Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120),
la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Les Français fuient-ils la France ?

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18572
Date d'inscription : 06/07/2010

Les Français fuient-ils la France ? Empty
MessageSujet: Les Français fuient-ils la France ?   Les Français fuient-ils la France ? EmptyJeu 03 Jan 2019, 07:59

Les Français fuient-ils la France ?
• Par Laurent Chalard

• Publié le 02/01/2019 à 18:08

FIGAROVOX/ANALYSE - Le géographe Laurent Chalard commente les données démographiques que l'Insee vient de publier pour 2015. Étonnamment, en France métropolitaine, le solde migratoire (la différence entre les entrées et les départs) serait négatif cette année-là. Si d'autres études parviennent à la même conclusion, cela signifierait qu'un nombre important de Français quittent le pays, en particulier les plus diplômés et les plus entreprenants.
________________________________________
Laurent Chalard est géographe à l'European Centre for International Affairs. Retrouvez-le sur son blog personnel.
________________________________________

Pour tout un chacun, les derniers jours de l'année correspondent à une période de fêtes et de repos mérité après un dur labeur, mais, pour le spécialiste de géographie de la population, comme pour les commerçants, ce n'est pas le cas. Depuis 2009, chaque fin décembre, l'Insee publie sur son site internet les données des populations légales de la France datées du 1er janvier de l'année suivante, mais, dans les faits, portant sur la population recensée trois ans auparavant, en l'espèce au 1er janvier 2016.
Traditionnellement, l'analyse détaillée de ces chiffres s'intéresse surtout aux variations démographiques à l'échelle infranationale, permettant de distinguer les territoires dont la population augmente de ceux où elle stagne, voire diminue, élément indispensable à appréhender pour la politique d'aménagement menée par l'État.
Cependant, concernant les données publiées le 27 décembre 2018, l'étude critique de la population totale de la France métropolitaine présente aussi un intérêt marqué: elle contribue à mettre en exergue des différences entre la population projetée selon le bilan démographique de l'Insee du début d'année et celle effectivement recensée.

L'année 2015 aurait connu le plus faible accroissement démographique total depuis des décennies.
Les données concernant l'évolution démographique hexagonale, que l'Insee vient de rendre publiques, pourraient rester dans les annales. En effet le chiffre de la population de la France métropolitaine au 1er janvier 2016, c'est-à-dire 64,468 millions d'habitants, apparaît sensiblement moindre que ce qui était prévu en début d'année, en l'occurrence 64,558 millions d'habitants, soit un écart de 90 000 personnes. L'année 2015 aurait donc connu le plus faible accroissement démographique total depuis des décennies, de seulement + 168 000 personnes. Pourquoi?
La population sur tout territoire donné évolue selon deux facteurs: le solde naturel (la différence entre les naissances et les décès), et le solde migratoire (la différence entre les entrées et les départs).
Or, il s'avère que les deux indicateurs sont fortement orientés à la baisse en 2015.
Le solde naturel de la France métropolitaine a chuté, passant de + 234 164 personnes en 2014 à + 178 651 personnes en 2015, conséquence logique de la réduction de la fécondité et d'une hausse de la mortalité cette année-là.
Concernant le solde migratoire, calculé par défaut en soustrayant le solde naturel du croît de population totale, il serait passé de + 38 699 personnes en 2014 à un déficit d'environ 10 000 personnes en 2015, alors qu'il était estimé à + 79 000 personnes en début d'année, soit un déficit migratoire inédit depuis des décennies, qui surprend l'observateur attentif.

Ce retournement de tendance reflète-t-il une réalité ou est-il une conséquence d'un biais statistique, ce qui a déjà eu lieu par le passé? Trois facteurs peuvent éventuellement être à l'origine de cette évolution.

Le premier facteur relèverait d'un biais statistique témoignant de la mauvaise qualité de la collecte des données du recensement ces dernières années. La nouvelle méthode de recensement repose sur un sondage. Elle n'est pas toujours bien comprise par nos concitoyens (pourquoi suis-je recensé et pas mon voisin?) dans un contexte de méfiance accrue vis-à-vis de l'État. Il y aurait donc eu une forte augmentation du taux de non-réponse des personnes résidant sur le territoire français depuis 2014, conduisant mécaniquement à recenser moins d'habitants et à en extrapoler un déficit migratoire fictif. Si cette hypothèse est tout à fait crédible, une constatation de base laisse à penser que ce n'est pas le principal facteur explicatif. Selon les données de l'Insee, la population augmente le plus dans les grandes métropoles -dont au sein de la région île de France en Seine-Saint-Denis, département où il est le plus difficile de recenser,- et baisse dans les zones rurales, où la problématique se pose moins.

Un deuxième facteur correspondrait à un biais statistique résultant de la complexe méthode de recensement, unique au monde. Le calcul de la population légale repose sur une moyenne extrapolée des enquêtes de cinq années, c'est-à-dire de 2014 à 2018 pour les données de 2016. Or, le solde naturel s'étant effondré depuis 2015, l'Insee a pu trouver moins d'habitants que prévu dans ses enquêtes de recensement de 2017 et 2018, ce qui a pu avoir un impact sur les données de 2016, tenant déjà compte du ralentissement démographique des années suivantes. Dans ce cas-là, la décélération démographique de 2015 aurait été exagérée, à l'origine d'un déficit migratoire fictif. Cette interprétation apparaît envisageable, mais, étant donné l'opacité de l'Insee concernant ses calculs de population, il est impossible de la vérifier.

Un troisième et dernier facteur explicatif reposerait sur le fait que le déficit migratoire de 2015 reflète une réalité consécutive d'une année catastrophique sur le plan sécuritaire, avec sa succession d'attentats, dans un contexte global de déprime nationale, qui aurait pu être à l'origine d'une accentuation des départs du territoire hexagonal et/ou d'un ralentissement des arrivées, données, rappelons-le, qui ne sont pas disponibles dans notre pays. Des mouvements marginaux en pourcentage de la population totale peuvent avoir un impact non négligeable sur la variation démographique d'une année, puisque le volume concerné est de quelques dizaines de milliers de personnes, une goutte d'eau par rapport aux plus de 64 millions d'habitants que compte la France métropolitaine. Les entrées d'étrangers, que l'on peut estimer à partir des permis de séjour délivrés en hausse en 2015, ne donnant pas à penser que l'excédent migratoire pour cette catégorie de population se soit sensiblement réduit, qui plus est en pleine crise des réfugiés syriens, il s'ensuit que cette évolution serait principalement la conséquence d'un déficit migratoire accentué pour les nationaux, de plus en plus nombreux à quitter le pays et/ou de moins en moins nombreux à y revenir.

Si c'est effectivement le cas, l'émergence d'un solde migratoire négatif dans l'hexagone ne peut être considérée comme une bonne nouvelle.
Si c'est effectivement le cas, l'émergence d'un solde migratoire négatif dans l'hexagone ne peut être considérée comme une bonne nouvelle puisqu'il témoignerait d'une perte d'attractivité considérable de notre pays pour ses propres concitoyens, d'autant que ces départs concernent, en règle générale, des populations plus diplômées que la moyenne et/ou plus argentées. Ce serait une rupture historique, la France étant une terre d'immigration depuis le XIXe siècle et non une terre d'émigration.
Il faudra néanmoins attendre les résultats détaillés des recensements des prochaines années pour déterminer si le phénomène relève bien d'une réalité et non des biais statistiques évoqués précédemment, et pour éventuellement savoir si le déficit migratoire s'avère conjoncturel, produit d'un «coup de blues» momentané, ou s'il s'inscrit dans une tendance à plus long terme, synonyme d'une perte de confiance des Français dans leur capacité à s'épanouir pleinement dans leur pays, augurant mal de son avenir.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18572
Date d'inscription : 06/07/2010

Les Français fuient-ils la France ? Empty
MessageSujet: Re: Les Français fuient-ils la France ?   Les Français fuient-ils la France ? EmptyVen 04 Jan 2019, 11:44

A contre-coeur, l’exil tenterait de plus en plus de Français jeunes et diplômés

Le quotidien Le Figaro a publié un article éloquent du géographe Laurent Chalard qui pose la question : les Français fuient-ils la France ? Sans clairement répondre à la question, peut-être par souci du politiquement correct et on sait que le bannissement attend souvent l’enseignant ou le chercheur qui brave la pensée unique, l’auteur insiste sur la très faible croissance du solde migratoire observé en 2015.

Ce dernier ne prend probablement pas en compte l’entrée massive sur notre territoire de « migrants » puisque que M. Chalard rappelle que le recensement est extrêmement difficile en Seine-Saint-Denis où des centaines de milliers d’individus en situation irrégulière y vivraient de l’aveu même des autorités publiques décidément peu capables de faire respecter la loi dans ces cas-là.

Toutefois, indique M. Chalard, l’insécurité, l’islamisme et la fiscalité auraient incité un nombre toujours croissant de Français, la plupart du temps diplômés et plus aisés que la moyenne, à s’exiler pour aller trouver ailleurs ce qu’ils n’estiment malheureusement plus possible en France à savoir la perspective d’un avenir prospère, serein et équitable.

Si l’on en croit les commentaires publiés par les lecteurs du Figaro, nombreux sont les jeunes Français qui, après une première expérience à l’étranger, décident de ne pas rentrer au pays et disent à leurs parents combien ils apprécient cette nouvelle vie. Considérant que les commentaires sont souvent le lieu d’expression des mécontents plutôt que des heureux, doit-on les prendre en compte avec une certaine prudence.

Toutefois, coincés entre un islamisme extrêmement dangereux et un marxisme perpétuel, on ne peut guère nier que parmi les Français les plus instruits, les plus ambitieux et les plus inquiets de ce que devient leur pays, un nombre significatif songe à l’exil. Dans les faits et dans les chiffres, peu ont encore franchi le cap et en restent à cette pensée qui revient chaque fois qu’un attentat islamiste survient, chaque fois qu’un mécontent exige plus d’impôts « pour les riches » alors que les classes moyennes françaises sont les plus (injustement) imposées au monde.

Enfin, l’incapacité de plus en plus visible de l’Etat et les multiples renoncements des gouvernements à lutter efficacement contre ce qui altère profondément la France et pose une menace vitale à son mode de vie, à sa culture et à son peuple pourraient bientôt enclencher une vague d’exil sans précédent. S’il n’est pas encore réalisé, le potentiel existe bel et bien, c’est pourquoi il est urgent de prendre des décisions politiques courageuses si l’on souhaite que la France redevienne une terre d’avenir, de prospérité et de belle vie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Français fuient-ils la France ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: