Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Écoute-moi bien, petit con de casseur privilégié

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Écoute-moi bien, petit con de casseur privilégié   Jeu 03 Mai 2018, 17:17

Écoute-moi bien, petit con de casseur privilégié
La France, la vraie, te rit au nez

Ecoute petit con, toi qui contestes qui revendiques et qui protestes, qui brailles et qui manifestes, qui défiles dans nos villes et qui nous les casses, de plus en plus souvent et de plus en plus fort, je te connais comme si je t’avais fait. Je te connais comme si j’étais ton père parce que j’en ai l’âge mais surtout parce que moi aussi à vingt ans, j’étais anarchiste. Moi aussi, j’ai aimé la joie de l’émeute, le parfum du gaz et le goût de la bagarre. J’ai aimé ces moments volés à l’ordre urbain monotone, ces chamboule-tout jouissifs quand les bagnoles s’arrêtent et vont rouler ailleurs parce que tel est notre bon plaisir, quand on se moque que le petit bonhomme du feu devienne vert ou rouge pour traverser, parce qu’on traverse tout et partout, quand le petit bonhomme ordinaire qui d’habitude attend son tour n’attend plus, parce que le petit bonhomme c’est nous, par centaines et par milliers, et le feu aussi, et que la rue est à nous.

Rebelle à manger du foin
Moi aussi j’ai eu des plaisirs incendiaires, pour rire, pour voir, pour vivre ces instants précieux comme des extases, comme des orgasmes, quand la liberté est plus qu’une idée, quand elle est une sensation, et parce qu’un soir, une idiote dans mon genre s’est offerte en me glissant sur l’oreiller : « J’aime bien les rebelles ». Moi aussi tu vois, ne te déplaise cet insupportable ton paternel, j’ai été comme toi. Et puis je suis devenu un autre ou bien moi-même et si je ne suis plus dupe de certaines attitudes insurrectionnelles et de certains discours révolutionnaires, je le dois à d’autres. Sans eux, qui sait ce que je serais devenu ? Qui sait sans quelques voix honnêtes et amies, et sans la bienveillance de ce que j’appelais alors et que tu appelles encore l’état policier, je ne serais pas resté rebelle à manger du foin ? Comme XXXX de son prénom XXX. Au risque de me fâcher, on ne m’a pas lâché, on ne m’a pas laissé seul et à la merci des escroqueries et des démagogies, on ne m’a pas abandonné, seul et hypnotisé, au fond d’une impasse idéologique, caressé par Gérard Miller. C’est pourquoi à mon tour, je me sens tenu à un devoir, celui d’être adulte, et investi d’une mission, celle de te mettre en garde, petit con.

Saint Malik te protège
Si tu peux nuire, brûler, détruire et casser en toute impunité ou presque, dans un cadre policier et judiciaire qui te protège plus qu’il ne te dissuade, si tu continues d’agresser des flics, sans que jamais ils ne répliquent vraiment et létalement sauf accident, si tu ressors des gardes à vue avec un titre de gloire et une bonne histoire à raconter sur l’oreiller à une idiote dans ton genre, c’est parce que tu es protégé, privilégié. Tu as un ange gardien qui arrête les balles avant qu’elles ne soient tirées, un saint patron qui empêche toute répression, c’est le patron des casseurs : Il s’appelle Malik Oussékine. Depuis que les forces de l’ordre l’ont laissé, un soir d’émeutes étudiantes, par terre et le nez dans le ruisseau, cardiaque et sur le carreau, Il règne sur les esprits de nos dirigeants. A toute tentation répressive Il oppose un veto, à toute envie de changement, Il impose un statu quo. Voilà pourquoi, manifs après manifs, tu peux jouer au garnement, au gamin turbulent sans risquer de verser une seule goutte de sang, enfin de ton sang. N’oublie pas quand tu salis ces murs que d’autres nettoieront pour nourrir une famille, par des graffitis à la gloire du PCM (parti communiste maoïste), que tu ne vis ni sous Franco, ni sous Mao, ni sous Maduro, et que c’est parce que la démocratie est plus libérale que populaire, et la république bonne fille, que tu ne risques ni le camp, ni les champs, ni les saints sacrements. Connais-tu cette devise CRS ? Des bosses, pas des trous. Autrement dit, on tape, on ne tue pas. Elle est française, penses-y avant d’accuser la société et de la brutaliser, et remercie d’être né ici.

Prends garde au peuple
Si tu peux jouer à la guérilla urbaine comme dans tes jeux vidéo mais dans des décors réels payés par le travail des besogneux que tu méprises, toi qui dans ta version politisée dénonces l’idéologie du travail, toi qui prends chaque mois ton RSA, et subsistes grâce à cette mendicité institutionnelle, en tendant la main pour vivre aux crochets de ceux qui se retroussent les manches, c’est parce que nous autres couillons de payants le voulons bien, même si tu ne le vaux pas. Si tu ne crèves pas de faim dans la rue, c’est par la charité de ceux dont tu brises les vitrines, dont tu brûles les voitures et dont tu finis par casser les couilles. S’il t’arrivait de te laisser griser par tes discours, n’oublie jamais que tu n’es pas le peuple, tu n’es qu’une infime minorité, un groupuscule, une secte. Le peuple, c’est cette masse de gens au bureau, au champ, à l’atelier, à l’usine, au volant d’un camion ou d’un bus et j’en oublie, qui s’échangent le résultat de leurs travails. Ceux-là ne se paient pas de mots, et quand ils t’entendent, ils rigolent. Ils se paient ta fiole, jusqu’au moment où ils te voient casser l’outil ou le fruit de leur labeur, et là ils ne rigolent plus.

Karchër pays de ton enfance
Et voilà où je voulais en venir : prends garde, sois toi aussi mesuré, fais attention de ne pas aller trop loin et de ne pas épuiser la patience de tous ces braves gens contre qui tu pars en guerre avec le courage du cagoulé au milieu des foules. Retiens tes violences, espace-les, fais-toi un peu oublier car les pouvoirs de saint Malik pourraient un jour être épuisés, comme tous ceux qui te regardent, de te voir détruire ce qu’ils contribuent à construire. Las de te voir toujours recommencer à mettre à terre ce qu’elle relèven inlassablement, une France qui se lève tôt pourrait avoir envie de Kärcher, et pourrait mettre au pouvoir une équipe qui tienne ses promesses. Et alors gare à tes fesses car je ne pourrai plus rien pour toi, mon cher petit con.


-------------

Texte prémonitoire ? peut être... les errances de lecture sont parfois intéressantes
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4188
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Écoute-moi bien, petit con de casseur privilégié   Jeu 03 Mai 2018, 18:15

On lit le diagnostic mais on attend le traitement

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Écoute-moi bien, petit con de casseur privilégié   Jeu 03 Mai 2018, 18:40

Gérard a écrit:
On lit le diagnostic mais on attend le traitement

Le traitement commencerait par se donner les moyens de lutter...

Qui se souvient de la cour de sûreté de l'état, de la loi anti casseurs, du code de procédure pénale avant que de réformes en tergiversations on en ait fait un instrument inutilisable ?
Pour évaluer les conséquences sur le terrain des errements des tronches molles il convient d'avoir une réelle culture juridique qui n'est pas celle des politicards qui la déterminent et encore moins celle des journalistes qui l'inspirent.

Lorsque l'on ignore le passé, que l'on fait de la législation médiatique, que ceux qui sont aux manettes sont les copains doctrinaire et surtout pas ceux qui connaissent les dossiers on va dans le mur.

Pour appliquer un traitement il faut avoir la volonté de mettre en place les moyens nécessaires.

Pas grave on se demandera ce que fait la police...

Ne parlons pas de la justice c'est interdit de critiquer ou même de se poser des questions.
Revenir en haut Aller en bas
 
Écoute-moi bien, petit con de casseur privilégié
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit souci chez nounou...
» petit craquage mais bien ciblé !
» Petit plat bien bon fait hier soir à la va-vite
» "Bien communiquer avec son enfant" de Christel Petitcollin
» Un p'tit coup vite fait, bien fait [PV: Jessica StJames feat Yitzhak Anavim]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: