Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les trois Europe

Aller en bas 
AuteurMessage
Basilics

avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Les trois Europe   Jeu 07 Juin 2018, 19:28

Macron, Merkel et les trois Europe
Pierre-André Buigues . 6 juin 2018

Le débat visant à redonner un nouveau souffle à la construction européenne est ouvert et la question se pose de savoir si le président français et la chancelière allemande arriveront à trouver un accord sur la refondation de l'Europe. À Aix-la-Chapelle, quand Angela Merlel a décoré Macron du Prix Charlemagne le 10 mai 2018, celui-ci a relancé ses propositions sur l'Europe : « Je crois à un budget européen beaucoup plus ambitieux (...) Je crois à une zone euro plus intégrée, avec un budget propre. » Avant de formuler ses propres propositions dans un entretien publié dimanche par le Frankfurter Allgemeine Zeitung, la chancelière s’était déjà montrée très réservée. « Nous avons des discussions difficiles » avec les Français, soulignait-elle, car « nous avons des cultures politiques et des manières d'approcher les sujets européens différentes ».
Au-delà de ce commentaire diplomatique, les difficultés de la construction européenne s’expliquent largement en reprenant la citation fameuse de Clinton, « It’s the economy, stupid ». En effet, sur le plan économique, il n’y a pas une Europe, mais trois Europe et chacune de ces Europe a un positionnement politique différent vis-à-vis de la relance européenne.

L’Europe germanique, le cœur industriel de l’UE, consolide sa compétitivité mais est hostile à tout mécanisme de solidarité.
L’opposition aux projets de Macron sur la zone euro ne vient pas seulement de l’Allemagne, c’est toute l’Europe du nord qui est sur cette ligne. Début mars, le ministère néerlandais des Finances, dans un document commun avec huit pays du nord de l’UE, a exprimé de fortes inquiétudes face aux réformes de la zone euro proposées par Macron. Ces pays s'opposent à un budget commun à la zone euro, à un ministère commun des Finance et ils ne veulent pas d’une mutualisation des richesses avec les pays du Sud.

Qu’est-ce qui caractérise ces pays hostiles à une plus forte intégration de la zone euro? Ces pays sont situés au cœur de l’UE, ont une proximité géographique avec l’Allemagne et au total ils représentent une population d’environ 140 millions d’habitants. (Allemagne, Autriche, Pays-Bas, Belgique, Danemark, Suède et Finlande).
Économiquement ces pays vont bien et ils ont surmonté la crise de 2008. Par rapport à la moyenne des pays de l’UE, leur niveau de vie s’est même  amélioré depuis l’an 2000. Le PIB par tête de l’Allemagne (par rapport à sa moyenne de 100 pour l’UE) est passé de 105 en 2000 à 113 en 2017. Ces pays connaissent un chômage bien plus faible que la moyenne de l’UE avec une moyenne de 5,6%.

Enfin, ils ont retrouvé généralement un niveau de production industrielle bien supérieur à celui de 2008, et cela malgré des coûts salariaux plus élevés que la moyenne de l’UE et, pour beaucoup d’entre eux, plus élevés que les coûts français. Leur industrie reste compétitive au niveau international grâce à une spécialisation bien plus marquée dans le secteur de la haute technologie et le haut de gamme que dans la moyenne de l’UE.

L’Est européen en plein rattrapage économique rapide et en fort développement industriel.
Sur les 28 pays de l’UE actuelle avant la sortie du Royaume-Uni (27 après mars 2019) 10 sont d’anciens pays communistes ayant rejoint l’Union Européenne. Avec une population d’environ 100 millions d’habitants au total, ces pays de l’Est sont en plein rattrapage économique.
Mesuré en parité de pouvoir d’achat, le PIB par tête de la Pologne (par rapport à la moyenne de 100 pour l’UE) est passé de 41 en 2000 à 67 en 2017. Dans tous ces pays le chômage est en 2017 bien inférieur au chômage en France.

Ces pays de l’Est sont hostiles à un renforcement de la zone euro, à laquelle ils n’appartiennent pas pour la très grande majorité. En revanche, ils sont très attachés aux fonds structurels européens qui dépendent du budget général de l’UE. Sur un budget de 645 milliards € pour les fonds structurels sur la période 2014-2020, la Pologne seule bénéficiera de près de 105 milliards € de financements européens.
Tous ces pays affichent aussi une très forte progression de leur production industrielle en volume entre 2010 et fin 2017, de 46% pour la Pologne et d’environ 50% pour plusieurs pays de l’est. Le modèle de développement industriel de ces pays est à l’opposé du modèle germanique. Le coût du travail est faible avec un salaire minimum autour de 400€ par mois contre environ 1500€ pour le salaire minimum brut en France et des dépenses en R&D qui sont généralement bien inférieures à la moyenne de l’UE. Dans 6 pays de l’Est, le ratio R&D/PIB est même inférieur à 1% (contre une moyenne de 2% pour l’UE). Les délocalisations industrielles des pays de l’Europe germanique vers ces pays ont donc été nombreuses et expliquent aussi en partie ce décollage industriel.

(à suivre...)


Dernière édition par Basilics le Lun 16 Juil 2018, 16:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Basilics

avatar

Messages : 178
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Re: Les trois Europe   Jeu 07 Juin 2018, 19:29

(... suite)

Les pays du Sud en déclin économique et en pleine désindustrialisation.
Les pays du Sud de l’Europe (Espagne, Italie, Grèce et Portugal) et la France ont une population plus importante que celle des deux autres zones, un peu plus de 190 millions d’habitants, mais connaissent un déclin économique marqué par rapport à la moyenne de l’UE. En dehors de l’Espagne, le PIB par tête (par rapport à la moyenne pour l’UE à 100) a fortement baissé. Il est passé en France de 100 en 2000 à 95, 18 ans plus tard et en Italie de 103 en 2000 à 89 en 2017.

Le chômage est aussi dans ces pays bien plus élevé qu’ailleurs en Europe, 13,8% (8,2% moyenne européenne), comme le montant de la dette publique qui est autour de 100% du PIB en France et en Espagne, autour de 130% en Italie et en Espagne sans parler de la Grèce, contre une moyenne de 83% du PIB pour l’ensemble de l’Europe. Enfin, ce déclin économique s’accompagne d’une désindustrialisation marquée en France, en Italie et en Grèce. La production industrielle en volume n’a toujours pas dépassé celle de 2008 dans ces pays. L’écart dans le potentiel industriel ne fait donc que se creuser entre d’une part l’industrie des pays du Sud et d’autre part celle des pays les plus industrialisés et les plus riches de l’Europe de l’Ouest et celle des pays d’Europe centrale et orientale.

Tous ces pays du sud appartiennent à la zone euro et face aux divergences économiques qui s’accentuent entre eux et les pays du Nord, ils sont fortement demandeurs de plus de solidarité dans la zone euro. Ce déclin économique réel des pays du sud est politiquement potentiellement explosif. En Italie, le M5S et la Ligue ont formé un gouvernement très critique vis-à-vis de l’Europe, et la Grèce n’arrive pas à se relever de la crise. En France, l’extrême gauche et l’extrême droite pèsent d’un poids considérable et l’Espagne est en plein drame national avec le sécessionnisme catalan.

Que faire ? La politique européenne à la croisée des chemins.
Si on veut que l’Europe avance, il faut savoir que ce qui est proposé par la France pour la zone euro est inacceptable pour les pays de la zone germanique (refus des mécanismes de solidarité) et pour les pays de l’Est (pas d’approfondissement de la zone euro). Alors que faire si on veut faire avancer l’Europe?

Premièrement, les Pays du Sud doivent accepter que l’union monétaire leur impose une forte discipline budgétaire. Pour la France, il faudra viser un excédent budgétaire étant donné le montant de la dette publique. Cela doit être la priorité du président Macron. Cependant, le Pacte de Stabilité peut être amélioré et des propositions de la France en ce sens seraient fortement souhaitables.
Deuxièmement, la France qui porte un fardeau très lourd en matière de défense doit porter des propositions fortes pour une défense européenne face aux dangers géopolitiques nombreux aujourd’hui.
La montée du protectionnisme américain peut aussi rendre plus acceptable aux yeux des pays du nord des propositions pour une Europe qui se protège économiquement.
https://www.telos-eu.com/fr/macron-merkel-et-les-trois-europe.html

Deux propositions de priorité peu sociales... Mais dit la citation, « It’s the economy, stupid » qui rend possible une amélioration (progrès social) durable. Ou le déclin économique (excès de dette, désindustrialisation) qui entraîne le risque de déclassement.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16737
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Les trois Europe   Jeu 07 Juin 2018, 20:20

La faillite de l’Union européenne
DELMAU JEAN-PIERRE
POSTÉ LE 04 JUIN , 2018, 4:11

Inutile de triturer les statistiques : de nos liens avec l’Union européenne, peu de gens sont satisfaits sans réserve, les autres se partageant entre ceux qui en veulent plus, et ceux qui en veulent moins.

Les deux paraissent oublier que les changements qu’ils demandent sont soumis par les traités à l’unanimité des pays membres : les intérêts de chacun étant différents, ils n’obtiendront rien.

Selon la plupart des sondages, les seconds, qui étaient déjà 54,7% en 2005, fatigués des promesses non tenues et des annonces sans suite, tendent ces dernières années à s’étoffer encore.

Seul un référendum permettrait de savoir combien ils sont, mais Bruxelles l’interdit, on se demande pourquoi.

On leur a d’abord promis la paix. Elle était déjà réelle depuis 1945, grâce surtout à la dissuasion nucléaire.

Avec l’UE, dès 1990, la paix a fait place à la guerre avec participation française en ex-Yougoslavie et au Kosovo (en pleine Europe, sinon en France même). Puis en Irak, en Afghanistan, en Libye, au Mali, et en Syrie.

On avait connu la drôle de guerre; maintenant c’est la drôle de paix.

On leur a aussi promis la croissance et la prospérité, mais on a mis en place sans délai le libre-échange sans limite et la libre circulation des capitaux, donc les fermetures d’entreprises, les délocalisations, le chômage de masse, y compris chez les jeunes, la baisse continue du PIB, de la croissance et, depuis dix ans, du revenu médian : situation inconnue en temps de paix. Il est vrai qu’on est en guerre …

On leur a encore promis la disparition du sentiment d’insécurité, bientôt remplacé par l’état d’insécurité certaine par attentats, provoqués par une immigration de masse incontrôlée, sur directives de Bruxelles, que de plus en plus de pays membres dénoncent pour les mêmes raisons, sans grand succès.

À quoi il faut ajouter, faute de moyens, la diminution continue des crédits et des effectifs de l’armée, comme des forces de l’ordre, rendant progressivement le matériel militaire hors service, et les effectifs incapables de maintenir l’ordre, sans parler de l’aggravation des manifestations violentes et du développement des zones de non-droit.

Malgré une fiscalité galopante, l’État n’a plus les mêmes moyens qu’en 1990.

On leur a aussi promis l’aide de fonds européens, mais en leur cachant qu’ils n’avaient d’européens que le nom, ces fonds (9 milliards) étant d’abord envoyés à Bruxelles par nos impôts.

La France n’avait pas besoin de l’UE pour continuer à aider directement les domaines qu’elle considérait comme devant l’être, choix qu’elle n’a plus.

Au bout de 25 ans, cela commence à faire beaucoup, et la patience des victimes de la politique, en particulier économique, de l’UE, a atteint ses limites avec le bradage, sous prétexte de concurrence libre et non faussée, des fleurons de ce qui reste de notre industrie – inclus, et même surtout, dans les domaines stratégiques : le seul démantèlement d’Alstom place sous contrôle étranger les clés de nos sources d’énergie, de notre protection militaire, et de nos productions d’armement.

Mais je ne veux pas décourager les partisans de « plus d’Europe » : depuis 45 ans, il n’y a pas que des baisses. Il y a aussi des secteurs en forte progression : la dette (2 000 milliards), le nombre de chômeurs (6 millions), la corruption de la classe politique, la pression fiscale, sans oublier l’ignorance qui fait des progrès constants dans l’Éducation nationale, en France comme ailleurs.

N’est-ce pas suffisant ?

Faut-il accuser d’incompétence les dirigeants qui ont conçu, mis en place, et développé depuis 40 ans un système si calamiteux ?

Cela paraît difficile. Déjà en 1992, le Prix Nobel Maurice Allais, suivi par nombre d’économistes raisonnables, à qui les médias ont donné peu de place lors de la campagne de Maastricht, avait prédit le désastre, dont le fondement est l’application contraignante de règles de gestion identiques à des pays différents, et dont les évolutions divergent.

Robert Mundell avait d’ailleurs, dès 1961, pointé cet élément dans sa théorie de la zone monétaire optimale, dont on ne peut pas imaginer qu’elle ait été ignorée par les promoteurs de l’Union européenne.
Alors, si ce n’est pas de l’incompétence, qu’est-ce ?
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3768
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Les trois Europe   Jeu 07 Juin 2018, 22:09

« Avec l’UE, dès 1990, la paix a fait place à la guerre»
La faute à l’Europe ! (sans oublier Milosevic, Al Qaida, Bush, Daesh, etc… tous hors UE)

« les fermetures d’entreprises, les délocalisations, le chômage de masse, y compris chez les jeunes, la baisse continue du PIB, de la croissance et, depuis dix ans, du revenu médian  »
La faute à l’Europe ! (sans oublier que s’en sortent mieux certains pays européens, y compris en zone euro. Ni les chocs pétroliers, la concurrence des pays émergents ; et la mondialisation, alors ?)

« On leur a encore promis la disparition du sentiment d’insécurité, bientôt remplacé par l’état d’insécurité certaine par attentats »
La faute à l’Europe ! (sans oublier qu’il y a des attentats nombreux sur d'autres continents, y compris aux USA)

« depuis 45 ans, il n’y a pas que des baisses. Il y a aussi des secteurs en forte progression : la dette (2 000 milliards), le nombre de chômeurs (6 millions), la corruption de la classe politique, la pression fiscale, sans oublier l’ignorance qui fait des progrès constants dans l’Éducation nationale, en France comme ailleurs. »
La faute à l’Europe, vous dis-je ! (sauf que ces maux existent ailleurs sur Terre, mais peu au nord de l’Europe, et plusieurs pays européens sont bien mieux classés que la France dans les enquêtes internationales éducation)

Coïncidence n'est pas toujours relation de cause à effet. Et le diagnostic est un art difficile. Librement inspiré de
http://clicnet.swarthmore.edu/litterature/classique/moliere/mi/mi.III.10.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16737
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Les trois Europe   Jeu 07 Juin 2018, 22:44

Salamandre a écrit:
« Avec l’UE, dès 1990, la paix a fait place à la guerre»
La faute à l’Europe ! (sans oublier Milosevic, Al Qaida, Bush, Daesh, etc… tous hors UE)

« les fermetures d’entreprises, les délocalisations, le chômage de masse, y compris chez les jeunes, la baisse continue du PIB, de la croissance et, depuis dix ans, du revenu médian  »
La faute à l’Europe ! (sans oublier que s’en sortent mieux certains pays européens, y compris en zone euro. Ni les chocs pétroliers, la concurrence des pays émergents ; et la mondialisation, alors ?)

« On leur a encore promis la disparition du sentiment d’insécurité, bientôt remplacé par l’état d’insécurité certaine par attentats »
La faute à l’Europe ! (sans oublier qu’il y a des attentats nombreux sur d'autres continents, y compris aux USA)

« depuis 45 ans, il n’y a pas que des baisses. Il y a aussi des secteurs en forte progression : la dette (2 000 milliards), le nombre de chômeurs (6 millions), la corruption de la classe politique, la pression fiscale, sans oublier l’ignorance qui fait des progrès constants dans l’Éducation nationale, en France comme ailleurs. »
La faute à l’Europe, vous dis-je ! (sauf que ces maux existent ailleurs sur Terre, mais peu au nord de l’Europe, et plusieurs pays européens sont bien mieux classés que la France dans les enquêtes internationales éducation)

Coïncidence n'est pas toujours relation de cause à effet. Et le diagnostic est un art difficile. Librement inspiré de
http://clicnet.swarthmore.edu/litterature/classique/moliere/mi/mi.III.10.html

conclusion : on continue avec les mêmes et la même politique... on ne demande rien aux européens et on fait entrer trois ou quatre pays de plus pour arranger la sauce et si ça tourne mal les instance financières internationales viendront mettre à la raison les "mal votants"... je n'invente rien ils ne se cachent même plus pour dire publiquement que les électeurs sont quantité négligeable.

le principal c'est de recevoir et de répartir...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les trois Europe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les trois Europe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Europe 1 à Rouen
» Europe Fédérale
» recherche sur le statut des régions en Europe
» COUPE D'EUROPE RUGBY 2009
» Soupe aux trois légumineuses -Louise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Les élections à Fontenay, passées et à venir. Promesses, satisfactions, déceptions, attentes... :: Les élections européennes en 2019-
Sauter vers: