Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 4 écoles primaires en éducation prioritaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Salamandre

Salamandre

Messages : 4650
Date d'inscription : 08/01/2012

4 écoles primaires en éducation prioritaire Empty
MessageSujet: 4 écoles primaires en éducation prioritaire   4 écoles primaires en éducation prioritaire EmptyMar 04 Sep 2018, 10:26

Fontenay a réorganisé ses écoles pour caser ses 16 classes dédoublées
|Marion Kremp | 03 septembre 2018
A Fontenay, quatre écoles sont classées en éducation prioritaire. Première rentrée pour seize classes de CP dédoublés.
Fontenay-sous-Bois inaugure le dispositif des CP dédoublés dans ses quatre écoles labellisées. Soit seize groupes de douze élèves répartis entre les écoles Jean-Zay, Pierre-Demont, Paul-Langevin et Henri-Wallon.
Durant l’été, il a fallu, non pas pousser les murs, mais réorganiser les salles de classe. Espaces de travail collectif, ateliers dédiés au calcul ou à l’écriture, bibliothèques… Les enseignants qui découvrent ce nouveau système ont travaillé ensemble dans leurs écoles respectives avant de se lancer.
Dans les couloirs de Pierre-Demont, Louise emmène sa classe. Douze petites têtes sages en ce premier jour qui visitent leur nouvelle école : « Pour moi aussi c’est le grand bain ! L’année dernière j’avais des maternelles, je me suis inspirée des méthodes de travail en petits groupes que l’on pratique plus volontiers avec les petits pour organiser ma classe ».

Des parents ravis
A Jean-Zay, au cœur du grand ensemble, les parents sont ravis. « C’est génial pour nos enfants de pouvoir faire leurs premiers pas à l’école dans ces conditions. Les enseignants vont pouvoir prendre le temps avec chacun d’entre eux en fonction de leurs besoins », s’enthousiasme Sihem dont la fille Hajar rentre en CP. « Je viens d’apprendre que mon fil sera dans une petite classe, ça me rassure pour cette année très importante où il découvrira la lecture et le calcul », abonde Linda.
« Sur le fonds, le dédoublement est une bonne chose qui est rendue possible parce que l’on a suffisamment de locaux. Mais s’il faut passer au dédoublement des CE1 l’année prochaine, ce sera beaucoup plus compliqué ! », tempère le maire Jean-Philippe Gautrais (FG) qui visitait les écoles de la ville ce lundi.
Par ailleurs, un dispositif municipal est proposé aux élèves de CP en éducation prioritaire depuis une dizaine d’années. Par groupes de cinq ou six, deux soirs par semaines les élèves bénéficient d’un accompagnement spécifique d’enseignants à la retraite. Un apport culturel à travers le jeu au moment « le plus crucial de leur apprentissage ».

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/fontenay-a-reorganise-ses-ecoles-pour-caser-ses-16-classes-dedoublees-03-09-2018-7875114.php


Du côté de Paul Langevin,
Citation :
Fontenay : le chantier de l’école Langevin démarre !
02 août 2018
( )
les travaux devraient durer 18 mois et la ville espère une ouverture à la rentrée 2019. Ainsi, la future école élémentaire Langevin comportera quatorze classes, soit deux de plus pour faire face à la démographie du quartier.
http://www.plateaufontenay.net/t97-rehabilitation-de-l-ecole-paul-langevin
L'école est-elle aussi prévue pour faire face au dédoublement des classes CP et CE1 ?


Dernière édition par Salamandre le Mar 04 Sep 2018, 11:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4650
Date d'inscription : 08/01/2012

4 écoles primaires en éducation prioritaire Empty
MessageSujet: Re: 4 écoles primaires en éducation prioritaire   4 écoles primaires en éducation prioritaire EmptyMar 04 Sep 2018, 10:59

"La politique d’éducation prioritaire a pour objectif de corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire par un renforcement de l’action pédagogique et éducative dans les écoles et établissements des territoires qui rencontrent les plus grandes difficultés sociales."
http://www.education.gouv.fr/cid187/l-education-prioritaire.html

4 écoles primaires en éducation prioritaire DEDOUBLEMENT_education-prioritaire-2018-720px_989872
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4650
Date d'inscription : 08/01/2012

4 écoles primaires en éducation prioritaire Empty
MessageSujet: Re: 4 écoles primaires en éducation prioritaire   4 écoles primaires en éducation prioritaire EmptyMar 04 Sep 2018, 11:05

Rep, Rep+ quelle différence ?
Pourquoi 4 écoles Rep sur Fontenay ? Parce qu'elles sont liées au seul collège classé en Rep

REP, ZEP : c'est quoi l'éducation prioritaire ? (extraits)
(04.01.2017)
Un sur cinq. C'est la proportion d'élèves de collège qui est actuellement dans un établissement REP (Réseau d'éducation prioritaire). Ces réseaux ont remplacé les anciennes ZEP (Zones d'éducation prioritaire), lors de la refonte de la carte d'éducation prioritaire, à la rentrée 2015. Un REP comprend ainsi un collège et les écoles primaires du secteur. Il y avait, à la rentrée 2016, 1095 REP.

Le ministère de l'Éducation nationale classe les établissements en fonction d'un "indice social". Celui-ci comprend quatre paramètres qui "impactent la réussite scolaire" :
- Le taux de catégories socio-professionnelles défavorisées
- Le taux d'élèves boursiers
- Le taux d'élèves résidant dans une zone urbaine sensible (ZUS)
- Le taux d'élèves ayant redoublé avant la sixième

Les trois premiers critères sont plus ou moins liés avec les revenus de la famille, les plus faibles revenus étant davantage touchés par l'échec scolaire que les autres.

Parmi les 1095 REP, 364 sont classés REP +. Ce sont en quelque sorte des réseaux "super-prioritaires". Cela signifie que les élèves, du point de vue de l'indice social expliqué plus haut, sont encore plus défavorisés que les autres et qu'ils bénéficient de moyens supplémentaires. ( )

https://www.letudiant.fr/college/rep-zep-ca-veut-dire-quoi-etre-en-education-prioritaire.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14744
Date d'inscription : 30/05/2011

4 écoles primaires en éducation prioritaire Empty
MessageSujet: Re: 4 écoles primaires en éducation prioritaire   4 écoles primaires en éducation prioritaire EmptyMer 17 Oct 2018, 10:35

Citation :
La Cour des comptes signe l’aveu d’échec des politiques d’éducation prioritaire

Dans un rapport, elle plaide pour un recentrage sur le primaire, source des inégalités scolaires.

LE MONDE | 17.10.2018 à 10h19 • Mis à jour le 17.10.2018 à 10h24 | Par Violaine Morin

C’est un constat déjà ancien, et pourtant d’une criante actualité : les politiques d’éducation prioritaire ne parviennent pas à accomplir leur mission première, qui est de réduire les inégalités de départ dans la réussite scolaire des enfants. Dans un rapport publié mercredi 17 octobre, la Cour des comptes dresse un bilan négatif de cette politique de « différenciation » des moyens, née en 1981 avec les « zones d’éducation prioritaire » (ZEP). La conclusion est sans appel : l’écart de résultat au diplôme national du brevet entre un enfant scolarisé dans un collège relevant du réseau d’éducation prioritaire (REP) et un enfant d’un collège favorisé reste situé entre 20 et 30 % en français et en mathématiques alors que l’objectif est de « limiter à 10 % ces écarts de niveau ».

Certes, admet la Cour, les dispositifs prioritaires ont permis de les stabiliser, et la situation serait probablement plus préoccupante encore s’ils n’avaient pas existé. Mais ce n’en est pas moins un aveu d’échec : à l’entrée en 6e, les écarts sont déjà acquis. Un bilan adossé à une dégradation des conditions scolaires, qui sont en partie indépendantes de l’école elle-même. En effet, rappelle la Cour, ces dispositifs ne sont pas pensés pour remédier à une ségrégation socio-spatiale aussi forte qu’elle ne l’est aujourd’hui, à laquelle se greffe une ségrégation scolaire sans précédent – y compris du fait d’un « effet label », soit l’évitement des établissements REP et REP +, qui est fort dans les catégories favorisées.

Forte de ce constat, la Cour des comptes analyse les différents leviers de remédiation dont dispose l’éducation prioritaire.

Le grand gagnant, sur la base de nombreuses études françaises et internationales, est la réduction du nombre d’élèves par classe. Cette politique est portée par Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’éducation, avec le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et REP +. L’institution de contrôle estime qu’il faut aller plus loin et préconise son élargissement sur trois niveaux (en ajoutant soit la grande section de maternelle, soit le CE2) pour les établissements de REP +. Les autres leviers comme les incitations destinées à stabiliser les équipes enseignantes dans ces établissements (primes, points pour les mutations) n’engrangent pas de phénomène durable. La prime REP + mise en place en septembre 2017 est trop récente pour être évaluée.

Outre la réduction du nombre d’élèves par classe, elle plaide pour un recentrage des moyens sur l’enseignement primaire – historiquement, l’éducation prioritaire est centrée sur le collège – et sur les établissements les plus fragiles, les 350 réseaux REP +. Mais aussi pour une gestion des ressources humaines repensée pour attirer les enseignants, une allocation plus progressive des moyens pour éviter les « effets de seuil » de l’éducation prioritaire (dont on est soit bénéficiaire, soit pas). La Cour suggère, en outre, de donner plus d’autonomie aux établissements et d’accentuer l’évaluation.

A quelques détails près, ces recommandations ressemblent fort à la stratégie menée par Jean-Michel Blanquer. Certaines recommandations rejoignent aussi les pistes avancées par le ministre lors du lancement de la mission pour repenser l’éducation prioritaire, confiée le 3 octobre à l’universitaire Pierre Mathiot et à l’inspectrice générale de l’éducation nationale Arianne Azéma, où le ministre a évoqué la nécessité de sortir des effets de seuil. « Cette mission travaille en toute indépendance, assure un proche du dossier, et sera libre d’utiliser ou non ce qui lui semble intéressant dans le rapport de la Cour des comptes. »

Pour Marc Douaire, président de l’Observatoire des zones prioritaires (OZP), si les préconisations proposées sont proches de la vision du ministre actuel, la Cour des comptes reconnaît la spécificité des territoires urbains fragiles, les « quartiers de la politique de la ville », auxquels est adossée l’écrasante majorité des réseaux REP et REP +. Alors que, au grand dam de l’OZP, le ministre semble souhaiter pour l’avenir une politique prioritaire qui engloberait les territoires ruraux, les DOM-TOM et les quartiers sensibles.

Pour Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, les mesures proposées par la Cour des comptes s’inscrivent dans une tradition déjà ancienne pour « repenser » l’école prioritaire, où l’on cherche à mieux cibler les besoins pour être réellement efficace. Mais, selon lui, le problème mériterait un véritable changement de paradigme : « L’éducation prioritaire ne bénéficie qu’à 30 % des élèves défavorisés », rappelle-t-il. « Bien sûr que dans ces quartiers-là les difficultés sont plus importantes. Mais si l’on se contente de ça, on rate l’essentiel de la fragilité scolaire. » Le problème résiderait en partie dans l’ambition de réformer le système sans enveloppe supplémentaire.

Dans ce grand rééquilibrage des moyens vers le premier degré, que la Cour des comptes appelle de ses vœux et que le ministère a déjà engagé avec les dédoublements de classe, l’inquiétude des acteurs de terrain se porte donc sur le collège et le lycée. Ce dernier ne fait pas partie des réseaux REP et REP + et est considéré comme « mieux » doté. Cette rentrée a vu naître plusieurs grèves perlées et mouvements de protestation dans des établissements souffrant de problèmes divers, notamment en Seine-Saint-Denis : la sécurité, au lycée Utrillo (Stains), le matériel et les moyens humains au lycée Mozart (Le Blanc-Mesnil), le manque de surveillants au lycée Jean-Zay (Aulnay-sous-Bois). Pour le collectif Touche pas à ma ZEP, qui milite pour le maintien de dispositifs prioritaires au lycée, la situation est de plus en plus préoccupante alors que les dispositifs prioritaires au lycée (le label « zone violence », par exemple) arrivent bientôt à échéance. « On abandonne les élèves les plus fragiles au moment où ils peuvent obtenir une qualification, au lycée. Ça n’a aucun sens », plaide David Pijoan, enseignant à Colombes (Val-d’Oise) et membre du collectif Touche pas à ma ZEP.
https://abonnes.lemonde.fr/education/article/2018/10/17/la-cour-des-comptes-signe-l-aveu-d-echec-des-politiques-d-education-prioritaire_5370596_1473685.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




4 écoles primaires en éducation prioritaire Empty
MessageSujet: Re: 4 écoles primaires en éducation prioritaire   4 écoles primaires en éducation prioritaire Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
4 écoles primaires en éducation prioritaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Actualité des autres quartiers de Fontenay-
Sauter vers: