Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Après les pantalonnades de Normal 1 er, Macron devait relever la fonction présidentielle !

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Après les pantalonnades de Normal 1 er, Macron devait relever la fonction présidentielle !   Mer 04 Juil 2018, 18:52

Après les pantalonnades de Normal 1 er,
Macron devait relever la fonction présidentielle !
Au début, Emmanuel Macron en donna l’illusion. La communication fonctionna à plein rendement et on le vit descendre les Champs-Elysées, fièrement campé à l’arrière d’un command car de l’armée de terre …
Cela fonctionna si bien que le premier surnom donné à l’hôte de l’Elysée fut … Jupiter !
On était brutalement passé des croissants « scootérisés » de la rue du cirque aux hautes sphères d’altitude de l’Olympe !
Mais, comme dirait certains, « Aujourd’hui, ça se barre en sucette ! »
Voilà qu’à l’occasion de la fête de la musique, le dieu Jupiter et la déesse Junon alias Brigitte, invitent le DJ Kiddy Smile à se produire dans la cour « d’honneur » de l’Elysée.
Le DJ arborait un T-shirt du meilleur goût, frappé du texte de son CV : « Fils d’immigré, noir et pédé »

Quant aux paroles de certaines « chansons », l’émission de Yann Barthes, Quotidien, a cru devoir en traduire une partie :
« Ce soir, brûlons cette maison. Ce soir, brûlons-la complètement. »
« T’es vénère parce que je me suis fait sucer la bite et lécher les boules. »
La prestation de l’artiste a été d’autant plus commentée qu’elle a été accompagnée par la performance de ses danseurs LGBTQ, qui ont enflammé le perron de l’Elysée.
Pour bien échauffer les esprits, le couple présidentiel, qui n’a plus de jupitérien que le surnom, a cru devoir poser pour une photo avec le groupe improbable de Kiddy Smile :


Cette photo qu’on aurait pu admettre prise dans la loge des artistes a énormément choqué car prise sous les ors de la République.
Où est passée la haute tenue promise de la fonction présidentielle ? Quand Jupiter sermonne un gamin qui l’appelle « Manu », il laisse Junon, son épouse, se faire enlacer dans son palais ! Où est la cohérence ?



La gauche, Jack Lang en tête, a applaudi à l’entrée à l’Elysée de cette musique « populaire » ! A droite on a dénoncé l’abaissement de l’Etat, et surtout à l’extrême droite, on s’est insurgés. Evidemment, la gauche n’a pas manqué d’atteindre le point Goldwin comme par exemple dans cet article d’AgoraVox, intitulé : « Fête de la musique à l’Élysée : Emmanuel Macron indigne la « fachosphère » » dans lequel un dénommé Alain Grand Bernard s’exprime :
Mais quel a donc été le tort du président à leurs yeux ? Tout simplement celui d’avoir invité à l’Élysée des personnes qui, pour eux, ne le méritaient. Parce que noires, parce qu’homosexuelles, parce qu’artistes « underground » et politisées.
Mais que serait donc pour eux l’art respectable ? Celui qu’on danse entre nazillons dans les bals d’Autriche auxquels Marine Le Pen aime se rendre ?
L’exemple vient toujours d’en-haut !
Dans le même temps, on observait Paris se repeindre aux couleurs arc-en-ciel des homosexuels :
C’est Anne Hidalgo qui avait doublé certains passages cloutés de bandes arc-en-ciel pendant les célébrations des fiertés LGBT et qui décide finalement de les laisser en permanence. La maire de Paris ne précise pas si ces nouveaux passages bariolés sont réservés aux homosexuels, les bandes noir & blanc étant utilisées par les « gens normaux » (j’adore provoquer ! … Comme Macron !) les hétérosexuels.



Pire, le président de l’Assemblée nationale faisait pavoiser son édifice public aux couleurs homosexuelles :



Une bataille juridico-médiatique s’en est suivie pour savoir si cet affichage était légal au regard de la réglementation.
On peut lire cet article documenté de Causeur.fr sur le sujet : « Peut-on vraiment orner la façade de l’Assemblée d’un drapeau LGBT ? »
On y notera la bien pauvre et laborieuse défense de François de Rugy, président de l’Assemblée nationale !
On va finir par regretter Hollande ! (je plaisante !)
Au moins l’histoire de la rue du cirque faisait-elle sourire, alors que le rap insultant et grossier à l’Elysée ferait plutôt grincer des dents !

------------------------------

Ces plaisanterie se déroulant dans des batiments officiels ou sur la voie publique aux frais des électeurs contribuable.

Es qualité d'électeur contribuable de longue date de plus en plus contribuable qui plus est je me demande si le pognon que l'on me ponctionne est bien employé.

J'attends un assoce de défendre les hétéros blancs car vu la pub faite aux homos blacks je pense être "discriminé"

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Après les pantalonnades de Normal 1 er, Macron devait relever la fonction présidentielle !   Mer 04 Juil 2018, 19:03

Le président de l’Assemblée nationale François de Rugy a fait dérouler deux drapeaux arc-en-ciel de la cause LGBT sur l’édifice public, samedi 30 juin, à l’occasion de la marche des « fiertés ». En avait-il seulement le droit ?
La polémique a éclaté ce week-end entre Christine Boutin et François de Rugy, la première reprochant au second d’avoir apposé un drapeau de la cause LGBT sur la façade de l’Assemblée nationale à l’occasion de la marche dite « des fiertés ».

Une décision logiquement contestée
La présidente d’honneur du Parti chrétien-démocrate a estimé que cette mise en scène était contraire au principe de neutralité applicable aux édifices publics :


⁦Rappel: Arrêt du Conseil d'État n°259806 du 27 juillet 2005: «le principe de neutralité des services publics s'oppose à ce que soient apposés sur les édifices publics des signes symbolisant la revendication d'opinions politiques, religieuses ou philosophiques." ⁦

De son côté, le président de l’Assemblée nationale a fait valoir que sa décision était légale dans la mesure où l’Assemblée était régie par « ses propres règles » et que le bâtiment ne relevait pas du service public :

En la matière, la position de la justice administrative est très claire puisque, par un arrêt de principe « Commune de Sainte-Anne » du 27 juillet 2005 (259806), le Conseil d’État a décidé que « le principe de neutralité des services publics s’oppos[ait] à ce que soient apposés sur les édifices publics des signes symbolisant la revendication d’opinions politiques, religieuses ou philosophiques ».

On note d’ailleurs que cette décision du Conseil d’État a été rendue à propos d’un drapeau indépendantiste martiniquais apposé sur une mairie.

Cette décision jurisprudentielle a été réaffirmée par le ministre de l’Intérieur en 2010 dans le cadre d’une réponse ministérielle : « L’apposition de banderoles de revendication sur des édifices publics (…) est contraire à ce principe [de neutralité] (…) Il revient au responsable des bâtiments concernés de faire retirer ces banderoles, le cas échéant, sous le contrôle du juge administratif ».

La position du président de l’Assemblée nationale est dès lors critiquable sur cette base. Du moins ne peut-il pas être si affirmatif.

L’Assemblée nationale est bien un édifice public
Il ne fait, en effet, aucun doute que l’Assemblée nationale n’est aucunement régie par « ses propres règles » mais que les décisions du Conseil d’État ainsi que la législation et la réglementation s’appliquent à elle comme à toute institution républicaine.

Par ailleurs, François de Rugy ne saurait pouvoir soutenir que l’Assemblée nationale ne serait le siège d’aucun service public pour faire obstacle à l’application de la décision susvisée du Conseil d’Etat qui s’applique à tous les édifices publics. Dans la mesure où le Palais Bourbon est propriété définitive de l’Etat depuis 1827, il est acquis que l’Assemblée nationale est tenue, comme tout édifice public, au principe de neutralité.

Il est par conséquent interdit d’apposer sur sa façade des signes symbolisant la revendication d’opinions politiques, religieuses ou philosophiques, conformément à la position constante du Conseil d’État en la matière.

La lutte LGBT, une cause apolitique ?
On touche dès lors au seul problème de droit sérieux soulevé en l’espèce : le drapeau de la cause LGBT peut-il être considéré comme un « signe symbolisant la revendication d’opinions politiques, religieuses ou philosophiques » ? Si oui, le principe de neutralité s’applique et fait obstacle à la possibilité de l’afficher sur la façade de tout édifice public.

Nous pouvons aisément écarter le drapeau de la cause LGBT comme signe de revendication d’opinions religieuses. Néanmoins, la portée philosophique et/ou politique d’un tel signe est plus incertaine. Il ne fait en effet aucun doute que cet étendard est fréquemment brandi comme signe d’appartenance identitaire par le mouvement LGBT, que ce soit lors de la marche « des fiertés » ou lors de manifestations politiques (on pense, par exemple aux manifestations en faveur du « mariage pour tous », très marquées politiquement). Il n’est pas rare par ailleurs de voir flotter des drapeaux de cette cause lors de meetings politiques, comme lors de la campagne présidentielle de François Hollande en 2012, ou plus récemment de Benoît Hamon.

Des éléments pourraient donc être avancés devant la justice administrative pour faire valoir que le drapeau de la cause LGBT constitue un signe de revendication d’opinions politiques et/ou philosophiques.

En l’absence de décision du Conseil d’État sur ce point à ce jour (qui aurait pu être saisi à l’occasion d’un recours dirigé contre une décision du président de l’Assemblée nationale de ne pas retirer le drapeau contesté), il n’est pas possible d’affirmer avec certitude, comme François de Rugy, que l’apposition de ce drapeau sur la façade de l’Assemblée nationale serait parfaitement légale. Bien au contraire, des éléments plaident pour l’inverse.

Une décision de la Haute juridiction administrative serait bienvenue pour clore ce sujet polémique.
Revenir en haut Aller en bas
Marielle

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 01/09/2010
Age : 56
Localisation : LES LARRIS

MessageSujet: Re: Après les pantalonnades de Normal 1 er, Macron devait relever la fonction présidentielle !   Jeu 19 Juil 2018, 00:58

Tonton Christobal,

Evolue avec le temps. Nous sommes au XXIème siècle, en 2018, approchant 2019 !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Après les pantalonnades de Normal 1 er, Macron devait relever la fonction présidentielle !   Jeu 19 Juil 2018, 01:07

Marielle a écrit:
Tonton Christobal,

Evolue avec le temps. Nous sommes au XXIème siècle, en 2018, approchant 2019 !

Pouvez vous préciser svp...
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

avatar

Messages : 480
Date d'inscription : 23/12/2014

MessageSujet: Re: Après les pantalonnades de Normal 1 er, Macron devait relever la fonction présidentielle !   Jeu 19 Juil 2018, 06:04

tonton christobal a écrit:


Pouvez vous préciser svp...

Marielle a sans doute une pensée trop complexe pour qu'elle nous soit accessible. Razz
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Après les pantalonnades de Normal 1 er, Macron devait relever la fonction présidentielle !   Jeu 19 Juil 2018, 07:01

coufsur a écrit:


Marielle a sans doute une pensée trop complexe pour qu'elle nous soit accessible. Razz

Pour ma part j'évolue avec le temps depuis quelques dizaines d'années (depuis ma naissance en fait)
Globalement je comprends assez bien ce que je lis ou entends...
Réciproquement je pense exprimer de manière assez précise ce que je pense...

Pour le reste s'il s'agissait de la part de Marielle de m'indiquer la date du jour, je dispose d'un calendrier qui me renseigne sur la question.

Vu ce qui précède j'attends avec intérêt des infos sur cette intervention qui semble me concerner
Revenir en haut Aller en bas
 
Après les pantalonnades de Normal 1 er, Macron devait relever la fonction présidentielle !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Diabète gestationnel:essayer de comprendre et de s'informer
» reclame le bib tte les 2h, normal ?
» accouchement normal après césa et péridurale
» Retour des règles après fausse couche
» Combien de temps a duré votre 1er cycle après arrêt pilule?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: