Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs Empty
MessageSujet: Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs   Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs EmptyJeu 22 Nov 2018, 16:50

Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs
Par Auteur valeursactuelles.com / Jeudi 22 novembre 2018 à 12:13 0

Politique. Il y a un an, presque jour pour jour, des sénateurs de tous bords alertaient le ministre de l'Action et des Comptes publics sur les risques d'une hausse de la fiscalité sur les carburants.


À l'instar des « gilets jaunes », les parlementaires semblent avoir du mal à faire entendre leur voix à l'exécutif. Ainsi, le 24 novembre 2017, en plein examen du projet de loi de finances (PLF) 2018, les sénateurs prévenaient Gérald Darmanin sur les conséquences d'une hausse continue de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). Des mises en garde dédaignées par le ministre, rappelle LCP.

« Beaucoup d’incertitudes sur l’évolution du prix de l’énergie »
Adopté à l'automne 2017, le relèvement de la taxe avait été validé par la majorité sénatoriale LR-UDI, mais cette dernière avait, dans le même temps, alerté le gouvernement sur les dangers d'une poursuite durable de cette augmentation. « Il me semble que fixer par anticipation le taux de la taxe pour 2019 et les années suivantes serait prématuré pour deux raisons : d’une part, la concertation nécessaire sur ce sujet majeur n’a pas eu lieu ; d’autre part, il existe tout de même beaucoup d’incertitudes sur l’évolution du prix de l’énergie », avait ainsi lancé Albéric de Montgolfier.

Le sénateur d'Eure-et-Loir avait été rejoint par l'un de ses confrères, représentant de l'Eure, Jean-François Husson : « Depuis toujours, nous combattons ce que nous appelons la fiscalité punitive. Or c’est malheureusement pour partie ce que l’on nous propose. Nous invitons donc aujourd’hui le gouvernement à revoir la manière », disait-il alors, ajoutant : « Nous ne voulons pas voir naître une nouvelle vague de bonnets rouges ».

« La nouvelle vache à lait de l’État »
Autre sénateur, autre formation politique, mais son de cloche similaire lorsque Ronan Dantec, sénateur écologiste, rappelait que « le Sénat n’est pas contre l’augmentation de la contribution carbone énergie ». Et d'alerter : « Il serait désastreux – c’est l’écolo de service qui le dit – que l’on fasse apparaître finalement la fiscalité écologique comme un moyen de rééquilibrer le budget de l’État. En d’autres termes, il ne faudrait pas que la tonne de carbone devienne la nouvelle vache à lait de l’État ».

Le parlementaire en remettait une nouvelle couche dans la foulée, prédisant le mouvement de contestation à naître : « Si vous ne tenez pas un discours politique cohérent pour signifier qu’il n’en est pas ainsi, alors on assistera dans les mois, dans les années à venir à une levée de boucliers massive contre cette mesure, et au-delà contre les changements de comportements que doit favoriser la fiscalité écologique ». Ronan Dantec précisait même sa pensée : « Il nous faut gagner l’appui des territoires, car ce sont ceux qui habitent dans les zones périurbaines qui subiront le plus l’augmentation de la fiscalité, parce que condamnés à la mobilité thermique aujourd’hui. Si vous ne les aidez pas, cela ne marchera pas ! ».

« La nouvelle jacquerie qui arriverait »
Destinataire de ces avertissements, Gérald Darmanin esquissait un « petit sourire », comme rapporté par LCP, et répondait par le sarcasme : « Monsieur Dantec, je veux bien que vous parliez des nouveaux bonnets rouges et de la nouvelle jacquerie qui arriverait, mais la vérité, c’est que la majorité précédente s’est trouvée confrontée à un problème ».

Le ministre s’interrogeait même sur un point désormais d'actualité : « Les sénateurs Dantec et Husson soulèvent une vraie question : la fiscalité écologique doit-elle servir directement à la transformation écologique ou abonder le budget de l’État ? ». Or, comme révélé par le site de la chaîne parlementaire, « près de 600 millions d’euros destinés à la transition énergétique ont justement été reversés au budget général ».

---------------

Comme rien ne sert de leçon on continue...


Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs Empty
MessageSujet: Re: Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs   Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs EmptyJeu 22 Nov 2018, 16:57

Prix des carburants : Bayrou met Macron en garde
Par Auteur valeursactuelles.com / Jeudi 22 novembre 2018 à 07:06 2

Politique. Dans un entretien au “ Figaro ”, le président du MoDem alerte le Président sur la hausse des prix des carburants, prévue au 1er janvier prochain.

La mise en garde vient d'un poids lourd de la macronie : dans les colonnes du Figaro de ce jeudi 22 novembre, François Bayrou explique qu'il faut, de la part de l'exécutif, « comprendre » le mouvement des « gilets jaunes » comme « un révélateur d'une crise profonde de la société française ». « Mais la matière explosive est plus large », prévient-il, enjoignant le président à changer son fusil d'épaule.

« Peut-être n'avons-nous pas assez réfléchi... »
« De nombreux concitoyens se sentent étrangers aux débats, aux orientations, aux décisions qui sont prises en leur nom mais dont ils ont le sentiment qu'elles sont prises contre eux. Les mots même qui sont utilisés pour décrire la réalité leur sont étrangers. Nous devons entreprendre une remise en cause profonde de la manière dont nous pensons le pouvoir et dont nous l'exerçons depuis trente ans. Il ne suffira pas de dire qu'on ne change rien pour que le mouvement s'arrête », déclare encore le maire de Pau.

À « court terme », poursuit-il, la « nouvelle étape d'augmentation des taxes sur les carburants (...) mérite que nous y réfléchissions ». Il ajoute : « La trajectoire définie à partir de 2007, sous l'impulsion de Nicolas Hulot, était claire : une augmentation progressive des prix pour conduire à une baisse de la consommation des hydrocarbures. Mais peut-être n'avons-nous pas assez réfléchi au 'progressivement'. Par exemple, on pourrait reprendre l'idée d'une modulation des taxes en fonction du coût du baril du pétrole, pour que le prix à la pompe ne subisse pas de fluctuations trop pénalisantes. »

« Ne pas être en rupture avec le pays »
« Le Premier ministre défend la ligne du gouvernement dont nous sommes solidaires. Mais une démocratie, ce n'est pas que le gouvernement, c'est aussi un Parlement et des mouvements politiques qui ont la responsabilité d'ouvrir le débat. Si l'on veut que la politique réussisse, il est impératif de ne pas être en rupture avec le pays. Sinon tout se bloque », prévient encore François Bayrou.

--------------------

encore un allié de macron qui prend ses distances...

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs Empty
MessageSujet: Re: Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs   Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs EmptyVen 23 Nov 2018, 14:54

Darmanin n'est pas plus doué pour le carburant que pour la bouffe...

http://www.plateaufontenay.net/t4249-des-restaurants-a-200-euros-darmanin-comprend-les-francais

L'homme qui ne peut déjeuner à moins de 200 euros sans le vin... il n'a pas la même "cantine" que les électeurs contribuables.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs Empty
MessageSujet: Re: Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs   Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Carburants : quand Darmanin se moquait des alertes des sénateurs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Se soigner quand on allaite
» quand arrêter la sieste?
» Centralisation de la TNT , jacobinisme quand tu nous tiens !
» Quand ??? Scolaire ???
» Quand les os s'entrechoquent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: