Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Ils ne savent plus ce qu’ils disent

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Ils ne savent plus ce qu’ils disent Empty
MessageSujet: Ils ne savent plus ce qu’ils disent   Ils ne savent plus ce qu’ils disent EmptyJeu 14 Fév 2019, 22:30

Ils ne savent plus ce qu’ils disent

ROUXEL JEAN
POSTÉ LE 12 FÉVRIER , 2019, 2:33

Toute la caste jacassante bruisse de l’ahurissante provocation italienne.


Pensez : Luigi Di Maio, vice-Premier ministre, a eu le front de rencontrer des gilets jaunes, le 5 février, et de les encourager dans leur opposition à Emmanuel Macron.
Instantanément, l’indignation politico-méditique a été à son comble, au point que l’ambassadeur de France a même été rappelé à Paris.
Cela fait un peu « désordre » entre alliés de longue date – et surtout entre cofondateurs de l’Union européenne : la « construction européenne » ne garantirait-elle plus la paix, comme on nous l’a seriné pendant des décennies ?
Mais, surtout, n’assiste-t-on pas une comédie de réactions indignées et à une tempête dans un verre d’eau ?

Entendons-nous bien : je suis bien d’accord avec mes éminents confrères sur le fait que s’ingérer dans la vie politique d’un pays ami ne se fait pas.
Mais, enfin, M. Macron est-il très crédible dans le rôle de la vertu outragée ?
Qui donc a fait de l’actuel gouvernement italien l’ennemi à abattre ? Qui donc a affirmé publiquement que les prochaines élections européennes opposeraient le camp de la raison, noblement incarné par M. Macron lui-même, à la « lèpre populiste et nationaliste » ?
Le président français reçoit la monnaie de sa pièce. Ça n’est que justice.


Au demeurant, comment ne voit-il pas que, par sa bruyante indignation, il rend un service inattendu à M. Di Maio ?
Point n’est besoin d’être très au fait de la politique italienne pour savoir que l’actuel gouvernement unit le mouvement 5 étoiles (dont Luigi Di Maio est issu) à la Ligue de Matteo Salvini.
Or, cette dernière, naguère minoritaire, ne cesse de progresser et a sans doute dépassé le mouvement 5 étoiles qui a donc besoin d’exister. Ce que lui offre paradoxalement l’absurde « sur-réaction » française.
Peut-être, après tout, est-ce l’objectif de l’opération : renforcer 5 étoiles et affaiblir la Ligue.

Mais, alors, comment s’indigner d’une ingérence étrangère dans nos affaires intérieures, quand nous-mêmes ferions pire, en privilégiant telle composante de la coalition au pouvoir en Italie aux dépens de telle autre ?

Plus cocasse encore, M. Macron dénonce des alliances politiques transfrontalières (entre les gilets jaunes et le mouvement 5 étoiles qui n’est pas sans ressemblance avec eux).
Pourtant, il réclamait naguère des listes transnationales aux élections européennes. Puisque, pour lui, les nations sont finies, comment peut-il s’étonner que certains en tirent les conséquences ?

Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 760
Date d'inscription : 22/12/2014

Ils ne savent plus ce qu’ils disent Empty
MessageSujet: Re: Ils ne savent plus ce qu’ils disent   Ils ne savent plus ce qu’ils disent EmptySam 16 Fév 2019, 10:28

tonton christobal a écrit:
Ils ne savent plus ce qu’ils disent

ROUXEL JEAN
POSTÉ LE 12 FÉVRIER , 2019, 2:33

Toute la caste jacassante bruisse de l’ahurissante provocation italienne.


Pensez : Luigi Di Maio, vice-Premier ministre, a eu le front de rencontrer des gilets jaunes, le 5 février, et de les encourager dans leur opposition à Emmanuel Macron.
Instantanément, l’indignation politico-méditique a été à son comble, au point que l’ambassadeur de France a même été rappelé à Paris.
Cela fait un peu « désordre » entre alliés de longue date – et surtout entre cofondateurs de l’Union européenne : la « construction européenne » ne garantirait-elle plus la paix, comme on nous l’a seriné pendant des décennies ?
Mais, surtout, n’assiste-t-on pas une comédie de réactions indignées et à une tempête dans un verre d’eau ?

Entendons-nous bien : je suis bien d’accord avec mes éminents confrères sur le fait que s’ingérer dans la vie politique d’un pays ami ne se fait pas.
Mais, enfin, M. Macron est-il très crédible dans le rôle de la vertu outragée ?
Qui donc a fait de l’actuel gouvernement italien l’ennemi à abattre ? Qui donc a affirmé publiquement que les prochaines élections européennes opposeraient le camp de la raison, noblement incarné par M. Macron lui-même, à la « lèpre populiste et nationaliste » ?
Le président français reçoit la monnaie de sa pièce. Ça n’est que justice.


Au demeurant, comment ne voit-il pas que, par sa bruyante indignation, il rend un service inattendu à M. Di Maio ?
Point n’est besoin d’être très au fait de la politique italienne pour savoir que l’actuel gouvernement unit le mouvement 5 étoiles (dont Luigi Di Maio est issu) à la Ligue de Matteo Salvini.
Or, cette dernière, naguère minoritaire, ne cesse de progresser et a sans doute dépassé le mouvement 5 étoiles qui a donc besoin d’exister. Ce que lui offre paradoxalement l’absurde « sur-réaction » française.
Peut-être, après tout, est-ce l’objectif de l’opération : renforcer 5 étoiles et affaiblir la Ligue.

Mais, alors, comment s’indigner d’une ingérence étrangère dans nos affaires intérieures, quand nous-mêmes ferions pire, en privilégiant telle composante de la coalition au pouvoir en Italie aux dépens de telle autre ?

Plus cocasse encore, M. Macron dénonce des alliances politiques transfrontalières (entre les gilets jaunes et le mouvement 5 étoiles qui n’est pas sans ressemblance avec eux).
Pourtant, il réclamait naguère des listes transnationales aux élections européennes. Puisque, pour lui, les nations sont finies, comment peut-il s’étonner que certains en tirent les conséquences ?


Parfait Laughing
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Ils ne savent plus ce qu’ils disent Empty
MessageSujet: Re: Ils ne savent plus ce qu’ils disent   Ils ne savent plus ce qu’ils disent EmptyDim 17 Fév 2019, 09:37

France-Italie : entre crise diplomatique et intrigues politiciennes réciproques…

Alexandre del Valle Lundi 11 février 2019 à 10:422

D’après Alexandre del Valle, qui revient d’Italie, ce qui se joue sous couvert de “ crise diplomatique ” grave et “ d’ingérence intolérable ”, ce ne sont pas tant les petites phrases assassines des “ populistes italiens ” ou le soutien ostensible de Matteo Salvini et Luigi di Maio aux “ gilets jaunes ”, mais une double lutte d’influence, d’une part entre Luigi di Maio et Matteo Salvini, alliés-rivaux sur la scène italienne, et, d’autre part, entre le président Macron et “ sa ” scène politique qu’est la France, où il tente de conserver une figure de leader politique, à défaut de celle de président de la République...

Le 7 février 2019, la France a rappelé son ambassadeur d’Italie – pour « consultation » en représailles de la rencontre avec les « gilets jaunes » du vice-président du conseil italien Luigi di Maio, leader du mouvement 5 étoiles et allié du leader de la Ligue et co-vice-président du Conseil, Matteo Salvini. Selon le quai d’Orsay, Di Maio aurait une fois de plus provoqué la France de façon très grave, ceci moins d’un mois après ses dénonciations du Franc CFA et de la France « néo-coloniale ». Sans oublier les propos de Salvini sur le « très mauvais président » Macron qu’il faudrait « remplacer par Marine Le Pen »…

Un rappel d’ambassadeur est une chose grave en diplomatie, et on a suffisamment rappelé que ce n’était plus arrivé à l’Italie depuis qu’elle avait déclaré la guerre à la France en 1940. En fait, la crise diplomatique franco-italienne est le résultat prévisible de plusieurs mois de provocations d’abord de la part d’Emmanuel Macron, qui a désigné Salvini et le gouvernement Ligue-5 étoiles au pouvoir à Rome comme la « peste populiste » et l’ennemi suprême de l’Europe et des démocraties libérales face à l’autre diable Victor Orban.
Il est vrai que les ripostes, d’abord de Matteo Salvini puis de Luigi di Maio, peuvent paraître déplacées de la part de responsables politiques de haut niveau, mais elles ont constitué une réponse à une attaque première et non une offensive gratuite motivée par une haine idéologique.

Et Rome n’a pas du tout digéré les nombreuses leçons de morale lancées par Macron lui-même et son entourage contre l’Italie qu’ils sommaient d’accueillir les migrants à bord des bateaux des ONG, alors que la France fermait ses frontières à l’Italie (Ventimille) et ses ports à ces mêmes « navires humanitaires », et alors même que nombre de villes italiennes étaient déjà pleines à craquer et ses citoyens excédés alors qu’ils n’ont cessé de voir leur niveau de vie baisser depuis des années d’austérité.

L'article est long mais à le mérite de faire le point sur la question : https://www.valeursactuelles.com/monde/france-italie-entre-crise-diplomatique-et-intrigues-politiciennes-reciproques-103835
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ils ne savent plus ce qu’ils disent Empty
MessageSujet: Re: Ils ne savent plus ce qu’ils disent   Ils ne savent plus ce qu’ils disent Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ils ne savent plus ce qu’ils disent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Les élections à Fontenay, passées et à venir. Promesses, satisfactions, déceptions, attentes... :: Européennes 2019-
Sauter vers: