Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Macron Bashing

Aller en bas 
AuteurMessage
thierry

avatar

Messages : 849
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Le Macron Bashing   Dim 11 Nov 2018, 01:21

On assiste depuis qq temps à une entreprise de critiques assez violentes sur le Président de la république. Certains mêmes sur ce site le traite de freluquet...

Mais quand je vois le nombre et les  "qualités" des opposants à Emmanuel Macron :
- Les racistes du FN ,
- Les présumés innocents fraudeurs Insoumis,
- Les Has been du PS et de l'UMP ,
- Et à l'étranger Salvini et Trump ...

Je suis ravi d'avoir voté pour lui ! Même par défaut
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Jeu 15 Nov 2018, 20:53

Voyant l’échéance du 17 novembre approcher, c’est une furieuse agitation qui a envahi brusquement les plateaux télés et provoqué réunions exceptionnelles à l’Élysée, à Matignon, place Beauvau, etc.

Par Olivier Maurice.

Sincère bravo au mouvement des gilets jaunes qui, avant même d’avoir bloqué une seule ruelle, a déjà réussi à transformer le gouvernement, les médias et la classe politique en une immense pétaudière.

Voyant l’échéance du 17 novembre approcher, c’est une furieuse agitation qui a envahi brusquement les plateaux télés et provoqué réunions exceptionnelles à l’Élysée, à Matignon, place Beauvau, etc.

Ministres, journalistes et élus, chacun y va de son explication, de son commentaire, de son jugement, de son analyse, de sa comparaison, de sa théorie, de son couteau suisse, de sa boite à outils, de son avertissement… bref de son petit grain de sel pour approuver ou pour désapprouver, pour critiquer ou pour commenter, pour tenter de récupérer, de désamorcer ou de gérer une crise qui n’a même pas encore commencé.

Amalgame et fin de non-recevoir

Il faut dire que le gouvernement n’y a pas été de main morte en faisant l’amalgame entre écologie et pouvoir d’achat. C’était vraiment le truc à ne pas faire. La meilleure façon de jeter encore un peu plus d’huile sur le feu. L’argument d’autorité a résonné comme un immense « taisez-vous, vous n’avez rien compris » mâtiné de « si vous ne croyez pas celle-là, je vais vous en raconter une autre ».

Ce qui aurait pu au départ n’être qu’un de ces innombrables mouvements sociaux dont la France a le secret, ce qui aurait pu se transformer en un blocage impopulaire, en une atteinte intolérable à cette « liberté fondamentale de faire ses courses au supermarché le samedi après-midi », est devenu en quelques semaines le symbole de la fracture sociale entre une élite de plus en plus hors-sol et une population de plus en plus exaspérée.

Pourtant, même Ségolène Royal, connue pour son bon sens paysan et son enracinement dans la campagne Française, a essayé de voler au secours du soldat Macron en l’exhortant à ne pas faire cela. Rien n’y a fait, droit dans ses bottes, le président de la République y a été de son monologue habituel qui prouve à tout le monde une et une seule chose : qu’il n’a décidément rien compris de ce qu’il se passait.

Un président coupé du monde

Mais comment pourrait-il comprendre cette angoisse qui prend aux tripes quand on voit le compteur de la pompe à essence égrener les euros : 40, 50, 60, 70… 80… et ce compteur qui ne s’arrête jamais ?

Comment pourrait-il comprendre la honte et le dégoût de celui qui contemple son chèque énergie de 150 euros quand il reçoit la facture de ses 2 000 litres de fioul indispensables pour pouvoir se chauffer cet hiver ?

Comment peut-il comprendre ce ras le bol de ces « provinciaux » qui n’ont d’autre choix que de prendre leur voiture pour aller travailler, vu qu’il n’y a plus de travail ici, prendre leur voiture pour aller faire leurs courses, vu qu’il n’y a plus de commerces en centre-ville, prendre leur voiture pour aller à l’hôpital, vu que l’hôpital, trop petit, a fermé, pour emmener leurs enfants à l’école, vu que la communale a fermé elle aussi…

Ce n’est pas son itinérance mémorielle qui lui a permis de renouer le contact, bien au contraire. De toute façon, il avait des choses bien plus importantes à faire, comme inviter Donald Trump dans un traquenard rempli d’ONG pour lui faire enfin comprendre qu’il avait tort et que lui avait raison, qu’il était dans le camp du Mal et que lui était dans celui du Bien.

Des média qui ont toujours raison

Pour ce qui est des média, l’affaire a été vite réglée : les gilets jaunes ont été directement classés dans la catégorie des beaufs-fachos-cathos-réacs, à côté des Jackies experts en tuning, des bonnets rouges et des Marie-Chantal en jupe plissée de la manif pour tous.

D’ailleurs, ça tombait bien, parce que Trump était à Paris. Et lui aussi, il n’a rien compris au réchauffement climatique. Un petit amalgame de plus, ça ne mange pas de pain.

Et puis, cela fait une bonne quarantaine d’années que la presse tape sur tout ce qui ressemble de près ou de loin à un « réac », ce qui lui permet à défaut de lecteurs, d’attirer les subventions. Alors pourquoi se remettre en question ?

D’ailleurs, preuve qu’ils ont raison : la grande distribution s’est vite mise en tête de saborder l’action du gouvernement en vendant l’essence à prix coûtant. On reconnaît bien là la fourberie du Grand Capital toujours prêt à faire des profits sur la misère du Peuple !

De l’huile sur le feu

C’est donc avec un bel ensemble que gouvernement et média viennent nous expliquer que tout cela, c’est pour nous inciter à prendre des transports en commun qui n’existent pas, pour nous inciter à acheter une voiture électrique qui passera son temps à la borne de rechargement, à abandonner notre diesel au profit d’une voiture à essence qui consommera davantage, coûtera plus cher et rejettera plus de CO2…

Bien sûr, cela aidera aussi à renflouer les caisses d’un État qui fait des efforts énormes pour se réformer, qui n’est pas du tout champion du monde des prélèvements obligatoires et qui vient de décider de faire des économies drastiques et des coupes sombres gigantesques dans la fonction publique (une réduction de personnel de 0,1 % à l’Éducation nationale, tout de même) ; mais ce n’est pas la raison principale.

Car avant tout, en payant plus cher l’essence, cela permettra aux malheureux enfants des villes de mieux respirer.

Comme si les microparticules émises au milieu de nulle part se téléportaient toutes comme un seul homme en plein centre-ville. Comme si, si c’était si grave que cela, on ne pouvait pas tout simplement interdire à la circulation automobile Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux et quelques autres grandes villes. Hein, quoi ? Ce n’est pas possible ?

Car en payant l’essence plus cher, tous ensemble, les Français vont sauver la planète.

Mais qui les sauvera, eux ? Qui a élu le président, qui a élu les députés ? Qui lit les journaux ? Qui regarde la télé ? Qui paie les impôts ? Qui paie de plus en plus d’impôts ?

La planète ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Jeu 15 Nov 2018, 21:37

Il semble aussi que le freluquet prenne conscience que son attitude, ses propos et ses décisions ne font pas l'unanimité... pour ce qui concerne le respect qui lui est du on était moins exigeant à l'époque de sarko... même sa taille était un sujet d'attaque.

Au niveau de la hauteur du pot d'échappement des nos dirigeants par rapport au béton flambi ne m'a pas semblé plus grand et l'actuel est loin d'être un géant.

Mais selon l'appartenance politique le détail n'a pas la même importance... il est vrai qu'avec de Gaulle, Giscard et Chirac au niveau gabarit nous n'étions pas volés même Pompidou avec 1,82 m planait au dessus des derniers.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Ven 16 Nov 2018, 06:08

Macron n’est pas le président dont la France a besoin. Et ce, sur de si nombreuses dimensions qu’il est devenu certain que son mandat s’achèvera dans la douleur.

Que les médias officiels le minimisent, par manque de courage voire de liberté, ne change rien aux faits : après l’élection de Hollande, dont le mandat nous a coûté socialement très cher, la France a commis une nouvelle erreur en élisant Macron. Par comparaison, se tromper d’acteur dans un film ne porte préjudice qu’au réalisateur et à son équipe.

Dans une entreprise bien gérée, une erreur de recrutement peut se réparer avant qu’il ne soit trop tard, pendant la période d’essai, ou ensuite, en renvoyant la mauvaise recrue, ou en la déplaçant selon le fameux principe « the right profile at the right place ». Mais lorsqu’un président n’est pas à la hauteur et aggrave les difficultés du pays qui l’a porté au pouvoir  plutôt que de les réduire, le problème est autrement plus ennuyeux.

Il en est ainsi de Macron, dont la gouvernance s’annonce digne du programme qu’il avait présenté avant l’élection, ou plus exactement, du programme qu’il avait bâclé et incomplètement présenté, arguant avec dédain que celui-ci n’était « pas au cœur d’une campagne ». Tel un dictateur en herbe, Macron avouait même qu’une élection présidentielle était une sorte de communion qui s’instaurait entre un candidat et le peuple, privant ce dernier de visibilité, laissant la voie ouverte aux manipulations et aux mensonges de toutes sortes, manipulations et mensonges que les faits ont depuis confirmé.

Macron n’est pas le président dont la France a besoin, et ce sur de si nombreuses dimensions qu’il est devenu certain que son mandat s’achèvera dans la douleur car, sur le plan économique sa compréhension des mécanismes est renversante ; sur le plan politique, il embrouille les cartes et rend son action inintelligible ; d’un point de vue moral, il
n’est ni exemplaire ni cohérent ; sur le plan sociétal, en méprisant les problèmes, il attise lui-même les populismes.

Une compréhension renversante des mécanismes économiques

Les faiblesses de la France son archi-connues. À l’exception des experts idéologiquement véreux qui clament que l’on peut s’endetter ad vitam aeternam, la majorité des économistes s’accorde pour pointer du doigt nos travers : poids considérable de l’État et par conséquent des charges, taxes et impôts qui sont à l’origine de l’impressionnante chute de notre compétitivité. La mauvaise orientation de la plupart des indicateurs confirme la gravité du diagnostic : part de marché industrielle mondiale, richesse par habitant, taux de pauvreté, taux de chômage, rentabilité et création des entreprises, taux de suicide, etc.

Combien d’années faudra-t-il répéter qu’il n’existe pas d’exemple de pays ayant réussi socialement parlant en allant au-delà du raisonnable en matière de redistribution ? Les quelques pays riches qui poursuivent dans cette voie étatiste essuient exactement les mêmes échecs : croissance en berne, chômage de masse, accroissement de la pauvreté et de l’exclusion, coût social exorbitant pour des résultats ridicules et purement temporaires. Ainsi se font remarquer les deux plus mauvais élèves européens (parmi les plus riches) : l’Italie et la France qui, avec le Danemark (dans une légèrement moindre mesure), accusent un recul régulier de leur richesse per capita par rapport au reste de l’Europe et au reste du monde.

Dans le concert mondial de la compétition économique, nous faisons partie des losers, ceux dont les citoyens à s’appauvrir et à rester sur le carreau sont de plus en plus nombreux. Ce ne sont pas que des chiffres d’une science économique que certains irréductibles réfractaires accusent d’être « au service des riches ». Ce sont tout simplement des faits.

Qu’est-ce que Macron a réalisé depuis son arrivée au pouvoir ? Au lieu de libéraliser notre économie, contrairement aux apparences, il poursuit dans l’accroissement de la pression confiscatoire des agents économiques. Il a certes promis des réductions mais c’était mensonger : seules les grandes fortunes non investies en immobilier voient leur fardeau s’alléger. Les autres catégories sont de plus en plus taxées, par des moyens de plus en plus variés d’ailleurs. Quant aux entreprises, l’effet des baisses très progressives annoncées n’a pas encore démarré que d’autres taxes s’annoncent auxquelles s’ajoute un prélèvement à la source qui n’est rien d’autre qu’une odieuse externalisation de tâches de l’État dont lui seul tirera bénéfice !

Telle une caste avide d’argent et incapable de diminuer sa nocivité, sous le gouvernement Macron, l’État enfonce un peu plus notre économie : la dette et les prélèvement continuent d’augmenter tandis qu’en corollaire, sans surprise, la croissance ne repart toujours pas et le taux de chômage se maintient à un niveau élevé.

Certes, à la différence d’Hollande, Macron aura tenté quelques réformes : celles de la  SNCF et du droit du travail. Le résultat de la première a été celui que l’on sait, catastrophique, tant par le coût des grèves que par l’inexistence absolue de résultats. Le résultat de la seconde est à la hauteur de son manque d’envergure : pour quelques avantages limités, la lourdeur juridique ce sera accrue un peu plus, tandis que strictement rien n’aura été tenté concernant les inégalités entre le public et le privé.

Une action politique rendue inintelligible à force d’embrouillaminis

Hollande avait beaucoup œuvré pour le brouillage des cartes. Tel un avion furtif tapissé de formes lisses et poreuses, il s’était fait passer pour un réformateur ultra-libéral chez les gauchistes et pour un libéral chez les socialistes1, tout en asphyxiant le pays de taxes et d’impôts au plus mauvais moment, lors de la reprise économique dont nos voisins ont naturellement et largement bénéficié dès la fin de la crise bancaire. Cette erreur impardonnable avait pour origine un certain Macron, alors conseiller fiscal de Hollande avant de devenir son ministre de l’Économie.

De façon troublante, ce brouillage des cartes continue, comme si Macron y mettait une énergie toute particulière. Ainsi a-t-il claironné sa transformation du statut de la SNCF qui, vu de loin, a bien sûr toutes les apparences d’une mesure libérale. Ainsi a-t-il supprimé l’impôt sur la fortune (hors immobilier), ce qui, pris séparément du reste, devient un symbole du même genre.

Ainsi répète-il à l’envi qu’il n’est pas question pour lui de ralentir le rythme des réformes alors qu’il ne fait que poursuivre l’œuvre engagée par les précédents présidents, en particulier le dernier d’entre eux, son mentor Hollande, à savoir ponctionner la société civile pour renforcer une mainmise étatique au seul bénéfice d’une noblesse d’État maintenue à l’abri des problèmes du pays et d’une minorité de riches non investis dans l’immobilier dont il a été décidé tout d’un coup d’alléger le fardeau.

Macron est coutumier des brouillages politiques. Pour se faire élire, n’avait-il pas noyé ses rivaux dans un ventre mou appelé centre et récupéré de nombreux socialistes à la condition qu’ils changent d’étiquette ?

Toutefois, de tels enfumages comportent deux risques à terme. Le premier, qui est le moins grave, est celui qu’a essuyé Hollande en se mettant à dos tout le spectre politique, chacun pensant qu’il se trouvait de l’autre côté. Le second, beaucoup plus pernicieux, est celui qui consiste à vider de sens les concepts pourtant décisifs en matière de gestion de la cité. Avec Macron, ce travail de sabotage de la visibilité politico-économique entrepris par Hollande bat son plein, et va accroître encore un peu plus le divorce entre la plupart des Français et la science économique d’une part, le libéralisme d’autre part. Un désastre en devenir pour la démocratie.

Sur le plan sociétal, il attise les populismes en méprisant les problèmes

Alors qu’entre 60 % à 80 % des Européens sont hostiles à une arrivée massive de migrants – ce qui n’est pas rien – , Macron qualifie ces réactions de « lèpre populiste ». Au lieu d’entendre ces craintes qui ne sont que l’expression d’une peur légitime face à une menace de l’identité nationale des peuples qui composent l’Europe, Macron stigmatise ces craintes avec le tact qui le caractérise. Ses remarques et son comportement incitent d’ailleurs à se demander s’il se rend compte des différences culturelles qui sous-tendent ces peurs, différences qui avaient pourtant incité Claude Levy-Strauss à admettre, sur le tard, après des années de catéchisme relativiste, combien certaines cultures2 pouvaient s’avérer peu compatibles avec la nôtre. Faut-il être prétentieux à ce point pour croire, comme les mauvais publicitaires, qu’il suffit de dire l’inverse de qui est perçu pour changer une perception ? Macron pense-t-il posséder le don de retourner comme une crêpe l’opinion publique juste avec des mots et des moulinets ? Ne se rend-il donc pas compte que c’est au contraire le meilleur moyen d’attiser cette « lèpre populiste » ? Difficile de ne pas voir en lui l’archétype du pompier pyromane qui crie au feu plus fort que tout le monde…

Sans doute ne le fait-il même pas volontairement, lorsqu’on le voit sur les photos serrer la main du Prince d’Arabie Saoudite tout en s’inclinant avec déférence, tandis qu’il se tient bien droit devant le pape et lui caresse la joue. Inutile de rappeler les autres clichés qui ont suscité la polémique et qui ne sont dénués ni de provocation ni de vulgarité. Toutes ces saillies ont un point commun : une espèce de détestation de la culture franco-européenne. Pourquoi ? C’est un mystère. Libre à chacun de préférer telle ou telle culture. Le seul problème, c’est que Macron est notre président.

Sur le plan moral, il n’est ni exemplaire ni cohérent

Un président d’un pays, c’est comme un patron dans une entreprise ou comme les parents dans une famille : il ne suffit pas de donner des ordres pour qu’ils soient exécutés, il ne suffit pas de dire ce qui est bien pour que ce soit partagé, encore faut-il donner l’exemple et l’envie d’en faire autant. Or, dans l’inconscient collectif français, Macron est le président qui choisit les médias habilités à couvrir ses déclarations et ses déplacements ; s’entoure, maintient ou tente de protéger des collaborateurs mis en cause dans des affaires ; recrute des barbouzes pour casser des manifestants dans la rue puis profère des menaces contre toute enquête pouvant le mettre éventuellement en cause.

À cela s’ajoute cette façon toute méprisante de se comporter avec des Français qui s’adressent à lui. Cette morgue vis-à-vis du peuple est considérablement délétère, à fortiori dans un pays en crise économique et identitaire. Il donne une image désastreuse du pouvoir politique et finit par susciter le rejet de sa personne.

Hélas, accumuler autant d’erreurs laisse peu d’espoir de revirement. Il faut être totalement grisé par le pouvoir ou terriblement inconscient pour les avoir collectionnées de la sorte.

Claude Robert pour Contrepoints.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Ven 16 Nov 2018, 17:08

Cabinets ministériels : des hausses de salaire qui passent mal

Nicolas Berrod (@NicolasBerrod)|12 novembre 2018, 20h17 |59

Marlène Schiappaet Benjamin Griveaux ont dû justifier des augmentations de salaire des membres de leur cabinet. LP/Frédéric Dugit

Benjamin Griveaux et Marlène Schiappa ont reconnu une augmentation des rémunérations des membres de leurs cabinets ministériels.

Polémique sur le salaire des conseillers ministériels ! En cette période de disette budgétaire, la hausse des rémunérations dans certains ministères en 2018 fait tiquer. Cette année, chacun de ces 241 collaborateurs (directeur de cabinet, conseillers techniques etc.) touche en moyenne 9318€ bruts par mois, soit une légère hausse de 1,4 % par rapport à 2017, selon une annexe du projet de loi de finances 2019.

Mais certains ministères ont été particulièrement généreux : + 7,1 % au Travail ou… + 27 % au porte-parolat du gouvernement ! L’actuel titulaire du poste, Benjamin Griveaux, s’est défendu sur Europe 1 ce lundi, arguant que ses conseillers étaient « plus expérimentés et plus âgés » que les précédents.

L’ex-député socialiste René Dosière avait d’abord pointé sur son blog une augmentation de 49 %, à cause d’un quiproquo sur le salaire total des cinq conseillers présents en 2017. « Mais même 27 %, c’est extrêmement choquant, on peut augmenter ses collaborateurs mais pas dans ces proportions, assène-t-il. Allez dire ça aux fonctionnaires dont le point d’indice est gelé depuis des années ! »

Compenser la baisse drastique des effectifs

Pour sa défense, l’entourage du ministre fait aussi remarquer que Benjamin Griveaux n’occupe pas d’autre poste au sein du gouvernement, contrairement à son prédécesseur Christophe Castaner, qui cumulait avec le ministère des Relations avec le Parlement. « Il ne peut pas avoir deux cabinets et doit faire avec cinq collaborateurs, comme le plafond le prévoit, et il a dû recruter aux postes les plus élevés », explique-t-on.

La secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a aussi démenti la hausse de salaire de ses conseillers, + 25,9 % selon les documents. Tout en reconnaissant des augmentations pour certains conseillers, «de l’ordre de 10 à 15 % » a-t-elle dit dimanche sur France 3, les justifiant par la charge de travail depuis dix-huit mois.

En revanche, tout le monde s’accorde pour dire que la hausse moyenne des salaires est, cette année, bien moins importante que l’an dernier. Entre 2016 et 2017, la note avait gonflé de 20,5 %, ce qui avait - en grande partie - compensé la baisse drastique des effectifs, voulue par Emmanuel Macron.

---------------------


"En même temps pendant que nos tronches molles se beurrent la tartine des deux cotés:"
Ma contribution CSG s'envole
La taxe d'habitation supposée supprimée augmente
Le carburant devient hors de prix grace à des taxes augmentées
Mes revenus sont bloqués

comme je suis un salaud de riche droito et populiste je fais du macron bashing.
Le freluquet commence à me chauffer les oreilles.


Dernière édition par tonton christobal le Ven 16 Nov 2018, 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Ven 16 Nov 2018, 17:15

Hausse des salaires en cabinets ministériels de 20,5%

La rémunération moyenne brute (primes comprises) des 232 membres des cabinets ministériels s'élève à 9186 euros mensuels soit +20,5%. La politique, un bizness en or pour tous.

"La rémunération moyenne brute (primes comprises) des 232 membres des cabinets ministériels s'élève à 9186 euros mensuels soit +20,5% par rapport au gouvernement Valls", a constaté ce mardi l'ancien parlementaire socialiste René Dosière, s'appuyant sur un document annexé au projet de budget pour 2018 et publié par Bercy.

Ce spécialiste du contrôle de l'argent public a jugé "choquante" l'augmentation de la rémunération des membres des cabinets ministériels du gouvernement d'Édouard Philippe, même si ces derniers sont beaucoup moins nombreux, une promesse de campagne d'Emmanuel Macron.
Le rapport sur lequel il se base est intitulé "personnels affectés dans les cabinets ministériels" "80 membres de cabinet sont mieux payés que leur ministre"

De fait, explique René Dosière, "c'est la conséquence de la réduction du nombre de ministres (30 au lieu de 38) et de la limitation à 10 personnes de la taille du cabinet restreint". Pour autant, si les membres des cabinets sont moins nombreux, les "personnels-support" ont opéré un repli moindre, -16%, avec 2040 agents (chauffeurs, sécurité, secrétariat, etc.).
"S'agissant des rémunérations, on assiste à une progression toute aussi spectaculaire", relève René Dosière, évoquant une rémunération moyenne brute (primes comprises) de "9186 euros mensuels" pour les "232 membres des cabinets ministériels" - hors ministres délégués et secrétaires d'Etat.
"Dans douze ministères, la rémunération est supérieure à cette moyenne: au total, plus de 80 membres de cabinet sont mieux payés que leur ministre", a également relevé René Rosière, estimant que ce n'était "pas le fait du hasard" et que c'était "choquant".

La politique, un bizness en or pour tous. Droite, centre et gauche, vous remarquerez qu'aucun de ces Mr chic ne viennent contester ces salaires mirobolants. De Melenchon à Le Pen, ils sont tous d'accord...étrange non ?

Le Macron, lui n'est pas en reste. Salaire "confortable" et dorure, un vrai petit roi !
Salaire mensuel du Macron : 14 910,31€ Bruts par mois qui comprend une indemnité de base (11 580,82€), une indemnité de résidence (347,42€) Il n'est pas logé gratuitement lui ? et une indemnité de fonction qui n’est bizarrement non imposable (2982,06).
Avantages: logement de fonction à l’Elysée, accès gratuit au réseau SNCF, voiture de fonction et chauffeurs, mise à disposition d’une flotte d’avions, jouissance de plusieurs résidences secondaires. La totale ....

Quand le peuple manifeste, Mr Macron ripaille.....
Nos très chers députées ne sont pas en reste.
Les Députés – 12 870€ bruts par mois
Indemnités mensuelle standard : 7100,15€ bruts par mois qui comprends une indemnité de base (5514,68€), une indemnité de résidence (165,44€) et une indemnité de fonction (1420,03€), la plupart des députés touchent 5148,77€ net par mois.
Indemnité représentative de frais de mandat : 5770€ bruts par mois afin de faire face aux diverses dépenses liées à la permanence parlementaire ( frais de transport…).
D'Autres Avantages : Les députés disposent de 9504€ brut par mois sous forme de crédit destiné à rémunérer leurs collaborateurs, d’un accès gratuit à l’ensemble du réseau SNCF en 1er classe, du remboursement des forfaits de 5 lignes mobiles.
Personne ne trouve cela choquant, de la gauche à la droite, pas un ne dit mot! Mais où sont passés les indignés ? Ceux qui ont toujours le mot peuple, pauvreté, travailleurs pauvres etc. Ne voient-ils pas là une incompréhension de ceux qu'ils prétendent soutenir ? Non, tout va bien pour eux et ils nous vendent des mots, en bon biznessman qu'ils sont, que certains boivent avec une telle naïveté, au point de défendre l’indéfendable.
Il faut vous dire Mr, que chez ces gens-là, on ne pense pas, on ne pense pas: On compte....

https://blogs.mediapart.fr/vilmauve/blog/011117/hausse-des-salaires-en-cabinets-ministeriels-de-205
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Ven 16 Nov 2018, 17:43

VIDEO. Une députée passe au crible les dépenses du cabinet du Premier ministre

Marie-Christine Dalloz, la rapporteure spéciale de la commission des Finances a dénoncé les dépenses exorbitantes du Premier ministre et de son cabinet.

En pleine commission des Finances, le 25 octobre dernier, la députée Marie-Christine Dalloz a passé au crible les dépenses du Premier ministre et de son cabinet. "Alors que tous les ministres se voient imposer une réduction drastique de leur cabinet, les effectifs du cabinet du Premier ministre s’élèvent à 496 équivalents temps plein : 69 membres, 427 personnes chargées des fonctions supports", précise-t-elle.

Dans les autres cabinets ministériels, le nombre de temps plein se situe aux alentours de 60 personnes, soit huit fois mois moins qu’au cabinet du Premier ministre. La députée pointe notamment les dépenses excessives des services du Premier ministre, qui "s’élèvent à 19 millions d’euros, alors qu’elles ne comprennent que la moitié des effectifs de personnel, les autres personnels étant mis à disposition par différents ministères." La députée rapporte que les membres de ce personnel sont répartis dans cinq hôtels particuliers du 7ème arrondissement de Paris et que leurs dépenses hors-loyers atteignent les 4,4 millions d’euros par an. "À cela s’ajoutent des frais de représentation de 70 000 euros, des frais de déplacement de 4,1 millions d’euros et des dépenses d’intendance de 2,3 millions d’euros."

Un manque de transparence
Des sommes importantes, "dont on peut interroger le bien fondé." Mais au-delà de ce questionnement, Marie-Christine Dalloz déplore avant tout le manque de transparence du cabinet du Premier ministre sur ces dépenses "d’autant plus lorsqu’on compare avec les prévisions de dépenses du président de la République." Pour la rapporteure de la commission des Finances, "c’est ce manque de transparence qui crée la suspicion et alimente les scandales hautement préjudiciables à la confiance entre les citoyens et la classe politique.“


https://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/video-une-deputee-passe-au-crible-les-depenses-du-cabinet-du-premier-ministre_3010745.html#xtor=AL-67-[video]

----------------


on va réduire les dépenses publiques...
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 476
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Sam 17 Nov 2018, 01:09

Lorsque la vérité fâche :

Un titre traitant Brigitte Macron de "cougar" retiré de l'album de Kalash Criminel
Le rappeur croit savoir que "l'Elysée s'est plaint" au près d'Universal, qui a donc décidé de censurer ce titre.
https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/14/un-titre-traitant-brigitte-macron-de-cougar-retire-de-lalbum-de-kalash-criminel_a_23589602/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Sam 17 Nov 2018, 22:45

Par contre si un "artiste" chante qu'il faut violer, piller, niquer les "faces de craie" foutre le feu à la France... et quelques autres amabilités... pas de problème !

C'est de l'ââârt et on ne brime pas les artistes !

On peut même au nom de l'humour insulter une élue nationale... c'est de l'humour... mais pas touche aux "plus belles jambes de Paris"

et nos "z'élites" pensent que ces injustices vont passer... en prenant les manants pour des demeurés... peut être est il venu le moment de changer le logiciel avant que la machine s'emballe et soit hors contrôle.

Les boucliers (archers du roi, pandores...) fatiguent de défendre des causes indéfendables en étant en permanence désavoués par ceux là même qu'ils protègent..
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13759
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Sam 17 Nov 2018, 23:31

thierry a écrit:
On assiste depuis qq temps à une entreprise de critiques assez violentes sur le Président de la république. Certains mêmes sur ce site le traite de freluquet...

Mais quand je vois le nombre et les  "qualités" des opposants à Emmanuel Macron :
- Les racistes du FN ,
- Les présumés innocents fraudeurs Insoumis,
- Les Has been du PS et de l'UMP ,
- Et à l'étranger Salvini et Trump ...

Je suis ravi d'avoir voté pour lui ! Même par défaut



Il est intéressant de ne pas avoir qu'une vision franco-française de la situation et de regarder aussi ce qui se passe dans d'autres pays tels que les Etats-Unis, l'Italie, la Grande-Bretagne, les pays de l'Est de l'Union, le Brésil, ... et aussi l'Allemagne...

Après quand Emmanuel Macron admet ne pas avoir réussi "à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants" il ne faut pas faire abstraction des deux quinquennats calamiteux qui ont précédé le sien et qui ont créé beaucoup de déceptions et de frustrations dans les classes populaires et moyennes...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Dim 18 Nov 2018, 00:07

a.nonymous a écrit:




Il est intéressant de ne pas avoir qu'une vision franco-française de la situation et de regarder aussi ce qui se passe dans d'autres pays tels que les Etats-Unis, l'Italie, la Grande-Bretagne, les pays de l'Est de l'Union, le Brésil, ... et aussi l'Allemagne...

Après quand Emmanuel Macron admet ne pas avoir réussi "à réconcilier le peuple français avec ses dirigeants" il ne faut pas faire abstraction des deux quinquennats calamiteux qui ont précédé le sien et qui ont créé beaucoup de déceptions et de frustrations dans les classes populaires et moyennes...


Dommage tout de même que la "nouvelle politique" soit semblable à l'ancienne. Avec macron qui savait tout et avait tout compris les gogos attendaient autre chose.

Finalement lui aussi se plaint de l'héritage dont pourtant il n'est pas innocent es qualité d'ex dir cab adjoint, ex ministre et inspirateur de la politique économique avec attalli et quelques autres de la promotion Voltaire-Senghor...

En bref le changement dans la continuité surtout en matiére fiscale (spécialité de flanbi et de son ex féal)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Dim 18 Nov 2018, 18:11

17 novembre et gilets jaunes : le mandat d’Emmanuel Macron est-il déjà terminé ?
17 novembre 2018 Valérie de Montbiron

Le 17 novembre l’a montré, les Français n’en peuvent plus et leurs regrets d’avoir voté ou d’avoir laissé le pouvoir à Emmanuel Macron est immense. Après à peine 18 mois de mandat, l’enfant « prodige » de François Hollande, authentique continuation aggravée de son mentor socialiste, est gravement discrédité, pire son mandat est potentiellement déjà terminé et ses chances de réélection quasi-nulles.

Les « Gaulois réfractaires » qui « roulent au diesel et fument des clopes », qui perdent liberté sur liberté au prétexte fallacieux de protéger la « démocratie », qui doivent subir sans broncher attentats islamistes, perte de souveraineté, oppression étrangère et trahisons au sommet sont légion et n’ont pas dit leur dernier mot..
A Paris, rue du Faubourg Saint Honoré, « Jupiter » l’auto-nommé découvre qu’existe un Peuple qui lui a donné sa chance et l’a comblé de tous les honneurs que jamais un inconnu avant lui – après pourtant deux ans de ministère – n’avait jamais reçus.

Emmanuel Macron est-il foutu ?
La question se pose légitimement au vu du nombre impressionnant de « Français moyens », ceux-là mêmes « qui ne sont rien », et qui ont – souvent pour la première fois de leur vie – exprimé leur mécontentement sur la voie publique. Avec une telle foule contre lui, Emmanuel Macron n’a que deux choix : gouverner pour la France et dans l’intérêt des Français, respecter son Peuple, préserver son Histoire et protéger sa « civilisation » et son mode de vie, ou démissionner.

La crise est plus profonde que le gouvernement ne l’imagine et les rapports de ce qui reste de la « territoriale » prennent tellement de soin à décrire la situation que la véritable gravité ne transpire guère dans les mots. Les Français sont sincèrement et foncièrement en colère, pour des tas de raisons.

Le moteur véritable de cette inédite contestation depuis des générations réside dans l’humiliation continuelle d’un pays meurtri, insulté de raciste, traité de fasciste, vilipendé comme égoïste alors qu’il est probablement parmi les plus accueillants du monde. Ne jamais dire merci et préférer le mépris, voilà qui peut mettre fin prématurément à une ascension politique fulgurante.

« Emmanuel Macron, démission ! » raisonne dans la voix de millions de Français. 18 mois seulement après son élection. Du jamais vu depuis 1789. Quel dommage et quelle occasion manquée !
Revenir en haut Aller en bas
thierry

avatar

Messages : 849
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Dim 18 Nov 2018, 20:04

C'est sur qu'il est difficile de faire bouger un pays qui depuis 30 ans sombre peu à peu.

Mais on a le choix: le mouvement et l'évolution avec toutes les erreurs qui peuvent survenir, ou ne rien faire, reprendre les vieilles idées du passé qui ne fonctionnent plus.

Gerhard Schröder Le chancelier allemand a su faire prendre les mesures difficiles qui ont remis l'Allemagne leader européen. Ca lui a coûté une re election. Mais il a perdu la tête haute en mettant son pays sur la voie de la croissance.

Mais on peut préferer l'immobilisme et la démagogie des Chirac et Hollande qui n'ont jamais rien fait pour rester Populaire et préserver les sondages.

Cest pas mon ambition pour le pays.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Lun 19 Nov 2018, 01:14

au bout d'un an et demi de macronisme j'ai un avis :

Le freluquet n'est pas l'homme qui "fera bouger" le pays dans un sens permettant son relèvement.

On en reparle dans 3 ans en fin de mandat s'il n'a pas foutu la boutique à feu et à sang, si nous n'avons ni partition territoriale légale ou de fait ni guerre civile et s'il est encore là.

NB : Nous commençons à devenir insupportables à nombre de pays et pour ce qu'il en est des réactions internes tout est dit lors des multiples sondages...
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

avatar

Messages : 3873
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Lun 19 Nov 2018, 02:29

Pour le Macron bashing, il y a du monde. Les condamnations prolifèrent, dans l'opposition.
Mais je n'ai pas entendu d'opposant s'exprimer pour dire ce qu'il ferait en mieux à la place, ni comment.

Et surtout pas de façon cohérente !
Tous les opposants qui se lamentaient du départ de Hulot (et du changement climatique) sont maintenant contre la taxe carbone et la hausse des taxes carburant poussées par Hulot. A part les EELV, qu'on n'entend plus du tout.
Les dirigeants LR (ou ceux qui en tient lieu) soutiennent les gilets jaunes, mais renient maintenant Fillon et son programme qui était suffisamment corsé pour en mettre beaucoup, des travailleurs dans les rues.
Marine Pen, on l'entend peu, mais elle a quand même abandonné la sortie de l'euro. Après avoir été anti-UE, elle trouve l'UE pas si mal maintenant qu'elle espère des amis à elle au pouvoir dans plusieurs pays. Cohérence, je vous dis !
Mélenchon et ses seconds couteaux dézinguent à tour de bras leurs ennemis du peuple à eux, en s'évitant d'expliquer ce qu'ils feraient s'ils étaient au pouvoir. Observé : quand le journaliste pose une question précise (sur une incohérence des propositions) le Mélenchon boy/girl de service en remet une diatribe sur les ennemis cause de tous les malheurs.
Dupont-Aignan, chantre de la loi et l'ordre, appelle à désobéir et mettre le foutoir un peu partout. Il n'a pas le temps d'attendre les élections ? Cohérence, je vous dis !
Bon, j'arrête
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Lun 19 Nov 2018, 04:40

Nous avons un macron président homme inconnu providentiel...2 ans avant l'élection

Peut être en aurons nous un autre dans 3 ans...

En France on a le droit d'être satisfait du gouvernement sans subir de reproche.
On a tout aussi bien le droit d'être mécontent , de le dire et de l'écrire sans se voir infliger de leçons de civisme et sans que des inconvenants se mêlent de la vie de ceux qui ne pensent pas comme eux pour leur expliquer la "bonne pensée"

Je rapelle aussi qu'être majoritaire ( pour le freluquet nous en sommes loin) n'est n'est pas un brevet d'intelligence ou de discernement politico économique.

Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 476
Date d'inscription : 09/09/2014

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Lun 19 Nov 2018, 20:43

Heureusement que Macron "n'est pas obsédé par les sondages" - sa cote de popularité a atteint les sommets vertigineux de 25%.
Petit apparatchik du globalisme néo-capitaliste pratiquant le néo-marxisme déconstructiviste culturel et sociétal , anti-national, c 'est un personnage indéfinissable.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4251
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 71
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Lun 19 Nov 2018, 22:12

Et pendant ce temps là au sénat :
Le Sénat repousse l’âge de départ à la retraite de 62 à 63 ans
C’est fait. Le Sénat à majorité de droite vient de repousser, dans le cadre de l’examen du projet de budget de la Sécu pour 2016, d’un an, de 62 à 63 ans, l'âge légal de départ à la retraite.
https://www.publicsenat.fr/lcp/politique/senat-repousse-l-age-depart-retraite-62-63-ans-1123138
Là on ne fait pas de Bashing, ce n' est pas du Macron!
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Lun 19 Nov 2018, 22:15

comme les décisions du sénat ne valent rien si l'assemblée n'est pas d'accord... il est inutile de se fatiguer à tirer sur l'ambulance. Sauf à faire un buzz inutile.

Pour comprendre il suffit de connaitre un peu le droit constitutionnel autrement qu'en lisant wikimachin pour se donner un verni juridique.

Pour les flemmards qui ne veulent pas chercher :
en cas de désaccord sur un texte législatif entre le sénat et l'assemblée on fait des "navettes" au bout du compte si le litige persiste c'est le texte de l'assemblée qui est adopté. Sénat out...

Pour le reste entre la retraite à 60 ans et les 35 heures... on se bouge à la cadence de l'escargot mais on taxe tout ce que l'on peut... on évite les grosses manifs unitaires et on clive un peu plus le pays...

Pour que j'ai confiance dans un gouvernement j'attends celui qui osera s'attaquer au système fiscal outrageusement privilégié des journalistes et au statut des ouvriers du livre.
Le risque tout qui le ferra aura droit à mon respect... pour les autres ce sont des baudruches !

NB comme les sénateurs sont élus par des élus... l'électeur de base qui ne vote plus à peu d'influence.
que fait le gôche qui a mis au point la retraite à 60 ans ? rien, que dalle... il est vrai que macron "ni de gauche ni de droite" sort tout de même de la gauche.

se faire envoyer dans les cordes régulièrement ne sert visiblement pas de leçon !
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4251
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 71
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Lun 19 Nov 2018, 23:00

tonton christobal a écrit:

NB comme les sénateurs sont élus par des élus... l'électeur de base qui ne vote plus à peu d'influence.
que fait le gôche qui a mis au point la retraite à 60 ans ? rien, que dalle... il est vrai que macron "ni de gauche ni de droite" sort tout de même de la gauche.

se faire envoyer dans les cordes régulièrement ne sert visiblement pas de leçon !

Et qui vote pour élire les grands électeurs ? sinon vous (entre autre), depuis le passage de la retraite à 60 ans il me semble que les majorités ont changées la retraite elle non malgré les promesses multiples et variées tout comme les 35 heures toujours en vigueurs.
Et que dire des taxes sur les carburants votées par Ségolène et applicables bien après son départ et comble de l' hypocrisie saluée par la classe politique dans son ensemble maintenant portée aux gémonies par cette dernière.
Jouer les parangon de vertu les redresseur de tord mais ne savoir que détourner les sujets voila votre seul but.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 17015
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   Lun 19 Nov 2018, 23:32

mamiea a écrit:


Et qui vote pour élire les grands électeurs ? sinon vous (entre autre), depuis le passage de la retraite à 60 ans il me semble que les majorités ont changées la retraite elle non malgré les promesses multiples et variées tout comme les 35 heures toujours en vigueurs.
Et que dire des taxes sur les carburants votées par Ségolène et applicables bien après son départ et comble de l' hypocrisie saluée par la classe politique dans son ensemble maintenant portée aux gémonies par cette dernière.
Jouer les parangon de vertu les redresseur de tord mais ne savoir que détourner les sujets voila votre seul but.

Pour ma part je vote et ce régulièrement ... pour les sénateurs encore faut il être grand électeur, le reste relevant du billard à bandes.
Visiblement je ne vote pas pour les mêmes que vous... et sauf erreur de ma part mes candidats ne sont pour rien dans la situation actuelle ce qui me permet de ne pas me sentir responsable du bordel permanent dans lequel se complait notre pays.

Je dégage ma responsabilité des décisions de ségo, des lois de DSK et de Martine...

Pour le reste je vois avec plaisir que l'invective tient lieu d'argumentaire mais n'implique pas que l'on détienne la vérité...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Macron Bashing   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Macron Bashing
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hollande bashing?
» En marche ! avec Emmanuel Macron
» QG de campagne d'Emmanuel Macron
» avec macron comme dans le cochon tout est bon !
» Macron face à Plenel et Bourdin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: