Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120),
la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 04 Déc 2018, 06:27

Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale
Par Auteur Alexandre del Valle / Lundi 3 décembre 2018 à 10:57 10

Le Pacte “Global Compact” vise à favoriser une immigration extra-européenne massive, tant légale qu’illégale. Alexandre del Valle souligne ici les postulats tiersmondistes et anti-souverainistes qui sous-tendent ce texte.

Le « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » lancé en avril 2017 par l’Assemblée générale des Nations Unies et que les États du monde entier sont invités à ratifier avant le 11 décembre 2018, suscite depuis des semaines des débats houleux entre « immigrationnistes » et « populistes », mais pas seulement, car le Pacte, de son vrai nom « Global Compact », vise en fait à favoriser une immigration extra-européenne massive, tant légale qu’illégale (les deux étant confondues de façon perverse), que les pays d’accueils européens sont sommés d’accepter et d’organiser sous peine d’être qualifiés de « racistes » et « xénophobes ». Alexandre del Valle souligne ici les postulats tiersmondistes et anti-souverainistes qui sous-tendent le texte mais que les 193 États de l’Assemblée générale de l’ONU, à l’anti-occidentalisme revanchard, ont d’autant plus facilement adopté qu’ils ont intérêt à se débarrasser de populations excédentaires sans travail et que seuls les Etats européens en respecteront réellement les termes « non-contraignants » pour se donner bonne conscience. Sauf si les désistements en chaîne observés ces dernières semaines - Hongrie, Pologne, Slovaquie et République Tchèque en tête – et les demandes d’amendements formulés par nombre d’États occidentaux non-dupes se multiplient.

Gommer la différence entre « immigrés » et « réfugiés », étrangers et citoyens…
Plusieurs remarques préliminaires sont à faire : les Nations Unies n’ont en principe pas du tout vocation à lancer pareille initiative et il est clair que les États cosignataires africains, islamiques, asiatiques ou d’Amérique latine qui n’y ont pas intérêt ne respecteront jamais les règles morales » édictées dans ce « Pacte » et surtout les devoirs financiers que seuls les pays démocratiques occidentaux sont sommés de mettre en œuvre. D’évidence, la plupart des mesures de cet accord multilatéral sont impossibles à mettre en place dans la vaste majorité des pays membres des Nations Unies. L’effort et le coût se porteront donc sur une minorité de pays développés sur le plan juridique et social.

Entre bases de données géantes, biométrie, et dépenses nécessairement astronomiques, on comprend mal ce qui a pu mener à ce projet. Ensuite, l’aspect « non-contraignant » du dit Pacte vise en fait assez habilement à contourner les lois des États souverains et les bases mêmes de la démocratie, et n’empêchera d’ailleurs absolument pas le « Pacte » d’avoir des effets légaux ultérieurs pour les signataires. En effet rien n’empêchera les tribunaux, cours constitutionnelles et autres instances étatiques de judiciariser peu à peu les normes onusiennes comme on l’a déjà en France avec la cour constitutionnelles qui, répondant à une « question prioritaire de constitutionnalité », a donné raison à des lobbies immigrationnistes désireux de dépénaliser les migrations illégales et à accorder aux clandestins qui enfreignent les lois les mêmes droits sociaux que les citoyens qui cotisent depuis des années et paient des impôts pour y avoir droit. La « migration » organisée au niveau global est par conséquent l’outil d’une volonté manifeste de réduire toutes les personnes, citoyennes, étrangères, régulières ou irrégulières, à des entités juridiques et socio-économiques interchangeables, indifférenciées d’un point de vue civilisationnel, et à qui l’appartenance à la citoyenneté nationale ne peut en aucun cas conférer des privilèges et droits particuliers, d’où l’octroi des mêmes droits et aides économiques aux uns et aux autres.

La légitimation de l’immigration illégale par les confusions sémantiques des termes immigration/immigration/migrants/immigrés

Ces confusions mettent dans le même sac les réguliers et les illégaux, migrants économiques et réfugiés, vrais et faux demandeurs d’asile. Elles ne trompent certes pas du tout les publics avertis, mais elles introduisent d’énormes confusions dans l’esprit des masses, surtout des peuples occidentaux abreuvés de doxa « diversitaire » cosmopolitiquement correcte et de ce fait culpabilisés/diabolisés dès qu’ils osent limiter l’immigration (droit de tout État souverain) ou refusent même simplement l’immigration illégale. Celle-ci, normalement sévèrement punie par les lois, est aujourd’hui présentée comme légitime par nature puisque les frontières sont une anomalie, d’où le nom de l’ONG pro-migrante financée par Georges Soros : « No Borders ». Pour faire accepter les « droits » inaliénables de migrants qui n’en ont pourtant normalement aucun par principe et de jure face à un État souverain, l’idée est de légitimer le migrant dans son ensemble, s’il vient du « Sud » et de pays anciennement colonisés par l’Europe, en le présentant comme une « victime » a priori, un réfugié par nature, persécuté chez lui par des tyrans après avoir exploité dans le passé par les États européens d’accueil…. De ce fait, le « migrant » cesse d’être un individu responsable capable d’être honnête ou malhonnête, éligible ou pas, mais un « créditeur » par essence dont les droits seraient inversement proportionnels aux devoirs, quant à eux réservés naturellement au débiteur occidental.

Conformément à cette doxa, le Global Compact on Migration laisse entendre en toute logique idéologique que ce ne sont nullement les pays qui laissent cyniquement leurs ressortissants partir – et refusent par mauvaise foi de les reconnaître comme co-nationaux lorsqu’ils sont renvoyés – qui sont appelés à supporter le coût de leur entreprise immigrationniste, mais les seuls pays d’accueil. De même si l’Arabie Saoudite est la première destination de la migration (après les États-Unis), le pacte ne pose pas les mêmes enjeux pour la monarchie wahhabite totalitaire esclavagiste où les immigrés n’ont aucun droit par principe et sont des inférieurs, que pour les pays d’Europe égalitaristes au point de ne plus distinguer entre ami et ennemi, étranger et national, membre de sa civilisation et issu de civilisations différentes ou hostiles. De ce fait, les Saoudiens voient arriver sur leur sol soit des coreligionnaires sunnites, soit des non-musulmans qui n’auront jamais ni la nationalité saoudienne ni des droits de citoyens, alors que l’Europe est sommée d’organiser l’arrivée et de favoriser l’implantation de populations mêmes adeptes de cultures hostiles à leurs valeurs fondamentales comme l’islamisme.

La page du site des Nations Unies dédiée à ce Pacte « historique » a d’ailleurs un peu plus d’honnêteté intellectuelle que son document de 34 pages : la photo centrale est celle d’une femme voilée et de son mari, les deux faisant un signe de cœur avec leurs mains. C’est là en fait la seule (mais éclairante) allusion à la dimension « culturelle » de la « migration » en question, d’emblée affichée comme islamique, et ce clin d’œil n’est peut-être pas un détail innocent quand on sait que la majorité des 57 pays composant l’Organisation de la Coopération islamique, l’OCI, a adopté ce Pacte à l’Assemblée générale des Nations Unies.

Dissymétrie des responsabilités des pays face aux migrants : un engagement intenable
Le Global Compact on Migration, qui devait au départ engager les 193 pays membres des Nations Unies, fait fi de la disparité criante entre régions développées au niveau socio-économique et juridique et régions à la traîne, et il fait l’impasse sur la dimension culturelle de la migration, ce qui fait d’un accord prétendument « multilatéral » un programme de sur-responsabilisation des seuls pays d’Occident. D’après les Nations Unies, 258 millions de personnes vivent hors de leur pays et sont donc considérés comme « migrants », terme que le Pacte décide de mettre sur le même pied que « réfugiés », alors que ces derniers bénéficient d’un cadre légal particulier. Qu’il se déplace pour raisons économiques ou pour fuir un pays en guerre, le migrant devient une abstraction juridique, supportant des droits – et des obligations paraît-il, dont le Pacte se garde bien de donner les contours – où qu’il soit, à quelque étape de son parcours migratoire qu’il se trouve.

Or ces droits, pour s’exercer, doivent faire l’objet d’une protection qui incombe au pays dans lequel le migrant se trouve. Ainsi le Pacte prévoit que soit fournie au migrant une information précise sur ses moyens de réclamation et de compensation en justice si ses droits étaient bafoués (qu’il ait un statut ou non), accompagné d’un accès facilité à une assistance juridique (publique ou « abordable » financièrement). On n’imagine pas que ce soit en Arabie Saoudite, au Soudan ou au Bangladesh que cet accès à la justice va être le mieux mis en place, au contraire des pays d’Occident justiciables par ailleurs de la Cour européenne de Justice.

Les coûts que cela implique reviendront donc toujours majoritairement aux pays hôtes (de transit ou de destination), sans que le Pacte ne se soucie de savoir comment une justice financée par l’impôt des nationaux pourra absorber indéfiniment ces procédures en « extra ». Un migrant nouvellement arrivé sur le sol français pourrait ainsi se prévaloir du droit français et international pour mettre l’État au pas quant au respect de ses droits. Le migrant en situation illégale serait également protégé, le Pacte précisant que l’illégalité ne doit pas être un « prétexte » à fragiliser l’individu davantage. De même s’agissant d’accès aux services « de base » (c’est-à-dire notamment soins de santé et sécurité sociale), qu’il s’agit d’accélérer et de faciliter, ce sont encore les pays d’Europe surtaxés qui financent – à perte – des systèmes de ce type.

Faciliter l’immigration de masse et le shopping migratoire
Outre la mise en place de « campagnes d’information », de sites internet et de procédures d’information avant le départ et dès l’arrivée du « migrant », les États d’accueil doivent fournir à ce dernier des renseignements détaillés sur les formalités à remplir, les conditions de vie et les outils juridiques en vigueur et bien sûr garantir l’accès aux soins de santé, la justice et au marché du travail, mesures déjà en vigueur en France d’ailleurs, où la seule aide aux migrants irréguliers « mineurs non-accompagnés » (souvent faux mineurs d’ailleurs), coûte déjà deux milliards par an. D’évidence, le Pacte est bel et bien un projet de facilitation massive de la « migration », ou plutôt de « l’immigration », régulière comme irrégulière. Les « campagnes plurilingues » qui « doivent » donner l’état des conditions de vie dans chaque pays d’accueil potentiel sont par ailleurs la porte ouverte au shopping migratoire. De même, les procédures de « réunification familiale » – un « droit » du migrant et qui faciliterait son inclusion dans sa société d’accueil ! – doivent selon les rédacteurs du Pacte être simplifiées et accélérées.

A nouveau, le Pacte ne parle du « migrant » que comme entité générique dépourvue de culture, d’identité voire d’origines, comme bénéficiaire de principe de « droits » qu’il revient au pays hôte de « protéger ». Entre un nigérian, qui peut avoir en moyenne 6 enfants et dont la culture familiale induit des liens très forts sur plusieurs générations, et le suisse (moins de deux enfant par femme), le Pacte ne fait pas de différence. Quoique très précis sur les mesures concrètes à prendre vis-à-vis du migrant, le document est d’une abstraction confondante sur le comment du financement, l’impact sur les pays concernés, ou tout simplement les circonstances de telles mesures.

Lorsqu’il s’agit de faire « participer » le secteur privé et les employeurs à l’inclusion des migrants – notamment en permettant la formation « sur le terrain », des cours de langue ciblant l’occupation professionnelle, la reconnaissance de compétences obtenues autrement que par le diplôme – les Nations Unies semblent avoir balayé d’un revers de main la situation économique et la réalité du marché du travail de la vaste majorité de ses membres. La France compte en effet 5 649 600 demandeurs d’emploi, l’Espagne plus de dix millions. Les prérequis incombant aux jeunes européens sont de plus en plus exigeants, notamment en termes de compétences en langues étrangères (rappelons qu’à Bruxelles il est fréquent que le candidat doive connaître trois langues), pourtant, le Pacte demande que la « maîtrise de la langue » serait revue à la baisse afin de magiquement « faciliter l’emploi des migrants »...

Appel à la censure et « rééducation » de l’Occidental rempli de préjugés anti-immigration
Le Global Compact est un « tout pour l’autre » vertigineux, où les mesures éminemment concrètes à l’égard des migrants forment un contraste saisissant avec la simple « considération » accordée aux inquiétudes « légitimes » des États et communautés d’accueil. Le citoyen sera donc heureux de savoir que les Nations Unies ont constaté son « désarroi », mais le Pacte lui rappelle benoîtement que la migration est avant tout un « avantage » et, au pire, un « défi ». C’est d’ailleurs en ces termes que le Pacte déclare que l’accès à une information « objective, factuelle et claire sur les avantages et les défis de la migration » doit être fourni à tous, afin de « dissiper les discours qui génèrent une perception négative des migrants ». L’objectif n°16 du Pacte global est de « donner les moyens aux migrants et sociétés de réaliser une inclusion et cohésion sociale complètes », et c’est à ce titre qu’il s’agit de promouvoir le reportage éthique sur le sujet des migrants. Passant sans vergogne du devoir d’objectivité à la nécessité de dissiper le négatif, le Pacte enjoint les signataires à mettre en lumière les « contributions positives » des migrants.

L’active participation des médias est requise dans cette vaste entreprise de positivisme forcené, notamment en formant et sensibilisant les professionnels des médias aux problématiques et à la terminologie liées à la migration. Ceux qui feraient montre d’intolérance, de xénophobie, de racisme et toute autre forme de discrimination à l’égard des migrants verraient leurs subsides se tarir. La même vigilance serait de mise en période électorale, ce qui laisse à penser que le Pacte Global vise à interdire l’immigration comme sujet politique ! Autorités publiques et médias seraient ainsi soumis à des mécanismes spécifiquement mis en place pour protéger le migrant – ce qui laisse à penser que pour les Nations Unies, les nationaux d’un pays sont nécessairement hostiles aux nouveaux venus, et que la culture nationale ne vaut pas la peine, elle, d’être protégée, promue, ou « mise en lumière ». Avec des activités culturelles (sport, musique, les arts, festivals culinaires, volontariat et autres événements sociaux), le Pacte entend faciliter (décidément le mot-clé de cet accord) la compréhension et l’appréciation mutuelles des cultures migrantes et celles des communautés de destination.

Tout comme en France la protection des minorités évacue l’antisémitisme musulman (ciblant pourtant une « minorité »), l’élan humaniste et gestionnaire du Pacte Global se préoccupe du migrant dont les droits doivent être protégés des assauts que lui porterait nécessairement la communauté d’accueil. La culture du migrant doit d’ailleurs être « incluse », « acceptée », « appréciée », « mise en lumière », par les autochtones, dont la culture d’accueil est censée tout absorber, en s’adaptant au besoin jusqu’à la distorsion à « l’Autre » appelé à être considéré comme le « Même ». C’est jusque dans les soins de santé que le Pacte entend faire subir cette adaptation culturelle et économique : il s’agit en effet « d’incorporer les besoins de santé des migrants aux politiques de soins de santé nationale et locales » et ce, notamment, en réduisant les barrières de communication...y compris culturelles, en sensibilisant les fournisseurs de soins de santé aux cultures diverses. La disruption générée dans les hôpitaux occidentaux, où médecins masculins ne peuvent ausculter nombre de patientes musulmanes sans un tiers mâle présent par exemple, ne serait dans cette optique à sens unique que le fruit d’un manque d’acceptation par la culture arrivante de la culture d’accueil, et ce problème est évacué au profit d’un discours d’intégration où c’est la communauté d’accueil qui doit absolument « intégrer ».

Le Pacte désavoué par de plus en plus de pays d’Europe
Pologne, Hongrie, Slovaquie et République Tchèque ont tous fait savoir qu’ils ne signeraient pas l’accord, une décision peu surprenante de la part du Groupe de Visegrad, dont les positions assez dures sur l’immigration sont connues (et commentées) depuis longtemps. La Croatie et la Bulgarie ont également signalé leur refus en novembre, et l’Estonie n’a confirmé son soutien qu’après un débat échauffé au gouvernement. Fin novembre ce sont encore l’Australie et Israël qui quittaient la table et fin octobre l’Autriche après s’être montrée réticente au pacte, actait son refus de signer.

L’Italie a déclaré qu’elle ne se rendrait pas à Marrakech et souhaitait laisser le temps à son Parlement de prendre une décision informée, un report de décision partagé également par la Suisse. Au total, ce sont donc 10 non-signataires et 2 pays qui souhaitent reporter la signature (Suisse et Italie), et il y a fort à parier que le gouvernement populiste italien de M. Conte ne signera pas. Ce n’est pas un hasard si ce sont majoritairement des pays occidentaux qui désavouent ce Pacte Global qui devait au départ rallier les 193 membres des Nations Unies. Prétendant d’abord être un accord « multilatéral », les objectifs et mesures envisagées pour les atteindre prennent place dans des contextes très différents d’une région à l’autre et n’engageront tout simplement pas les mêmes responsabilités pour les pays membres. Il est évident que les pays d’Afrique (une cinquantaine aux Nations Unies), les pays d’Asie-Pacifique (également une cinquantaine), ceux d’Amérique Latine-Caraïbes (33) ne font pas face aux mêmes difficultés que les 22 pays occidentaux (y compris Canada et États-Unis). Ce sont donc à nouveau les pays les plus avancés en matière de droits et de libertés qui se verront le plus tenus et le paradoxe de sociétés développées qui voient se retourner contre elles les outils qu’elles ont développés, à l’image des droits de l’homme dévoyés pour museler l’esprit voltairien français, est poussé à son paroxysme.

La Représentante pour la Migration Internationale aux Nations Unies, Louise Arbour, déclarait le 27 novembre que les désistements en chaîne de ces derniers mois donnaient une piètre image des pays en question, soulignant les « avantages économiques » que la migration est capable de produire si elle est bien gérée. En réalité il n’est aucun chiffre disponible à ce jour qui permette d’affirmer l’avantage concret de l’immigration, qui prennent en compte les accommodements, les délibérations, les dérogations, les procédures judiciaires, qui accompagnent « l’intégration » de nouveaux venus dans un pays donné. En janvier 2016, le Fond Monétaire International publiait un rapport sur les « défis économiques » posés par la vague migratoire, rapport largement relayé comme « très positif » par les médias. L’apport économique (notamment en contribuant par les taxes) des migrants dépendait massivement de leur entrée sur le marché du travail, entrée que le rapport estimait entre deux et cinq ans après leur arrivée, si on voulait bien ajuster les attentes en termes de langue et de compétences notamment. En réalité, les aspects « positifs » étaient enrobés de « pourrait » précautionneux et conditionnés à des circonstances structurellement difficiles à mettre en place.

Pacte « non-contraignant », ou comment contourner le débat public et parlementaire : une tendance des relations internationales en pleine croissance

L’argument a été donné de si nombreuses fois pour invalider les objections au Pacte Global qu’il faut préciser ce qu’il a de faux en plus de malhonnête. Bien entendu s’il n’y a aucune conséquence à signer pareil accord on peut retourner la question et demander « ce que ça peut bien leur faire » de ne pas signer. En réalité les accords dits non-contraignants sont un outil tout à fait courant des relations internationales et ne tombent pas nécessairement hors du droit international. Nombre de chercheurs en droit se sont penchés sur la prolifération de ces accords internationaux notamment en ce qu’ils questionnent la loi en tant que telle.

Le Global Compact, en se disant non-contraignant, permet aux gouvernements de faire l’économie d’une bureaucratie lente et coûteuse, certes, mais aussi du débat parlementaire interne et de contourner ainsi un processus de décision démocratique. Or cet argument de la « non-contrainte » du pacte occulte plusieurs aspects, dont celui du « politiquement contraignant » et du poids symbolique de tels accords. Ainsi certains avis ou décisions du Parlement européen, purement « consultatifs » et sans effet juridique, se voient tout de même entérinés par la Commission en raison de leur haute valeur symbolique et politique difficiles à ignorer sans risque. D’autre part, un accord international tel que celui des Nations Unies, même non-contraignant, peut renforcer la densité de traités parfaitement contraignants, en ramollir d’autres, et être tout à fait pris en compte par la justice elle-même en tant qu’il compte comme preuve d’une pratique internationale et de droit coutumier.

Il n’est pas rare d’avoir recours à ce type d’accord pour sa malléabilité, sa facilité de mise en œuvre, que ce soit dans les domaines militaire, environnemental ou des droits de l’homme. Prétendre que ces accords seraient sans effet est un mensonge et une grave erreur, ne serait-ce que dans l’appel d’air qu’il provoque, informant les migrants du monde entier de leur droit souverain devant les nations. Et à tout le moins, le Global Compact on Migration est la manifestation d’un nouvel ordre transfrontières reposant sur le fichage des citoyens quels qu’ils soient, et l’effacement de certaines cultures au profit d’autres mieux protégées ou pourvues de moyens disproportionnés pour s’implanter.  

--------------------

alors que l'Europe se débat avec ses "migrants" le moment est bien choisi pour lancer une telle initiative.

Le "machin" dans ses oeuvres et dans toute sa splendeur... à quelques mois des élections européennes c'est une merveilleuse initiative.

Nul doute que le freluquet va se précipiter pour signer ce pacte... il faut donner l'exemple !

Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 04 Déc 2018, 19:07

Des choses très intéressantes sur ce fil :

https://forum-politique.org/viewtopic.php?f=9&t=151161
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mer 05 Déc 2018, 11:58

Signer le Pacte Mondial sur les migrations est une mauvaise idée

Dans un contexte de fortes tensions liées aux « Gilets jaunes » se profile un autre scandale en perspective, qui risque incontestablement d’ajouter de la violence au désordre actuel : la possible signature par la France, les 10 et 11 décembre prochains, du Pacte Mondial sur les migrations.

Ce Pacte, proposé sous l’égide de l’ONU, a pour objectif d’instaurer un véritable « droit à la migration », avec comme corollaire l’ouverture aux migrants de la possibilité de bénéficier de toutes les prestations sociales des pays d’accueil.

Ce texte est certes non contraignant juridiquement, mais enverrait, en cas de ratification par notre pays, un mauvais signal à toute une partie des Français qui, souffrant à la fois de l’insécurité culturelle et de la fiscalité écrasante, ont l’impression que la classe dirigeante préfère s’occuper des intérêts des migrants que des leurs.

Mettre en place des conditions d’accueil dignes est évidemment une nécessité, qui n’exclut pas la fermeté à l’encontre de l’immigration économique illégale, mais la France, pays d’asile et de droits de l’homme, a déjà prouvé qu’elle avait en la matière un droit national développé et respectable. S’il faut sans doute l’améliorer, cela ne doit pas passer par un pacte onusien mais par un débat interne et le vote du peuple.

De nombreux Etats ont déclaré qu’ils ne signeraient pas ce Pacte, dont les Etats-Unis, l’Autriche, l’Australie ou encore Israël. La France, par la voix de son Président Emmanuel Macron, semble s’orienter vers le choix inverse. Tandis que les « Gilets jaunes » continuent de paralyser le pays, que la fronde face aux taxes et impôts semble plus forte que jamais et que toute une partie des Français rejettent désormais syndicats et partis politiques perçus comme inefficaces et corrompus, il serait peu responsable de venir ajouter au chaos ambiant un nouvel axe d’inquiétude.

Les classes moyennes, délaissées, poussent en ce moment un cri de désespoir et d’alerte en demandant au gouvernement qu’il s’occupe concrètement des intérêts de son peuple.

Après l’idée hallucinante de remplacer le siège de la France au Conseil de sécurité de l’ONU par un siège « européen », il serait de mauvais goût de participer à un projet qui donne l’impression de diminuer la souveraineté de notre pays en matière de politique migratoire (même si à la lecture du texte en question, il apparait que les choses sont plus nuancées sur ce point que certains peuvent le laisser entendre).

Evitons donc de jouer une énième fois à un jeu que personne ne contrôle : Emmanuel Macron ne doit pas associer la France à ce Pacte, mais se concentrer sur la réponse à apporter à une population sur le point d’entrer en insurrection.

Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 562
Date d'inscription : 22/12/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mer 05 Déc 2018, 18:59

On a vraiment le sentiment que Macron fait tout ce qu'il peut pour que cela explose.
Attali avait dit qu'il connaissait "la futur présidente de la république", suivez mon regard, bonjour Marion Maréchal.
Lorsque ce sera bien le bordel, Marion sortira du néant tel la nouvelle Jeanne d'Arc.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Jeu 06 Déc 2018, 08:35

Chez les Gilets jaunes, la question de l’immigration surgit après celle de l’impôt
Ivanne Trippenbach Ludovic Vigogne 06 décembre 2018 à 06h00

Si le mouvement est né du ras-le-bol fiscal et de la crise démocratique, un arrière-fond identitaire transparaît de plus en plus sur les réseaux sociaux. Il se fixe désormais sur le « pacte de Marrakech » relatif aux migrations, qu’Emmanuel Macron doit valider lundi prochain

Chez les Gilets jaunes, la question de l’immigration surgit après celle de l’impôt

Emmanuel Macron devrait ratifier lundi prochain le « pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières » des Nations Unies, lors d’une conférence à Marrakech (Maroc). Sans portée contraignante, ce texte d’une quarantaine de pages ambitionne de renforcer la coopération internationale autour des migrations. Il suscite controverses et crispations dans plusieurs pays européens. Et, désormais, chez une partie des Gilets jaunes.

Avant les Gilets jaunes, tous les partis s’y préparaient : pour les élections européennes du 26 mai, premier scrutin du quinquennat, le débat serait d’abord identitaire. Les Républicains avaient arrêté l’axe de leur campagne : « Stop aux migrants ! » Dès avril, Laurent Wauquiez promettait un référendum sur l’immigration. Le Rassemblement national, en parallèle, mettait plein cap sur la question identitaire. « C’est ce débat qui va tout emporter : va-t-on rester nous-mêmes ? » résumait l’un des proches de Marine Le Pen. Depuis huit mois, sa croisade contre la « submersion migratoire » et la « disparition de la nation » monte en puissance.

Même Emmanuel Macron avait amendé son discours. « Ceux qui croyaient à l’avènement d’un peuple mondialisé se sont profondément trompés. Partout dans le monde, l’identité profonde des peuples est revenue. Et c’est au fond une bonne chose », déclarait-il à la fin d’août, à l’occasion de son discours annuel devant les ambassadeurs. En novembre, il abandonnait son clivage entre progressistes et nationalistes au profit de « la souveraineté ».

Et puis la crise des Gilets jaunes est arrivée. Avec elle, les thématiques sociales ont repris le dessus. Pouvoir d’achat, ras-le-bol fiscal, hausse du Smic,

------------------

Pas grave on a voté l'interdiction de la fessée...

En France on sait organiser la priorité des urgences !
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Jeu 06 Déc 2018, 12:30

Un article très juste :

« Le Pacte de l'ONU sur les migrants va encourager l'immigration au lieu de l'encadrer »
http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/11/21/31001-20181121ARTFIG00303--le-pacte-de-l-onu-sur-les-migrants-va-encourager-l-immigration-au-lieu-de-l-encadrer.php
Revenir en haut Aller en bas
Robin

Robin

Messages : 1346
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Jeu 06 Déc 2018, 19:05

C'est bien là tout le problème. L'islamisation rampante est en chemin !
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 562
Date d'inscription : 22/12/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Jeu 06 Déc 2018, 20:13

Macron n'a aucun mandat de Français pour signer ce traité.
Il va bien falloir arrêter Macron qui va finir par mettre à feu et à sang notre pays.
Demandez le lancement de la procédure de destitution du président de la République à votre député et votre sénateur.
https://www.upr.fr/actualite/france/proposition-de-resolution-pour-louverture-de-la-procedure-de-destitution-du-president-de-la-republique-en-application-de-larticle-68-de-la-constitution/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Ven 07 Déc 2018, 18:55

Soyez tous rassurés la France va signer ce pacte... qui avec l'aide de quelques magistrats deviendra obligatoire...
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 562
Date d'inscription : 22/12/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Sam 08 Déc 2018, 12:01

Suivons l'exemple d'Israël !
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Sam 08 Déc 2018, 12:40

Négocié et publié en toute discrétion, le "pacte migratoire" sera signé lors d'une rencontre entre dirigeants, sans qu'aucun débat n'ait eu lieu à l'Assemblée, ni que les Français aient précisément été informés par leurs gouvernants de son contenu.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Sam 08 Déc 2018, 13:30

Il est compréhensible que macron pour une fois soit en France... peut être y a t il une raison ?

Rassurez vous s'il n'est pas au Maroc pour signer le pacte maintenant il fera le nécessaire sous peu. Je crois qu'il a envoyé un factotum sur place.

On ne va pas laisser passer une occasion de recevoir quelques dizaines de milliers de migrants chez nous... des fois que nous soyons en mamque.
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Sam 08 Déc 2018, 17:29

tonton christobal a écrit:
Soyez tous rassurés la France va signer ce pacte... qui avec l'aide de quelques magistrats deviendra obligatoire...

On peut compter sur les association pro-immigration pour, à grâce à ce pacte , faire pression sur l 'opinion et sur les juges.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Dim 09 Déc 2018, 06:25

On nous vend ou plutôt les immigrationnistes nous vendent : "le pacte ne change rien"
Question : pour quoi le machin (l'onu)  nous pond un pacte qui ne change rien ?
Bonne question à laquelle on n'a pas de réponse.

Affirmation suivante :
"Le pacte n'a pas de caractère obligatoire"
Question : un pacte que l'on est pas tenu de respecter est il cohérent ? Voire utile.
Non sauf si on prépare des manoeuvres afin d'en modifier le champ d'application.

On activera les associations, on se lancera dans des actions juridiques et pour achever le travail l'Europe rendra le pacte incontournable, la messe sera dite !

Rappel :
Le pacs est fait pour les couples homos afin de réserver la mariage aux hétéros
On fait le mariage homo mais pas la pma ou la gpa
On contourne la loi française grace à l'Europe et à la bienveillante complicite de taubira
Dernier round en cours...

Magnifique exemple du jeu de " l'enculette" pratiqué à grande échelle qui ne trompe que les imbéciles ou les naïfs et va satisfaire les complices de l'escroquerie.

Ce genre de "pacte" a déja été utilisé dans d'autres affaires dont la dernière en date est récente... on condamne médiatiquement en utilisant ce type de règle et du médiatique au juridique on fait le forcing... avec le temps ça passe d'autant mieux que l'on sort l'argument stupide mais que l'on présente comme incontournable le fameux " ça se fait ailleurs"
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Dim 09 Déc 2018, 12:09

De nos jours toute pensée dissidente se trouve immédiatement classée , par la majorité des médias  et les intellectuels organiques , dans une catégorie avec un nom discriminant en "isme " ou "iste" ou "phobe"
Cela fait partie de la novlangue.
il en va ainsi de "complotiste", destiné à disqualifier à l 'avance toute personne voulant montrer qu 'il existe une coalition de l 'oligarchie internationale pour faire disparaître les nations , en particulier en affaiblissant l' unité à l 'intérieur des nations.
Le pacte de Marrakech va participer à ce processus.


Dernière édition par joseph1 le Lun 10 Déc 2018, 04:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 562
Date d'inscription : 22/12/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Dim 09 Déc 2018, 13:03

Les nations sont un frein à la "fluidité des affaires".
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14005
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Dim 09 Déc 2018, 19:37

Citation :
Le gouvernement belge éclate sur le pacte des migrations
Julien Balboni, notre correspondant à Bruxelles (Belgique)| 09 décembre 2018

En Belgique, on l’a appelée la « coalition kamikaze ». Formée par le parti libéral francophone et trois partis flamands, dont la puissante, indépendantiste et droitière N-VA (Nieuw-Vlaamse Alliantie ou Nouvelle Alliance flamande), elle a tenu le pays durant quatre années et survécu à la vague d’attentats terroristes. Mais, samedi soir, la majorité au pouvoir a volé en éclat, avec le départ de cinq ministres N-VA, qui tenaient des matières importantes telles que la Défense, l’Intérieur, l’Immigration ou les Finances. Ils seront remplacés par des actuels membres du gouvernement qui cumuleront leur nouveau poste avec leurs anciennes fonctions.

Le nouveau gouvernement, formé samedi par les trois partis restants, est minoritaire et ne pourra certainement plus prendre de décisions clivantes. Le Premier ministre Charles Michel, libéral francophone et proche d’Emmanuel Macron, reste à la tête d’une majorité brinquebalante. Tous les partis belges sont maintenant tournés vers les élections législatives prévues en mai 2019.

La raison de la crise politique est à trouver du côté du pacte de l’ONU sur les migrations, un texte qui doit être approuvé ce lundi et mardi lors d’une conférence internationale à Marrakech (Maroc) puis ratifié à New York (Etats-Unis) le 19 décembre. Ce pacte, non contraignant, recense 23 objectifs pour des « migrations sûres, ordonnées et régulières ».

Des pays comme les Etats-Unis, l’Australie, l’Italie ou la Suisse ont refusé de le signer. Il a également fait l’objet d’un tir de barrage du Mouvement pour l’Europe des nations et des libertés, l’alliance des partis de droite radicale et extrême, qui y voit, selon les termes de Marine Le Pen, un « pacte avec le diable ». En France, ce texte a infusé parmi la frange droitière des Gilets jaunes, qui y voit une « invasion organisée de la France », selon certaines pages Facebook.

En Belgique, la chute de la majorité au pouvoir est à rapprocher des élections législatives prévues en mai. En durcissant sa position, le tout-puissant patron du parti indépendantiste, Bart De Wever voit un moyen de contenir la montée des extrémistes flamands du Vlaams Belang, auteurs d’une percée aux dernières élections locales. « Nous ne sommes pas contre les migrants ou la migration, mais contre le chaos migratoire européen », a-t-il répété, samedi soir, dans une conférence de presse. « Il y a peut-être un large appui au Parlement, mais nous ne croyons pas qu’il existe un tel appui au sein de la population. » Bart De Wever a aussi annoncé que son parti soutiendra les mesures socio-économiques du gouvernement.

Pendant ce temps, le Premier ministre Charles Michel, régulièrement forcé de manger son chapeau durant les quatre dernières années face aux sorties musclées des ministres N-VA, voit un moyen de raffermir son image de chef dans son électorat. De quoi espérer rester au pouvoir après les élections de mai, au grand plaisir de son voisin et allié Emmanuel Macron.
http://www.leparisien.fr/international/le-gouvernement-belge-eclate-sur-le-pacte-des-migrations-09-12-2018-7964187.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14005
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Dim 09 Déc 2018, 20:53

Au delà des commentaires sur le "Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières" il est intéressant de regarder les 23 objectifs que fixe celui-ci....

Pour le coup ces objectifs ne sont pas si négatifs que l'on veut nous le faire croire pour les pays qui aujourd'hui assurent l'accueil des migrants....

Je ne citerais que l'objectif 2 que je soutiens totalement:

"Lutter  contre  les  facteurs  négatifs  et  les  problèmes  structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d’origine"

Citation :
Objectifs pour des migrations sûres, ordonnées et régulières

1. Collecter et utiliser des données précises et ventilées qui serviront à l’élaboration de politiques fondées sur la connaissance des faits
2. Lutter  contre  les  facteurs  négatifs  et  les  problèmes  structurels qui poussent des personnes à quitter leur pays d’origine
3. Fournir dans les meilleurs délais des informations exactes à toutes les étapes de la migration
4. Munir tous les migrants d’une preuve d’identité légale et de papiers adéquats
5. Faire  en  sorte  que  les  filières  de  migration  régulière  soient accessibles et plus souples
6. Favoriser des pratiques de recrutement justes et éthiques et assurer les conditions d’un travail décent
7. S’attaquer  aux  facteurs  de  vulnérabilité  liés  aux  migrations et les réduire
8. Sauver  des  vies  et  mettre  en  place une  action  internationale coordonnée pour retrouver les migrants disparus
9. Renforcer l’action transnationale face au trafic de migrants
10. Prévenir, combattre et éliminer la traite de personnes dans le cadre des migrations internationales
11. Gérer les frontières de manière intégrée, sûre et coordonnée
12. Veiller  à  l’invariabilité  et  à  la  prévisibilité  des  procédures migratoires  pour  assurer  des  contrôles,  des  évaluations et une orientation appropriés
13. Ne recourir au placement en rétention administrative des migrants qu’en dernier ressort et chercher des solutions de rechange
14. Renforcer la protection, l’assistance et la coopération consulaires tout au long du cycle migratoire
15. Assurer l’accès des migrants aux services de base
16. Donner  aux  migrants  et  aux  sociétés  des  moyens  en  faveur de la pleine intégration et de la cohésion sociale
17. Éliminer toutes les formes de discrimination et encourager un débat public fondé sur l’analyse des faits afin de faire évoluer la manière dont les migrations sont perçues
18. Investir  dans  le  perfectionnement  des  compétences  et  faciliter la reconnaissance  mutuelle  des  aptitudes,  qualifications  et compétences
19. Créer  les  conditions  permettant  aux  migrants  et  aux  diasporas de contribuer pleinement au développement durable dans tous les pays
20. Rendre les envois de fonds plus rapides, plus sûrs et moins coûteux et favoriser l’inclusion financière des migrants
21. Coopérer en vue de faciliter le retour et la réadmission des migrants en toute sécurité et dignité, ainsi que leur réintégration durable
22. Mettre en place des mécanismes de portabilité des droits de sécurité sociale et des avantages acquis
23. Renforcer la coopération internationale et les partenariats mondiaux pour des migrations sûres, ordonnées et régulières
http://undocs.org/fr/A/CONF.231/3
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Dim 09 Déc 2018, 23:01

On peut soutenir le principe N°2, ça n'engage à rien et c'est de l'humanisme.
L'important c'est de mettre en place concrètement ce qu'il prévoit...

et là curieusement les brillants théoriciens sont muets. On en reste prudemment au principe que l'on répète comme un perroquet, on réunionne, on fait des colloques, on pond des résolutions et les "migrants" déferlent toujours dans les mêmes endroits.

Pondre une théorie que l'on est infoutu de mettre en pratique... on voit où ça conduit.

NB personne ne met en cause les pays musulmans riches qui refusent de recevoir leurs frères... les machins internationaux préfèrent culpabiliser les pays démocratiques.

En signant sans aucune consultation des chambres ce protocole le président français montre une fois de plus sa conception de la démocratie... il est vrai en l'espèce qu'il se conduit comme obama  ce qui permettra à son successeur s'il en a le courage d'annuler la mesure.


Dernière édition par tonton christobal le Lun 10 Déc 2018, 06:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Lun 10 Déc 2018, 06:29

Le pacte étant signé vous ne pourrez plus lire ce genre d'article car il sera interdit de l'écrire... et encore plus de le publier sous peine de sanction.

https://www.valeursactuelles.com/politique/pacte-de-marrakech-macron-sapprete-trahir-les-francais-et-destabiliser-un-peu-plus-notre-pays-101524

Vous pourrez dire merci à macron et au "machin" c'est beau la liberté on l'apprécie mieux lorsque l'on en est privé.
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Lun 10 Déc 2018, 10:09

La force du pacte : il servira de référence, de cadre, qui pour n’être pas « contraignant » n’en exercera pas moins une magistrature d’influence, une caution éthique.
Non contraignant ce Pacte va devenir une référence puis une norme et ensuite en découleront des Obligations.
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Lun 10 Déc 2018, 16:12

tonton christobal a écrit:
Le pacte étant signé vous ne pourrez plus lire ce genre d'article car il sera interdit de l'écrire... et encore plus de le publier sous peine de sanction.

https://www.valeursactuelles.com/politique/pacte-de-marrakech-macron-sapprete-trahir-les-francais-et-destabiliser-un-peu-plus-notre-pays-101524

Vous pourrez dire merci à macron et au "machin" c'est beau la liberté on l'apprécie mieux lorsque l'on en est privé.

En effet , extrait de la page 30 du pacte :

"
c)
Promouvoir  une  information  indépendante,  objective  et  de  qualité,  y compris sur Internet, notamment en sensibilisant les professionnels des médias aux questions  de  migration  et à  la  terminologie  afférente,  en  instituant  des  normes déontologiques pour le journalisme et la publicité et en cessant d ' allouer des fonds publics ou d ' apporter un soutien matériel aux médias qui propagent systématiquement l’ intolérance, la xénophobie, le racisme et les autres formes de discrimination envers les migrants, dans le plein respect de la liberté de la presse

"

Référence : le pacte   http://www.undocs.org/fr/A/CONF.231/3
( on peut le lire en diagonale à partir de la page 10 , cela suffit à comprendre de quoi il retourne )
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Lun 10 Déc 2018, 18:46

Le pacte a valeur juridique . Exemple de l 'affaire Baby-Loup :


La jurisprudence sur le port du voile en France pourrait évoluer

La Cour de cassation va tenir compte de l’analyse du Comité des droits de l’homme de l’ONU sur l’affaire de la crèche Baby-Loup dont une employée voilée avait été licenciée.

la suite : https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/09/08/la-jurisprudence-sur-le-port-du-voile-en-france-pourrait-evoluer_5352112_3224.html

Ce sera la même chose pour le pacte de Marrakech

Cet accord deviendra contraignant le jour où un migrant introduit une plainte en justice : le pays signataire devra s'exécuter sinon il sera
accusé de parjure.


Des détails sur l ' affaire baby-loup :
Si le Comité des droits de l’homme de l'ONU n’est pas une instance juridictionnelle et si ses décisions ne s’imposent donc pas en droit, voici la réaction du 1er président de la Cour de Cassation B. Louvel suite au désaccord du comité des droits de l'homme (ONU) sur la décison de la justice "Baby Loup" :
«... a constaté que notre assemblée plénière elle-même avait méconnu des droits fondamentaux reconnus par le Pacte international des droits civils et politiques dans l’affaire connue sous le nom de Baby Loup ». .. Même si cette constatation n’a pas, en droit, de force contraignante, l’autorité qui s’y attache de fait constitue un facteur nouveau de déstabilisation de la jurisprudence qui vient perturber, aux yeux des juges du fond, le rôle unificateur de notre Cour, qui plus est au niveau le plus élevé de son assemblée plénière. »

Historique :
N’ayant pas exercé de recours auprès de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), les avocats Claire Waquet et Michel Henry de l’ancienne salariée ont saisi le Comité des droits de l’homme (CDH) de l’Organisation des Nations unies auprès duquel ils ont déposé une requête le 18 juin 2015. Le 10 août 2018, le CDH rend un avis — non contraignant — estimant que le licenciement de Fatima Afif constituait « une discrimination en raison des convictions religieuses ». Le comité estime les décisions de la justice française en contradiction avec les articles 18 et 26 du pacte international relatif aux droits civils et politiques. Il explique que « la restriction établie par le règlement intérieur de la crèche et sa mise en œuvre constituent une restriction portant atteinte à la liberté de religion de l’auteure en violation de l’article 18 du pacte  ». Le motif du licenciement, pour «  faute grave  », est également critiqué, car empêchant toute indemnité de licenciement (la plaignante réclame 100 000 euros) et étant décrit comme «  particulièrement stigmatisant ». Le groupe d’experts conclut que ce licenciement et l’obligation de « neutralité » du personnel constituent une «  discrimination inter-sectionnaire basée sur le genre et la religion  ».
"


Dernière édition par joseph1 le Mer 19 Déc 2018, 12:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 11 Déc 2018, 16:26

Le pacte de Marrakech n’est pas du tout contraignant, la preuve est que  l’expression : « Nous nous engageons… » apparaît très souvent, de même les verbes à l 'infinitif : faire ceci, cela, ou équivalent .
Mais il n’est pas contraignant. On nous prend pour des cons.
Le pacte:
http://www.undocs.org/fr/A/CONF.231/3

Il est  mensonger de prétendre que ce traité ne serait qu’une série d’engagements juridiquement non-contraignants ! En effet, les juridictions européennes et françaises utiliseront ce traité pour arbitrer leurs décisions en faveur des politiques immigrationnistes en faisant prévaloir le droit international sur le droit français.

Le gouvernement doit donc cesser de prendre les Français pour des imbéciles ! Pourquoi l’ONU, l’ensemble des gouvernements mondialistes et des lobbys pro-immigration travailleraient depuis près de trois ans sur un Pacte Mondial qui n’aurait aucune finalité concrète ? Cela n’a évidemment aucun sens.
Le pacte de Marrakech : quand L' humanisme se transforme en  un nouveau totalitarisme.


L’expression « non-contraignant » signifie que les États signataires n’auront pas à réformer leur législation. Mais il sera possible à des plaignants de faire valoir la supériorité d’un texte international sur le droit national et ainsi de contraindre à l’application du Pacte.
source : http://www.voltairenet.org/article204298.html

Le pacte de l'ONU sur les droits civils et politiques, signé par la France en 1980, était lui aussi non contraignant.
Il a néanmoins servi d'argument au comité des droits de l'homme de l'ONU, le 10 août 2018, pour condamner la décision judiciaire française avalisant le licenciement d'une salariée voilée de la crèche Baby Loup. Du coup, le 3 septembre, le premier président de la Cour de cassation s'est publiquement demandé si la jurisprudence ne pourrait pas évoluer. Le pacte de Marrakech, qui ne fait pas de différence entre l'immigré légal et le clandestin, rend possible les arguments visant à ouvrir les pays signataires à qui veut


Le pacte de Marrakech est contraignant, la preuve est que l’expression : « Nous nous engageons… » apparaît très souvent, de même les verbes à l 'infinitif : faire ceci, cela, ou équivalent .


Le pacte:

http://www.undocs.org/fr/A/CONF.231/3


Il est mensonger de prétendre que ce pacte ne serait qu’une série d’engagements juridiquement non-contraignants . En effet, les juridictions européennes et françaises utiliseront ce pacte pour arbitrer leurs décisions en faveur des politiques immigrationnistes en faisant prévaloir le droit international sur le droit français.


Si l’ONU, une majorité de gouvernement, les lobbys pro-immigration ont travaillé depuis près de trois ans sur un Pacte Mondial c'est pour que celui-ci ait une finalité concrète .


L’expression « non-contraignant » signifie que les États signataires n’auront pas à réformer leur législation. Mais il sera possible à des plaignants de faire valoir la supériorité d’un texte international sur le droit national et ainsi de contraindre à l’application du Pacte.


A titre d 'exemple le pacte de l'ONU sur les droits civils et politiques, signé par la France en 1980, était lui aussi non contraignant.

Il a néanmoins servi d'argument au comité des droits de l'homme de l'ONU, le 10 août 2018, pour condamner la décision judiciaire française avalisant le licenciement d'une salariée voilée de la crèche Baby Loup. Du coup la Cour de cassation va tenir compte de l’analyse du Comité des droits de l’homme de l’ONU sur cette affaire. ( cf : https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/09/08/la-jurisprudence-sur-le-port-du-voile-en-france-pourrait-evoluer_5352112_3224.html )


Dernière édition par joseph1 le Ven 21 Déc 2018, 16:44, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 11 Déc 2018, 17:58

Les ONG réagissent :

11 décembre 2018 Pacte sur les Migrations: les ONG appellent les pays à agir
https://www.arte.tv/fr/afp/actualites/pacte-sur-les-migrations-les-ong-appellent-les-pays-agir
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 11 Déc 2018, 18:09

Lors du débat qui a suivi l ' allocution de Macron, sur Fr2, j’ai remarqué que chaque fois qu’un intervenant voulait évoquer le Pacte des Migrations signé à Marrakech, Lapix lui coupait aussitôt grossièrement la parole pour la donner à quelqu’un d’autre. C’est arrivé avec le représentant de LR et surtout avec Nicolas Bay du RN qui continuait malgré tout à défendre sa thèse. C’était manifeste.

Une consigne ? Déjà l’application du Pacte ? Pas de critique ni de mise en cause de l’immigration... ?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 11 Déc 2018, 19:17

Quelques préfets, Collomb ex ministre de l'intérieur... ont mis le président en garde contre ce "pacte" mais les tronches molles de son entourage ont emporté la décision.

Cf une émission de france culture...

Dormez bien braves gens ! Le freluquet est à la barre.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 11 Déc 2018, 19:35

A terme l'Europe va planter... et les problémes d'immigration se termineront par :
La capitulation de la civilisation européenne
La partition territoriale
L'anarchie du pays
La guerre civile

On accélère le processus par nos législations, la pression de machin internationaux et la volonté de nos dirigeants qui ont des intérets qui entravent tout contrôle des migrations anarchiques..
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 11 Déc 2018, 20:23

La stratégie culturelle islamique – Alain Wagner
Article publié le 03.01.2017

Aussitôt après la défaite syro-égyptienne contre Israël en 1973, les pays arabo-musulmans ont riposté en déclenchant le premier choc pétrolier, et les pays européens se sont hâtés de négocier en position de faiblesse.
En 1973, c’est la guerre des Syriens et des Egyptiens contre Israël [guerre du Kippour] et la défaite cuisante des premiers.
Aussitôt après, l’OPEP et les pays arabes multiplient le prix du pétorle par 4 et classent les pays en trois catégories : amis, neutres ou ennemis, les ennemis étant tous ceux qu’ils associent de près ou de loin à Israël. Des pays comme les Pays-Bas ou les Etats-Unis se retrouvent sous embargo pétrolier.
Suite à ce chantage, les Européens vont négocier avec les Arabes et acceptent toutes leurs conditions.
6 novembre 1973 : les neuf pays de la Communauté Européenne de l’époque basculent dans le camp pro-arabe : reconnaissance du peuple palestinien, alignement sur le narratif arabe concernant Israël, création du DEA (Dialogue Euro-Arabe), l’ancêtre du processus de Barcelone.

Les pays arabo-musulmans ont établi une stratégie pour la préservation de l’identité musulmane des communautés immigrées et pour le noyautage des sociétés hôtes
Le DEA vise en réalité à mettre en œuvre une série d’éléments qui seront définis plus précisément en 1975 par les résolutions de Strasbourg.
Ce document pose les bases de ce que nous vivons encore aujourd’hui : mise en place d’une politique de recrutement de main-d’œuvre dans le monde maghrébin, aux conditions dictées par les pays musulmans.
Cette immigration a été réclamée par les Européens. Les pays musulmans ont fixé des conditions en parfaite cohérence avec la doctrine islamique : 1° égalité de traitement entre les immigrés et les nationaux (accès aux droits sociaux et politiques), 2° pas d’assimilation, les communautés musulmanes continuent à vivre en Europe à leur manière, chapeautées par les pays d’origine, 3° introduction dans les sociétés européennes d’un narratif concernant l’islam : l’islam est partie constitutive de votre culture, la presse doit avoir un traitement positif de l’islam, mise en place de centres culturels dans toutes les capitales européennes. Les populations musulmanes qui allaient arriver en Europe ne devaient pas être séparées de la communauté musulmane et devaient être libres de pratiquer leur culte et de vivre selon leur culture.
Ces accords fondateurs de 1975 et ceux qui suivent sont tous chapeautés par un document que j’ai découvert récemment : la Stratégie de l’Action islamique culturelle à l’extérieur du Monde islamique. C’est un document officiel, adopté par le neuvième Sommet islamique tenu à Doha en 2000. C’est donc le sommet des chefs d’Etat de l’OCI (Organisation de la coopération islamique), l’équivalent de l’ONU islamique, la 2e plus grande organisation internationale du monde, qui regroupe tous les pays musulmans. Ce document est public et téléchargeable en arabe, anglais et français sur le site de l’ISESCO (Organisation Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture) : http://www.isesco.org.ma/fr/strategies/
Il définit le mode d’action pour les années suivantes, qui consiste à « implanter » (sic) des communautés islamiques civilisationnellement différentes de l’Occident, selon les règles de la charia, communautés qui ont pour vocation de prendre les postes clés aux niveaux politique, économique et communicationnel dans les pays hôtes.
La mise en œuvre de cette stratégie, dit le document, s’appuie sur les centres culturels, les mosquées, les écoles islamiques (le document parle explicitement de processus éducatif parallèle ; la plupart de ces centres culturels en Europe sont financés par l’Etat, donc par les contribuables).
L’élaboration de ce document s’est étendue sur 9 ans, en concertation avec les organisations islamiques européennes.
Celle-ci ont réclamé à l’OCI car elles constataient qu’il y avait des signes d’assimilation des enfants des migrants dans la société occidentale.
Les pays musulmans ont donc mis en place un système qui vise à « immuniser » (sic) les enfants contre l’« invasion culturelle ». C’est-à-dire que les enfants musulmans qui vont dans une école européenne sont considérés comme subissant une aliénation, comme étant en danger de sortir de l’islam et de s’assimiler.
Cette stratégie, c’est ce qui se passe chez nous aujourd’hui, chaque fois que se construisent un centre culturel ou une mosquée.
Un des objectifs précisés comme fondamentaux et obligatoires, c’est l’enseignement de l’arabe aux populations européennes. C’est-à-dire qu’en ce moment nous avons en France une ministre qui, dans le cadre de ses fonctions ministérielles, agit comme un agent de mise en œuvre de cette stratégie « culturelle » de l’OCI.
La version anglaise mentionne explicitement comme traduction de « oumma » (dont on nous explique traditionnellement que c’est la communauté des croyants) par le terme de « nation » islamique.
Il faut savoir que l’ISESCO est un avatar des Frères musulmans.
Ce document stratégique est une bombe politique. Il signifie que nous avons ouvert les portes à un processus de colonisation.
https://lesobservateurs.ch/2017/01/03/strategie-culturelle-islamique-alain-wagner/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 11 Déc 2018, 20:31

Du lourd: le pacte euro-arabe d’islamisation de la France

La Résolution de Strasbourg de 1975 ouvre l’ère de l’islamisation de l’Europe à la demande des pays-membres de l’OPEP qui exercent un chantage sur l’Europe mettant en balance le prix du pétrole. la Belgique, la France et le Luxembourg vont accepter ce chantage pour le plus grand bénéfice des milliardaires et de leurs multinationales, – l’Oligarchie occidentale – et vont basculer dans le camp pro-arabe.
La première application de ce traité sera exécuté en France par le président Giscard d’Estaing avec le décret sur le regroupement familial qu’il signe dés 1976 et qui verra aussitôt affluer les masses maghrébines en France où elles viendront se fixer par centaine de milliers. En contre-partie de cet afflux de main d’œuvre musulmane bon marché, réclamée par les affairistes apatrides pour tirer vers le bas les salaires et les lois sociales européennes, les dirigeants européens s’engageaient auprès des dirigeants musulmans à islamiser l’Europe selon les règles édictées par les pays du Maghreb et du Moyen-Orient en marge des négociations avec l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) sur le prix du pétrole. Les frères musulmans étaient à la manœuvre qui voyaient ainsi les projets ancestraux de l’Islam sur l’Europe en voie de se réaliser.
L’abaissement des frontières de l’UE, les lois favorables aux clandestins, le droit des réfugiés politiques, – lui aussi à l’initiative du président Giscard d’Estaing, comme l’avortement, le regroupement familial, la loi Giscard-Rothschild-Pompidou du temps où il était ministre des Finances, etc. – le ciel de France hérissé de mosquées, l’islamisation de l’Histoire de France et des pays de l’UE, toutes les lois ou tolérances en faveur de la religion musulmane qui puisent dans la charia, tout cela et bien d’autres choses découlent de ce pacte de Strasbourg et de ses suites inscrites officiellement dans les textes de l’OCI ( Organisation de la Coopération arabe ).
C’est ce qu’explique dans le détail Alain Wagner, documents à l’appui, dans la vidéo ci-dessous, extraite d’une interview donnée sur Radio Courtoisie le 11 Octobre 2016 :
Alain Wagner est président de l’ICLA ( alliance internationale contre la charia ) et de l’UDCC ( Union de Défense des Citoyens et des Contribuables ), expert et conseiller en stratégie sociétale et auteur de nombreux rapports auprès des services de renseignement français.
Transcription de la vidéo : (ne pas omettre de prendre connaissance des 2 notes de la rédaction en bas de page)
“Une date fondamentale 1973. Que s’est-il passé en 1973 ? La guerre syro-égyptienne contre Israël, les syro-égyptiens prennent une raclée et de manière quasiment immédiate l’OPEP multiplie le prix du pétrole par 4 et classe les pays par catégories: soit amie, soit neutre, soit ennemie. Et ils classent dans la catégorie “ennemie” toutes les personnes qu’ils associent de prés ou de loin avec l’État d’Israël. Ce qui a provoqué, certains s’en rappelleront, un choc pétrolier absolument terrifiant. On a eu le chantage du robinet, certains pays se sont retrouvés sous embargo pétrolier, – la Hollande, les États-Unis aussi -, et suite à ce chantage, ils nous ont imposé des conditions. Nous sommes allés à la table des négociations avec eux et nous avons tout accepté. Avec les accords qui ont suivi juste après, le 6 novembre 1973, les 9 pays de la communauté européenne de l’époque basculent dans le camp pro-arabe avec les corolaires qui vont bien: reconnaissance du peuple palestinien; la dimension narrative arabe concernant Israël. La création de l’ancêtre du Protocole de Barcelone(Voir note 1) [ou processus ou partenariat) se développera en 1995, c’est-à-dire le DEA, ( Dialogue Euro-Arabe ) qui vise à mettre en œuvre des éléments qui ont été définis de manière très précise en 1975 par la Résolution de Strasbourg (note 2) et qui ont été adoptées communément par les pays arabes et par l’Assemblée générale de l’Association parlementaire de la Coopération euro-arabe. Ca a été voté à l’unanimité. Il y avait 200 représentants de tous les partis politiques européens.
Ce document [les Résolutions de Strasbourg 1975 ndlr] est fondamental puisqu’il pose les bases de ce que nous vivons encore aujourd’hui qui s’est traduit par différents avatars. (…) Mais le fait est que dans les résolutions de Strasbourg on trouve exactement ce qui nous arrive aujourd’hui. C’est à-dire la mise-en-place d’une politique de recrutement de main d’œuvre dans le monde maghrébin.
Question : L’immigration n’est donc pas un fait voulu par nos élites, ça a été imposé au moment du processus ?
A.Wagner : Absolument pas. Ca a été réclamé par les Européens! Ce sont les Européens! J’ai le nom de la personne , c’est M. Kilij Declerc (Ortho? ndlr), donc un belge, – il faut savoir que les Belges ont été très moteur dans cette affaire-là avec la France et le Luxembourg . Ils ont mis en place un arrangement disant : “nous avons besoin de main d’œuvre que nous allons prendre chez nous” et là les pays musulmans ont mis des conditions. La condition ce n’était pas, vous allez prendre des gens chez vous et tout le monde va s’arranger à la va comme je te pousse, pas du tout! Il y a eu un soucis de tout planifier en parfaite cohérence avec la doctrine islamique :“ces gens qui viennent de nos pays, vont aller chez vous, ils vont s’installer chez vous, mais nous allons mettre des conditions”.
En contre-partie de la main d’œuvre: “l’Islam va être une partie constitutive de votre culture”
 Ces conditions sont l’accès à l’égalité totale de traitement entre les personnes qui viennent de chez nous et vos propres citoyens, c’est-à-dire l’accès aux droits, sociaux, aux droits politiques, accès à tout, donc égalité de traitement entre les immigrés et les nationaux de vos pays.
 Deuxième condition sine qua non: ces gens-là ne vont pas aller chez vous pour devenir comme vous, ils vont aller chez vous, mais ils restent ce qu’ils sont et nous gardons le lien entre ces gens, c’est-à-dire, ce sont nos communautés qui vivent chez vous, à notre manière, suivis et chapeautés et cornaqués par nous.
 Troisième condition: tout cela va se passer dans de telles conditions que vous allez devoir introduire dans vos sociétés un narratif concernant l’Islam qui suit les règles suivantes: l’Islam est une partie constitutive de votre culture…
Q : C’était Chirac…
A.W. : Mais Chirac ne fait que mettre en œuvre les accords qui ont été signés à cette époque-là. C’est une mise en application. C’est-à-dire que la presse doit modifier son mode de traitement de l’Islam, on doit avoir un traitement positif, on doit avoir la mise en place positive d’une synergie culturelle entre l’Occident et le monde arabe, la mise en place de centres culturels dans toutes les capitales européennes, et tout cela c’est dans les accords! donc nous y voilà, une mise en place de l’accompagnement culturel des populations musulmanes qui allaient arriver chez nous et qui, dans les faits ne devaient pas être séparées de la communauté musulmane, devaient pourvoir pratiquer leur culte de manière libre et vivre selon leur culture, selon leurs usages culturels. Et nous sommes exactement en train de vivre ça!
“Stratégie culturelle islamique pour l’extérieur du monde islamique”
Les accords fondateurs [ Résolutions de Strasbourg ndlr ] qui ont été signés en 75 vont être confirmés un nombre incalculable de fois, je ne peux pas vous citer toutes les réunions, mais il y en a eu des kilos. Tout cela est chapeauté par un document que j’ai trouvé récemment et qui s’appelle “Stratégie culturelle islamique pour l’extérieur du monde islamique”. Ce document a été adopté comme stratégie officielle par l’OCI qui est ( Organisation de la Coopération Islamique ). C’est l’équivalent de l’ONU, mais version islamique. L’OCI est la deuxième plus grosse organisation internationale du monde, elle regroupe tous les pays musulmans.
Le plus haut niveau décisionnel de cette organisation islamique, est le sommet islamique qui regroupe les chefs d’Etat. Lors du 9ème sommet à Doha en 2000, au Qatar, ce document a été adopté, c’ est la stratégie du monde musulman chez nous. “A l’extérieur du monde islamique” c’est chez nous.Q : Donc tout ça ce sont des documents que vous avez en votre possession..
A.W. : Oui, et que tout le monde peut vérifier. Vous pouvez trouver ce document en téléchargement et le lire sur le site de L’ISESCO. Pour savoir ce qu’est l’ISECO, imaginez l’OCI comme un gouvernement; l’ISESCO c’est le ministère de la culture, de l’Éducation et de de la communication de l’OCI. Donc c’est un très très gros morceau. Ca fait partie de l’organigramme officiel, ils ont leur siège à Rabbat dans un très beau bâtiment.
Pour trouver le document vous allez sur le site de l’ISECO. Ensuite vous allez dans la partie en français, vous cherchez l’onglet “stratégie” et vous téléchargez ce document en français, qui existe également en arabe et en anglais.
J’ai constaté des petites différences entre les versions. Les 3 langues sont des langues officielles de l’OCI, donc les trois documents sont des documents officiels. Ce document est le mode d’action de l’OCI pour les années qui viennent.
Ce mode d’action, je vais le résumer très rapidement, il consiste à “implanter”, j’utilise leurs termes, des communautés islamiques civilisationnellement différentes de l’Occident, qui fonctionnent selon les règles de la charia et qui ont pour vocation de prendre les postes-clefs au niveau économiques, politiques et communicationnel dans les pays hôtes. Nous sommes les pays hôtes. Il faut savoir que la mise-en-œuvre de cette stratégie précisée dans le documents’appuie sur les centres culturels, les mosquées, les écoles islamiques.
Q. : Ces écoles islamiques sont encore marginales…
A.W. : Attendez, à chaque fois que vous avez une mosquée, vous avez une école islamique! Et d’ailleurs dans toutes les mosquées vous avez des salles de classe. C’est un processus éducatif parallèle établi dans ce même document.
Ce document a été mis en place, non par quelques excités dans le fin fond d’un pays arabe. Il a nécessité 9 ans de préparation, ils ont sillonné toute a France, ils le mentionnent d’ailleurs dans le prologue de ce document.
Comment en est-on arrivé là?
Eh bien ce sont les organisations européennes qui ont participé à l’élaboration de ce plan, c’est-à-dire des gens qu’on a chez nous. Le serpent qu’on a nourri! C’est à-dire qu’on a nourri des serpents, les centres culturels en Europe sont financés par les États, par le contribuable. Ils ont fait leurs consultations avec les chefs des centres culturels de toute l’Europe et les organisations islamiques de toute l’Europe. Ce qui veut dire que des gens comme M. Boubaker sont compris dans les organisations islamiques.
Les organisations islamiques européennes ont porté réclamation à l’OCI parce qu’ils constataient qu’il y avait des signes d’assimilation des enfants musulmans dans les sociétés occidentales. De ce fait ils ont mis en place un système qui vise à, j’utilise leurs mots, “immuniser les enfants contre l’invasion culturelle.” J’utilise leurs mots! Un enfant musulman qui va dans une école occidentale est considéré comme subissant “une aliénation” et une “invasion culturelle“. Il est en danger de sortir de l’Islam et de s’assimiler à la culture européenne ce qui est considéré comme quelque chose d’abominable.
Il faut bien voir que cette stratégie aujourd’hui c’est ce qui se passe chez nous. Aujourd’hui quand nous avons un centre culturel ou une mosquée qui s’appuie toujours sur un centre culturel, ils mettent en œuvre la politique de l’OCI.
Cerise sur le gâteau, il faut savoir qu’un des objectifs fondamentaux et nécessaire, obligatoire, c’est l’enseignement de l’arabe aux populations occidentales! Ce qui veut dire que nous avons à l’heure actuelle, une ministre [ Vallaud-Belkacem ndlr ] qui agit dans le cadre de sa fonction ministérielle comme un agent de l’OCI et comme un agent de mise en place de cette stratégie “culturelle”.
l’ISESCO est un avatar des Frères musulmans
Dans le document anglais il y a un mot très intéressant, setelment, qui veut dire à la fois, “implantation” mais aussi “colonie”. Le texte anglais est très intéressant parce qu’il mentionne explicitement comme traduction de l’oumah (communauté des croyants), le terme de “nation islamique“. Il faut savoir que l’ISESCO est un avatar des Frères musulmans.
Ce document est une bombe politique. Il y a certains épisodes dans l’histoire de France où on aurait mis ce document sur la table et on aurait dit: qu’est-ce que c’est que ça ? Vous avez l’intention d’appliquer ça chez nous ? Et on aurait expulsé ces gens! Nous avons actuellement notre gouvernement (Hollande) qui agit en parfaite coopération avec l’OCI pour la mise en place de cette stratégie dans notre propre pays. C’est-à-dire que nous avons ouvert objectivement les portes de notre pays à un processus de colonisation.
_______________
( Note ) Processus de Barcelonne ou partenariat Euromed.
La conférence de Barcelone s’est tenue du 27 au 28 novembre 1995 et réunissait les 15 ministres des Affaires étrangères des États membres de l’UE et des douze pays tiers méditerranéens suivants : Algérie, Chypre, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Syrie, Tunisie, Turquie et Autorité palestinienne.
 Cette conférence a posé les fondements d’un processus visant à atteindre un cadre multilatéral de dialogue et de coopération entre l’UE et les pays tiers méditerranéens, qui ont adopté conjointement une déclaration et un programme de travail dont le but était de “développer les ressources humaines“, à travers “un volet économique et financier“ dans “un espace commun“ tout en favorisant “la compréhension entre les cultures et les échanges entre les sociétés civiles.”.
Cette conférence est la mise en application d’une fusion entre les pays des deux rives de la Méditerranée, débarrassés de frontières, telle que ne cesse d’en faire la promotion le président Macron, qui a promis à plusieurs reprises durant sa campagne électorale et depuis qu’il est élu, de créer les structures et de débloquer les moyens financiers nécessaires. Autant de réalisations qui étaient en gestation dans la Résolution de Strasbourg en 1975.
(Note 2) La Résolution de Strasbourg
C’est un document qui fait suite à la guerre syro-égyptienne contre Israël. Le document se focalise principalement sur le retrait d’Israël des territoires occupés et marque son désir de régler le conflit en faisant bon accueil aux demandes arabes sous la pression du chantage de l’OPEP. Mais les signataires en profitent pour faire un accord de main d’œuvre maghrébines et pour faire passer en contre-partie, les demandes des pays arabes en faveur des communautés de travailleurs musulmans, dont les passages significatifs sont :
« L’Association parlementaire pour la Coopération euro-arabe demande aux gouvernements européens de prendre des mesures spéciales pour assurer la libre circulation des travailleurs arabes qui émigrent en Europe, ces droits doivent être équivalents à ceux des citoyens nationaux.“
Les pays d’accueil doivent reconnaître ” la contribution historique de la culture arabe au développement européen, “
Ils regrettent ” la négligence de l’enseignement de la culture arabe et de l’arabe en Europe “
” les gouvernements européens aideront les pays arabes à créer les ressources nécessaires pour que les travailleurs immigrés et leurs familles puissent cultiver leur culture arabe et à leur vie religieuse,”
“Appelle les gouvernements des Neuf à aborder l’aspect culturel du dialogue euro-arabe (DEA) dans un esprit constructif en donnant une plus grande priorité à la diffusion de la culture arabe en Europe.”
Par le décret de 1976 sur le regroupement familial, Valéry Giscard d’Estaing a permis aux familles des travailleurs immigrés du Maghreb de les rejoindre et ainsi de se fixer en France. Alors que jusque-là les travailleurs maghrébins rejoignaient leur foyer dans leur pays à la fin de leur contrat de travail.
Ce décret qui a ouvert les vannes à l’immigration musulmane de masse en France est une conséquence directe de la Résolution de Strasbourg.
Eric Zemmour dans son livre “le suicide Français” paru en 2014, écrit à propos du décret de regroupement familial de Giscard,:
“des centaines de milliers de femmes et d’enfants quittent l’Afrique du Nord pour s’installer en France. La nouvelle mesure se révèle rapidement comme une catastrophe administrative. Les services sociaux et administratifs sont débordés, la construction des HLM est insuffisante, des bidonvilles se créent.”
“Raymond Barre, nouveau Premier ministre, se rendant compte des difficultés rencontrées par les services administratifs et opposé à l’immigration qu’il perçoit comme un obstacle à la modernisation de l’appareil productif, suspend par décret (1976) le regroupement familial, mais le décret est déclaré illégal par le Conseil d’État.”
Par ailleurs La résolution de Strasbourg est à l’origine de la création de deux institutions redoutables :
 L’UIPA (Union InterParlementaire Arabe)
 L’APCAE (Association Parlementaire pour la coopération Euro-Arabe)
Voir Également:
 L’invasion n’avance pas au hasard. Le général Gomart patron du renseignement militaire, l’explique.
 L’islamisation En Marche: Au Havre, ville du Premier ministre, un presbytère est transformé en école coranique salafiste
https://www.medias-presse.info/du-lourd-le-pacte-euro-arabe-
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Jeu 13 Déc 2018, 05:08

Je vous soumet un exemple pris de ce pacte pour éclairer le fait qu 'il est contraignant :

Le Pacte prévoit, en son article 21 i) que les Etats s'engagent à "Faciliter l’accès aux procédures de regroupement familial des migrants,
quel que soit leur niveau de compétences, en prenant des mesures favorisant l’exercice du droit à la vie de famille et l’intérêt supérieur de l’enfant(...)"

Un Etat qui s'est engagé, par sa signature formelle à respecter cet objectif, ne sera pas, ultérieurement, libre d'adopter une loi visant, par exemple, à interdire le regroupement familial.
Vous ne trouverez nulle part un juriste ou un juge pour prétendre qu'un Etat peut s'affranchir de sa signature et de ses engagements, même littéralement "non contraignants". Une telle loi interdisant le regroupement familial n'aura par conséquent aucune chance d'être adoptée (censure du Conseil Constitutionnel) ni appliquée (censure de la Cour de cassation ou du Conseil d'Etat voire des instituions juridiques internationales).

Ce Pacte vient donc ajouter une "couche" supplémentaire aux engagements internationaux déjà signés et ratifiés par la France, créant ainsi une source de droit capitale jouant un rôle de plus en plus prégnant dans notre corpus juridique interne.

Certains interprètes de ce Pacte utilisent d'ailleurs cet aspect "superfétatoire" du Pacte pour indiquer qu'il n'aura que peu d'impact, la plupart de ses dispositions étant déjà intégrées au droit français par l'intermédiaire des différents instruments internationaux que la France a déjà ratifiés (déclaration universelle des droits de l'homme, des droits de l'enfant, etc, etc.) C'est vrai pour une partie des engagements mais faux pour d'autres, la stratégie étant celle du voleur chinois qui déplace tous les jours un vase de quelques millimètres pour l'amener près de la porte sans éveiller l'attention de son propriétaire et le voler sans risques...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14005
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Jeu 13 Déc 2018, 05:49

joseph1 a écrit:
Un Etat qui s'est engagé, par sa signature formelle à respecter cet objectif, ne sera pas, ultérieurement, libre d'adopter une loi visant, par exemple, à interdire le regroupement familial.


En dehors de tout pacte de Marrakech, la France membre de l'Union Européenne pourrait-elle interdire le regroupement familial si elle le voulait ?

Citation :
Droit de l'Union européenne

La directive 2003/86/CE du 22 septembre 2003 pose les règles minimales pour les États membres concernant le regroupement familial.

La directive précise à l'article 8 que l'État doit permettre à un étranger séjournant sur le territoire national de faire venir son conjoint et ses enfants mineurs au plus tôt dans les deux ans qui suivent son arrivée. S'il existait avant la directive d'autres dispositions, ce délai peut être repoussé à 3 ans.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Regroupement_familial

Cette directive ayant été transposée dans la Loi française...
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Jeu 13 Déc 2018, 18:18

Notre futur ?

Ligue de Défense Noire Africaine : « La France nous appartient c’est notre butin de guerre. Nous sommes chez nous ici comme en Afrique »
https://www.europe-israel.org/2018/12/ligue-de-defense-noire-africaine-la-france-nous-appartient-cest-notre-butin-de-guerre-nous-sommes-chez-nous-ici-comme-en-afrique/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Jeu 13 Déc 2018, 18:28

Lorsque le regroupement familial est vérolé pour s'appliquer aux parents, alliés par mariage... et que pour être certain de truander l'état on refuse de vérifier médicalement les liens de parenté tout est possible.

Les étrangers en situation irrégulière ne sont pas incarcérés, ceux qui doivent partir restent chez nous et les humanistes qui aident l'immigration ne sont pas condamnés...

Finalement il ne reste qu'à attendre que  cela finisse mal d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mar 18 Déc 2018, 14:56

Mathieu Bock-Côté : « Le Pacte de Marrakech pose les bases normatives et philosophiques d’un droit à la migration »

La vidéo dure 6 minutes. Elle est à écouter. Excellent intervenant. Bonne analyse.

https://www.agoravox.tv/actualites/international/article/mathieu-bock-cote-le-pacte-de-79687
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mer 19 Déc 2018, 04:59

Le pacte sur les migrations fait tomber le premier ministre belge
Par  Anne Rovan   Mis à jour le 19/12/2018 à 00:00  Publié le 18/12/2018 à 21:22
Belgique : le Premier ministre Charles Michel annonce sa démission

Plongé depuis plusieurs semaines dans une grave crise gouvernementale, Charles Michel a été contraint de proposer sa démission mardi soir. À ce stade, le roi Philippe tient sa décision «en suspens».

Le pacte pour les migrations de l'Onu, qu'a soutenu la Commission européenne, a fait une victime parmi les Vingt-huit: Charles Michel. Au terme d'un bras de fer de plusieurs semaines et d'une après-midi au cours de laquelle il avait appelé à former une «coalition de bonne volonté», le premier ministre belge a fini par jeter l'éponge. «Mon appel n'a pas été entendu. Je prends donc la décision de présenter ma démission et mon intention est de me rendre chez le roi immédiatement», a déclaré Charles Michel depuis le Parlement.

Plus tard, après une entrevue d'une petite heure avec le roi Philippe, celui-ci faisait diffuser un communiqué dans lequel il annonçait tenir «sa décision en suspens». À ce stade, la démission de Charles Michel n'est donc ni acceptée, ni refusée. Le roi Philippe, qui souhaite se donner le temps, consultera les chefs de partis à compter de ce mercredi matin. Il pourrait être tenté de maintenir Charles Michel à la tête d'un gouvernement chargé d'expédier les affaires courantes. En effet, les prochaines élections législatives belges sont programmées pour le 26 mai 2019, dans cinq mois donc.

Une coalition très affaiblie

Si la Belgique traverse cette énième crise, c'est en raison des oppositions autour du pacte pour les migrations de l'Onu et du changement de pied des nationalistes flamands de la N-VA. Des oppositions qui ont donné lieu dimanche à une importante manifestation à Bruxelles à l'appel de l'extrême droite et à de violents débordements autour de la Commission européenne.

Membre de la coalition conduite par Charles Michel depuis 2014, la N-VA avait d'abord soutenu durant deux ans le pacte avant de demander en novembre au premier ministre de ne pas l'adopter. Les raisons de cette «volte-face»? Le recul enregistré par les nationalistes flamands lors des communales d'octobre au profit du Vlaams Belang -l'extrême droite flamande- et bien évidemment la perspective des élections de 2019 avec la nécessité pour le parti de revenir à ses fondamentaux. Charles Michel n'a pas cédé. D'où la démission des cinq ministres de la N-VA le 9 décembre, quelques heures avant le départ du premier ministre belge pour Marrakech.

En perdant cet allié, Charles Michel se retrouvait mécaniquement à la tête d'une coalition très affaiblie qui, outre son parti le Mouvement réformateur (MR), ne pouvait désormais s'appuyer que sur le CD&V de centre droit et Open VLD. Soit 52 des 150 députés à la Chambre. Ce qui, bien évidemment, ne fait pas une majorité.

Dans ce contexte, le budget 2019 avait peu de chance de passer. La N-VA avait posé ses conditions, refusées par le premier ministre belge. Les nationalistes flamands souhaitaient voir le gouvernement rouvrir des discussions constitutionnelles sur le pouvoir des communautés. Charles Michel a tenté de convaincre l'opposition qui avait fait bloc avec lui sur le pacte de l'Onu deux semaines plus tôt. En vain puisqu'elle s'apprêtait, mardi après-midi, à déposer une motion de défiance contre lui. Sans la N-VA, Charles Michel n'avait aucune chance de passer l'épreuve avec succès. Mardi soir, l'ex-secrétaire d'État N-VA Theo Francken résumait la situation ainsi. «Qu'il paye les conséquences de ses actes». C'est désormais chose faite.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 17614
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Mer 19 Déc 2018, 05:44

Des chefs militaires menacés de sanctions disciplinaires pour avoir accusé Macron de « trahison »

La raison de leur colère? Le Pacte de Marrakech que la France va ratifier le 19 décembre à l’ONU.
Le Pacte de Marrakech, qui doit être ratifié par les chefs d’Etat le 19 décembre lors de l’Assemblée générale des Nations unies, provoque la colère des partis d’extrême droite et de droite, de certains gilets jaunes, mais aussi de hauts gradés militaires qui accusent Emmanuel Macron de « trahison ». Des critiques qui agacent fortement au ministère des Armées, rapporte L’Opinion ce lundi 17.

En ratifiant le texte onusien, Emmanuel Macron céderait « un nouveau pan de la souveraineté nationale », prendrait le « risque d’un appel d’air migratoire coûteux », mais aussi et surtout se rendrait « coupable d’un déni de démocratie voire trahison à l’égard de la nation ».

Voilà ce dont s’indignent l’auteur et les signataires de la lettre ouverte publiée le 10 décembre sur le site des Volontaires pour la France, qui se présente comme une association dont l’une des missions est de « défendre l’identité nationale et de lutter contre l’islamisation du pays ». L’association, que L’Opinion présente comme « de droite radicale », compte notamment parmi ses « volontaires d’honneur » Renaud Camus, auteur de la théorie du « grand remplacement. »

« Vous ne pouvez pas décider seul d’effacer nos repères civilisationnels et nous priver de notre patrie charnelle. Nous vous demandons donc de surseoir à la signature de ce pacte et d’appeler par voie de référendum les Français à se prononcer sur ce document. Vous êtes comptable devant les Français de vos actions. Votre élection ne constitue pas un blanc seing », peut-on lire sur le site, qui publie également une pétition.

Un écart au devoir de réserve des militaires
Le texte, écrit par le général Antoine Martinez, également président de l’association, a été signé 13 autres personnalités, dont l’ancien ministre de la Défense Charles Millon, 10 généraux, un amiral et un colonel. Or, comme le précise L’Opinion, tous les signataires, à l’exception d’un seul, sont membres de la 2e section, c’est-à-dire qu’ils ne sont plus actifs au sein de l’armée, mais restent mobilisables.


Et à ce titre, ils sont donc toujours soumis au devoir de réserve qui incombe à tous les militaires, comme l’a fermement rappelé le cabinet de la ministre des Armées, contacté par le journal.


---------------

le freluquet se prend pour allende il craint un coup d'état des généraux en retraite...
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 599
Date d'inscription : 08/09/2014

MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   Jeu 20 Déc 2018, 06:40

Dialogue ce matin ( 19 décembre ) sur RTL entre Elisabeth Martichoux et Marine le Pen :

EMx : Mais vous savez bien que le pacte de Marrakech n’est pas contraignant.

MLP : Vous répétez ça

EMx : Mais je répète la réalité, c’est la réalité

MLP : Vous répétez ça en boucle, mais alors pourquoi le signer ?

EMx : il n’a pas été signé, mais surtout il n’y a pas de vote qui engage et qui contraint les pays, et vous le savez très bien MLP

MLP : alors pourquoi les États-Unis ne l’ont pas signé ? Pourquoi Israël ne l’a pas signé ? Pourquoi ça a fait tomber le gouvernement belge ? Le gouvernement belge est tombé hier soir à cause du pacte de Marrakech. Pourquoi tout cela s’il n’est pas contraignant ? Vous voyez bien que l’on est là, évidemment, dans ce que l’on appelle la soft law : vous savez, la devise Liberté, Égalité, Fraternité, elle n’est pas contraignante non plus, pourtant, il y a des juges qui ont intégré dans le droit ce principe de Fraternité, notamment pour permettre à monsieur Herrou d’aider l’immigration clandestine, ce militant d’extrême gauche qui aide les clandestins à arriver ou à rester sur le territoire national. Ce qui veut dire que je vous donne quelques semaines pour qu’un avocat ou un juge se serve de ce pacte de Marrakech pour en demander l’application dans notre droit, ce qui est évidemment très grave. Mais nous n’aurons plus jamais l’occasion d’en parler puisque je crois que ce sera voté aujourd’hui, sans qu’aucun débat n’ait été organisé auprès des Français.

EMx : oui, par les Nations Unies. Il y a des débats internes dans les pays qui font qu’effectivement ils peuvent aboutir à la démission d’un premier ministre. Il y a des États-Unis qui, pour des raisons personnelles, décident de ne pas...

MLP : et la moitié des pays d’Europe

EMx : et malgré tout, la réalité c’est que ce pacte réaffirme la souveraineté des États en matière de politique migratoire

MLP : vous savez ce qu’il dit aussi ce pacte, à mon avis vous l’avez lu en effet, puisqu’il dit qu’il faut éduquer les médias à exprimer que l’immigration est un bienfait. Donc voilà, on va vous éduquer, vous allez partir en camp de rééducation si jamais vous mettez en cause le fait que l’immigration est un bienfait. Moi je trouve que les journalistes que vous êtes devraient se scandaliser de l’existence dans ce pacte d’une consigne qui va directement à l’encontre de la liberté d’expression. Mas ça n’a pas l’air de vous déranger.

EMx : on parlait de maires et on est arrivées au pacte de Marrakech...



à partir de 7 minutes 40 secondes
https://youtu.be/TYe57WR2iqk
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Pacte mondial pour les migrations ou l’offensive onusienne contre le principe de souveraineté nationale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Piments rouges contre éléphants destructeurs de cultures
» Du BATAILLON DE TIRAILLEURS SOMALIS au 5ème RIAOM
» Pour des lois plus sévères contre les bourreaux d’animaux.
» Non recours contre l'état
» Suppositoire a l'eucalyptus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: