Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Nos migrants à travers l'Europe.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:28

La question des migrants sur laquelle angie la teutonne et le juncker "big boss" européen étaient si vindicatifs et péremptoires ne semble plus les intéresser...

mais que se passe t'il ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:30

Nantes : 15 000 repas cuisinés en un mois pour les migrants
/ Lundi 6 août 2018 à 07:0447

Les migrants du square Daviais, à Nnates. Photo ©️ SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA
Immigration. L'association d'aide aux migrants L'Autre Cantine revendique 15 000 repas bios préparés au mois de juillet pour les migrants.
Nantes se mobilise pour les migrants. Sans aide municipale, l'association l'Autre Cantine a passé la barre des 15 000 repas servis en un mois rapporte le journal Presse-Océan. « Ce vendredi 3 août, ça fait 1 mois que l’Autre Cantine a ouvert ses portes pour répondre à l’urgence alimentaire de la trêve estivale. Plusieurs cantines et des bénévoles de tous âges et toutes conditions sont venus rejoindre cette cuisine réquisitionnée », a indiqué le collectif. Et de poursuivre, en précisant que les repas sont « chauds, équilibrés et avec des légumes bio ! » et que « la nourriture servie en juin par les bénévoles et les cantines de Nos amis venus de loin et Un Bout de Chemin, de l'équipe du squat Wilson, du squat La Carterie » n'a pas été comptée dans le bilan.
Situation tendue à Nantes
La ville de Nantes est en proie à une pression migratoire intense depuis quelques semaines, notamment autour du square Daviais, au centre de la ville. Aidés par les militants, des migrants soudanais et érythréens ont pris possession des lieux et demandent logements et documents administratifs. La Ville de Nantes a plusieurs fois fait évacuer le square ainsi que les divers squats alentour afin de « mettre fin à une situation présentant des risques élevés pour la santé et la salubrité publiques », mais la problématique se reforme ailleurs quelques jours après.

----

sur place la situation semblerait se compliquer...

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:31

L'Aquarius refuse de ramener les migrants en Libye
Par
Auteur
valeursactuelles.com

/ Lundi 6 août 2018 à 14:1445

Image d'illustration. Photo ©️ A.Di Vincenzo/Kontrolab/SIPA
Immigration. Alors que le navire a repris la mer, les responsables de l'Aquarius ont prévenu, ils ne reconduiront pas les migrants en Afrique.
Des passeurs ou des sauveteurs ? L'Aquarius, le bateau de l'ONG SOS Méditerranée, a quitté Marseille la semaine dernière pour commencer sa dixième mission de l'année et patrouiller au large de Tripoli, en dehors des eaux territoriales libyennes. « Quand nous verrons une embarcation en détresse, avec un risque élevé de décès, nous irons immédiatement à son secours, conformément au droit international », a d'ores et déjà prévenu à Reuters TV Nick Romaniuk, le responsable des recherches et des opérations de secours du bateau.
« Nous ne reconduirons personne là-bas »
En revanche, l'Aquarius « ne reconduira personne en Libye », poursuit-il, insistant sur la « ligne rouge » que l’ONG ne veut pas franchir. « La Libye n'est toujours pas reconnue comme un pays sûr, donc nous ne reconduirons personne là-bas, sauf si les migrants le décident ».


Mais la partie paraît tout de même compliquée pour les navires, comme l’Aquarius, qui secourent les migrants en Méditerranée avant de les amener en Europe. Matteo Salvini, le ministre italien de l'Intérieur, ferme toujours ses ports et voit les ONG qui interviennent en Méditerranée « comme des taxis ». Rome souhaite que les migrants soient remis aux garde-côtes libyens et que des centres d'accueil soient créés en Afrique. Ainsi, la semaine dernière, un bateau rempli de migrants a dû accoster en Tunisie après quinze jours d’errance en raison du refus des Européens de l’accueillir.

---------

le feuilleton n'est pas fini, à suivre !




Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:32

Réflexions interdites sur la question migratoire
Par Gilles-William Goldnadel / Lundi 30 juillet 2018 à 09:5116

Connaissez-vous le Sarost 5 ? Non ? Le contraire serait étonnant puisque la presse convenue, conformément à sa pratique idéologique des territoires occultés de l'information, n’en a pas soufflé mot.
Il s'agit d'un navire transportant 40 migrants africains qui a dû patienter pendant deux semaines devant les côtes tunisiennes en attendant l'autorisation d'enfin pouvoir accoster. L'ancien président tunisien Moncef Marzouki avait tancé ainsi sur Facebook ses successeurs : « Que direz-vous lorsque la France, l'Espagne ou l'Italie laisseront se noyer des migrants tunisiens ? »

Mais peu de responsables politiques ou médiatiques sont aussi sévères envers la Tunisie que le sage Marzouki. C'est ainsi que mon confrère Souhail Ftouh, opposant notoire au régime islamiste de son pays, dans un article très courageux publié par le site Dreuz, a osé écrire ce que l'on ne lit jamais dans les journaux français :
Que son pays est très dur envers les hommes à la peau très sombre.
Que le site indépendant Afrobarometer le classe parmi les pays africains les plus intolérants.
Que le département d'État lui accordait en 2016 la note catastrophique 2 en matière de traite transnationale des êtres humains.
Mais dans le non-dit de la presse française il y aurait beaucoup à dire.
Qu'elle se moque comme d'une guigne du sort des hommes africains.
Que peut lui chaut de savoir comment les pays non occidentaux accueillent ou non les migrants.
Que la seule chose qui intéresse la presse occidentale, c'est de pouvoir reprocher à l'homme occidental ces manquements à la morale à l’égard de l’Autre oriental.
Que c'est la raison pour laquelle le navire Aquarius n'a pas songé une seconde, venant de Libye, à tenter d'accoster sur les côtes algériennes ou tunisiennes pourtant plus proches géographiquement et culturellement mais en revanche est venu présenter ses exigences à l'Italie lointaine mais européenne.
Il est vrai que le navire était affrété par SOS Méditerranée proche de l'Open Society du financier internationaliste George Soros, le seul spéculateur à pouvoir se vanter d'être adulé par le Monde, Libération et Mediapart réunis.
Sans grands excès d'indignation, ni abondance d'images, la presse aura traité avec distance ce qu'il faut bien appeler l'invasion par plus de 600 migrants africains du territoire espagnol de Ceuta .
Mon imagination est impuissante à décrire ce qu'aurait été la réaction médiatique et politique, si d'aventure un policier blanc avait brûlé à la chaux vive ou lancé des excréments sur un homme de couleur noire. C'est exactement ce qu'on fait les migrants déterminés à l'égard de la garde civile ibérique. Après quoi, ils ont pu tranquillement réclamer leur droit d'asile.
Il y a encore beaucoup à dire sur ce qui n'a pas été dit ni même murmuré.
Qu'un principe constant du droit : « frau omnia  corruptit » (la fraude corrompt tout) déchoit de tout droit celui qui emploie des moyens illégaux et davantage encore la violence. Il ne vient pas à l'esprit des occidentaux et encore moins à celui du gouvernement socialiste espagnol dont l'immigrationnisme a manifestement inspiré les migrants invasifs, d’invoquer ce principe juridique vieux comme l'antique. Mais il est vrai que les droits de l'homme moderne invoqués religieusement par l'Europe de Schengen ne s'appliquent pas pieusement à ses vieux habitants.
Autre non- dit ou un impensé : il va être difficile pour l'antifascisme médiatique ou politique devenu fou de pouvoir expliquer les images gênantes pour lui venues de Ceuta à travers le prisme de ses vieux fantasmes. En revanche, brûler ou couvrir d’excréments l'homme blanc consentant ne correspondrait-il pas un inconscient collectif encore déterminant ?
Il est fort heureusement aujourd'hui des populistes ou des lépreux assumés qui refusent désormais ce lâche consentement.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:33

Le navire d'une ONG espagnole va débarquer 87 migrants à Algeciras
AFP, publié le mardi 07 août 2018 à 07h55
Le navire de l'ONG espagnole Proactiva Open Arms se dirige vers le port espagnol d'Algeciras, dans le sud de l'Espagne, pour débarquer 87 migrants sauvés en mer mercredi dans les eaux internationales face à la Libye, a annoncé l'organisation lundi soir.
"Port de destination: Algeciras. Situé à 590 milles nautiques de l'endroit où nous nous trouvons. Ce qui signifie trois jours supplémentaires de traversée à compter d'aujourd'hui (lundi)", a indiqué l'ONG sur son compte Twitter.
Le bâtiment, "Open Arms", cherchait un port de débarquement pour ces migrants, pour la plupart des Soudanais de la région du Darfour qui ont passé une cinquantaine d'heures sans eau sur un canot pneumatique.
L'Italie leur avait refusé de débarquer. Le pays a interdit l'entrée dans ses ports aux navires des ONG qui sillonnent la Méditerranée à la recherche d'embarcations de migrants.
"Les 87 personnes sauvées auront attendu plus d'une semaine avant de parvenir à un port sûr", a déploré Proactiva Open Arms, en relevant que les vivres se faisaient rares à bord du navire.
Le gouvernement espagnol du socialiste Pedro Sánchez a autorisé en juin le débarquement à Valence de 630 migrants secourus par l'Aquarius, affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières. L'Italie et Malte avaient refusé au navire l'entrée dans ses ports.


Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:35

Un réseau de passeurs de migrants voulait utiliser des jet-skis

/ Mercredi 8 août 2018 à 11:020


Migrants. Un groupe de passeurs anglais et albanais, reconnu coupable de trafic de migrant par la justice britannique, a avoué avoir tenté de mettre au point des traversées de la Manche en jet-ski.
Les suspects, au nombre de sept, ont organisé en avril et août 2016 des traversées clandestines de la Manche à bord de petites embarcations. Le jugement, rendu le 7 août, détaille l’organisation du groupe, rapporte le Parisien.

6 000 euros pour quitter Calais
Un père et ses deux fils s’étaient procuré des bateaux pneumatiques et travaillaient en collaboration avec des intermédiaires albanais. Ces derniers étaient chargés de recruter leurs compatriotes à Calais et organiser leur traversée de la Manche, pour une somme de 6 000 euros par personne.
Avant d’être arrêté par la police anglaise, le groupe prévoyait d’utiliser des jets-skis pour faire passer les migrants. Les enquêteurs ont été dirigés vers les passeurs à cause d’une embarcation découverte vide sur une plage du Kent, en Angleterre, en face de Calais.

La filature qui a suivi a rendu compte de nombreuses tentatives qui auraient pu se révéler désastreuses. Fin mai, 18 migrants avaient été secourus près des côtes britanniques, car le bateau était tombé en panne d’essence. Fin juillet, une embarcation avait circulé à contresens sur la route maritime très fréquentée de la Manche avant de tomber, cette fois encore, en panne.
« Ils étaient prêts à risquer des vies humaines pour de l’argent, à traiter les gens comme des marchandises à acheminer à travers la voie maritime la plus fréquentée au monde en utilisant des petits bateaux, et même un jet-ski », a déploré la police britannique.

------------

La petite affaire tourne à plein régime, nos loubards ne sont pas avares de solutions.





Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:36

Un vaste trafic de revente de migrants démantelé

/ Mercredi 8 août 2018 à 08:499


Migrants. Les enquêteurs espagnols ont mis fin à un réseau de trafiquants d’êtres humains qui faisait passer des migrants africains en France et en Espagne pour les revendre ensuite.

Sept suspects ont été arrêtés dans la région de Saint-Sébastien, en Espagne. Ces individus sont soupçonnés d’appartenir à un vaste réseau de trafiquants de migrants, rapporte Europe 1. Ils auraient fait passer plus de 350 clandestins en quelques mois dans le but de les revendre à d’autres organisations criminelles en Europe.
Revendus à des réseaux de mendicités
Les trafiquants promettaient une entrée facile en Europe à des habitants d’Afrique de l’Ouest. Finalement, les clandestins étaient revendus à des réseaux de mendicités ou de travail au noir. Les migrants étaient fournis en faux papiers, puis amenés en Espagne dans des embarcations légères pour finir entassés dans un appartement. Les trafiquants profitaient même des centres de soin gratuit d’Espagne pour faire récupérer les clandestins avant de les revendre.
« Il y a des gens en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne, qui vont acheter quatre, cinq, sept personnes africaines et ils les envoient devant les portes des églises, des supermarchés pour mendier ou bien ils les font travailler dans des écuries », détaille à Europe 1 Jose Nieto Barroso, inspecteur en chef chargé du renseignement et de l’analyse des risques au sein de l’unité centrale de lutte contre l’immigration illégale. Ce trafic pourrait avoir rapporter des centaines de milliers d'euros.



Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:39

Refoulés par la France, des migrants s'accumulent à la frontière basque
Par
Auteur
valeursactuelles.com

/ Mercredi 8 août 2018 à 14:2834


Pays Basque. Les migrants venus d'Afrique de l'Ouest s'accumulent côté espagnol. Depuis deux mois, la Croix rouge a fait venir au Pays Basque 2 000 des migrants débarqués en Andalousie.
À la frontière franco-espagnole entre Hendaye et Irún au Pays Basque, les migrants venus d'Andalousie sont de plus en plus nombreux. Sans papiers, ils sont systématiquement refoulés à la frontière française par la police. Les services d'accueil côté espagnol sont débordés, rapporte France Bleu.

Le centre d’hébergement de 28 places est complet
À Irún en particulier, une soixantaine de migrants erre dans les rues de la ville, ils viennent en majorités de l'Afrique de l'Ouest, et dorment dans la rue. Le centre d'hébergement de la ville de 28 places est déjà complet, les associations tirent la sonnette d'alarme. Elles pointent du doigt les renforcements récents des contrôles de police.

Du côté de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, elle assure que les contrôles sont les mêmes depuis les attentats de 2015. Mais avoue à France Bleu surveiller le transfert des flux migratoires de l’Italie vers l’Espagne. La préfecture et les services de police doivent se réunir ce mercredi pour faire le point sur la situation des migrants à la frontière franco-espagnole d’Hendaye.

------------------

Le nouveau gouvernement espagnol reçoit les migrants mais ne souhaite visiblement pas qu'ils s'installent sur place.Ils seront mieux traités en France...

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:41

L'Espagne accueille un nouveau bateau d'ONG chargé de migrants (suite)

AFP, publié le jeudi 09 août 2018 à 10h23

Un navire d'une ONG espagnole a accosté jeudi dans le port d'Algésiras à l'extrême sud de l'Espagne, pour y débarquer 87 migrants secourus le 2 août au large de la Libye, que l'Italie ne veut plus accueillir, a constaté l'AFP.
Les autorités espagnoles avaient souhaité que cette nouvelle arrivée d'un bateau chargé de migrants, sept semaines après l'accueil très médiatisé de L'Aquarius, se fasse discrètement, sans dispositif exceptionnel d'accueil.
N'ayant pu accéder au port, les médias se tenaient à bonne distance du quai, cantonnés derrière des grilles.
Le bateau blanc de l'ONG Proactiva Open Arms a accosté vers 9H20 (locales, 7H20 GMT) sur un quai de San Roque, près d'Algésiras, premier port d'Espagne.
C'est là que l'Espagne a tout récemment ouvert en hâte un nouveau centre d'accueil, alors que des centaines de migrants approchent chaque semaine des côtes d'Andalousie à bord d'embarcations de fortune.
L'Espagne est devenue cette année la première porte d'entrée en Europe de migrants clandestins -  majoritairement Africains - qui risquent leur vie en partant du Maghreb à bord de fragiles canots. Près de 24.000 sont arrivés par la mer en Espagne depuis janvier, selon l'Organisation internationale des migrations (OIM).
Après une longue traversée depuis la Méditerranée centrale, l'ONG Proactiva Open Arms a acheminé jusqu'à Algésiras 75 hommes adultes et 12 mineurs. L'organisation assure que beaucoup proviennent "de l'enfer du Darfour" - région de l'ouest du Soudan en proie depuis 15 ans à une guerre civile - et ont "subi en Libye des abus de manière répétée".
En offrant un port sûr à ce bateau, l'Espagne prend de nouveau le contre-pied de l'Italie, qui refuse cet été d'accueillir les navires des organisations non gouvernementales sillonnant la Méditerranée pour porter secours aux migrants en péril.
Cependant, le nouveau gouvernement du socialiste Pedro Sanchez a voulu, cette fois, que ces migrants accueillis à San Roque soient traités par l'administration exactement comme les autres arrivant chaque jour clandestinement en Espagne. La préfecture d'Andalousie a assuré qu'il n'y aurait aucun traitement de faveur pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:43

Réfugiés, le défi de l’intégration
Nathalie Birchem , le 09/08/2018 à 6h27
Mis à jour le 09/08/2018 à 9h48

Malgré les améliorations annoncées par le gouvernement, la France reste sous-outillée pour intégrer les réfugiés.
Les difficultés et carences sont encore nombreuses en matière de logement, de cours de français et de formation professionnelle.

C’est un défi dont on parlera de plus en plus. « Depuis 2015, résume Pierre Henry, directeur général de l’association France Terre d’asile, le nombre de personnes qui ont obtenu le statut de réfugié a été multiplié par trois, soit environ 100 000 personnes supplémentaires qui, pour la plupart, vont rester en France. »
« À la différence des migrants traditionnels, majoritairement maghrébins et francophones, précise Didier Leschi, patron de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), ceux qui obtiennent aujourd’hui le statut de réfugié sont très souvent des gens qui culturellement sont très loin de la France, et sont, sauf exception, très peu formés car ils viennent de pays, comme l’Afghanistan ou le Soudan, où le système scolaire est désorganisé. »
Or, reconnaît Aurélien Taché, député LREM, auteur d’un rapport qui a influencé les mesures annoncées en juin par le gouvernement (lequel a nommé le préfet Alain Régnier délégué interministériel à l’accueil et à l’intégration des réfugiés),« le fait est que, en matière de politique d’intégration, on part de presque rien ».
Les réfugiés parviennent difficilement à se loger
Actuellement, tout bénéficiaire de la protection subsidiaire obtient un titre de séjour d’un an (porté à quatre ans par la récente loi immigration), et tout titulaire du statut de réfugié a droit à une carte de résident de dix ans. Il peut alors travailler ou, à défaut, est éligible au RSA. Du moins s’il a plus de 25 ans, ce qui exclut un nombre considérable de jeunes réfugiés.
RSA ou pas, les réfugiés parviennent rarement à se loger dans le parc ordinaire. Or, s’il existe plus de 80 000 places pour loger les demandeurs d’asile, on ne compte que quelques milliers de places en centres provisoires d’hébergement (CPH) où les réfugiés en titre peuvent rester neuf mois, renouvelables par périodes de trois mois.
En dépit des annonces du gouvernement, qui veut porter le nombre de places en CPH de 2 200 à 7 200 fin 2019, le parc reste très sous-dimensionné. Du coup, des milliers de réfugiés se retrouvent en centres d’hébergement d’urgence, sont logés par des particuliers ou dorment dehors… « 10 % des migrants qui étaient dans la rue à Paris lors des dernières évacuations avaient un statut de réfugié,rappelle Didier Leschi. La question du logement est vraiment le défi le plus difficile à relever. Il faudrait arriver à convaincre les réfugiés de quitter les grands centres urbains. »
Loin des villes, les dispositifs sont insuffisants
Le pari est délicat car, pour s’installer loin des villes, lieux de solidarité associative et communautaire, les réfugiés ont besoin d’outils pour se construire un avenir. Or, là aussi, les dispositifs restent insuffisants. Actuellement, toute personne qui obtient un titre de séjour durable signe un contrat d’intégration républicaine (CIR), assorti d’une formation civique de 12 heures et, si besoin, de 50 à 200 heures de français.

Or, 40 % des migrants qui suivent la formation de 200 heures n’atteignent pas le niveau minimum A1. Conformément au rapport Taché, le gouvernement a annoncé qu’il doublerait ce volume, portant la formation de base à 400 heures, voire à 600 heures pour les publics ne sachant ni lire ni écrire.
Besoin de formations sur mesure
« C’est une amélioration importante, note Chantal Mir, directrice générale adjointe du groupe SOS, mais on perd trop de temps. Il faudrait commencer les cours dès la demande d’asile, de façon à traiter tout ce qui relève de l’insertion professionnelle dès que la personne a le statut.
Là aussi, la France reste sous-outillée. « On estime qu’il y a 40 000 employeurs qui peinent à recruter et environ 450 000 emplois non pourvus, cela représente des opportunités pour les réfugiés, qui, très majoritairement, veulent travailler », estime Judith Aquien, déléguée générale d’Action emploi réfugiés.
« Le pape François appelle à accueillir mais aussi à intégrer les migrants »
Mais, même dans des métiers en pénurie de bras, comme le bâtiment ou la restauration, les employeurs ont besoin de personnes qui connaissent un minimum le jargon professionnel, les normes de sécurité, les façons de se comporter… D’où la nécessité de formations sur mesure. Quelques dispositifs emblématiques existent qui mêlent formation,accompagnement social et hébergement, avec de très bons résultats.
Mais les places manquent. « L’expérience montre qu’on sait réussir l’intégration dès lors qu’on y met les moyens, et ils vont être significativement augmentés,espère Aurélien Taché. Le programme 104 portant sur l’intégration devrait augmenter de 40 % dans le budget 2019 et l’enveloppe dédiée à l’accompagnement global à Pôle emploi va aussi être augmentée dans le cadre du plan pauvreté. »

Emploi, plus de difficultés pour les réfugiés
Un taux d’emploi plus faible : en 2010, seuls 38,9 % des réfugiés étaient en emploi un an après avoir signé leur contrat d’intégration, contre 45,9 % pour l’ensemble des autres titulaires d’un titre de séjour. Trois ans après, ce taux d’emploi rattrape presque celui des autres étrangers réguliers.
Moins diplômés : 43 % des réfugiés ont un niveau certificat d’étude, sont sans diplôme ou n’ont jamais été scolarisés, contre 38 % pour l’ensemble des titulaires de titre de séjour. Seul 14,1 % ont un diplôme supérieur à bac + 2 (contre 21 %).
Un niveau de français inférieur : 36 % des réfugiés ont un niveau de français fluide, contre 44,3 % pour les autres étrangers.

Source : La publication Dares Analyses n° 37 à partir d’une enquête menée auprès de personnes ayant signé le contrat d’intégration en 2009, avant la crise des migrants.
Nathalie Birchem

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:46

Un nouveau bateau de migrants débarque en Europe (suite)
Par
Auteur
valeursactuelles.com

/ Jeudi 9 août 2018 à 16:5041

Migration. Le bateau Open Arms est arrivé ce jeudi 9 août en Espagne avec à son bord 87 migrants. 20 devraient être accueillis en France, rapporte Le Figaro.

Le navire d'une ONG espagnole a accosté ce jeudi 9 août dans le port d'Algésiras au sud de l'Espagne. 87 migrants se trouvent à son bord. Ils ont été secourus le 2 août dernier au large de la Libye, explique Le Figaro. L'Élysée, « dans un esprit de solidarité européenne » et « compte tenu de la situation que connaît l'Espagne, confrontée à une arrivée importante de migrants », a fait savoir que la France avait décidé d'accueillir une partie des passagers, à hauteur de 20 migrants.

Le droit d'asile évoqué
Cette décision « correspond à l'esprit des conclusions du Conseil européen de juin, préconisant des solutions concertées et coopératives entre les États membres », a expliqué la présidence. Ainsi, une équipe de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) se rendra très rapidement en Espagne pour examiner les situations individuelles des migrants et identifier celles « en besoin de protection », ajoute le communiqué. Certains migrants pourront ainsi peut-être profiter du droit d'asile.

Aquarius : 78 réfugiés accueillis en France
C'est la quatrième fois que l'Europe s'associe pour accueillir des passagers migrants qui débarquent sur la côte méditerranéenne depuis que le gouvernement italien a bloqué ses ports aux navires humanitaires, comme l'Aquarius et le Lifeline en juin. Ces 20 migrants s'ajouteront aux 78 de l'Aquarius arrivés en France et au 52 du navire Lifeline.


------------------

Pas de pénurie de migrants chez nous, tout va bien !


Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:48

Rennes : 30 familles de migrants expulsées des hôtels

/ Vendredi 10 août 2018 à 08:1338

Migrants. La préfecture d’Ille-et-Vilaine ne prendra plus en charge le coût d’hébergement de plusieurs familles de migrants logeant dans des hôtels.

Elles devront quitter d’ici fin août les hôtels où elles sont hébergées. La préfecture a indiqué la levée de sa prise en charge de ces familles afin de réduire les coûts hôteliers, rapporte le Figaro, trente familles sont concernées. La préfecture prend actuellement en charge 360 nuitées hôtelières par jour, pour environ 20 euros la nuitée.

Une « saturation du dispositif d’accueil hôtelier »
« Nous allons alléger le dispositif des nuitées hôtelières prévu dans le cadre du plan d’hébergement d’urgence, dans la mesure où ce dispositif, prolongé jusqu’en juin, a été fortement sollicité l’hiver dernier avec un fort afflux de familles étrangères », a indiqué à l’AFP Denis Olagnon, secrétaire général de la préfecture. « Nous sommes montés à un pic de 500 nuitées l’hiver dernier, contre 50 avant 2016 en hiver et 10 à 15 hors période hivernale », précise le secrétaire général, qui évoque une « saturation du dispositif d’accueil hôtelier » avant l’arrivée de l’hiver.

La préfecture explique vouloir conditionner l’accueil en hôtel à « la situation administrative de chacun au regard du droit au séjour ». Les demandes d’asile ont augmenté en 2017 de 30 % en Ille-et-Vilaine et de 11 % cette année. Beaucoup de ces demandes sont effectuées par des ressortissants géorgiens et albanais, pays considérés comme sûrs par l’État français, et sont « rejetées à 95 % ».

« C’est une décision assez brutale en plein cœur de l’été et à quelques semaines de la rentrée car il y a beaucoup de familles avec enfants », a réagi Carole Bohanne, membre de l’association Un toit c’est un droit. « Beaucoup de personnes sont en cours de demande d’asile, certaines travaillent ou disposent de documents provisoires d’autorisation de séjour », a-t-elle ajouté, soulignant la présence en nombre de migrants venus également d’Afrique et du Maghreb.

--------------------


visiblement ça se complique !

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:48

Rennes : 30 familles de migrants expulsées des hôtels

/ Vendredi 10 août 2018 à 08:1338

Migrants. La préfecture d’Ille-et-Vilaine ne prendra plus en charge le coût d’hébergement de plusieurs familles de migrants logeant dans des hôtels.

Elles devront quitter d’ici fin août les hôtels où elles sont hébergées. La préfecture a indiqué la levée de sa prise en charge de ces familles afin de réduire les coûts hôteliers, rapporte le Figaro, trente familles sont concernées. La préfecture prend actuellement en charge 360 nuitées hôtelières par jour, pour environ 20 euros la nuitée.

Une « saturation du dispositif d’accueil hôtelier »
« Nous allons alléger le dispositif des nuitées hôtelières prévu dans le cadre du plan d’hébergement d’urgence, dans la mesure où ce dispositif, prolongé jusqu’en juin, a été fortement sollicité l’hiver dernier avec un fort afflux de familles étrangères », a indiqué à l’AFP Denis Olagnon, secrétaire général de la préfecture. « Nous sommes montés à un pic de 500 nuitées l’hiver dernier, contre 50 avant 2016 en hiver et 10 à 15 hors période hivernale », précise le secrétaire général, qui évoque une « saturation du dispositif d’accueil hôtelier » avant l’arrivée de l’hiver.

La préfecture explique vouloir conditionner l’accueil en hôtel à « la situation administrative de chacun au regard du droit au séjour ». Les demandes d’asile ont augmenté en 2017 de 30 % en Ille-et-Vilaine et de 11 % cette année. Beaucoup de ces demandes sont effectuées par des ressortissants géorgiens et albanais, pays considérés comme sûrs par l’État français, et sont « rejetées à 95 % ».

« C’est une décision assez brutale en plein cœur de l’été et à quelques semaines de la rentrée car il y a beaucoup de familles avec enfants », a réagi Carole Bohanne, membre de l’association Un toit c’est un droit. « Beaucoup de personnes sont en cours de demande d’asile, certaines travaillent ou disposent de documents provisoires d’autorisation de séjour », a-t-elle ajouté, soulignant la présence en nombre de migrants venus également d’Afrique et du Maghreb.

--------------------


visiblement ça se complique !

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:52

Espagne : la main tendue aux migrants provoque une polémique
• Par Pierre Chaperon

• Mis à jour le 10/08/2018 à 19:23

• Publié le 10/08/2018 à 19:19

Arrivé au pouvoir début juin, Pedro Sanchez s'est tout de suite prononcé pour l'accueil de l'Aquarius. Mais pour les régions, il est de plus en plus difficile d'assumer au quotidien ce flux de migrants.
La scène se répète chaque semaine. Elle est presque devenue iconique: des bateaux remplis de migrants arrivent au lever du soleil, dans une mer calme. Il y a bien sûr l'Aquarius, l'Open Arms à Barcelone et Algésiras, en Andalousie et puis il y a ces débarquements bien plus anonymes, dans des embarcations de fortune, les pateras, sur les plages sous le regard sidéré des locaux.
Alors qu'elle avait accueilli 8677 migrants entre le 1er janvier et le 7 août 2017 selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), l'Espagne a déjà atteint le nombre de 23.741 pour la même époque cette année. Faisant du pays de Cervantes la première porte d'entrée en Europe devant l'Italie (18.872) et la Grèce (16.307).
Une aubaine pour les partis d'opposition
Arrivé début juin à la présidence du gouvernement, le socialiste Pedro Sanchez s'est d'abord prononcé pour l'accueil de l'Aquarius quelques jours après son accession au pouvoir. Un pied de nez à ces pays, dont l'Italie, qui fermaient de plus en plus leurs ...

http://www.lefigaro.fr/international/2018/08/10/01003-20180810ARTFIG00265-espagne-la-main-tendue-aux-migrants-provoque-une-polemique.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:53

Les principaux campements de migrants dans le nord de la France depuis 1999

AFP, publié le samedi 11 août 2018 à 10h06
Depuis une vingtaine d'années, plusieurs importants campements de migrants cherchant à se rendre clandestinement en Grande-Bretagne se sont constitués à Sangatte, Calais et Grande-Synthe, avant d'être démantelés.
- Sangatte -
En 1999, à la demande du gouvernement, un centre est créé dans la petite commune de Sangatte, jouxtant Calais, pour accueillir 800 personnes qui attendent, souvent en vain, une occasion de passer en Grande-Bretagne depuis l'ouverture du tunnel sous la Manche en 1994.
Issus principalement du Kosovo, puis du Kurdistan irakien, d'Iran et d'Afghanistan, les réfugiés ont souvent des attaches familiales au Royaume-Uni où, espèrent-ils, ils pourront travailler plus facilement.
Géré par la Croix-Rouge, ce hangar de 25.000 m2 utilisé pour la construction du tunnel et reconverti en centre d'accueil comptera jusqu'à 1.800 migrants. Des bagarres y éclatent régulièrement. En trois ans, elles font deux morts et une trentaine de blessés.
Le gouvernement britannique et le groupe Eurotunnel propriétaire du hangar réclament sa fermeture. Le 5 novembre 2002, le centre arrête d'accueillir de nouveaux arrivants avant d'être détruit en décembre. En trois ans, il aura vu passer plus de 68.000 migrants.
- Calais -
Après la fermeture du centre de Sangatte, plusieurs migrants se regroupent dans une zone surnommée la "Jungle" au nord-est de Calais, près de l'axe emprunté par les poids lourds avant l'embarquement vers Douvres.
Le 29 septembre 2009, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, un premier démantèlement de la "Jungle" où vivent des centaines de migrants est réalisé par 500 policiers, malgré les protestations de militants altermondialistes du mouvement "No Border" et des critiques de la gauche.
En avril 2015, un nouveau camp émerge au nord-est de Calais afin de soulager le centre-ville des campements informels.
"Le camp de la Lande", son nom officiel, devient peu à peu une "ville" de bric et de broc où se créent église, mosquée, épiceries ou restaurants. Parfois considéré comme le plus grand bidonville d'Europe, il accueillera jusqu'à 8.000 personnes. Parfois au péril de leur vie, certains migrants tentent de monter dans des camions ou sur des navettes de ferroutage traversant le tunnel sous la Manche.
La partie sud de la "Jungle" est démantelée entre le 29 février et le 16 mars 2016, dans une ambiance tendue. Quelques Iraniens se font coudre la bouche pour protester contre la destruction de leur abri.
Le 26 septembre, François Hollande promet le "démantèlement complet du campement d'ici la fin de l'année" et le relogement de migrants dans des centres d'accueil et d'orientation (CAO).
Le 24 octobre, une noria de cars emmène les premiers migrants vers différents CAO. En trois jours 4.500 adultes sont évacués et 1.500 mineurs relogés. Les pelleteuses rasent ce qu'il reste du camp.
Entre 350 et 600 migrants selon les sources sont présents dans le Calaisis dans l'espoir de rallier l'Angleterre.
- Grande-Synthe -
La ville de Grande-Synthe, proche de Dunkerque, accueille également quelques migrants dès la fermeture de Sangatte.
Situé sur un terrain vague en zone inondable, le camp dit du "Basroch", a proximité d'une aire d'autoroute où les migrants tentent de monter dans des camions, abrite durant dix ans une cinquantaine de personnes dans des conditions indignes.
Durant l'été 2015, de nombreux migrants fuyant la "Jungle" de Calais, à 35 km, se pressent à ses portes. A l'hiver, sa population avoisine les 2.600 personnes.
"La situation ici est aujourd'hui pire qu'à la Jungle de Calais", avance alors Delphine Visentin, chef de mission pour Médecins sans frontières (MSF), pour qui ce campement s'apparente "non pas à un bidonville, mais à une décharge à ciel ouvert".
En janvier 2016, contre l'avis de l'Etat, le maire écologiste de Grande-Synthe Damien Carême annonce l'ouverture d'un camp constitué de chalets au sud de la ville.
Ouvert en mars, cet ensemble dit de la "Linière", construit par Médecins sans frontières (MSF) et la ville, compte 1.500 migrants, principalement des Kurdes irakiens, hébergés dans des abris en bois et non plus sous des tentes.
Mais le 10 avril 2017, un violent incendie ravage l'essentiel des 300 chalets du camp. Réputé pour être tenu par des passeurs kurdes irakiens, il avait été le théâtre de violences.
Les évacuations par les autorités de migrants installés dans des campements sauvages sont depuis relativement fréquentes.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:54

Grande-Synthe, l'immuable zone de transit des Kurdes
AFP, publié le samedi 11 août 2018 à 10h02
A l'ombre des peupliers, plusieurs centaines de Kurdes irakiens campent dans une nouvelle "Jungle", un petit bois coincé entre des chemins de fer et l'autoroute A16 à Grande-Synthe (Nord), en attendant de rejoindre l'Angleterre. Sans réponse de l'État, le maire n'exclut pas de recréer un camp humanitaire.
Après-midi d'août, 30 degrés. Des centaines de réfugiés patientent devant le camion de Salam, une association d'aide aux migrants, pour un plat de pâtes, quelques fruits et un café. A 14H, déjà 500 repas ont été distribués alors que le matin même la préfecture du Nord avait évacué une partie du camp, acheminant quelque 200 personnes vers des centres d'accueil de la région.
Ces mises à l'abri "seront poursuivies autant que nécessaire pour que ce point de fixation ne porte une atteinte irrémédiable à la salubrité et à la tranquillité publique", prévient la préfecture.
Mais pour la mairie et les associations, ces centres d'accueil sont trop éloignés de Grande-Synthe et "l'Etat n'entend pas intensifier les structures d'accueil le long du littoral pour des raisons évidentes liées à la pression migratoire", assure la préfecture.
Alors, "certains y vont, mais reviennent vite. Une mise à l'abri à Maubeuge, pour passer en Angleterre, c'est compliqué", note Claire Millot de Salam.
Ainsi, malgré l'évacuation du camp insalubre du Basroch en 2016, la destruction du camp humanitaire de La Linière l'année suivante, l'évacuation du bois du Puythouck, puis du gymnase, et désormais les "mises à l'abri" régulières, entre 300 et 640 migrants selon les sources vivent dans ce nouveau campement. "Et ça ne cesse d'augmenter", s'alarme Mme Millot.
"Nous sommes sur le passage vers l'Angleterre, donc le flux de réfugiés ne s'est jamais tari", explique le maire écologiste de Grande-Synthe, Damien Carême, qui demande à l'Etat l'ouverture de structures à Grande-Synthe et dans des villes voisines du littoral.
Puis annonce: "Si on doit créer un camp humanitaire, parce que l'État ne répond pas au problème auquel on doit faire face, et bien on le refera, parce que je ne laisserai pas ces personnes dormir dehors cet hiver".
- "Présence continue de passeurs" -
Dans une tribune intitulée "A Grande-Synthe, c'est à nouveau la +jungle+" parue le 31 juillet, Olivier Caremelle, directeur de cabinet du maire de Grande-Synthe, dénonçait déjà: "Nous empêchant d'offrir localement à Calais ou à Grande-Synthe une première réponse d'urgence, l'État se condamne à des campements sauvages et à des +jungles+".
Des robinets, des toilettes et des douches ont été installés par la mairie dans ce nouveau campement créé au début de l'été, où vivent de nombreuses familles. En outre, une dizaine d'associations y interviennent, fournissant aux migrants des vêtements, des tentes, de la nourriture ou encore un accès aux soins.
"Les pathologies rencontrées sont les mêmes que celles des personnes à la rue: pathologies dermatologiques, traumato-orthopédiques et pneumo-ORL", explique Brice Benazzouz, de Médecins du monde. Mais, "ce qui nous inquiète, c'est l'état psychologique des personnes rencontrées, on constate une grande détresse", ajoute-t-il, pointant la "présence continue des passeurs", qui "monnaient les services proposés par la mairie", dégradant les conditions de vie des réfugiés.
Dans le secteur, les parkings réservés aux camions ont été fermés pour "lutter contre les réseaux de passeurs" qui y "fixent des points de rendez-vous aux candidats au passage illégal vers le Royaume-Uni", explique la préfecture. Mais ça ne les décourage pas: "Ils emmènent les réfugiés de plus en plus loin, notamment en Belgique", explique Claire Millot.
"Sur le guide du routard des passeurs, Grande-Synthe est identifiée comme un lieu de passage pour les Kurdes", résume M. Benazzouz.
"Les passeurs sont là, on parle la même langue et les associations nous aident, c'est plus facile pour s'organiser", explique un Kurde Irakien de 39 ans, arrivé d'Allemagne il y sept mois où il dit avoir été débouté. Il ajoute: "J'attendrai le temps qu'il faut, mais je passerai en Angleterre, il n'y a pas d'autre solution".
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:57

Angela Merkel ne veut plus de migrants. Ah bon, ils ne sont plus la chance qui va sauver l’Europe ?
PUBLIÉ PAR MANUEL GOMEZ LE 11 AOÛT 2018

La chancelière allemande Angela Merkel et Pedro Sanchez, président actuel – et momentané – de l’Espagne, ont trouvé un accord concernant l’immigration illégale que la chancelière ne veut plus accueillir dans son pays, car sa tête est en jeu.

L’annonce a été faite par Pedro Sanchez en personne, ce mercredi à « La Moncloa » et, dès samedi arriveront en Espagne les premiers immigrants illégaux qui ont été interceptés à la frontière entre l’Autriche et l’Allemagne et qui sont arrivés jusque-là après avoir traversé l’Espagne.
Cela veut dire que tous les « migrants » illégaux qui mettent le pied en Espagne, avec la complicité des ONG et de la mafia arabe, et qui se rendent ensuite vers d’autres pays européens, seront immédiatement renvoyé vers l’Espagne, premier pays d’accueil.
Pedro Sanchez s’est vendu, et a vendu l’Espagne, pour quelques millions d’euros et cela concerne par exemple les 24.000 migrants illégaux arrivés en Espagne en 2017, et qui ont depuis quitté le pays, mais également les dizaines de milliers arrivés depuis début 2018.
Sanchez souhaite convertir l’Espagne en principal camp de réfugiés illégaux de toute l’Europe.
De passage à Santa Pola (Province d’Alicante), le nouveau « patron » du PP (Parti Popular) s’est montré parfaitement clair sur ce sujet : « L’Espagne est dans l’impossibilité de donner des papiers à tous ceux qui ne sont pas des demandeurs d’asile, donc à tous les « migrants » illégaux, et qu’une politique efficace de défense des frontières est absolument nécessaire. »
De son côté le parti à droite de la droite espagnole, le parti « VOX » et son président Santiago Abascal, voit sa popularité grandir chaque jour davantage.
Déjà sa position sans équivoque opposée totalement à l’indépendance de la Catalogne avait attiré vers lui un pourcentage d’adhérents non négligeable.
A présent, sa politique anti-immigration et d’expulsions de tous les « illégaux », lui permet d’atteindre un degré de popularité qui commence a inquiété sérieusement tous les autres partis politiques.
« Quiconque entre illégalement en Espagne sera immédiatement expulsé. D’ailleurs nous appliquerons la fin de toutes les aides sociales accordées aux « migrants » illégaux. Elles seront davantage nécessaires aux citoyens espagnols en grande difficulté.
S’il s’avère nécessaire de construire un mur plus haut, nous le construirons afin que personne ne puisse le franchir. Le parti Socialiste est l’ennemi de l’Espagne.
Nous voulons que la police nationale et la guardia civil puissent utiliser leurs armes pour se défendre, et nous défendre.»
Vient de déclarer Santiago Abascal devant plusieurs centaines de personnes à Algesiras, et quelques centaines d’adhésions sont venus s’ajouter à son parti.
Chaque nouvelle agression mettant en cause des migrants illégaux, et elles sont devenues quotidiennes, viennent renforcer la politique du parti Vox sur le refus de l’immigration illégale.

Deux jeunes marocains, en situation illégale, ont été arrêtés ce mercredi à Ténérife (Iles canaries) pour avoir abusé sexuellement une jeune touriste anglaise, playa de las Américas, au sud de l’Ile.
Naïve, elle avait rencontré l’un des deux une semaine plus tôt et accepté de l’accompagner dans un coin tranquille de la plage.
Mais il est venu, accompagné d’un ami, et a exigé une relation sexuelle à trois et tenté de la forcer à la subir.
Alertés par ses cris, deux surfeurs, dont un jeune policier, sont intervenus et ont mis en fuite les deux marocains, qui ont été rattrapés par d’autres surfeurs et remis à la police nationale.
87 nouveaux migrants illégaux viennent d’être débarqués à Algesiras, par le bateau « Proactiva-Open Arms », qui participe comme toutes les ONG en tant que complices à la traite des êtres humains qui se pratique actuellement en Europe, au grand jour, comme c’est le cas également en Libye, dans le silence le plus total de toutes ces associations qui, soi-disant, condamnent l’esclavage (N’est-ce pas Mme Taubira) et dont on espère en vain la première réaction !
.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 4:58

Aquarius : Sète se dit prêt à accueillir le navire


L'Aquarius. Photo ©️ Claude Paris/AP/SIPA
Migrants. L’Aquarius, qui transporte 141 personnes, a déjà eu des refus de Malte et de l’Italie pour accoster.

Alors que l’Aquarius dérive en mer Méditerranée et qu’il est à la recherche d’un port depuis le dimanche 12 août, Sète s’est dit prêt à accueillir le navire humanitaire, qui a 141 personnes à son bord, rapporte 20 minutes.

La présidente de SOS Méditerranée fulmine
« J'ai fait savoir à l'association SOS Méditerranée que nous étions prêts à accueillir leur navire si les autorités françaises se chargent des migrants », a déclaré l'ancien ministre des Transports, Jean-Claude Gayssot, président du port Sud de France, situé à Sète.
Dans le même temps, la présidente de SOS Méditerranée, Sophie Beau, avait appelé « l'ensemble des pays européens à prendre leurs responsabilités » pour trouver un port sûr pour le bateau. L’association humanitaire a déjà eu deux « réponses officielles négatives » de la part de Malte et de l'Italie.
Samedi, le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, avait déclaré que le navire « ne verrait jamais un port italien ». Selon Sophie Beau, la situation actuelle est « en contradiction la plus totale avec le droit maritime international et tout cela se fait sur le dos de personnes en danger ».



Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:01

ONG et passeurs de migrants : “Ce n’est plus une simple vague, c’est un véritable tsunami”
Par
Auteur
valeursactuelles.com

/ Jeudi 16 août 2018 à 10:4929

Tribune. Le sénateur RN des Bouches-du-Rhône, Stéphane Ravier, demande l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire.

Un million de « demandeurs d’asile » en 2015. C’est comme si une deuxième métropole marseillaise entièrement peuplée de clandestins s’était installée en Europe. En France, 200 000 immigrés pénètrent annuellement sur notre territoire. Une ville de la taille de Nantes. Si certains évoquent une vague migratoire, ils se trompent. Ce n’est plus une simple vague, c’est un véritable tsunami qu’aucun dirigeant français ne veut arrêter.

Ces immigrés n’arrivent pas tout seuls. Ils sont aidés. Pire, certains vont les chercher en Afrique pour les ramener chez nous. Des organisations non-gouvernementales (ONG) ont affrété plusieurs navires depuis 2014, avec un prétexte soi-disant « humanitaire » : mener des opérations de sauvetage pour les migrants qui tentent de traverser la Méditerranée depuis les côtes libyennes. Or, ces « opérations de sauvetage » ont été émaillées d'incidents, d'enquêtes et de suspicion.
C’est pourquoi, en tant que sénateur, j’ai déposé une demande de création d’enquête parlementaire sur les agissements de ces ONG en Méditerranée, et particulièrement sur les liens qu’elles entretiennent avec les passeurs. Devant les nombreuses interrogations que ces organisations suscitent, j’ai demandé à Jean-Claude Gaudin, maire (LR) de Marseille, d’exiger de l’Etat et d’Emmanuel Macron qu’il ferme le port de notre ville à ces bateaux. J’espère évidemment être soutenu par Renaud Muselier, président (LR) de la région PACA, et Martine Vassal, présidente (LR) du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, qui sont tous deux membres du conseil de surveillance du Grand Port maritime de Marseille.

Les dirigeants n’ont pas le droit de fermer les yeux
A partir de 2016, plusieurs observateurs relèvent que les navires des ONG vont à la limite des eaux territoriales libyennes. En 2017, un procureur italien ouvre une enquête sur la concordance étrange qu’il existe entre les départs de migrants et les missions des ONG, comme s’ils se coordonnaient. Quelques mois après, dans le cadre d’une autre enquête, le navire Iuventa d’une ONG allemande était saisi par la justice, avant que l’Open-Arms, un autre bateau, ne soit lui aussi mis sous séquestre.
Emmanuel Macron lui-même a été contraint de reconnaître qu’un navire d’une ONG « faisait le jeu des passeurs ». Ne se contentant pas de mots, le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, membre de la Ligue, notre allié transalpin, a décidé de fermer tous ses ports aux bateaux des ONG. Il justifiait sa décision en affirmant : « Comme me disent les militaires italiens et même les Libyens, les ONG aident les passeurs consciemment ou pas. »

Alors que l’immigration massive que nous subissons engendre des catastrophes sécuritaires et identitaires, et que les Français dans une très large majorité pensent que la France accueille trop d’immigrés, les dirigeants politiques n’ont pas le droit de fermer les yeux sur ce qu’il se passe aux larges des côtes africaines.
Nos alliés italiens au pouvoir à Rome veulent appliquer la méthode australienne, faite de mesures simples et de bon sens. Elle tient en deux mots : No Way! Littéralement : aucune chance ! Aucune chance que les clandestins ne puissent vivre et habiter en Australie, car le gouvernement ne leur laisse aucune chance d’y mettre un pied. Cette campagne s’est d’abord déclinée dans les pays de départ des immigrés, afin de les informer qu’ils risquaient leur vie en tentant la traverser et surtout, même s’ils arrivaient, que leur vie ne serait pas meilleure, bien au contraire !
Ce volet dissuasif s’accompagnait d’une fermeté absolue contre les clandestins. Ces derniers étaient systématiquement renvoyés dans des pays tiers, qui avaient signé un accord avec le gouvernement de Canberra. A partir de ces Etats, les migrants peuvent faire une demande d’asile en Australie. S’ils parviennent malgré tout sur la plus grande île du monde, les clandestins ne bénéficient pas d’avantages, comme il en existe en France avec l’aide médicale d’Etat. Au contraire même : ils sont automatiquement expulsés, puisqu’ils ont violé la loi.
Cette politique vise évidemment à réduire l’immigration et c’est une réussite : en 2013, avant le début de la politique du No Way!, 20 000 demandeurs d’asiles ont été enregistrés ; en 2015, un seul navire de clandestins était parvenu jusqu’à l’île. Mais cette campagne a aussi pour but de sauver des vies : en deux ans, aucun migrant n’a perdu la vie en tentant la traversée. Les pays occidentaux sont de plus en plus nombreux à ériger des digues saines face au déferlement migratoire.
Les calculs électoraux supplantent l'intérêt des Français
La France, quant à elle, reste engluée dans son idéologie droit-de-l'hommiste. Le silence d'Emmanuel Macron loin d'être une preuve de fermeté démontre toute sa faiblesse, son inertie face à ce défi migratoire. Une fois « la marchandise humaine livrée », autrement dit, une fois les migrants débarqués en Europe ils se rendront, comme beaucoup qui les ont précédés, dans notre pays avec la complicité silencieuse du « communicant de la République ».
Plus près de nous à Marseille, le Maire Jean-Claude Gaudin a fini par m'avouer qu'il travaillait avec ses amis maires de secteur (LR) pour accueillir les migrants... Mais discrètement afin de « ne pas faire le jeu du Rassemblement national ». Ou quand les petits calculs électoraux supplantent l'intérêt des Français.
Il n'y a donc pas que les ONG qui sont complices de la déferlante migratoire, la classe politique française y participe largement ! Aussi est-il grand temps de faire toute la lumière sur ce qui se passe en Méditerranée.
Le Sénat, chambre haute du Parlement, chambre des sages, aura-t-elle le courage, la lucidité de faire passer l'intérêt national avant les calculs de boutiquiers en acceptant de créer cette commission d'enquête ? Nous n'allons plus tarder à le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:03

Aquarius : “Qu'ils prennent les armes plutôt qu'un bateau”

/ Jeudi 16 août 2018 à 10:0944

Migrants. Stéphane Ravier, élu du Rassemblement National, est revenu sur l’affaire de l’Aquarius, sur RTL.

Stéphane Ravier était l’invité de RTL ce jeudi 16 août. Le sénateur des Bouches du Rhône, membre du Rassemblement National, a donné son sentiment sur l’affaire de l’Aquarius, enchaînant les déclarations coup-de-poing. Pour rappel, le navire humanitaire a accosté à Malte mercredi, et la France a annoncé qu’elle accueillera 60 des migrants à son bord dans le cadre d’une coopération européenne.

« C’est du trafic humain avec des mafias de passeurs »
Et dans ces critiques, tout le monde en prend pour son grade. Les migrants tout d’abord : « « Ces clandestins doivent être reconduits dans leur pays d'origine, où on nous dit qu'il y a la guerre. Ces jeunes hommes sont en bonne santé: plutôt que de prendre le bateau, ils feraient mieux de prendre les armes, pour défendre leur patrie et protéger leur famille ! », a-t-il ainsi déclaré.

Ensuite, les ONG en charge du bateau humanitaire : « Elles s’associent avec des mafias de passeurs qui s'enrichissent sur ce trafic humain, car c’est bien de cela qu’il s’agit, même Emmanuel Macron le dit ». Le président justement n’est pas en reste et a droit lui aussi à quelques mots bien sentis : « En bon agent de l'immigrationnisme, il a décidé de prendre une nouvelle part de cette vague migratoire qui ne cesse pas et n'est pas près de cesser, alors que notre pays compte neuf millions de pauvres. C’est scandaleux. »

Pour le sénateur, il n’y a qu’une seule voie possible : la méthode italienne. « Il faut qu’on fasse ce que fait Salvini ou l’Australie : NO WAY ! Refuser nos côtes. Et si des clandestins les atteignent quand même, leur fournir uniquement un billet retour ! »

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:06

L’association pro-migrants SOS Méditerranée a reçu des dons en nature de grands médias
Par
Auteur
valeursactuelles.com

/ Vendredi 17 août 2018 à 13:0014

Migrants. En obtenant le label « grande cause », décerné par le Premier ministre, l’association humanitaire a pu obtenir des spots de publicités.
L’association de sauvetage en mer SOS Méditerranée, qui porte assistance aux personnes en détresse en mer, a vu ses campagnes de publicité passées gratuitement à la télévision et à la radio, indique Libération, via son site spécialisé Checknews.

Libération explique ces campagnes gratuites par l’obtention du label « grande cause », obtenu en 2017 par SOS Méditerranée. Il s’agit d’une distinction décernée par le Premier ministre chaque année à une ou plusieurs associations en manque de visibilité. Elle permet d’obtenir des campagnes publicitaires sur les chaînes publiques et certaines chaînes privées, pendant douze mois.

540.000 euros de publicités gratuites

Comme Libération le rappelle, il existe deux types de campagnes :
- des campagnes « payantes ». Les chaînes publiques diffusent des spots payés par le fond de 100 000 euros attribués par le gouvernement avec le label. Pour SOS Méditerranée, ce fonds s’est réparti de la façon suivante : 70 000 euros pour les campagnes télévisuelles et 30 000 euros pour les campagnes à la radio.
- des campagnes gracieuses sur les chaînes publiques et privées : ces dernières offrent la diffusion à l’ONG.
L’association n’a donc en soi rien reçu comme argent des médias français, explique Libération. Ceci étant, si elle avait dû payer les spots publicitaires gracieusement diffusés par les médias, le coût total aurait été de 540 828 euros. Les médias ont donc offert ces publicités gratuitement, mais n’ont jamais financé SOS Méditerranée.
Le quotidien fait aussi la liste des médias qui ont participé :
- Dons en nature valorisés dans nos comptes : Amaury Media (L’EQUIPE TV) CANAL+ (VICELAND, Planete +, Comedie +, Infosport +, Non stop people, Campagne TV) IP France (RTL) Lagardère Publicité (Europe 1, Virgin radio, RFM, RFM TV, VIRGIN radio TV, Elle Girl) M6 (6TER, W9) NRJ (NRJ12, NRJ hits, Station 25, NRJ, Chérie 25, Nostalgie, Rires et Chansons) REGIS (Mangas, TREK, Animaux, Toute l’Histoire, Sciences et Vie TV, Chasse et Pêche, AB Moteurs, AB1) TF1
- Dons en nature non valorisés dans nos comptes : France 2 France 3 NEXT (RMC, BFM Business) Nova Régie (Radio Nova, TSF Jazz) Radio France (France info, France inter, France bleu) Skyrégie (SKYROCK)

Nisrine Yadini, directrice administrative et financière de SOS Méditerranée France a indiqué que l’association n’était « pas intervenue » dans le processus de négociation avec les chaînes. C’est le service d’information du gouvernement qui s’en est occupé. Libération précise qu’il ne s’agit donc pas de militantisme de la part des médias, étant donné que le label grande cause constitue justement à se faire diffuser.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:11

La France a accueilli 258.900 immigrés permanents en 2016
Par
Auteur
valeursactuelles.com

/ Vendredi 17 août 2018 à 11:3124


Immigrés. Sur ces 258.900 personnes, une infime partie seulement sont des migrants économiques.
Selon les derniers chiffres de l'OCDE, la France a accueilli 258.900 immigrés « permanents » en 2016. « Ils se voient délivrer un titre de séjour qu’ils peuvent prolonger facilement », précise l’OCDE au Figaro.
Sur ces 258.900 immigrés partis pour rester, le regroupement familial représente à lui seul 38% des arrivées, soit pratiquement 100 000 personnes. Deuxième vecteur d’immigration, la libre-circulation européenne (33,6%, soit 86.900 personnes). Suivent ensuite le travail (10,8%, 30.000 personnes) et l’humanitaire (9%).
Une surreprésentation dans la construction, les transports et la restauration
Mais l’OCDE explique elle-même que ce chiffre de 10,8% de migrants économiques est trompeur : environ la moitié des migrants européens viendraient pour travailler. La part d’immigrés économiques « permanents » serait alors de 27,6%.
En ajoutant les immigrés « permanents » et les immigrés « temporaires », le Figaro calcule que la France a accueilli 351.900 personnes en 2016, dont 49.900 pour le seul motif économique, soit 14% du total des arrivants.
L’OCDE précise quant à elle que les migrants arrivés en France entre 2007 et 2015 pour motif économique venaient essentiellement des États-Unis, du Maroc, de Tunisie, du Mali et d'Inde. Egalement, elle indique que les immigrés sont surreprésentés dans certains secteurs d'activité de l'économie française: la construction, les transports et la restauration par exemple.

-----------------

N'oublions pas les nouveaux Français naturalisés qui sortent ainsi du total des étrangers... à raison de 100 000 par an environ depuis 30 ans.

POur ce qui concerne les migrants économiques américains... j'avoue que leur importance m'avait échappé. A moins que ce soient des régiments de chefs d'entreprises venus s'installer chez nous.



Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:13

Pas les bienvenus en Suisse...
Un couple de musulmans se voit refuser la nationalité suisse après un refus de poignée de mains
AFP, publié le vendredi 17 août 2018 à 19h10


Un couple de musulmans qui réclamait la nationalité suisse s'est vu refuser la naturalisation par un comité de Lausanne après avoir refusé de serrer la main et de répondre aux questions de personnes de sexe opposé.

"On a considéré que la question de l'intégration n'était pas acquise", a expliqué à l'AFP Grégoire Junod, maire de cette ville située au bord du lac Léman. "Quand on veut la nationalité d'un pays, on doit quand même s'inscrire dans le respect de son ordre juridique et de l'égalité hommes-femmes."
L'audition du couple, dont la nationalité n'a pas été divulguée, a eu lieu au printemps, mais la décision n'a été rendue publique que vendredi.

Selon les membres du comité de naturalisation, l'homme et son épouse ont refusé de serrer la main de personnes du sexe opposé et ont eu aussi beaucoup de réticences à répondre aux questions venant d'un homme ou d'une femme selon les cas.

Le vice-maire Pierre-Antoine Hildbrand, qui était l'un des trois membres présents à l'audition, a confié à l'AFP qu'il était "grandement satisfait de cette décision".
"J'assume totalement d'avoir proposé un refus de naturalisation. La Constitution et l'égalité entre hommes et femmes l'emportent sur la bigoterie", a-t-il ajouté.
Le couple a 30 jours pour déposer un recours, a expliqué le maire.
Ce n'est pas la première fois que le refus de serrer la main d'une personne de sexe opposé suscite la controverse en Suisse.
En 2016, un collège avait dispensé deux élèves musulmans de serrer la main de leurs professeurs femmes, pratique pourtant courante dans les écoles suisses. L'affaire avait fait grand bruit dans le pays et la dispense avait finalement été annulée en mai.
Un mois plus tard, un père de famille musulman avait été condamné à une amende de 3.700 euros pour avoir refusé d'envoyer ses filles à des leçons de natation avec l'école.

-------------------

peut être un exemple à méditer...

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:15

Espagne : le FMI favorable à une arrivée massive de migrants

/ Jeudi 16 août 2018 à 16:5692

Image d'illustration. Photo ©️ Carlos Gil / SOPA Images/SIPA
Immigration. Afin de lutter contre le vieillissement de la population, l’Espagne aura besoin de plus de 5 millions d’étrangers d’ici 2050.
L’Espagne est confrontée à une situation démographique inquiétante.Comme le révèle le quotidien El Mundo, les études de l’OCDE et du FMI montrent que le faible taux de natalité associé à l’augmentation de l’espérance de vie vont faire de l’Espagne le second pays plus âgé du monde. Afin d’anticiper de graves problèmes, notamment en matière de sécurité sociale, l’organisme dirigé par la Française Christine Lagarde estime que l’immigration pourrait être une solution à ce problème. Il faudrait pour cela l’arrivée de plus de 5 millions d’étrangers d’ici 2050.
adikteev
« Une chance plus qu’une menace »
« Les migrations qui augmentent le nombre de travailleurs font également monter le nombre de cotisants au système de retraite », explique le FMI dans les colonnes d’El Mundo. Les recommandations du Fonds Monétaires International vont ainsi dans le sens du gouvernement espagnol pourtant critiqué par le chef du Parti populaire, Pablo Casado, et du responsable en chef des Ciudadanos, Albert Rivera, demandant à l’exécutif de Pedro Sanchez de réguler l’arrivée des migrants en situation irrégulière. De son côté, le Secrétaire d’État à la Sécurité sociale, Octavio Granado, a fait savoir que le «système de protection sociale a besoin de millions de cotisants» et que pour cette raison « les étrangers sont plus une chance qu’une menace ».
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:19

Une Yazidie, ex-esclave de l'EI, affirme avoir rencontré son bourreau en Allemagne
Une ancienne captive du groupe État islamique affirme avoir rencontré son bourreau en Allemagne
AFP, publié le samedi 18 août 2018 à 07h54


Une jeune yazidie, Ashwaq Haji, affirme avoir rencontré en février son bourreau dans un supermarché allemand. Traumatisée, cette Irakienne est retournée dans son pays qu'elle avait pourtant fui après s'être échappée de la maison du jihadiste qui l'avait réduite à l'état d'esclave sexuelle.
Des milliers de femmes de la minorité yazidie d'Irak ont été enlevées, tuées ou utilisées comme esclaves sexuelles par le groupe Etat islamique (EI) quand il s'est emparé d'un tiers du pays à l'été 2014, notamment du foyer historique des Yazidis sur les monts Sinjar (nord-ouest).
Enlevée le 3 août 2014, Ashwaq Haji est parvenue le 22 octobre de la même année à s'enfuir de la maison d'un jihadiste irakien qui se faisait appeler Abou Houmam.
Cet homme l'avait achetée "pour cent dollars", raconte-t-elle à l'AFP, lors d'une visite au sanctuaire yazidi de Lalich, à une soixantaine de km de la ville de Mossoul, dans le nord de l'Irak.
Autour d'elle, ils sont des centaines à commémorer l'un des nombreux massacres subis par cette minorité kurdophone adepte d'une religion ésotérique monothéiste, particulièrement persécutée par l'EI.
- "Je sais que tu es Ashwaq" -
La mère et le petit frère d'Ashwaq ont eux aussi été captifs un temps. Mais en 2015, tous les trois se sont installés à Schwäbisch Gmünd, une bourgade à 50 km de Stuttgart, dans le cadre d'un programme du gouvernement allemand pour les réfugiés irakiens. Le père, Haji Hamid, 53 ans, est resté en Irak.
A Schwäbisch Gmünd, Ashwaq raconte qu'elle suivait des cours d'allemand et voulait trouver un travail.
Mais le 21 février 2018, elle dit avoir aperçu dans un supermarché un homme descendre d'une voiture et l'appeler par son nom avant de s'adresser à elle en allemand.
"Il m'a dit qu'il était Abou Houmam, je lui ai dit que je ne le connaissais pas et il s'est mis à me parler en arabe", affirme à l'AFP la jeune fille vêtue de noir, en signe de deuil pour ses cinq frères et sa soeur portés disparus depuis leur enlèvement par des jihadistes.
"Il m'a dit: 'ne me mens pas, je sais très bien que tu es Ashwaq et que tu vis en Allemagne avec ta mère et ton frère', il m'a même donné mon adresse et d'autres détails de notre vie" en Allemagne.
Aussitôt, la jeune fille a contacté la police locale.
"Ils m'ont dit que c'était un réfugié comme moi en Allemagne et m'ont donné un numéro à appeler si jamais il s'en prenait à moi", poursuit-elle.
La police judiciaire du Bade-Württemberg a indiqué récemment sur Twitter avoir "ouvert une enquête le 13 mars 2018", ajoutant toutefois que l'enquête ne pouvait "se poursuivre pour le moment, la témoin (Ashwaq) n'étant pas joignable pour répondre aux questions".
Le parquet fédéral s'est "penché sur la question", confirme à l'AFP un porte-parole. "Mais jusqu'ici, au regard des éléments de preuves disponibles, nous n'avons pas pu identifier avec la certitude nécessaire l'auteur présumé".
Le parquet allemand a ouvert de nombreuses enquêtes pour terrorisme, crime contre l'humanité ou crime de guerre contre des réfugiés ou des demandeurs d'asile soupçonnés d'être impliqués dans des exactions commises par des groupes jihadistes en Irak, en Syrie ou en Afghanistan.
Les témoignages d'autres réfugiés sont régulièrement utilisés tout comme les publications sur les réseaux sociaux par les inculpés eux-mêmes.
- La peur, en Irak aussi -
Ashwaq affirme à l'AFP avoir visionné avec la police allemande les images de vidéosurveillance du supermarché où a eu lieu la rencontre, et dit être prête à communiquer ses coordonnées mais qu'elle ne se rendra plus en Allemagne.
De crainte de recroiser son bourreau, elle a quitté l'Allemagne fin mars avec sa mère et son frère pour le nord de l'Irak, où elle dit toujours vivre dans la peur car Abou Houmam a, raconte-t-elle, de la famille à Bagdad.
Depuis le camp de déplacés où il est installé dans le Kurdistan irakien, son père avoue avoir eu du mal à laisser son épouse et ses enfants revenir, après trois années de règne jihadiste, en Irak.
"Quand sa mère m'a dit qu'elle avait vu ce jihadiste (...) je leur ai dit de revenir, l'Allemagne n'étant visiblement plus un lieu sûr pour eux", affirme-t-il à l'AFP.
Mais la vie n'est toujours pas simple pour Ashwaq, comme pour les 3.315 Yazidis qui ont réussi à s'échapper de l'emprise des jihadistes. Autant d'autres sont toujours captifs ou portés disparus, selon les chiffres officiels.
"Toutes les survivantes ont des volcans en elles, prêts à exploser", prévient Sara Samouqi, une psychologue qui suit de nombreux Yazidis. "Ashwaq et sa famille vivent dans des conditions terribles".

----------------


Recevoir répartir et bonjour les dégats !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:21

Migrants : 54% des Français contre leur accueil

/ Samedi 18 août 2018 à 17:5328


Sondage. Une majorité de Français est opposée à l'accueil par la France d'une partie des migrants recueillis en Méditerranée.

Alors que la France s’apprête à accueillir 60 migrants de l’Aquarius, une majorité de Français est opposée à cette décision d’Emmanuel Macron prise avec d’autres chefs d’Etat mardi dernier. Selon un sondage Ifop pour Atlantico relayé par Le Figaro, 54% des personnes interrogées sont en effet opposées à l'accueil par la France d'une partie des migrants recueillis en Méditerranée. Comme le précise le quotidien, c'est quatre points de plus qu'en juin et sept points de plus qu'il y a un an.
Macron au plus bas de sa popularité

Dans le même temps, le président Emmanuel Macron est au plus bas de sa popularité en raison de son manque de décision claire lors de la première affaire Aquarius de juin, qui a déçu les sympathisants de droite. En juillet, sa cote de popularité était la plus basse de son début de quinquennat, à seulement 36,3% d’opinions favorables. Le sondage Ifop a été réalisé via un questionnaire en ligne du 14 au 16 août auprès de 1004 personnes.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:25




bref précis...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:26

« L’Algérie, c’est pas l’paradis » : 84% de jeunes algériens veulent partir à tout prix !

PUBLIÉ PAR CHRISTIAN LARNET LE 17 AOÛT 2018
Le Boston Consulting Group vient de publier un rapport décapant. 84% de jeunes algériens veulent quitter l’Algérie, souvent décrite comme un pays merveilleux. Apparemment, plutôt un enfer.

Le premier projet d’avenir qui traverse l’esprit des jeunes Algériens est « émigrer », révèle l’étude qui précise qu' »ils sont 84% à être catégorique sur la question, dont la majorité des étudiants qui se disent prêts à quitter le pays si une opportunité de travail se présente à l’étranger ».

Le Boston Consulting Group (BCG), un cabinet international de conseil en stratégie, a réalisé une enquête (1) où différents pays sont classés par leurs attractivités et talents, en partenariat avec The Network, le leader mondial du recrutement en ligne, sur un échantillon représentatif de 366 000 personnes réparties sur 197 pays.

Les Algériens, constate l’étude, aspirent à une vie meilleure en Occident en raison, disent-ils, de l’absence de stabilité financière dans leur pays.
Les personnes interrogées en Algérie, (ainsi qu’au Maroc et au Nigeria) considèrent que l’apprentissage et la formation professionnelle, au premier rang de leurs préoccupations, n’est pas satisfaisant dans leurs pays respectifs.

Ils rejettent l’Algérie et optent unanimement pour le Canada, la France et l’Allemagne, suivi des Emirats arabes unis.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:29

Migrants : mais où sont donc passés les femmes et les enfants ?
17 août 2018 Le Politique Aucun commentaire



Il ne s’agit ni de stigmatiser qui que ce soit ni l’immigration dans son ensemble mais d’informer sur les réactions très largement constatées parmi la population française.
Selon un sondage paru en juin 2018, 67% des français s’opposaient à l’accueil du navire Aquarius et de ses passagers migrants sur le sol national. Depuis, l’Aquarius s’est à nouveau retrouvé en mer sans destination précise et le port de Sète s’est dit prêt à l’accueillir, augmentant encore un peu plus la défiance populaire contre l’immigration massive.

Alors que le président de la République Emmanuel Macron s’est engagé à ce que la France reçoive 70 des 141 passagers de cette navette incessante entre les côtes de la Libye et celles de l’Europe, de nombreux français expriment ouvertement leur agacement croissant. Parmi eux revient sans cesse cette question : « où sont donc les femmes et les enfants ? »
En effet, le gouvernement plaidant qu’il s’agit de porter secours à des individus fuyant la guerre, les français constatent non seulement qu’une majorité n’est pas originaire de pays en guerre – une information confirmée par l’ONU – mais aussi que ces individus sont très majoritairement voire exclusivement des hommes jeunes.
« S’ils fuient la guerre, soit toutes les femmes et les enfants sont morts, soit ils ont été abandonnés sur place, s’ils ne fuient pas la guerre alors tout ceci est une immigration économique organisée, » commente un internaute sur le réseau social Facebook.

Une position généralement partagée par l’opposition de droite chez Les Républicains (LR), chez Debout La France (DLF) et au Rassemblement National (RN) et qui pose en effet la question d’une immigration économique qui profiterait impunément du drame des véritables réfugiés – à l’instar des Chrétiens d’Orient – et porterait donc préjudice à cet essentiel devoir humaniste.

La question que les français posent donc à Emmanuel Macron est pourquoi des centaines de milliers d’hommes jeunes, en bonne santé, débarquent en Europe s’ils ne fuient pas la guerre ? S’il souhaite éviter quelque déception aux élections européennes 2019, sa réponse devra être convaincante.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:30

Une figure de l'extrême-gauche allemande veut créer un mouvement anti-immigration pour contrer l'extrême-droite
Sahra Wagenknecht, qui préside le groupe parlementaire allemand de la gauche radicale, estime qu'une "frontière ouverte à tous, c’est naïf" et ce n'est "surtout pas une politique de gauche".

Georges Marchais au féminin
Publié le 18 Août 2018

La montée en puissance du parti anti-immigration Alternative pour l'Allemagne (AfD) a chamboulé l'échiquier politique outre-Rhin, incitant la droite à revoir ses positions sur l'immigration. Et voilà que l'inquiétude gagne aussi la gauche... à tel point que Sahra Wagenknecht, présidente du groupe parlementaire de la gauche radicale, a lancé un mouvement pour durcir la politique migratoire.
Intitulé Aufstehen! (Debout !) et prévu pour être lancé officiellement le 4 septembre, ce mouvement veut s'inspirer des succès de Podemos en Espagne, de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon ou de Syriza en Grèce, mais en étant bien plus critique sur l'immigration.
Sahra Wagenknecht en a assez de la "bonne conscience de gauche sur la culture de l’accueil" et dénonce ces "responsables vivant loin des familles modestes qui se battent pour défendre leur part du gâteau". Elle estime qu'une "frontière ouverte à tous, c’est naïf. Ce n’est surtout pas une politique de gauche". En effet, elle observe que les milliards dépensés par le gouvernement pour accueillir les demandeurs d’asile en 2015 "auraient pu aider beaucoup plus de nécessiteux en Allemagne" et que "plus de migrants économiques signifie plus de concurrence pour décrocher des jobs dans le secteur des bas salaires."
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:32

France : les demandes d’asile explosent
/ Dimanche 19 août 2018 à 15:4928

Immigration. Les trois principaux pays de provenance sont l’Albanie, la Géorgie et l’Arménie.

L’office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) a révélé le nombre des demandes d’asile en France. Elles ont fortement augmenté de 17,8% sur les sept premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2017. Comme le précise le Journal du dimanche ce 19 août, les trois principaux pays de provenance sont l’Albanie, la Géorgie et l’Arménie. Les demandes albanaises ont toutefois baissé de 43,9%.

« Une procédure totalement dévoyée »
Interrogé dans les colonnes du JDD, Eric Ciotti, conseiller départemental des Alpes-Maritimes (LR) sensible aux questions d’immigration, estime que ces données démontrent « le double langage du pouvoir macronien » et « son absence de fermeté ». « L’asile devient de plus en plus un moyen légal d’immigration économique, poursuit-il. La procédure est totalement dévoyée. » Sur les 629 migrants actuellement à bord de l’Aquarius, la moitié ont manifesté leur volonté de demander l’asile en France.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:34

Belgique : des migrants menacent des femmes d’un centre d’accueil

/ Dimanche 19 août 2018 à 21:2810

Scandale. Le personnel du centre pour migrants de Haren dénonce de graves incidents. Les réfugiés menacent notamment de s’en prendre aux femmes.


Le centre pour réfugiés situé à Haren, près de Bruxelles, est au cœur d’un scandale. Comme le révèle la Dernière Heure ce dimanche 19 août, des incidents à répétition, dont deux jugés graves cette semaine, exaspèrent le personnel. Jeudi, un des travailleurs du centre a échappé au pire grâce à l’intervention des agents de sécurité. Des migrants le frappaient à coups de chaises et de bâtons. Contactés par la Dernière Heure, des travailleurs du centre dénoncent une « surprotection » des réfugiés par les membres de la Plateforme citoyenne.

« Ils se droguent dès le matin »
L’ambiance au sein du centre serait devenue invivable. « Beaucoup insultent et menacent le personnel mais personne ne dit rien, confie un travailleur à laDernière Heure. Ils vomissent et défèquent dans les douches et laissent tout ainsi derrière eux. Ils piquent des crises quand ils n’ont pas à manger directement. Ils ne font même pas leur lit le matin, les bénévoles s’en chargent. » Et un autre travailleur d’ajouter : « Ils n’ont aucun respect pour les bénévoles. Ils se droguent dès le matin et certains n’hésitent pas à dire qu’ils pourraient s’en prendre aux femmes qui travaillent dans le centre ». Le centre pour réfugiés situé à Haren accueille près de 300 migrants.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:35

Madrid : 16 migrants s’évadent d’un centre de détention

/ Dimanche 19 août 2018 à 19:3811

curité. Seize immigrés se sont évadés, dans la nuit de mercredi à jeudi, du centre de détention d’étrangers d’Aluche à Madrid.

L’information a été révélée par Le Matin. Seize immigrés, des Algériens en majorité, se sont évadés dans la nuit de mercredi à jeudi, du centre de détention d'étrangers d'Aluche à Madrid. Les immigrés ont agressé un vigile du centre pour le forcer à leur remettre la carte d'ouverture des portes. Cinq individus ont pu être interpellés mais la police est toujours à la recherche des autres évadés.

Des évasions fréquentes
Dans un communiqué relayé par Le Matin, le collectif Alternative syndicale de police (ASC) regrette le manque de moyens dans ce centre, où les évasions sont fréquentes. Le syndicat dénonce par ailleurs les responsables en charge de l'établissement qui ont permis de loger dans le même pavillon 60 Algériens malgré tous les risques que cela comporte. Lors de l’évasion des migrants, seulement huit policiers veillaient à la sécurité du centre qui abrite plus de 150 immigrés.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:36

Graves incidents au centre pour migrants de Haren: des membres du personnel ont été agressés
BELGA Publié le dimanche 19 août 2018 à 13h42 - Mis à jour le dimanche 19 août 2018 à 20h29


Les policiers ont été appelés à trois reprises cette semaine par des agents de sécurité pour des incidents à la Porte d'Ulysse à Haren, selon une information du quotidien La Dernière Heure (DH) confirmée dimanche par le porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles Olivier Slosse. Trois personnes hébergées dans le centre ont été privées de leur liberté. Un agent de sécurité a quant à lui dû être transporté à l'hôpital. Il est en incapacité de travail pour huit jours. La première intervention a eu lieu mardi soir à 22H40. Il s'agissait alors de personnes indésirables qui ne voulaient pas quitter les lieux. Il n'y a pas eu d'arrestation.
Le second appel concernait, selon la DH, un travailleur qui se faisait taper dessus à coups de chaises et de bâtons jeudi vers 08H00 du matin. Deux personnes ont été arrêtées.
Vendredi à midi, un autre individu a été privé de sa liberté. D'après la DH, il aurait refusé de quitter les cuisines du centre, interdites d'accès aux personnes hébergées. Il dissimulait un grand couteau de cuisine sur lui. L'agent de sécurité a réussi à s'emparer du couteau, mais a été blessé par celui-ci et a reçu un projectile sur la tête. Il a été transporté en ambulance à l'hôpital.
Mehdi Kassou, le porte-parole de la Plateforme citoyenne de Soutien aux Réfugiés, rappelle que le public est varié à la Porte d'Ulysse et compte des migrants comme des sans-abri. En réponse à la prétendue omerta dénoncée par des membres du personnel dans la DH, il explique les règles en vigueur: "On a un système de sanctions, qui sont les mêmes pour tous. On bannit pendant trois jours puis définitivement les personnes qui se sont montrées agressives ou qui ont consommé de la drogue. On ne communique pas sur chaque problème rencontré dans le centre, mais quand il a fallu interrompre les inscriptions à la Porte d'Ulysse une nuit parce que c'était trop tendu, on a communiqué".

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:38

Migrants. Depuis qu’un bateau italien a secouru 180 migrants, Matteo Salvini refuse de les accueillir. Il menace de les renvoyer en Libye si l’Europe ne se les répartit pas.

Que peut faire Matteo Salvini des 180 migrants secourus en mer jeudi 16 août par un navire italien ? Le ministre de l’Intérieur de la Botte est coincé, lui qui avait promis que plus aucun réfugié ne poserait pied sur son sol. Dimanche 19, il a menacé l’Europe de les renvoyer vers la Libye si aucune solution européenne n’est trouvée, rapporte Europe 1.

Une situation similaire en juillet
L’Union européenne a toujours catégoriquement refusé les renvois vers la Libye, considérant que le pays n’offrait pas de port « sûr », une condition requise par le droit maritime international. Matteo Salvini espère donc ainsi faire réagir les autres pays du vieux continent. Il faut dire que ses options sont limitées, depuis que des garde-côtes italiens du navire Diciotti ont récupérés les 180 migrants du côté de Lampedusa, sans l’aval de Rome selon le ministre de l’Intérieur. L’Italie a d’abord demandé à Malte de les prendre en charge, mais l’île a catégoriquement refusé, provoquant encore plus l’ire du gouvernement.

Voilà désormais trois jours que le Diciotti est bloqué en mer, et la situation va vite devenir intenable pour l’Italie, responsable du navire et donc des migrants à son bord. En juillet déjà, une situation très similaire s’était produite : ce même bateau avait sauvé des réfugiés sans attendre que Rome valide ou non l’opération, avant de voir l’Italie refusait qu’il accoste sur ses berges. Finalement, grâce à un accord européen pour se répartir les migrants entre différents pays (dont l’Italie), le Diciotti avait pu accoster après trois jours en Méditerranée. Cela semble aujourd’hui aussi l’option la plus réaliste pour Salvini.


Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:40

Critiqué par L’Express, Salvini envoie des “bisous aux bien-pensants” français
valeursactuelles.com

/ Lundi 20 août 2018 à 17:1723

Réplique. C’est tout en ironie que le ministre de l’Intérieur italien a répondu à ses détracteurs.
Matteo Salvini a du répondant. Le ministre de l’Intérieur italien a réagi à la une du dernier numéro du magazine l’Express, où figure son visage, regard noir et mine renfrognée. L’hebdomadaire le présente comme un « populiste, xénophobe », qui « ravit Le Pen », « inquiète Macron » et « fait trembler l’Europe ». Un portrait peu flatteur, que l’Italien ne s’est pas privé de commenter sur Twitter dimanche 19 août.

L’ironie comme fer de lance
« En France aussi, ils ne savent plus quoi inventer pour m’attaquer. On leur envoie des bisous aux bien-pensants transalpins ? », lâche-t-il, le tout ponctué d’un petit émoticône envoyant un bisou assorti d’un cœur. Une ironie qui ne fait guère de doute sur la détermination de Matteo Salvini à mener sa politique anti-migratoire, malgré les positions européennes et les unes alarmistes.
Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

De quoi ravir ses sympathisants d’Italie et d’ailleurs, comme Bryan Masson, soutien de Marine Le Pen et délégué de circonscription des Alpes-Maritimes, qui a fustigé la « diabolisation » de Matteo Salvini par l’hebdomadaire, tant par le choix de la photo de une que par les celui des adjectifs utilisés pour le décrire.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:42

Allemagne : une star politique d’extrême gauche lance un mouvement anti-immigration

/ Lundi 20 août 2018 à 20:009

Cocasse. L’objectif : contrer l’influence du parti d’extrême droite Alternative für Deutschland.

Pour ne pas mourir à petit feu, la gauche allemande se travestit, quitte à rompre avec les traditions. C’est en tout cas la direction que semble prendre Sahra Wagenknecht, présidente du groupe parlementaire de la gauche radicale (Die Linke), en durcissant les positions de gauche sur le droit d’asile en Allemagne, rapporte La Tribune de Genève. Ce nouveau mouvement, qui sera lancé le 4 septembre, a un nom : « Aufstehen », c’est-à-dire « Debout » ou « Réveil ».

« Une frontière ouverte à tous, c’est naïf »
Inspiré du succès de Podemos en Espagne, de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon ou de Syriza en Grèce, le mouvement Aufstehen a pour objectif de « mettre la pression » sur les partis de gauche pour qu’ils engagent une « autre politique migratoire ». Sahra Wagenknecht dit vouloir en finir avec la « bonne conscience de gauche sur la culture de l’accueil » et ces « responsables vivant loin des familles modestes qui se battent pour défendre leur part du gâteau ».

La quadragénaire, née d’un père iranien et d’une mère allemande, se veut pragmatique. « Une frontière ouverte à tous, c’est naïf. Ce n’est surtout pas une politique de gauche », assure-t-elle, clamant que les dépenses du gouvernement pour accueillir les demandeurs d’asile « auraient pu aider beaucoup plus de nécessiteux en Allemagne ».

Reste que cette approche de la part de cette figure de la gauche est un petit tremblement de terre dans les rangs socialistes du Bundestag, qui lui reprochent de « rêver d’une gauche populiste ».



Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:45

Migrants : le ras-le-bol des habitants d’un village allemand

/ Mardi 21 août 2018 à 21:4818

Immigration. Maire et habitants de Boostedt décrivent un village “méconnaissable” depuis l’arrivée des migrants.

Trop, c’est trop. Le maire de Boostedt, une petite commune au nord de l’Allemagne, a décidé de laisser exploser sa colère au sujet des 1 200 migrants qu’il accueille dans sa commune d’à peine 4 600 habitants. Aussi, il témoigne aux côtés de riverains dans une interview à la chaîne de télévision allemande NDR de la transformation de la commune depuis leur arrivée. Pour lui, la greffe ne prend pas.

Déchets, nuisances, incivilités…
L’édile, Hartmut König, se plaint du manque de civisme des migrants qui peuplent désormais les rues du village. Il dénonce des nuisances et fustige leur « comportement », citant tour à tour des exemples de commerces volés ou de pollution urbaine. « Je l’ai vécu moi-même : trois réfugiés marchant sur le trottoir, ne laissant pas assez de place pour une femme avec une poussette et un enfant venant dans leur direction », explique-t-il. « Ils ne font pas de place, elle doit se déplacer sur la route pour les contourner ».

Hartmut König est pourtant plein de bonne volonté. « Ce n’est qu’un incident, mais il montre le problème. En outre, ils laissent des tas de déchets et utilisent tous les espaces disponibles pour s’asseoir et boire de la bière », déplore-t-il. Une volonté d’intégration nulle qui s’explique par le fait que ces jeunes migrants attendent d’être déplacés dans un autre pays. « Aider a du sens, c’est notre devoir chrétien », assure un riverain. Et de poursuivre : « Mais la façon dont les choses se passent… Ces personnes sont livrées à elles-mêmes, se promenant partout dans la ville. Personne ne reconnaît plus notre ville. Boostedt était un bel endroit ».


Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:47

Espagne : des migrants aspergent des gardes-frontières d'acide

Mercredi 22 août 2018 à 19:350

Tension. Une centaine de migrants ont forcé la frontière entre le Maroc et l'Espagne, agressant les gardes-frontières.

Les faits se sont déroulés ce mercredi 22 août dans l’enclave espagnole de Ceuta. Comme le révèle BFMTV, 115 migrants ont escaladé la haute clôture frontalière avec le Maroc. Un porte-parole de la préfecture a indiqué que sept gardes-frontières ont été « légèrement » brulés suite à des jets d'acide et de chaux lancés par les migrants. « Tout mon soutien aux forces de l'ordre qui affrontent de manière exemplaire le défi migratoire, en particulier aux agents blessés aujourd'hui », a réagi sur Twitter le chef du gouvernement, le socialiste Pedro Sanchez.
#Espagne #Ceuta

Au moins 115 migrants ont violé la frontière Européenne aux cris de « allah akbar » en jetant de la #chaud et de l’#acide sur les gardes frontières à Ceuta.
Il y a 7 gardes blessés pic.twitter.com/Y3Tr3FzAY8

Madrid : 16 migrants s’évadent d’un centre de détention
— Alex (@AlexLeroy90) 22 août 2018
Play Video

Selon les précisions de BFMTV, le journal El Faro de Ceuta a diffusé des images montrant de jeunes migrants africains fous de joie d'être parvenus à escalader la double clôture, certains agitant un drapeau espagnol ou européen. Plusieurs ont des blessures aux jambes et aux mains, les vêtements lacérés ou ensanglantés. Fin juillet, plus de 600 migrants sont entrés dans l’enclave espagnole de Ceuta au terme d’affrontements violents par les forces de l'ordre.




Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:49

Migrants : la mairie de Paris veut encore créer des places d'accueil

/ Mercredi 22 août 2018 à 18:3412

Société. La mairie de Paris lance un appel à projet pour la création d’environ 600 places d’accueil.

« Avis d'appel à projet pour la création d'environ 600 places d'accueil pérenne pour des mineurs non accompagnés. » Sur son site internet, la mairie de Paris a lancé un appel à projet visant à accueillir des migrants : 70 places d’accueil collectif pour des mineurs non accompagnés vulnérables, 130 places en plateforme de mobilisation avec hébergement en diffus pour des mineurs non accompagnés en voie d’autonomisation, 400 places en plateforme d’accompagnement avec hébergement en diffus pour les jeunes les plus autonomes, mineurs ou majeurs. Les mineurs et jeunes majeurs isolés étrangers représentent environ un tiers des 5000 jeunes pris en charge au titre de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) de Paris.

Délinquance, trouble psychiques…
« Un nombre grandissant de jeunes confrontés à des problématiques très spécifiques (déracinement, troubles psychiques, addictions, délinquance, problèmes de santé), et ce parfois dès leur plus jeune âge, nécessitent par ailleurs une prise en charge éducative que les établissements et services classiques ne proposent pas », explique la mairie de Paris. La date limite de réception des dossiers au Département de Paris est fixée au mardi 30 octobre à 16h30.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:50

Le nombre de demandes d'asile en forte hausse en France

/ Jeudi 23 août 2018 à 07:191

Immigration. L'Office français de protection des réfugiés et apatrides a annoncé, mercredi 22 août, avoir constaté une hausse de 16% des demandes d'asile.

Le phénomène se maintient. Et s'amplifie : mercredi 22 août, l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) a indiqué que plus de 60.000 demandes d'asiles ont été déposées en France entre janvier et fin juillet 2018, rapporte Europe 1.

Déjà une hausse en 2017
Cela représente une augmentation de 16% par rapport à la même période de 2017. « C'est une hausse soutenue mais comparable à celle de ces dernières années », a précisé Pascal Brice, le directeur général de l'Ofpra, dans des propos relayés par le site de la radio. Déjà, en 2017, les demandes d'asile avaient augmenté de 17,5%, avec un peu plus de 100 000 dossiers déposés. Une première.
Pour Pascal Brice, la hausse de 2018 s'explique notamment « par une accélération des délais de traitement dans les préfectures », ce qui se traduit, de la part de ces dernières, par un déstockage des dossiers en attente, entraînant une saisine de l'Ofpra que le patron de l'organisme public juge sans doute « un peu surestimée ».




Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:53

Les « ONG » pro-migrants seront-elles l’objet d’une enquête parlementaire ?
22 août 2018 Le Politique Aucun commentaire

Navire allemand battant pavillon de Gibraltar et opéré par une « ONG » française ou néerlandaise pour débarquer en Europe des foules d’individus par des voies irrégulières et dont on ne connaît pas même les véritables nom et prénoms ?

Voilà en pleine « guerre contre le terrorisme » un montage juridique hautement contestable selon les lois maritimes internationales et qui pose également de véritables questions à la fois d’identité – et donc de commanditaire – et de droit fiscal sur lesquelles l’administration fiscale et judiciaire serait bien inspirée d’apporter les réponses que les citoyens européens ont toute légitimité d’exiger.
Dans ce contexte en pleine contravention de l’application égale et indiscriminée du droit, le sénateur des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier (RN) rappelle dans une lettre (1) adressée au conseiller régional Philippe Vardon (RN) que « même le président Emmanuel Macron a déclaré que l’ONG Lifelinefaisait le jeu des passeurs ».

Dans ces conditions et considérant le débarquement « continuel » de « migrants clandestins » sur les côtes de l’Europe, M. Ravier a demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les activités des « ONG » (2) intervenant auprès de migrants en mer Méditerranée et sur le trafic illicite de migrants.

En Italie où le ministre de l’intérieur Matteo Salvini interdit à ces dernières l’accès aux ports, des sources proches des services de renseignement transalpins indiquent que « les fréquentations de certaines ONG sont intrigantes voire constituent une potentielle faille dans la capacité de lutte antiterroriste européenne » sous-entendant ainsi que des passeurs pourraient se servir desdites « ONG » pour faciliter l’infiltration d’éléments terroristes et/ou criminels en Europe.

Plusieurs affaires à caractère terroriste et au bilan humain dramatique ces dernières années l’ont malheureusement déjà prouvé, dans une relative indifférence des responsables politiques quant à l’urgence de rétablir une véritable maîtrise du territoire.

Les Européens ont parfaitement le droit de savoir qui envoie chez eux des centaines de milliers d’individus, en dehors de tout cadre légal relatif au droit de séjour, de même qu’ils ont le droit de savoir qui finance, dans quel objectif et qui tire quelque bénéfice de ces opérations. Les « ONG » ne peuvent pas exiger la générosité des Européens en échange d’une opacité organisée qu’aucun gouvernement responsable n’accepterait, ne serait-ce que pour raison de sécurité nationale.

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
(2) Des « Organisations non-gouvernementales (ONG) » dont les financements laissent pourtant apparaître des subventions – au moins indirectes – et contestant donc – au moins partiellement – leur revendication non-gouvernementale. Les contribuables européens se retrouvent ainsi, et le plus souvent malgré eux, à financer ces « ONG » sans jamais l’avoir décidé.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 5:56

Clandestins: Le chef de Frontex veut davantage d'expulsions

Le patron de l'agence européenne des frontières Frontex Fabrice Leggeri, le 31 mars 2017 à Varsovie


L'UE doit "prendre davantage de décisions effectives d'éloignement, qui soient mieux mises en oeuvre", a-t-il affirmé.
Les États européens doivent intensifier les expulsions d'étrangers en situation irrégulière sans quoi "on ne résoudra pas le problème des migrants", a estimé le patron de l'agence européenne des frontières Frontex, Fabrice Leggeri, dans une interview jeudi aux Dernières Nouvelles d'Alsace. "Les États membres doivent prendre davantage de décisions effectives d'éloignement, qui soient mieux mises en oeuvre", a-t-il affirmé.

En effet, même si les entrées irrégulières en Europe sont tombées à "environ 75 000" cette année contre 1,2 million en 2015, le nombre de migrants se maintenant illégalement sur le sol européen "ne cesse d'augmenter", avec l'an dernier "151 000 éloignements pour 204 700 entrées irrégulières", a-t-il assuré.

"Si on continue ainsi, on envoie un message implicite aux migrants potentiels: tenter à tout prix de passer en Europe, car même si on est pris, on a toutes les chances d'y rester", a-t-il affirmé, avec aussi le risque de voir "des clandestins créer dans certains quartiers une forme de société parallèle, fonctionnant sur une économie noire, comme des 'bulles' où la loi ne s'applique pas", ce qui "est insupportable dans un État de droit" selon lui.

Harmoniser les procédures en Europe
Fabrice Leggeri a aussi appelé les États à "harmoniser leurs règles et procédures" d'expulsions, suggérant "qu'une décision d'éloignement prise par un État de l'espace Schengen puisse être mise en oeuvre dans un autre État, si l'étranger concerné est entre-temps passé d'un pays à l'autre". "Sinon, on s'oblige à recommencer à chaque fois toute la procédure", a-t-il averti.

Alors que les migrants sont l'objet d'un bras de fer entre Européens, l'Italie ayant refusé de laisser débarquer plusieurs bateaux comme l'Aquarius depuis juin, Fabrice Leggeri a rappelé "le devoir de sauvetage des gens" en mer. Mais "la vraie question est: pour les débarquer où? Pourquoi systématiquement en Europe?", a-t-il ajouté, reprenant un argument développé en juin.

"L'enjeu est de mettre en place des plateformes de débarquement respectueuses du droit, qui permettent aux personnes d'avoir accès à l'asile", a-t-il ajouté, sans s'avancer sur les pays qui pourraient être concernés.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 6:01

Migrants : l’Italie largue l’Union européenne
Devant l'attentisme de l'Europe, certains pays prennent leur destin en main

par
Henri Temple

Cela passe inaperçu en France mais l’Italie est « sortie » de l’Union européenne en matière de migrations : son nouveau gouvernement met en œuvre sa propre politique migratoire, déconnectée de Bruxelles. Mieux, elle est implicitement approuvée par le patron de Frontex, l’agence européenne garde-frontières et de garde-côtes, qui se félicite de « la fin de la naïveté » des Européens sur la situation migratoire : son directeur, Fabrice Leggeri a déclaré, début juillet sur CNews, que l’Europe n’avait pas une « obligation unilatérale » en matière de sauvetage en mer et que le difficile compromis sur les migrations, lors du sommet européen des 28 et 29 juin, marquait « un tournant de fermeté européenne […] par rapport à la gestion des migrants » et à « l’exploitation par des groupes criminels de la détresse humaine » qui « d’une certaine manière, prennent en otage moralement l’Europe ». Les 28 ont, eux aussi, appelé les ONG à « ne pas entraver les opérations des garde-côtes libyens ».

L’Italie aide la Libye
Toujours pour le patron de Frontex, si les plateformes de regroupement des migrants sont créées, hors Europe, cela signifiera que « des navires de Frontex ou des navires privés qui sont appelés au secours par les centres de coordination pourront débarquer les personnes sauvées dans le port sûr le plus proche et […] cela peut être des ports non européens ». « Il faudra voir certes concrètement qui met en œuvre ces plateformes et avec quels pays […] mais cela cassera l’automatisme […] consistant à se déclarer en détresse pour appeler des navires qui ramèneront les migrants en Europe. C’est un message fort vis-à-vis des criminels ».

Fabrice Leggeri a notamment indiqué qu’à l’été 2017 Frontex avait « parfois » observé que « des secours en mer étaient organisés par des ONG de façon spontanée, autonome, et pas coordonnée par les autorités publiques ». Ce qui « mettait en danger parfois la sûreté, la vie humaine en mer ».
Par ailleurs, en toute indépendance de Bruxelles, le gouvernement italien a décidé, le 4 juillet, d’offrir 12 vedettes aux garde-côtes libyens pour les aider à mieux lutter contre les tentatives des migrants de rejoindre l’Italie au départ des côtes libyennes. Adoptée sous forme de décret-loi lors d’un Conseil des ministres cette mesure vise, selon un communiqué officiel, « à renforcer la capacité opérationnelle des autorités côtières libyennes afin de garantir la gestion correcte des dynamiques des phénomènes migratoires », à « lutter contre le trafic d’êtres humains, sauvegarder la vie humaine en mer et contenir la pression migratoire ». Le gouvernement italien s’occupera également de l’entretien de ces 12 vedettes pendant l’année en cours ainsi que de l’entraînement et de la formation des forces libyennes. Selon le ministère italien des Transports et des Infrastructures, dont dépendent les garde-côtes italiens, le coût total de cette aide est d’environ 2,5 millions d’euros.

Le nouveau gouvernement italien est disposé à mettre en place à la fois un contrôle hermétique sur ces frontières maritimes (avec sévère répression des passeurs), et des plateformes et couloirs humanitaires dans les pays de départ où les migrants seront regroupés, aidés, et leurs dossiers étudiés.

A ce jour, l’Égypte, la Tunisie et le Maroc ont refusé. Pire, le 23 juillet, la Tunisie ne voulait pas même recevoir le bateau d’une ONG maltaise, chargé d’une quarantaine de migrants africains à bord, bloqués depuis une semaine au large de ses côtes.
Toutefois la Libye ou l’Éthiopie commencent à coopérer avec l’Italie. L’Italie appuie les expériences de couloirs humanitaires, fruit d’une collaboration œcuménique entre catholiques et protestants, notamment dans les zones frontalières de la Syrie, de l’Érythrée, du Soudan.

Bruxelles laisse couler
Quant à Bruxelles, elle s’est contentée, en enfreignant sa feuille de route fixée le 28 juin qui lui intimait de trouver des bases de regroupement hors d’Europe, de proposer la création de manière permanente de centres contrôlés en Europe proposés également par le Conseil européen. Mais la France, comme d’ailleurs tous les autres pays, refuse d’accueillir de tels centres, et propose plutôt des centres fermés sur le sol italien, pour éviter les mouvements secondaires de migrants entre différents pays de l’Union.

Quant aux plates-formes imaginées hors-UE, elles devraient être gérées par le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR) et l’Organisme des Nations unies chargé des migrations (OIM).
La situation sera critique si les Européens ne parviennent pas à s’accorder rapidement, après l’ultimatum de Rome pour redéfinir le mandat de Sophia, l’opération navale européenne de sauvetage en Méditerranée, sous commandement italien, prolongée jusqu’en décembre. Plusieurs milliers de migrants ont été rapatriés de Libye vers leur pays durant les six premiers mois de 2018, dans le cadre d’un programme de «retour volontaire» mené par l’OIM. A quel prix humain et financier ?

Le gouvernement australien, lui, a organisé une grande politique d’information en direction des pays où on abuse de fantasmes les populations pauvres. Que fait l’Union européenne ?

-----------------------

L'Europe ? elle s'occupe de la configuration des WC !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 6:03

Belgique : une bande d’Africains arrêtée pour trafic d’êtres humains

Vendredi 24 août 2018 à 15:567


Faits-divers. Vingt-sept migrants en transit ont été interceptés au cours d’une vaste opération de police.

L’opération de police s’est déroulée sur l’autoroute E40, à Wetteren (Belgique). Selon les informations de RTL Info, dix membres d'une bande de trafiquants d'êtres humains ont été interpellés dans la nuit de mardi à mercredi. « Les membres de cette bande sont d'origine africaine et résident à Malines et Anvers, explique à RTL Info la police fédérale. Les victimes étaient tant des hommes que des femmes, mais aussi des enfants voire des bébés. La majorité d'entre elles étaient originaires d'Erythrée, du Soudan et d'Ethiopie. »

Dix suspects interpellés
Comme le rappelle RTL Info, « la Belgique est un pays de transit pour les migrants qui souhaitent rejoindre le Royaume-Uni. Les camions sont souvent utilisés comme moyens de transport et les aires d'autoroute sont utilisées pour les faire monter dans les véhicules. Une enquête avait été ouverte après que de nombreuses nuisances avaient été constatées sur l'aire de Wetteren. » Les dix suspects interpellés ont été déférés devant un juge d'instruction de Termonde.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 6:04

Migrants : le gouvernement italien adresse un ultimatum à l'UE

/ Vendredi 24 août 2018 à 10:3033

Désunion. Alors qu'un navire des gardes-côtes italiens est toujours accosté au port de Catane avec 150 migrants à bord, le gouvernement italien somme l'UE de s'accorder sur leur répartition.

Rome n'a plus le cœur aux demandes et l'heure semble désormais aux exigences. Le vice-président du Conseil italien, Luigi di Maio, a donné à la Commission européenne jusqu'à ce vendredi 24 août pour parvenir à un accord sur la répartition des 150 migrants toujours à bord du Diciotti, ce navire des gardes-côtes italiens accosté à Catane, en Sicile, comme le rapporte notamment Ouest-France.

Le Diciotti, comme l'Aquarius ?

Sans accord sur la question, le Mouvement 5 Étoiles s'est dit prêt à suspendre la contribution italienne au budget de l’Union européenne à compter de 2019. Le gouvernement italien avait déjà appelé ses partenaires, mercredi, à accueillir une partie des migrants du Diciotti. La Commission européenne, de son côté, a annoncé travailler sur une solution semblable à celle trouvée pour la répartition des passagers de l'Aquarius, la semaine dernière.


Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 6:06

Migrants: l’ultimatum de Di Maio à la Commission européenne
l’Opinion
24 août 2018 à 07h24

Le vice-président du Conseil italien a menacé l’Union européenne de suspendre la contribution italienne au budget commun. Il souhaite un accord de répartition des migrants du Diciotti


La concurrence entre la Ligue et le Mouvement 5 Etoiles (M5S) continue d’imposer son agenda à l’ensemble de l’Union européenne (UE). Luigi di Maio, vice-président du Conseil italien et leader du M5S, a donné jusqu’à vendredi 24 août à la Commission européenne pour parvenir à un accord sur la répartition des migrants bloqués à bord d’un navire des gardes-côtes italiens (le Diciotti) dans le port de Catane, en Sicile. Si Bruxelles n’y arrive pas, a-t-il ajouté, le M5S, au pouvoir dans le cadre d’une coalition avec la Ligue d’extrême droite, est prêt à suspendre la contribution italienne au budget de l’UE à compter de l’année prochaine.

La Commission européenne a rejeté, ce vendredi, les menaces italiennes. « Ne nous lançons pas dans des accusations mutuelles. Nous croyons aussi que les déclarations non constructives, a fortiori les menaces, ne sont pas utiles et qu’elles ne nous rapprocheront pas d’une solution », a déclaré Alexander Winterstein, porte-parole de la Commission.

650 000 migrants.
Le gouvernement italien a appelé mercredi ses partenaires européens à accueillir une partie des migrants secourus la semaine dernière en mer qui attendent à bord du Diciotti. Le bâtiment des gardes-côtes italiens a pu accoster lundi soir dans le port de Catane avec 177 migrants à son bord. Vingt-sept mineurs ont été autorisés à débarquer tard mercredi soir, mais pas les 150 adultes qui sont toujours confinés à bord. Le procureur en chef d’Agrigente, Luigi Patronaggio, a inspecté le navire mercredi 22 août et a annoncé qu’il ouvrait une enquête contre X pour détention de migrants contre leur gré. La Commission européenne travaille actuellement sur une solution similaire à celle trouvée la semaine dernière avec Malte pour les passagers de L’Aquarius. Cinq pays européens, dont la France, l’Espagne et Malte, s’étaient réparti la majeure partie des migrants.

L’affaire du Diciotti est une illustration supplémentaire des tensions entre l’Italie et ses partenaires européens depuis l’arrivée au pouvoir début juin à Rome de la coalition formée par la Ligue et le M5S. L’Italie, qui a enregistré plus de 650 000 arrivées de migrants sur ses côtes depuis 2014, « ne sera plus le camp de réfugiés de l’Europe », ne cesse d’affirmer Matteo Salvini. La question migratoire permet au leader de la Ligue d’essayer de conquérir l’opinion publique et de concurrencer le M5S.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 6:08

L’extrême gauche allemande se déchire sur l’immigration
Allemagne Une figure de proue de la gauche radicale lance un mouvement pour durcir la politique migratoire.


Rassembler la gauche pour contrer l’extrême droite? C’est le projet controversé de la star politique allemande Sahra Wagenknecht, qui compte réduire l’influence du parti Alternative für Deutschland (AfD), la première force d’opposition au Bundestag, en durcissant les positions de gauche sur l’asile.
Inspirée du succès de Podemos en Espagne, de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon ou de Syriza en Grèce, Aufstehen (Traduisez: «Debout!» ou «Réveil!») va tenter de mobiliser très à gauche, mais sur le thème de la politique migratoire qui bouleverse le paysage politique allemand depuis 2015. Âgée de 49 ans, née d’un père iranien et d’une mère allemande, la présidente du groupe parlementaire de la gauche radicale (Die Linke) veut «mettre la pression» sur les partis de gauche pour qu’ils engagent une «autre politique migratoire», dit-elle. Sahra Wagenknecht veut en finir avec la «bonne conscience de gauche sur la culture de l’accueil» et ces «responsables vivant loin des familles modestes qui se battent pour défendre leur part du gâteau».

Crainte pour les bas salaires
«Une frontière ouverte à tous, c’est naïf. Ce n’est surtout pas une politique de gauche», insiste-t-elle. Les milliards dépensés par le gouvernement pour accueillir les demandeurs d’asile en 2015 «auraient pu aider beaucoup plus de nécessiteux en Allemagne», dit-elle. «Plus de migrants économiques signifie plus de concurrence pour décrocher des jobs dans le secteur des bas salaires. Le nombre de logements sociaux n’est pas non plus illimité», estime-t-elle.

Le lancement de ce nouveau mouvement de gauche, prévu le 4 septembre, a été mal perçu, surtout chez les sociaux-démocrates dont le déclin se poursuit inexorablement depuis la reconduite de la «grande coalition» avec Merkel. Le Parti social-démocrate (SPD), grand absent dans le débat sur la politique des réfugiés, se fait régulièrement dépasser par l’extrême droite dans les sondages. «Sahra Wagenknecht se met à rêver d’une gauche populiste en Allemagne», a dénoncé Thomas Oppermann, le président du groupe parlementaire SPD, qui l’accuse de monter les pauvres et les réfugiés les uns contre les autres.
Pour Die Linke, Aufstehen constitue une menace existentielle. Sahra Wagenknecht défend les mêmes causes que son propre parti, mis à part la politique migratoire. «Un mouvement qui nous affaiblit n’est pas acceptable», a déploré Bernd Riexinger, chef de Die Linke.
Mais le succès de son entreprise reste à prouver. Il est mis surtout en doute par les politologues. «Les mouvements de protestation naissent en général dans la rue. Aufstehen a été organisé d’en haut avec une personnalité très marquée politiquement», constate Gero Neugebauer, politologue à l’Université Libre de Berlin (FU).

Problème de crédibilité
Par ailleurs, l’ancienne cheffe de la «plateforme communiste» du parti a un problème de crédibilité. Omniprésente dans les talk-shows télévisés, cette brillante économiste fait désormais partie de l’establishment et des «élites» dénoncées par l’extrême droite. «Je ne comprends pas l’objectif de ce rassemblement, sinon celui de faire encore plus de pub à Sahra Wagenknecht dans les médias», a déploré Annalena Baerbock, la présidente du Parti écologiste.

Si les chances de réussite de ce rassemblement apparaissent réduites, les responsables politiques allemands restent néanmoins très prudents dans leurs pronostics. Depuis l’entrée de l’extrême droite au Bundestag, les Allemands sont confrontés eux aussi au populisme. Plus rien ne paraît impossible. (TDG)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Sam 25 Aoû - 21:08

Crise des migrants : Bruxelles sans réponse

Politique. Les membres de l’Union européenne ne sont pas parvenus à se mettre d’accord au sujet des migrants recueillis à bord du Diciotti.

Réunis ce vendredi 24 août à Bruxelles, les représentants de dix Etats membres de l'Union européenne n’ont pas réussi à trouver une solution concernant la crise des migrants recueillis à bord du Diciotti, un bateau de la garde-côtes italienne. Selon les informations du Figaro, les différents protagonistes se sont quittés sans résultat.

Vers une suspension de la contribution au budget de l’UE ?
Comme le rappelle le quotidien, Luigi Di Maio, vice-président du Conseil italien, a mis en demeure jeudi soir la Commission européenne de trouver une solution à la répartition de ces 150 migrants, faute de quoi Rome pourrait suspendre sa contribution au budget de l'UE à compter de l'année prochaine. Le navire de garde-côtes italien avait secouru, dans la nuit du 15 au 16 août, 190 migrants. Treize d’entre eux ont été débarqués pour des raisons sanitaires à Lampedusa, puis le navire a accosté, le 20 août, à Catane, en Sicile.



Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17006
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   Dim 26 Aoû - 9:39

Italie : Salvini visé par une enquête
Par Journaliste Figaro Le figaro.fr Mis à jour le 25/08/2018 à 23:10 Publié le 25/08/2018 à 22:45

La justice italienne a ouvert une enquête contre ministre de l'Intérieur d'extrême droite pour «séquestration de personnes» dans l'affaire des migrants retenus à bord du navire Diciotti. Après cette annonce, le ministre a annoncé qu'ils seraient finalement autorisés à débarquer.

Sur la question des migrants du Diciotti, bloqué dans un port sicilien, Matteo Salvini avait déjà engagé une bataille avec ses partenaires européens. Le ministre de l'Intérieur italien voit ce samedi un nouveau front s'ouvrir face à sa politique de fermeté, cette fois dans son propre pays: la justice italienne, qui le soupçonne de «séquestration de personnes, arrestations illégales et abus de pouvoir», a décidé de lancer une enquête contre le ministre d'extrême droite. Face à cette annonce, Salvini annonçait dans la soirée que les migrants allaient finalement pouvoir débarquer.

Les migrants sont bloqués sur le Diciotti, navire des garde-côtes italiens, stationné dans le port de Catane, en Sicile, depuis le 16 août. Les exilés, essentiellement des Somaliens et des Érythréens, ont été recueillis au large de la Libye. Le bateau avait pu entrer dans le port, mais le ministre d'extrême droite leur avait jusqu'à maintenant interdit le débarquement, attendant un engagement des autres pays européens sur leur répartition. Le temps passant, les conditions de vie devenaient de plus en difficiles. Samedi, seize migrants avaient été autorisés à débarquer pour des raisons de santé. Par ailleurs, l'Albanie, qui ne fait pas partie de l'UE, a donné son accord pour accueillir 20 de ces immigrés.

«La volonté de 60 millions d'Italiens»
La décision de la justice italienne intervient à l'issue d'un interrogatoire de deux hauts responsables du ministère de l'Intérieur, conduit à Rome par Luigi Patronaggio, le procureur du parquet d'Agrigente, qui avait ouvert le premier une enquête sur cette affaire, cherchant à comprendre la chaîne de commandement et à savoir qui a donné l'ordre d'interdire le débarquement des migrants. Le chef de cabinet du ministre est visé par les mêmes accusations. C'est désormais au tribunal des ministres, compétent pour les crimes commis par de tels personnages pendant leurs fonctions, situé à Palerme, de mener l'enquête.

Réagissant peu après l'annonce, Matteo Salvini s'est dans un premier temps montré offensif: «Ils peuvent m'arrêter moi, mais pas la volonté de 60 millions d'Italiens. Il est étrange de vivre dans un pays où un pont s'est effondré il y a dix jours, tuant 43 personnes, et où personne n'est suspecté, tandis que l'on enquête dans le même temps sur un ministre qui protège la sécurité. C'est une honte.»

«L'Église italienne»
Cependant, le ministre de l'Intérieur semblait avoir finalement plié. Au cours d'une réunion politique, il annonçait: «Les migrants à bord du Diciotti débarqueront dans les prochaines heures. Une grande partie des migrants sera hébergée par l'Église italienne, par les évêques qui ont ouvert leurs portes, leurs cœurs et leurs portefeuilles.»

----------------------

Des solutions existent :
Sanction contre le commandant du bateau italien qui a pris les migrants à bord sans autorisation.Immobilisation dans leurs ports des bateaux de secours.

Curieusement les naufrages de migrants cesseront.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nos migrants à travers l'Europe.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nos migrants à travers l'Europe.
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Arrêt de l'accueil des réfugiés et des migrants - Avant et après Cologne
» Europe 1 à Rouen
» Europe Fédérale
» recherche sur le statut des régions en Europe
» La condition de vie à bord à travers les époques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: