Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 la macron's team et l'état dit de droit...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 19 Juil 2018, 22:25

Rappel du premier message :

Qui est Alexandre Benalla, le collaborateur de Macron accusé de violences ? 1er mai : Un collaborateur de Macron filmé en train de frapper un manifestant

Agression d'un manifestant par Alexandre Benalla, un collaborateur de l'Elysée : ce que l'on sait de l'affaire qui embarrasse Emmanuel Macron

Orange avec AFP, publié le jeudi 19 juillet 2018 à 10h30

L'homme, qui a commencé à travailler dans le cercle politique à 20 ans, a collaboré avec Martine Aubry, François Hollande et Arnaud Montebourg.

Après la publication d'une vidéo montrant Alexandre Benalla, un collaborateur d'Emmanuel Macron, en train de frapper un manifestant le 1er mai dernier à Paris, certains s'interrogent sur son parcours. Le Monde, qui a publié la vidéo, mercredi 18 juillet, a retracé son parcours.

Alexandre Benalla, chargé de la sécurité d'Emmanuel Macron pendant la campagne, est toujours en poste à l'Elysée. L'homme a été mis à pied pendant deux semaines après ces violences, avant de retrouver une fonction de chargé de mission à l'Elysée. Selon Le Monde, il gère maintenant l'organisation d'événements à l'Elysée, comme, par exemple, la venue de l'équipe de France après leur victoire en Coupe du monde, lundi 16 juillet.

"Il avait provoqué un accident de voiture en ma présence et voulait prendre la fuite"
Selon le quotidien, alors âgé d'une vingtaine d'années, c'est en 2011 qu'il commence à travailler dans le milieu politique. Alexandre Benalla est d'abord chargé de la protection de Martine Aubry, la maire PS de Lille, avant d'être embauché dans le service d'ordre de François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012.

Après l'élection du président socialiste, le jeune homme part travailler pour Arnaud Montebourg, qui l'embauche comme chauffeur. Mais l'ancien ministre de l'Économie décide de le virer "manu militari" : "au bout d'une semaine après une faute professionnelle d'une première gravité : il avait provoqué un accident de voiture en ma présence et voulait prendre la fuite", a raconté l'ancien ministre de François Hollande à nos confrères.

NB nous sommes dans le délictuel à savoir le délit de fuite ! pas mal pour le chauffeur d'une personnalité officielle.

En 2016, avant de rejoindre l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron, il suit une formation de l'Institut des hautes études de la sécurité et de la justice (IHESJ) à l'école des officiers de la gendarmerie de Melun. Les "MacronLeaks", des documents internes d'En marche! postés sur WikiLeaks à l'été 2017, montrent le jeune homme avait réalisé un devis pour commander deux pistolets à balles en caoutchouc, un Flash-Ball et des boucliers anti-émeutes pour son équipe. Une demande refusée par le trésorier de campagne du candidat en marche.

Chargé de la sécurité des déplacements de campagne

En avril 2017, le journal Midi Libre avait également rapporté une anecdote sur Alexandre Benalla. Alors qu'il était chargé d'assurer la sécurité du meeting d'Emmanuel Macron à l'AccorHotels Arena, il "avait imaginé un dispositif. Une trappe avait été sciée. En cas de tir, le pupitre devait basculer et Emmanuel Macron se retrouver dans la partie creuse de la scène où avait été placés un kit de secours et un gilet pare-balles", avait raconté Ludovic Chaker, le coordinateur des opérations de campagne du parti.

Selon Le Monde, des témoins auraient vu Alexandre Benalla "soulever de terre et évacuer manu militari un photographe local, qui s'était approché de trop près" d'Emmanuel Macron, mais aussi s'en prendre "à un commissaire de police en tenue, accusé de ne pas libérer assez vite le passage au président de la République".

"Un dernier avertissement avant licenciement"

Le porte-parole de l'Elysée, Bruno Roger-Petit, a réagi, jeudi 19 juillet, annonçant qu'Alexandre Benalla avait déjà été mis à pied pendant quinze jours, sans salaire, et qu'il ne s'occupait plus de la sécurité des déplacements présidentiels. "Cette sanction vient punir un comportement inacceptable et lui a été notifiée comme un dernier avertissement avant licenciement", a-t-il ajouté.

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris pour "violences par personne chargée d'une mission de service public" et "usurpation de fonctions".

-----------------------


Un policier ou un gendarme qui agirait ainsi se ferait virer...

Cette affaire ajoutée à quelques autres montre le peu de sérieux (euphémisme ) de l'entourage par qui tout passe et qui bénéficie de la confiance du président... pas de problème il a été sévèrement averti !

Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
tonton christobal



Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Mer 01 Aoû 2018, 20:34

Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 474
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 02 Aoû 2018, 01:46

L'ancien conseiller sécurité d'Emmanuel Macron a choisi d'occuper le terrain médiatique pour se défendre. Sa stratégie de communication, calculée au millimètre, ressemble plus à celle d'un homme politique expérimenté qu'à celle d'un mis en examen pour violences. Elle met en lumière l'entourage de l'ex-chargé de mission de l'Elysée.


https://www.marianne.net/politique/le-plan-com-trop-bien-huile-d-alexandre-benalla
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 02 Aoû 2018, 05:34

Affaire Benalla : trois pistolets non déclarés au siège d'En Marche
Par Auteur valeurs actuelles / Mercredi 1 août 2018 à 14:21 45


Affaire d'État. D'après les premiers éléments réunis par les juges, et consultés par Le Monde, Vincent Crase portait une arme le 1er mai, après avoir dit l'inverse aux enquêteurs. Ce pistolet, comme deux autres retrouvés au siège du parti présidentiel, ne sont pas déclarés.

Nouvelle vague de révélations dans l'affaire Benalla. Ce mercredi 1er août, Le Monde publie plusieurs des éléments réunis par les juges en charge de l'enquête judiciaire ouverte le 22 juillet. On y apprend notamment l'existence d'armes non déclarées au siège du parti En Marche!.

Vincent Crase armé sans autorisation
Ainsi, après avoir nié, le 20 juillet au début de sa garde à vue, avoir porté une arme lors de la manifestation du 1er mai, l'ex-employé du parti présidentiel s'est ravisé. L'homme a expliqué avoir menti, précisant être père de famille et être « en train d’acheter une maison ». « Cette affaire, si je perds mon travail, va me mettre dans une situation précaire. », aurait-il dit aux enquêteurs. Et d'ajouter : « Cette arme n’est pas à mon nom, elle appartient à LRM [La République en marche], elle est réservée pour la défense du site LRM ».

Le Monde ajoute que deux autres pistolets, des Glocks, ont également été découverts dans une armoire forte au siège d'En Marche! et « ne sont pas déclarés », selon les mots du quotidien. Vincent Crase aurait formulé une demande auprès de la préfecture, mais le dossier n'était pas complet. Il portait donc une arme sans autorisation. « J’ai toujours une arme sur moi, c’est une habitude de travail et de sécurité », expliquera-t-il. Par ailleurs, il possédait également un fusil à pompe à son domicile, sans permis.


------------------------

sachant qu'il faut une autorisation administrative pour acheter une arme de poing je me demande comment il est possible de s'en procurer une légalement et de la "déclarer" postérieurement...

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 02 Aoû 2018, 05:40

Benalla : les policiers mis en examen contredisent l'Elysée
Par Auteur valeursactuelles.com / Mercredi 1 août 2018 à 18:51 9

Incohérence. Les PV d’audition des fonctionnaires remettent en question les affirmations d’Alexis Kohler faites devant la commission des lois.

L’Elysée est visé par de nouvelles révélations dans l’affaire Benalla. Le Monde a pu consulter les PV d’audition des trois policiers mis en examen, car suspectés d’avoir remis au garde du corps des images de vidéosurveillance susceptibles de l’aider à préparer sa défense. Dans un article paru ce mercredi 1er août, le journal met le doigt sur une incohérence.

« Pour nous, Benalla représentait Emmanuel Macron »
Les fonctionnaires interrogés ont affirmé avoir agi de la sorte en raison de la proximité entre Alexandre Benalla et Emmanuel Macron. « Depuis l'élection de Monsieur Macron, les chefs du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) étaient ostracisés par la présence de Monsieur Benalla », a assuré un commissaire âgé de 30 ans. Selon lui, l’ex-collaborateur communiquait « les souhaits et les volontés du président », qu’il recevait « au quotidien » par le biais de télégrammes et de notes confidentielles. « Pour nous, Monsieur Benalla [représentait] Emmanuel Macron pour tous les sujets de sécurité », a ajouté un autre agent.

Des allégations qui mettent à mal la version donnée par Alexis Kohler, lors de son audition le 26 juillet devant la commission d’enquête du Sénat. Le secrétaire général de l’Elysée avait en effet affirmé que « la sécurité du président de la République [était] toujours assurée par le commandement militaire ou le GSPR » et qu’Alexandre Benalla « n’avait pas de responsabilités les concernant ». « Nous n'employons pas de vigiles privés pour assurer la sécurité du chef de l'État », avait-il martelé.

-------------------

à croire que les "boucs émissaires" sont lassés d'être pris pour des demeurés... si la parole se libère nous allons en apprendre de belles.



Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 02 Aoû 2018, 05:45

Assemblée : Rugy cherche la taupe dans l'affaire Benalla
Par Auteur valeursactuelles.com / Mercredi 1 août 2018 à 13:35 24

Agitation. Le président de l'Assemblée nationale aurait demandé une enquête administrative après qu'ont fuité les informations autour du badge d'Alexandre Benalla lui permettant d'accéder au Palais Bourbon.

La majorité présidentielle se met en branle. Après les révélations de l'affaire Benalla, le titulaire du Perchoir, François de Rugy, a, selon BFM TV, demandé qu'une enquête administrative soit diligentée pour savoir qui, au sein de l'Assemblée nationale, a fait fuiter les informations concernant le badge H d'Alexandre Benalla.

Des données « à caractère personnel »
Parmi ces informations, l'existence même de ce badge accordé à l'ancien chargé de mission à l'Élysée, qui lui permettait donc d'accéder au Palais Bourbon. L'enquête devrait aussi porter sur une autre fuite : l'utilisation, par l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron, de ce document pour accéder à l'Assemblée durant sa suspension de deux semaines, au mois de mai. « Les données relatives au badge électronique sont à caractère personnel et ne peuvent en aucun cas être rendues publiques », a écrit François de Rugy dans un communiqué.

-------------------

être en Bretagne et à la chambre "en même temps" ça pose problème !

Si en plus lorsque l'on ment on se fait piéger, il est temps de faire la chasse à ceux qui débusquent la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 02 Aoû 2018, 08:51

Affaire Benalla : des auditions de policiers contredisent la version de l'Elysée

Orange avec AFP, publié le mercredi 01 août 2018 à 21h00

Dans leurs procès-verbaux consultés par Le Monde, trois policiers mis en examen présentent Alexandre Benalla comme l'homme de confiance d'Emmanuel Macron. Une version tout à fait différente de celle livrée par les proches du président.

Jusqu'où ira cette "affaire Benalla" ? Après les violences lors des manifestations du 1 er mai place de la Contrescarpe.

Après les nouvelles vidéos impliquant l'ancien chargé de mission de l'Elysée au jardin des Plantes dans d'autres faits de violences. Après la perquisition à son domicile juste avant laquelle un ami d'Alexandre Benalla a "mis en sécurité" certains objets dont des armes. S'ajoutent désormais les déclarations de policiers, mis en examen pour "violation du secret professionnel" et "détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" qui viennent contredire les propos de l'Elysée au sujet d'Alexandre Benalla.

"L'homme de confiance"

On reproche à ces trois policiers, très expérimentés et haut-placés dans la hiérarchie policière, d'avoir transmis les images des caméras de la Préfecture de police afin "d'aider" l'ex-chargé de mission à préparer sa défense. Leurs versions des faits diffèrent sensiblement, mais tous s'accordent sur un point : ils n'auraient jamais agi de la sorte si Alexandre Benalla ne leur était pas apparu comme l'homme de confiance du président de la République.

Face aux enquêteurs, il y a le haut- gradé Laurent Simonin. Trente années de carrière dont plus de quinze au sein de la direction de l'ordre public et de la circulation à la Préfecture de police, il est contrôleur général et chef d'état-major adjoint. Il y a aussi Jean-Yves Hunault, officier de liaison à l'Elysée. Il venait de passer dix ans à la direction de l'ordre public et de la circulation et "avait pour mission d'assurer un lien étroit entre l'Elysée et la PP, tout en s'occupant de " l'entourage" de l'Elysée", précise Le Monde. Et puis, il y a Maxence Creusat, jeune commissaire dont les déclarations ont le plus retenu l'attention, car elles reviennent avec plus de précisions sur le rôle d'Alexandre Benalla au sein du dispositif de sécurité présidentiel.

Pour un ancien du GSPR, Benalla "perturbait" la sécurité du présidentpar BFMTV

"Depuis l'élection de M.Macron, les chefs du groupe de sécurité de la présidence de la République [étaient] ostracisés par la présence de M. Benalla", aurait-il déclaré aux enquêteurs, selon les informations du journal. "Lors des déplacements (...), [il communiquait] les souhaits et les volontés du président." D'après ce policier de la DOPC, en poste depuis 2011, M. Benalla était, en outre, destinataire, "au quotidien, des télégrammes et notes confidentielles".

"Pour nous, Benalla [représentait] Macron pour tous les sujets sécurité"

Plus précis encore, le policier donne des exemples des situations dans lesquelles il a vu Alexandre Benalla en action, au plus près du président de la République : "quand le chef de la DOPC, du GSPR et M. Benalla [étaient] ensemble sur un service d'ordre, et que le président communiquer une volonté en matière de sécurité (...), il M. Benalla sur son téléphone". Lors de la descente des Champs-Elysées du bus de l'équipe de France de football, "plusieurs témoins" auraient été impressionnés de son "lien direct téléphonique avec le président de la République afin de caler le timing", relate Le Monde. "Pour nous, M. Benalla [représentait] Macron pour tous les sujets sécurité."

Ces déclarations contredisent les explications fournies par l'entourage d'Emmanuel Macron et notamment le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler. Devant la commission d'enquête du Sénat, le 25 juillet dernier, il avait affirmé que "la sécurité du président de la République [était] toujours assurée par le commandement militaire ou le GSPR" et qu'Alexandre Benalla "n'avait pas de responsabilités les concernant", assurant que la présidence n'employait pas "de vigiles privés pour assurer la sécurité du chef de l'État".

"Il le connaissait de vue"

Plus gênant encore, le chef de cabinet de Gérard Collomb, Jean-Marie Girier, avait affirmé lundi à la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla que son ministre ne connaissait de l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron "ni son nom, ni son prénom, ni ses fonctions", confortant des déclarations du ministre. "Il le connaissait de vue", a affirmé ce proche du ministre de l'Intérieur et ancien directeur de campagne d'Emmanuel Macron. Lors de son audition Gérard Collomb avait rappelé aussi à plusieurs reprises qu'il avait "croisé" Alexandre Benalla mais pensait qu'il était "policier". Difficile à croire à la lumière de ces nouveaux témoignages.

https://actu.orange.fr/politique/affaire-benalla-des-auditions-de-policiers-contredisent-la-version-de-l-elysee-magic-CNT0000015lAmS.html

Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4199
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 02 Aoû 2018, 09:40

Les fonctionnaires de police et les gendarmes y compris les gradés de haut rang devaient en avoir ras le képi de ces omnipotents conseillers.
Il se pourrait qu'on régle des comptes...

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Basilics

avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 02 Aoû 2018, 21:14

Benalla, affaire d'État ou d'été ? Ce qui reste étonnant est que l'on ne nous a jamais parlé de M. Benalla pendant plus d'un an, et là il y a des "révélations" tous les jours, souvent se référant à une période où "on" ne nous en parlait pas.

Et ce n'est qu'un exemple parmi beaucoup d'autres, en politique mais aussi faits divers, économie, etc... Mystère des priorités médiatiques.
De même, de nombreux sujets qui font la une disparaissent ensuite du jour au lendemain. La rubrique "que sont-ils devenus" un an ou dix ans après serait pourtant intéressante.
Un conseil : garder quelques vieux journaux ou hebdos et les relire quelques années après.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 02:27

Alexandre Benalla et les mystères de son passeport diplomatique
Jeudi 2 août 2018 à 18:12 15

Trois semaines après avoir été sanctionné par ses supérieurs, Alexandre Benalla, le garde du corps d’Emmanuel Macron, s’est vu attribuer le 24 mai 2018 un passeport diplomatique.

Dans l’article qu’ils consacrent le 25 juillet dernier à l’ascension d’Alexandre Benalla, Ariane Chemin et François Krug, journalistes au Monde, font les poches du garde du corps d’Emmanuel Macron. Et surprise, mentionnent pour la première fois l’existence d’un passeport diplomatique dans le portefeuille d’Alexandre Benalla, en sus d’un badge H permettant au collaborateur d’Emmanuel Macron d’accéder librement à l’Assemblée nationale.

La liste des privilèges et des passe-droits dont bénéficie Alexandre Benalla est si importante (une Renault Talisman équipée par le garage de l’Elysée, un logement de fonction au quai Branly, une accréditation secret défense…), que personne ne prend le temps de relever cette information aussi invraisemblable qu’incongrue. Selon nos sources, aucun membre du GSPR ne dispose de ce genre de passeport. Et pourtant, Alexandre Benalla, qui est en charge de la sécurité du président, et notamment des déplacements privés d’Emmanuel Macron, bénéficie de ce précieux sésame délivré par le ministère des Affaires étrangères.

Plus troublant encore, selon les informations que Valeurs actuelles a pu recueillir, le passeport diplomatique d’Alexandre Benalla lui a été attribué le 24 mai… 2018, après que l’adjoint au chef de service de l’Elysée a achevé les quinze jours de suspension que lui a signifié Patrick Strzoda, le directeur de cabinet du président de la République et après que ses prérogatives ont été limitées et circonscrites à des fonctions de logistiques auprès du président. Trois semaines donc après avoir été « sanctionné », Alexandre Benalla se voit donc délivré un passeport diplomatique.

Etant écartée l’hypothèse d’une demande individuelle, qui, dans la chefferie élyséenne, est intervenu auprès du quai d’Orsay pour qu’il l’obtienne ? François-Xavier Lauch, son N+1, qu’aucune des deux commissions parlementaires n’a pu à ce jour auditionner ? Patrick Strzoda ? Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée ? Emmanuel Macron lui-même ? Pour quelles raisons, quand rien ne justifie dans ses fonctions qu’il puisse y prétendre ? Le mystère demeure et s’épaissit.
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

avatar

Messages : 516
Date d'inscription : 23/12/2014

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 03:12

tonton christobal a écrit:
Alexandre Benalla et les mystères de son passeport diplomatique
Jeudi 2 août 2018 à 18:12 15

Trois semaines après avoir été sanctionné par ses supérieurs, Alexandre Benalla, le garde du corps d’Emmanuel Macron, s’est vu attribuer le 24 mai 2018 un passeport diplomatique.


J'ai comme l'impression qu'on prend les Français pour des cons, je connais pas beaucoup de "bagagiste" ayant tous les passe-droits de Benalla !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 05:25

coufsur a écrit:


J'ai comme l'impression qu'on prend les Français pour des cons, je connais pas beaucoup de "bagagiste" ayant tous les passe-droits de Benalla !

Pas du tout ! Il s'agit d'une affaire normale, mettant en cause des gens normaux...

En revanche des salauds montent des "affaires" pour discréditer de braves gens. Il s'agit de "fakes" en rafales.... j'attends les plaintes contre les vilains pas beaux qui s'acharnent à compliquer le travail de notre benalla chevrille ouvriére du renouveau de la police nationale.

On se demande comment durant des dizaines d'années des présidents ont été protégés par des incompétents notoires.
Heureusement macron est arrivé et benalla va remettre tout en ordre.

On pourrait d'abord lui demander quelques explications sur sa situation... mais il est intouchable.

Nb on devrait tout de même s'interroger sur le contenu du coffre baladeur... les flingues peut être mais encore...
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

avatar

Messages : 516
Date d'inscription : 23/12/2014

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 06:00

tonton christobal a écrit:


on devrait tout de même s'interroger sur le contenu du coffre baladeur.

C'est vrais, tout est normal, Benalla applique à la lettre et même plus les recommandations de Macron "toujours plus de mobilité, d’agilité" même pour les coffre-forts.
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 474
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 19:08

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 20:42

Faire le ménage : opération classique chez les voyous.

Le mis en cause est en garde à vue, son avocat s'entretient avec lui, passage de consignes, ami informé fait le nécessaire...

Autre version : pépin survenant à un pro au centre d'affaires confidentielles... même manoeuvre mais ce sont les "collègues" voire les employeurs qui font le nécessaire.

L'opération est d'autant plus facile lorsque visiblement on ne se précipite pas pour perquisitionner ou lorsque l'on ne met pas dès l'origine de l'affaire un dispositif humain préventif en place pour conserver les lieux en l'état.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4199
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 20:53

Protéger l'accès par un simple ruban adhésif relève du pur symbole.
Il y avait peut être des bijoux de famille ou des papiers dans le coffre volant. Un passeport diplomatique par exemple, des courriers, des factures...

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 21:06

Gérard a écrit:
Protéger l'accès par un simple ruban adhésif relève du pur symbole.
Il y avait peut être des bijoux de famille ou des papiers dans le coffre volant. Un passeport diplomatique par exemple, des courriers, des factures...

des photos ou des carnets de bord... que de vilaines pensées !
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 849
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 23:12

tonton christobal a écrit:
Affaire Benalla : trois pistolets non déclarés au siège d'En Marche
Par Auteur valeurs actuelles / Mercredi 1 août 2018 à 14:21 45


Affaire d'État. D'après les premiers éléments réunis par les juges, et consultés par Le Monde, Vincent Crase portait une arme le 1er mai, après avoir dit l'inverse aux enquêteurs. Ce pistolet, comme deux autres retrouvés au siège du parti présidentiel, ne sont pas déclarés.

Nouvelle vague de révélations dans l'affaire Benalla. Ce mercredi 1er août, Le Monde publie plusieurs des éléments réunis par les juges en charge de l'enquête judiciaire ouverte le 22 juillet. On y apprend notamment l'existence d'armes non déclarées au siège du parti En Marche!.

Vincent Crase armé sans autorisation
Ainsi, après avoir nié, le 20 juillet au début de sa garde à vue, avoir porté une arme lors de la manifestation du 1er mai, l'ex-employé du parti présidentiel s'est ravisé. L'homme a expliqué avoir menti, précisant être père de famille et être « en train d’acheter une maison ». « Cette affaire, si je perds mon travail, va me mettre dans une situation précaire. », aurait-il dit aux enquêteurs. Et d'ajouter : « Cette arme n’est pas à mon nom, elle appartient à LRM [La République en marche], elle est réservée pour la défense du site LRM ».

Le Monde ajoute que deux autres pistolets, des Glocks, ont également été découverts dans une armoire forte au siège d'En Marche! et « ne sont pas déclarés », selon les mots du quotidien. Vincent Crase aurait formulé une demande auprès de la préfecture, mais le dossier n'était pas complet. Il portait donc une arme sans autorisation. « J’ai toujours une arme sur moi, c’est une habitude de travail et de sécurité », expliquera-t-il. Par ailleurs, il possédait également un fusil à pompe à son domicile, sans permis.


------------------------

sachant qu'il faut une autorisation administrative pour acheter une arme de poing je me demande comment il est possible de s'en procurer une légalement et de la "déclarer" postérieurement...



C'est une fake news (voir le site de l'Obs), il n'y a pas eu de perquisition au siege de LREM; 2eme Fake news.

Il y a vraiment beaucoup de Fake news dans cette affaire d'été.

Et toute dans le même sens; c'est drôle de voir l'alliance de l’extrême droite et de la gauche sur cette affaire, et ca c'est pas une fake news
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4199
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 03 Aoû 2018, 23:43

Thierry a écrit:
voir le site de l'Obs),

Un lien ? Merci.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 849
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Sam 04 Aoû 2018, 00:11

https://www.nouvelobs.com/politique/20180801.OBS0421/deguisement-armes-ce-que-revele-l-enquete-judiciaire-sur-l-affaire-benalla.html


C'est drole, la fake news n'a jamais a se justifier, par contre la vérité doit se justifier.

Quand aux excuses ou remords des colporteurs de fake news: on peut toujours attendre, même sur ce site ou portant on donne beaucoup de lecons
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4199
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Sam 04 Aoû 2018, 00:52

Il est très difficile de savoir si une information est vraie ou fausse. Untel dit que,  un journal écrit que, un auditionné par des parlementaires ment sous serment, les commentateurs interprètent, les forumeurs aussi!
Laissons parler la justice...quoique!

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Sam 04 Aoû 2018, 01:18

Pour ma part je cite des articles de journaux avec les références, d'autres publications donnent des informations plus ou moins différentes...

Je ne vois pas en quoi on devrait avoir des remords... d'autant qu'il n'y aurait rien à écrire, à dire ou à commenter si les gugusses n'avaient rien fait.

Ce qui semble la première constatation aussi évidente qu'indéniable à faire...
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

avatar

Messages : 516
Date d'inscription : 23/12/2014

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Sam 04 Aoû 2018, 03:24

thierry a écrit:
.

Et toute dans le même sens; c'est drôle de voir l'alliance de l’extrême droite et de la gauche sur cette affaire, et ca c'est pas une fake news

Et à l'UPR, on est à l'extrême, droite, gauche, centre ?

François Asselineau a été le seul home politique français à faire appel aux parlementaires pour qu’ils engagent l’article 68 de la Constitution
Article dit de destitution

https://www.upr.fr/actualite/appel-de-francois-asselineau-aux-parlementaires-dopposition-pour-quils-engagent-larticle-68-de-la-constitution

Quant aux fake-news, voulez-vous quelques-unes de Macron lui-même ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13753
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Sam 04 Aoû 2018, 03:51

thierry a écrit:
https://www.nouvelobs.com/politique/20180801.OBS0421/deguisement-armes-ce-que-revele-l-enquete-judiciaire-sur-l-affaire-benalla.html


Où on lit:

Citation :
Joint par "l'Obs", Christophe Castaner dément les informations du quotidien :
""Ce ne sont pas des informations et à ma connaissance aucune 'arme non déclarée' ne se trouve dans les locaux d'En Marche !. Il n'y a d'ailleurs pas eu de perquisition, mais un déplacement de la police judiciaire dans le cadre de l'enquête. Et il n'y a eu aucune saisie dans ce cadre.""

Ce que semble confirmer une source judiciaire à "l'Obs". Elle évoque un déplacement des enquêteurs dans les locaux de LREM afin de se faire remettre des documents relatifs aux conditions dans lesquelles Vincent Crase pouvait détenir une arme, et pas "une perquisition".

Curieux, j'ai été voir la page https://www.police-nationale.interieur.gouv.fr/Organisation/Direction-Centrale-de-la-Police-Judiciaire/Les-actes-d-enquete où je n'ai pas trouver la définition d'un "déplacement de la police judiciaire"...
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4199
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Sam 04 Aoû 2018, 04:21

Un déplacement de la police judiciaire... dans un lieu privé et dans le cadre d'une enquête : c'est quoi exactement ?

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Basilics

avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Sam 04 Aoû 2018, 05:57

Les bienveillants à l'égard du pouvoir macronien sont quelque peu submergés par l'avalanche de révélations quasi-quotidienne ces temps-ci.
Une mesure de précaution, toujours utile dans les affaires mediatico-judiciaires, est d'attendre quelques jours pour évaluer la durée de vie des scoops.

Un deuxième élément est de comparer aux quinquennats ou septennats précédents. Je pense en particulier aux soupçons de "cabinet noir" qui ont affecté quelques septennats : Mitterrand, écoutes illégales de centaines de personnes qui ont donné lieu à procès et condamnation (pour écoutes illégales) sauf erreur.
Mais aussi Chirac, avec les fausses accusations visant son adversaire (à la présidentielle) Jospin et son acquisition d'une maison sur l'île de Ré. Le soupçonné Jospin avait dû prouver son innocence, alors que la règle dans notre démocratie exige que l'accusation prouve la culpabilité. Passons.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Sam 04 Aoû 2018, 15:59

A ce jour avec la mise out de fillon je crois que le record a été battu surtout lorsque l'on connait un peu les arcanes de la procédure et que l'on constate avec le temps la suite qui est donnée.

Je fais tout à fait confiance au premier communiant pour dans bien des domaines dépasser ses prédécesseurs.

Dans le domaine judiciaire nombre de bornes ont été franchies et visiblement nous en sommes au début.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13753
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 05 Aoû 2018, 06:08

Citation :
Une minorité de comptes a inondé Twitter pendant l'affaire Benalla

AFP, publié le vendredi 03 août 2018 à 15h22

Près de la moitié des tweets sur l'affaire Benalla ont émané de comptes Twitter "pro-Mélenchon", "pro-Rassemblement national" et "russophiles", dont certains sont automatisés, selon une analyse d'EU DisinfoLab, une ONG luttant contre la désinformation.

Avec 4 millions de tweets publiés par quelque 250.000 personnes, l'affaire Benalla a trouvé une résonance "énorme" sur les réseaux sociaux, toutefois "1% des comptes ont publié 44% du contenu", a expliqué vendredi à l'AFP Alexandre Alaphilippe, chercheur au sein de cette ONG, en précisant que ces premiers éléments d'analyse seront complétés une fois l'étude terminée.

Parmi ces quelque 2.600 comptes, "il y a des comptes qui sont à la fois pro-Mélenchon, pro-Rassemblement national", mais aussi "russophiles", certains appartenant à des personnes réelles et d'autres à des comptes "à pseudonymes ou automatisés" tweetant "24 heures sur 24", détaille l'expert.

"Ce sont des comptes qui génèrent du trafic et qui ont la capacité de toucher pas mal de monde. Certains sont impliqués dans tous les débats depuis la campagne présidentielle", ajoute-t-il.

Invité par l'AFP à réagir à l'étude, le secrétaire d'État au Numérique, Mounir Mahjoubi, a estimé qu'il y avait "clairement eu une volonté opportuniste d'utiliser une +actualité chaude+ pour accélérer sa diffusion et favoriser une polarisation de l'opinion".

M. Alaphilippe souligne toutefois que des "comptes pro-Macron" ont eux aussi abondamment tweeté sur l'affaire Benalla.

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a affirmé lors du compte-rendu du Conseil des ministres "se réjouir que toute la transparence soit faite sur la diffusion de ce type de messages".

M. Griveaux a également jugé positive une initiative du groupe de centre-droit Agir, qui a demandé à Philippe Bas, le président de la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla, de faire en sorte que la commission se saisisse de "la manipulation attribuée aux comptes russophiles sur Twitter pour déstabiliser l'exécutif français."
https://actu.orange.fr/politique/une-minorite-de-comptes-a-inonde-twitter-pendant-l-affaire-benalla-CNT0000015pjFZ.html
Revenir en haut Aller en bas
Basilics

avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 05 Aoû 2018, 08:27

Larrivé s'est montré un intraitable co-rapporteur de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla. Il a droit à une Real news du Canard :
"Quand, sous Sarkozy en 2011, Larrivé était conseiller pour les affaires (sic) juridiques et institutionnelles, il s'était farouchement opposé à l'ouverture d'une commission d'enquête parlementaire sur l'affaire dite "des sondages de l'Elysée". Raisons invoquées par lui, à l'époque : une enquête judiciaire en cours et le principe de séparation des pouvoirs.
Sept ans plus tard, le cas de figure est pratiquement identique puisque Benalla est aussi sous le coup d'une enquête judiciaire. Mais Larrivé à oublié ses leçons de droit antérieures.'
Costume réversible et droit élastique !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 05 Aoû 2018, 16:27

Sans avoir besoin d'aller bien loin nous allons donc excuser les erreur ou les turpitudes actuelles en rappelant celles des autres... C'est la méthode qui permet de mettre en place la "nouvelle société exemplaire" dont on nous rabat les oreilles.

Alors allons y :
Lorsque l'on a déglinguer fillon on a demandé à sa femme des preuves de son travail... la charge de la preuve relève de l'accusation.
Il est vrai que prouver que rien n'a été fait est plus délicat que de justifier du contraire...
Ne parlons même plus du secret de l'instruction... chercher à savoir qui provoque les fuites est interdit (on protège celui qui ne respecte pas la loi)
On a annoncé l'inculpation de fillon avant même de l'avoir entendu (c'est une merveille de logique juridique)

Inutile de développer plus avant dans cette affaire les hérésie juridiques abondent...

Pour benalla un des point juridiquement intéressant est l'affaire connexe des armes où les contre vérités abondent... là il devrait y avoir du monde de mouillé si on croit ce qui est écrit dans la presse, mais il a été décidé de ne pas s'y intéresser...

Sachant qu'en France pour entrer légalement en possession d'une arme de poing il convient de se présenter cher un armurier avec le document préfectoral qui va bien... une arme ne peut être légalement détenue et régularisée ultérieurement à moins qu'elle ait une provenance irrégulière et que par des artifices politico administratifs on parvienne à la faire enregistrer à postériori.
Là il y a une manipe intéressante à connaitre.
Pour mon info personnelle je souhaite avoir des détails car des horizons de réflexions s'ouvrent : comment des armes non enregistrée en provenance d'un circuit non officiel peuvent se retrouver au siège d'un parti politique... pour régularisation éventuelle future.
Ne parlons même pas du quidam employé du parti qui porte le calibre sur la voie publique pour jouer au policier... c'est la totale !

Pas besoin d'appeler maigret au secours pour déterminer qu'il y a un os. Mais on ne s'occupe pas de ce dossier.

Pour le reste le raisonnement qui consiste à justifier ses fautes en arguant de celles des autres me rappelle ce que disait un truand de haut vol bien connu : lorsque l'on a les deux mains sales, bien passées sous le robinet l'une lave l'autre et inversement... au bout du compte les deux sont propres.

Conclusion : doit on penser que la morale des truands devient la justification des turpitudes de nos politicards ?
Revenir en haut Aller en bas
Basilics

avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 05 Aoû 2018, 17:40

Il ne s'agit pas de justifier, mais de rappeler les contradictions de l'auto-proclamé justicier LR, qui a quelques grosses taches sur son costume (réversible) immaculé. Question : ce co-rapporteur agit-il pour rechercher la vérité ou pour faire un coup politique ? J'ai mon idée.

Mais sur le fond, commission d'enquête en même temps qu'information judiciaire, ou séparation des pouvoirs, il y a des questions en attente de réponse. Pour ce qui est de son budget, et son utilisation, le Parlement aime bien invoquer la séparation des pouvoirs.

Pour Fillon, bien que non votant pour lui, je trouve dommage en effet qu'il ait été "empêché" d'accéder au 2e tour, ne serait-ce que pour la tenue du débat entre les 2 tours. Même si à la fin c'est Macron qui gagne Wink


Dernière édition par Basilics le Lun 06 Aoû 2018, 06:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 05 Aoû 2018, 18:00

Comme en France tout devient juridique ou judiciaire nous ne sommes pas sortis de l'auberge.

Lorsque ce sont des juges qui décident s'il est possible de mettre en place en France une ferme de 1000 vaches (ce qui est fréquent en Europe) on pourrait commencer à se demander si nous ne marchons pas sur la tête.

Comme "en même temps" les techno-politicards ( il faut bien occuper les fournées annuelles d'énarques que l'on fabrique à la chaine) font de la gestion politique de l'économie on ne se simplifie pas le travail.

Pour couronner le tout les juges qui devraient appliquer la loi s'acharnent à faire le contraire et s'érigent en parlementaires pour légiférer, nous avons le bordel environnemental actuel dans lequel on patauge allègrement tant il est vrai que dans le désordre il y a souvent gros à gagner.

Avec macron nous avons un remarquable concentré de technocrate politicard téléguidé par des puissances économiques et médiatiques pour qui la France et les Français sont quantité négligeable sauf sur le plan financier...

Du pain et des jeux pour le reste on s'occupe de tout ! surtout de notre fric.

Pour les questions qui intéressent les manants elles ne sont pas au programme.
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 474
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 05 Aoû 2018, 22:38

Affaire Benalla: Pas d'élargissement des investigations à la disparition du coffre contenant des armes ( sans doute ce coffre ne contenait-il pas que des armes, d 'où la prudence du procureur, qui est placé sous l 'autorité du ministre de la justice )

https://www.20minutes.fr/faits_divers/2317323-20180803-affaire-benalla-elargissement-investigations-disparition-coffre-contenant-armes
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 26 Aoû 2018, 15:26

Affaire Benalla : le couple de la Contrescarpe n'a pas menti

/ Mardi 7 août 2018 à 18:1132

Vérité. Selon des courriers que s'est procurés Le Monde, le couple violenté le 1er mai place de la Contrescarpe, à Paris, n'a pas d'antécédents judiciaires et n'a pas provoqué de violences “graves” lors de cette journée.

L'affaire Benalla prend un nouveau tournant, ce mardi 7 août. D'après des courriers consultés par Le Monde, deux services de police ont indiqué au procureur de la République de Paris que le jeune couple molesté place de la Contrescarpe, le 1er mai dans la capitale, est vierge d'antécédents judiciaires, n'a pas cherché à dissimuler son identité et n'a pas provoqué de violences « graves » ou « répétées » contre les CRS présents sur place.

Michel Delpuech dans l'erreur
Plusieurs protagonistes de l'affaire, ainsi que plusieurs médias, avaient affirmé que les deux trentenaires avaient dissimulé leur identité et leur adresse. Ainsi, le 25 juillet, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, avait affirmé face à la commission des lois de l'Assemblée nationale que les deux jeunes gens « n’avaient pas de papiers sur eux » et avaient « déclaré de fausses identités ».
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 26 Aoû 2018, 15:28

Quand le préfet de police remerciait son “cher ami” Benalla

/ Mercredi 8 août 2018 à 07:1836

Affaire Benalla. Michel Delpuech avait déclaré sous serment ne pas connaître Alexandre Benalla. Mais les perquisitions effectuées au domicile de ce dernier ont permis de découvrir une carte de remerciement amicale de la part du préfet de police.

Dans une carte révélée par le Canard enchaîné, le message adressé par Michel Delpuech à Alexandre Benalla vient contredire ses déclarations sous serment devant l’assemblée, où le préfet de police affirmait ne pas connaître Benalla.

« Merci pour la magnifique photo-souvenir »
Retrouvée durant les perquisitions du domicile de l’ex-collaborateur de Macron, la carte du préfet de police datée du 22 janvier commence par un « cher ami », qu’il remercie d’avoir pris « une magnifique photo-souvenir » de « quelques forces de l’ordre autour du couple présidentiel ».

Pourtant, 4 mois plus tard, Michel Delpuech déclarait devant la commission d’enquête du Parlement ne pas connaître Alexandre Benalla. « Je n’ai jamais eu son numéro de téléphone portable », s’était-il défendu devant les députés. Il avait même condamné les « dérives individuelles inacceptables, condamnables, sur fond de copinages malsains » au sein du pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 26 Aoû 2018, 15:32

Benalla est “très sensible à la cause musulmane”, selon l’avocat Karim Achoui
Par valeursactuelles.com

Samedi 21 juillet 2018 à 18:5965

Connaissances. En 2013, le proche d’Emmanuel Macron aurait fréquenté l'avocat qui a défendu des grandes figures du banditisme.

Peu à peu, de nouvelles informations sont révélées par les médias sur Alexandre Benalla, tout comme ses fréquentations.
Ainsi, M6 révèle que celui qui a été aperçu dans une vidéo en train d’agresser violemment un manifestant le 1er mai côtoyait l’avocat Karim Achoui. La chaîne rapporte que l'avocat qui a défendu des grandes figures du banditisme et a été radié du barreau de Paris, « notamment pour manquements déontologiques », aurait fait appel aux services de l’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron en 2013.

« Il était très sensible à la cause musulmane »
A l’époque, Karim Achoui « venait de créer la Ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM), qui selon ses statuts se donnait pour objet de ‘défendre judiciairement les individus victimes de discriminations fondées sur leur appartenance supposée ou réelle à la religion de l’islam et leurs convictions religieuses’ », indique M6. Il avait alors reçu des menaces de mort.

Cependant, à M6, l’avocat indique qu’il n’a jamais été protégé par Alexandre Benalla : « Il n’a jamais été mon garde du corps. Nous nous sommes fréquentés pendant deux ans ». « Il était très sensible à la cause musulmane et à la Ligue de défense judiciaire des musulmans », conclut l’avocat aujourd’hui inscrit au barreau d’Alger.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 26 Aoû 2018, 15:48

La compagne d'Alexandre Benalla joue au chat et à la souris avec les enquêteurs
6Medias, publié le mercredi 22 août 2018 à 21h00

L'affaire Benalla est loin d'être terminée. Un article du Parisien publié le 22 août 2018 révèle le rôle trouble de la compagne d'Alexandre Benalla.

Les révélations ne sont pas terminées dans l'affaire Benalla.
Selon un article du site du Parisien, la compagne de l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron aurait joué un rôle trouble dans l'affaire. Comme le rappelle le quotidien, Myriam semble pourtant de prime abord n'être qu'un personnage secondaire. Elle n'est en effet nullement impliquée dans la décision de son concubin de se déguiser en policier le 1er mai et d'arrêter un jeune couple, place de la Contrescarpe (Paris).

Comme le raconte le Parisien, les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance à la personne (BRDP) ont pourtant été poussés dans leurs retranchements. L'objectif : comprendre comment le coffre-fort d'Alexandre Benalla a pu disparaître du domicile commun. Dès le début de sa garde à vue, l'ex-collaborateur du président de la République refuse de dire où se trouve sa concubine afin de « la protéger. » Au moment de perquisitionner le domicile du couple, Alexandre Benalla affirme que sa compagne est la seule à disposer des clés du couple et qu'elle se trouve actuellement à l'étranger. Les forces de l'ordre tentent alors de forcer la serrure mais elle est, selon Le Parisien, munie d'un système inviolable. Lorsqu'ils parviennent enfin à pénétrer dans l'appartement, le lendemain, le coffre-fort, où étaient remisées ses armes, trois pistolets automatiques et un Remington, toutes détenues légalement, a disparu.

Problème pour Alexandre Benalla : sa compagne ne semble pas avoir été à l'étranger lorsqu'il l'a indiqué. Les enquêteurs ont employé les grands moyens dans leurs recherches, effectuant notamment des vérifications pour savoir si la jeune femme s'est présentée à une « plateforme d'embarquement » d'un aéroport. Sans succès. D'après les informations du Parisien, elle aurait été géolocalisée dans le XVIe arrondissement de Paris. L'examen des appels passés et émis montre une intense activité. Ils sont destinés, semble-t-il, à annuler les formalités du mariage. D'après les informations du Parisien, Myriam n'a toujours pas été entendue par la justice, malgré un courrier de « prise de contact ».
Contactée par le quotidien, la compagne d'Alexandre Benalla n'a pas donné suite.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 30 Aoû 2018, 21:09

Nyssen, Kohler, Benalla: comme un parfum de Mitterrandie…
Fais ce que je dis, pas ce que je fais
par
Arnaud Benedetti
- 27 août 2018

________________________________________
Nyssen, Kohler, Benalla, le macronisme a connu un été perturbé. Sous la canicule, le pare-feu a brûlé. Et la présidence « exemplaire » du patron n’a même plus les apparences pour se sauver.
________________________________________

Été meurtrier pour le macronisme ! Né d’une prétention au renouvellement, renforcé par une campagne électorale subitement renversée par un haut-le-cœur moral, scellé par une entrée congédiant des ministres centristes percutés par l’ombre d’un soupçon, inauguré par une loi de moralisation, l’ère nouvelle prétendait recommencer la République. Un an plus tard, en effet, elle la recommence mais sous cette forme étrangement poisseuse qui année après année, décennie après décennie, décolle toujours plus un nombre croissant de citoyens de la chose publique.

Aux noms du père
Benalla, Kohler, Nyssen : trois noms, trois moments, trois questions qui installent selon des prismes différents un climat d’autant plus corrosif qu’il prend place dans un contexte de montée des doutes quant aux choix économiques de la majorité. La faiblesse de la croissance démultiplie en effet le coefficient de défiance suscité par les pathologies et irruptions scandaleuses.

La Macronie exhale subitement un parfum de Mitterrandie : même goût du secret, même sentiment de toute-puissance, même indulgence pour les comportements négligents de proches… À y regarder de près, chacun des cas – Benalla, Kohler , Nyssen – contribue à altérer un pan spécifique de l’image présidentielle ou à en souligner certaines des aspérités. Avec le premier, le prestige de la fonction, objet de toutes les attentions depuis le début du mandat, est collisionné plein face par un instantané où le ridicule, manière « pied-nickelés », côtoie l’eau trouble des « barbouzeries » ; le second, lui, réactive ce sentiment latent d’un macronisme, fruit de l’entresoi des oligarchies et de leurs potentiels arrangements souterrains, à l’opposé des besoins du peuple ; avec la dernière, le hiatus entre la parole et les actes, la loi pour le commun et l’exception pour les puissants mine la promesse d’exemplarité. Benalla altère la notion d’ordre public, Kohler celle de l’intérêt général et Nyssen le principe de l’égalité devant la norme. Métaphoriquement, la répétition de ces événements au cœur de l’été perturbe, effet de série aidant, l’ergonomie moralisante du pouvoir. Elle réveille aussi un sismographe médiatique qui retrouve, après un laps de bienveillance, sa double fonction d’alerte et de critique.

Les apparences sont révélatrices
Ce plan-séquence opère ainsi comme un inquiétant révélateur de la nature du macronisme ; il confirme ce que le régime doit à sa com’ d’abord, ingrédient constitutif d’une aventure devenue pouvoir par le biais de circonstances atypiques. Tout exécutif compte sur la gestion des apparences pour légitimer son assise ; mais celui-ci, plus qu’un autre peut-être ces dernières années, tend à faire de la production d’une impression générale le mode opératoire de sa gouvernance au prix d’une représentation toujours plus en décalage avec sa pratique réelle des institutions. C’est ce « gap » désormais qu’illustrent les cas Benalla, Kohler, Nyssen, érodant la scène parfaite que le macronisme, animal attentivement, voire obsessionnellement, communicant entendait ériger à l’instar d’un écran protecteur. Les ultra-violets du retour à la réalité allergisent désormais la peau de l’exécutif. Ce tournant n’est pas qu’estival ; il est avant tout quinquennal, basculant et précipitant le mandat dans cette zone d’inconfort retrouvé qui rappelle que la politique, une fois qu’on la dissocie de la com’, est in fine l’art douloureux de la controverse permanente ! Rattrapé par ce qu’elle avait prétendu dénoncer, combattre et dépasser, la majorité est désormais confrontée à ses contradictions existentielles. Parions que la « com’ pol’ » risque de constituer un onguent bien incertain pour légitimer jusqu’au bout du mandat une pratique du pouvoir aussi éloignée de ses promesses initiales…
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 30 Aoû 2018, 23:30

Démission Hulot, non événement ou cataclysme?
Publié le 28 août 2018par maximetandonnet

La démission de M. Hulot est à la fois l’un et l’autre, non événement et cataclysme.
Tout le monde savait depuis longtemps que l’histoire allait se terminer ainsi, depuis le premier jour. Quand allait-il démissionner? Telle était la seule question à son sujet.

M. Hulot n’est pas un homme public, il n’est pas un élu, ni un responsable national ayant eu à prendre et à assumer des décisions pour l’intérêt général. Il est un homme de spectacle, un animateur de télévision.
Il n’a pas été nommé pour son expérience de la chose publique, ni son sens de l’intérêt de l’Etat. Non, il est entré au gouvernement dans le cadre d’une opération de communication, comme un symbole de la société médiatique.
Il était désigné par tous les sondages comme le Français le plus aimé des Français. Il fut une prise de guerre, un formidable coup de communication. D’autres présidents avaient essayé de le ferrer auparavant. Ils n’y étaient pas parvenus.
Cette fois, l’opération a fonctionné. C’est sa popularité qui entrait au gouvernement, pas sa compétence d’homme d’Etat. M. Hulot s’est laissé entraîner par le grand vent d’optimisme qui a soufflé sur la « France dite d’en haut » à la suite de l’élection présidentielle de 2017. Il a voulu faire partie du « nouveau monde » qui soi-disant, devait balayer « l’ancien ».
Cet été, il a senti que le vent tournait et que tout cela n’était pas bon en termes d’image personnelle. Alors, il a démissionné: c’est bien normal. Mais au-delà, nous assistons bien à un naufrage général, à l’effondrement d’une vision de la politique entièrement fondée sur le culte du je narcissique, de la posture, de la frime et de la communication à outrance.
Nous assistons à la mort d’une conception de la vie publique fondée sur la négation du bien commun, la manipulation de masse et le mépris des gens. Qu’en sortira-t-il? Nous n’en savons rien.
Cette démission marque une étape de plus dans la grande implosion de la vie publique en cours depuis 6 ou 7 ans. Le fond de l’abîme n’est pas encore atteint. Un jour viendra l’heure de tout reconstruire.

Mon espoir: le retour à la Res publica, à la démocratie, à la notion de gouvernement collectif pour l’intérêt général… Mais je le sais, nous en sommes loin…
Maxime TANDONNET
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 30 Aoû 2018, 23:32

Hulot retourne à la campagne

Par Alexandre Goldfarb

Encore un problème pour Macron de plus en plus seul.
À force d’avaler des couleuvres, le ministre Hulot a fini par partir, écœuré par cette politique qui allait à l’encontre de ses propres idées et idéaux.
15 mois seulement auront donc suffi pour le chasser de ce gouvernement !
Hulot n’était pourtant pas dupe, lui qui avait toujours refusé un poste avait fini par croire au changement tant vanté et proposé par Macron…

Hulot est un grand naïf en politique…
La politique n’est pas un jeu télé !
Hulot l’a appris à ses dépens.

Genre « tel est pris qui croyait prendre. »
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 30 Aoû 2018, 23:34

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 30 Aoû 2018, 23:36

Un proche d'Emmanuel Macron nommé à un poste très convoité

6Medias, publié le mercredi 29 août 2018 à 20h45

Un ami d'Emmanuel Macron, l'écrivain Philippe Besson, devrait être nommé à un poste convoité de la diplomatie, selon les informations du Monde. L'homme est l'auteur d'un ouvrage sur le président.

Cette nomination pourrait faire des vagues.
À en croire les informations du Monde, l'écrivain Philippe Besson, doit être nommé à un poste très convoité de la diplomatie française, à savoir consul de France à Los Angeles. L'homme de 51 ans devrait prendre la place de Christophe Lemoine qui était en poste jusqu'à présent (depuis 2015), un ancien chef de cabinet de Laurent Fabius. Pourquoi ce début de polémique ? Parce que Philippe Besson n'est autre que l'auteur d' "Un personnage de roman", un ouvrage consacré à... Emmanuel Macron et sa campagne. Lors de cette campagne présidentielle justement, l'auteur avait pu recueillir bon nombre de confidences, raconte Le Monde, le chef de l'État lui expliquant sa conception "radicale du pouvoir". Proche de Brigitte Macron, il avait aussi été un des invités du fameux dîner de la Rotonde, où Emmanuel Macron avait fêté son premier tour.

Élargissement des viviers"

Du côté du gouvernement, on semble confirmer l'information et on précise d'ailleurs que cette nomination s'inscrit dans une "politique d'élargissement des viviers de nomination, comme partout dans la fonction publique". Le Monde qui informe d'ailleurs que le ministre des Affaires étrangères avait changé les règles de nomination de certains postes de consuls, dont celui-là, lors d'un conseil des ministres le 3 août dernier. L'occasion de nommer des fonctionnaires et non-fonctionnaires.

Philippe Besson a déjà écrit une vingtaine de romans, adaptés pour certains au cinéma ou au théâtre. Selon le journal, l'écrivain aurait été séduit par le Président après son départ de Bercy. L'homme avait alors eu "une illumination". Une nomination synonyme de belle récompense ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Jeu 30 Aoû 2018, 23:39

Affaire Benalla : l'audition d'un conseiller de Macron réclamée par un syndicat de police

Orange avec AFP, publié le mercredi 29 août 2018 à 17h40

Le syndicat de policiers Vigi (ex-CGT-police) a demandé ce mercredi 29 août aux juges d'instruction d'auditionner "au plus vite" le conseiller de l'Élysée, Ismaël Emelien, dans l'affaire Benalla. Celui-ci a détenu les bandes de vidéosurveillance frauduleusement transmises à Alexandre Benalla par trois policiers.

Lors de leur garde à vue, deux de ces agents de la préfecture de police de Paris avaient fait des déclarations laissant supposer que ces images avaient été remises au conseiller du président par Alexandre Benalla.
Le 26 juillet, l'Élysée avait confirmé que le discret conseiller d'Emmanuel Macron, Ismaël Emelien, avait eu en sa possession le CD qui vaut à Alexandre Benalla d'être mis en examen pour "recel de détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "recel de violation du secret professionnel".

"Indispensable à la manifestation de la vérité"

"Monsieur Emelien n'a pourtant pas été entendu par les enquêteurs", s'étonne Me Yassine Bouzrou dans cette demande d'acte déposée mercredi au nom du syndicat Vigi, partie civile dans cette affaire. "Il est indispensable à la manifestation de la vérité d'établir si Ismaël Emelien a ou non participé à ces faits", écrit l'avocat. En juillet, le député Les Républicains (LR) Guillaume Larrivé, corapporteur de la commission d'enquête de l'Assemblée sur cette affaire, avait demandé, en vain, l'audition du conseiller.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 31 Aoû 2018, 00:44

Affaire Françoise Nyssen : l'opération de police dans les locaux d'Actes Sud, à Paris, est terminée

Le figaro.fr Publié le 29/08/2018 à 12:03

La ministre de la Culture a été épinglée par le Canard Enchaîné pour des travaux présumés illégaux qu'elle aurait entrepris alors qu'elle était à la tête de la maison d'édition. Une source proche de l'enquête a confirmé à BFMTV que les forces de l'ordre ont procédé ce matin à des constatations au siège parisien de la maison d'édition.

La rentrée s'avère plus compliquée que prévu pour le gouvernement. Après la démission surprise mardi du ministre de l'Écologie, Nicolas Hulot, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen est de nouveau au cœur de la tourmente. Les locaux parisiens de la maison d'édition Actes Sud ont été visités par la police. D'après une source proche de l'enquête, qui s'est exprimée auprès de BFMTV, les forces de l'ordre procéderaient à des constatations pour mettre à jour ou non d'éventuelles irrégularités.

Françoise Nyssen a été épinglée par le Canard Enchaîné le 22 août pour des travaux présumés illégaux qu'elle aurait menés entre 1997 et 2012 au siège de la maison d'édition Actes Sud, alors qu'elle en était la dirigeante. Les policiers sont arrivés ce mercredi à l'hôtel particulier sis au 18 rue Séguier. Un bâtiment inscrit aux Monuments historiques, avec des appareils photos et des instruments de mesure.

La ministre est visée par une enquête préliminaire ouverte le 23 août par le parquet de Paris pour des travaux d'agrandissement présumés illégaux. Elle n'aurait pas demandé les autorisations nécessaires, ni déclaré ces ouvrages au fisc, échappant ainsi à un impôt de 50.000 euros. Actes Sud a confirmé sa volonté de «régulariser la situation». Une annonce à laquelle Françoise Nyssen a réagi en expliquant «qu'aucune entreprise n'est au-dessus des lois».
En juin dernier, LeCanard Enchaîné avait déjà dénoncé les agissements de Françoise Nyssen à la tête d'Actes Sud. Cette ancienne diplômée de l'école d'urbanisme de Bruxelles aurait, une nouvelle fois sans autorisation, fait agrandir les locaux d'Arles(Bouches-du-Rhône) en 2017.

-----------------

Pas de problème : elle n'envisage pas de démissionner...


Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 31 Aoû 2018, 00:47

La fin du « nouveau monde » ouvre une ère d’incertitude

Par Maxime Tandonnet, essayiste, auteur de « Histoire des présidents de la République » (Perrin)

Lors de son interview au Point, le 29 août 2017, le président Macron dénonçait « les forces du monde ancien» qui « font échouer la France ». En mai-juin 2017, l’accession au pouvoir des nouvelles équipes dirigeantes, à l’Elysée, à Matignon comme au Palais Bourbon, fut le fruit de l’élection présidentielle la plus chaotique de l’histoire. Le succès électoral d’En Marche est donc né d’un vertigineux scandale. Il s’inscrivait dans le contexte d’un pays traumatisé par la succession d’affaires et de drames mettant en cause ses dirigeants, à l’image de l’emblématique « affaire Cahuzac ».

En réaction contre le naufrage de la politique française dans un climat à la fois délétère et explosif, tournant le dos aux personnalités et aux partis traditionnels, en 2017, les Français, assoiffés d’exemplarité, ont porté au pouvoir des hommes et des femmes incarnant le renouvellement. La transformation de la vie publique française dans le sens de la vertu, s’est imposée comme la clé idéologique de la nouvelle équipe dirigeante.

Ce contexte explique l’ampleur prise par l’affaire Benalla qui a accaparé l’actualité nationale pendant trois semaines. Les faits eux-mêmes sont certes accablants pour l’auteur des violences, mais sans commune mesure avec les séismes qui ont ébranlé l’histoire politique française (Rainbow Warrior par exemple). En revanche, ils ont profondément choqué par les révélations en cascade qui en sont issues, soulignant les phénomènes de clanisme, de dissimulation, de courtisanerie et d’obséquiosité, qui imprègnent, aujourd’hui comme hier, l’exercice du pouvoir.

2017 fut l’été d’une espérance pour une partie de l’opinion publique, 2018 celui d’une désillusion. Cette affaire marque une étape supplémentaire, et sans doute décisive, dans la prise de conscience, par une majorité des Français, du caractère trompeur de la thématique d’un « nouveau monde ».

Au fond, rien n’a changé. Ils ont l’impression d’avoir été mystifiés comme ils le furent en 1981 par le discours assimilant la victoire de François Mitterrand à un passage de la « nuit à la lumière ». Ils retiennent de l’affaire Benalla que rien ne ressemble plus à l’ancien monde que le soi-disant nouveau.

La fin des illusions met en évidence les constantes de la vie politique française, qui depuis des années, entraînent le pays sur une pente fatale. Le culte de la personnalité d’un autre âge ne fait qu’occuper le vide laissé par la mort du débat d’idées et l’absence de solutions aux difficultés de la France. L’image personnelle des dirigeants s’impose comme la motivation suprême de l’engagement politique, au détriment du bien commun. L’élection ou la réélection justifie toutes les démagogies.

La communication se substitue toujours davantage à l’autorité de l’Etat, aux choix de gouvernement et à l’action authentique. La fracture démocratique ne cesse de se creuser entre une minorité dirigeante, déconnectée des réalités quotidiennes, et la population – infiniment plus lucide que ne le pensent les hommes et femmes de pouvoir –, qui se sent abandonnée avec ses difficultés et ses inquiétudes.

La vie politique continue à sombrer dans le spectacle nihiliste, dominé par les polémiques, les crises d’hystérie, les phénomènes d’idolâtrie et de lynchage. Le discours sur la « transformation » de la France ne suffit plus à masquer la réalité d’une aggravation continue des maux dont elle souffre: vertigineux déficit du commerce extérieur ; explosion de la dette publique ; poids des prélèvements fiscaux et sociaux; chômage qui, en comparaison avec les autres puissances comparables,  ne connaît guère d’amélioration; violence quotidienne ; situation préoccupante du système scolaire et universitaire ; haut niveau de pauvreté ; absence de réponse crédible à la crise migratoire européenne ; une société toujours plus déchirée et conflictuelle. Sur les grands sujets de préoccupation des Français, aucune amélioration n’est en vue.

Aujourd’hui, la question fondamentale est celle de l’avenir de la politique française sur lequel un épais brouillard est tombé. Après la dissipation du rêve d’un « nouveau monde », que reste-t-il à espérer ? La France est entrée dans une ère d’incertitude. Tout est possible: une radicalisation, portant au premier plan des partis ou personnalités « antisystème » ; la poursuite indéfinie, au-delà de 2022, de l’expérience actuelle ; une alternance et le retour au pouvoir d’un parti classique ayant su se moderniser et élargir son assise électorale ; ou encore une prise de conscience de la tragédie de la politique française, une remise à plat d’un régime à bout de souffle pour en finir avec la dictature des chimères et renouer avec la notion de gouvernement, de vérité, de destin collectif, d’intérêt général et de res publica. Cette dernière alternative n’est hélas pas la plus vraisemblable…

Maxime TANDONNET
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Ven 31 Aoû 2018, 01:33

Agnès Saal, ex-patronne de l'Ina, nommée haut fonctionnaire à l'égalité au ministère de la Culture

AFP, publié le jeudi 30 août 2018 à 10h55

L'ex-patronne de l'Institut national de l'audiovisuel (Ina) Agnès Saal, qui avait été suspendue pour des frais de taxis indus, a été nommée haut fonctionnaire à l'égalité, la diversité et la prévention des discriminations auprès du secrétaire général du ministère de la Culture, selon un arrêté publié au Journal Officiel.

Ce poste d'une durée de trois ans prendra effet à compter de samedi 1er septembre, selon l'arrêté publié mercredi au JO.

Directrice générale du centre Pompidou de 2007 à 2014, puis présidente de l'Ina de mai 2014 à avril 2015, elle avait dû démissionner après des révélations sur ses dépenses excessives en taxis (près de 24.000 euros à l'Ina et près de 24.000 euros au Centre Georges-Pompidou), qui lui ont valu 6 mois de suspension sans solde et une condamnation à trois mois de prison avec sursis et une double amende.

Elle avait réintégré le ministère de la Culture à l'été 2016, en tant que chargée de mission auprès du secrétariat général pour piloter les démarches de labellisation Afnor sur l'égalité professionnelle et la diversité.

-------------------

nouveau monde,ancien monde ... bonnet blanc et blanc bonnet comme disait Jacques.

les frais de taxi en plus de ceux de la bagnole avec chauffeur...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Sam 01 Sep 2018, 08:53

Les dissimulations revendiquées de Benalla pour entraver l'enquête
Par Auteur valeursactuelles.com / Vendredi 31 août 2018 à 13:15 27

Révélations. Durant son audition, Alexandre Benalla a admis avoir dissimulé des éléments essentiels pour l'enquête, mais le parquet n'a pas jugé bon de l'élargir.

Impunité quand tu nous tiens... Le journal Mediapart a révélé jeudi 30 août de nouvelles informations sur l'affaire qui a secoué l’Elysée cet été. Si l'on sait depuis le mois d'août que le parquet ne compte pas élargir le champ d'investigation des juges d'instruction à une dissimulation de preuves après la disparition d'un coffre contenant des armes au domicile d'Alexandre Benalla, on apprend pourtant que celui-ci aurait reconnu avoir organisé ces dissimulations et les aurait assumé devant les enquêteurs.

Des délits passibles de cinq ans de prison
Il s'agit du vidage du coffre d'armes de son domicile avant sa perquisition, de la dissimulation de ses données personnelles sur son téléphone et du refus de dévoiler le numéro de téléphone de sa compagne. Il aurait lors son audition, reconnu avoir orchestré ces dissimulations, mais de manière incompréhensible, le parquet n'a pas jugé bon d'aller plus loin dans l'enquête. Pourtant, comme le rappelle Mediapart, « l'effacement des traces ou indices » ou « le déplacement ou la suppression d'objets quelconques » sont des délits passibles de cinq ans de prison.

Alexandre Benalla a été mis en examen des chefs de « violences en réunion n’ayant pas entraîné d’incapacité temporaire de travail », « immixtion dans l’exercice d’une fonction publique en accomplissant des actes réservés à l’autorité publique », « port et complicité de port prohibé et sans droit d’insignes réglementés par l’autorité publique », « recel de violation du secret professionnel » et « recel de détournement d’images issues d’un système de vidéo protection ».

--------------

merci au président fier de son collaborateur de confiance...  et l'olibrius est encore ménagé par la justice

Mieux vaut être benalla qu'un adversaire politique ou un retraité !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 02 Sep 2018, 17:18

Une autre promotion avantageuse pour Agnès Saal
Par Auteur valeursactuelles.com / Samedi 1 septembre 2018 à 18:00 34

Politique. Agnès Saal aurait reçu une deuxième promotion cadeau, qui augmenterait encore ses revenus pour son retour.

Attention, une promotion peut en cacher une autre. Alors que sa nomination au rang de haut fonctionnaire à l’égalité, la diversité et la prévention des discriminations auprès du secrétaire général du ministère de la Culture fait polémique, Agnès Saal aurait obtenu une deuxième promotion pour le prix d’une. Selon Mediapart, en plus de son nouveau poste, elle figure aussi « dans la liste très restreinte des hauts fonctionnaires qui ont été inscrits à compter du 1er janvier 2018, donc rétroactivement, au tableau d'avancement à l'échelon spécial du grade d'administrateur général ». Une façon d’augmenter encore ses revenus.

Une promotion tout sauf automatique
Selon le site d’information, cette seconde promotion est d’autant plus étrange qu’elle n’a rien d’automatique, bien au contraire. « La décision n'est pas de droit mais à la décision de l'employeur, en l'occurrence la ministre de la Culture », rappelle le média.

Agnès Saal avait dû démissionner de son poste de présidente de l’INA, qu’elle a occupé pendant moins d’un an (de mai 2014 à avril 2015), suite à des révélations sur des dépenses délirantes en taxis (24.000 euros à l’INA et 24.000 autres au Centre Georges-Pompidou, qu’elle dirigeait de 2007 à 2014). C’est donc un retour florissant pour Agnès Saal, qui risque de faire grincer quelques dents.


---------------

est il utile de faire des commentaires ?

On voit distinctement l'évolution dans les mauvaises habitudes de nos dirigeants : il agissent de la même manière à savoit "tout pour les copains" mais maintenant ils tondent encore d'avantage les manants.

Il est vrai "qu'en même temps" et "ni de gauche ni de droite" il doit y avoir plus de monde à satisfaire.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3869
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Dim 02 Sep 2018, 18:41

Les Culture et Com ça ose tout, c'est à ça qu'on les reconnait

Le principe sain est la réintégration des condamné(e)s qui ont purgé leur peine. Mais pas n'importe où. Car l'indulgence, la bienveillance à l'égard de la condamnée, dévoilent-elles que la frénésie de taxi (hors temps de travail) est une pratique courante dans son milieu ?

Pendant ce temps, le patrimoine et les arts crient famine. Je me souviens avoir visité un monument historique dont le guide, furieux, nous avait expliqué que la collecte auprès des visiteurs (payants) avait servi à organiser sur place une soirée musicale privée (gratuite) pour le ministre et ses invités, et non à l'entretien du château...
Bonaguil, je crois (le château) : le cinquantième anniversaire du Festival, musique et chant à l'origine, y a eu lieu en 2012.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 849
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Lun 03 Sep 2018, 22:28

Et oui il est impossible de virer un agent du service public, même fautif
Revenir en haut Aller en bas
Smile



Messages : 688
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Mar 04 Sep 2018, 00:12

Comment enlever du crédit et de la hauteur pour la fonction public! Elle pourrait refuser ses nouvelles responsabilités... mais non!
Merci Agnes Saal
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   Mar 04 Sep 2018, 02:04

On éjecte assez réguliérement des policiers pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la macron's team et l'état dit de droit...   

Revenir en haut Aller en bas
 
la macron's team et l'état dit de droit...
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les infos sur le "boarding team" du LOMA
» Team Canada Hockey à Sochi
» FAQ de la Rainbow Team
» Team FREC
» Régles Campagne Kill Team

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: