Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Angela Merkel et la crise politique allemande tirent l’Europe vers le fond

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 16245
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Angela Merkel et la crise politique allemande tirent l’Europe vers le fond   Lun 02 Juil 2018, 19:18

Angela Merkel et la crise politique allemande tirent l’Europe vers le fond
2 juillet 2018 Charles Rault

Charles Rault est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Des années après le début de la crise migratoire, l’Europe en est encore à discuter de comment pourrait-on commencer à traiter efficacement la problématique. Dirigée de fait par l’Allemagne, on retrouve dans cette dernière une crise similaire à celle que traverse l’Europe et qui, aux yeux des peuples, la décrédibilise profondément.

Très éloignée de ses idéaux de départ, l’Union européenne (UE) n’est désormais plus que l’ombre d’elle-même. Dirigée par une commission non-élue par les citoyens et profondément divisée, elle s’est avérée incapable d’assurer ce qu’elle avait promis et continue à promettre à savoir une Europe qui protège. Les industries – hors l’Allemagne – ont disparu et les emplois avec.

La sécurité n’est plus du tout assurée à la faveur d’effectifs insuffisants et de frontières inopérantes, et la menace terroriste poursuit son développement. La crise migratoire s’amplifie et semble prospérer sur un tabou politique – voire un manque de volonté – bien plus que sur un problème de possibilité considérant que l’Italie de Matteo Salvini arrive bien à refuser l’entrée dans ses ports aux bateaux chargés de migrants.

En Allemagne se reproduit à plus petite échelle une crise similaire à celle de l’Europe puisqu’Angela Merkel s’avère désormais peu capable d’unir sa coalition très fragilisée tant par les velléités de démission de son ministre de l’intérieur Horst Seehofer que par la montée électorale de l’AFD, l’équivalent outre-Rhin du Rassemblement National (RN, ex-FN). Les moyens alloués par les européens à l’UE sont colossaux et se comptent en dizaines de milliards d’euros.

A la constatation des résultats, les peuples se demandent de plus en plus à quoi peut bien servir tout cet argent et toute cette réglementation souvent bien inadaptée et invasive qui ne règle pourtant pas les vrais défis qu’affronte l’Europe.

Le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez marque donc un point en insistant sur l’éloignement presque fatal de l’Europe actuelle par rapport à ses fondamentaux fondateurs et Angela Merkel devrait bien s’en inspirer pour construire enfin l’Europe pour les Européens.

Le temps passe et pendant que l’Europe perd un temps immense à cultiver son incapacité à maîtriser ne serait-ce que son territoire, les Etats-Unis, la Chine, l’Inde se développent et se rient de nos difficultés.


-------------------

Le bilan est accablant mais bien réel.

Les instances européennes de nombre d'instances nationales sont d'avantage mobilisées pour conserver leurs prébendes qu'à redresser la situation.

A craindre que si rien de concret et d'efficace n'est fait rapidement nous assistions à l'éclatement de l'Europe ainsi qu'à des changements dans les politiques nationales sous la pression des événements.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16245
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Angela Merkel et la crise politique allemande tirent l’Europe vers le fond   Mar 03 Juil 2018, 16:51

Merkel reste fragilisée après avoir sauvé son gouvernement
AFP, publié le mardi 03 juillet 2018 à 04h22

La chancelière allemande Angela Merkel a réussi à sauver son gouvernement en acceptant de renoncer définitivement à sa politique migratoire généreuse, mais ce répit pourrait n'être que de courte durée.

"Le climat dans une coalition gouvernementale n'a probablement jamais été aussi empoisonné que dans celle-ci", a commenté mardi le quotidien Bild, le plus lu d'Allemagne, après l'accord obtenu la veille aux forceps entre la chancelière et son ministre de l'Intérieur rebelle, qui réclamait de réduire fortement le nombre de demandeurs d'asile arrivant dans le pays.

La dirigeante conservatrice a fait l'objet d'une remise en cause sans précédent de l'intérieur même son équipe.

Elle va devoir, après presque 13 années au pouvoir, redoubler d'efforts afin de restaurer son autorité et consolider sa fragile coalition gouvernementale, difficilement mise en place en mars, entre son parti de centre-droit CDU, la droite bavaroise CSU et les sociaux-démocrates.

Alors que la présidente des sociaux-démocrate du SPD, Andrea Nahles, a salué la fin des hostilités dans le camp conservateur allemand, l'un des spécialistes des questions migratoires du SPD, Aziz Bozkurt, a fustigé des restrictions migratoires qui vont "totalement dans le sens" de l'extrême droite.

Si le SPD devait rejeter ce compromis, tous les efforts d'Angela Merkel pour sauver son gouvernement seraient remis en cause. Une réunion au sommet des trois partis de la coalition -CDU, CSU et SPD- est prévue mardi à 16H00 GMT.

Mme Merkel reste une cible privilégiée pour les courants conservateurs les plus durs, y compris donc au sein de sa propre famille politique.

- Merkel hantée par 2015 -

En cause, toujours et encore: sa décision en 2015 d'ouvrir l'Allemagne à des centaines de milliers de candidats à l'asile.

A la tête des frondeurs: le président de la CSU, Horst Seehofer, que la chancelière espérait pouvoir garder sous contrôle en le nommant ministre de l'Intérieur.

Mais celui-ci s'inquiète pour son parti qui risque de perdre sa majorité absolue lors d'élections régionales en automne en raison de la percée attendue de l'extrême droite.

Si tel est le cas, les hostilités contre Angela Merkel, accusée de mener une politique trop centriste, repartiront de plus belle.

En apparence, Mme Merkel a obtenu une victoire en sauvant son gouvernement et se maintenant au pouvoir. Le fronde lancée contre elle par le parti bavarois CSU la visait aussi elle personnellement, de nombreux médias y voyant une tentative de "putsch" de son aile droite.

Mais sur le fond, elle a dû céder beaucoup de terrain en acceptant de fortes restrictions à l'immigration. Le compromis trouvé avec M. Seehofer sur la politique migratoire marque la fin de politique migratoire généreuse inaugurée en 2015 par la chancelière.

L'un des proches du ministre de l'Intérieur, Markus Blume, a d'ailleurs parlé d'un "tournant de la politique d'asile" allemande.

Concrètement, les demandeurs d'asile arrivant en Allemagne désormais mais déjà enregistrés dans un autre pays de l'UE - c'est-à-dire la grande majorité d'entre eux - seront placés dans des "centres de transit" à la frontière avec l'Autriche en attendant leur renvoi vers le pays d'entrée en Europe.

- 'Camps d'internement' -

Bernd Riexinger, un dirigeant de la gauche radicale allemande, a parlé de "camps d'internement de masse", dans une référence au passé nazi de l'Allemagne.

Il a demandé aux sociaux-démocrates du SPD, troisième partenaire de la coalition d'Angela Merkel, de refuser. Et ces derniers semblent encore hésiter sur les solutions proposées.

En principe, les renvois de migrants doivent se faire en accord avec les pays d'entrée et non de manière unilatérale par l'Allemagne. Mais si des accords ne peuvent être trouvés, il est prévu de refouler les migrants vers l'Autriche.

Reste à savoir ce qu'en penseront Vienne et Rome.

Le gouvernement autrichien associant extrême droite et conservateurs, qui vient de prendre la présidence tournante de l'Union européenne, a déjà prévenu qu'en pareil cas il prendrait des mesures identiques à ses propres frontières. Avec le risque d'un effet domino en Europe.

"Si l'Allemagne croit qu'ils peuvent simplement renvoyer des gens en Autriche, en bafouant le droit international, nous expliquerons aux Allemands que nous ne les accueillerons pas", a prévenu la semaine dernière le ministre de l'Intérieur autrichien Herbert Kickl.


------------------

La situation se dégradant chez elle à cause de sa politique migratoire, angie la teutonne (très attachée à conserver son poste) considère les pays voisins comme quantité négligeable va s'en servir de "dépotoir à indésirables"
Ne doutons pas que macron va se précipiter pour prendre en charge quelques milliers de réfugiés teutons pour soulager l'amie angéla (un échange de bons procédés entre bons amis)
Il n'est pas certain que la paix trouvée momentanément en Allemagne ne débouche pas en fait fait sur une crise internationale...
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4137
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Angela Merkel et la crise politique allemande tirent l’Europe vers le fond   Mar 03 Juil 2018, 19:13

Et il lui reste 3 ans à tirer à Angela!

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
 
Angela Merkel et la crise politique allemande tirent l’Europe vers le fond
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexis Tsipras promet de nouvelles réformes
» La bibliothèque idéale en littérature allemande contemporain
» Le Politique selon Platon
» German Navy - Marine Allemande
» Fils de politique méritocratie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: