Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.
Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Valise rigide à roulettes pivotantes ...
Voir le deal
43.48 €

 

 Donald Trump et le pétrole

Aller en bas 
AuteurMessage
Salamandre

Salamandre

Messages : 4943
Date d'inscription : 08/01/2012

Donald Trump et le pétrole Empty
MessageSujet: Donald Trump et le pétrole   Donald Trump et le pétrole EmptyMar 14 Mai 2019, 12:03

Regarder sur une carte le détroit d'Ormuz pour comprendre les risques, sur l'approvisionnement mondial en pétrole, pris par les vrais faucons américains. Donald "Tartarin" Trump est parti pour se surpasser.

«Actes de sabotage» contre deux pétroliers saoudiens au large des Emirats arabes unis
Le Figaro avec AFP Publié le 13/05/2019

Le ministre saoudien de l'Énergie, Khalid al-Falih, a annoncé lundi que des «actes de sabotage» ont été perpétrés contre deux pétroliers saoudiens au large des Emirats arabes unis, a rapporté l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

«Deux pétroliers saoudiens ont fait l'objet d'actes de sabotage dans la zone économique exclusive des Emirats arabes unis, au large des côtes de l'Émirat de Fujairah, alors qu'ils étaient sur le point de pénétrer dans le golfe d'Arabie», a indiqué SPA, citant le ministre. Les Émirats avaient annoncé dimanche que quatre navires commerciaux de diverses nationalités avaient été la cible d'actes de sabotage au large de Fujairah.

Le ministre a précisé qu'il n'y avait pas de blessé ou de fuite de carburant à la suite de ces attaques, mais il a affirmé qu'elles ont «provoqué des dégâts considérables aux structures des deux navires». Un des deux pétroliers était en route pour être chargé de pétrole au terminal pétrolier saoudien de Ras Tanura pour des clients américains, a précisé le ministre. Les Emirats n'ont pas mentionné qui était responsable des attaques perpétrées dimanche matin mais ont déclaré que «mener des actes de sabotage contre des navires commerciaux et civils, de même que menacer la sécurité et la vie de ceux présents à bord représente une évolution grave».

Tensions grandissantes entre l'Iran et les Etats-Unis

Dimanche, Abou Dhabi a appelé la communauté internationale à «prendre ses responsabilités pour empêcher que de telles actions soient commises par des parties cherchant à porter atteinte à la sécurité de la navigation». Le port de Fujairah est le seul terminal aux Emirats arabes unis situé sur la côte de la mer d'Arabie, contournant le détroit d'Ormuz par où passent la plupart des exportations de pétrole du Golfe. L'Iran a, à plusieurs reprises, menacé de fermer le détroit en cas de confrontation militaire avec les Etats-Unis. Le petit émirat a un terminal pétrolier et un oléoduc qui fournit du pétrole d'Abou Dhabi où se trouve la majorité des réserves pétrolières des Emirats arabes unis.

Ces incidents interviennent sur fond de tensions grandissantes entre l'Iran et les Etats-Unis qui ont renforcé leurs présence militaire dans la région, y compris en envoyant plusieurs bombardiers stratégiques B-52. Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a décidé de se rendre lundi à Bruxelles pour discuter de «questions urgentes», et notamment de l'Iran, avec des responsables européens, a annoncé dimanche soir un responsable du département d'Etat. L'administration américaine de Donald Trump a multiplié les pressions sur l'Iran, accusé de préparer des attaques «imminentes» contre des intérêts américains au Moyen-Orient.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/actes-de-sabotage-contre-deux-petroliers-saoudiens-au-large-des-emirats-arabes-unis-20190513

Ces incidents interviennent surtout après le rejet unilatéral, par Trump, de l'accord international concernant le nucléaire en Iran, et l'exigence américaine adressée aux entreprises du monde entier de cesser tout commerce avec l'Iran.


Dernière édition par Salamandre le Jeu 12 Mar 2020, 21:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4943
Date d'inscription : 08/01/2012

Donald Trump et le pétrole Empty
MessageSujet: Re: Donald Trump et le pétrole   Donald Trump et le pétrole EmptyMar 14 Mai 2019, 14:59

Comment, ni la France ni les Etats-Unis n'ont encore vendu à l'Arabie Saoudite des missiles défensifs anti-drones ?

Arabie saoudite : des attaques de drones revendiquées par les rebelles houthistes visent des installations pétrolières
le Monde, 14.05.2019
Les rebelles houthistes, contre qui l’Arabie saoudite mène une guerre depuis 2015 au Yémen, ont revendiqué ces attaques qui ont contraint Riyad à cesser ses opérations sur un oléoduc majeur.
L’Arabie saoudite a interrompu, mardi 14 mai, les opérations sur un oléoduc majeur du royaume après des attaques de drones ayant visé deux stations de pompage près de la capitale Riyad, a annoncé le ministre de l’énergie Khalid Al-Falih.

Un porte-parole des rebelles houthistes, contre qui l’Arabie saoudite, à la tête d’une coalition de pays arabes, mène une guerre depuis 2015 au Yémen, a revendiqué cette série d’attaques. « Ceci est un message pour que l’Arabie saoudite arrête son agression », a déclaré Mohammed Abdel Salam dans un communiqué diffusé par l’agence de presse AP.
Plus tôt, la chaîne de télévision Al-Massirah, contrôlée par les rebelles, avait fait état d’une « opération militaire majeure » contre des cibles saoudiennes avec « l’utilisation de sept drones » contre des « installations vitales ».

« Drones armés »
Dans une déclaration relayée par l’agence de presse officielle saoudienne SPA, M. Falih a expliqué que deux stations de pompage avaient été visées le matin par des « drones armés », ce qui a provoqué un « incendie » et des « dégâts mineurs » à une station, avant que le sinistre ne soit maîtrisé.
Le géant pétrolier Aramco « a pris des mesures temporaires et a interrompu temporairement les opérations sur l’oléoduc » qui relie la province orientale d’Ach-Charqiya, une région saoudienne riche en pétrole, à la mer Rouge, a-t-il dit en condamnant cette attaque « terroriste ».

Sabotages mystérieux de pétroliers
Dimanche, des « actes de sabotage » mystérieux ont été commis sur quatre navires dans le golfe, dont deux pétroliers saoudiens, selon les autorités des Emirats arabes unis, pays allié de Riyad.
Les Emirats et l’Arabie saoudite sont de proches alliés des Etats-Unis qui n’ont cessé de durcir le ton contre Téhéran, que ce soit sur le dossier nucléaire ou ses « actions déstabilisatrices » au Moyen-Orient.
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/14/arabie-saoudite-des-installations-petrolieres-visees-par-une-attaque-de-drones_5461950_3210.html
Revenir en haut Aller en bas
joseph1



Messages : 787
Date d'inscription : 08/09/2014

Donald Trump et le pétrole Empty
MessageSujet: Re: Donald Trump et le pétrole   Donald Trump et le pétrole EmptyVen 17 Mai 2019, 15:10

Les USA, les pays arabes, l ' Iran :
https://youtu.be/daanTPD7SRk
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4943
Date d'inscription : 08/01/2012

Donald Trump et le pétrole Empty
MessageSujet: Re: Donald Trump et le pétrole   Donald Trump et le pétrole EmptyJeu 13 Juin 2019, 21:10

La liberté de circulation des pétroliers se restreint.
Les cours du pétrole ont brusquement grimpé après l’annonce de cet « incident »

Attaque contre deux pétroliers dans le golfe d’Oman
Pétroliers en feu, opérations de sauvetage de dizaines de marins : deux tankers, norvégien et japonais, ont été la cible d’une attaque d’origine indéterminée en plein Golfe.
Le Monde avec AFP, AP et Reuters

Une épaisse colonne de fumée noire s’élevant d’un navire sur une mer d’huile. Les images, diffusées par la télévision d’Etat iranienne jeudi 13 juin, témoignent des tensions qui agitent depuis un mois la mer d’Oman, en plein Golfe, du fait de la crise entre les Etats-Unis et l’Iran.
Deux pétroliers, norvégien et japonais, ont été la cible jeudi d’une attaque d’origine indéterminée. La Ve Flotte américaine, basée à Bahreïn, a indiqué avoir reçu deux « appels de détresse » tôt dans la matinée.

A Oslo, les autorités maritimes ont clairement parlé d’une attaque, en rapportant que trois explosions avaient eu lieu à bord d’un pétrolier norvégien. Il a été « attaqué » entre les Emirats et l’Iran, « à 6 h 03 locales », ont annoncé dans un communiqué les autorités maritimes norvégiennes, précisant qu’aucun membre d’équipage n’avait été blessé malgré l’incendie.
Le second navire, le Kokuka-Courageous, un méthanier, a essuyé des tirs mais les 21 membres d’équipage ont été sauvés après l’abandon du navire. « Il semble que d’autres navires aient également essuyé des tirs », a dit le président de la compagnie, Yutaka Katada, confirmant des informations de sa société mère de Singapour, BSM Ship Management.
L’Iran a exprimé ses « inquiétudes » après des « incidents suspects ». Dans un premier temps, Téhéran a parlé d’« accident » et indiqué avoir porté secours à « deux tankers étrangers » en mer d’Oman.

Les cours du pétrole ont brusquement grimpé après l’annonce de cet « incident » dans le golfe d’Oman par un service d’information sur la navigation commerciale géré par la Royal Navy. « Le Royaume-Uni et ses partenaires sont en train d’enquêter », a déclaré le United Kingdom Marine Trade Operations (UKMTO) sur son site Internet, sans donner de précisions.
Un cinquième de la demande mondiale de pétrole transite par le détroit d’Ormuz, où, le 12 mai, quatre navires – deux saoudiens, un émirati et un norvégien – dont trois pétroliers, avaient été endommagés par des « actes de sabotage » attribués à l’Iran par l’Arabie saoudite. Selon John Bolton, conseiller à la sécurité de la Maison Blanche, ils sont dus à des mines iraniennes.
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/13/la-marine-americaine-assiste-deux-navires-attaques-dans-le-golfe-d-oman_5475675_3210.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4943
Date d'inscription : 08/01/2012

Donald Trump et le pétrole Empty
MessageSujet: Re: Donald Trump et le pétrole   Donald Trump et le pétrole EmptyJeu 12 Mar 2020, 21:03

Aux Etats-Unis, la crise de l’or noir menace les rêves pétroliers de Donald Trump
Les producteurs de pétrole de schiste, fers de lance de la « domination énergétique » défendue par le président, vont être frappés de plein fouet par la baisse des cours.
Par Arnaud Leparmentier Publié

Le krach pétrolier est une catastrophe pour les producteurs de gaz et de pétrole de schiste de l’Oklahoma et du Bassin permien du Texas, Etat décisif pour la réélection de Donald Trump, en novembre. Celui-ci s’est publiquement réjoui de la baisse, qui est « bonne pour les consommateurs ». En réalité, elle constitue un désastre pour ses fiefs pétroliers du Midwest.
Officiellement, bien sûr, les républicains ne demandent pas de renflouement public, tout comme Mike Sommers, patron de l’American Petroleum Institute, qui représente la filière. La tactique habituelle consiste à invoquer la sécurité nationale et à dénoncer les manipulations des Russes pour appeler au secours, comme l’a fait Anne Bradbury, directrice générale de l’American Exploration and Production Council, qui représente vingt-cinq producteurs indépendants de pétrole : « Nous avons besoin de réglementations et de politiques saines permettant aux producteurs indépendants américains de rester les leaders mondiaux du développement énergétique pour s’assurer que notre pays conserve l’indépendance énergétique que nous avons recherchée pendant des décennies. »

Abondance d’offre, crise de la demande
La mise en cause de la Russie intervient alors que la guerre des prix lancée par Riyad et Moscou vise explicitement les producteurs américains de pétrole de schiste, qui ont permis aux Etats-Unis de se hisser, en 2018, au rang de premier producteur mondial de brut.
Sans se soucier des cours mondiaux, l’Oncle Sam était devenu le trouble-fête du marché de l’or noir. Depuis 2017, plus la production américaine croissait, plus l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie devaient s’imposer des quotas afin d’éviter un effondrement des cours.

Résultat : les pays producteurs traditionnels n’ont eu de cesse de céder des parts de marché aux Américains, ce qui a rendu furieuses les compagnies pétrolières russes. L’OPEP et la Russie n’ont jamais réussi à convaincre les groupes américains de diminuer la production, d’autant que le discours de Donald Trump sur la « domination énergétique » des Etats-Unis sonnait comme un blanc-seing à forer toujours plus.
A cette abondance d’offre s’est ajoutée une crise de la demande, avec la chute de l’activité économique en Chine, frappée de plein fouet par l’épidémie due au coronavirus. La consommation mondiale pourrait reculer pour la première fois depuis 2009. Cette pression a fait exploser l’alliance entre le cartel de l’OPEP et la Russie, et entraîné le marché pétrolier en territoire inconnu. Même les analystes les plus optimistes ne se risquent pas à imaginer un retour à la normale dans les prochains mois.
../..
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4943
Date d'inscription : 08/01/2012

Donald Trump et le pétrole Empty
MessageSujet: Re: Donald Trump et le pétrole   Donald Trump et le pétrole EmptyJeu 12 Mar 2020, 21:03

../..
Un problème de rentabilité
Moscou et Riyad vont payer un prix économique élevé pour cette offensive, mais espèrent que c’est le schiste américain qui souffrira le plus. La situation n’est pas comparable à celle de la crise financière de 2008, lorsque l’exploitation de schiste était balbutiante, produisant moins d’un million de barils par jour. Rien d’identique, non plus, avec l’effondrement de 2014, lors de la dernière guerre des prix lancée par les Saoudiens. A ce moment-là, Wall Street et les investisseurs privés s’étaient empressés de venir à la rescousse du secteur, qui avait résisté à l’offensive au prix de coupes budgétaires draconiennes. Surtout, à l’époque, l’industrie du schiste ne produisait que 2 millions de barils par jour.
Aujourd’hui, plus de 60 % de la production américaine proviennent de ces gisements. Mais ces opérations ne sont pas jugées suffisamment rentables par les investisseurs. De fait, leur rentabilité est de l’ordre de 4 % des capitaux investis, un niveau beaucoup trop faible pour ce genre d’industrie, tandis que les valeurs boursières affichent une sous-performance durable. Depuis plusieurs trimestres, les fonds d’investissement et les activistes tentent de pousser les industriels à réduire leurs volumes et à privilégier le cash-flow.

Les mesures imaginées pour les pétroliers n’ont pas été annoncées officiellement par la Maison Blanche. Cependant, la crise pétrolière ne laisse guère d’options : selon les chiffres du cabinet d’études norvégien Rystad Energy, seules quatre compagnies américaines sont encore rentables avec un baril à 31 dollars dans le Bassin permien et dans le Colorado, dont les deux mastodontes Chevron et ExxonMobil. Ce n’est pas le cas de la centaine d’autres opérateurs présents sur le territoire national.
L’industrie, qui permet d’avoir de petits puits et de forer horizontalement, a l’avantage d’exiger des investissements relativement modestes et de rentabiliser un projet en moins de 24 mois… à condition d’avoir un baril à environ 68 dollars, d’investir sans cesse dans de nouveaux puits et de disposer de petits pipelines pour écouler le pétrole.

Panique
Pour l’instant, le secteur cède à la panique : l’indice Standard & Poor’s des valeurs énergétiques a perdu 15 % depuis lundi et la moitié de sa valeur en un an. A court de liquidités, les entreprises devraient arrêter leurs rachats d’actions, réduire les investissements à la seule maintenance et baisser leur production.
Ces mesures ne permettront sans doute pas d’éviter des faillites, notamment celles des entreprises les plus endettées.
« La moitié des entreprises du secteur [du pétrole et gaz de schiste] devrait faire faillite dans les deux ans », a déclaré au Wall Street Journal Scott Sheffield, patron de l’un des gros acteurs du Bassin permien. Ces défauts de paiement pourraient entraîner les banques dans leur sillage. Les institutions régionales implantées au Texas et en Oklahoma ont déjà perdu entre la moitié et les deux tiers de leur valeur en un an.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/03/12/aux-etats-unis-la-crise-de-l-or-noir-menace-les-reves-petroliers-de-donald-trump_6032697_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Donald Trump et le pétrole Empty
MessageSujet: Re: Donald Trump et le pétrole   Donald Trump et le pétrole Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Donald Trump et le pétrole
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Pays de l'Union Européenne et international :: International-
Sauter vers: