Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'immigration dans le monde...

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: L'immigration dans le monde...   Jeu 30 Aoû 2018, 22:19

Australie : l’évangéliste anti-migrants Scott Morrison prend le pouvoir

Samedi 25 août 2018 à 18:3834

Durcissement. Le nouveau Premier ministre est réputé pour son attachement à des valeurs conservatrices.


L’Australie connaît depuis hier, vendredi 24 août, son septième Premier ministre en seulement 11 ans. Scott Morrison, 50 ans, a été désigné pour succéder à Malcolm Turnbull à la tête du gouvernement australien, indique The Guardian, qui lui consacre un portrait.
« Vous ne ferez pas de l’Australie votre maison »
L’homme politique, membre d’une église évangélique, est très redouté de la gauche australienne et des progressistes, notamment sur les questions sociales. Opposé au mariage homosexuel, l’ancien ministre, passé par l’Immigration puis les Finances en 2015, porte fièrement sa foi et « ses références conservatrices », note le journal britannique. En 2013, alors que l’Australie faisait face à des arrivées massives d’immigrés clandestins, c’est bien lui qui avait lancé l’opération « Frontières souveraines », l’une des plus dures vis-à-vis des migrants. Les embarcations de réfugiés étaient ainsi systématiquement refoulées par les navires australiens.
En 2014, les affiches où était placardé en lettres rouges « Pas question, vous ne ferez pas de l’Australie votre maison », et qui avaient suscité l’émoi à travers le monde, étaient également apparues durant sa mission à l’Immigration. Enfin, les migrants ayant réussi à passer entre les mailles du filet étaient pour la plupart exilés dans des camps de rétention reculés du Pacifique, à Nauru et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. En 2010, alors qu’un naufrage de réfugiés au large de l’Île Christmas avait fait 48 morts, Scott Morrison avait déploré que le gouvernement travailliste paie à certaines familles de victimes le voyage jusqu’à Sidney pour assister aux funérailles.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Jeu 30 Aoû 2018, 22:21

Immigration : le baril de poudre américain
par
Ana Pouvreau
- 7 août 2018

________________________________________

Les images des enfants latinos encagés et séparés de leurs parents ont ému l’opinion publique américaine, jusqu’à faire vaciller l’inflexible Donald Trump. Mais, alors que le narcotrafic explose, le président américain s’obstine à expulser massivement dans leurs pays d’origine les membres des gangs latinos. Au risque de déstabiliser l’ensemble du continent américain.
________________________________________

Il l‘avait annoncé. Il l’a fait. Parmi les promesses électorales de Donald Trump, il y avait celle de vider les Etats-Unis d’une partie de leurs délinquants et criminels en accélérant les expulsions des condamnés en situation irrégulière vers leur pays d’origine. Dix-huit mois après son investiture, des dizaines de milliers d’individus jugés nuisibles (129 000 à la fin 2017) ont déjà dû quitter manu militari le territoire américain, au grand soulagement de l’électorat du président. Pour ce faire, ce dernier a notamment signé deux décrets présidentiels sur l’immigration en janvier 2017.
11 millions d’immigrants illégaux sur une population totale de 325,7 millions d’habitants ont été recensés aux Etats-Unis. Certains, installés de longue date, contribuent à l’économie du pays et sont parfaitement intégrés dans le tissu social. Depuis l’arrivée au pouvoir de Trump, le nombre de personnes arrêtées sans avoir commis aucun crime aurait doublé par rapport à la précédente Administration Obama.
Ces expulsions massives se sont transformées en véritables tragédies pour nombre de familles d’immigrants. Chaque jour, des mères de famille, sans aucun casier judiciaire, qui élèvent leurs enfants seules, sont arrêtées, incarcérées et expulsées vers leur pays d’origine sans mise en garde préalable. Elles sont souvent mises dans des centres de détention en attendant le départ, alors que leurs enfants sont laissés sans assistance. Les enfants nés aux Etats-Unis en vertu d’un droit du sol, sont des citoyens américains. Ils sont donc autorisés à rester aux Etats-Unis alors que leurs parents sont expulsés.
Certes, l’éloignement des criminels étrangers séjournant illégalement aux Etats-Unis a toujours été à l’ordre du jour et s’était déjà particulièrement accélérée avec Obama. Mais dès son entrée en fonction, Trump a ordonné à l’agence fédérale en charge de la politique migratoire de viser l’expulsion de deux voire trois millions de clandestins. Au risque de déstabiliser tout un continent.
Lors du débat final face à Hillary Clinton, le candidat Donald Trump avait annoncé la couleur, décrivant un pays gangrené par des individus malfaisants, les « bad hombres » (référence aux origines latinos des groupes criminels visés), qu’il faudrait expulser au plus vite. Le futur président avait notamment dans le viseur les quelque 50 000 membres du gang « Barrio 18 », groupe criminel d’origine mexicaine présent dans une vingtaine d’Etats américains et son rival, moins étendu, mais encore plus sanguinaire, le MS-13 (« Mara Salvatrucha ») d’origine salvadorienne, qui peut compter sur la force de frappe de 8 000 à 10 000 malfrats travaillant aux Etats-Unis.
Ces réseaux mafieux tirent leurs revenus du trafic de drogue, aujourd’hui en pleine explosion sur un continent américain qui voit le nombre d’overdoses croître au même rythme. Comme le reconnaît Trump, les flux de la drogue remontent vers le Nord tandis que l’argent redescend des Etats-Unis et du Canada pour irriguer l’Amérique du Sud. La plupart des pays concernés par les expulsions jalonnent ainsi les routes de la drogue.
C’est cette situation que Donald Trump a déplorée lors de son discours sur l’Etat de l’Union le 30 janvier 2018. Il avait déjà soulevé le problème en rencontrant des policiers de Long Island à l’été 2017, visite au cours de laquelle il avait qualifié les membres du MS-13 d’« animaux » et annoncé sa volonté de « démanteler, décimer et éradiquer les gangs criminels », qui transforment les villes américaines en « champs de la mort ensanglantés ».
Des superlatifs proportionnels aux difficultés que rencontrent les forces de police américaines dans leur lutte contre les gangs latinos. Car contrairement aux mafias italiennes des films de Coppola, ces derniers n’ont pas de parrains, ce qui rend plus difficile l’application de l’arsenal législatif anti-racket.
Pour contourner l’obstacle, Donald Trump n’a pas fait de détails. Le chef de l’Etat a révoqué en janvier 2018 la protection temporaire accordée à 435 000 réfugiés originaires de dix pays, parmi lesquels une majorité de salvadoriens (263 000) haïtiens (58 700), nicaraguayens (5 300) et soudanais (1 000). Ce statut permet aux réfugiés arrivant de pays connaissant une situation soit de conflit armé, soit de catastrophe naturelle, de vivre et de travailler de manière légale aux Etats-Unis et d’ainsi éviter l’expulsion vers leur pays d’origine. Des mesures spectaculaires qui bouleversnt la vie des clandestins n’ayant jamais commis de crimes, lesquels constituent 40% des expulsions, soit 86 000 personnes .
Afin de dresser un diagnostic précis, Trump a commandé un rapport du Bureau des Prisons compilant des données sur le statut d’immigrants des détenus dans les prisons fédérales. Il en est ressorti que près de 25 000 de ces 185 500 individus n’avaient pas la citoyenneté américaine. 92% sont entrés de manière illégale sur le territoire des Etats-Unis. En outre, l’enquête montre que 97% des 13 000 personnes détenues par le Marshals Service et en attente d’un procès, étaient des immigrants illégaux. Partant, une vague d’expulsions a commencé tandis que chaque Etat concerné passait à l’attaque contre les bandes criminelles. L’Opération « Matador » a par exemple permis l’arrestation de 475 personnes à Long Island dans l’Etat de New York, où sévit le MS-13.
De telles mesures ont déjà été expérimentées aux Etats-Unis. Il y a près de trente ans – bien avant la création de Guantanamo – les Etats-Unis envisageaient de construire une vaste prison sur une île des Caraïbes pour y accueillir les prisonniers de droit commun d’origine étrangère. Ceux qui poussent des cris d’orfraie aujourd’hui face à la détermination de Donald Trump à se débarrasser massivement des détenus étrangers, l’ignorent (ou feignent d’ignorer) que cette tendance n’est ni une nouveauté ni le monopole des républicains.
Comme le rappelle la chercheuse de l’International Crisis Group (ICG), Micaela Sviatschi, les déportations de délinquants sans papiers vers leur pays d’origine ont connu un pic dans les années 1990 et 2000, à la suite de l’adoption d’une législation répressive : l’Illegal Immigration Reform and Immigrant Responsibility Act en 1996 et le Homeland Security Act en 2002. De surcroît, en 2010, au Texas, le sénateur démocrate Eddie Luccio avait promis à ses électeurs une économie de plus de 100 millions de dollars si 5000 étrangers étaient expulsés des prisons . Un détenu coûte 52 dollars par jour (soit 44 euros) au contribuable américain (contre 106 euros en France). Dans les prisons texanes, près de 10% des prisonniers sont étrangers et 6700 (sur 155 000 détenus) sont des clandestins sur le point d’être déportés. Parmi eux, se trouvent plus de 5000 Mexicains. A noter que près de la moitié d’entre eux peut bénéficier d’une liberté conditionnelle. Ces derniers constituent le contingent le plus susceptible d’être expulsé, tandis que les autres purgent des peines pour des crimes violents (assassinats, kidnappings, viols, etc) et devraient donc rester en prison jusqu’à la fin de leurs peines. C’est au moment de leur libération que les fauteurs de trouble sont renvoyés dans leur pays d’origine.
Une efficacité remise en question
Malgré tout, les membres de groupes criminels parviennent à regagner le territoire des Etats-Unis pour reprendre leurs activités. Rien d’étonnant au vu des leviers financiers dont disposent les cartels de la drogue, organisations tentaculaires, qui les emploient. Retourner aux Etats-Unis de manière clandestine à partir d’un pays de l’Amérique centrale coûte seulement 8 000 dollars, une somme dérisoire pour le monde du crime.
Pire, le retour en masse de ces délinquants déstabilise un peu plus leurs pays d’origine, souvent économiquement et socialement vulnérables. Gangrénés par une corruption endémique, ces Etats connaissent une instabilité politique et un taux d’homicide préoccupants. Le Salvador sert de plaque tournante au trafic de drogue dans toute la région. Y réinstaller des milliers de criminels issus des gangs les plus durs de la planète condamne la société salvadorienne au chaos.
Dès leur retour des Etats-Unis, les expulsés reçoivent la visite des groupes criminels. Ils sont suivis, fouillés et leurs tatouages sont scrupuleusement examinés pour discerner tout signe révélateur d’une appartenance à un gang. Si ces individus ont un passé criminel identifié, ils sont immédiatement recrutés pour mener des actions punitives. A moins d’être exécutés. Les exécutions sommaires sont le fait soit de bandes rivales, soit des forces de police locales qui ont carte blanche pour traquer les nouveaux arrivants et travaillent souvent en étroite collaboration avec les forces de sécurité américaines dans la lutte contre le narcotrafic.
Une voie semée d’embûches
Cette spirale destructrice épargne les « États récalcitrants ». De nombreux pays, au premier rang desquels Cuba (avec 35 000 clandestins dans les geôles américaines !) et la Chine (1900 détenus, y compris des membres des triades très actives sur la côte Ouest des Etats-Unis), refusent par tous les moyens de reprendre leurs malfaiteurs, opposants mis à part.
A son arrivée au pouvoir, Donald Trump a promis de débloquer le problème, quitte à adopter des mesures vexatoires tel que le refus de délivrer des visas aux dirigeants de certains pays africains. Résultat : le nombre de pays réfractaires est passé de 23 en 2016 à 12 en 2017. La Somalie et l’Irak ont récemment accepté le retour de quelques centaines de leurs ressortissants. Le même problème se pose en France avec un faible taux d’exécution des « mesures d’éloignement » d’étrangers délinquants, en raison de la mauvaise volonté de pays tels que le Mali, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Bangladesh, l’Inde et l’Afghanistan.
À Washington, l’expulsion des criminels entrés illégalement aux Etats-Unis n’est qu’un des volets de la politique migratoire de Donald Trump. Quelle que soit son efficacité, celle-ci traduit surtout la volonté de satisfaire un électorat des couches populaires victimes de la globalisation, du chômage et du déclassement. Parfois au mépris du sens commun. Car l’expulsion de milliers de travailleurs étrangers – processus déjà enclenché par l’administration Obama – a des effets néfastes sur le tissu économique du pays. Cela se fait particulièrement sentir dans les quatre Etats frontaliers du Mexique que sont la Californie, l’Arizona, le Nouveau-Mexique et le Texas. En Californie, les immigrants illégaux constituaient 5% de la population (2 millions sur 39,54 millions d’habitants) jusqu’à l’arrivée de Trump à la Maison blanche. Massivement employés dans le secteur agricole, leur départ fait craindre un effondrement de la production aux propriétaires des grandes exploitations et des vignobles, lesquels ont pourtant majoritairement voté Trump.
D’ailleurs, la base électorale du président finit par s’éroder, du moins son versant religieux aussi bien chrétien que juif orthodoxe, deux catégories sensibles aux excès, à la brutalité et au manque d’humanité assumés du président.
La critique est aisée mais l’art politique est difficile. Que faire ? Une analyse continentale de la question migratoire s’impose de manière urgente. Car, autant le protectionnisme de l’administration Trump pourrait porter ses fruits en matière économique aux Etats-Unis, autant la politique migratoire qui est mise en œuvre actuellement, se révèle trop simpliste et intenable à long terme pour l’ensemble du continent américain.
L’enjeu dépasse l’Amérique car les pays européens pourront s’inspirer des leçons tirées de l’expérience américaine. En France, n’oublions pas qu’Emmanuel Macron s’est engagé, le 15 octobre 2017 à faire expulser « toutes celles et ceux qui, étant étrangers en situation irrégulière, commettent un acte délictueux quel qu’il soit », faisant ainsi resurgir le débat sur la double peine. Pour agir de manière cohérente, il faudra certainement remettre à plat la politique complaisante de l’Europe vis-à-vis de certains dirigeants corrompus au Moyen-Orient et en Afrique.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Jeu 30 Aoû 2018, 22:22

Australie: des clandestins recherchés dans une zone infestée de crocodiles

Australie : les autorités à la recherche de réfugiés échoués dans une zone infestée de crocodiles

AFP, publié le lundi 27 août 2018 à 11h26
Un bateau de clandestins a touché les côtes australiennes pour la première fois en près de quatre ans, a annoncé lundi le gouvernement, et certains de ces migrants se sont enfuis dans une zone de mangrove infestée de crocodiles.
Des habitants de la région ont indiqué que nombre des occupants de cette embarcation de fortune avaient disparu dans la forêt tropicale très dense proche d'un fleuve, le Daintree, dans le nord de l'Etat du Queensland.
Cette forêt, l'une des plus anciennes au monde, se trouve à 120 km au nord de Cairns. Elle abrite une importante population de crocodiles et de serpents.
Le ministre de la Police de l'Etat du Queensland, Mark Ryan, a affirmé à l'Australian Broadcasting Corporation que 15 personnes avaient été arrêtées.
Le Courier Mail, un journal de Brisbane, avance qu'une vingtaine d'autres pourraient être dans la nature.
Peter Rinaudo, de la protection civile de l'Etat, a indiqué que ses services avaient lancé des recherches dans des zones de mangrove à l'embouchure du fleuve.
"C'est une tâche difficile, il fait chaud et les conditions sont compliquées pour les gars", a-t-il dit à ABC.
"J'espère qu'on va les retrouver, quel que soit leur nombre, parce que ce n'est pas un endroit sympa où rester".
Le ministre de l'Intérieur Peter Dutton a indiqué que le bateau, qui a partiellement coulé, provenait du Vietnam et était le premier bateau de demandeurs d'asile à atteindre le sol australien depuis 2014.
"Nous pensons que l'Australie vient de recevoir le premier bateau de passeurs depuis 1.400 jours", a-t-il dit aux journalistes.
"Nous travaillerons avec les agences pour être sûrs que nous pourrons rapatrier ces gens dans leur pays d'origine, une fois que nous aurons toutes les données du problème."
M. Dutton n'a pas confirmé le nombre de personnes à bord du bateau ni leur nationalité.
L'Australie mène une politique particulièrement stricte contre les bateaux de réfugiés, qu'elle repousse systématiquement. Les clandestins qui arrivent en Australie sont relégués dans des centres de détention offshore régulièrement condamnés par les organisations de défense des droits de l'homme.
Même si leur demande d'asile est fondée, ils ne seront pas acceptés sur le sol australien, Canberra ne leur offrant que la possibilité de s'établir dans un pays tiers. Ou de rentrer chez eux.
Cette politique a été couronnée de succès, en ce que le nombre des arrivées s'est réduit à peau de chagrin, mais elle a divisé l'opinion publique et terni la réputation internationale du pays.
Les défenseurs des droits de l'homme, ainsi que l'ONU, ont étrillé un pays riche tournant le dos à des populations vulnérables. Les informations filtrant hors des camps faisaient état d'abus, de cas de dépression, de suicides.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Jeu 30 Aoû 2018, 22:25

Allemagne: L'extrême droite descend dans la rue après une "chasse" aux étrangers
AFP, publié le lundi 27 août 2018 à 20h44

Des milliers de sympathisants d'extrême droite se sont rassemblés lundi soir à Chemnitz sous haute tension, au lendemain d'une "chasse collective" aux immigrés dans cette ville de l'ex-RDA, dénoncée avec véhémence par Angela Merkel.
La police a refusé de fournir une estimation du nombre de manifestants mais les télévisions sur place ont parlé d'au moins 2.000 personnes.
La police de Saxe a fait état "de quelques personnes blessées" à la suite de "jets d'articles pyrotechniques et autres objets", de personnes au visage dissmulé et d'autres faisant le salut hitlérien. Mais elle a assuré que la situation était "sous contrôle".

Dans cette cité de Saxe, région où l'extrême droite et les néo-nazis sont fortement implantés, les protestataires se sont retrouvés devant un immense buste de Karl-Marx - Chemniz fut rebaptisée Karl-Marx-Stadt durant la période communiste - et sous une forte escorte policière après de violents incidents dimanche.

Les forces de l'ordre, déployées en masse avec notamment des canons à eau, ont maintenu à distance un cortège de l'extrême gauche qui tentait de s'approcher du rassemblement d'extrême droite.
- "Défendre l'Europe" -
"Merkel doit partir", scandaient certains manifestants, arborant des drapeaux allemands, du parti d'extrême droite AfD, et des pancartes telles que : "Arrêter le flot de demandeurs d'asile" ou "Défendre l'Europe!".
Mot d'ordre de ce rassemblement organisé par le mouvement Pegida: exiger que le gouvernement allemand garantisse "la sécurité de ses citoyens" après le meurtre d'un Allemand de 35 ans vraisemblablement commis par deux jeunes étrangers, un Syrien et un Irakien.
Quelque 800 personnes, dont une cinquantaine prêtes à en découdre avec la police, s'étaient rassemblées dimanche à la suite d'appels en ce sens sur les réseaux sociaux, selon Sonja Penzel, qui dirige la police de la ville.

Ces sympathisants d'extrême droite avaient "attaqué à coups de jets de bouteilles et de pierres" des policiers qui ont dû faire usage de gaz lacrymogènes, selon Mme Penzel.
Ils avaient également lancé dans les rues des "chasses collectives" contre des étrangers que la chancelière a dénoncées promptement et avec véhémence.

Ces événements "n'ont pas leur place dans notre Etat de droit", a affirmé son porte-parole, Steffen Seibert. "Il est important pour le gouvernement, pour tous les élus démocrates et, je pense, pour une large majorité de la population de dire clairement que de tels attroupements illégaux et chasses collectives visant des gens d'apparence ou d'origine différente, ou encore les tentatives de semer la haine dans les rues, n'ont pas leur place dans notre pays".

- Homicide en réunion -
Les deux suspects du meurtre, âgés de 22 et 23 ans, sont soupçonnés d'avoir "sans justification, à plusieurs reprises, porté des coups de couteau" à la victime à la suite d'une "altercation verbale", selon le Parquet.

Selon plusieurs témoignages et des vidéos sur les réseaux sociaux, les manifestants qui se sont ensuite réunis dimanche pour dénoncer ce crime s'en sont pris physiquement à des étrangers en les pourchassant.
Selon la police, trois plaintes impliquant 4 personnes ont déjà été déposées. Une adolescente de 15 ans et son compagnon afghan de 18 ans ont été légèrement blessés.
Peu après, un Syrien de 18 ans a été frappé. Un Bulgare de 30 ans a aussi été menacé un peu plus tard alors que plusieurs vidéos tournées durant les incidents sont en cours d'évaluation par les policiers, notamment l'une dans laquelle un homme "est véritablement poursuivi" par un autre, selon Mme Penzel.

Cette affaire a ravivé les tensions autour de la question migratoire en Allemagne, quasi permanentes depuis trois ans et l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile. En Saxe, qui ne compte que 4,4% d'étrangers, la communauté turque a dénoncé "des tentatives de pogroms".

- Contexte politique tendu -
L'organisation Pegida, née dans cette région, affirme, mais sans fournir la moindre preuve jusqu'ici, que la victime a été mortellement poignardée "en voulant protéger sa femme".
Cette affaire survient dans un contexte politique tendu pour la chancelière Angela Merkel. Elle se voit régulièrement accusée par ses détracteurs et le président Donald Trump d'avoir contribué à la hausse de la criminalité en Allemagne en ouvrant les portes du pays aux migrants.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Jeu 30 Aoû 2018, 22:26

Le Brésil envoie l'armée pour bloquer les migrants vénézuéliens

/ Mercredi 29 août 2018 à 07:100

Socialisme. Des dizaines de milliers de Vénézuéliens ont fui dans les pays voisins pour échapper à la crise économique et à la répression du régime de Nicolas Maduro.
Le Brésil mobilise l'armée. Dans une allocution télévisée rapportée par Le Monde, le président du Brésil Michel Temer a ordonné l'utilisation des forces armées pour « garantir la sécurité » à sa frontière avec le Venezuela, d'où affluent depuis des mois des réfugiés. Le chef de l'État brésilien à déploré une crise qui « affecte toute l'Amérique latine ».

La situation migratoire est « tragique » et « menace l’harmonie de quasiment tout le continent ». « Ce n’est pas seulement le Brésil qui endure ses conséquences, mais le Pérou, l’Équateur, la Colombie et d’autres pays d’Amérique latine », a-t-il poursuivi. La situation est en effet explosive : le Brésil a accueilli environ 60 000 migrants économiques venus du Vénézuéla et dans certaines localités frontalières, les migrants sont chassés et leurs biens brûlés. Il en est de même en Colombie. Le Pérou, lui, a choisi de restreindre également l'accès à sa frontière alors qu'il s'attend à recevoir un nombre total de 500 000 Vénézuéliens.

L'ONU assure que plus de 1,5 million de personnes ont émigré à cause de la crise économique au Vénézuéla depuis 2015. Promettant un avenir meilleur grâce aux mesures mises en place pour endiguer l’hyperinflation, Nicolas Maduro a demandé, lundi 27 août dernier, à ceux attirés par le « chant des sirènes », d'« arrêter de laver les toilettes » à l'étranger et de revenir au pays.




Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Jeu 30 Aoû 2018, 22:28

Contre les ghettos musulmans, le Danemark emploie la manière forte

Par Slim Allagui
Publié le 28/08/2018 à 18:58

REPORTAGE - «Un Danemark sans société parallèle et sans ghettos en 2030» est le 6e plan contre la ghettoïsation du pays et est soutenu par 8 ministres du gouvernement.

Mjolnerparken, un carré d'immeubles en briques rouges propret de quatre étages à Norrebro, au nord-ouest de Copenhague. Cette HLM à l'allure paisible, habitée par quelque 1.800 personnes (dont 82,1 % d'origine étrangère), est l'un des ghettos les plus redoutés du Danemark, miné par les problèmes sociaux, le chômage et l'insécurité. Ses caves abritent une bande, Brothas, qui a mené une guerre sanglante contre un autre gang, Loyal to Familia pour le contrôle du marché de la drogue qui a fait l'année dernière 3 morts et 25 blessés.

Pour le gouvernement de centre droit, Mjolnerparken est le premier ghetto dans sa ligne de mire pour briser ces enclaves d'immigrés «où la charia a plus force de loi que la Constitution du royaume, où les valeurs danoises sont rejetées et où il y a trop de gens assistés ne parlant même pas le danois et trop de criminels», selon la ministre de l'Immigration, Inger Stojberg.

la uite : http://www.lefigaro.fr/international/2018/08/28/01003-20180828ARTFIG00254-au-danemark-un-nouvel-arsenal-juridique-pour-les-ghettos-musulmans.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Jeu 30 Aoû 2018, 22:32

Tous les clandestins échoués dans le nord de l'Australie ont été retrouvés
AFP, publié le mardi 28 août 2018 à 07h39

Tous les clandestins qui se trouvaient à bord d'un bateau vietnamien qui s'est échoué dans le nord de l'Australie, dans une zone infestée de crocodiles, ont été récupérés, rapportent mardi les médias.
Cette embarcation est le premier bateau de réfugiés touchant l'île-continent en près de quatre ans.
Des habitants de la région avaient indiqué que des passagers de ce bateau avaient disparu dans la forêt tropicale très dense proche du fleuve Daintree, dans le nord de l'Etat du Queensland.
Cette forêt, l'une des plus anciennes au monde, se trouve à 120 km au nord de Cairns. Elle abrite une importante population de crocodiles et de serpents.

La chaîne ABC rapporte que 17 personnes étaient à bord du bateau et que les deux dernières ont été retrouvées mardi matin, en citant Peter Rinaudo, de la protection civile de l'Etat du Queensland.
"Toutes les personnes qui étaient recherchées ont été localisées", a-t-il dit à ABC.
Le Cairn Post rapporte que les deux derniers étaient le capitaine du bateau et son second, et qu'ils ont été arrêtés alors qu'ils traversaient le Daintree sur un ferry.

Le journal indique qu'ils se rendaient à Noah Beach, où ils devaient être pris en charge par d'autres membres d'une organisation de passeurs basée près de Sydney.

La Force australienne aux frontières n'a pas confirmé à l'AFP que tous les passagers du bateau avaient été retrouvés.

Lundi, le ministre de l'Intérieur Peter Dutton a indiqué que le bateau, qui a partiellement coulé, provenait du Vietnam et était le premier bateau de demandeurs d'asile à atteindre le sol australien depuis 2014. Il a également indiqué que ses occupants ne seraient pas autorisés à rester en Australie.
L'Australie mène une politique particulièrement stricte contre les bateaux de réfugiés, qu'elle repousse systématiquement. Les clandestins qui arrivent en Australie sont relégués dans des centres de détention offshore régulièrement condamnés par les organisations de défense des droits de l'homme.
Même si leur demande d'asile est fondée, ils ne seront pas acceptés sur le sol australien, Canberra ne leur offrant que la possibilité de s'établir dans un pays tiers. Ou de rentrer chez eux.


Cette politique a été couronnée de succès, en ce que le nombre des arrivées s'est réduit à peau de chagrin, mais elle a divisé l'opinion publique et terni la réputation internationale du pays.

Les défenseurs des droits de l'homme, ainsi que l'ONU, ont étrillé un pays riche tournant le dos à des populations vulnérables. Les informations filtrant hors des camps faisaient état d'abus, de cas de dépression, de suicides.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4212
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Ven 31 Aoû 2018, 03:26

Quelle hypocrisie de la part des australiens, peuple issue de l' immigration britannique et européenne et génocidaire des vrais habitants Australiens, les aborigènes.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Dim 02 Sep 2018, 01:22

Dans la même logique :
Les Japonais ayant envahis la Chine ils sont malvenus de refuser l'immigration.
Les Arabes ayant durant des siècles conquis une grande partie de l'Europe nous allons pouvoir nous installer librement chez les Saoudiens.
Les vikings ayant été s'installer en Normandie et même en Sicile c'est open dans les pays nordiques.
Les soviétiques ne s'étant pas gênés pour occuper la moitié de l'Europe allons nous installer à Moscou.
Ne parlons même pas des ricains qui ne devraient même plus contrôler leurs frontières...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Dim 07 Oct 2018, 02:34

Témoignage d’un réfugié syrien: « La plupart des réfugiés veulent dominer l’Europe et détruire le christianisme »
PUBLIÉ PAR PIOTR STAMMERS LE 5 OCTOBRE 2018

Dans une interview accordée à un magazine conservateur allemand, Tichys Einblick (1), un réfugié syrien parle des intentions réelles des réfugiés qui sont venus en Allemagne.
L’éditeur allemand a changé son nom en « Paul » pour sa protection.

« En fait, la plupart de ces réfugiés sont venus en Europe en général et en Allemagne en particulier, non pas parce que leur vie était menacée, non pas parce qu’ils étaient réprimés, persécutés, opprimés ou à cause de discrimination raciale ou sectaire, (…) Ils sont venus ici pour de nombreuses autres raisons, » explique Paul.

Quand on lui demande ce qu’il veut dire par là, il répond :

« La première raison est clairement religieuse. La deuxième raison est financière. Ils sont venus en Allemagne avec la certitude absolue que c’est voulu par leur Dieu, le seul Dieu (Allah).

Leur Dieu, le Dieu musulman, parce qu’ils croient que la religion de Dieu est l’Islam, et que les adeptes de toutes les autres religions sont des infidèles et méritent d’être tués.

« D’un point de vue religieux, tout est voulu. La religion permet à un homme de marier jusqu’à quatre femmes et d’avoir plusieurs enfants. Ce n’est aussi un secret pour personne que la plupart des réfugiés sont des musulmans sunnites », ajoute-t-il.

« Ils font un calcul simple, ils sont convaincus que la situation d’ici deux ou trois décennies sera complètement changée, et qu’elle les soutiendra. »

« Tout en haut de leurs priorités, par ordre d’importance, se trouve la prise du Vatican pour voir le drapeau de l’Islam flotter sur le dôme de Saint Pierre. »
Les musulmans modérés élèvent à peine la voix contre les musulmans traditionalistes – par peur.
Selon Paul, il s’agit pour eux de dominer et de détruire le christianisme :

« Ils sont convaincus qu’ils ont le mandat de répandre leur foi, l’Islam, en Europe, et d’ouvrir grand les portes, ce dont ils n’ont guère besoin, car les portes sont déjà grandes ouvertes.

Tout en haut de leurs priorités, par ordre d’importance, se trouve la prise du Vatican pour voir le drapeau de l’Islam flotter sur le dôme de Saint Pierre, et pour faire disparaître tout ce qui rappelle les chrétiens ou le christianisme. »

Il affirme qu’une grande partie de la crise des migrants est « organisée » :

« L’une des raisons est la situation démographique en Allemagne, il y avait une poussée pour envoyer des gens en Allemagne.

L’Allemagne avait besoin d’immigrés, parce que la plupart des sociétés européennes étaient vieilles et vieillissantes et que les naissances étaient également inversées.

Les réfugiés savent où ils sont allés. Ils veulent donc défier l’Allemagne et l’Europe. Les musulmans modérés élèvent à peine la voix contre les musulmans conservateurs, par peur. »

Paul est en Allemagne depuis environ trois ans. Ce n’est que récemment qu’il a obtenu son statut de réfugié reconnu pendant un an, avec protection subsidiaire. Paul est psychologue et a travaillé comme spécialiste des technologies de l’information pour une ville syrienne.

« Malheureusement, je ne peux pas regarder l’avenir avec autant d’optimisme », dit-il. « J’en ai trop fait l’expérience, je connais les gens de ma région, et je les connais ici aussi. Le plus grand défi serait que l’Allemagne renforce ses lois et sa constitution, et qu’elle ne cède pas et ne réponde pas ».

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Dim 07 Oct 2018, 02:34

Témoignage d’un réfugié syrien: « La plupart des réfugiés veulent dominer l’Europe et détruire le christianisme »
PUBLIÉ PAR PIOTR STAMMERS LE 5 OCTOBRE 2018

Dans une interview accordée à un magazine conservateur allemand, Tichys Einblick (1), un réfugié syrien parle des intentions réelles des réfugiés qui sont venus en Allemagne.
L’éditeur allemand a changé son nom en « Paul » pour sa protection.

« En fait, la plupart de ces réfugiés sont venus en Europe en général et en Allemagne en particulier, non pas parce que leur vie était menacée, non pas parce qu’ils étaient réprimés, persécutés, opprimés ou à cause de discrimination raciale ou sectaire, (…) Ils sont venus ici pour de nombreuses autres raisons, » explique Paul.

Quand on lui demande ce qu’il veut dire par là, il répond :

« La première raison est clairement religieuse. La deuxième raison est financière. Ils sont venus en Allemagne avec la certitude absolue que c’est voulu par leur Dieu, le seul Dieu (Allah).

Leur Dieu, le Dieu musulman, parce qu’ils croient que la religion de Dieu est l’Islam, et que les adeptes de toutes les autres religions sont des infidèles et méritent d’être tués.

« D’un point de vue religieux, tout est voulu. La religion permet à un homme de marier jusqu’à quatre femmes et d’avoir plusieurs enfants. Ce n’est aussi un secret pour personne que la plupart des réfugiés sont des musulmans sunnites », ajoute-t-il.

« Ils font un calcul simple, ils sont convaincus que la situation d’ici deux ou trois décennies sera complètement changée, et qu’elle les soutiendra. »

« Tout en haut de leurs priorités, par ordre d’importance, se trouve la prise du Vatican pour voir le drapeau de l’Islam flotter sur le dôme de Saint Pierre. »
Les musulmans modérés élèvent à peine la voix contre les musulmans traditionalistes – par peur.
Selon Paul, il s’agit pour eux de dominer et de détruire le christianisme :

« Ils sont convaincus qu’ils ont le mandat de répandre leur foi, l’Islam, en Europe, et d’ouvrir grand les portes, ce dont ils n’ont guère besoin, car les portes sont déjà grandes ouvertes.

Tout en haut de leurs priorités, par ordre d’importance, se trouve la prise du Vatican pour voir le drapeau de l’Islam flotter sur le dôme de Saint Pierre, et pour faire disparaître tout ce qui rappelle les chrétiens ou le christianisme. »

Il affirme qu’une grande partie de la crise des migrants est « organisée » :

« L’une des raisons est la situation démographique en Allemagne, il y avait une poussée pour envoyer des gens en Allemagne.

L’Allemagne avait besoin d’immigrés, parce que la plupart des sociétés européennes étaient vieilles et vieillissantes et que les naissances étaient également inversées.

Les réfugiés savent où ils sont allés. Ils veulent donc défier l’Allemagne et l’Europe. Les musulmans modérés élèvent à peine la voix contre les musulmans conservateurs, par peur. »

Paul est en Allemagne depuis environ trois ans. Ce n’est que récemment qu’il a obtenu son statut de réfugié reconnu pendant un an, avec protection subsidiaire. Paul est psychologue et a travaillé comme spécialiste des technologies de l’information pour une ville syrienne.

« Malheureusement, je ne peux pas regarder l’avenir avec autant d’optimisme », dit-il. « J’en ai trop fait l’expérience, je connais les gens de ma région, et je les connais ici aussi. Le plus grand défi serait que l’Allemagne renforce ses lois et sa constitution, et qu’elle ne cède pas et ne réponde pas ».

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Dim 07 Oct 2018, 02:35

Agressions sexuelles et crimes violents en Espagne: les ravages des migrants illégaux
PUBLIÉ PAR PIOTR STAMMERS LE 6 OCTOBRE 2018


Comme dans la plupart des pays, les grands médias espagnols ne racontent pas toute l’histoire, manipulent l’information, et font tourner la machine à Fake news à plein temps. L’un des sujets cachés est évidemment la criminalité des étrangers illégaux qu’on appelle migrants.
Caso Aislado (1) a fait le genre de recherches que les journalistes sont supposés faire – mais ils ont totalement abandonné le monde du journalisme pour devenir les attachés de presse de l’immigration, et a découvert de nombreux cas de criminalité des étrangers en Espagne, en particulier en ce qui concerne la violence, le viol et le vol.

Les données montrent que les Africains (du Nord) sont surreprésentés.

1er septembre
Un Marocain attaque une jeune fille à Palma, Majorque, lui tranchant la gorge.
Une Marocaine utilise une fillette de 5 ans comme bouclier humain dans un combat de rue à Lanzarote, aux Canaries.
Un délinquant en série marocain de 19 ans poignarde un jeune homme lors d’une bagarre dans un pub à Oviedo, Asturies.
2 septembre
La police de Bilbao envisage d’infliger une amende à un homme âgé pour avoir utilisé une arme à feu pour défendre une jeune femme contre un groupe de Marocains qui la battaient.
3 septembre
Le gouvernement basque veut devenir la Suède : « Nous avons besoin de 10 000 immigrants par an. » (Le Pays Basque a une population de 2 millions d’habitants.)
Un Marocain avec un casier judiciaire poignarde deux jeunes Espagnols à Grenade.
Les garde-côtes espagnols sont pris en flagrant délit d’importation d’une cargaison de migrants illégaux du Maroc vers l’Espagne.
Les forces de police tirent sur un Arabe à Palma, Majorque, qui a poignardé deux touristes allemands.
4 septembre
Des milliers de personnes à Séville protestent contre l’ouverture d’un « centre de réfugiés » dans leur ville.
5 septembre
Un immigré avec un casier judiciaire tente de violer une jeune fille de 15 ans à Alcorcón, Madrid.
6 septembre
Des immigrés africains vendant des contrefaçons dans la rue attaquent la police de Barcelone.
8 septembre
Deux Marocains volent et attaquent un mécanicien qu’ils ont appelé pour « réparer leur voiture » – sous un faux prétexte.
9 septembre
La police nationale exige l’expulsion de l’imam Mohamed Attaouil de Gérone, en Catalogne, pour « menace à la sécurité nationale ».
Sept 10
Les Marocains envahissent Murcie, Espagne : seulement 3 élèves d’une école de Lorca savent parler espagnol.
11 septembre
Un Marocain et un Algérien volent un homme alors qu’il a récolté 1000 € de gains.
12 septembre
Un Roumain est arrêté après avoir violé une femme et tenté d’en violer une autre à Lugo, en Galice.
13 septembre
80 immigrants subsahariens sont secourus au large de Barbate, Cadix.
Un immigrant sénégalais de Reus, en Catalogne, attaque un chien et se fait arracher le pénis.
14 septembre
578 immigrés atteignent les côtes andalouses de l’Espagne à bord de 15 bateaux de fortune différents.
15 septembre
Un Algérien est arrêté puis libéré pour avoir abusé sexuellement d’une fille à Saragosse, en Aragon.
Deux Marocains sont arrêtés après avoir violemment cambriolé et détruit quatre maisons à Murcie.
16 septembre
Un Algérien de 33 ans tente de se forcer sexuellement sur sa masseuse à Marbella.
17 septembre
Trois Marocains agressent sexuellement deux jeunes filles dans un parc de Valence.
18 septembre
Un immigrant guinéen attaque deux dames âgées à Pampelune et en blesse une, la jetant par terre.
Le nouveau gouvernement socialiste veut importer 200 000 migrants en 2019 avec l’aide de l’ONG Proactiva Open Arms, financée par devinez qui ? Soros.
19 septembre
La Garde civile détient deux Marocains qui ont cambriolé une maison à Grenade.
De nouveaux chiffres du gouvernement montrent que l’immigration maghrébine et subsaharienne a triplé depuis 2017.
20 septembre
60 jeunes immigrés détruisent un « centre de réfugiés » dans lequel ils étaient logés, à Manresa, en Catalogne.
Deux immigrés avec 58 crimes derrière eux sont arrêtés à Murcie.
Un immigrant subsaharien abuse sexuellement d’une Britannique à Tenerife, aux Canaries.
Un immigrant marocain à Lérida, en Catalogne, menace une communauté de voisins et attaque la police.
21 septembre
Une Algérienne bat violemment une femme de 92 ans et sa fille de 51 ans à Gérone, en Catalogne.
22 septembre
La police détient un Marocain qui a brutalement battu une femme de 20 ans alors qu’il tentait de la violer à Ténérife, aux îles Canaries.
Deux Marocains de Tarragone, en Catalogne, tentent de violer une touriste de 16 ans.
Un immigrant nigérian est arrêté à Ténérife pour le viol d’une Britannique de 27 ans.
23 septembre
Un Marocain est arrêté à Albacete, Castilla La Mancha, après avoir crié « Allahu Akbar » en lapidant des policiers.
24 septembre
Plusieurs Marocains sont arrêtés dans un « centre de réfugiés » d’Oviedo après avoir attaqué une jeune fille de 17 ans.
Un Marocain de 42 ans de Murcie abuse sexuellement d’une jeune fille de 15 ans et de 3 autres filles.
25 septembre
Trois Marocains ont été arrêtés pour introduction par effraction et vol dans des maisons à Alicante, Murcie, Almeria et Grenade.
L’Espagne reçoit un deuxième lot d’immigrants illégaux du tristement célèbre navire Aquarius.
26 septembre
Deux immigrants du navire Aquarius attaquent trois gardes de sécurité au refuge où ils sont détenus.
Les immigrés d’un « centre de réfugiés » à Madrid jettent publiquement de la nourriture gratuite : « On n’a pas aimé ça. »
A Murcie, un immigré du Maghreb lapide une femme balayeuse et se blesse.
27 septembre
Un propriétaire trouve un Marocain qui cambriole sa maison et le retient jusqu’à ce que la police arrive, à Gérone, en Catalogne.
28 septembre
Des groupes d’autodéfense de quartier se forment à Hortaleza, au centre de Madrid, pour se défendre contre les gangs de migrants.
Un Marocain en attaque un autre dans le Raval de Barcelone, pour un différend alimentaire.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Mar 09 Oct 2018, 08:26

Deux manifestantes agressées par des migrants après un rassemblement pro-Aquarius
Par Auteur valeursactuelles.com / Dimanche 7 octobre 2018 à 18:35 100


Cocasse. Trois mineurs étrangers âgés entre 13 et 15 ans ont tenté de prendre la fuite après leur avoir dérobé un collier en or.

C’est une agression qui devrait leur faire relativiser leur engagement en faveur de la cause pro-migrants. Comme le rapporte le média local Métropolitain, deux femmes d’une cinquantaine d’années ont été détroussées alors qu’elles revenaient d’un rassemblement organisé samedi 6 octobre à Montpellier (Hérault) en faveur du navire humanitaire « Aquarius », qui parcourt la Méditerranée à la recherche de migrants en détresse. Ironie de l’histoire : leurs voleurs sont des mineurs étrangers.

De nombreuses manifestations en soutien aux migrants étaient organisées samedi dans plusieurs villes européennes. C’est au retour de l’une de celles-ci, donc, que les deux femmes ont été prises à partie par trois adolescents étrangers âgés entre 13 et 15 ans, très intéressés par le collier en or qu’arborait l’une d’elles. Grâce à l’intervention d’un brave passant, qui a poursuivi les agresseurs en fuite au guidon de son scooter, les auteurs du vol ont pu être remis aux autorités. « Je leur ai simplement dit que j’avais fait mon devoir de citoyen », a réagi leur bienfaiteur du jour, interrogé par Métropolitain.



Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Hier à 15:39

Migrants : Nantes au bord de l’implosion
Par / Mardi 16 octobre 2018 à 22:3238

Société. Alors que la mise à l’abri de migrants illégaux se poursuit jusqu’à fin octobre, la situation sur place est extrêmement tendue.

Ils viennent d’Érythrée, Éthiopie, de Djibouti ou bien encore de Guinée. Comme le rapporte le site Breizh-info, le nombre d’exilés à Nantes a augmenté de 23% sur un an. Cette situation extrêmement tendue a récemment été cristallisée par la « mise à l’abri » de 698 migrants illégaux du square Daviais dans des gymnases jusqu’au moins fin octobre. Selon les précisions du Figaro dans une enquête publiée ce mardi 16 octobre, l'occupation du square Daviais et l'hébergement des personnes évacuées ont coûté 4 millions d'euros. Une rallonge budgétaire qui a mis le feu au dernier conseil municipal de la ville.

1 000 migrants par mois

Alors que Breizh-info indique que 30 à 40 migrants continueraient d’arriver chaque jour dans la cité de Loire-Atlantique, les Nantais seraient à bout de patience. « En quelques mois, Nantes est devenu la troisième ville de France pour le nombre de migrants présents sur son territoire. Les deux autres sont Calais et Paris », lance l’élue LR Laurence Garnier. Et d’ajouter : « Les migrants le disent eux-mêmes, on est allé voir sur le net quelle ville accueillait les migrants et c’est Nantes. La situation devient de plus en plus difficilement tenable.

Ces migrants continuent à arriver à raison de 30 à 40 par jour. Soit 1 000 personnes par mois. » Des chiffres vertigineux. Le Figaro révèle que la ville de Nantes a demandé à l’Etat de payer le coût de la prise en charge de ces nombreux exilés.

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16770
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   Hier à 15:39

Migrants : Nantes au bord de l’implosion
Par / Mardi 16 octobre 2018 à 22:3238

Société. Alors que la mise à l’abri de migrants illégaux se poursuit jusqu’à fin octobre, la situation sur place est extrêmement tendue.

Ils viennent d’Érythrée, Éthiopie, de Djibouti ou bien encore de Guinée. Comme le rapporte le site Breizh-info, le nombre d’exilés à Nantes a augmenté de 23% sur un an. Cette situation extrêmement tendue a récemment été cristallisée par la « mise à l’abri » de 698 migrants illégaux du square Daviais dans des gymnases jusqu’au moins fin octobre. Selon les précisions du Figaro dans une enquête publiée ce mardi 16 octobre, l'occupation du square Daviais et l'hébergement des personnes évacuées ont coûté 4 millions d'euros. Une rallonge budgétaire qui a mis le feu au dernier conseil municipal de la ville.

1 000 migrants par mois

Alors que Breizh-info indique que 30 à 40 migrants continueraient d’arriver chaque jour dans la cité de Loire-Atlantique, les Nantais seraient à bout de patience. « En quelques mois, Nantes est devenu la troisième ville de France pour le nombre de migrants présents sur son territoire. Les deux autres sont Calais et Paris », lance l’élue LR Laurence Garnier. Et d’ajouter : « Les migrants le disent eux-mêmes, on est allé voir sur le net quelle ville accueillait les migrants et c’est Nantes. La situation devient de plus en plus difficilement tenable.

Ces migrants continuent à arriver à raison de 30 à 40 par jour. Soit 1 000 personnes par mois. » Des chiffres vertigineux. Le Figaro révèle que la ville de Nantes a demandé à l’Etat de payer le coût de la prise en charge de ces nombreux exilés.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'immigration dans le monde...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'immigration dans le monde...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le portage dans le monde
» 91 % des crimes d’honneur dans le monde sont commis par des musulmans
» Les différentes formes d'immatriculation dans le monde
» L'engagement militaire français dans le monde
» Premier mai Fête du travail dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: