Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120),
la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dépenses publiques, Prestations sociales en France

Aller en bas 
AuteurMessage
Salamandre

Salamandre

Messages : 4078
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Sam 08 Sep 2018, 10:58

Résumé (février 2016)
« Les dépenses de prestations sociales ont ralenti au cours des trente dernières années. Leur croissance annuelle moyenne à prix constants est de 3,2 % entre 1981 et 1992, de 2,5 % entre 1992 et 2003 et de 2,3 % entre 2003 et 2014.
Néanmoins, les prestations sociales représentent une part croissante du PIB : environ 25 à 26 points de PIB durant la décennie 1980, puis de l’ordre de 28 points de PIB au cours des décennies 1990 et 2000, et plus de 30 points de PIB depuis 2009.
Cette tendance globale masque cependant des évolutions différenciées selon le risque social.
En effet, sous l’impulsion des réformes du système de santé ou du système de retraites, les dépenses des deux grands risques santé et vieillesse-survie sont désormais maîtrisées.
Au sein du risque famille, une progression modérée des dépenses va de pair avec une réorientation en faveur des prestations liées à la garde d’enfant.
En revanche, les dépenses liées au risque pauvreté-exclusion augmentent fortement. En effet, en 1981, ce risque était très limité : la mise en place du RMI puis du RSA a contribué au dynamisme de ces dépenses dans un contexte de chômage de masse, notamment de longue durée.
»
(pour plus d'infos) :
https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er949.pdf

Concernant les retraites,
« Les prestations du risque vieillesse-survie sont passées de 10,0 points de PIB en 1981 à 14,7 points de PIB en 2014. » (..)
« Malgré les réformes, les dépenses de retraite sont globalement tirées à la hausse par l’augmentation du montant moyen des pensions (en raison de carrières plus favorables et, s’agissant des femmes, plus complètes que par le passé) et par la démographie (croissance des effectifs retraités et allongement de l’espérance de vie). En moyenne, entre 2003 et 2014, les prestations de vieillesse-survie croissent de +2,9 % par an. »
« Par ailleurs, les dépenses de prise en charge de la dépendance augmentent fortement en 2002-2003 après l’instauration de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Au cours de la dernière décennie, ces dépenses se maintiennent à plus de 3,0 % de croissance annuelle. »

On peut ajouter qu'il y a deux grandes composantes dans le montant de la retraite : une en rapport au salaire et à la durée de vie active, et une autre liée aux mesures de solidarité (validation de trimestres non cotisés, ASPA /minimum vieillesse, etc..).


Dernière édition par Salamandre le Ven 18 Jan 2019, 13:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4078
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Mar 08 Jan 2019, 21:54

Dix chiffres à connaître sur la retraite
L’âge moyen de départ à la retraite n’a quasi pas évolué. Quant à la pension moyenne, elle a très légèrement augmenté…
Par Aurélie Blondel Publié le 28 mai 2018
A quel âge prend-on sa retraite ? A combien s’élève la pension moyenne ? Combien touchent les femmes ? Qui perçoit le minimum vieillesse ? La Drees – Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques – a fait le point au 31 décembre 2016, dans son rapport annuel « Les Retraités et la retraite », publié à la mi-mai. Dix chiffres à retenir :

16,1 millions de retraités
La population des retraités a augmenté de 149 000 personnes en 2016, pour atteindre 16,1 millions. Et même 17,2 millions en incluant les bénéficiaires des pensions de réversion, versées aux veufs et veuves. Les retraités des régimes français sont 1,1 million à vivre à l’étranger, et 1,6 million en comptabilisant les réversions.
1 294 € de pension nette
La pension moyenne s’élevait à la fin de 2016 à 1 389 € bruts par mois, soit 1 294 € nets, prélèvements sociaux déduits. Soit 0,9 % de plus qu’en 2015. C’est principalement le renouvellement de la population des retraités qui explique cette légère augmentation, les retraités morts dans l’année touchant des pensions globalement moins élevées que les autres, et les nouveaux retraités de l’année ayant eu de meilleures carrières que les anciens.
308 milliards € au total
Les pensions de « vieillesse-survie », versées par l’ensemble des régimes de base et complémentaires, ont représenté, en 2016, 308 milliards €, soit 13,8 % du PIB. Cela comprend 272 milliards € de pensions dites de « droit direct », correspondant aux droits propres des assurés, et 36 milliards € de pensions de réversion, issues des droits des conjoints morts.
A 61 ans et huit mois
Ceux qui ont pris leur retraite en 2016 avaient en moyenne 61 ans et huit mois, comme en 2015. C’est un an de plus par rapport à 2010. Environ 37 % sont partis avant 62 ans, 35 % à 62 ans et 28 % après 62 ans.
Un demi-million de personnes au minimum vieillesse
En 2016, environ 553 000 seniors percevaient l’ASPA (l’allocation de solidarité aux personnes âgées, qui a remplacé en 2007 les allocations qui constituaient jadis le minimum vieillesse) ou l’ASV (l’allocation supplémentaire du minimum vieillesse, toujours versée à ceux qui en bénéficiaient avant 2007).
l’ASPA est versée de manière différentielle : le bénéficiaire touche la différence entre le montant maximal de l’allocation (833,20 € par mois actuellement pour une personne seule) et ses ressources. Elle s’adresse aux seniors disposant de peu ou pas de pensions de retraite. Les bénéficiaires du minimum vieillesse étaient en 2016 12 % à ne toucher par ailleurs aucune pension de retraite et 6 % à percevoir uniquement une réversion.
Quasi 40 % de moins pour la pension moyenne des femmes (25% réversions incluses)
En 2016, la pension moyenne des femmes s’élevait à 1 065 € bruts, contre 1 739 € pour les hommes. Soit 38,8 % de moins. L’écart se réduit année après année, à mesure que le taux d’activité des femmes et leurs qualifications progressent – c’était 45,8 % en 2004, et 39,2 % en 2015.
Une réversion féminine à 90 %
La réversion profite sans surprise toujours essentiellement aux femmes, qui constituent 89 % des bénéficiaires en 2016. Leur longévité et le fait qu’elles sont en moyenne deux à trois ans plus jeunes que leur conjoint expliquent en partie cette surreprésentation.
Les hommes ont en outre moins souvent droit à la réversion car ils dépassent plus fréquemment les plafonds de ressources imposés. Les réversions contribuent à amenuiser les écarts de pensions entre hommes et femmes : en les incluant, la pension moyenne des femmes atteint 1 322 € bruts, 25 % de moins que celle des hommes.
Un tiers de « polypensionnés »
Presque 33 % des retraités percevaient en 2016 des pensions de plusieurs régimes de base et étaient donc « polypensionnés ». Il s’agit de personnes ayant été par exemple à la fois salarié et indépendant. « Les hommes sont plus nombreux en proportion à être polypensionnés, 38 % le sont, contre 28 % des femmes », note la Drees.
Près de 500 000 seniors en « cumul emploi-retraite »
Parmi les retraités de plus de 55 ans, 3,3 %, soit 463 000, touchaient en 2016 à la fois leurs retraites et des revenus professionnels. Les « cumulants » sont dans quatre cas sur dix des femmes, et travaillent souvent à temps partiel (67 %). Les personnes nées en 1946, qui ont eu 70 ans en 2016, sont 13,8 % à avoir cumulé emploi et retraite.
Un taux de pauvreté deux fois moindre que celui de l’ensemble de la population
En 2015, 6,6 % des retraités étaient considérés comme pauvres, contre 14,2 % de l’ensemble de la population, précise le rapport. Cela signifie que 6,6 % des retraités avaient un niveau de vie inférieur à 1 015 € par mois, le seuil de pauvreté cette année-là.

https://www.lemonde.fr/argent/article/2018/05/28/dix-chiffres-a-connaitre-sur-la-retraite_5305583_1657007.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4078
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Mar 08 Jan 2019, 21:56

Pensions de réversion : dix chiffres à connaître
La future réforme des retraites doit refondre le dispositif actuel de la réversion, les pensions des veuves et veufs. Le point, en chiffres, sur le système actuel.
Par Aurélie Blondel Publié le 30 juillet 2018
Après le décès de votre conjoint, vous pouvez toucher, sous conditions, une fraction de ses pensions : c’est la réversion. Si la polémique sur la suppression de ce dispositif, profitant essentiellement aux femmes, semble tarie, le débat sur son avenir est loin d’être clos. Dans le cadre de la réforme des retraites, dont le contenu doit être dévoilé au premier semestre 2019, les modalités des pensions de réversion, encore appelées « pensions de droit dérivé », doivent en effet être totalement remises à plat. Qui bénéficie du système actuel ? Comment fonctionne-t-il ? Dix chiffres pour mieux comprendre.

4,4 millions de bénéficiaires
Fin 2016, 4,4 millions de personnes touchaient une pension de réversion, selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), qui publie chaque année le rapport « Les retraités et la retraite ». Soit un quart des 17,2 millions de retraités. C’est 6,4 % de plus qu’en 2006.
36 milliards € en 2016
Sur les 308 milliards € de pensions versés en 2016 par les régimes de base et complémentaires, les réversions ont représenté 36 milliards, selon cette même source, soit 11,7 %.
89 % de femmes
Près de neuf bénéficiaires sur dix sont des femmes. « Leur longévité et le fait qu’elles sont en moyenne deux à trois ans plus jeunes que leur conjoint expliquent pour une bonne part cette situation », détaille la Drees. En outre, lorsqu’ils sont veufs, les hommes, en raison de leur niveau de pension de droit direct souvent plus élevé, ont des revenus qui dépassent plus fréquemment le plafond de ressources pour être éligibles à la réversion, quand celle-ci est soumise à condition. »
L’écart hommes-femmes ramené à 25 %
Si l’on ne compte que les pensions de droits directs, issues des droits propres des assurés, les femmes touchaient en moyenne, fin 2016, 38,8 % de moins que les hommes (c’était 45,8 % en 2004). En ajoutant les pensions de réversion, cet écart se réduit à 25 %. Selon les dernières projections du Conseil d’orientation des retraites (COR), cette différence ne serait toutefois plus « que » de l’ordre de 10 % à l’horizon 2070, à législation constante, et réversions comprises là aussi.
Un quart ne touche pas de pension propre
Les bénéficiaires de réversions sont 1,1 million à ne pas toucher d’autre pension, « soit parce qu’ils n’ont pas encore liquidé leurs droits propres, soit parce qu’ils n’ont pas travaillé – du moins en France – ou pas suffisamment pour recevoir à ce titre une pension sous forme de rente », explique la Drees. Les femmes représentent 96 % des bénéficiaires de réversions ne percevant aucune autre pension.
Souvent à partir de 55 ans
La plupart des régimes n’accordent la réversion qu’à partir d’un certain âge, qui varie entre 50 et 65 ans. C’est le plus souvent 55 ans. Il n’y a en revanche pas d’âge minimal dans les régimes de la Fonction publique.
Bon à savoir : Les conditions s’appliquant aux réversions sont celles imposées par le(s) régime(s) de retraite de l’assuré décédé, pas par le(s) régime(s) dont dépend le veuf ou la veuve. Et attention, les critères d’éligibilité diffèrent d’un régime à l’autre. Points communs toutefois : il faut dans tous les cas avoir été marié avec le défunt et effectuer une demande (le versement n’est pas automatique).
20 550,40 € = plafond de ressources au régime général
Plusieurs régimes versent des pensions de réversion quelles que soient les ressources des veufs et veuves. C’est le cas de la plupart des régimes complémentaires, et des caisses de la Fonction publique. En revanche, dans les régimes de base des salariés, des commerçants et artisans ou encore des libéraux (hors avocats), les ressources annuelles du survivant ne doivent pas dépasser, en 2018, 20 550,40 € pour une personne seule et 32 880,64 € pour une personne en couple. Attention, toutes les ressources ne sont pas forcément prises en compte dans le calcul, renseignez-vous auprès de votre régime.
50 à 60 % de la pension du défunt
S’il remplit les conditions imposées par le régime de son ancien conjoint, le survivant touchera au final entre 50 % et 60 % de la pension du défunt (hors exceptions), le taux variant d’un régime à l’autre. C’est, par exemple, 50 % chez les fonctionnaires, 54 % au régime de base des salariés (avec majoration possible pour les plus âgés et les plus modestes), 60 % pour les pensions complémentaires du privé Agirc-Arrco. A noter que la réversion peut être versée même si le défunt n’était pas encore à la retraite.
607 € bruts par mois
Montant moyen de la réversion : 607 € bruts par mois fin 2012, selon cette autre étude de la Drees, publiée en 2016. C’est 642 € pour les veuves et 304 € pour les veufs. Pour les femmes concernées par la réversion, « son montant représente, en moyenne, la moitié de la retraite globale perçue », est-il précisé.
2,3 réversions en moyenne
Les bénéficiaires de la réversion perçoivent en moyenne 2,3 pensions de droit dérivé différentes, précise encore la Drees (leur conjoint a souvent cotisé à plusieurs régimes).

https://www.lemonde.fr/argent/article/2018/07/30/pensions-de-reversion-dix-chiffres-a-connaitre_5337373_1657007.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14005
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Mar 08 Jan 2019, 22:02

Salamandre citant Le Monde a écrit:
---/---
A 61 ans et huit mois
Ceux qui ont pris leur retraite en 2016 avaient en moyenne 61 ans et huit mois, comme en 2015. C’est un an de plus par rapport à 2010. Environ 37 % sont partis avant 62 ans, 35 % à 62 ans et 28 % après 62 ans.
---/---

Il serait intéressant de connaitre la situation précédente des nouveaux retraités avant l'ouverture de leurs droits: salariés actifs, chômeurs, ...
Revenir en haut Aller en bas
Clovis



Messages : 113
Date d'inscription : 30/09/2011

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Mer 09 Jan 2019, 18:23

[quote="a.nonymous"

Il serait intéressant de connaitre la situation précédente des nouveaux retraités avant l'ouverture de leurs droits: salariés actifs, chômeurs, ...[/quote]


Ce serait effectivement très intéressant : Il y a 40 ans les retraités partaient avec pour beaucoup 90% de leur dernier salaire.
Maintenant quand on a la chance de n'avoir pas subi de périodes de chômage et avoir tous ces trimestres obligatoires effectués, il faut prévoir pour la plupart au moins une baisse beaucoup plus importante de revenus. Il y a 10 ans ont évoquait, je crois, moins 20% pour les salariés et moins 30 à 40% pour les cadres.


Cela relativise les propos tenus actuellement : les retraités ont des revenus plus élévés que les salariés. Il faut comparer ce qui est comparable, un ingénieur retraité par exemple gagne-t-il maintenant plus qu'un ingérieur en activité ? Faire une comparaison globale de la population n'a pas de sens et c'est pourtant ce qu'il est fait maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 961
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Jeu 10 Jan 2019, 08:56

On est obligé de faire une moyenne, si on ne fait que des cas particuliers, on ne va nulle part.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Dim 13 Jan 2019, 08:23








Gouverner c'est faire des choix !
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4078
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Ven 18 Jan 2019, 13:36

Dépenses publiques France
Alors que le grand débat, est à peine lancé, Bercy rend publique la liste des dépenses publiques. Par LePoint.fr
Pour plus de clarté, le document dévoile les dépenses ramenées à un budget de 1 000 euros.
https://www.lepoint.fr/economie/grand-debat-la-note-edifiante-de-bercy-sur-l-etat-des-finances-publiques-17-01-2019-2286542_28.php


Retraites : ne doit pas inclure les régimes complémentaires arrco-agirc (salariés du privé) mais inclut cnav et fonctionnaires
Recherche : il faudrait plus de détails (recherche militaire, aérospatiale, fondamentale, crédit impôt recherche, etc..)
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 961
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Ven 18 Jan 2019, 14:30

Oui sur les retraites c'est inintéressant:
- les salaries du prives payent la CNAV et les retraites complémentaires et la retarite des fonctionnaires
- les fonctionnaires payent leur retraites via les impôts et la CNAV. Et rien pour AGIRC et ARCCO.

Solidarité a sens unique?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Ven 18 Jan 2019, 15:05

pour les fonctionnaires retraités on les gaze ou on va les noyer ?

finalement c'est la seule question...
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4078
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Ven 18 Jan 2019, 15:42

Si la formule "un euro cotisé donnera le même droit à tous" est appliquée dans le régime universel annoncé, c'est sûr que ça va changer la vie.
Comme la réforme est annoncée à dépenses égales, il y aura logiquement des gagnants et des perdants.
Mais bon, d'ici là et sans être devin, je pronostique les manifs du siècle. Et donc quelques aménagements probables à venir dans la formule.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Ven 18 Jan 2019, 16:35

C'est effectivement très emmerdant... ce serait bien de faire carrière dans le privé et d'être fonctionnaire à la retraite...

Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4078
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Ven 18 Jan 2019, 17:26

De nos jours, l'insécurité de l'emploi (plans sociaux, ruptures diverses, disparition de PME) augmente la difficulté d'une carrière complète dans le privé. Surtout après 50 ans. Alors, la sécurité de l'emploi a une valeur - y compris pour ceux qui font des aller-retour public/privé.
Ou alors, pourquoi pas une cotisation chômage des fonctionnaires (titulaires), de solidarité avec les salariés du privé et contractuels (thierry a noté que la solidarité joue dans l'autre sens, pour la retraite)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Ven 18 Jan 2019, 17:35

Oui avec prime de départ à la retraite, prime de noel, prime de vacances... pourquoi pas ?

Faut être solidaire...
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 961
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   Ven 18 Jan 2019, 22:38

Les privilèges ont la peau dure

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dépenses publiques, Prestations sociales en France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dépenses publiques, Prestations sociales en France
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dépenses pour auto?
» les dépenses jugées raisonnable??
» Le R.H et les Oeuvres Sociales
» Répartition des parts sociales d'une SCM
» Archives Publiques Libres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: