Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 1er Mai: casseurs présents et président absent.

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 16097
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: 1er Mai: casseurs présents et président absent.   Mer 02 Mai 2018, 17:03

1er Mai: casseurs présents et président absent, l'autorité de l'Etat mise à mal.
AFP, publié le mercredi 02 mai 2018 à 06h40

La présence, pourtant annoncée, de nombreux casseurs lors du défilé parisien du 1er mai mardi et l'absence du chef de l'Etat, en Australie, mettent à mal l'autorité de l'Etat, pour la presse mercredi.
Dans Le Figaro, Vincent Trémolet de Villers déplore que "l'autorité de l'État, réduite à des communiqués de "ferme condamnation", a été bafouée. Une fois de plus."

"L'exécutif devait sortir gagnant d'un bras de fer avec des syndicats n'ayant pas réussi à donner l'ampleur qu'ils espéraient à la mobilisation sociale", estime Guillaume Tabard toujours dans le Figaro. "C'est désormais sur le terrain de l'autorité et du maintien de l'ordre que le trio Macron-Philippe-Collomb est défié", constate-t-il.

Dans L'Est Républicain, Monique Raux juge également que "la vision de ces 1.200 casseurs vêtus de noir sur le pont d'Austerlitz(...)est un sacré défi à l'Etat républicain que veut incarner Emmanuel Macron."

"Gouverner, c'est prévoir," rappelle Laurent Bodin dans L'Alsace avant d'ajouter que c'est "au ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, de démontrer qu'au-delà de la lutte antiterroriste, les forces de l'ordre ont les moyens d'assurer leurs missions du quotidien."

Patrice Chabanet, du Journal de la Haute-Marne, pense également que "Le gouvernement ne sort pas gagnant", et insiste: "Il est responsable du maintien de l'ordre. Or il y a eu défaillance. Grave."

"Le gouvernement ne devrait pas croire qu'il tirera profit de ces violences", assure Georges Valance dans L'Eclair des Pyrénées, qui prévient que l'opinion "n'oublie pas qu'une des missions prioritaires de tout gouvernement est de maintenir l'ordre."

- Exécutif imperturbable ou impassible ? -
"L'absence du président de la République, pendant une semaine qui s'annonçait animée avec le 1er mai, le mouvement des cheminots, la marche anti-Macron, montre le caractère imperturbable de l'exécutif", note Bernard Stéphan de La Montagne Centre France. "Mais quand la rue est ainsi prise d'assaut, on ne peut pas être imperturbable au point d'être impassible", s'inquiète-t-il.

Le chef de l'Etat est arrivé mardi à Sydney pour une visite de trois jours, avant de se rendre jeudi en Nouvelle-Calédonie.
"Sondé, le président de tous les possibles, sinon de tous les Français s'agace", s'amuse Denis Daumin, de La Nouvelle République du Centre Ouest: "Il est à l'autre bout de la terre, en Australie. Aux antipodes, quoi".
"Quelques heures avant les violences parisiennes, Emmanuel Macron a commis une erreur en traitant par le mépris les critiques sur sa présence en Australie alors que la France traverse une crise sociale", déplore Denis Carreaux dans Nice-Matin en prévenant que "la frontière entre la confiance et l'excès de confiance est parfois ténue."

Pour Eric Marty du Midi Libre, c'est "un coup dur pour le Président, d'abord et justement parce qu'il a choisi d'être à l'étranger en cette journée symbolique en France."

"La période a beau être socialement compliquée, le chef de l'Etat poursuit sa tournée dans le Pacifique", note Cécile Cornudet dans Les Echos.

Dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, Didier Rose voit "un président se voulant aux antipodes des pourfendeurs de réformes, y compris physiquement lorsqu'il va en Australie."

----------------

L'orde des priorités présidentielles n'est pas l'ordre des soucis des manants... heureusement il paye les croquettes de son chien et madame a toujours les plus belles jambes de Paris.

"en même temps" que l'on dévaste la capitale on va nous infliger une leçon de morale venue de l'hémisphère sud avec en prime une réflexion pour dégringoler la France.

Heureusement méluche sauve l'honneur : les casseurs sont des fachos ! doit on rire ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16097
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: 1er Mai: casseurs présents et président absent.   Mer 02 Mai 2018, 20:07

Manifestation du 1er mai à Paris : la note des renseignements qui prédisait les violences

Violences du 1er mai à Paris : Gérard Collomb rejette la polémique sur la gestion policière

Orange avec AFP, publié le mardi 01 mai 2018 à 22h47

La Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris anticipait la présence de "400 à 800" membres de la mouvance radicale, rapporte Le Parisien.

Dégradations, voitures brûlées, jets de projectiles contre les policiers... Les violences de ce mardi 1er mai qui ont eu lieu en marge de la manifestation du 1er mai auraient-elles pu être évitées ? C'est ce qu'affirme Le Parisien.

Le quotidien s'est en effet procuré une note confidentielle de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP), datée du 30 avril.

Elle prévoyait déjà la présence de "400 à 800" membres de la mouvance radicale dans les rangs du défilé parisien.

On peut aussi y lire que possibilité que "1.000 à 1.500 personnes issues des communautés étrangères", c'est-à-dire que des casseurs étrangers fassent le déplacement, était également évoquée.

Un scénario prémonitoire

Face à ces prédictions, la DRPP avait d'ailleurs établi un scénario prémonitoire selon lequel "les manifestants les plus déterminés devraient se positionner en amont du carré de tête". Il était ainsi écrit que ces derniers "pourraient s'en prendre violemment aux forces de l'ordre, dégrader du mobilier urbain et des symboles du capitalisme (agences bancaires et immobilières, concessionnaires automobiles, véhicules de prestige)".

Des actions violentes qui se sont vérifiées ce mardi 1er mai. Les 1.200 Black blocs présents dans le cortège s'en sont effectivement pris à un McDonald's puis à un concessionnaire automobile. Cette note confidentielle risque d'alimenter la polémique sur un manque de préparation du gouvernement.

Le syndicat Unsa police a ainsi déploré dans un communiqué qu'aucune "interpellation en amont" n'ait eu lieu. Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a quant à lui critiqué la gestion par les autorités des débordements et réclamé des explications au préfet de police et au ministre de l'Intérieur. C'est à eux "de prendre les mesures pour que de telles choses ne se passent pas", a-t-il déclaré.

--------------------

Les "radars de la police" n'étaient peut être pas en panne.

Jupiter était aux antipodes et comme tout procède de lui ... on voit le résultat !

Pour dominer ses "collaborateurs" généralement on les prend supposés moins intelligents et moins compétents que soi-même... surtout on met en place des modes de direction non officiels pour les contrôler.

Dommage pour les victimes.
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 325
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: 1er Mai: casseurs présents et président absent.   Jeu 03 Mai 2018, 02:16

Les responsables des forces de l'ordre, poussé par la crainte des réactions de l'opinion publique manipulée par la presse, sont prêt à tout pour éviter la bavure et préfèrent laisser tout casser.
On a oublié que l ' Etat à le monopole de la violence légitime. C 'est donc la violence illégitime qui s 'impose.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16097
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: 1er Mai: casseurs présents et président absent.   Jeu 03 Mai 2018, 04:11

joseph1 a écrit:
Les responsables des forces de l'ordre, poussé par la crainte des réactions de l'opinion publique manipulée par la presse, sont prêt à tout pour éviter la bavure et préfèrent laisser tout casser.
On a oublié que l ' Etat à le monopole de la violence légitime. C 'est donc la violence illégitime qui s 'impose.

Les responsables sur le terrain des forces de l'ordre n'ont rien à voir dans l'affaire. Les policiers ou gendarmes ne font pas une guerre personnelle à leur initiative.
Ils adaptent un dispositif en fonction des règles en vigueur et des décisions des politicards qui eux disposent des infos croisées émanant des différents services.

Lorsque l'on sait qu'à Paris avec le réseau de caméras les autorités peuvent d'un PC opérationnel suivre en temps réel le déroulement des faits il faut être naïf ou stupide pour prétendre qu'une fois de plus "on ne savait pas"

On ne veut pas faire, on laisse faire, on ne savait pas et ensuite on met tout sur le dos des archers du roi qui comme d'habitude n'ont rien fait, rien compris... pourquoi les policiers n'ont pas bougé ? bonne question ! parce que s'ils bougent sans ordre ils se font punir et que l'ordre ne vient pas ou vient trop tard...

Pour finir les pieds propres on trouvera pour sauver la république un commandant de compagnie de CRS ou un officier de gendarmerie à qui on mettra l'affaire sur le dos.

Notre super ministre de l'intérieur l'a dit : la prochaine fois on mettra plus de policiers... il oublie de préciser que cela ne sert à rien si on ne donne pas le feu vert pour l'intervention...

Nous sommes sauvés les casseurs ne sont pas blessés, les assureurs vont banquer, les banques feront des prêts et les contribuables auront des primes d'assurance en hausse.

J'ai remarqué la hauteur de vue du président, l'énergie du premier ministre et la remarquable compétence du ministre de l'intérieur tous exemplaires dans leur rôle respectif.

Qu'en pensent les propriétaires des entreprises saccagées ? c'est une autre affaire.
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 325
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: 1er Mai: casseurs présents et président absent.   Ven 04 Mai 2018, 01:57

La gauche domine toujours la scène française. Personne n'imagine une bande d'extrême-droite créer un tel désordre à Paris sans l'intervention musclée de la police et sans un immense tollé médiatique et politique.

L'extrême-gauche par contre peut le faire sans trop de remous : ce qui est permis d'un côté n'est pas permis de l'autre.
L ' extrême gauche est le faux-nez de la gauche.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16097
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: 1er Mai: casseurs présents et président absent.   Sam 05 Mai 2018, 05:53

Violences du 1er mai : le témoignage édifiant d'un CRS

valeursactuelles.com

Vendredi 4 mai 2018 à 17:421

Immobilisme. Sur RMC, ce vendredi 4 mai, un CRS a témoigné des évènements survenus à Paris le 1er mai et de la violence des casseurs.
Trois jours après le 1er mai, et les violences qui ont émaillé le cortège parisien, un CRS sort du silence. Délégué du syndicat UNSA, Jessy raconte l'intervention des gendarmes et décrit leur « immobilisme » forcé au micro de RMC.

« On ne bougeait pas. On est frustrés »

«Les gens venaient nous voir, venaient à notre rencontre, en nous disant ‘Ils sont en train de tout casser là-bas ! Ils mettent le feu à un Mc Donald’s !’. Et nous, on attend, on est dans l’immobilisme, on ne bougeait pas. On est frustrés. Les hommes sont frustrés. Les ordres d’intervenir sont arrivés 3/4h après. Tant qu’on n’a pas d’instructions, on reste en barrage, et c’est ce que je trouve regrettable et honteux, quoi », estime d'abord le syndicaliste.

Dans un second temps, Jessy expose son point de vue de membre des forces de l'ordre, lui qui a vécu ces violences au plus près. « Tant qu’on n’aura pas résolu le problème de ces groupuscules, de les dissoudre complètement, et surtout qu’il y ait des peines lorsqu’ils sont interpellés, les problèmes continueront », estime-t-il.

---------------------

Le gouvernement a trouvé la solution : mettre plus de flics... et surtout leur interdire d'intervenir.

Comme dans les banlieues. Il faut des moyens ! mais pas d'action.

Surtout pas de vague, pas d'émeute... comme au premier mai. Surtout pas de blessé médiatique.

Revenir en haut Aller en bas
 
1er Mai: casseurs présents et président absent.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Président d'Honneur de notre forum
» Les 30% du président Dusserre et de sa majorité...
» Un village français refuse le portrait du président Sarkozy
» Chabal président?
» Un charentais écrit au Président de la République

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: