Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18862
Date d'inscription : 06/07/2010

Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain Empty
MessageSujet: Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain   Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain EmptyMer 06 Mar 2019, 09:15

Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain
5 MARS 2019

Par Frédéric Eparvier, cadre dirigeant d’un grande entreprise française à caractère stratégique ♦️
La vente d’Alstom a été une véritable trahison des prétendues « élites » contre le pays qu’elles prétendaient servir. Polémia a largement traité de cette honteuse affaire en de multiples articles. Nous avions notamment publié un rapport émis par le Centre Français de Recherche sur le Renseignement (Cf2R) qui pointait du doigt la soumission de la France dans une sordide affaire de pressions américaines. Un rapport qui – comme le note très justement Frédéric Eparvier dans le texte ci-dessous – était passé complètement inaperçu… excepté pour les lecteurs de Polémia !

Un nouvel ouvrage vient de paraître sur cette sombre affaire. Un livre qui lève le voile sur le moteur profond de cette trahison et qui met en exergue la guerre économique sans scrupule que nous mènent les États-Unis d’Amérique, la trahison de nos « élites », et les dangers qui nous guettent.

Plusieurs ouvrages déjà publiés sur le sujet Alstom
Le 19 décembre 2014, les actionnaires d’Alstom approuvaient la vente de la branche énergie du groupe éponyme à son concurrent américain : General Electric. Le journaliste Jean-Michel Quatrepoint s’était fendu à l’époque d’un petit livre[1] qui dénonçait l’abandon de la filière nucléaire française… Et la responsabilité de nos dirigeants qui avaient été incapables de protéger un pan entier de notre industrie et de nos intérêts stratégiques par nullité (les politiques) et par appât du gain (les nouveaux dirigeants de nos grandes entreprises). Ce livre se fondait essentiellement sur un rapport du Centre Français de Recherche sur le Renseignement qui était passé totalement inaperçu.[2] Ces deux ouvrages démontraient l’immense gâchis industriel qu’avait été ce bradage, et les mensonges du PDG d’Alstom de l’époque: Patrick Kron. Peut-être peut-on faire le reproche à Jean-Michel Quatrepoint d’avoir feint d’ignorer que les politiques et les nouveaux dirigeants, sont en fait un seul et même groupe.
Un troisième ouvrage vient de paraître[3], qui lève le voile sur le moteur profond de cette triste affaire et met en exergue la guerre économique sans scrupule que nous mènent les États-Unis d’Amérique, la trahison de nos élites, et les dangers qui nous guettent.

.../...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18862
Date d'inscription : 06/07/2010

Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain Empty
MessageSujet: Re: Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain   Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain EmptyMer 06 Mar 2019, 09:17

.../...


Une histoire incohérente

Mais revenons un peu en arrière.
En mars 2014, Patrick Kron, brillant X-Mines et PDG du groupe Alstom depuis dix ans, annonçait rentrer en négociations exclusives avec le groupe américain General Electric pour lui céder sa branche « Power » suite à une fuite du site de Business News Bloomberg.
Son argumentation était que cette branche n’avait ni la taille critique ni la profitabilité pour se développer dans le monde moderne et qu’il fallait l’appuyer sur un acteur majeur du domaine (la vendre…). Cela était faux, car la branche « Power » d’Alstom pesait 70 % de l’activité du groupe, avait un carnet de commandes de près de trois années (le fameux book to bill ratio) et une profitabilité de près de 9% (à comparer aux 6 % de la branche « Transport »).
« Prétendre devoir vendre parce qu’on n’est pas assez fort, pour devenir, après la cession encore plus faible, est complètement absurde ».[4] En École de Management, on aurait appris qu’en période de difficulté une entreprise doit se recentrer sur son cœur de métier ou, en tout cas, sur ses domaines à plus forte profitabilité pour assurer son avenir. C’est d’ailleurs ce que font les entreprises qui réussissent ou redécollent. Et dans la déclaration de Patrick Kron, pas un mot sur le futur de la branche « Transport », dont on a découvert depuis qu’elle ne pouvait plus qu’être vendue à Siemens ou un autre.
Après le refus de la Commission européenne d’accepter cette vente, il y a fort à parier que ce qui reste d’Alstom sera un jour vendu à un groupe chinois, après une énième tentative de sauvetage par un gouvernement français de passage qui promettra d’autant plus fort qu’il sera incapable de faire quoi que ce soit.
On se demande vraiment où les X et les énarques apprennent l’économie pour recommencer les mêmes erreurs depuis cinquante ans…
Alstom, victime de la guerre économique menée par les États-Unis ?
Pourtant, à la lecture et à la relecture de ce livre[5] pour les besoins de cet article, on garde l’impression gênante qu’il manquait un élément pour expliquer une telle débandade.
Cette clef vient sans doute d’être donnée par le livre de Frédéric Pierucci qui explique comment GE a utilisé le Departement of Justice américain (DOJ) pour forcer Patrick Kron à vendre la meilleure partie du groupe qui lui avait été confié par l’État (c’est à dire par les contribuables et les citoyens) en échange de son immunité pénale dans les poursuites pour corruption qui étaient intentées contre son groupe.
L’histoire est simplissime. Menacé de poursuites par le DOJ pour 1,78 % de commission en Indonésie (moins qu’un agent immobilier), Patrick Kron aurait d’abord finassé pendant quelques années avant de baisser sa culotte, après que cinq de ses cadres dirigeants furent arrêtés aux États-Unis et en Angleterre puis mis en prison sous des accusations de corruption.
On apprend au hasard du livre de Frédéric Pierucci que GE est un habitué de ce genre de manœuvres et que Alstom ne fut que la cinquième société à être rachetée par GE après avoir été déstabilisée par une mise en accusation du DOJ.

L’incroyable trahison des « élites » françaises sur le dossier Alstom
Logiquement, les politiques et les hauts fonctionnaires français auraient dû s’élever contre ce scandale. Que nenni, la collusion était totale.
On apprendra d’ailleurs dans le livre de Pierucci qu’Alstom dépensera 262 M d’€[6] – oui, vous avez bien lu ! – en frais de communication et de lobbying pour réussir cette opération. Quant à GE, le chiffe est secret.
Si certains, bien peu, ont essayé de lutter contre ce bradage, ils n’y pouvaient rien, car le système était bien verrouillé.
Jugez plutôt :
• GE était conseillé par cinq banques : Lazard (dont le Directeur Général est Mathieu Pigasse qui est propriétaire du Monde), Rothschild (où avait travaillé celui qui était le conseiller économique du Président François Hollande) et dont le Vice Président Europe : Klaus Mangold, était administrateur chez Alstom, Bank of America-Merril Lynch, HSBC et Crédit Suisse-First Boston, dirigé par François Roussely ex EDF.
GE était également conseillé par le groupe Havas, dont le Vice-Président, Stéphane Fouks, est un ami personnel du Premier ministre Emmanuel Valls (lire le pacte de Tolbiac dans Faits et Documents). Pour ce dossier, Havas mobilisera Anton Molina, ancien du Medef, Stéphanie Elbaz de Publicis consultants, et Michel Bettam ex Directeur de cabinet de Xavier Bertrand. Et pour les cabinets d’avocats ce fut Bredin et Pratt (Bredin dont la fille Frédérique fut Ministre de François Mitterrand).


.../...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18862
Date d'inscription : 06/07/2010

Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain Empty
MessageSujet: Re: Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain   Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain EmptyMer 06 Mar 2019, 09:19

.../...


• Alstom, de son côté, s’était attaché les services d’une ou plusieurs banques (non citées), de Frank Louvrier, ancien communicant de Nicolas Sarkozy et Maurice Levy de Publicis.
Alstom a également travaillé avec les cabinets d’avocats « Claude et Sarkozy » et « HoganLovells »dont le PDG, Steve Immelt n’est autre que… le propre frère de Jeff Immelt , PDG de GE[7] ! Mais ils avaient dû signer un NDA (Accord de Confidentialité)….
• Quant à l’APE (Agence des Participations de l’État, gardienne des intérêts patrimoniaux des contribuables – NOTRE argent -, elle était dirigé par David Azema – brillant énarque – qui choisit d’aller pantoufler chez Merill Lynch/Bank of America pour gagner de l’argent…[8] Si sa candidature chez Bank of America fut retoquée par la commission de déontologie de l’administration au titre de son rôle dans l’absorption d’Alstom, elle ne trouva rien à redire à son départ chez Merill Lynch, alors que les deux banques avaient fusionnées six mois auparavant…. De qui se moque-t-on ?
Devant un tel rouleau compresseur, 139 haut fonctionnaires de Bercy avaient-ils vraiment besoin d’aller à la soupe dans une tribune libre publiée dans Les Echos[9] pour dénoncer « La xénophobie économique qui ne serait pas l’avenir de la France » ?

La souveraineté technologique, industrielle et militaire de la France mise en pièces
Aujourd’hui, le désastre est total.

La France a perdu son autonomie pour l’entretien de son parc nucléaire civil et militaire puisque nos dix sous-marins nucléaires d’attaque et lanceur d’engins sont alimentés par les turbines produites par Alstom, pardon GE ex-Alstom.
En passant, on découvre aussi qu’avec cette vente la France a perdu le contrôle de Satellite Tracking System, petite société marseillaise, qui contrôle les trajectoires de 900 satellites dans 70 pays sans que cela ait ému quiconque à la DGA ou à la DGSE…
Et Monsieur Kron, qui a touché entre 4 et 12 millions d’euros pour cette liquidation, coule des jours heureux en Grèce dans sa maison de l’île de Paros.
La seule question que l’on doit se poser est celle de la prochaine cible.
L’énergie n’est plus autonome après la vente d’Alstom et de Technip, la banque est émasculée après les amendes contre BNP Paribas (9 Milliards d’€) et de la Société Générale (293 M€), l’aéronautique est sous surveillance avec l’enquête du SFO (Serious Fraud Office anglais) qui vise Airbus qui va sans doute devoir payer une amende de plusieurs milliards de dollars, les communications ont quasiment disparu avec la fin d’Alcatel (merci monsieur Tchuruk) vendu piteusement à Nokia…

L’alerte de Frédéric Pierucci aura-t-elle été vaine ? On peut le penser.
Le 2 janvier dernier, Jean Boustany, employé du groupe Privinvest qui possède les Constructions Mécaniques de Normandie (les fameuses vedettes de Cherbourg), a été arrêté aux Etats-Unis dans le cadre de la vente des patrouilleurs côtiers par CMN au Mozambique (contrat pourtant célébré en grandes pompes par François Hollande et Bernard Cazeneuve).

Sans préjuger des responsabilités réelles dans cette dernière affaire, on ne peut que se demander pourquoi les États-Unis s’intéressent d’aussi près, et surtout maintenant, à cette affaire vieille de 6 ans…
Le propriétaire de Privinvest, le millionnaire libanais Iskandar Safa, par ailleurs propriétaire de Valeurs Actuelles, mais aussi et surtout des chantiers Allemand Germand Navy Yards (ex Blum und Voss qui avaient construit le Bismarck et le Tirpitz en son temps) se faisait depuis quelques temps l’avocat d’un rapprochement franco-allemand dans le monde stratégique de la construction navale…
Un début de réponse ?
Frédéric Eparvier
05/03/2019

[1] QUATREPOINT, Jean-Michel. Alstom, scandale d’état. Fayard 2015
[2] Varenne, Leslie et Denécé, Eric. Racket Américain et Démission d’État.  Le dessous des cartes.Rapport de Recherche n° 13 du CF2R
[3] PIERUCCI, Frédéric. Le piège américain. L’otage de la plus grande entreprise de déstabilisation économique témoigne. JC Lattès, 2019.
[4] Ibidem, p.236
[5] QUATREPOINT. Op. cit.,
[6] PIERUCCI, p.358
[7] Ibidem., p.232
[8] P.241
[9] 13 juin 2014
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain Empty
MessageSujet: Re: Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain   Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Alstom. L’incroyable trahison des « élites » françaises face au chantage américain
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: