Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Abolition du changement d'heure

Aller en bas 
AuteurMessage
Basilics

Basilics

Messages : 203
Date d'inscription : 20/11/2015

Abolition du changement d'heure Empty
MessageSujet: Abolition du changement d'heure   Abolition du changement d'heure EmptyVen 31 Aoû 2018, 13:33

Pour la France, mieux vaudrait voir aboli le passage à l’heure d’été (pour un décalage minimum à l’heure solaire)

Changement d’heure : la Commission européenne veut « abolir » le passage à l’heure d’hiver
Selon une consultation en ligne, près de 80 % des Européens n’en veulent plus. Assez pour convaincre la Commission de lancer sa rentrée sur ce sujet.
LE MONDE | 31.08.2018 | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen)
Elargissement de l’Union aux Balkans, budget européen pluriannuel, réforme de la politique agricole commune… La Commission de Bruxelles, à neuf mois d’élections européennes cruciales pour l’avenir de l’Union, a conscience que ces enjeux mobilisent bien peu le grand public. C’est sans doute la raison pour laquelle l’institution communautaire a choisi de lancer sa rentrée, vendredi 31 août, sur un sujet bien plus trivial, en confirmant qu’elle souhaitait abolir le passage à l’heure d’hiver, un sujet qui manifestement mobilise bien davantage les citoyens de l’Union.

« Le changement d’heure sera aboli », a affirmé le président Jean-Claude Juncker à la chaîne allemande ZDF vendredi matin, au lendemain d’un séminaire du collège de la Commission, en partie consacré à cette question. « Les gens n’ont pas envie de continuer à changer leurs montres », a ajouté l’ex-premier ministre luxembourgeois.
Cette décision intervient alors que Bruxelles s’apprête à rendre public le résultat d’une consultation citoyenne organisée au cœur de l’été – entre le 4 juillet et le 16 août –, et qui a suscité un nombre de réponses totalement inédit pour un exercice de ce type, d’habitude confidentiel : 4,6 millions d’internautes ont rempli son questionnaire en ligne. Parmi les questions : souffrez-vous du passage à l’heure d’été-d’hiver ? Estimez-vous qu’il faut en finir avec ces changements ?

Abandonnée à la Libération
Or, à en croire le journal allemand Westfalenpost, jeudi 30 août, l’écrasante majorité des participants – 80 % ! – se sont dits favorables à l’abolition du changement d’heure. « Des millions de personnes ont répondu et sont d’avis qu’à l’avenir c’est l’heure d’été qui devrait être tout le temps la règle, et nous allons réaliser cela », a ainsi estimé le président de la Commission.
Depuis des décennies, dans la plupart des pays européens, les horloges avancent d’une heure l’un des derniers dimanches de mars et reculent d’une heure l’un des derniers dimanches d’octobre. De sorte que la clarté se prolonge en soirée durant l’été et que la nuit « tombe » plus vite à l’automne.

C’est l’Allemagne qui, la première, au tout début du XXe siècle, a instauré pour la première fois une heure d’été en Europe. La France suit, en 1916. L’heure d’été est abandonnée dans l’Hexagone à la Libération puis rétablie en 1976 à la suite du choc pétrolier de 1973. A l’époque, l’argument principal des autorités concerne les économies d’énergie censées être générées par cette disposition. L’ensemble des pays de l’Union suit le mouvement dans les années 1980 et une directive, datant de 2001, achève d’harmoniser les choix nationaux.
Ce texte dispose que les pays choisissant le changement d’horaire doivent tous le faire avec la même périodicité et à la même heure, le même jour. C’est cette directive que la Commission va proposer d’amender dans les semaines qui viennent. Eu égard au processus législatif européen, le projet de directive devra ensuite être approuvé au Conseil (les pays membres) et au Parlement européen, ce qui peut prendre plusieurs mois.

Mesure populaire
Cela devrait se faire sans trop de difficultés tant la mesure semble populaire. Côté Conseil, des pays membres militent depuis des années pour l’abandon du changement d’heure. Plusieurs gouvernements mènent déjà un lobbying actif à Bruxelles, ainsi qu’en Finlande, en Lituanie, en Suède ou en Pologne.
C’est le Parlement européen qui a le premier interpellé la Commission sur la question, réclamant lors d’une résolution votée à une forte majorité, en février dernier, qu’elle procède à la consultation publique, motivée par la montée des préoccupations citoyennes concernant d’éventuels dérèglements des rythmes chronobiologiques.

« Au total, 80 % des Européens ne veulent plus du changement d’heure : à nous responsables politiques de les entendre et d’en finir avec ce dispositif ! » estime Karima Delli, eurodéputée écologiste dans un Tweet, jeudi 30 août. L’élue a beaucoup fait ces derniers mois pour mettre le sujet à l’agenda de l’hémicycle.
Le paradoxe, c’est qu’à ce jour aucune étude scientifique n’a prouvé que le changement d’heure est réellement néfaste, ou au contraire vraiment utile, pour la santé, les économies d’énergie ou la sécurité routière… La commission le souligne d’ailleurs dans les propos liminaires à son questionnaire estival.
Les économies d’énergie ? « Des études montrent que l’effet global des économies d’énergie liées à l’heure d’été est marginal », souligne Bruxelles. La recrudescence des accidents de la route en raison du manque de sommeil ? « Les éléments de preuve ne sont pas concluants en ce qui concerne le rapport entre les dispositions relatives à l’heure d’été et les accidents de la route. » La santé ? « Les éléments de preuve concernant les effets globaux sur la santé (c’est-à-dire la mise en balance des effets négatifs et positifs présumés) ne sont pas concluants… »
https://lemonde.fr/europe/article/2018/08/31/la-commission-europeenne-prone-la-fin-de-l-heure-d-hiver_5348420_3214.html
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 760
Date d'inscription : 22/12/2014

Abolition du changement d'heure Empty
MessageSujet: Re: Abolition du changement d'heure   Abolition du changement d'heure EmptySam 01 Sep 2018, 17:04

[quote="Basilics"]
C’est le Parlement européen qui a le premier interpellé la Commission sur la question, réclamant lors d’une résolution votée à une forte majorité, en février dernier, qu’elle procède à la consultation publique, motivée par la montée des préoccupations citoyennes concernant d’éventuels dérèglements des rythmes chronobiologiques.

Cela illustre bien le fonctionnent de l'Union Européenne.
Comme le parlement européen est un parlement "d’opérette", il n'a pas le droit de se saisir d'un sujet, donc il est obligé de demander à la Commission Européenne de se saisir de ce sujet, puis qu'elle le transférer au parlement européen et le plus drôle, c'est qu'en fin de compte c'est le Conseil Européen qui décidera d'appliquer ou pas le résultat du vote du parlement.
Je pense que peu de citoyens connaissent les réels pouvoir du parlement européen.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Abolition du changement d'heure Empty
MessageSujet: Re: Abolition du changement d'heure   Abolition du changement d'heure EmptySam 01 Sep 2018, 18:21

Ce sont précisément ceux qui se sont donnés la peine de connaitre le fonctionnement des institutions européennes qui à juste titre veulent des changements.

Comme avec le temps les élus pour qui le parlement est une voie de garage s'en foutent et que la commission en pend à son aise nous en arrivons fort logiquement à la situation actuelle.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Abolition du changement d'heure Empty
MessageSujet: Re: Abolition du changement d'heure   Abolition du changement d'heure EmptyDim 02 Sep 2018, 09:43

Européennes 2019 : un duel Salvini/Macron et deux visions de l’Europe
2 SEPTEMBRE 2018
Par Julien Dir

Le député de la circonscription de Carhaix Richard Ferrand, chef de file des députés LREM, a raison (pour une fois ?). Ce dernier a en effet déclaré que les citoyens de l’Union européenne allaient devoir faire un « choix fondamental » en mai prochain, lors des élections européennes. Un choix entre l’Europe d’Emmanuel Macron, d’Angela Merkel ou encore de Pedro Sanchez et celle de Matteo Salvini et de Viktor Orban.

Richard Ferrand a raison, même s’il se trompe ensuite dans l’analyse. En effet, il qualifie le clan Macron de défenseur de l’Europe et le camp Orban/Salvini de « nationaliste » et même d’anti-européen.

Richard Ferrand ne sait manifestement pas ce qu’est un Européen. Car Salvini, comme Orban, en appelant à la protection d’un continent multi-millénaire, à la nécessité de défendre une civilisation et des valeurs, des frontières, des ethnies, des peuples, se comportent comme des Européens.

Ce n’est le cas ni de Macron, ni de Merkel, qui eux, pendant ce temps, ont ouvert grand les frontières du pays et du continent. Au nom d’un multiculturalisme forcené. Comme s’il était impossible d’armer l’Europe et de protéger ses frontières pour faire face à la plus grande menace qu’elle n’ait jamais rencontré : celle de l’invasion de millions de gens, venus du monde entier, revanchards, aux modes de vie et aux histoires bien différentes de la nôtre.

C’est bien le régime d’Emmanuel Macron, lui même héritier du régime Hollande, lui même héritier du régime Sarkozy/Chirac, qui a permis à des individus de jouer avec le droit français pour au final pouvoir violer un jeune de 12 ans dans un squat de Saint-Brieuc.

Ou à d’autres de massacrer des centaines de Français sur la promenade des Anglais, ou au Bataclan…

Le régime de Merkel a permis la même chose en Allemagne, pays dans lequel les meurtres, les agressions, les viols mettant en cause des migrants se multiplient…

Pendant ce temps, en Hongrie, en République tchèque, des pays ont fermé leurs frontières en attendant que ce soit toute l’Europe qui ferme sa frontière extérieure pour nous permettre à nous, Européens, de circuler librement sur notre continent. Des peuples d’Europe Centrale ont massivement porté au pouvoir des gens comme Orban qui veulent défendre, schématiquement, « l’Europe blanche et chrétienne ». Salvini a été élu sur un programme quasi similaire en Italie, et il en est de même en Autriche.

Oui, les élections européennes de mai 2019 vont ressembler à un référendum décisif électoralement (avant que définitivement, les peuples d’Europe n’en terminent avec l’électoralisme) : il y aura un choix à faire entre deux bulletins de vote (sans s’éparpiller en fantaisie) .

Un vote Macron/Merkel, qui condamnera l’Europe de l’Ouest à un avenir multiculturel, en partie islamisé, et dans laquelle on accepte « de vivre avec le terrorisme », mais aussi « de mourir pour un regard de travers » ou que notre enfant soit violé par un demandeur d’asile Afghan soutenu par des associations surfant sur le droit international.

Ou bien un vote Salvini/Orban, qui permettra, si il est global, d’ouvrir de nouvelles perspectives pour une vraie Europe des peuples et des identités. Une Europe qui sait fermer ses frontières pour préserver un mode de vie, des traditions, un bien être collectif que nos ancêtres ont mis des siècles à façonner et pour lesquels ils se sont battus.

Le seul hic dans tout cela, c’est que la France, à l’heure actuelle, ne semble pas disposer d’un leader de la trempe d’un Salvini ou d’un Orban. Marine Le Pen se fait discrète cet été, se commentant de commentaires politiques (et de donner son avis sur la démission de Nicolas Hulot…) tout en étant prisonnière de l’ADN du Front national (républicain, euro-sceptique, assimilationniste). Les Républicains ne semblent disposer d’aucun tribun suffisamment courageux pour énoncer quelques vérités qui ne soient pas médiatiquement correctes, et Nicolas Dupont-Aignan peine à rassembler derrière sa personne.

Il y’a toutefois urgence dans l’hexagone, pour ne pas rater le train de l’Europe, la vraie, en marche. Sous peine de devoir se retrouver dans le même wagon que Richard Ferrand et des siens, pour le plus grand malheur des générations à venir.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Abolition du changement d'heure Empty
MessageSujet: Re: Abolition du changement d'heure   Abolition du changement d'heure EmptyMar 04 Sep 2018, 06:40

Elections piégées
Par Maxime Tandonnet

J’allais commencer avec un autre titre, ressemblant, version soixantehuitarde et je me suis dit, « non », il faut toujours rester poli.
Hier, j’ai vu en première page du Monde un article intéressant.
Telle ministre du gouvernement déclarait en substance: « les élections européennes de 2019 seront dominées par l’affrontement des « progressistes contre les nationalistes » (sic).

Elle aurait pu dire les choses autrement, parler de l’affrontement de la lumière contre les ténèbres, de la paix contre la guerre, du jour contre la nuit, du bien contre le mal, de la vie contre la mort, de l’ange contre le diable, du bonheur contre le malheur, de l’optimisme contre le pessimisme, de la modernité contre le populisme, en somme, d’En marche contre la peste.
Tout le jeu de la politique française de l’avenir va ainsi consister à emprisonner les Français dans un dilemme infernal: le salut ou l’enfer, le sauveur ou l’apocalypse.

Il ne sera pas question de l’avenir du continent européen, quelle idée!
Le bien contre le mal, braves gens: et surtout, interdiction absolue de réfléchir.

Certes les règles du jeu de cette élection européenne ont été trafiquées. La proportionnelle nationale sert à radicaliser le scrutin, à avantager les partis hors sol ou extrémistes tout en éloignant toujours davantage le vote des réalités quotidiennes.
De mon point de vue, des élections dont la règle a été modifiée unilatéralement, en profondeur, sans concertation avec les autres formations politiques, dans un intérêt électoraliste, n’ont aucune valeur démocratique.

Mais quand même, toute occasion de dire non au processus d’abrutissement collectif mérite d’être exploitée. C’est pour cela qu’il faudra quand même aller voter en 2019: le vote des « fainéants », des moutons noirs et des sans dents, pour la défense de la démocratie, des libertés et de la dignité, le vote du refus de la crétinisation.

Depuis 1981, accession socialiste à la présidence en France, le piège a toujours fonctionné qui consiste à opposer « progressistes » à « nationalistes ». Il n’y a donc aucune raison pour qu’il ne réussisse pas en 2019 et après.

D’autant que tous ceux qui ne voteraient pas pour Macron seraient forcément dans l’autre camp, celui de la peur et du danger. C’est la variante politique du fameux Petit chaperon rouge.
L’électorat reste étrangement stable et incapable de voter pour un changement et c’est pourquoi le système politique est totalement sclérosé.

La preuve en est par l’abstention qui augmente et qui favorise les grands partis traditionnels.
Le reste ensuite n’est qu’une question sémantique sur l’appellation de tel ou tel ou de vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes en faisant croire que Macron serait en train de faire une politique de droite…
Il faudra bien un jour que les peuple refuse la fatalité.


--------------------

Peut être est ce le moment de mettre fin à l'imposture...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Abolition du changement d'heure Empty
MessageSujet: Re: Abolition du changement d'heure   Abolition du changement d'heure Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Abolition du changement d'heure
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Changement des palettes MAC
» Dofus 2.0 et le changement de pseudo IG.
» Je suppose qu'il est l'heure de se présenter
» Heure de prise de médicament?
» saragosa 5000

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Les élections à Fontenay, passées et à venir. Promesses, satisfactions, déceptions, attentes... :: Européennes 2019-
Sauter vers: