Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation

Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14592
Date d'inscription : 30/05/2011

Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation Empty
MessageSujet: Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation   Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation EmptyVen 21 Déc 2018, 09:40

Citation :
Les économistes craignent de voir des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde

Gérard Horny — 17 décembre 2018 à 14h31 — mis à jour le 17 décembre 2018 à 16h46

Si la personne et la politique d'Emmanuel Macron étaient seules responsables de la colère des «gilets jaunes», le problème serait simple et circonscrit à la France.

La France va bien ou, plus exactement, beaucoup de Français vont très bien. Selon les estimations des spécialistes du Crédit Suisse, publiées dans le Global Wealth Report 2018, le nombre de millionnaires s'y est accru de 259.000 entre la mi-2017 et la mi-2018. Ainsi 2.147.000 personnes y détiendraient un patrimoine supérieur à un million de dollars (environ 882.000 euros). Au cours de cette période, seuls les États-Unis ont connu une progression plus rapide du nombre de leurs millionnaires. Et le patrimoine moyen s'établirait à 280.580 dollars (près de 247.000 euros) par adulte dans notre pays, au dixième rang mondial.

Fort bien, dira-t-on, cela prouve qu'une minorité de gens s'en sortent très bien, mais cela ne donne pas une idée juste de la situation de la plupart des Français et Françaises. C'est effectivement vrai si l'on s'en tient au chiffre moyen, obtenu en divisant le patrimoine de l'ensemble des Français par le nombre des adultes: de très gros patrimoines font monter la moyenne, mais en réalité la plupart des gens se situent nettement au-dessous de ce chiffre. Pour aller plus loin dans l'analyse, il faut regarder le patrimoine médian, celui qui divise les Français en deux groupes d'égale importance, ceux qui sont au-dessus de ce chiffre et ceux qui sont au-dessous. Sans surprise, on constate qu'il est sensiblement inférieur, à 106.830 dollars (autour de 94.000 euros). Toutefois, avec ce chiffre, la France arrive au cinquième rang dans le monde, grâce à sa politique active de lutte contre les inégalités. À l'opposé, on observe le cas caricatural des États-Unis, qui arrivent au troisième rang mondial par le niveau du patrimoine moyen par adulte, avec 404.970 dollars (environ 357.000 euros), juste derrière la Suisse et l'Australie, très loin devant la France, mais ne se situent qu'à la dix-huitième place par le patrimoine médian, avec seulement 61.670 dollars (près de 54.000 euros), loin derrière la France.
---/---

Sachant que les chiffres ci-dessus devraient être interprétés en fonction du niveau de vie des différentes pays !

Citation :
---/---
Entrée dans l'ère de la colère

Ces chiffres ne peuvent évidemment pas faire oublier les réelles difficultés auxquelles se heurte ici une partie de la population; ils ne doivent pas inciter à relâcher les efforts de justice sociale. Mais ils montrent que la situation des plus défavorisés est plus difficile dans la plupart des autres pays. Et ce constat ne doit pas nous satisfaire: il révèle au contraire l'ampleur des problèmes qui sont à résoudre dans le monde et la force des mouvements auxquels il faut faire face. À l'échelle mondiale, la moitié des adultes possèdent collectivement moins de 1% de la richesse totale. À l'opposé, les 10% les plus riches en détiennent 85% et, au sommet de la pyramide, 1% détient 47% du total.

Et il n'est pas du tout certain que nous allions dans la direction d'une plus grande justice. Dans un discours très remarqué prononcé le 4 décembre dernier à Washington, Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a prévenu: «D'ici à 2040, les inégalités pourraient dépasser tous les records». Le tableau dressé par l'ancienne ministre de l'Économie de Nicolas Sarkozy est saisissant: «La puissance des monopoles technologiques, la faiblesse des États et l’inefficacité des politiques nationales risqueraient d’étouffer la réussite des jeunes entreprises. Les progrès dans le domaine de la santé pourraient permettre aux plus riches de vivre plus de 120 ans, alors que des millions d’autres croupiraient dans l’extrême pauvreté et la maladie». La conclusion est claire: si nous ne faisions rien, «nous pourrions entrer dans l'ère de la colère».


Des processus qui peuvent mal finir

D'autres organisations internationales dressent un constat similaire. C'est notamment le cas de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) dont le dernier rapport se révèle un violent réquisitoire contre l'idéologie dominante: «Le malheur a voulu que la révolution numérique ait lieu à une époque néolibérale. Depuis quarante ans, un mélange d’illusionnisme financier, de pouvoir débridé des grandes sociétés et d’austérité économique a mis en pièces le contrat social apparu après la Seconde guerre mondiale». Dans tous les pays, quelques grandes entreprises exportatrices se sont imposées; ensemble elles ont pris le contrôle du commerce mondial et sont en position de s'affranchir de leur responsabilité sociale dans leur pays d'origine.

Le développement des nouvelles technologies risque fort de conduire à un nouveau renforcement de leur pouvoir et à un partage des revenus plus favorable au capital qu'au travail. Marx n'est pas mort! Les dirigeants de la Cnuced ne cachent pas leur inquiétude face aux conséquences possibles d'une telle évolution. «Maints économistes ont noté que la montée des inégalités, conjuguée à la propension plus élevée des riches à épargner, crée un penchant à la sous-consommation ou, à l’inverse, a favorisé une consommation par endettement rendue possible par la déréglementation financière. L’un et l’autre processus finissent souvent mal.» Le second processus ainsi décrit est effectivement celui qui a conduit à la crise de 2008.


Les inégalités pèsent sur l'économie

Les économistes de l'OCDE font un constat analogue. Leur langage est généralement plus mesuré et leur analyse évite les jugements doctrinaux, mais les préoccupations sont les mêmes. Dès 2015, ils avaient jugé nécessaire de publier un rapport intitulé Tous concernés: pourquoi moins d'inégalité profite à tous, avec, dans l'avant-propos, cette observation sur la marche du monde avant et après la crise de 2008: «Au cours des décennies ayant précédé la Grande récession, la croissance économique bénéficiait déjà de manière disproportionnée aux catégories à hauts revenus, tandis que les ménages à bas revenus étaient laissés pour compte. Depuis la crise, les disparités se sont aggravées et, dans de nombreux pays de l'OCDE, les inégalités atteignent désormais leur plus haut niveau depuis que des données sont recueillies».

Avec ce rapport, l'OCDE a franchi une étape. En effet, les auteurs ont trouvé un nouvel argument destiné à faire réfléchir les responsables politiques qui pourraient être tentés de faire preuve d'une certaine négligence face à la montée des inégalités: celles-ci «ont tendance à peser sur la croissance du PIB». Là, l'affaire devient sérieuse: si les inégalités menacent le business, il faut peut-être commencer à s'en préoccuper! Depuis lors, le secrétaire général de l'OCDE n'arrête pas d'enfoncer le clou, ainsi qu'il l'a fait encore en 2018 dans son rapport annuel aux ministres des trente-six pays membres de l'organisation: «Nous avons concentré notre attention sur le mécontentement grandissant que suscite la mondialisation et sur les moyens d'y porter remède. Notre conclusion est sans appel: pour préserver l'ouverture, nous devons faire en sorte que la mondialisation profite à tous et ne laisse personne de côté».


Un nouveau contrat social?

Comment faire? Christine Lagarde semble croire qu'il suffira d'un peu d'«ingéniosité» pour résoudre le problème en s'attaquant à trois questions: de nouvelles règles du commerce international pour désamorcer les tensions, de nouvelles règles en matière d'impôts pour éviter que les grandes entreprises n'aient trop de possiblités d'optimisation fiscale et que les États ne se lancent dans une concurrence dévastatrice, et enfin la mise en œuvre de l'accord de Paris sur le climat et la progression vers une économie sans carbone.

L'ingéniosité suffira-t-elle? Comme le suggère la dernière livraison de la revue Finance et Développement du FMI, «nous avons besoin d'un nouveau contrat social pour créer un sentiment de sécurité dans notre économie mondialisée où les changements sont rapides». Cette idée d'un nouveau contrat social, on la retrouve souvent en France dans les commentaires sur la crise des «gilets jaunes». Il ne reste plus qu'à la traduire dans les faits...


Des citoyens peu entendus

On pourrait imaginer que des dirigeantes et dirigeants politiques éclairés prennent d'eux-mêmes les dispositions nécessaires. Cela supposerait que l'environnement international le leur permette et que leurs entreprises ne se retrouvent pas face à des concurrents ayant peu de contraintes sociales. Ce scénario est peu probable. L'essentiel des progrès ne pourrait se faire que de façon coordonnée, dans le cadre de nos institutions internationales. L'arrivée au pouvoir de dirigeants comme Donald Trump ou Jair Bolsonaro laisse penser qu'il ne faut pas beaucoup attendre d'une telle coopération. Pourtant, il faudrait aller vite. Ce qu'on a vu en France avec les «gilets jaunes» peut se retrouver ailleurs, sous d'autres formes, ainsi que la montée du populisme ou de partis extrémistes le montre dans de nombreux pays.

À l'OCDE, on a compris depuis longtemps que la hausse du PIB ne peut seule faire le bonheur. Ses statisticiens ont entrepris de «mesurer le bien-être», non pas pour le plaisir de faire de belles statistiques, mais afin de donner aux gouvernants des pistes d'action pour améliorer réellement le bien-être de leurs populations.

Dans un chapitre consacré au rapport entre gouvernance et bien-être, on découvre que les citoyens interrogés dans vingt-huit pays, dont la France, se sentent encore plus éloignés des institutions politiques que leur taux de participation aux consultations électorales ne pourrait le laisser penser. Quand on leur demande s'ils ont le sentiment d'avoir leur mot à dire concernant l'action des pouvoirs publics, seul un tiers d'entre eux répond positivement.

Et l'on s'étonnera après de se retrouver face à des mouvements politiques ou sociaux échappant à toute analyse et à tout contrôle...

Gérard Horny
Journaliste, spécialiste des questions économiques et financières. Auteur de La Bourse pour les nuls (First Editions) et du roman historique Et Louis XIV éteignit les Lumières (Le Cherche-Midi).
https://www.slate.fr/story/171177/economistes-inegalites-richesse-pauvrete-gilets-jaunes-monde
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation Empty
MessageSujet: Re: Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation   Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation EmptyVen 21 Déc 2018, 09:59

Généralement les mêmes causes provoquent les mêmes effets...

L'affaire se propage plus ou moins vite en fonction des économies de chaque pays mais puisque nous "mondialisons" tout on mondialisera les Gilets jaunes et les emmerdements.

Les bénéfices de la mondialisation restant la seule chose "mondialisée" à titre individuel... on reçoit, on répartit (ça ne rappelle rien) mais de manière sélective pour la répartition.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4551
Date d'inscription : 08/01/2012

Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation Empty
MessageSujet: Re: Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation   Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation EmptyVen 21 Déc 2018, 13:04

Dans les pays soviétiques, la plupart des habitants possédaient ensemble moins de 1% de la richesse totale, vu que la propriété privée n'existait pas.
Mais l'inégalité s'y mesurait en termes de pouvoir, et d'avantages divers procurés par le pouvoir.
Vu de Paris immobilier, pour la même qualité d'emplacement, c'est un peu comme l'appartement acheté par de riches bourgeois et l'appartement de fonction : la jouissance est comparable, avec ou sans propriété.

Pour ce qui est de la répartition des richesses, il faudrait distinguer les inégalités de patrimoine et de revenus (dont revenus du patrimoine). Ce sont les revenus que l'on peut, chaque année, (essayer de) répartir autrement. Le patrimoine, lui, est un stock qui n'a la valeur actuelle que s'il y a acheteur au prix actuel, et que le même propriétaire (État) peut difficilement réquisitionner ou vendre plusieurs fois.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation Empty
MessageSujet: Re: Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation   Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation EmptyVen 21 Déc 2018, 13:17

Salamandre a écrit:
Dans les pays soviétiques, la plupart des habitants possédaient ensemble moins de 1% de la richesse totale, vu que la propriété privée n'existait pas.
Mais l'inégalité s'y mesurait en termes de pouvoir, et d'avantages divers procurés par le pouvoir.
Vu de Paris immobilier, pour la même qualité d'emplacement, c'est un peu comme l'appartement acheté par de riches bourgeois et l'appartement de fonction : la jouissance est comparable, avec ou sans propriété.

Pour ce qui est de la répartition des richesses, il faudrait distinguer les inégalités de patrimoine et de revenus (dont revenus du patrimoine). Ce sont les revenus que l'on peut, chaque année, (essayer de) répartir autrement. Le patrimoine, lui, est un stock qui n'a la valeur actuelle que s'il y a acheteur au prix actuel, et que le même propriétaire (État) peut difficilement réquisitionner ou vendre plusieurs fois.

brillante explication : vous devriez aller en parler aux gens qui le 20 du mois ne savent pas ce qu'ils vont bouffer jusqu'au 26 date à laquelle arrive la prochaine paye...

Si pour faire fonctionner la France de macron la référence est l'URSS , il est évident qu'il y a un problème certain.

Est ce ce genre de stratégie politico économique qu'attendent les gilets jaunes ? ce n'est visiblement pas la question.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14592
Date d'inscription : 30/05/2011

Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation Empty
MessageSujet: Re: Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation   Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation EmptyVen 21 Déc 2018, 13:27

Salamandre a écrit:
Pour ce qui est de la répartition des richesses, il faudrait distinguer les inégalités de patrimoine et de revenus (dont revenus du patrimoine). Ce sont les revenus que l'on peut, chaque année, (essayer de) répartir autrement. Le patrimoine, lui, est un stock qui n'a la valeur actuelle que s'il y a acheteur au prix actuel, et que le même propriétaire (État) peut difficilement réquisitionner ou vendre plusieurs fois.

Pour les patrimoines individuels, la redistribution est censé se faire au moment de la transmission par héritage sauf que certains ont les connaissances et les moyens d'y échapper alors que d'autres ne les ont pas...

La transmission d'un patrimoine investi dans des entreprises multinationales pourra n'être que peu ou pas imposé alors que la transmission d'un trois pièces avec vue sur cour ou sur dalle le sera...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18870
Date d'inscription : 06/07/2010

Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation Empty
MessageSujet: Re: Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation   Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation EmptyVen 21 Déc 2018, 15:49

A force de "redistribuer" sous peu il n'y aura plus de matière première...
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4551
Date d'inscription : 08/01/2012

Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation Empty
MessageSujet: Re: Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation   Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation EmptyVen 21 Déc 2018, 17:41

Citation :
Pour les patrimoines individuels, la redistribution est censé se faire au moment de la transmission par héritage sauf que certains ont les connaissances et les moyens d'y échapper alors que d'autres ne les ont pas...

Exact. Le débat peut aussi se présenter ainsi : vaut-il mieux imposer le patrimoine à la transmission (une fois par génération) ou bien un peu chaque année (ISF ou impôts immobiliers).
Certains diront les deux... L'essentiel étant dans les exonérations légales autant que les taux. On peut rappeler que les œuvres d'art, notamment, n'ont jamais été soumises à ISF.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation Empty
MessageSujet: Re: Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation   Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Des «gilets jaunes» aux quatre coins du monde - Mondialisation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Film] Un monde meilleur
» Jérémy Bonnet partira 80 jours autour du monde
» Couronne de courgettes jaunes au riz à la vapeur
» LA PLUS DURE PRISON AU MONDE !
» Taches jaunes sur dents définitives

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: