Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain

Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14469
Date d'inscription : 30/05/2011

Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain Empty
MessageSujet: Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain   Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain EmptySam 22 Déc 2018, 22:22

Densifier est une chose mais quid des services et des infrastructures ?

Citation :
Grand Paris : et si les pavillons accueillaient les appartements de demain ?
Anne-Laure Abraham| 22 décembre 2018

Est-ce son toit pointu, son allure profilée, sa couleur virginale ? La maquette du futur pavillon d’Anne Corbiera a quelque chose d’une « white chapel » américaine. Cette habitante d’Arcueil (Val-de-Marne) participe avec sept autres propriétaires de la commune à une expérimentation architecturale qui fait l’objet d’une exposition baptisée « Transformations pavillonnaires » présentée jusqu’au 27 janvier au Pavillon de l’Arsenal à Paris*.

« Comme je n’aurai pas une grosse retraite, mais que j’ai un capital immobilier, je me suis dit que je pourrai en tirer un revenu sans trop savoir si j’allais louer, agrandir, faire des aménagements… », explique la propriétaire. Le flyer distribué dans la ville par la start-up Iudo sur lequel elle est tombée par hasard l’a convaincue. Lauréate de FAIRE (NDLR : un programme d’accélération de projets urbains et architecturaux), cette start-up mène un projet pilote afin d’expérimenter avec les habitants les possibilités d’évolution de l’habitat individuel.

« A l’heure où le secteur pavillonnaire est menacé, on est convaincu qu’il peut représenter la ville de demain. Il y a un potentiel de mixité sociale avec des cafés, des bureaux, de l’habitat… », avance Erwan Bonduelle, cofondateur d’Iudo.

Pourquoi Arcueil ? Parce qu’il y a une forte tension sur le logement et que le Plan local d’urbanisme était favorable à une forme de densification. « On a dit oui car on est attaché au tissu pavillonnaire, lâche Christian Métairie (EELV). Mais on ne peut pas le défendre en s’arc-boutant. Il faut que la ville bouge tout en maîtrisant son évolution. »

Il y a aussi un potentiel constructible énorme que Iudo estime à 140 millions de m², soit deux millions de logements de 70 m². « Si on ajoute juste un logement à 5 % des maisons en Ile-de-France, on atteindrait l’objectif de 70 000 logements par an fixé par la loi du Grand Paris de 2010 », reprend l’architecte. L’autre avantage est de permettre aux propriétaires de revaloriser leur patrimoine.

Si le projet va jusqu’au bout, la maison d’Anne Corbier sera réhabilitée, surélevée et transformée en une résidence pouvant accueillir quatre musiciens. Un projet qui convient bien à cette professeure de musique pour son aspect, pour l’esprit… et les loyers que cela pourrait lui apporter.

Parmi les autres projets : de l’habitat intergénérationnel, une maison pour jeunes actifs, un projet avec un atelier-bureau au rez-de-chaussée et du logement dans les étages supérieurs, etc.

Quid du coût ? « Notre objectif est d’atteindre les 3 500 € le m². C’est possible car les gens sont déjà propriétaires, ce qui permet d’économiser le coût d’achat du foncier », ajoute Benjamin Aubry, cofondateur d’Iudo. La start-up se présente comme une « plate-forme complète d’expertise » avec l’élaboration d’un cahier des charges, les aides au financement, la mise en relation avec les entreprises… « L’idée, c’est d’aller jusqu’au bout et que ça se réalise », conclut Benjamin Aubry.
* Pavillon de l’Arsenal, centre d’urbanisme et d’architecture de Paris et de la métropole parisienne, 21, bd Morland 75004 Paris.
http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/grand-paris-et-si-les-pavillons-accueillaient-les-appartements-de-demain-22-12-2018-7975095.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14469
Date d'inscription : 30/05/2011

Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain Empty
MessageSujet: Re: Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain   Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain EmptySam 09 Fév 2019, 03:45

Citation :
Exposition : le pavillon et ses promesses

Par Isabelle Regnier Publié 08.02.2019

Un peu partout en Ile-de-France, des quartiers sont rasés au profit d’opérations immobilières. Le mouvement est puissant. Renchérissement du coût du logement dans la capitale, développement spéculatif de l’immobilier dans le cadre du Grand Paris, vieillissement et paupérisation des propriétaires de maisons individuelles, rien ou presque ne vient le contrer. Le secteur pavillonnaire en est la première victime. Ciment de la banlieue française, ce tissu urbain, qui représente 80 % de l’espace de l’habitat en Ile-de-France, est menacé de disparition. Il est au cœur d’une exposition présentée à Paris, au Pavillon de l’Arsenal.

Soucieux de préserver ce patrimoine, qui serait aussi un ferment de cohésion sociale, deux jeunes architectes urbanistes, Benjamin Aubry et Erwan Bonduelle, et un ingénieur centralien spécialisé dans l’immobilier, Yves Lesteven, ont conçu le projet Iudo. L’idée consiste à s’allier avec les propriétaires désireux de valoriser leur bien et d’en tirer une source de revenu pour les aider à le transformer. Il s’agit de densifier ce tissu pavillonnaire de manière douce, en le faisant évoluer vers des formes d’habitat davantage en phase avec les modes de vie contemporains ­­ – mixtes, partagés, intergénérationnels…

L’idée, très gagnant-gagnant, de cette start-up, consiste à exploiter les surfaces de jardins excédentaires des propriétaires. Au sein d’une population majoritairement composée de baby-boomeurs à la retraite, nombreux sont ceux qui aimeraient voir dans leur pavillon une ressource financière. En les incitant à en reprogrammer les espaces avec le concours d’un architecte, Iudo promet de rénover leur bien par la même occasion, y compris sur le plan énergétique.

Lauréate du programme Faire, « accélérateur de projets urbains » soutenu par la Mairie de Paris et le Pavillon de l’Arsenal, l’initiative a séduit la mairie d’Arcueil (Val-de-Marne), qui en a fait la publicité, et les candidats se sont bousculés. Huit d’entre eux ont été retenus. Les projets de transformation de leurs pavillons sont présentés dans l’exposition. Selon les besoins de chacun, les configurations spécifiques de leur propriété, l’équipe les a aidés à faire naître un projet et les accompagne dans sa mise en œuvre.

Ici, une femme proche de la retraite, qui s’attend à une diminution de ses revenus, envisage de démolir son garage, de construire une surélévation, pour intégrer deux chambres d’étudiants et des espaces de vie commune (architecte : Emma Saintonge) ; là, une professeure de musique, bientôt retraitée également, imagine transformer sa maison en résidence pour musiciens et en construire une autre pour elle, au fond de son jardin (architecte : Tanya Klyne) ; là encore, un couple âgé qui veut reconfigurer sa propriété autour d’une surélévation, qui permettra d’accueillir des locataires, et d’une cour comprenant une cuisine d’été et autres programmes collectifs (architectes : Septembre). Autant de manières de réinventer la vie collective, mais à une échelle intime.

« Transformations pavillonnaires ». Pavillon de l’Arsenal, 21, boulevard Morland, Paris 4e. Du mardi au dimanche de 11 heures à 19 heures. Entrée libre. Jusqu’au 10 février.

Isabelle Regnier
https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/02/08/exposition-le-pavillon-et-ses-promesses_5421119_3246.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14469
Date d'inscription : 30/05/2011

Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain Empty
MessageSujet: Re: Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain   Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain EmptyMar 25 Juin 2019, 02:20

Autre approche...

Citation :
Habitat indigne en Val-de-Marne : et maintenant les pavillons divisés

Par Agnès Vives
Le 23 juin 2019 à 19h18

L'habitat potentiellement indigne s'étend bien au-delà, désormais, des plus proches communes de Paris. Avec la pression des prix de l'immobilier, les locataires aux faibles ressources vont toujours plus loin en quête d'un toit de fortune. En 2013, on estimait à près de 17 000 le nombre de logements potentiellement indignes dans le Val-de-Marne, soit 4,2 % du parc privé. Et l'habitat indigne revêt, depuis peu, une nouvelle forme : des propriétaires pratiquent maintenant ce que l'on appelle la « division pavillonnaire ».

Ces propriétaires achètent une maison et, pour la rentabiliser, découpent la superficie pour en louer chaque m2. Avec plus ou moins de scrupules. Parfois, la moindre pièce, de la cave au grenier, jusqu'au cabanon au fond du jardin, est louée, plusieurs centaines d'euros. Ces situations apparaissent, selon la Direction régionale et interdépartementale de l'hébergement et du logement (Drihl), dans une « nouvelle couronne », les communes moyennes de l'est du département notamment.

« C'est un sujet dont le territoire Grand Paris Sud Est Avenir va se saisir, en lien avec les maires, car les petites communes n'ont pas assez de moyens », prévient la vice-présidente, Marie-Christine Ségui (LR). À Chennevières, le maire Jean-Pierre Barnaud (MoDem) se veut rassurant : « On a quatre ou cinq maisons de ville. Il arrive qu'on fasse des visites. Mais ce n'est pas de l'habitat indigne. Cela pose surtout problème, par exemple, pour les poubelles, faute de local dédié. »

À Ormesson, c'est plus flagrant. « On s'en aperçoit aux nombres de boîtes aux lettres, aux fenêtres, explique Marie-Christine Ségui. On constate surtout des branchements qui ne sont pas aux normes, des problèmes d'humidité. Mais encore faut-il que les occupants nous ouvrent. Ils ont souvent peur de perdre leur logement. »
http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/habitat-indigne-en-val-de-marne-et-maintenant-les-pavillons-divises-23-06-2019-8100951.php (AVEC INFOGRAPHIE)
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18818
Date d'inscription : 06/07/2010

Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain Empty
MessageSujet: Re: Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain   Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain EmptyMar 25 Juin 2019, 06:53

Curieusement on constate que ce sont des retraités actuels et futurs qui en sont à 'lotir" leur espace de vie... (voir intervention de a.nonymous du 9 février.)

Conclusion : on peut continuer à presser le citron des retraités, ils vont être riches.

Nul doute que si depuis des années ils sont en habitat individuel c'était pour l'age venant transformer leur bien en habitat collectif... à moins que l'appauvrissement soit à envisager.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain Empty
MessageSujet: Re: Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain   Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Et si les pavillons accueillaient les appartements de demain
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Echanger son appartement
» Etiquette des pavillons et code ect...
» Le colonel veut interdire de fumer dans les appartements, est-ce légal ?
» Les pavillons de la rue Bouvard
» DEPOUILLEMENT 19 novembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Le PLU (Plan Local d'Urbanisme) et le PLH (Plan Local de l'Habitat)-
Sauter vers: