Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 16245
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction    Mer 01 Aoû 2018, 20:12

Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction
AFP, publié le mercredi 01 août 2018 à 09h38

"On se sent inutiles, il y a une désespérance face à l'arrogance de l'État", confie à l'AFP Philippe Rion, maire démissionnaire de Castillon (Alpes-Maritimes). Usés par leur fonction, de plus en plus de maires jettent l'éponge à moins de deux ans de la fin de leur mandat.

Si la démission la plus fracassante fut sans nul doute celle du maire de Sevran (Seine-Saint-Denis), Stéphane Gatignon, en mars, qui dénonçait le "mépris de l'État pour les banlieues", les maires de petites villes, parfois au bord du burn-out, sont tout aussi nombreux à se décourager.

Selon un calcul de l'AFP réalisé à partir du répertoire national des élus en tenant compte de l'effet du non-cumul des mandats, le nombre de maires ayant quitté leur fonction depuis 2014 est en hausse de 55% par rapport à la précédente mandature.

"Il y a des mois où je ne savais plus comment payer les employés", déplore Philippe Rion, qui a dû "tailler sur tout", y compris en "arrêtant les commémorations nationales", avant de finir par augmenter la taxe d'habitation.
"Les communes ne sont qu'une variable d'ajustement financière aux yeux de l'État", critique l'ancien maire dont le village de 380 habitants a enregistré une baisse de 50% en cinq ans de sa dotation globale de fonctionnement (DGF), principale contribution financière de l'État aux collectivités.

Selon l'Observatoire des finances locales (OFGL), la DGF représentait 14,8% des recettes de fonctionnement des communes en 2017, contre 21% en 2013.
Malgré une légère hausse de son montant global en 2018, près de la moitié des communes ont vu leur dotation baisser cette année, selon l'Association des maires de France (AMF), qui a réclamé mi-juillet la création "en urgence" d'un fonds spécial pour les communes les plus en difficulté.

La suppression de la taxe d'habitation, qui représente 34% des recettes fiscales des communes, et la forte baisse des contrats aidés, considérés comme une bouffée d'oxygène dans les campagnes, ont encore accru les mécontentements.

Mais c'est la refonte de la carte intercommunale en 2016, issue de la loi NOTRe, qui a suscité le plus de dissensions, les maires devant se plier à des fusions souvent coûteuses en temps et en énergie pour intégrer des intercommunalités de plus en plus grosses.

"Il y a une concentration des pouvoirs au sein des intercommunalités et les maires ont le sentiment de devenir les exécutants de décisions prises ailleurs", analyse Luc Rouban, chercheur au Cevipof. "Ils se retrouvent noyés dans un ensemble d'élus et voient leur capacité d'imagination et d'impulsion encore plus limitée, avec l'impression d'un dessaisissement", abonde Émeric Bréhier, de la Fondation Jean Jaurès.

Gilbert Parmentier, maire démissionnaire des Aulneaux (Sarthe), a vu passer le périmètre de la communauté de communes à laquelle il appartient de 13.000 à 29.000 habitants et de 43 à 78 représentants.

"C'est très usant, ça fait des réunions à rallonge, et les maires des petites communes sont souvent tournés en dérision quand ils prennent la parole face à des élus dont la politique est le métier", assure cet ancien instituteur, pourtant "dans les conseils municipaux depuis 30 ans".

"Demain, il ne restera plus au maire que le privilège de l'état civil et de l'écharpe", regrette André Laignel, vice-président de l'AMF, pour qui "l'affaiblissement voire la disparition des communes" constitue "un recul de la démocratie et du vivre ensemble".

Parallèlement, la mission du premier édile n'a cessé de se complexifier, avec "beaucoup de travail administratif et d'assistante sociale, et des indemnités très basses dans les petites communes", constate Luc Rouban. Dans un communiqué justifiant sa démission en juin, la maire de Guérande (Loire-Atlantique) explique s'être engagée parfois "au-delà de (ses) forces" et "souvent au détriment de (sa) famille" dans un mandat qui nécessite de "s'investir à 200%".

Face à cette situation, les associations réclament un véritable statut de l'élu, avec une augmentation des indemnités, un retour à la vie professionnelle facilité et une révision des conditions dans lesquelles la responsabilité pénale des maires peut être engagée.

Du côté des administrés, les exigences n'ont pas diminué, au contraire. "Si un trottoir est un peu défoncé, il faudrait que le lendemain ce soit réparé", se plaint Claude Descamps, maire démissionnaire de Prayssac (Lot). "Les gens veulent régulièrement vous faire des procès", poursuit-il, ajoutant avoir été "à la limite du burn-out".

Selon le baromètre 2018 du Cevipof, la confiance des Français envers leur maire a baissé de 9 points en un an. "Le niveau d'attente augmente d'autant plus qu'il y a un report de problèmes nationaux sur le local, comme la disparition des services publics", observe Luc Rouban, qui s'inquiète d'une "crise des vocations" pour l'échéance de 2020.

------------------

On devrait s'interroger sur le besoin de conserver de pouvoir de certains maires alors que visiblement le poste n'est pas gratifiant...

Revenir en haut Aller en bas
coufsur

avatar

Messages : 458
Date d'inscription : 23/12/2014

MessageSujet: Re: Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction    Mer 01 Aoû 2018, 22:41

Grandes Orientations de Politiques Économiques de la Commission Européenne :
« Il serait possible de préserver la capacité d'investissement des collectivités locales en combinant la réduction prévue des dotations de l’État avec un renforcement du contrôle de leurs dépenses » ?
Beaucoup de personnes semblent surprises par la politique de Macron vis-à-vis des collectivités territoriales. 
Le 17 juillet dernier, à l’occasion de la Conférence des territoires devant le Sénat, Emmanuel Macron s’était engagé à ne pas baisser brutalement les dotations des collectivités territoriales pour l’exercice 2018.
Quelques jours plus tard, les élu(e)s découvrent un décret (n° 2017-1182) daté du 20 juillet 2017, ordonnant l’annulation à hauteur de près de 300 millions d’euros des dotations en crédits de paiement de l’État destinées aux collectivités territoriales pour l’exercice 2017.
Pourtant, Mr Asselineau, lors de son intervention devant l'association des maires de France, avait informé ceux-ci des futures coupes budgétaires qu'ils allaient subir, cela avait fait sourire les Maires, aujourd'hui ils sourient moins.
Minutes 5 à 6,3
https://www.upr.fr/actualite/intervention-de-francois-asselineau-a-lassociation-maires-de-france
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4137
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction    Jeu 02 Aoû 2018, 01:05

Être élu et notamment maire d'une ville est un choix de vie, une sorte de mission contraignante que les intéressés s'imposent tout à leur honneur.
Certes certains ne mesurent pas l'ampleur ni la grandeur de leur tâche mais ils ne sont pas majoritaires.
La politique partisane, les obstacles que sont parfois l'État,  les super collectivités et les oppositions peuvent en effet conduire au découragement des maires peu rétribués pour leurs fonctions.
A Fontenay, sans chercher plus loin, le maire élu en 2014, à démissionné pour faire valoir, selon son expression, son "droit à la paresse".
Il a été remplacé par un maire adjoint à l'issue d'une élection interne comme le prévoit la loi.
Les événements récents de l'affaire Benalla mettent en évidence le rôle essentiel de ce que certains appellent ''la chefferie'' c'est à dire toute ces personnes qui travaillent, impulsent,  décident autour du chef.
Directeur de cabinet, secrétaire général,  conseillers, etc...
On retrouve ces influences agissantes dans les mairies surtout dans les villes moyennes et les grandes villes.
Et, à mon avis, on ne commente pas assez en bien ou en mal le rôle et l'influence de ces non élus souvent discrets.
Le directeur de cabinet souvent porteur et gardien d'un message politique est sous estimé.  Ses prérogatives sont floues, son pouvoir mal connu.
A Fontenay M.Joucla est le directeur du cabinet de M.Gautrais, Front de Gauche.
Le chef de l'opposition, M.Gildas Lecoq élu UDI, à été pendant 14 ans directeur de la communication puis du cabinet de la ville voisine Vincennes.
Ils devraient parler le même langage de combat, ce n'est pas le cas.
Le "dircab" dispose du dir com et surtout de l'exécutif du maire et de sa majorité,  et cela change tout!

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)


Dernière édition par Gérard le Jeu 02 Aoû 2018, 07:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4137
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction    Jeu 02 Aoû 2018, 05:25

A.nonymous parfaitement informé de la vie municipale et de ses acteurs pourrait sans doute apporter quelques informations complémentaires.
Salamandre doit avoir une appréciation sur les rôles de la chefferie locale.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Basilics

avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Re: Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction    Jeu 02 Aoû 2018, 07:16

Au-delà du cabinet du maire, les directeurs de services administratifs ont souvent une longévité supérieure à celle des maire-adjoints correspondants. Et sont (présumés) être à temps complet à la mairie.

Il faudrait des connaisseurs pour décrire la répartition réelle des pouvoirs entre élus et administratifs, à la mairie, selon les secteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Lynxie

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 10/09/2016

MessageSujet: Re: Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction    Jeu 02 Aoû 2018, 11:22

Gérard a écrit:
Être élu et notamment maire d'une ville est un choix de vie, une sorte de mission contraignante que les intéressés s'imposent tout à leur honneur.
Certes certains ne mesurent pas l'ampleur ni la grandeur de leur tâche mais ils ne sont pas majoritaires.
La politique partisane, les obstacles que sont parfois l'État,  les super collectivités et les oppositions peuvent en effet conduire au découragement des maires peu rétribués pour leurs fonctions.
A Fontenay, sans chercher plus loin, le maire élu en 2014, à démissionné pour faire valoir, selon son expression, son "droit à la paresse".
Il a été remplacé par un maire adjoint à l'issue d'une élection interne comme le prévoit la loi.
Les événements récents de l'affaire Benalla mettent en évidence le rôle essentiel de ce que certains appellent ''la chefferie'' c'est à dire toute ces personnes qui travaillent, impulsent,  décident autour du chef.
Directeur de cabinet, secrétaire général,  conseillers, etc...
On retrouve ces influences agissantes dans les mairies surtout dans les villes moyennes et les grandes villes.
Et, à mon avis, on ne commente pas assez en bien ou en mal le rôle et l'influence de ces non élus souvent discrets.
Le directeur de cabinet souvent porteur et gardien d'un message politique est sous estimé.  Ses prérogatives sont floues, son pouvoir mal connu.
A Fontenay M.Joucla est le directeur du cabinet de M.Gautrais, Front de Gauche.
Le chef de l'opposition, M.Gildas Lecoq élu UDI, à été pendant 14 ans directeur de la communication puis du cabinet de la ville voisine Vincennes.
Ils devraient parler le même langage de combat, ce n'est pas le cas.
Le "dircab" dispose du dir com et surtout de l'exécutif du maire et de sa majorité,  et cela change tout!

Il serait intéressant de mieux connaître les rôles des élus et ceux des fonctionnaires ou chargés de missions plus ou moins définies en contenu, objectifs et durée.
On entend un dircab comme dit Gérard s'exprimer en lieu et place du maire ou d'un adjoint,.
Les non élus sont parfois les tuteurs politiques des élus,  partageant une grande part de leur temps avec les structures du parti et pour en porter la ligne et les éléments de parole. Se créent alors des relations étroites faites de secrets partagés , de connivences,  de tolérances accordées ou pas aux demandeurs.
Le candidat maire pour 2020 Gildas Lecoq pourrait nous informer et expliquer son point de vue pour fonctionner avec une chefferie réorganisée  s'il est élu
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4137
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction    Jeu 02 Aoû 2018, 18:09

Le maire est responsable de tout l'exécutif mais pas seulement .
En son absence il y a en principe un ou des élus d'astreinte mais le Directeur de Cabinet reste opérationnel en décision ou en action. Quand on pense à certains adjoints peu expérimentés c'est plutôt rassurant en cas de grave pépin (incendie, attentat, ...)

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
Clovis



Messages : 81
Date d'inscription : 01/10/2011

MessageSujet: Re: Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction    Jeu 02 Aoû 2018, 20:18


Gérard a écrit:
A Fontenay M.Joucla est le directeur du cabinet de M.Gautrais, Front de Gauche.
Le chef de l'opposition, M.Gildas Lecoq élu UDI, à été pendant 14 ans directeur de la communication puis du cabinet de la ville voisine Vincennes.
Ils devraient parler le même langage de combat, ce n'est pas le cas.

Un même langage de combat, cela ne me paraît impossible, il e semble que M. Joucla a un chef, le maire, et donc à ses ordres quelques soient ses opinions et G. Lecoq est dans l'opposition et peu (pas) écouté et sans pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Forte vague de démissions chez les maires, de plus en plus "usés" par leur fonction
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "J'irai dormir chez vous"
» Petit passage chez Séphora : Craquage MUFE & UD
» Stage chez les éditions De Anima à aix
» Vos 15 meilleurs fards "neutres" chez MAC ?
» chez grono

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Les élections à Fontenay, passées et à venir. Promesses, satisfactions, déceptions, attentes... :: Les élections municipales en 2020 ou 2021-
Sauter vers: