Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Mais quand va-t-on enfin s'insurger contre le racisme anti-blanc ?

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 16633
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Mais quand va-t-on enfin s'insurger contre le racisme anti-blanc ?   Lun 07 Mai 2018, 21:18

Par Gilles-William Goldnadel / Lundi 7 mai 2018 à 10:18 1

Le scandale habite moins dans le fait que les racistes antiblancs, antifrançais, antijuifs organisent à Paris des camps pour les non blancs que dans l'écœurante passivité de la presse et des organisations prétendument antiracistes à l'égard de cette situation.


Depuis à présent des mois, des organisations racistes et antisémites comme le Parti des Indigènes de la République organisent impunément des camps racisés, « décoloniaux », et interdits virtuellement aux blancs. On y exalte la race dès l'instant où elle n'est pas blanche. Des organisations soi-disant progressistes comme l'UNEF tolèrent sans vergogne ces camps de la honte. Dans les facs en grève, les soi-disant étudiants organisent également des ateliers racisés. Cette semaine Rokhaya Diallo et Houria Bouteldja accompagnées d'une belle brochette d'islamistes radicaux appellent à un rassemblement de la même farine à la Bourse du travail de Saint-Denis.

La première, cette semaine s’est plainte sans rire de ce que les sparadraps étaient de couleur blanche ce qui laisse à penser qu'elle pourrait souffrir de quelques problèmes médicaux. La seconde, infiniment plus dangereuse, est bien connue pour appeler les Français des « souchiens » et entretenir soigneusement la haine des juifs. Accessoirement, ce qui est assez remarquable, c'est cette alliance raciale et raciste entre des noirs extrémistes et des arabes islamistes radicaux à l'encontre des blancs occidentaux. Ces islamistes ont en effet réussi l'exploit idéologique de faire oublier que non seulement ils étaient blancs mais encore héritiers d'un esclavagisme des noirs d'Afrique qui perdure encore aujourd'hui. Faut-il que la haine de l'Occident soit sans bornes et que la sottise de ces militants noirs et racistes sans limites. Mais le vrai problème est d'ailleurs. Il réside dans le mutisme complet de tous les politiques, en ce compris de la droite.

Il demeure dans le silence complice de la presse ordinairement donneuse de leçons de fraternité et d'égalité républicaines : le racisme anti -blanc est devenu la zone noire de l’information.

Il s'inscrit dans l'inaction de ces organisations antiracistes de pacotille qui traquent névrotiquement la moindre peccadille lorsqu'il s'agit de mettre sur la sellette les occidentaux mais qui regardent leurs pieds lorsque ceux-ci sont victimes d'un racisme aussi incontestable qu'insupportable. Non seulement ce déni de justice est le symptôme en creux du mal profond dont souffre la société française, mais le pire est que ceux qui osent combattre le racisme anti blanc font l'objet d'un particulier ostracisme.

Il est donc de toute première instance de combattre sans complexe, sans limite et sans concessions ce racisme anti blanc qui mine les fondations de l’état et de la nation française.

La honte doit changer de camp, comme ils disent ...

---------------------------


Où même l'humanisme de pacotille en vogue depuis des dizaines d'années ? au clivage en attendant le pire sous peu
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16633
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Mais quand va-t-on enfin s'insurger contre le racisme anti-blanc ?   Dim 27 Mai 2018, 19:52

Le racisme anti-blanc, ça n’existe pas !

Les associations soi-disant anti-racisme le clament !

Même la justice l’a parfois écrit !

Et pourtant, il s’agit d’un phénomène en pleine expansion, mais pour lequel, les médias « main stream » se montrent discrets, pour ne pas dire suspicieux !

Je voudrais aujourd’hui présenter une association antiraciste (une vraie !), l’OLRA :

Organisation de Lutte contre le Racisme Anti-blanc
Voici comment se présente l’OLRA dont le site internet est accessible ici :

L’association a pour objectif premier de faire reconnaître, en lui donnant une tribune et une visibilité, cette forme de discrimination particulièrement insidieuse qu’est le racisme anti-Blancs. Nous entendons peser sur le débat public afin de sensibiliser l’opinion.

Nous observons que depuis une vingtaine d’années, cette forme de racisme est en pleine expansion dans la société française, mais aussi en Europe et plus largement dans l’Occident.

Pourtant, de manière concomitante, certaines associations antiracistes qui prétendent combattre le racisme continuent de l’exacerber.

L’ «OLRA » n’a pas vocation à s’orienter sur les débats identitaires.

Nous travaillons sur la réalité du quotidien des victimes de racisme. Nous faisons de la prévention d’actes racistes, de la pédagogie. Nous avons un rôle de vigie et de relais; par conséquent, nous nous attachons à identifier et à dénoncer les dérives d’organisations ou d’individus.

Voici quelques sujets d’actualité traités par l’OLRA en ce moment :

Céline Pina : « Quand l’extrême-gauche ressuscite la ségrégation raciale«
Gilles-William Goldnadel : « Mais quand va-t-on enfin s’insurger contre le racisme anti-blanc ? »

OLRA signale Rokhaya Diallo au Procureur de la République pour des propos racistes anti-Blancs

Quand l’université de Nanterre accueille une conférence contre « l’extrême gauche blanche » et « l’impérialisme gay »

Mais le pire racisme anti-blanc est celui provenant des « blancs » eux-mêmes ! Au sein de la gauche, on trouve beaucoup de haine de l’Occident et par extension de l’homme blanc ! Souvenons-nous de la loi de Christiane Taubira qui reconnut l’esclavage perpétré par l’Occident comme crime contre l’humanité en refusant, dans la même loi, d’y inclure la traite des blancs réalisé par les Arabes. « Il ne faut pas, justifiait la sinistre Taubira, faire porter aux « jeunes des quartiers » le poids des actions de leurs ancêtres ! »

Selon la ministre, c’est donc que les jeunes blancs, eux, pouvaient (devaient ?) porter ce lourd fardeau !

Je voudrais terminer cette présentation par un fait divers que j’ai trouvé sur le site L’islam pour les nuls :

Dans la ville d’Utrecht, au Pay-Bas, a débuté le chantier d’une statue colossale pour célébrer la « chute » de l’homme blanc et de l’hégémonie occidentale. J’ai cru à une farce, un énième délire ou encore une publicité, mais non, c’est très sérieux. Ces gens sont des tumeurs !

Quels crimes ont commis les « mâles blancs » pour être à ce point stigmatisés en toute circonstance, jusqu’au plus haut sommet de l’État ? Ces propos rappellent l’ambiance nauséabonde des années 30, sauf qu’aujourd’hui, il semble que le fautif de tout, ce soit le « mâle blanc ».

Par sa réflexion sur le « mâle blanc », Macron acte que les Français (et immigrés d’origines européennes) se sont fait chasser/remplacer des banlieues qu’ils occupaient.
Au moins les choses sont claires, vraies et posées.

Je ne pensais pas entendre un jour le président de la république définir une politique par rapport au «mâle blanc» C’est l’instauration d’un racisme et d’un sexisme d’Etat qui étaient jusqu’à présent étrangers à la France. C’est affligeant.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4188
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Mais quand va-t-on enfin s'insurger contre le racisme anti-blanc ?   Dim 27 Mai 2018, 20:16

Débat entre deux mâles blancs...propos pour le moins maladroits et très incovenants
On écrit la version au féminin et c'est la levée des boucliers.
Peu de voix se sont exprimées sur le classement vertical et injurieux du plan que Borloo avait rédigé à la demande du président.
Y-a-t-encore des UDI à Fontenay ou ont ils disparu comme le PS, le PC, les Verts, le FN, le Modem et d'autres...?

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16633
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Mais quand va-t-on enfin s'insurger contre le racisme anti-blanc ?   Dim 26 Aoû 2018, 04:25

Le racisme anti-blanc est non seulement toléré, il est recommandé
Par Gilles-William Goldnadel / Lundi 13 août 2018 à 10:358

Le racisme anti-blanc est un racisme à part. Celui qui l'évoque est d'ores et déjà considéré avec  grande méfiance. Pour un peu, ce serait lui le raciste de supposer que les non-blancs pourraient l'être. Autre raisonnement pervers : les non-blancs ne peuvent pas être racistes puisque précisément ce sont eux qui sont les victimes du racisme blanc. Enfin, dernier raisonnement un peu gauchon : il ne peut y avoir de racisme anti-blanc puisque le pouvoir est blanc. Au-delà de ces arguties, nous savons bien que le racisme anti-blanc existe. Aussi sûrement que la terre tourne autour du soleil, et tant pis pour les grands inquisiteurs de ces temps que l'on prétend moderne.
Et non seulement il existe, non seulement il progresse avec les camps racisés, interdits aux blancs, organisés par les Indigènes indigents et acceptés par l’UNEF, mais encore il est considéré avec faveur dans les milieux progressistes. C'est ainsi, on s'en souvient, que notre président de la République actuel, incarnant le nouveau monde, avait trouvé novateur de dire, à propos du plan pour les banlieues, qu’un mâle blanc nommé Macron avait été mal inspiré de commander à un autre mâle blanc nommé Borloo un rapport sur la banlieue. Pour autant que les mots aient encore une signification cela veut dire en clair, et au-delà de la première déclaration officielle de racialisation de la politique d’état, qu'un blanc n'est plus tout à fait légitime pour administrer les banlieues.
Un président ne devrait pas dire ça. Mais Il est vrai que son prédécesseur avait confié à la lueur des chandelles à deux journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, qu'il existait un risque de partition du territoire en raison de l'immigration irrésistible et insupportable aux Français.
Avant le président Macron, la présidente de France télévisions, Delphine Ernotte, avait cru pouvoir déclarer sans apparemment attenter impunément aux règles sur la discrimination à raison des origines, du sexe et de la couleur de peau, qu’il y avait trop de mâles blancs de plus de 50 ans à la télévision et que cela allait changer. Les esprits progressistes antiracistes n'avaient aucunement sourcillé.
Très récemment, sa ministre de tutelle chargée de la culture, Françoise Nyssen, lors de la présentation assez diaphane de son programme pour l'audiovisuel public avait chaussé fièrement ses patins anti-blancs. Pour faire bonne mesure, la ministre ajoutait que la France était réactionnaire, raison pourquoi il fallait que l'audiovisuel public soit progressiste. Ni les antiracistes diplômés, ni les défenseurs à gauche des libertés publiques et de la démocratie ne trouvèrent rien à en dire.
Il n’y eut pratiquement que l’auteur de ces lignes pour annoncer l’action en justice que les organisations prétendument antiracistes professionnelles, qui voient le racisme partout sauf là où il se trouve, n’avaient évidemment pas envisagée.
Bien entendu, il n'échappe à personne que l'obsession du racialisme et le racisme anti-blanc exacerbé proviennent de l'autre côté de l'Atlantique. Si besoin était, la démonstration vient une nouvelle fois de nous l'être administrée par le journal américain incarnant le plus emblématiquement le libéralisme progressiste et l'antiracisme militant. Le lecteur aura évidemment reconnu le New York Times. Mais celui-ci vient d’enrichir la chronique du racisme d'une manière qu’il aura peut-être sous-estimée dans son contentement de lui-même. Le quotidien de la côte est a cru devoir en effet engager, en ce mois d'août 2018, mademoiselle Sarah Jeong. Américaine née en 1988 en Corée du Sud, il s'agit d’une journaliste spécialisée en droit des technologies de l'information.
Elle a déjà commis un livre sur le harcèlement en ligne qui s'intitule : the Internet of garbage. pourtant et en dépit de ce titre éloquent, la demoiselle n'aura pas été très ménagère de ses propres déjections.
C'est ainsi qu'une immense polémique à son sujet s'est engagée dès son embauche en raison de la découverte de tweets racistes qu'elle a commis de 2013 à 2014. Qu'on juge de la délicatesse de ces cyber-messages :
« Les blancs marquent Internet avec leurs opinions comme des chiens qui pissent sur les bouches d'incendie » ;
« C'est dingue la joie que je ressens d’être cruelle envers les vieux hommes blancs» ;
« Je viens de réaliser pourquoi je ne supporte pas de regarder Breaking Bad ou BattleStar Galactica. Les principes de base sont que les blancs sont misérables » ;
« Est-ce que les blancs sont prédisposés génétiquement à être brûlés plus vite au soleil ? Ainsi il est logique qu'ils ne peuvent qu’être aptes à vivre sous terre tels des lutins malveillants » ;
Et enfin, plus sobrement : « Les hommes blancs sont de la merde ».
Mademoiselle Jeong est également la créatrice de l’expéditif hashtag CancelWhitePeople, autrement dit  Supprimez Les Blancs. Pour se défendre, la demoiselle a utilisé une variante de la martingale Mehdi Meklat : il ne s'agirait que d'une réaction d'imitation au cyber-harcèlement raciste dont elle serait la victime. Manque de chance, même le site de gauche Slate contredit cette pauvre explication de la pire mauvaise foi en constatant que « ses sorties contre les blancs surviennent dans des tweets isolés et non en réponse, et sur tout un tas de sujets ».
Mais le plus farce, c'est que l’antiraciste New York Times refuse de virer l'adorable Jeong et que Slate l'approuve. Pourtant, six mois auparavant, le Times avait annulé la venue de la blanche Quinn Norton pour cause de tweets homophobes. S'il était nécessaire encore d'avoir à établir que le racisme anti-blanc ne gêne pas les antiracistes progressistes, Symone Sanders, secrétaire de presse noire de Bernie Sanders durant la campagne présidentielle de 2016, sur le plateau de CNN en 2018 défendait tranquillement la journaliste d’origine coréenne en affirmant doctement « le racisme ne peut exister que s’il a le pouvoir, et par conséquent le racisme anti blanc ne peut exister ».
Pour montrer à quel point le double standard est désormais inscrit non seulement dans les esprits mais dans les algorithmes, la blogueuse noire conservatrice, républicaine et taquine Candace Owens s'est amusée à piéger Twitter : elle a publié les mêmes tweets que Jeong mais en remplaçant le mot blancs… par juifs. Son compte a été temporairement supprimé…
Bref, pour ceux qui nous gouvernent et nous informent pour encore quelque temps, le racisme anti-blanc est le plus noble et le plus intelligent de tous les antiracismes.
La plaisanterie obscène, jusqu'à quand ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16633
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Mais quand va-t-on enfin s'insurger contre le racisme anti-blanc ?   Dim 26 Aoû 2018, 04:27

Londres : un café accusé de racisme en raison d’un drapeau britannique
/ Jeudi 16 août 2018 à 16:2218


Scandale. Les gérantes d’un petit restaurant ont été harcelées parce qu’ils déposaient des drapeaux britanniques sur leur nourriture.


Le petit café de Hornchurch, à l’est du grand Londres, est au cœur d’une vive polémique. Comme l’ont révélé le Daily Mail et le Daily Star, les deux gérantes de l’établissement ont été harcelées sur les réseaux sociaux pour présenter leurs plats décorés d’un drapeau britannique. « Deux ans après l’ouverture de notre petit café, nous avons rencontré la désapprobation de quelques clients », explique Candy Merrett. Accusées de racisme, Carol Brown et sa fille Candy Merrett ont dû faire face à plusieurs plaintes sur les réseaux sociaux principalement de la part de personnes qui n’avaient d’ailleurs jamais mis les pieds dans le café.

« Nous célébrons notre pays »
Selon les précisions apportées par Le Figaro ce 16 août, les deux femmes indiquent que certains individus sont venus spécialement dans leur café uniquement pour pouvoir jeter les petits drapeaux par terre. « Nous sommes un petit café londonien, nous sommes britanniques, anglais et londoniens. Nous n’avons pas honte de mettre de petits drapeaux sur notre nourriture. Ce n’est pas pour susciter un sentiment autre que la fierté britannique. Nous ne nous arrêterons pas, nous sommes patriotes, pas pathétiques. Nous célébrons notre pays », insiste Candy Merrett dans des propos rapportés par Le Figaro. Malgré leur détermination, les deux gérantes auraient finalement décidé de fermer définitivement leur café à la fin du mois.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16633
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Mais quand va-t-on enfin s'insurger contre le racisme anti-blanc ?   Dim 26 Aoû 2018, 04:31

Gironde: Un maire demande à un de ses habitants de retirer son drapeau de la France Libre

POLEMIQUE Pour l'élu, cet affichage est ostentatoire, l'administré estime au contraire qu'il a tout à fait le droit d'arborer ce drapeau français à croix de Lorraine à sa fenêtre...

A Sainte-Terre, petite commune de 2.000 habitants en Gironde, un véritable bras de fer s’est engagé entre le maire, socialiste, de la commune, et un habitant qui ne souhaite pas décrocher le drapeau de la France Libre qu’il a installé à sa fenêtre.
Selon Le Figaro qui rapporte cette affaire, le maire Guy Marty estime que cet affichage est ostentatoire au sein d’une commune « qui se veut paisible », et que « plusieurs personnes de la commune et des communes environnantes » sont « interpellées » de voir ce drapeau « à longueur d’année ». Il a donc prié son administré de « faire le nécessaire. »

« Ce drapeau est ostentatoire de quoi ? »
L’habitant, de son côté, explique s’être exécuté dans un premier temps, puis être allé voir les gendarmes pour savoir s’il avait le droit ou pas d’accrocher ce drapeau français à croix de Lorraine. Et ces derniers n’ont rien trouvé à redire. Alors « je l’ai remis » poursuit-il.

----------------------

et en même temps dans certaines mairie lors de mariage des individus veulent décrocher les drapeaux français pour les remplacer par celui de leur nationalité de coeur...
Revenir en haut Aller en bas
 
Mais quand va-t-on enfin s'insurger contre le racisme anti-blanc ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gastro par ici... mais quand est-ce que ça va s'arrêter ?
» Mais à quand je vais m'arrêter... de perdre mes cheveux !
» Mais, quand seras-tu un "véritable postier" ?
» Le préfet demande le « retrait immédiat ».
» Les dents poussent, oui mais comment?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: