Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»   Sam 08 Sep 2018, 16:54

Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»
Par  Alexandre Devecchio   Publié le 06/09/2018 à 23:45


FIGAROVOX/ENTRETIEN - L'Union européenne est désormais divisée en deux camps irréconciliables : d'un côté une Europe libérale ouverte à l'immigration, incarnée par Macron. De l'autre, l'Europe des démocraties illibérales, incarnée par Orbán et Salvini, qui entend défendre la souveraineté et l'identité des peuples. La philosophe Chantal Delsol décrypte cette recomposition politique.

Le Figaro Magazine - Après la victoire d'Orbán en Hongrie, de celles du M5S et de La Lega Nord en Italie, les Démocrates de Suède (SD), hostiles à l'immigration, pourraient devenir le premier parti politique en Suède lors des législatives du 9 septembre. Les partis dits «populistes» sont en passe de devenir majoritaires en Europe. Comment l'expliquez-vous?

Chantal DELSOL - Gardez à «populistes» ses guillemets. Car c'est un adjectif par lequel on injurie ses adversaires, ce n'est pas un substantif qui aurait une signification objective. Aucun gouvernement ne se dit «populiste», seuls ses adversaires le nomment tel. Ainsi à la limite, le mot renseigne davantage sur celui qui le prononce que sur celui qui l'endosse. En tout cas, ce mot de combat désigne une guerre idéologique: celle que se livrent d'une part les courants progressistes universalistes, cosmopolites, libéraux-libertariens et, d'autre part, les courants demandeurs d'enracinement et ...

la suite : http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2018/09/06/31002-20180906ARTFIG00389-chantal-delsol-populiste-c-est-un-adjectif-pour-injurier-ses-adversaires.php

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»   Sam 08 Sep 2018, 17:08

Italie : Matteo Salvini visé par une enquête pour séquestration de personnes
Par Journaliste Figaro Yohan Blavignat AFP agence Publié le 07/09/2018 à 19:55

Le parquet de Palerme a confirmé l'enquête ouverte contre le ministre de l'Intérieur italien qui avait refusé, pendant dix jours à plus d'une centaine de migrants de débarquer en Italie. «Si demain devait arriver un autre bateau chargé de migrants, ils ne débarqueraient pas», a déclaré le patron de l'extrême droite italienne .

Le parquet de Palerme (Sicile) a confirmé ce vendredi l'enquête pour séquestration de personnes contre le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, qui avait refusé pendant 10 jours à plus d'une centaine de migrants de débarquer en Italie. Le parquet a annoncé cette décision dans un courrier adressé au patron de l'extrême droite italienne, qui l'a ouvert et lu sur une vidéo diffusée en direct sur sa page Facebook.

Le 25 août, un procureur d'Agrigente avait ouvert une enquête pour séquestration, abus de pouvoir et arrestation illégale contre le ministre et son chef de cabinet. La procédure contre Matteo Salvini a été transférée à une juridiction de Palerme habilitée à poursuivre les membres de l'exécutif, qui a confirmé donc les deux premiers chefs. «Un organe de l'État enquête sur un autre organe de l'État. Avec la toute petite différence que vous avez élu cet organe de l'État», a déclaré Matteo Salvini sur la vidéo en se désignant. «Les autres n'ont été élus par personne et ne répondent (de leurs actions) devant personne».

«Je ne dévierai pas d'un millimètre»
«C'est vous qui avez demandé à ce ministre de contrôler les frontières, de contrôler les ports, de limiter les débarquements, de limiter les départs des clandestins. C'est vous qui me l'avez demandé, et je vous considère comme mes amis, comme mes soutiens et comme mes complices», a-t-il ajouté, avant d'afficher la lettre dans son bureau au ministère, comme «une médaille». «Je ne dévierai pas d'un millimètre tant que les Italiens me le demandent. Et si demain devait arriver un autre bateau chargé de migrants, ils ne débarqueraient pas», a-t-il ajouté.

Le torchon brûle depuis plusieurs semaines entre l'Union européenne et l'Italie, qui se reprochent mutuellement un manque de solidarité sur l'accueil des migrants, une situation qui a culminé fin août avec les menaces de Rome sur sa participation au financement de l'UE.

---------------------------

et maintenant les "séquestrés" sont évaporés dans la nature malgré le don de glaces du pape...
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 773
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»   Sam 08 Sep 2018, 19:19

Macron est peut être pro immigration en parole, dans les faits il est beaucoup plus prudent: il n'a pas refusé les bateaux des ONG, et il a mis le doigt sur la complicité passive de ces dernières.

Il est dans le "en même temps"

Revenir en haut Aller en bas
Basilics

avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 20/11/2015

MessageSujet: Re: Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»   Sam 08 Sep 2018, 21:27

Macron "ouvert" à l'immigration ? Comme une porte peut être ouverte, ou fermée, entrouverte ou entrebaillée.

Il y a deux camps opposés et inflexibles : des pro-migrants qui veulent accueillir tous ceux qui le souhaitent, et à l'inverse ceux qui ne veulent recevoir personne - et même renvoyer celles et ceux qui sont là.
Et puis il y a les autres : ceux qui se disent qu'il y a une certaine capacité d'accueil d'étrangers, et d'intégration de certains, mais à préciser. Plutôt que les traiter tous en bloc indistinctement.
Encore faut-il aussi, non seulement définir les règles, mais les appliquer.

Mais par exemple, des pays d'immigration soutenue tels Australie, Canada, ont une politique de quota. En rapport avec les besoins de leur économie
Concernant les étrangers et l'économie française : dans divers métiers du bâtiment, des travaux public, du nettoyage, de la restauration, de l'aide à la personne, ils ont une place utile parce qu'il n'y a tout simplement pas assez de volontaires français. J'attends avec impatience la liste des adhérents du FN ou RN brimés dans leur vocation de rippeur à l'arrière d'un camion poubelle.
Il y a un large éventail d'opinions possibles entre la porte ouverte ou fermée, et matière à débat sur le monde réel, plutôt que sur le rejet total si simple à proner.
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 4193
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»   Sam 08 Sep 2018, 21:31

Ce thème sera sans doute essentiel lors de élections européennes de 2019 et pas seulement en France.

_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»   Sam 08 Sep 2018, 23:27

Basilics a écrit:
Macron "ouvert" à l'immigration ? Comme une porte peut être ouverte, ou fermée, entrouverte ou entrebaillée.

Il y a deux camps opposés et inflexibles : des pro-migrants qui veulent accueillir tous ceux qui le souhaitent, et à l'inverse ceux qui ne veulent recevoir personne - et même renvoyer celles et ceux qui sont là.
Et puis il y a les autres : ceux qui se disent qu'il y a une certaine capacité d'accueil d'étrangers, et d'intégration de certains, mais à préciser. Plutôt que les traiter tous en bloc indistinctement.
Encore faut-il aussi, non seulement définir les règles, mais les appliquer.

Mais par exemple, des pays d'immigration soutenue tels Australie, Canada, ont une politique de quota. En rapport avec les besoins de leur économie
Concernant les étrangers et l'économie française : dans divers métiers du bâtiment, des travaux public, du nettoyage, de la restauration, de l'aide à la personne, ils ont une place utile parce qu'il n'y a tout simplement pas assez de volontaires français. J'attends avec impatience la liste des adhérents du FN ou RN brimés dans leur vocation de rippeur à l'arrière d'un camion poubelle.
Il y a un large éventail d'opinions possibles entre la porte ouverte ou fermée, et matière à débat sur le monde réel, plutôt que sur le rejet total si simple à proner.

Renvoyer ceux qui sont là et ne sont pas en règle me semblerait à la fois logique et conforme à la loi... il est vrai que si maintenant on respecte nos lois nous ne sommes plus en France.
Nous n'aurions plus d'assassins qui ne devraient plus être sur le territoire national ça manquerait au paysage.

Même le président explique aux étudiants indiens qu'il ne faut pas respecter les règles. En revanche pour le 80 KM/H et vos impôts là vous avez intérêt à être dans les clous !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16635
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»   Dim 09 Sep 2018, 06:33

Populistes !!! Populisme ! Ouh ! Ouh !
PUBLIÉ PAR ALAIN RUBIN LE 8 SEPTEMBRE 2018

«Avec l’apparition de «la Volonté du Peuple», ce développement logique de notre mouvement révolutionnaire entre dans une phase où il ne peut plus se contenter des théories populistes du bon vieux temps, du temps où l’on demeurait étranger aux considérations politiques. (…) sous l’angle des vieilles idées populistes, «la Volonté du Peuple» ne résistait pas à la critique.
Le populisme rejetait catégoriquement tout concept d’Etat. «La Volonté du Peuple» comptait sur la machine de l’Etat pour appliquer ses plans de réforme sociale. Le populisme frappait d’anathème toute «politique» ; «la Volonté du Peuple» voyait dans la «révolution politique démocratique» le plus sur instrument de la «réforme sociale».
(Georges Plekhanov– «socialisme et lutte politique» Genève, octobre 1883. Réédition en Langues étrangères, Œuvres philosophiques, Tome premier, Moscou 1961).

Revenir vers le fondateur du marxisme en Russie n’est pas inutile en ces temps d’affaissement de la pensée. «Populisme» est devenu la caractérisation injurieuse d’une infection nauséabonde ; c’est devenu une maladie politique frappant en 2018, les Polonais, les Hongrois, les Italiens…

Avec Hertzen et la Cloche (Kolokol, publiée avec Nicolas Ogarev), le peuple entrait dans l’Histoire ; il devenait acteur décisif au même titre que les Etats et les élites (les classes dirigeantes).
Le Populisme c’est cela et rien d’autre

En France, Babeuf qui avait adopté Gracchus comme nouveau prénom en tant que chef des égaux, plaçait ses pas dans eux des Gracques, les membres du Sénat romain tribuns de la Plèbe.
En 2018, dans la bouche des diplômés de «SciencePo» et de l’ENA, la volonté du peuplec’est un très, très mauvais principe, c’est… populiste.

Dans quelques jours, le 21 septembre, nous commémorerons la proclamation de la Première République, la république de 1792. La proclamation officielle, la proclamation par l’élite, suivra de deux mois celle par la foule des insurgés parisiens –armés de piques face aux fusils, aux baïonnettes et aux canons– s’emparant du Palais des tuileries et de la personne du Roi. Le Populisme faisait irruption, à l’échelle française et mondiale.

Il m’a semblé qu’il n’était pas inutile de revenir sur ce que nous disions, à ce propos, il y a une dizaine d’années
Hier, jeudi 23 juin, la soirée sur Antenne2 se conclura par le jeu convenu de deux dérisoires yorkshires, posant au molosse-banderille. Ils compléteront l’équipe d’un journaliste courtisan, qui jouera les chefs d’orchestre du lynchage politique. La victime désignée à la vindicte, de ces jeux du cirque, variante télévisée : Marine Lepen.
Les derniers invités du metteur-en scène, monsieur Pujadas, c’est son nom, étaient comme de petits chiens de cirques enragés, chargeant sans répit, essayant continuellement de plonger leurs petits crocs dans les mollets de la victime expiatoire présentée comme un terrible danger public. On aura observé qu’un des petits vigilants mordilleurs.

En effet, l’objet de cette corrida d’un genre nouveau –comme de plus en plus de monde– fait campagne pour la sortie de l’euro. Il aime son père –qui a dit des choses tellement horribles et (elle) ne veut pas le désavouer publiquement, donc… (elle) dirige un parti qui trouverait que la présence de trop de musulmans parmi les militaires français poserait problème, ou pourrait en poser, en affectant les capacités d’action sur le terrain des unités de l’armée française.
Bref, cette personne serait absolument infréquentable. Pire, elle serait… populiste. Oui, messieurs et mesdames, populiste, vous entendez bien, elle est : Po-pu-liste !

Vous rendez-vous compte ? Elle considère que le peuple a été bafoué, parce qu’on n’a pas tenu compte de son vote «non» largement majoritaire lors du référendum de mai 2005, au sujet du traité constitutionnel européen. Oh, quelle horreur ? Populiste je vous dis, populiste…

Populiste, populisme
Ces mots ont réveillé des souvenirs remontant au tout début des années soixante, quand je cherchais à m’initier au marxisme. Nos deux yorkshires policiers n’étaient probablement pas nés, en tout cas pas encore nés à la vie journalistico-politique (j’ai hésité en écrivant «politique», j’allais écrire «policière», pensant ici à la police de la pensée déguisée en journalisme). C’était exactement en septembre 1961. Je venais d’acheter les œuvres complètes de Georges Plekhanov, le fondateur du marxisme en Russie. C’était à la librairie de la «maison de métallos», rue Jean Pierre Thimbaud.  
Ces deux gros ouvrages, de pas loin de neuf cents pages chacun, contenaient plusieurs brochures dans lesquelles le marxiste russe cherchait à régler son compte au «populisme» en Russie, en sa qualité de socialisme utopique.
George Plekhanov argumentait, avec précision et sans procès d’intention ni haine, parce que le populisme était –écrivait-il– un socialisme agraire ; parce qu’il serait un blanquisme à la russe, une forme d’anarchisme ne comprenant pas la nécessité des mots d’ordre et de l’action politique ; parce qu’il défendrait l’idée que la Russie serait un monde spécial qui pourrait échapper aux contraintes du passage par l’économie capitaliste, avant de se présenter devant le tribunal de l’histoire pour y disposer du choix effectif de décider de mettre en œuvre la révolution socialiste dans la vaste Russie.
Bref, le populisme et le groupe la Volonté du Peuple, le mouvement du «Partage Noir», le courant d’idée de «Terre et Liberté», n’étaient pas critiqués parce qu’ils étaient des infamies populistes, mais parce qu’ils feraient fausse route dans leur action pour parvenir à la suppression de la propriété privée des grands moyens de production et à la disparition de l’inégalité sociale que cette propriété générerait.
Hier en soirée, dans la bouche de la demoiselle Fourest, dans celle de messieurs Pujadas-Joffrin, «populiste», «populisme», ça devenait des injures graves. Ce sera des caractérisations politiques injurieuses, synonyme de démagogue. En d’autres termes, ce n’était pas trop recommandable d’être «populiste».
Vouloir que le Peuple souverain s’avance, vouloir qu’il décide ce qui est bon pour lui ou ne l’est pas, manifestement, pour le trio Fourest-Pujadas-Joffrin, cela ne sentait pas très bon. C’était même «nauséabond». Cela «ramenait à d’autres temps, à une autre et sombre époque…».
A écouter ce genre d’illettrés diplômés, les communes parisiennes de 1792 et 1871, avec leur énergique souveraineté populaire, avec leur «populisme» avant le mot, cela n’avait pas l’odeur de la rose ?! Pouah ! Trois fois pouah.

Décodons, décryptons
Avec ce genre de personnages, hostiles à la souveraineté du Peuple, nous avons échappé de peu… à demeurer définitivement sous le joug de la vieille noblesse. Parce que si leurs semblables et devanciers avaient pu influencer le Peuple qui prit la Bastille, celui qui força les tuileries, celui qui imposera aux élus qu’ils proclament la République, celui qui s’enrôlera en masse à l’appel de Danton, tout cela ne se serait pas produit. C’est aussi peut-être pourquoi ces sortes d’indignés ne s’indignent pas que l’on fasse disparaître la Révolution française et les combats émancipateurs du peuple français des manuels et des cours d’histoire.

Leurs devanciers, nous les connaissons bien. Ils ne défendaient pas le traité de Maastricht et sa bureaucratie transformant la France et son pouvoir gouvernemental en oligarchie châtrée, mais déjà, ils frémissaient de dégoût, quand Marat ou Babeuf, quand Jacques Roux, Leclerc et Varlet, défendaient l’action sectionnaire de la sans-culotterie parisienne.

Leur hostilité à la monarchie n’avait pas à voir avec l’aspiration à la République démocratique et à la suppression de l’inégalité sociale. Au contraire, ce qu’ils appelaient «république», ce n’était qu’une monarchie élective, associant le peuple à son propre malheur. C’était une «chose publique», mais dont le peuple n’était qu’un locataire sans droit, condamné à payer un loyer exorbitant au gré des décisions des «sachants».
Revenir en haut Aller en bas
 
Chantal Delsol : «Populiste, c'est un adjectif pour injurier ses adversaires»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ràl Nivea collection Chantal Thomass
» Gonfreville L'orcher pour Chantal DUPARC
» vidéo intéressante sur l'allaitement ^par Chantal Birman
» Le Parcours de Chantal Lacroix
» Chantal Pary - Pour vivre ensemble - Parole en bas par gigi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: