Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 la démocratie vue par un technocrate allemand !

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 17244
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: la démocratie vue par un technocrate allemand !   Mer 30 Mai 2018, 03:10

Un commissaire européen : “Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter”
Par Auteur valeursactuelles.com / Mardi 29 mai 2018 à 14:27 19

Déni de démocratie. Le technocrate allemand Günther Oettinger ne craint pas d’afficher son mépris pour les électeurs italiens qui ont porté les populistes au Parlement.

« Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter. » La phrase a été prononcée par le commissaire européen au Budget et aux Ressources humaines, l’Allemand Günther Oettinger, au cours d’une interview, qui sera diffusée ce mardi soir sur la chaîne allemande DW, a révélé dans un tweet, supprimé depuis, son journaliste Bernd Thomas Riegert.

-------------

Lorsque l'arrogance le dispute à la connerie tout est possible, la preuve administrée de main de maitre par un commissaire européen allemand.

Soyons étonnés lorsque les électeurs se détournent de l'institution que ce politicard représente et surtout dirige si mal.


--------------------------------

Les propos du commissaire allemand, membre de la conservatrice CDU, n’ont pas en tout cas laissé insensible le leader de la Ligue, Matteo Salvini. « INCROYABLE. A Bruxelles, ils sont sans vergogne », a-t-il réagi sur Twitter. « Si ce n'est pas une menace... Je n'ai pas peur, #lesItaliensdabord ! »


----------------------------

pour le climat apaisé c'est loupé encore un effort et ils vont réussir à faire éclater l'institution !

-------------------------------

C'est à cause de ce genre d'individu que je suis très réservé sur l'Europe. Un tel mépris des électeurs révèle l'étendue de l'imposture.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17244
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la démocratie vue par un technocrate allemand !   Mer 30 Mai 2018, 17:31

Donald Tusk, président du Conseil européen, a lui corrigé le technocrate et lancé un « appel à toutes les institutions de l’Union européenne » sur le réseau social. « S’il vous plaît, respectez les électeurs. Nous sommes là pour les servir, pas pour leur faire la leçon », a taclé l’ancien Premier ministre polonais.

-------------

et oui l'imbécile allemand ayant fait parler de lui il convient de recoller les morceaux... il sait de quoi il parle le sieur tusk, les gens de son pays (la Pologne) le vomissent
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17244
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la démocratie vue par un technocrate allemand !   Mer 30 Mai 2018, 18:28

Alerte à l’italienne : cette erreur historique majeure que les Européens "raisonnables" sont en train de commettre

Le dernier épisode de la crise politique italienne offre un exemple des blocages qui affectent désormais la plupart des scènes politiques nationales en Europe.
Publié le 29 Mai 2018

Tandis que les derniers événements politiques italiens semblent produire leurs premiers effets au travers d'une polarisation de l'électorat, notamment sur la question de l'appartenance - ou non - à la zone euro, ne peut-on pas voir justement ce phénomène comme le risque majeur actuel ? Dans une interview donnée au Figaro, un "proche du chef de l'Etat" (Emmanuel Macron) -  avançait l'idée "Dans quatre ans Ruffin sera neuf" laissant ici transparaître une forme de choix concernant l'opposant". Dans quelle mesure peut-on voir ici -ou non - une volonté délibérée, en Europe de repousser toute opposition, aussi raisonnable soit-elle, vers les candidats populistes ou extrémistes ?

Remi Bourgeot : Le dernier épisode de la crise politique italienne offre un exemple des blocages qui affectent désormais la plupart des scènes politiques nationales en Europe.

Suite de cet article intéressant, bien documenté et fort long http://www.atlantico.fr/decryptage/alerte-italienne-erreur-historique-majeure-que-europeens-sont-en-train-commettre-christophe-bouillaud-remi-bourgeaot-3406975.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3958
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: la démocratie vue par un technocrate allemand !   Mer 30 Mai 2018, 20:09

(lu dans le Monde) :
Le journaliste de la Deutsche Welle a essayé de rattraper l’énorme gaffe dans l’après-midi, expliquant que les propos de Günther Oettinger avaient été déformés et précisant que la citation exacte était en réalité :

« Je suis inquiet et je m’attends à ce que dans les semaines à venir les développements pour l’économie de l’Italie pourraient être si drastiques que cela pourrait être un signal possible aux électeurs de ne pas choisir des populistes de gauche et de droite. »

La citation est certes moins percutante mais, sur le fond, elle véhicule le même message : les marchés auront raison des populistes.
https://lemonde.fr/europe/article/2018/05/29/la-gaffe-du-commissaire-allemand-gunther-oettinger-qui-enflamme-l-italie_5306622_3214.html

Le résumé/tweet percutant (du journaliste !) étant : « Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter. » (cité plus haut)
L'humour germanique est assez raide ; mais sur le fond, le message aux Italiens est : ne comptez pas sur l'argent des autres européens pour payer (vos dettes et dépenses) à votre place
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17244
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la démocratie vue par un technocrate allemand !   Mer 30 Mai 2018, 22:14

A mon sens la citation se résume à :

L'avis des électeurs on s'en fout les guignols européens non élus mais autocooptés font ce que bon leur semble...

Variante : Les lois européennes on s'en fout on fait comme la teutonne décide.

Pour les récalcitrants on prend des mesures.

J'ai dans la musette quelques faits précis qui corroborent mes affirmations voire mes constatations.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17244
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la démocratie vue par un technocrate allemand !   Jeu 31 Mai 2018, 07:29

l’Europe contre les peuples (épisode 3)
Quand le peuple a tort, il faut lui faire entendre raison
parHenri Temple - 28 mai 2018


L’Irlande et la France l’ont appris lors des référendums européens de 2005 et 2008: quand le peuple a tort, il faut lui faire entendre raison. En Italie, le chef du gouvernement désigné, Giuseppe Conte, a renoncé à devenir président du Conseil après que le président de la République, Sergio Mattarella, a refusé la nomination d’un ministre des Finances eurosceptique.

Sergio Mattarella, président de la quatrième économie européenne, a donc pris la lourde responsabilité de bloquer le processus démocratique en Italie. Il s’est, en effet, opposé à la désignation de certains ministres proposés par le président du Conseil, Giuseppe Conte, mandaté par Luigi Di Maio (M5S) et Matteo Salvini (Ligue du Nord), larges vainqueurs du dernier scrutin législatif. Giuseppe Conte voulait notamment nommer aux Finances l’eurosceptique Paolo Savona.

Le peuple italien sera « européen » ou ne sera pas
La presse en général, française en particulier, diffuse massivement la fausseté selon laquelle ce président serait dans son droit en garantissant le respect des traités européens et l’euro. Or les pouvoirs du président de la République sont strictement délimités par les articles 87 et 92 de la constitution italienne. « Il représente l’unité nationale (…) ratifie les traités internationaux après, s’il y a lieu, l’autorisation des Chambres (ratifica i trattati internazionali, previa, quando occorra, l’autorizzazione delle Camere). Il a le commandement des Forces armées, préside le Conseil suprême de défense constitué suivant la loi, déclare l’état de guerre décidé par les Chambres », précise l’article 87. Quand l’article 92 déclare : « Le président de la République nomme le président du Conseil des ministres et, sur proposition de ce dernier, les ministres (Il Presidente della Repubblica nomina il Presidente del Consiglio dei ministri e, su proposta di questo, i ministri) ».

Or, ce dimanche soir, le chef du gouvernement désigné par la coalition représentant plus des deux tiers des Italiens, Giuseppe Conte, a renoncé à ses fonctions en raison du refus juridiquement injustifié de Sergio Mattarella de nommer le gouvernement choisi par les vainqueurs de l’élection. On voit bien que le maintien dans l’euro et dans l’Europe est l’impératif sous-jacent. Il y aura donc probablement de nouvelles élections et entre-temps, pendant 3 ou 4 mois, un gouvernement transitoire désigné par Sergio Mattarella, et sans doute présidé par Carlo Cottarelli, un apparatchik du Fonds monétaire international (FMI), convoqué dès lundi par Mattarella, ce qui en dit long sur les puissances effectives qui se substituent désormais aux démocraties en Europe.

« Il est inutile d’aller voter… »
Comment le peuple italien va-t-il réagir, ainsi frustré de son choix démocratique ? Le système européen, euro compris, est à bout de souffle et discrédité, et ceux qui en tirent des profits personnels, ainsi que le système financier mondial, ont décidé de ployer les peuples. Sergio Mattarella (cynisme ou inconscience ?) l’a même clairement reconnu : « La désignation du ministre de l’Économie constitue toujours un message immédiat de confiance ou d’alarme pour les opérateurs économiques et financiers », a-t-il expliqué à la presse. « J’ai demandé pour ce ministère un représentant politique de la majorité cohérent avec l’accord de programme (…) qui ne soit pas vu comme le soutien à une ligne qui pourrait provoquer la sortie inévitable de l’Italie de l’euro. » Matteo Salvini et Luigi Di Maio ont immédiatement pris le pays à témoin et dénoncé un coup de force contre la démocratie: « Il est inutile d’aller voter, puisque les gouvernements ce sont les agences de notation, les lobbies financier et bancaire qui les font », a osé Luigi Di Maio. « Nous ne sommes pas une colonie des Allemands ou des Français », a rappelé Matteo Salvini.

Sergio Mattarella, ministre membre de la démocratie chrétienne jusqu’à la disparition de ce parti dans des scandales de corruption en 1994, a tout de même surnagé. Il est devenu président grâce à l’appui de Matteo Renzi en 2015. Une certaine eurocratie défend, semble-t-il, ses privilèges et tente de subjuguer le peuple italien comme elle l’a fait avec son cousin grec. Tout s’est mis en place pour le grand dénouement final européen. Les responsables n’en seront pas les peuples d’Europe mais ceux qui ont essayé d’en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17244
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la démocratie vue par un technocrate allemand !   Jeu 31 Mai 2018, 19:52

Jean-Claude Juncker tente de sauver l'image de la Commission européenne
Au regard de l'ampleur de la tempête sur les réseaux sociaux, de la sensation de déni de démocratie et face au message désastreux envoyé aux électeurs italiens, le Président de la Commission européenne a tenté d'éteindre l'incendie avec un communiqué officiel, dévoilé ce mardi 29 mai.


"Le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker, tient à faire part de sa conviction que le sort de l'Italie ne saurait dépendre des injonctions que pourraient lui adresser les marchés financiers. L'Italie – indépendamment des partis politiques qui demain la dirigeront – est un pays fondateur de l'Union européenne qui a énormément contribué à l'intégration européenne. Le Président est convaincu que l'Italie poursuivra son parcours européen. La Commission est prête à coopérer avec l'Italie de manière responsable et dans un respect mutuel. L'Italie mérite respect".

--------------------


Je crois que le président de la république italienne doit peut être regretter son initiative destructrice qui a été bien complétée par les propos stupides du teuton de service.
Je ne suis pas surpris par l'arrogance de nos "européens gouvernementaux" doit on s'étonner que des gens aussi maladroit nous flanquent régulièrement dans les ennuis ?

Maintenant leurs turpitudes sont visibles par tous... c'est un progrès les doutes sont levés sur leurs compétences et leurs manipulations.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la démocratie vue par un technocrate allemand !   

Revenir en haut Aller en bas
 
la démocratie vue par un technocrate allemand !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Démocratie, Humanisme et Capitalisme
» Droit de l'homme et démocratie
» Fédération écologie et démocratie
» patrouilleur allemand 1917 - k132
» EDE : Europe Démocratie Espéranto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: