Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyDim 19 Mai 2019, 14:56

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !
C’est la mobilisation générale pour éviter que le Rassemblement national n’arrive en tête pour les élections européennes.

Emmanuel Macron qui voit sa stratégie « progressistes contre populistes » partir en vrille avec les derniers sondages, va mouiller la chemise et se mouiller lui-même par la même occasion !

Nathalie Loiseau est chaperonnée dans tous les meetings par un ou deux ministres.

On a même remobilisé les grognards de la Macronie et les traitres de la dernière heure mais ils peinent à incarner le Nouveau monde et la modernité en politique !

Jugez plutôt :

Daniel Cohn-Bendit, 74 ans, un ancien révolutionnaire reconverti au libéralisme.

Robert Hue, 72 ans, un (ancien ?) communiste venu soutenir un ancien banquier d’affaire ! Il faut le voir pour le croire !

Gérard Collomb, 72 ans … En voila un qui a eu le nez creux de quitter la place Beauvau, juste avant l’arrivée des Gilets jaunes !

Elisabeth Guigou, 72 ans, cette figure du mitterrandisme qui nous avait juré, sur la tête de Jean Jaurès, que jamais le PACS ne déboucherait sur le mariage homosexuel et encore moins sur le droit à l’adoption pour
les gays ! Mais en 2013, elle applaudissait au mariage pour tous et à l’adoption pleinière !

Jacques Attali, 76 ans, le conseiller des présidents de gauche qui s’est toujours trompé sur tout mais qui continue à être invité sur tous les plateaux de télé !

Jean-Pierre Raffarin, 70 ans, un des derniers transfuges des Républicains vers laREM ! La vieillesse est un naufrage !

Richard Ferrand, 57 ans, le benjamin du groupe, un peu trop bruyant avec les casseroles qu’ils trainent …

Bertrand Delanoë, 69 ans, surnommé Notre-Dame de Paris remplacé ensuite par sa créature Anne Hidalgo (Notre-Drame de Paris).


Rendez-vous le 26 mai au soir pour savoir si cette mobilisation générale a payé …
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 760
Date d'inscription : 22/12/2014

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyDim 19 Mai 2019, 17:23

A droite nous avons donc Nathalie Loiseau a sauver, et à gauche nous avons Raphaël Glucksmann.
A chacun son boulet !  Laughing
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyMer 12 Juin 2019, 09:58

Nathalie Loiseau connaît des débuts difficiles au Parlement européen
Nathalie Loiseau n'aurait pas été tendre avec ses alliés du groupe libéral au Parlement européen au cours d'un point de presse "off" relaté par le journal belge "Le Soir".

Pauline de Saint-RemyLes Indispensables Pauline De Saint-Rémy ITUNES RSS

édité par Eléanor Douet
PUBLIÉ LE 12/06/2019 À 07:37

Si Nathalie Loiseau a connu des mésaventures comme tête de liste de la majorité présidentielle pendant la campagne des européennes, c’est désormais au Parlement européen qu’elle connaît quelques difficultés.

Pourtant avant tout diplomate, de son propre aveu, l’ancienne ministre des Affaires européennes était arrivée à Bruxelles avec l’objectif affiché de décrocher la présidence du groupe centriste européen, l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE) (qu'elle veut rebaptiser Alliance des citoyens pour l’Europe). Ce groupe, au sein duquel la délégation française est la plus nombreuse avec 21 eurodéputés, était jusqu’ici présidé par le belge Guy Verhofstadt.

Mais en fin de semaine dernière, Nathalie Loiseau a commis une bourde. Juste après une réunion de négociations entre chefs de groupe, elle s’est entretenue, en privé, en "off" avec un groupe de journalistes français. Manque de chance, certains d’entre eux ont raconté leur échange à des confrères du quotidien belge Le Soir, qui s’en est fait écho jeudi, dans un article intitulé : "Les libéraux européens brusqués par Nathalie Loiseau".

Des critiques contre ses adversaires mais aussi ses alliés
Ils y évoquent "des propos peu amènes", "tant sur ses alliés que sur ses rivaux", et une "impression d’arrogance". Dans le viseur de la députée européenne, notamment, le candidat allemand du PPE, autrement dit de la droite, pour la présidence de la Commission, Manfred Weber, qu’elle a qualifié "d’ectoplasme". Angela Merkel qui pousse sa candidature appréciera.

Mieux : Nathalie Loiseau s’en est pris à ceux dont elle sollicite le soutien, en expliquant que "tout était à refaire dans le groupe", composé selon elle "d’auto-entrepreneurs" façon "Uber". Selon le Canard enchaîné elle serait allée jusqu’à qualifier Guy Verhofstadt, à qui elle entend donc succéder de "vieux de la vieille qui a des frustrations rentrées depuis 15 ans".

La principale intéressée à démenti ces propos dans un mail envoyé à ses collègues. "Pure fantaisie", a-t-elle écrit. Mais vous vous en doutez, au Parlement européen c’est la consternation, particulièrement dans le contingent belge, très influent au sein du groupe des libéraux.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4617
Date d'inscription : 08/01/2012

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyMer 12 Juin 2019, 14:31

Le chant fluté de Loiseau cacherait-il une langue de vipère ?
En tout cas, beaucoup n'ont pas apprécié, et le perchoir visé parait hors d'atteinte : on peut se moquer de tout, mais pas avec tout les monde, comme aurait dit Desproges. Le vrai off (sans fuite) se fait rare.
«Je salue l’intelligence politique de Nathalie Loiseau et la sincérité de ses démentis. Entrée prometteuse au Parlement européen» (Jean Arthuis)

Traité d’«homme aigri» par Nathalie Loiseau, Jean Arthuis (LREM) lui répond
Dans un point presse «off» à Bruxelles, la néo-eurodéputée s’en est prise à plusieurs membres de l’ALDE, alors même qu’elle brigue la présidence du groupe des libéraux au Parlement européen.

Pour la délégation LREM à Bruxelles, c’est une sérieuse épine dans le pied. D’autant qu’elle a été provoquée par celle qui était censée mener les troupes, et montrer l’exemple. Le 5 juin, Nathalie Loiseau, ex-tête de liste du mouvement présidentiel aux élections européennes, organisait un point presse en «off» auprès de plusieurs journalistes français. Durant son heure de prise de parole, l’eurodéputée fraîchement élue a vivement égratigné la plupart des dirigeants européens avec qui elle est pourtant censée s’allier au Parlement. Comme l’ont révélé plusieurs médias dont Le Figaro et Le Canard enchaîné, l’ancienne ministre des Affaires européennes a ciblé plusieurs membres du groupe des libéraux (ALDE), une formation dont elle brigue pourtant la présidence.

À l’entendre, l’ancien premier ministre belge et actuel président de l’ALDE, Guy Verhofstadt, aurait des «frustrations rentrées depuis quinze ans». Tandis que sa collègue néerlandaise Sophie in ’t Veld aurait quant à elle «perdu toutes les batailles qu’elle a menées». Enfin, le PPE Manfred Weber, pressenti pour la présidence de la Commission, était pour sa part qualifié d’«ectoplasme» qui n’a «jamais rien réussi».

En privé, la macronie se désolidarise de Loiseau
Dans sa diatribe, Nathalie Loiseau a également attaqué l’eurodéputé LREM sortant Jean Arthuis. Celui qui a pourtant été le premier député européen à soutenir Emmanuel Macron était ainsi présenté comme un «homme totalement aigri» par l’ancienne directrice de l’ENA. Attaqué directement par une membre de sa propre famille politique, Jean Arthuis a ironiquement réagi aux propos de sa collègue. «Je salue l’intelligence politique de Nathalie Loiseau et la sincérité de ses démentis. Entrée prometteuse au Parlement européen», a-t-il tonné sur Twitter lundi soir, précisant que ses propos relevaient naturellement de l’ironie.

Après la publication de ces verbatims dans la presse, Nathalie Loiseau a tenté d’éteindre la polémique grandissante en envoyant un mail de démenti aux eurodéputés libéraux. «C’est de la pure invention», écrivait-elle notamment, en anglais dans le texte. Reste que, pour LREM, le mal est fait. Sur les 108 eurodéputés de l’ALDE, la délégation LREM représente le principal contingent, avec ses 21 membres. En sa qualité de tête de liste, Nathalie Loiseau possédait donc de sérieuses chances d’en prendre la présidence. Mais ses propos de la semaine dernière pourraient rebattre les cartes. En privé, ses propres colistiers et les artisans de sa campagne n’hésitent pas à se désolidariser de la diplomate de profession. À l’Élysée aussi, on n’a que très peu goûté cette sortie, dont les conséquences encore floues pourraient tout bonnement limiter l’influence de LREM à l’échelle européenne, en privant ses membres de quelques postes clés.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/traite-d-homme-aigri-par-nathalie-loiseau-jean-arthuis-lrem-lui-repond-sechement-20190612
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyMer 12 Juin 2019, 17:40

Au Parlement européen, Nathalie Loiseau se crée déjà des adversaires dans son propre camp
12/06/2019 à 11h51
S'adressant en "off" devant plusieurs journalistes, l'ex-tête de liste La République en marche aux européennes a tiré à vue sur plusieurs de ses partenaires du groupe centriste qu'elle va intégrer... et dont elle ambitionne de prendre le leadership.
À Bruxelles, Nathalie Loiseau a visiblement décidé de mettre les pieds dans le plat. Mercredi 5 juin, lors de la rentrée des députés fraîchement élus au Parlement européen, l'ex-tête de liste de La République en marche s'est laissée allée à quelques confidences face à une douzaine de journalistes.
En l'espace de 45 minutes, l'eurodéputée a pris le risque d'entamer un crédit à peine constitué.
C'est le quotidien belge Le Soir qui, le premier, a fait fuiter les propos peu amènes tenus par Nathalie Loiseau à l'égard de ses futurs partenaires du groupe centriste ADLE. Un groupe dont elle entend prendre, de surcroît, le leadership, en vertu du fait que LaREM y envoie le plus gros contingent d'élus.
Pour l'heure, c'est le très pro-européen Guy Verhofstadt qui en occupe la direction.
Candidate à sa succession, donc, Nathalie Loiseau a cru bon de le qualifier de "vieux de la vieille qui a des frustrations rentrées depuis quinze ans", rapporte Le Canard enchaîné. Le Belge, pourtant, avait laissé entendre qu'il serait prêt à laisser la main à l'ancienne ministre d'Emmanuel Macron.
Un autre rival pour le poste, le Suédois Fredrick Federley, en a également pris pour son grade: "L'élire serait donner les clés du groupe à la droite allemande", estime Nathalie Loiseau.
Quant à la Hollandaise Sophie in't Veld, "ça fait quinze ans qu'elle perd toutes les batailles qu'elle mène".
Globalement, l'eurodéputée macroniste enjoint le groupe ADLE à "apprendre à parler politique et non juste problèmes pratiques et cas individuels". "Y a tout à faire", a-t-elle grincé. Un langage très cash qui tranche avec les mœurs plutôt feutrées du Parlement européen.

"Le problème en Europe, c'est Merkel"
Ce démarrage en fanfare ne s'arrête pas là. Nathalie Loiseau décrie également un eurodéputé français sortant, le centriste Jean Arthuis, l'un des premiers soutiens d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle. "Cette intelligence brillante (est) malheureusement un homme totalement aigri", a-t-elle dit de cet ancien ministre des Finances. Lequel a d'ailleurs riposté, dans un tweet tout en ironie cinglante: "Je salue l'intelligence politique de Nathalie Loiseau et la sincérité de ses démentis. Entrée prometteuse au Parlement européen."

Les adversaires du groupe libéral-centriste ne sont pas plus ménagés. D'après l'ex-ministre, le candidat de la droite européenne à la présidence de la Commission, Manfred Weber, est un "ectoplasme" qui "n'a jamais rien réussi". Et de résumer sa position sur l'Allemagne: "Le problème, en Europe, c'est Merkel."

"Elle a l'insouciance facile"
À Paris, les députés LaREM ne peuvent que constater, après une campagne marquée par les bourdes répétées de leur candidate, que celle-ci continue de s'enliser dans un "cycle négatif".

"Sa maladresse la poursuit au Parlement européen. Elle a vraiment les qualités pour faire évoluer l'institution, parce qu'elle en comprend l'environnement. Mais là où elle doit jouer sa mue, c'est dans la négo, dans les rapports humains. Elle est dans une approche trop théorique des choses. On n'est pas simplement en train de traiter un dossier, là!", s'étrangle un élu de la majorité auprès de BFMTV.com. "Elle a l'insouciance facile", ajoute-t-il.

Les compétences techniques de Nathalie Loiseau, le parti présidentiel y voit toujours une planche de salut au niveau bruxellois... à condition d'être stratège. À la Commission européenne, au-delà de la question des dossiers, il faut savoir plaire. Les places espérées par certains membres de la délégation Renaissance - au hasard, Pascal Canfin pour la présidence de la commission environnement - pourraient s'avérer bien plus difficile à obtenir, comme l'explique Libération.

.../...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyMer 12 Juin 2019, 17:41

.../...

De l'autre côté, au sein du Parlement, qui compte 751 élus, les macronistes ne seront qu'une vingtaine, d'où la nécessité absolue de pouvoir jeter des ponts pour défendre ses projets. Un rapport de force radicalement différent de celui en vigueur à l'Assemblée nationale française, où LaREM occupe plus de 300 sièges.

Campagne durement vécue
Si cet énième impair de l'ex-ministre n'est pas, assure-t-on, un "gros sujet" dans les rangs de la majorité, on s'accorde à y voir une manie "un peu délétère". Dans son démenti - qui n'a pas convaincu grand-monde, étant donné le nombre de journalistes qui corroborent ses propos -, Nathalie Loiseau qualifie l'échange de "pure invention".

"Le 'off', elle devrait le savoir, ça n'existe pas... A fortiori pour une telle personnalité. Après, je pense qu'elle a très mal vécu la dernière séquence, qu'elle se sent attaquée, y compris par ceux qui ont fait campagne pour elle", souffle un pilier du groupe.

Et de conclure: "Maintenant, il faut qu'elle s'oublie un peu."

------------------


et dire que mme loiseau a fait carrière dans la diplomatie avant de diriger l'ENA...

on rêve !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyJeu 13 Juin 2019, 07:02


“Ectoplasme”, “homme aigri” : les premiers pas catastrophiques de Loiseau au Parlement européen
Mercredi 12 juin 2019 à 17:27 3

Au cours d’un point presse, la chef de file macroniste au Parlement s’est mise à dos ses alliés du groupe libéral.

Impopulaire lors de sa campagne européenne, Nathalie Loiseau semble aussi l’être au sein de son propre groupe. Selon le quotidien belge Le Soir, la tête de liste LREM a réussi l’exploit de se faire des ennemis au sein même du groupe libéral (ADLE) qu’elle entend présider.

« Frustrations », « ectoplasme », « homme aigri »…
Tout débute le 5 juin dernier, quand l’ancienne ministre déléguée aux Affaires étrangères organise un point presse « off » devant certains médias. Lors de cette déclaration, elle dézingue à tout va ceux qui sont censés être ses alliés. Selon elle, le président belge du groupe libéral Guy Verhofstadt a, par exemple, des « frustrations rentrées », la députée néerlandaise Sophie in’t Veld, qui vise aussi la présidence de l’ADLE, « a perdu toutes les batailles qu’elle a menées », l’autre candidat, suédois, Frederick Federley, est à la solde de la droite teutonne, l’Allemand Manfred Weber est un « ectoplasme » qui « n’a jamais rien réussi » et son propre collègue à LREM Jean Arthuis est un « homme aigri ». Alertée par Garance Pineau, spécialiste de l’Europe au sein de LREM, sur la violence de ses propos, l’eurodéputée tempère et explique alors que ce qu’elle dit n’engage pas Emmanuel Macron… Mais le mal est fait.


La France pourrait perdre la présidence des commissions auxquelles elle prétendait


D’autant plus, qu’à part lancer des piques à ses alliés, Nathalie Loiseau n’évoque à aucun moment les ambitions françaises pour l’Europe. Malgré le caractère « off » de cette déclaration, un journaliste présent raconte ce qu’il a entendu à un des ses confrères du quotidien belge Le Soir, qui s’empresse de publier ces propos. « Les enchères ont immédiatement monté car Loiseau s’est fragilisée toute seule », confie un observateur à Libération. « Avec leurs 21 élus, les Français sont la principale délégation nationale et pouvaient prétendre à la présidence du groupe et à une présidence de commission parlementaire. Ça va désormais être difficile », explique-t-il. Par exemple, le numéro 2 de la liste LREM Pascal Canfin, pourrait bien se faire subtiliser la présidence de la commission environnement par les Libéraux-Démocrates britanniques, forts de leurs 17 députés.

Nathalie Loiseau dément dans un mail
« Il faut qu’on la débranche, elle n’est manifestement pas à la hauteur », réagit-on à Paris.

Surtout que, peu avant cette sortie, Nathalie Loiseau avait envoyé un mail à tous ses colistiers, selon Libération : « Petit conseil : la jouer modestes et surtout pas arrogants. Les prédécesseurs d’autres familles politiques n’ont pas toujours eu cette finesse. Les Français ont donc une mauvaise réputation à contredire ».

Pour autant, l’eurodéputée dément les propos qu’elle a tenus lors de cette fameuse conférence de presse. « J’ai lu un très étrange article dans Le Soir aujourd’hui. Je ne connais pas le journaliste, je ne l’ai jamais rencontré et je pense que je ne le rencontrerai jamais. Surtout, je ne reconnais pas les propos qui me sont attribués. C’est de la pure invention », écrit-elle dans un mail à l’adresse de ses collègues du groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4617
Date d'inscription : 08/01/2012

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyJeu 13 Juin 2019, 18:21

Quand les paroles s'envolent, on rate l’atterrissage.
"une présidence de groupe politique" ayant une forte "visibilité d’un point de vue médiatique" : vu ses états de service, mieux vaut en rester là.

Nathalie Loiseau renonce à la présidence du groupe ADLE au Parlement européen

La candidature de l’eurodéputée LRM était contestée depuis les propos critiques qu’elle a tenus à l’égard de ses alliés européens.
Les propos très peu diplomatiques tenus lors d’un « off » de Nathalie Loiseau, la semaine dernière, ont finalement eu raison de sa candidature à la présidence du groupe des Libéraux au Parlement européen (rebaptisé « Renaissance Europe »). L’ex-ministre des affaires européennes a renoncé, jeudi 13 juin, à ce poste à forte exposition médiatique à Bruxelles et Strasbourg. Signant, du même coup, un atterrissage raté de la Macronie dans l’hémicycle européen.

Une partie du « off » de Mme Loiseau s’est retrouvée sur la place publique au cours des derniers jours. Ils ont considérablement fragilisé les ambitions de la tête de la liste Renaissance, donnant l’impression qu’elle entendait, avec ses 20 colistiers français, mener une transformation du groupe libéral à la hussarde, en faisant peu de cas des sensibilités nationales et politiques qui le composent.

Vote prévu le 19 juin
« Ces derniers jours, en plus des candidatures concurrentes connues à la présidence du groupe [celles de la néerlandaise Sophie Int’Veld, du suédois Fredrik Federley], d’autres se sont multipliées, certaines en réaction au “off” », explique l’entourage de Mme Loiseau. « Au fil des heures, le prix à payer pour maintenir ses chances d’obtenir la présidence devenait exorbitant », ajoute cette source.

La délégation française, de loin la plus importante, avec 21 élus, d’un groupe très hétéroclite de 106 eurodéputés, convoite aussi des postes à responsabilité dans des commissions parlementaires. Avec moins de visibilité d’un point de vue médiatique qu’une présidence de groupe politique, mais la capacité de peser sur l’agenda et les orientations législatives. Maintenir leur souhait de décrocher la présidence de « Renaissance Europe » aurait privé les Français d’à peu près tous les autres postes espérés. Qu’un autre élu français de la liste Renaissance la remplace semble pour l’heure exclu.

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/13/nathalie-loiseau-renonce-a-briguer-la-presidence-du-groupe-centriste-au-parlement-europeen_5475818_3210.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyJeu 13 Juin 2019, 19:44

Au fil d temps les fins manoeuvriers se révèlent...

Lorsque l'on s'entoure de lèches bottes au lieu de rechercher des competents nécessairement moins dociles on ramasse.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14697
Date d'inscription : 30/05/2011

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyJeu 13 Juin 2019, 22:35

tonton christobal a écrit:
Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !

C'est désormais sans espoir...


Citation :
Le récit du crash de Nathalie Loiseau au Parlement européen

Par Cécile Ducourtieux et Jean-Pierre Stroobants Publié 13.06.2019

C’est l’histoire d’un crash, celui de Nathalie Loiseau, tête de liste Renaissance-LRM, qui aspirait à diriger l’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE), qui sera bientôt rebaptisée – à la demande des macronistes – Renew Europe (« renouveler l’Europe »). L’ancienne tête de liste de la majorité présidentielle pendant la campagne des élections européennes a dû renoncer à cette ambition, jeudi 13 juin à Bruxelles.

La saga démarre une semaine plus tôt, mercredi 5 juin à 15 h 50. Une dizaine de journalistes français et de correspondants européens attendent Mme Loiseau, toute récente eurodéputée, devant une salle de réunion du Parlement européen, à Bruxelles. La journée est chargée, les tractations entre les groupes politiques en vue de trouver une coalition après le scrutin du 26 mai entrent dans le dur.

L’ex-ministre des affaires européennes s’est invitée à la table des négociations, au côté de Guy Verhofstadt, président de l’ALDE depuis presque dix ans. Cette première réunion avec les présidents des trois autres principales formations politiques proeuropéennes (conservateurs du PPE, sociaux-démocrates et Verts) doit ébaucher un accord rendu nécessaire par la montée des forces populistes.

Si Mme Loiseau a convié des journalistes, dont une représentante du Monde, c’est très probablement pour confirmer qu’elle est candidate à la présidence du groupe auquel les élus de sa liste Renaissance ont officiellement choisi d’adhérer au soir du 26 mai, lui apportant d’un seul coup ses 21 élus (sur 106 au total). L’entrevue va durer quarante-cinq minutes et se déroule sous la règle du « off », à laquelle les journalistes bruxellois sont habitués : ils s’engagent à ne pas attribuer les propos à la personne qui les tient, ce qui autorise cette dernière à une plus grande liberté de parole.

Mme Loiseau est assez connue – et plutôt appréciée – du cercle des correspondants, qui l’ont croisée à maintes reprises quand elle était ministre. Elle a, à l’époque, donné l’image d’une politique très au fait de ses dossiers. Cette fois, la conversation est inédite, dérangeante. Et le « off » sera, le lendemain, brisé par un média qui n’a pas assisté à l’entrevue mais en a glané quelques échos. Avec un article mis en ligne, puis rapidement retiré, le quotidien belge Le Soir lance une bombe à fragmentation aux effets qui vont se révéler dévastateurs.

Devant les journalistes français, l’eurodéputée a multiplié les critiques, à l’égard des autres familles politiques comme de la sienne. En guise d’introduction, elle indique d’emblée, en allusion à la difficile campagne qu’elle vient de mener :

« Ça fait du bien d’avoir des journalistes qui s’intéressent aux affaires européennes ! Parce que franchement deux mois et demi [à Paris] avec des gens qui ne comprennent rien, c’est long. »

Ce n’est qu’un début avant une longue complainte. A propos de son groupe politique, elle dit qu’il doit être refondu en profondeur « sur les fondations d’ALDE » mais « avec des nouveaux venus, une nouvelle charte, de nouvelles méthodes, un nouveau nom et un nouveau leadership ». Il doit avoir « un barycentre moins nordique et moins Benelux » et devra prendre en compte des enjeux dont « ceux qui sont complètement ordolibéraux entendent parler pour la première fois de leur vie : des sujets comme le changement climatique, la régulation du numérique », des thèmes qui « n’étaient pas forcément dans leur ADN de départ ».

Elle poursuit : « Pour dire les choses, ceux qui étaient habitués au “small is beautiful” vont être étonnés de voir débarquer une délégation de vingt et un Français ». Elle ajoute pourtant : « Précédés de notre réputation d’arrogance, nous avons choisi de décevoir en bien, comme disent les Suisses. » Il s’agirait donc plutôt, à l’en croire, de « la jouer modeste, inclusif, à l’écoute, ce qui n’était pas forcément le cas de tout le monde avant ». « Et cela se passe bien », précise-t-elle.
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Jeu 13 Juin 2019, 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14697
Date d'inscription : 30/05/2011

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyJeu 13 Juin 2019, 22:37

Citation :
---/---
Toujours à propos de sa nouvelle famille politique, ALDE, Mme Loiseau insiste :

« Il y a tout à y faire. ALDE c’est Uber, ce sont des autoentrepreneurs. Il faut renforcer le dialogue, la transparence, clarifier les procédures, que l’on parle politique dans le groupe et pas seulement détails pratiques et destins individuels. Faire en sorte que ce groupe arrête d’avoir peur d’avoir grossi. »

Car, « il y a encore des gens qui ne veulent pas trop déranger le système, et on dit qu’il faut le faire avancer ».

L’intéressée va indiquer également que la présidence de ce groupe est « son unique objectif », mais que ce n’est pour autant « pas gagné ». En effet, « si on veut les clés de la camionnette, il faut convaincre que l’on sait conduire et qu’on n’enverra personne dans le fossé. Ce qui est certain, c’est que Guy Verhofstadt n’est pas candidat à sa propre succession ».

L’ex-diplomate se dit alors prudente mais confiante avant le vote prévu pour le 19 juin. Et souligne que ses alliés qui espèrent un poste dans une commission parlementaire – un lieu de pouvoir conséquent – « ont plutôt intérêt à nous soutenir, car nous sommes plus en capacité de tenir nos promesses ».
Que dire des autres candidats potentiels à la présidence du groupe, la Néerlandaise Sophie In’t Veld et le Suédois Fredrick Federley ? « Tout le monde a parfaitement le droit de concourir, cela ne me gêne pas la démocratie. » Mais l’Allemande Nicola Beer, du FDP ? « Du haut de ses 5 %, elle se comporte comme une Allemande au Parlement européen, du genre : ici, c’est chez moi. »

Au passage, Mme Loiseau n’hésite pas à se mettre en avant, sans modestie, pour un poste très en vue, quitte à égratigner les piliers du groupe : « Vingt-six ans de diplomatie active et de capacité à faire du multilatéral, l’atout d’être nouvelle, (…) de faire forcément du collectif par rapport aux vieux de la vieille qui, par définition, ont dix ou vingt ans de frustrations rentrées ». « Il faut que tout le monde se sente bien dans le groupe mais aussi, pour cela, que tout le monde se comporte bien dans le groupe. » S’ensuit une discussion sur le changement de nom, qui occupe beaucoup certaines délégations nationales. Quels sont, selon l’élue française, les noms à éviter absolument ? « ALDE », lâche-t-elle, car connoté trop libéral.

Mme Loiseau enchaîne avec une rafale d’attaques ad hominem. Manfred Weber, réélu largement président du groupe PPE et candidat à la présidence de la Commission ?

« On a dit qu’on n’était pas favorables au système des spitzenkandidaten [têtes de liste des partis paneuropéens] et qu’il fallait compter avec nous. Ce système consiste à donner les clés de la commission à la CDU et à la CSU [partis conservateurs allemands, dominants au sein du PPE] et il favorise la cuisine des partis et pas la vraie démocratie. »

La « carrure » de M. Weber serait, par ailleurs, « très insuffisante ». « Cela donne vraiment le sentiment que, soit Angela Merkel n’y croit pas [à la candidature de M. Weber] et que cela ne la dérange pas de lâcher quelqu’un comme lui ; soit elle ne croit pas du tout à la Commission et cela ne la dérange pas de mettre un ectoplasme à sa tête. » Mme Loiseau ajoute que M. Weber n’aurait « aucune fiabilité » mais que la chancelière ne le lâchera pas rapidement car « cela permet de faire monter les enchères. Je sais ce que Mme Merkel pense de Weber, et elle pense du mal de la Commission ».

Un coup de griffe ensuite pour Amélie de Montchalin, actuelle secrétaire d’Etat aux affaires européennes. Son initiative de convoquer les élus français de tous les bords, y compris ceux du Rassemblement national, à Paris [le vendredi suivant, l’opération se révélera un échec] « est une démarche républicaine qui interroge effectivement (…). Je pense que c’est bien d’avoir essayé mais je n’y crois pas, je n’ai jamais travaillé comme cela. »

On passe ensuite à l’eurodéputé centriste et ancien ministre Jean Arthuis, qui fête à ce moment, quelques étages plus bas, la fin de ses mandats successifs. « Il tient le même discours depuis que je le connais : “Le Parlement européen n’est pas un vrai parlement”, il n’a pas un vrai budget… C’est triste qu’une si belle intelligence parte avec autant d’aigreur. »
---/---
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14697
Date d'inscription : 30/05/2011

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyJeu 13 Juin 2019, 22:38

Citation :
---/---
Mme Loiseau, qui va aussi préciser qu’elle n’est « plus la porte-parole d’Emmanuel Macron », se voit demander quel serait le candidat français pour la présidence de la Commission. Réponse :

« C’est quelqu’un prêt à mettre en œuvre notre agenda. Quand on a une ambition pour l’Europe, on choisit la personne pour la porter. »

Que dire de l’inertie au Conseil européen qui a peu embrayé sur les projets de réforme de M. Macron ces deux dernières années ? « Le souci c’est Merkel : plus elle est affaiblie moins elle bouge. Rapidement et Merkel, ça ne va pas ensemble. Nous, on va essayer de bouger tout cela ».

Après l’article paru dans Le Soir, Mme Loiseau va envoyer aux responsables du groupe un mail démentant l’intégralité des propos qui lui sont prêtés. Elle affirme avoir lu « un très étrange article » et écrit « je ne reconnais pas les propos qui m’y sont attribués [Le Soir citait surtout l’ectoplasme]. C’est de la pure fantaisie ». Le Canard enchaîné détaillera toutefois, lui aussi, mercredi 12 juin, ses propos aussi peu amènes que diplomatiques. Mme Loiseau est, dès lors, prise en flagrant délit de mensonge, ce qui autorise Le Monde et d’autres médias présents à briser son « off ».

Acculée, Mme Loiseau a donc dû jeter l’éponge, jeudi 13 juin. Atterrissage raté de la Macronie dans l’hémicycle européen… « Ces derniers jours, on a assisté, en plus des candidatures concurrentes connues, à la multiplication d’autres candidatures, certaines en réaction au off », indique l’entourage de l’eurodéputée. « Au fil des heures, le prix à payer pour maintenir ses chances d’obtenir la présidence devenait exorbitant », ajoute cette source. Un ancien commissaire européen, ex-premier ministre, le très francophone et francophile roumain Dacian Ciolos, pourrait, en tout cas, profiter de la situation.

Il reste à la délégation française à briguer des postes à responsabilités dans les commissions, cruciales pour peser sur l’agenda et les orientations législatives. Maintenir son souhait de décrocher la présidence de Renew Europe l’aurait privée d’à peu près tous ces postes. « Mme Loiseau a agi en responsabilité. Le choix qui a été opéré est celui de préserver l’influence française au Parlement européen », a indiqué l’entourage de l’ex-ministre, qui continuera cependant de siéger dans l’hémicycle.

Jeudi soir, Mme Loiseau tenait à indiquer que « le projet politique passe avant le positionnement personnel ». Et affirmait vouloir « se concentrer sur le projet ». D’ailleurs, concluait-elle, « c’est pour cela que nous avons été élus ». Un pis-aller pour l’ancienne ministre.
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/13/le-recit-du-crash-de-nathalie-loiseau-au-parlement-europeen_5475931_3210.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18867
Date d'inscription : 06/07/2010

Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! EmptyJeu 13 Juin 2019, 22:55

Coquace : les anglais vont sans doute quitter l'europe...on change le nom du parti à la demande de la france pour lui donner une appellation anglaise.

Macron préfére s'exprimer en anglais pour défendre la francophonie...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty
MessageSujet: Re: Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !   Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut sauver le soldat Loiseau ! L’heure est grave !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel était le nom par défaut de cet évènement ?
» 18 Aragnarok du Chaos Soldat [Larve]
» yasmina khadra
» Mon soldat : LAUREL M. WHITMORE
» comptabilité et retours noemie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Les élections à Fontenay, passées et à venir. Promesses, satisfactions, déceptions, attentes... :: Européennes 2019-
Sauter vers: