ou des personnes originaires d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie, deux régions sécessionnistes passées sous contrôle russe en 2008. La demande est aussi liée à des problématiques sociétales (violences domestiques, minorités sexuelles) ou à « des conflits d’ordre privé, parfois adossés à un contexte de criminalité ».

Quant à l’Albanie, la cour mentionne une « dépression économique et sociale » et un phénomène de report des flux migratoires vers la France depuis les crises économiques grecques et italiennes et la diminution drastique des protections accordées par d’autres Etats (comme l’Allemagne). « La principale problématique mise en avant par les requérants albanais demeure la vendetta, les autres demandes relevant de la sphère sociétale », précise le rapport.
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Dim 06 Oct 2019, 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14697
Date d'inscription : 30/05/2011

Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps EmptyDim 06 Oct 2019, 23:05

Citation :
---/---
Ce matin-là, justement, Delphine examine une demande albanaise. Et ses échanges avec le jeune homme qui lui fait face sont laborieux. Il dit avoir quitté son pays car son mariage aurait ravivé un conflit entre sa famille et celle de sa femme. Son beau-frère l’aurait agressé plusieurs fois et le menacerait de mort. Ses propos, traduits par une interprète, laissent parfois apparaître des contradictions sur le déroulé des événements ou sur des détails de vie. « Votre épouse ne m’a pas expliqué la même chose », lui fait remarquer Delphine. Puis, « si vous voulez revenir sur ce que vous venez de m’expliquer, vous pouvez le faire ». L’entretien dure un moment. Pendant ce temps-là, l’officière Julia a attendu sans succès les demandeurs d’asile géorgiens qu’elle avait convoqués. « Sans qu’on sache le quantifier, ce sont des demandeurs qui font notamment valoir des pathologies assez lourdes pour demander des reports d’entretien », explique Julien Boucher, le directeur de l’Ofpra.

En 2018, seulement 6 % des demandes géorgiennes et 17 % des demandes albanaises ont donné lieu à une protection – si l’on additionne les décisions de l’Ofpra et de la CNDA. « Chaque demande doit faire l’objet d’un examen individuel aussi approfondi que nécessaire », souligne Julien Boucher. Mais il ajoute : « D’un point de vue global, qu’une part significative de la demande d’asile soit le fait de ressortissants pour lesquels les taux de protection sont très faibles, ce n’est pas satisfaisant. Cela pèse sur le système d’asile et sur le dispositif d’accueil. »

Mauvais accueil des migrants, augmentation de la demande d’asile (+ 20 % en 2018) et des budgets afférents… A l’approche du débat parlementaire sur l’immigration, le gouvernement n’hésite pas à mettre en cause la trop grande bienveillance française. Dans un document préparatoire diffusé aux députés LRM et MoDem, un tableau souligne les « disparités au sein de l’Union européenne sur le taux d’acceptation des demandes d’asile ». La France y apparaît plus protectrice que l’Allemagne, où les taux de protection des Albanais et Géorgiens n’atteignent pas 1 %. L’argument fonctionne, à en croire ce député de la majorité convaincu qu’« il faut changer les “guidelines” [lignes directrices] de l’Ofpra ».

Le personnel de l’office a toujours été attaché à son indépendance et son statut prévoit qu’il ne reçoive « aucune instruction » dans l’exercice de sa mission. Toutefois, « il y a une pression insidieuse du ministère de l’intérieur », reconnaît une source en interne. « L’Ofpra et la CNDA font leur boulot, il n’y a pas de sujet là-dessus », insiste Pierre Henry, directeur général de l’association France terre d’asile. « Si l’Allemagne a réussi à réduire la demande d’asile albanaise, souligne Jean-Christophe Dumont, économiste à l’Organisation de coopération et de développement économiques, c’est grâce à une approche globale. Ils ont accéléré le traitement des demandes d’asile, lutté contre les réseaux, fait des campagnes de communication dans le pays… Et ils ont aussi ouvert un canal légal d’immigration par le travail. » En 2017, 25 000 Albanais sont ainsi arrivés outre-Rhin.
https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/10/06/demandes-d-asile-a-l-office-francais-de-protection-des-refugies-on-cherche-a-creuser-les-recits_6014426_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty
MessageSujet: Re: Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps   Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur l’immigration, le durcissement du discours politique gagne tous les camps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi les jeunes se détournent de la politique
» Salutation à tous
» LE meilleur jeu-vidéo de tous les temps
» salut as tous et toutes
» Bounjour a tous!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: