Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Oral-B Vitality Trizone – Brosse à Dents Électrique Rechargeable
12.12 €
Voir le deal

 

 Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 29 Jan 2020, 11:59

Science, médecine, commerce et géopolitique

Coronavirus : comment la Chine a fait pression sur l’OMS
Par Paul Benkimoun  Publié le 29.01.2020
La Chine s’est notamment opposée à ce que l’Organisation mondiale de la santé proclame une urgence de santé publique de portée internationale.
Après des débats agités, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a affiché ses divisions et n’a pas proclamé une urgence de santé publique de portée internationale à propos de l’épidémie due au 2019-nCoV. Les considérations politiques semblent l’avoir emporté sur les arguments scientifiques, la Chine s’étant plus que fermement opposée à une telle déclaration.
Réunis en téléconférence mercredi 22 janvier pour débattre de la situation créée par l’épidémie due au nouveau coronavirus 2019-nCoV, les membres du comité d’urgence de l’OMS se sont divisés en deux moitiés opposées sur l’avis à rendre au directeur général de l’institution. « Je ne déclare pas d’urgence de santé publique de portée internationale », a donc déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, en reconvoquant une réunion du comité d’urgence le lendemain. Cette dernière n’a pas fait varier les positions.

Le docteur Tedros a donc maintenu sa décision le 23 janvier, en indiquant que « le comité d’urgence était divisé sur la question ». Il précisait qu’il s’agissait d’une urgence sanitaire en Chine mais qu’elle n’était « pas encore devenue une urgence sanitaire mondiale » et que « la flambée représent[ait] un risque très élevé en Chine et un risque élevé aux niveaux régional et mondial ». Dans son allocution devant la presse à l’issue de la réunion du comité d’urgence, le directeur général a tenté de prévenir les critiques : « Je tiens à réitérer que le fait que je ne déclare pas une urgence de santé publique de portée internationale aujourd’hui ne doit pas être pris comme un signe que l’OMS ne pense pas que la situation soit grave ou que nous ne la prenons pas au sérieux. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. »

Mutisme
Une telle conclusion n’a pas fait l’unanimité chez les scientifiques et chez les commentateurs chevronnés en matière d’épidémie. Le strict mutisme est de rigueur à l’OMS comme parmi les membres du comité. Mais, selon les informations que Le Monde a pu recueillir auprès de plusieurs sources de nationalités différentes, la décision de l’OMS résulte d’une opposition catégorique de la part de la Chine et de ses alliés, qui ont fait pression sur les membres du comité et la direction de l’organisation.
L’OMS dispose d’un instrument juridique, le Règlement sanitaire international (RSI), qui a fait l’objet d’une révision en 2005, compte tenu de la dissimulation par la Chine, pendant plusieurs mois, des informations sur l’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) qui sévissait à partir de novembre 2002 dans la province de Guangdong. La nouvelle version est plus contraignante pour les Etats membres. Avec le RSI-2005, l’OMS se retrouvait dotée d’un « instrument juridique international qui a force obligatoire pour 196 pays dans le monde, dont tous les Etats membres de l’OMS. Il a pour but d’aider la communauté internationale à prévenir les risques graves pour la santé publique, susceptibles de se propager au-delà des frontières et de constituer une menace dans le monde entier et à y riposter », précise le site de l’organisation.
../..


Dernière édition par Salamandre le Ven 13 Mar 2020, 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 29 Jan 2020, 12:00

../..
Comme le prévoit le RSI en cas d’épidémie à fort potentiel de dissémination, l’OMS a constitué un comité d’urgence pour la pneumonie due au nouveau coronavirus 2019-nCoV. Il regroupe quinze membres et six conseillers, choisis par le directeur général sur la liste des experts du RSI. Pour la plupart, ce sont des spécialistes des épidémies et des agents infectieux, mais il compte aussi une experte en médecine aéronautique, une représentante du ministère de la communication et de l’information de Singapour ou encore, parmi les conseillers, un responsable médical de l’Association internationale du transport aérien (IATA) ainsi qu’un chef d’unité à l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).
La composition de ce comité ad hoc reflète aussi des préoccupations géopolitiques puisque les quinze experts qui en sont membres sont originaires d’Arabie saoudite, d’Australie, du Canada, de Chine, de Corée du Sud, des Etats-Unis, de France, du Japon, des Pays-Bas, de Russie, du Sénégal, de Singapour pour deux d’entre eux et de Thaïlande, là encore pour deux d’entre eux. L’ancien directeur général de la santé français Didier Houssin en assure la présidence.

Débats houleux
Lors des réunions des 22 et 23 janvier, le docteur Tedros aurait invité les ambassadeurs des quatre pays les plus concernés par l’épidémie à ce moment – Chine, Thaïlande, Corée du Sud, Japon – à se joindre comme observateurs aux quinze membres et six conseillers du comité d’urgence. C’est à cette occasion que le représentant chinois aurait d’emblée exercé une pression sur le comité et par voie de conséquence sur le directeur général, affirmant qu’« il était hors de question de déclarer une urgence de santé publique de portée mondiale », indiquent au Monde deux sources concordantes, qui confirment que les débats ont été particulièrement houleux.

Le fait même que l’OMS reconnaisse que des opinions divergentes existaient dans le comité et que le président du comité, Didier Houssin, précise à l’issue de la première réunion que les positions étaient divisées à 50-50 n’est en rien habituel dans cette institution.
« Ce n’est pas que les autorités chinoises minimisent la gravité de l’épidémie, les mesures drastiques prises après la mise au point officielle du président Xi Jinping le montrent, et elles affirment presque comme un défi qu’aucun autre pays n’est prêt à aller aussi loin. Mais elles ont réorienté leur diplomatie en suivant un nouveau credo : la Chine n’est plus un pays du tiers-monde, analyse un bon connaisseur du dossier. Il s’agit de démontrer que le pays possède les capacités de gérer seul la crise sanitaire et c’est l’une des grandes différences avec ce qui s’est passé avec le SRAS. Là, ce sont les Chinois qui ont isolé le virus, séquencé son génome et l’ont partagé et publié dans les revues internationales. »

Une déclaration d’urgence sanitaire internationale aurait aussi l’inconvénient d’entraîner des restrictions pouvant toucher les personnes, les marchandises et les transports, dont la Chine comme ses alliés, en Asie notamment, se passeraient bien.
Le choix fait par le docteur Tedros visait aussi à trouver un compromis avec la Chine puisqu’il souhaitait se rendre en visite officielle dans ce pays. Le voyage a effectivement eu lieu les 27 et 28 janvier et le directeur général a obtenu des autorités chinoises de pouvoir « envoyer une délégation internationale d’experts en Chine, dès que possible, afin de travailler avec leurs homologues chinois à une meilleure connaissance de l’épidémie pour guider les efforts mondiaux de riposte », comme le rapporte un communiqué de l’OMS publié à Pékin le 28 janvier.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/01/29/coronavirus-la-chine-a-impose-son-point-de-vue-au-sein-de-l-oms_6027569_3244.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 29 Jan 2020, 21:58

Quand Le Monde parle de Fontenay...

Citation :
« Garde ton virus, sale Chinoise ! » : avec le coronavirus, le racisme antiasiatique se propage en France

Par Valentin Cebron Publié aujourd’hui à 18h19, mis à jour à 19h07

« Garde ton virus, sale Chinoise ! T’es pas la bienvenue en France », crie un chauffard en accélérant sur une flaque d’eau pour l’éclabousser. Minh, qui relate l’épisode intervenu lundi 27 janvier, est d’origine vietnamienne. Depuis l’identification en France de plusieurs cas de patients contaminés par le coronavirus 2019-nCoV, apparu en décembre 2019 à Wuhan en Chine, les propos racistes à l’encontre des personnes de la communauté asiatique se multiplient. Elles sont les premières victimes de l’inquiétude suscitée par le virus.

La mère de John (le prénom a été modifié), d’origine philippine, en a fait les frais. « Elle faisait ses courses, rapporte le jeune homme, lorsqu’elle a entendu une voix dans son dos. Un homme mettait en garde son fils sur le virus et les Chinois, en la désignant. » La scène s’est déroulée dans un hypermarché à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). A Lyon, dans une fromagerie, Elodie a été témoin d’une humiliation : « Un couple a refusé d’être servi par une dame d’origine asiatique. Elle s’est mise à pleurer. »

Avec la médiatisation de la crise sanitaire, de nombreuses personnes d’origine asiatique se sentent pointées du doigt. « A la fac, quand je tousse, on me dit que je vais contaminer tout le monde », raconte Julie, étudiante à Assas d’origine japonaise. Dans les transports, ce sont des regards en coin. Marie (le prénom a été modifié), d’origine chinoise, le confirme : « Dans le métro, un homme a même caché son nez et sa bouche dans son pull devant mes parents. » Dans cette atmosphère paranoïaque, se faire dévisager parce qu’on est asiatique n’est pas rare. « Une amie, aussi coréenne, n’ose plus sortir », ajoute Sujin. Car certains se font insulter, voire expulser du métro.

Sous couvert d’humour, au travail, les discussions autour de l’actualité du coronavirus s’accompagnent parfois de propos discriminants. Employée dans une boutique de sacs à Paris, Mia (le prénom a été modifié), d’origine cambodgienne, témoigne : « J’ai à peine le temps de poser mon manteau que mon manager me dit en rigolant : j’espère que ta famille n’a pas ramené le virus. Devant mon sourire crispé, il lâche un “si on ne peut plus rien dire !” Tous les jours. C’est pesant. » Une lassitude que ressent également Vincent, agent à la SNCF d’origine sud-coréenne. Toujours prêt à plaisanter, « même sur ses origines », il a perdu son sens de l’humour lorsqu’un collègue l’a interpellé Gare de Lyon, d’un « alors, t’as pas mis ton masque ? ».

Les pharmacies sont d’ailleurs dévalisées. « Je suis en rupture de stock, constate Corine, pharmacienne dans le 4e arrondissement de Paris, j’attends une livraison fin février. » A l’hôpital, l’amalgame continue. « Ce week-end, témoigne une urgentiste du SAMU à Marseille, un homme nous a demandé s’il pouvait être infecté après avoir mangé du riz cantonais ! »

Sur les réseaux sociaux, la parole raciste semble se déployer encore plus ouvertement, parfois sans même se cacher derrière du second degré. « Les Chinois ne mettent pas longtemps pour te ramener un virus en France… par contre pour un colis faut attendre 3 mois », écrit une internaute sur Facebook. « A cause de soupe de chauve-souris de merde vous contaminez tout le monde », lit-on sur Twitter.

Derrière l’incrimination des pratiques culinaires asiatiques ou du « manque d’hygiène des Chinois », c’est « tout un faisceau d’images stéréotypées de l’inconscient collectif qui s’exprime, observe Mai Lam Nguyen-Conan, spécialiste des questions interculturelles et invervenante en entreprise. Le virus exacerbe la peur d’être envahi par la Chine. »

En réaction au déferlement de propos haineux, lundi 27 janvier, la réalisatrice Amandine Gay a relayé un appel lancé sous le hashtag #Jenesuispasunvirus : « La crise sanitaire du coronavirus entraîne dans son sillage une libération de la parole raciste (…). Ce déchaînement vise les personnes “asiatiquetées” ». Le message a reçu des milliers de réponses de soutien. « Je suis contente qu’il ait permis une prise de conscience », confie Julie (le prénom a été modifié), la créatrice du hashtag, qui se dit surprise de l’engouement généré par l’appel.

Professeure de français, elle fait acte de pédagogie auprès des élèves qui partagent la vidéo devenue virale d’une femme asiatique cuisinant une chauve-souris : « Cette vidéo a été tournée dans le cadre d’une émission à sensation ». Auprès des adultes aussi, l’initiatrice du hashtag se sent obligée de calmer « la psychose ambiante ».
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Mer 29 Jan 2020, 23:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 29 Jan 2020, 21:59

Citation :
---/---
Dans son message, Julie dénonce par ailleurs un « processus de racialisation » du traitement médiatique du coronavirus. Dimanche 26 janvier, Le Courrier Picard a fait sa Une sur « l’Alerte jaune » et titrait son édito : le péril jaune. Le quotidien régional a présenté ses excuses. Renaud André, fondateur de l’association anti-raciste Asia 2.0 n’est pas étonné de revoir surgir l’expression. « On a beau alerter, elle revient dans les médias, déplore-t-il. On qualifie de virus chinois un coronavirus qui n’a pourtant aucune identité ethnique. »

Au-delà de la dénonciation des blagues racistes liées à l’épidémie apparaît le récit d’une stigmatisation banalisée. Evoquant les « gestes à la Bruce Lee » ou les « Ni hao » quotidiens, Vincent ne cache pas sa tristesse : « J’ai 38 ans, plus 15, je n’ai plus envie de me prendre ce genre de réflexions. On a envie de s’exiler à l’autre bout du monde, de raser les murs pour ne pas se faire embêter. »

Pour les associations, le virus n’est qu’un élément qui condense une sinophobie latente. « On a reçu encore plus d’alertes de personnes d’origine asiatique assimilées à des Chinois, et donc associées au coronavirus », déplore Laetitia Chhiv, présidente de l’Association des jeunes Chinois de France. « Il faut porter plainte, qu’il y ait des traces, affirme Renaud André. Tant qu’on n’a pas ces statistiques, les politiques ne se rendent pas compte de la réalité. »

Une sensibilisation à ces questions émerge cependant. Ancien vice-président du Conseil représentatif asiatique de France, Valéry Vuong assure que « la nouvelle génération de Français d’origine asiatique ne se laisse plus faire ». D’une certaine façon, le coronavirus pourrait même servir la lutte contre le racisme, selon Mai Lam Nguyen-Conan : « Les associations ont intérêt à se saisir de ce genre de phénomènes pour essayer de faire passer des messages différents sur les Asiatiques. »
https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/01/29/coronavirus-le-racisme-antiasiatique-se-propage-en-france_6027701_3244.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 30 Jan 2020, 17:01

Air France (parmi d'autres) suspend ses vols vers la Chine, le nombre de kilotonnes de kérosène brulés en CO2 va baisser : c'est bon pour la planète, devrait dire Greta qu'on n'entend plus.
Mais certains au Japon commencent à s'inquiéter pour les Jeux olympiques d'été 2020. En attendant Paris 2024, et ses grèves des transports (?), riche idée de faire de Paris la capitale du tourisme intercontinental mondial.
https://www.lepoint.fr/monde/coronavirus-chinois-roissy-charles-de-gaulle-aeroport-le-plus-expose-en-occident-30-01-2020-2360432_24.php

Sans vouloir viser un pays en particulier, il est clair que l'augmentation rapide du nombre de vols intercontinentaux, l'inflation de la taille des mégalopoles, sans oublier les transports en commun bien tassés et autres lieux surfréquentés, sont des conditions favorisant fortement la propagation d'épidémies. Il ne reste qu'à espérer un système médical à la hauteur ... Malgré les alertes répétées des urgences et autres services hospitaliers sur la réduction de leurs moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 30 Jan 2020, 19:34

La délicate réhabilitation de huit médecins chinois, lanceurs d’alerte sur le coronavirus
Arrêtés début janvier pour dissémination de « fausses rumeurs », ces médecins de Wuhan avaient essayé d’anticiper le risque de propagation du 2019-nCoV.
Par Frédéric Lemaître  Publié le 30.01.2020

Le 1er janvier, ils étaient des traîtres. Le 30, ils deviennent des héros. Le 1er janvier, la police de Wuhan publiait un communiqué se félicitant d’avoir interpellé huit « habitants de Wuhan » qui répandaient des « fausses rumeurs » sur les réseaux sociaux. Ces mauvais citoyens avaient osé prétendre que le nouveau virus qui commençait à faire plusieurs victimes dans la capitale du Hubei était proche du SRAS, le virus parti de Chine qui a tué plusieurs centaines de personnes en 2003. A l’époque, une telle affirmation était sacrilège. Sauf que les faits leur ont donné raison et que ces huit « habitants » du Hubei n’étaient pas n’importe qui mais des médecins ! Qui plus est, l’un d’eux est, entre-temps, tombé malade.

« Brièvement détenues »
Mardi 28 janvier, un article rédigé par un juge de la Cour suprême de Pékin estime que même si l’épidémie actuelle n’est pas liée au virus du SRAS, « l’information délivrée par les huit personnes n’était pas fabriquée de toutes pièces » et qu’elle aurait dû être tolérée. « Ça aurait été une bonne chose que le public se fie à cette rumeur, commence à porter des masques, prenne des mesures pour se protéger et évite le marché aux animaux sauvages de Wuhan », d’où l’épidémie de pneumonie à coronavirus est probablement partie, écrit ce juge.

Du coup, mercredi, la police de Wuhan a tenté de s’expliquer, affirmant que ces personnes n’avaient pas été arrêtées mais seulement « convoquées pour une discussion ». Jeudi, le Global Times, le quotidien nationaliste, va plus loin dans la réhabilitation. Après avoir affirmé qu’en fait, ces personnes ont bel et bien été « brièvement détenues », ce journal donne la parole à Zeng Guang, qui n’est autre que le chef épidémiologiste du Centre chinois pour la prévention et le contrôle des maladies. Celui-ci estime que « rétrospectivement, nous devrions vivement les féliciter. Ils ont été clairvoyants avant le déclenchement de l’épidémie ».

Incompétence des autorités
Cette réhabilitation ne vient pas de nulle part. Alors que la Chine est en train de rechercher les responsables de la propagation de l’épidémie, les Chinois découvrent peu à peu que les autorités politiques, au moins au niveau régional, ont soit interdit aux scientifiques de faire part de leurs inquiétudes, notamment sur la transmission du virus entre humains, soit ont minimisé les avertissements reçus.

Pour nombre d’internautes, la détention de ces huit lanceurs d’alerte était le symbole à la fois de l’arbitraire mais aussi de l’incompétence des autorités chinoises. Leur réhabilitation – même si on ne connaît toujours ni leurs noms ni leurs fonctions exactes – fait partie d’une campagne destinée à montrer aux Chinois et à l’opinion publique internationale que Pékin sait reconnaître ses erreurs et faire preuve de transparence.

Mais cet épisode confirme aussi que les autorités ont, durant plusieurs semaines, fait pression sur les scientifiques pour qu’ils ne viennent pas troubler « l’harmonie » qui devait règner en Chine à la veille du Nouvel An lunaire. Le 19 janvier, les autorités de Wuhan ont encore organisé un banquet géant de 40 000 couverts pour célébrer celui-ci alors que, dans le monde entier, les scientifiques mettaient déjà en garde contre les dangers du coronavirus.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/01/30/la-delicate-rehabilitation-de-huit-medecins-chinois-lanceurs-d-alerte-sur-le-coronavirus_6027806_3244.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 06 Fév 2020, 23:14

Citation :
Emotion à l’annonce de la mort du docteur Li Wenliang, lanceur d’alerte du coronavirus

Par Frédéric Lemaître et Simon Leplâtre Publié 06.02.2020

Le coronavirus vient de faire une victime on ne peut plus symbolique : Li Wenliang, un ophtalmologue qui fait partie des huit médecins arrêtés par la police de Wuhan le 1er janvier pour avoir révélé trop tôt les dangers du virus est mort, jeudi 6 février, rapportent le Global Times et le South China Morning Post.

Dès le 30 décembre 2019, cet homme de 34 ans, médecin de l’hôpital central de Wuhan, avait attiré l’attention de collègues sur le fait que sept personnes travaillant sur le marché aux animaux de Wuhan étaient hospitalisées et semblaient avoir contracté un virus proche du SRAS.

Le 1er janvier 2019, la police de Wuhan l’interpelle ainsi que sept collègues qui ont relayé l’information. Le 2 janvier, l’information était reprise par CCTV, la télévision d’État qui ne mentionne pas que les huit personnes coupables de « répandre des fausses rumeurs » sont des médecins. Le 3 janvier, Li Wenliang doit signer un procès-verbal reconnaissant qu’« il perturbe l’ordre social ». « Votre action va au-delà de la loi. Vous envoyez des commentaires mensongers sur Internet. La police espère que vous allez collaborer. Serez-vous capable de cesser ces actions illégales ? Nous espérons que vous allez vous calmer, réfléchir et nous vous mettons sévèrement en garde : si vous insistez et ne changez pas d’avis, si vous continuez vos activités illégales, vous allez être poursuivis par la loi. Comprenez-vous ? » peut-on lire sur le procès-verbal de la police que Li Wenliang publiera le 31 janvier.

Il révèle à cette occasion qu’il présente des symptômes du coronavirus depuis le 10 janvier, qu’il a de la fièvre depuis le 11 et qu’il a été hospitalisé le 12. Entre-temps, les faits lui ont donné raison. Le 20 janvier, une des sommités médicales du pays, Zhong Nanshan, reconnaissait que le virus était transmissible entre humains. Le même jour, Xi Jinping tirait la sonnette d’alarme et mobilisait le pays.

Trop tard : la crise du coronavirus allait prendre les jours suivants une dimension internationale. Mardi 28 janvier, un article rédigé par un juge de la Cour suprême estime que même si l’épidémie actuelle n’est pas liée au virus du SRAS, « l’information délivrée par les huit personnes n’était pas fabriquée de toutes pièces » et qu’elle aurait dû être tolérée. « Ça aurait été une bonne chose que le public se fie à cette rumeur, commence à porter des masques, prenne des mesures pour se protéger et évite le marché aux animaux sauvages de Wuhan » d’où le coronavirus est probablement parti écrit ce juge.

Du coup, mercredi 29, la police de Wuhan a tenté de se justifier, affirmant que ces personnes n’avaient pas été arrêtées mais seulement « convoquées pour une discussion ». Le jeudi 30 janvier, le Global Times va plus loin dans la réhabilitation. Après avoir affirmé qu’en fait, ces personnes ont bel et bien été « brièvement détenues », ce journal donne la parole à Zeng Guang, qui n’est autre que le chef épidémiologiste du Centre chinois pour la prévention et le contrôle des maladies. Celui-ci estime que « rétrospectivement, nous devrions vivement les féliciter. Ils ont été clairvoyants avant le déclenchement de l’épidémie ». Commentaire de Li Wenliang sur le sort qui lui a été réservé : « la vérité est plus importante que la justice ».
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Jeu 06 Fév 2020, 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 06 Fév 2020, 23:15

Citation :
---/---
L’annonce de sa mort a immédiatement provoqué une avalanche de commentaires sur les réseaux sociaux chinois. Certains publient simplement la flamme d’une bougie sur leur profil wechat, d’autres osent des critiques frontales, appelant à la démission des officiels locaux. Mais il est rare de voir des critiques aussi unanimes sur les réseaux sociaux chinois.

« Nous attendons toujours vos excuses », demandent beaucoup d’utilisateurs de Weibo, le site de microblog chinois. Plus modéré, quelqu’un espère que « ceux qui t’ont fait taire ne soient que des brebis galeuses, et que plus de cadres du Parti prennent exemple sur toi : qu’ils ôtent le manteau de la bureaucratie et s’habillent de plus d’humanité ».

Beaucoup, sur Weibo et sur Wechat partagent les photos de neufs présentateurs du journal télévisé différents, sur CCTV, parlant de l’arrestation début des médecins début janvier, avec en bandeau « huit personnes qui ont diffusé des rumeurs arrêtées et placées sous enquête.

L’Organisation mondiale de la santé s’est dite « profondément peinée par le décès du docteur Li Wenliang. Nous avons tous besoin de célébrer le travail qu’il a accompli ». Pourtant, le 28 janvier, le directeur général de l’OMS, en déplacement à Pékin, s’était félicité de la « transparence » et de la « rapidité » de la réaction de la Chine à cette crise, sans un mot pour ces médecins qui ont eu le tort d’avoir eu raison trop tôt et dont l’arrestation n’a pu qu’inciter les autres professionnels de la santé à se taire. Si la Chine les avait écoutés, trois semaines décisives auraient été gagnées dans la lutte contre le coronavirus.

Père d’un enfant de cinq ans, Li Wenliang allait à nouveau être père mais son épouse, enceinte, semble également infectée par le virus ainsi que ses parents.

Frédéric Lemaître (Pékin, correspondant) et Simon Leplâtre (Shanghaï, correspondance)
https://www.lemonde.fr/international/article/2020/02/06/emotion-a-l-annonce-de-la-mort-du-docteur-li-wenliang-lanceur-d-alerte-du-coronavirus_6028699_3210.html
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 08 Fév 2020, 12:25

Coronavirus : cinq nouveaux cas confirmés en France, origine via Singapour
«Leur état clinique ne présente aucun signe de gravité», a indiqué Agnès Buzyn.

Et puis, en cas de syndrome respiratoire aigu, si c'est aigu c'est pas grave ...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 08 Fév 2020, 15:29

Salamandre a écrit:
Coronavirus : cinq nouveaux cas confirmés en France, origine via Singapour
«Leur état clinique ne présente aucun signe de gravité», a indiqué Agnès Buzyn.

On est en droit de se poser une vraie question sur ce qui va se passer dans les prochaines semaines....

La diaspora chinoise en France est assez nombreuse et traditionnellement nombre de chinois rentrent en Chine pour y passer les fêtes marquant la nouvelle année lunaire... Cette fois, l'année du rat de métal commençait le samedi 25 janvier et ils ont donc pu partir avant l'arrêt des vols entre la France et la Chine....

Ils sont désormais bloqués dans leur pays d'origine mais il ne fait aucun doute qu'ils vont rentré dès que possible en France où ils ont leurs vies, leurs emplois, leurs affaires, ...

Comment va se passer ce retour massif ?


Dernière édition par a.nonymous le Dim 09 Fév 2020, 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyDim 09 Fév 2020, 14:58

Un article qui n'a pas dû échapper à Agnès Buzyn même si les vols Air-France avec la Chine sont suspendus jusqu'au 15 mars !

Citation :
Coronavirus : la semaine où tout peut basculer

Par Frédéric Lemaître 09.02.2020

Les jours à venir pourraient être décisifs – tant sur le plan sanitaire que politique – dans la lutte contre le coronavirus 2019-nCoV. D’abord parce que, si l’on en croit les chiffres officiels, le nombre de nouveaux cas commence à diminuer tant dans le Hubei que dans le reste de la Chine.

Dans le Hubei, la décrue aurait commencé le 4 février. Il y eut ce jour-là 3 100 nouveaux cas, un chiffre qui – à part le 7 février – n’a cessé de diminuer pour atteindre 2 147 cas le samedi 8. Dans le reste de la Chine, la décrue aurait commencé la veille avec 921 nouveaux cas le 3 et 506 le 8 février.

Il y a de multiples raisons, à la fois politiques et pratiques, de ne pas se fier aux données officielles, mais on ne peut pas non plus exclure qu’elles reflètent une tendance en cours. Ce serait évidemment une très bonne nouvelle. Le problème est qu’après avoir tout fait pour retarder la reprise du travail en prolongeant les fêtes du Nouvel an lunaire, celles-ci devraient malgré tout prendre fin ce 9 février.

Tant les employeurs que les salariés ont besoin, pour des raisons économiques évidentes, de reprendre le travail. Du coup, les Chinois cantonnés chez eux devraient progressivement recommencer à sortir et à voyager. Shenzhen, Canton, Shanghaï et Pékin : ces quatre villes de plus de 20 millions d’habitants chacune devraient finir par sortir de leur léthargie actuelle. Rien qu’à Pékin, 8 millions d’habitants – un sur trois – partis en province pour les fêtes seraient sur le point de rentrer.

Peut-on éviter que ce retour à une certaine normalité ne débouche sur une nouvelle aggravation de l’épidémie hors du Hubei ? C’est toute la question pour les autorités, qui multiplient les contrôles un peu partout dans le pays, afin de mettre en quarantaine la moindre personne ayant de la fièvre.

L’enjeu n’est pas que sanitaire. Il est aussi politique. Depuis la mort, officiellement reconnue le vendredi 7 février, du docteur Li Wenliang, qui avait été l’un des premiers à essayer – en vain – d’attirer l’attention des autorités sur la gravité du nouveau virus, la Chine ressemble à un volcan en passe de se réveiller. Malgré la censure sur les réseaux sociaux, les critiques contre le pouvoir se multiplient à tous les niveaux de la société.

Parmi les initiatives les plus marquantes, une lettre ouverte de neuf universitaires pékinois de renom comportant cinq revendications, dont la première n’est autre que de faire du 6 février la journée nationale de la liberté d’expression. Le 6 et non le 7 car, pour nombre de Chinois, le docteur Li est mort dans la soirée du 6 avant que le pouvoir chinois, paniqué, tente par tous les moyens de le réanimer – en vain – et ne finisse par reconnaître sa mort le vendredi 7 février.

Le nombre de revendications – cinq – ne doit rien au hasard. Fin 1978, alors que Deng Xiaoping avait promis quatre modernisations, toutes relevant du champ économique, un électricien, Wei Jinsheng, allait spectaculairement en revendiquer une cinquième : la démocratie, donnant le coup d’envoi du « printemps de Pékin ».

Une autre lettre ouverte, signée par dix universitaires de Wuhan, réclame également la liberté d’expression – prévue par la Constitution, rappellent-ils –, des excuses du pouvoir aux médecins lanceurs d’alerte et la reconnaissance du docteur Li comme « martyr national ».

Par ailleurs, le pouvoir a dépêché à Wuhan ces derniers jours des milliers de médecins et d’infirmières venus de tout le pays. De nombreuses images montrent ceux-ci se couper les cheveux comme les soldats qui, hier, acceptaient de se sacrifier en partant au combat. Si la propagande vante la solidarité que manifeste le pays à l’égard de Wuhan, nul doute que leurs familles demanderaient des comptes au gouvernement s’il apparaissait que leur sacrifice ait été vain.
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Dim 09 Fév 2020, 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyDim 09 Fév 2020, 14:59

Citation :

Pour le moment, rien ne dit que le pouvoir soit tenté de faire la moindre concession. Ces derniers jours ont d’ailleurs été marqués par un surcroît de répression à l’égard des voix contestataires. Rien ne dit non plus que Xi Jinping soit contesté par les dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) pour sa gestion de la crise du coronavirus. D’habitude omniprésent dans les médias, le secrétaire général du PCC laisse d’ailleurs son premier ministre – et rival politique – Li Keqiang piloter les différentes instances mises en place pour combattre l’épidémie.

Mais dans ce climat tendu, un incident, a priori mineur, peut avoir des conséquences politiques majeures. Il y a un an, en janvier 2019, Xi Jinping mettait en garde les dirigeants communistes contre deux types de menaces : les « cygnes noirs » – des événements improbables qui ont de graves conséquences – et les « rhinocéros gris » – des risques perçus de tous mais que personne ne parvient à contenir.

A l’époque l’image avait frappé les esprits. Nul n’avait pourtant imaginé qu’un an plus tard, son sort dépendrait peut-être d’animaux bien réels : des chauves-souris et des pangolins, mets un peu trop appréciés de ses compatriotes.

Frédéric Lemaître (Pékin, correspondant)
https://www.lemonde.fr/international/article/2020/02/09/coronavirus-la-semaine-ou-tout-peut-basculer_6028972_3210.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyDim 09 Fév 2020, 15:52

On devrait faire des charters : malades en provenance de Chine avec dans le même vol les terroristes franchouillards actuellement en cage au proche orient...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyVen 21 Fév 2020, 12:29

Citation :
Coronavirus : les étrangers contagieux, une vieille histoire
Guillaume Erner · le 21 février 2020

Restaurants dégradés, quartiers désertés, insultes, menaces... Depuis que le Covid-19 a fait son apparition, le racisme anti-asiatique est en pleine forme. C'est toujours la faute de l'autre de toute façon.

Même si l’on donne de nouveaux noms aux virus, la société souffre toujours des mêmes maladies. Car le coronavirus, comme cela a été répété, ne fait pas que tuer, ou rendre malade, il discrimine. Une fois encore, une pathologie sert de viatique à une pathologie sociale : c’est toujours l’étranger qui contamine, une conviction plus vieille encore que la grippe espagnole. Depuis des siècles, le danger vient de l’autre, qu’il soit chinois, juif ou gay, une conviction qui s’est pratiquement illustrée à chaque épidémie. Cette propension a même donné naissance à un groupe social fascinant : les cagots.

Si le mot ne vous dit rien, c’est que vous n’êtes pas béarnais, car le terme est encore usité dans les Hautes-Pyrénées. À l’origine, ces cagots, également appelés crestias, sont accusés au XIII siècle d’être des lépreux héréditaires. Dès lors, la prudence élémentaire conduit à les discriminer. Ces réprouvés sont placés dans une quarantaine éternelle, une tentation qui a survécu jusqu’à nous, si l’on se souvient de Jean-Marie Le Pen et de ses «  sidatoriums  ». Et puisque l’on attribuait la lèpre aux cagots, chaque village s’efforçait de discriminer les siens, les cantonnant à des métiers spécifiques. La plupart d’entre eux étaient charpentiers, puisque l’on imaginait alors que le bois ne conduisait pas les maladies.

Mais ce qui est vertigineux dans le cas des cagots, c’est que la ségrégation de ce petit groupe est contemporaine de la constitution de l’Occident comme société homogène. Au XIIIe siècle, la chrétienté expulse les éléments étrangers de son corps fantasmé, à la tête duquel elle place le Christ. Corollaire, elle expulse les musulmans, les juifs, les homosexuels, et les lépreux, comme l’a expliqué le grand historien anglais Robert Moore. L’Occident devient à cette date une « société de persécution  ».

Mais au fait, d’où viennent les cagots ? Car la lèpre n’est en rien héréditaire et elle est peu contagieuse. Si l’on en croit l’historien Alain Guerreau, leur apparition est la conséquence de la manière dont on envisage l’héritage dans le Béarn. C’est l’aîné qui hérite, les autres enfants se trouvent donc démunis. L’une des hypothèses est que cette coutume a créé des marginaux, obligés de fuir, la plupart contraints de vivre d’expédients. Certains ont-ils été frappés par la lèpre ? Le diagnostic a-t-il été mal posé, confondant ce mal avec une maladie de peau ? En tout cas, un groupe social est né, symbole de la ­machine à exclure. À l’heure du Covid-19, cette machine demeure parfaitement opérationnelle.
https://charliehebdo.fr/2020/02/societe/coronavirus-les-etrangers-contagieux-une-vieille-histoire/
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyVen 21 Fév 2020, 14:45

Citation :
En Chine, les moyens de l’Etat policier au service de la lutte contre le coronavirus

Par Simon Leplâtre Publié 21.02.2020

Shengnan est rassurée : grâce à un code-barres de santé, elle peut maintenant prouver qu’elle n’a pas été en contact avec des personnes risquant de porter le coronavirus. Cette Chinoise de 32 ans, qui ne souhaite pas donner son nom de famille, est originaire du Hubei et habite à Shanghaï. Elle n’est pas rentrée chez elle pour le Nouvel An lunaire, le 25 janvier. Elle a annulé son billet au dernier moment, le 23 janvier, le jour où Wuhan, a été mise en quarantaine.

Pourtant, la mention « Hubei » sur sa carte d’identité fait de Shengnan une pestiférée : quand, avec son compagnon, elle a voulu rendre visite à des amis dans une autre résidence de Shanghaï, les gardiens ont sursauté. « Je n’ai pas pensé à mentir, j’ai dit que je venais du Hubei mais que je n’étais pas rentrée pour le Nouvel An. Mais les trois hommes ont commencé à nous hurler dessus pour qu’on parte. Il y en a un qui s’est précipité dans sa guérite pour mettre un masque ! », raconte-t-elle.

Après cette expérience douloureuse, Shengnan s’est mise en quête d’un moyen de prouver qu’elle n’avait pas visité le Hubei depuis longtemps. Elle a découvert le « jiankangma », ou code de santé. C’est un programme développé par le numéro un chinois du e-commerce Alibaba, sous la direction du Conseil des affaires d’Etat (gouvernement) qui croise des données pour déterminer si les personnes ont séjourné dans des zones à risque ou voyagé à proximité de personnes infectées. Obligatoire à Hangzhou, la ville d’origine du groupe en Chine, il est disponible volontairement dans d’autres villes.

A partir du 24 février, il devrait être étendu à tout le pays, et accessible à la fois sur WeChat, le réseau social dominant en Chine développé par Tencent, et Alipay, l’application de paiement mobile d’Alibaba – une rare collaboration entre les deux rivaux du high-tech chinois.

Shengnan a donc entré son nom, son numéro de carte d’identité et son numéro de téléphone. « Avec ça, ils peuvent savoir où tu es allé récemment. Pour moi, ça s’est affiché vert, ça m’a beaucoup rassurée. C’est très important d’avoir une preuve officielle », témoigne-t-elle. Ceux dont le code est jaune doivent se mettre en quarantaine sept jours, et quatorze jours pour un code rouge.

L’épidémie de coronavirus, qui a infecté 75 567 personnes en Chine et fait 2 239 victimes, a éclaté au plus mauvais moment : juste avant le plus grand mouvement migratoire au monde, lorsque les Chinois rentrent dans leurs familles pour passer le Nouvel An lunaire. Si les autorités ont réagi trop tard pour contrôler les flux de population avant la fête, elles ont d’abord cherché à limiter les déplacements, en rallongeant les vacances de dix jours au moins dans la plupart des provinces de la côte est. Pour permettre la reprise progressive du travail, elles s’attellent désormais à suivre à la trace les déplacements des Chinois.

Pour cet objectif, l’état de surveillance renforcée ces dernières années sous la présidence de Xi Jinping est déployé à 100 %, dans un patchwork d’initiatives locales allant des applications développées par les géants du high-tech aux volontaires des comités de quartier remplissant des fiches au stylo.

A Shanghaï, les habitants de retour sont priés de remplir une longue fiche en ligne, incluant leurs données personnelles et leur itinéraire détaillé. En arrivant à la gare, des employés en combinaison blanche et porteurs d’un masque vérifient que chaque voyageur a reçu le SMS confirmant qu’il a bien rempli la fiche. Une version papier est également disponible.

A l’entrée des résidences, les gardiens ou des volontaires des comités de quartier en gilet et casquette colorés prennent la température à chaque allée et venue ; ceux qui portent une valise, eux, doivent remplir une fiche d’inscription détaillée. Difficile de savoir dans quelle mesure ces informations sont recoupées, mais les autorités font des exemples de ceux qui mentent : au Qinghai par exemple, une province du Nord-Ouest, un homme a été accusé d’avoir « délibérément caché » un récent voyage à Wuhan pour lui et son fils, « compromettant la sécurité du public ».

D’autres outils n’ont rien de nouveau. Les Chinois doivent présenter leur carte d’identité pour acheter des billets de train, d’avion, ou des cartes SIM, les informations atterrissant dans les fichiers de la police. La reconnaissance faciale, en revanche, déployée massivement ces dernières années grâce à un réseau de plus de 400 millions de caméras de surveillance en Chine, selon IHS Markit, une entreprise d’analyse de marché, est peu utile quand la population est obligée de porter des masques dans les lieux publics.
---/---


Dernière édition par a.nonymous le Ven 21 Fév 2020, 14:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyVen 21 Fév 2020, 14:46

Citation :
---/---
Les contrôles les plus efficaces restent humains : dans la plupart des villages de la moitié est de la Chine, des barrages ont été mis en place, gardés par les chefs locaux, la police et les comités villageois. Eux ne laissent passer personne d’extérieur. Dans les zones les plus touchées, ils ne laissent pas non plus leurs propres habitants sortir.

Dans les villes, ce sont les comités de quartier qui assurent, avec les gardiens des résidences, la traçabilité des mouvements de chacun. Ces organisations de proximité gèrent des services aux habitants dans les zones de quarantaine les plus strictes, comme à Wuhan, où ils se chargent de la distribution de nourriture ou de l’organisation du transport des malades ou du personnel soignant grâce à un réseau de volontaires.

« Les comités de quartier ont été créés juste après la prise de pouvoir des communistes en 1949 pour encadrer la société urbaine. Ils font partie d’un dispositif de contrôle et de surveillance de la population. Leurs missions vont de l’aide sociale à l’animation des quartiers, en passant par le recensement et la médiation », explique Judith Audin, chercheuse au Centre d’études français sur la Chine contemporaine à Hongkong, et auteure d’une thèse sur les comités de résidents à Pékin.

Mais leur rôle est aussi celui d’informateurs de proximité, en lien étroit avec la police : « Les comités de résidents se trouvaient en première ligne lors des crises politiques, dans le repérage et la dénonciation des ennemis du régime, à la suite des manifestations sur la place Tiananmen en 1989, ou du mouvement sectaire du Falungong en 1999 », ajoute la chercheuse.

A Hangzhou, le déploiement massif des code-barres de santé ne plaît pas à tout le monde. La ville a déjà attribué 7,25 millions de « codes de santé », dont 316 000 de couleur rouge et 200 000 jaunes, d’après la presse officielle. M. Liu (il ne donne que son nom de famille), un habitant de la ville, montre son code vert plusieurs fois par jour, pour rentrer dans sa résidence ou son entreprise. Mais il n’aime pas mettre son destin entre les mains d’une entreprise privée, qui n’a pas révélé le fonctionnement de son algorithme. « On ne devrait pas laisser des entreprises privées gérer ce genre d’informations personnelles, estime-t-il. Alibaba et Tencent devraient livrer leur application au gouvernement. »

Employé d’une entreprise d’agroalimentaire, M. Liu s’inquiète aussi des problèmes pratiques. « Le code de couleur est très largement utilisé, mais que se passe-t-il s’il y a des erreurs ? Il n’y a pas de recours. Le “big data” ne devrait pas marcher comme ça. » Sur Weibo, le site de microblogage chinois, beaucoup se demandent pourquoi ils ont obtenu un code rouge, sans avoir visité de lieux à risque.

Simon Leplâtre(Shanghaï, correspondance)
https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/02/21/en-chine-les-moyens-de-l-etat-policier-au-service-de-la-lutte-contre-le-virus_6030322_3244.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyDim 23 Fév 2020, 15:14

Tant que l'épidémie de Covid-2019 était limitée à la Chine, l'arrête des vols entre la Chine et les autres pays donnait le sentiment de nous protéger...

Quid maintenant que l'épidémie est à nos portes dans le nord de l'Italie ?

Citation :
Coronavirus : la quarantaine arrive en Italie, le président chinois reconnaît des « lacunes »

Le Monde avec AFP Publié 23.02.2020

L’épidémie due au coronavirus poursuit sa progression, où elle s’est répandue dans une trentaine de pays et territoires. Quelque 78 000 personnes ont été contaminées à travers le monde.
---/---
« Plus de 100 cas » en Italie, 11 villes en quarantaine

L’Italie est devenue le premier pays d’Europe à mettre des villes en quarantaine. La première mesure de confinement avait été édictée en Chine il y a un mois exactement, le 23 janvier, pour les onze millions d’habitants de Wuhan, ville du centre de la Chine où s’est déclenchée l’épidémie.

Dans le nord de l’Italie, environ 52 000 personnes se sont réveillées dimanche dans des zones où ni l’entrée ni la sortie ne sont autorisées « sauf dérogation particulière ». Fermeture des entreprises et des établissements scolaires, annulation d’événements culturels et sportifs, report de matchs de foot : le gouvernement italien tente de mettre sous cloche une partie de la Lombardie et la Vénétie pour freiner l’épidémie. Le décret-loi prévoit des sanctions pouvant aller jusqu’à trois mois de réclusion pour les contrevenants.

Le président de la Lombardie, la région la plus touchée, a affirmé que le pays comptait « plus de 100 cas » et réclamé des contrôles accrus aux frontières. Deux septuagénaires ont succombé à la maladie dans le pays ces derniers jours.
---/---
https://www.lemonde.fr/international/article/2020/02/23/coronavirus-la-quarantaine-arrive-en-italie-le-president-chinois-reconnait-des-lacunes_6030537_3210.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMar 25 Fév 2020, 22:42

Le principe de quoi ?

Citation :
OL-Juventus : Le Ministre confirme le match et la venue des supporters italiens

Publié Mardi 25 Février 2020

Le Ministre de la Santé a confirmé ce mardi que la rencontre Lyon-Juventus aura lieu comme prévu mercredi soir et que les 3.000 supporters italien seront présents au Groupama Stadium.

Des rumeurs ont circulé ces derniers jours sur un éventuel report du match de Ligue des champions entre l’Olympique Lyonnais et la Juventus compte tenu de l’épidémie de coronavirus qui s’est répandue en Italie, et notamment dans le Piémont. Et la possibilité d’un match à huis clos a également été évoquée, comme cela sera, par exemple, le cas pour la rencontre d’Europa League entre l’Inter et Luodogorets. Mais le ministre français de la santé a balayé d’un revers de la main toutes ces supputations sur OL-Juventus, et sur les autres événements à venir dans les prochains jours dans notre pays.

Invité de RTL, Olivier Véran n’a pas joué avec les mots. « La venue des 3.000 supporters de la Juventus à Lyon, c’est un sujet de vigilance, mais pas d'inquiétude. Nous nous sommes posé la question de savoir s’il fallait arrêter les événements collectifs, la Fashion Week, les matches de foot, la réponse est non. A ce stade, il n’y a aucun argument scientifique et médical qui nous poussent à annuler des événements collectifs de cette nature (…) Mais je peux vous garantir qu’on suit la situation heure par heure, jour et nuit », a précisé le ministre de la santé à la veille du choc entre l’Olympique Lyonnais et la Juventus au Groupama Stadium.
https://www.foot01.com/equipe/ol/ol-juventus-le-ministre-confirme-le-match-et-la-venue-des-supporters-italiens,343791
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMar 25 Fév 2020, 23:08

Voir: https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide_methodologique_covid-19-2.pdf
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 26 Fév 2020, 15:55

La parabole anti-mondialiste du coronavirus

Guillaume de Thieulloy
Posté le février 24, 2020, 3:47

La crise du coronavirus semble écrite tout exprès pour mieux faire comprendre les maux de notre époque.

Tout d’abord, le virus naît en Chine. L’ancien empire du milieu cumule tous les vices de l’idéologie communiste et du capitalisme irresponsable : l’immense majorité des habitants y est privée des libertés les plus élémentaires, quand quelques-uns sont pourvus de libertés illimitées, sans aucune responsabilité correspondante.
Ce n’est d’ailleurs sans doute pas pour rien que nos oligarques anti-français (politiciens, médias ou financiers) nous chantent régulièrement les louanges de ce régime monstrueux : ils rêvent d’appliquer ce totalitarisme chez nous et s’étonnent de notre manque d’enthousiasme.
Il est possible que le coronavirus provienne des expérimentations des médecins criminels qui pullulent toujours dans les pays totalitaires (le Dr Mengele ne fut ni le premier, ni le dernier de son espèce). Mais il est, en tout cas, certain que le système totalitaire porte une lourde responsabilité dans l’occultation du danger et des réactions erratiques au début de l’épidémie, quand il était encore temps de la juguler. Le Dr Li Wenliang, qui a lancé l’alerte (avant de mourir à son tour de l’épidémie), avait même été réprimandé par l’appareil répressif communiste.
La propagation du virus doit ensuite beaucoup à l’idéologie mondialiste – comme l’a rappelé l’essayiste Arnaud Upinsky (reprenant les principes du grand économiste Maurice Allais, à la fois anti-socialiste et anti-mondialiste) dans une vidéo que nous avons mise en ligne sur le site des « 4 Vérités ».
Le mondialisme est, en effet, cette idéologie qui consiste à préférer le lointain au prochain et à piétiner le principe de subsidiarité (pourtant à la fois moralement plus sain et économiquement plus efficace).
Ce mondialisme a conduit à ruiner l’industrie française pour profiter de la main-d’œuvre esclave chinoise. Il saute aux yeux que ce calcul est monstrueux et absurde. Monstrueux parce qu’il encourage les bourreaux communistes et parce qu’il prive de leur dignité les travailleurs français. Absurde parce que la petite économie que nous faisons sur l’achat de produits « made in China » ne compense pas une hausse illimitée de nos impôts et de nos déficits publics.
En d’autres termes, pour que certains financiers occidentaux puissent faire des affaires avec la nomenklatura maoïste, nous condamnons des millions de Français au chômage, des dizaines de millions de Chinois à l’esclavage et, en plus, nous payons cette absurdité de nos deniers publics !
Rappelons qu’en bonne logique, le consommateur devrait être moins important pour l’État que le producteur qui devrait lui-même être moins important que le citoyen, lui-même subordonné à la personne humaine. C’est exactement l’inverse qui se fait dans notre merveilleuse « société de consommation ».
Notre dépendance au marché chinois se paie donc désormais, non plus seulement de notre désindustrialisation, mais aussi d’une épidémie menaçante.
Et, cerise sur le gâteau, l’épidémie sert à tester la résistance de la population aux contraintes autoritaires en Europe même.
Ainsi, depuis quelques jours, une dizaine de villes italiennes sont-elles en quarantaine.
Là aussi, c’est une admirable parabole : le nouveau gouvernement de gauche venait tout juste d’annoncer sa répudiation des mesures anti-immigration prises par Matteo Salvini.
Si nous revenions au bon sens, aux frontières, aux circuits économiques et politiques aussi courts que possible, au principe de subsidiarité, au rejet de l’internationalisme militant, nous serions en bonne voie pour sortir de la crise du coronavirus !
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 875
Date d'inscription : 22/12/2014

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 26 Fév 2020, 16:58

J'ai un ami écolo-responsable qui m'a indiqué un remède.
Pour lutter contre la Pandémie du Corona-virus, il faut boire de l'urine de Panda après qu'il ai bu une bière Corona.
C'est bio, c'est beau.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 26 Fév 2020, 17:30

Voyages fréquents (touristiques y compris) en avion d'un continent à l'autre, et densités de population élevées localement, sont deux facteurs favorables à la diffusion d'une pandémie. La question n'étant pas vraiment si elle peut arriver, mais plutôt quand.
Et puis, il y a risque de contagion et fréquence de cas graves (chez les personnes infectées). S'il s'agit d'un rhume banal, ce n'est pas grave. Pour ce qui est du coronavirus (comparé à la grippe, par exemple) nous le saurons dans les prochains épisodes ; à ce stade, un contact humain rapproché reste considéré comme nécessaire pour une contagion.

Côté économie, par contre, c'est toute l'organisation de la fabrication dépendant de pièces d'origine lointaine, car recherche du plus bas prix, qui est remise en cause. D'autant que la Chine représente 17% du commerce mondial, mais en fait la fabrication de tout objet ayant au moins une pièce d'origine chinoise risque de s'arréter.
Donc, en effet, voici un puissant levier pour pousser les dirigeants d'entreprise à regarder en face leur dépendance, diversifier leurs sources et relocaliser une partie de leur production.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 26 Fév 2020, 17:54

Salamandre a écrit:
Côté économie, par contre, c'est toute l'organisation de la fabrication dépendant de pièces d'origine lointaine, car recherche du plus bas prix, qui est remise en cause. D'autant que la Chine représente 17% du commerce mondial, mais en fait la fabrication de tout objet ayant au moins une pièce d'origine chinoise risque de s'arréter.

Et pour les médicaments, le paracétamol étant un (le) médicament le plus vendu en France...

Citation :
100 % du paracétamol est fabriqué hors d'Europe

Le 10 décembre 2012 à 07h00

C'est une donnée peu connue. Lorsque vous allez chez votre pharmacien et que vous demandez du paracétamol, l'antidouleur le plus vendu au monde, vous avez 100% de chances que son principe actif soit fabriquéâ?¦ hors d'Europe. La « poudre de paracétamol » est surtout produite en Asie, principalement en Chine et en Inde. Le Brésil en fabrique également. Cela ne figure pas sur la boîte qui ne mentionne que l'adresse de l'exploitant, le plus souvent en France.

En réalité, toutes les usines de production de poudre de paracétamol, la matière première de ces comprimés, sont maintenant implantées hors d'Europe. Pour des raisons de compétitivité et de coût des matières premières, plus aucune industrie chimique européenne n'arrive à concurrencer les principaux sites de production chinois, dont le site de commerce mondial en ligne Ali Baba publie les noms et les dizaines de références.

Ce médicament est toutefois toujours « assemblé et mis sous forme de gélules et de comprimés en France, notamment à Lisieux pour le groupe Sanofi-Aventis, pour la marque leader Doliprane. La dernière société qui fabriquait de la poudre de paracétamol sur le sol national était Rhodia, qui a arrêté sa production en 2008.

Cette dépendance de la France par rapport à des pays tiers inquiète certains. « Nous dépendons des autres pays, même pour ce médicament basique. En cas de rupture d'approvisionnement, comment fait-on? » s'interroge une pharmacienne.
http://www.leparisien.fr/archives/100-du-paracetamol-est-fabrique-hors-d-europe-10-12-2012-2394601.php

Je laisse pharmacien et ingénieur de l'industrie pharmaceutique du forum développer le sujet...
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 875
Date d'inscription : 22/12/2014

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 26 Fév 2020, 18:28

Principe de préférence communautaire (principe qui était en vigueur pour l'agriculture dans la CEE).
Au nom de la mondialisation heureuse, ce principe a été abandonné alors qu'il aurait pu être étendu à d'autres secteurs d'activité.
Ce qui était possible à 6 ou 9 est impossible à 27 et sans doute à 33 dans un futur proche, on n'est pas prêt de s'entendre sur quoi que ce soit.
Tout ça parce que l'UE, l'Euro, l'Otan sont pilotés par les USA, suivant leurs intérêts.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 26 Fév 2020, 19:15

Citation :
La dernière société qui fabriquait de la poudre de paracétamol sur le sol national était Rhodia, qui a arrêté sa production en 2008.
La société française Rhone-Poulenc a été scindée en 2 sociétés indépendantes : chimique (Rhodia) et pharmaceutique qui a ensuite fusionné avec Hoechst, donnant Aventis, absorbée (OPA) par Sanofi vers 2004.


Principes actifs en Chine ou Inde : ce n'est pas qu'une question d'augmentation de marge. Car encore faut-il qu'il y ait une marge.
Pour les médicaments au brevet expiré, les autorités de santé (ministère, Sécu) ont poussé (obligent désormais) à la substitution par des génériques. A prix forcément plus bas, c'est bon pour la santé de la Sécu.

Mais, Dominique Seux l'expliquait très bien dans C dans l'air aujourd'hui :  si le prix du générique est inférieur au prix de revient en France, on aura ... des génériques chinois ou indiens. Sachant que le prix du principe actif a été évalué à 40% du prix total, pour un générique.
C'est comme un tee-shirt à 1 € : venu de Chine ou du Bangladesh, c'est possible, production intégrale en France pas possible. Sauf que les pénuries de tee-shirt, c'est pas trop grave.

Concernant le paracétamol en France, j'ai ouïe dire que Sanofi et BMS UPSA disposaient d'une exclusivité (histoire de droit juridique hors question de brevet, médicament non substituable) et que la ministre de la Santé d'alors a fait sauter l'exclusivité, pour gratter quelques centimes d'euros par boite.
https://www.liberation.fr/societe/2014/05/05/generiques-du-paracetamol-des-deputes-poussent-un-cri-d-alarme_1010995
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1331
Date d'inscription : 03/03/2013

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMer 26 Fév 2020, 23:39

Le rétablissement des frontières va aussi nous sauver du coronavirus!!!!

C’est merveilleux le rétablissement des frontières on savait déjà que ç était déjà le meilleur remède contre la pauvreté - comme le prouve la Corée du Nord

On avait aussi eu le nuage de Tchernobyl qui s’arrêtait aux frontières.

Et maintenant on apprend que ça stopperait aussi le virus chinois : comme en Iran 2 éme pays le plus infecté au monde (on reconnaît les mollahs à leur sens de l’accueil)

Un rappel pour finir: la grippe espagnole en 1917 s’est répondu dans une Europe en guerre donc frontières fermées

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 27 Fév 2020, 00:36

Ce qui est sûr c'est que le rétablissement des frontières n'est pas la solution pour stopper le Covid-2019...

Pour ce qui est de la production des médicaments, mais aussi de bien d'autres produits, ce qui est regrettable c'est que l'on n'ait pas réussi à développer un véritable grand marché unique de 447 millions d'habitants (pour mémoire: Chine 1 410 , Inde 1 390 , USA 333)...

Quand les pays low cost de l'Est ont rejoint l'Union il nous a été seriné que parce que ces pays étaient low cost ils allaient permettre de rivaliser avec les pays asiatiques et de produire dans l'Union à coût quasi identique...

Ce que l'on constate c'est que ces pays de l'Est sont entré en concurrence avec les pays de l'Ouest mais n'ont pas permis la relocalisation de production de base comme les médicaments dans l'Union...


Concernant les médicaments, au delà des problèmes de coût de production je m’interroge toujours sur la brevetabilité des molécules... D'un coté je comprends que les labos doivent financer leur R&D mais de l'autre je me dis que ce qui est prioritaire c'est de soigner plutôt que de rétribuer des actionnaires...


Dernière édition par a.nonymous le Jeu 27 Fév 2020, 11:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 875
Date d'inscription : 22/12/2014

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 27 Fév 2020, 09:17

thierry a écrit:


Un rappel pour finir: la grippe espagnole en 1917 s’est répondu dans une Europe en guerre donc frontières fermées


Les Allemands n'avaient pas bien assimilés le principe de "frontières fermées", d'ailleurs en 1939 ils n'avaient toujours assimilés cette notion !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 27 Fév 2020, 17:32

Sachant que le cornachtouille vient du Jura
Que le virus ébola est cultivé en Auvergne
Que la lèpre qui n'existait plus en France fait son retour chez les Bretons
Que pour faire bonne mesure nous découvrons sur des Basques des souches de tuberculose résistantes aux médicaments connus
Que le service spécialisé en maladies tropicales de Marseille tourne à plein sur des virus inconnus venus sans doute de Seine et Marne... ou de l'Aube

Il n'y a pas lieu d'être vigilant à nos frontières... on se demande pourquoi jusque dans les débuts des années 80 il y avait des employés destinés à faire des contrôles sanitaires dans les postes frontières français.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 27 Fév 2020, 20:39

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Sans-t11
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 27 Fév 2020, 21:57

Excellent. Et en plus ça éloigne les vampires (infectés par le coronavirus ou pas) cousins éloignés des chauves-souris.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyVen 28 Fév 2020, 17:12

Coronavirus: les conséquences politiques d’une épidémie planétaire
Publié le 26 février 2020
par maximetandonnet

Tandis que le virus parti de Chine se propage dans le monde à une vitesse foudroyante et répand la mort, nous songeons à la fragilité des choses.

La mondialisation n’a rien de nouveau. Les grandes pandémies de peste au Moyen-âge qui suivaient à peu près la même trajectoire, le soulignent (voir mon billet du 4 février consacré à ce sujet).
Tout change et rien ne change.
La densité de la population humaine a plus que centuplé. Les technologies médicales, informatiques, des transports et de la communication, Internet, l’essor titanesque des échanges internationaux donnent le sentiment – l’illusion – d’un progrès foudroyant de l’humanité. Mais cette accélération a pour corollaire une hallucinante poussée des périls. Un monde connecté ouvre la voie à un vertigineux enchaînement des menaces.

Parti d’une localité du bout du monde, au fond de la Chine, le virus se propage à une vitesse foudroyante, sans qu’aucune barrière ne soit en mesure de l’arrêter, sème la mort dans le monde entier. Pire, la « mondialisation de la peur »: au-delà de la réalité d’une maladies et des décès, qui restent dans les proportions d’une grave épidémie de grippe, c’est toute la planète qui tremble.

Les bourses s’effondrent, les échanges planétaires sont en chute libre, les grands flots de tourisme mondial s’arrêtent soudain. Et le monde semble au bord du gouffre et l’humanité impuissante.

L’idéal des années 1990, celui du dernier homme et la fin de l’histoire de Francis Fukuyama, qui annonçait un monde aplani, sans frontières, unifié par les marchés et la généralisation de la démocratie, n’en finit de s’effondrer dans le sang et les larmes.
Cette crise planétaire – en attendant d’autres qui viendront – ne peut que déboucher, dans la conscience politique, sur le désir de frontières, de nations et de gouvernements protecteurs. C’est-à-dire toute autre chose que des pitres bavards et gesticulateurs.

Maxime TANDONNET
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyVen 28 Fév 2020, 20:31

Ci-dessus, 30 Jan 2020
salamandre a écrit:
Sans vouloir viser un pays en particulier, il est clair que l'augmentation rapide du nombre de vols intercontinentaux, l'inflation de la taille des mégalopoles, sans oublier les transports en commun bien tassés et autres lieux surfréquentés, sont des conditions favorisant fortement la propagation d'épidémies. Il ne reste qu'à espérer un système médical à la hauteur ... Malgré les alertes répétées des urgences et autres services hospitaliers sur la réduction de leurs moyens.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 29 Fév 2020, 07:01

24 février, 2020
Crise du coronavirus et fragilité d’un monde complexe
Charles Gave

Il y a une vingtaine d’années, j’avais averti mes clients de l’apparition d’un nouveau modèle de société industrielle et commerciale que j’avais appelé les sociétés « plate-forme. » Pour les lecteurs français, j’avais décrit ce nouveau type d’animal par exemple dans mon livre : « C’est une révolte, non Sire, c’est une Révolution » que le lecteur peut commander sur notre site.
En voici une brève description.
Chaque société doit faire trois choses.
1. Conceptualiser un bien ou un produit qui devrait intéresser le public. Appelons cette partie Recherche et Développement ou R&D.
2. Produire ce bien ou ce service
3. Le vendre
Voilà le modèle de production qui existait depuis la nuit des temps.
Arrive ce que j’ai appelé la troisième révolution dans l’histoire de l’humanité (après la révolution agricole et la révolution industrielle) qu’il est convenu de nommer la révolution de la connaissance ou de l’information.
Soudain, l’information devient parfaite et instantanée et ne coute quasiment plus rien.
Voilà qui change tout pour une société comme Apple…qui va se rendre compte très rapidement qu’elle n’a plus besoin d’avoir ses usines à côté de son centre de recherche et que ces usines peuvent être à l’autre bout du monde, puisque la direction d’Apple saura en temps réel à tout moment ce qui se passe dans ses centres de production. Et, première étape, ces usines iront s’installer là où produire sera moins cher.
Mais Apple va très vite se demander pourquoi elle devrait posséder ces usines et payer ces employés.
Le plus simple est d’aller voir Foxconn, la grande société Chinoise et de lui demander de produire à sa place tout en suivant encore une fois en temps réel, les progrès de ses commandes, chez Foxconn cette fois-ci
Et Apple va donc prendre la décision de sortir complètement de la production et de ne rester que dans la R&D et la vente.
Ce faisant, elle économise tous les investissements en machine, en ouvriers, en terrains, en logistique et se concentre sur les endroits où sa marge est la plus forte, c’est-à-dire la R&D et les ventes, et abandonne donc toutes les activités à faible marge et à forte intensité capitalistique pour se concentrer sur les domaines les plus rentables et bien sur le cours d’Apple explose à la hausse.
Apple est l’archétype des sociétés plate-forme et il y en a aujourd’hui des milliers de par le monde.
Pour simplifier à l’extrême, en fin de parcours, toute l’industrie sera en Chine, toute la R&D aux Etats-Unis et toute la rentabilité des ventes dans des paradis fiscaux et JAMAIS dans l’histoire nous n’avons eu un système aussi optimisé.
Mais comme je l’ai écrit souvent ici, plus un système est optimisé, plus il devient FRAGILE et c’est ce qui est en train d’arriver.
• D’abord nous avons eu monsieur Trump qui trouve que désindustrialiser les USA n’est pas une bonne idée et que ceux qui veulent vendre aux USA devront produire aux USA. Et voilà qui a commencé à forcer les Apple de ce monde à réouvrir des usines aux USA.
• Ensuite le coup de faire apparaitre les profits là où ils ne sont pas taxés et un peu…gros et va à terme amener les pays à taxer, non pas les profits que chaque société fait soi-disant dans chaque pays, mais les ventes qu’elle y fait, en imputant une marge théorique à ces ventes… ce qui sera un très mauvais coup pour l’Irlande et les Pays-Bas par exemple, mais aussi pour la rentabilité après impôts d’Apple.
• Mais surtout nous avons maintenant une vraie épidémie/pandémie en plein cœur de l’usine du monde et du coup tout s’arrête.
Continuons pour prouver ces points avec Apple.
Les différentes parties du I Phone sont fabriquées dans plus de dix pays et assemblées en Chine. Imaginons qu’une pièce indispensable soit fabriquée en Thaïlande et que ce pays soit inondé et la fabrication des I Phones est interrompue. Ce n’est pas très grave et n’a aucune conséquence macro-économique.
Mais dans le cas présent, c’est le nouveau cœur industriel du monde qui est frappé parce que la Chine apparait aujourd’hui dans toutes les chaines de production dans le monde et que ces chaines de production se sont terriblement allongées et donc fragilisées depuis vingt ans.

.../...


Dernière édition par tonton christobal le Sam 29 Fév 2020, 07:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 29 Fév 2020, 07:08

.../...

Tous les produits industriels seront affectés.
Par exemple 80 % des matières premières pour fabriquer les médicaments proviennent de Chine et donc attendez- vous à une hausse des prix au marché noir créée par une pénurie de l’offre de vos médicaments, et si j’étais vous je ferai quelques réserves de précaution.
Le monde est donc en train de réapprendre une fois de plus ce que Bastiat disait il y a un siècle et demi : « En économie, il y a ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas «
• Ce que l’on a vu, c’est la hausse des marges des sociétés plate-forme.
• Ce que l’on n’a pas vu c’est l’immense accroissement de la fragilité du système en raison de la dépendance accrue à la Chine qui serait victime d’une catastrophe naturelle ou d’une pandémie.
Cela ne sert à rien de se lamenter une fois que le lait a été renversé. Ce qu’il faut faire maintenant c’est réfléchir à ce qui risque de se passer dans le futur et ici il me semble qu’il n’y a que deux possibilités.
Possibilité numéro un.
La pandémie se répand dans le monde entier mais le taux de mortalité est relativement faible et ne touche majoritairement que les vieillards. Le nombre de décès commence à chuter assez rapidement après que l’épidémie ait commencé. C’est ce qui a l’air d’être le cas en Chine où le nombre de morts augmente certes, mais où il augmente de moins en moins vite (la dérivée seconde du nombre de décès commence à ralentir).
Dans ce cas, les chiffres du premier et du deuxième trimestres risquent d’être très mauvais pour l’économie mondiale, le tourisme, les exportations d’un peu tout le monde mais surtout de la Chine, les ventes de matières premières et de produits de luxe, le transport aérien etc… mais cela sera temporaire et tout reviendra en place dans la deuxième moitié de l’année, graduellement bien sûr, mais à l’échelle de l’histoire, le ralentissement pourrait être fort mais temporaire.
Mais ce qui ne reviendra pas ce sera la volonté de rester dépendant d’une seule zone géographique pour sa production si l’on est Apple, ou toute autre société plate-forme d’ailleurs.
Chacune de ces sociétés va devoir s’assurer de produire donc des différents centres, l’un pour l’Asie, l’autre pour l’Europe, le troisième pour l’Amérique etc… Et tout cela va rendre le système moins efficient et peut-être déclencher des hausses de prix, ce qui rendre le travail des banques centrales beaucoup plus difficiles.  En tout cas,- la rentabilité de ces sociétés va baisser à terme, avec la rentabilité globale du capital.
L’ère de hyper optimisation est terminée, ce qui aura sans doute des graves conséquences pour les marchés financiers portés depuis des années par la hausse parabolique des valeurs plate-forme.
Venons- en à la deuxième possibilité.
Nous avons affaire à une vraie pandémie, du style de la peste noire au XIII siècle, du cholera au XIXème ou de la grippe Espagnole au XXème, et dans ce cas, tout l’édifice de la globalisation mis en place depuis les années 1990 risquent de s’écrouler, avec un retour précipité au protectionnisme et au « refus de l’étranger » qui comme chacun le sait a toujours été dans l’histoire le bouc émissaire idéal,  vecteur de maladies et de troubles.
Cela entrainerait inéluctablement un retour à des solidarités proches du type famille, villages, amis, régions et finalement nations.
S’écroulerait donc sans doute aussi avec l‘effondrement du commerce international une bonne partie de l’ordre international en place depuis 1945 et il s’agirait là d’un vrai cataclysme, contre lequel il sera difficile de se protéger.

.../...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 29 Fév 2020, 07:11

.../...


Compte tenu des progrès de la médecine, je n’y crois guère tant j’ai déjà vu des alertes similaires qui n’ont pas eu les effets attendus par les pessimistes, du type sida, grippe aviaire, SARS etc., mais prenant en compte l’information dont je dispose, cela ne peut être exclu, en particulier pour des zones comme l’Afrique.
A vue de nez j’aurais tendance à donner une probabilité de 90 % à la première hypothèse et de 10 % à la seconde, ce qui m’amène à la conclusion de ce papier dont je reconnais qu’il est un peu sombre, mais je suis là pour expliquer la réalité et non pour essayer de dorer la pilule à ceux qui veulent bien me lire.
Et ici, je dois préciser qu’il n’est pas du tout certain que nous restions dans un monde où la liberté de circulation de capitaux restera pleine et entière. Des contrôles sur les mouvements de ces capitaux seront inévitables. Ce qui revient à dire que si vous voulez mettre votre cash en dollar, en yuan ou en livre, il vaut mieux le faire maintenant plutôt que d’attendre que cela vous soit interdit.
Et cette conclusion se doit d’être financière, puisque c’est là que se trouve mon domaine d’expertise.
Partons de ce que je recommande depuis un certain temps et commençons par les choses qu’il faut avoir.
Voici mes recommandations.
• L’or. Dans les deux cas de figure, il faut en avoir et je ferai passer les positions de 10 % à 20 %.
• Les obligations asiatiques, et en particulier Chinoises. Dans le premier cas, elles seraient de grandes gagnantes, les taux d’intérêts s’écroulant en Chine tandis que la monnaie remonterait. Dans le deuxième cas et à partir d’une source européenne, je ne pense pas perdre sur le moyen terme. Rester au niveau actuel.
• Les actions des grandes sociétés industrielles ou qu’elles soient dans le monde, produisant partout et vendant partout, du type d’Air Liquide et Schneider en France. Je continue à exclure tout ce qui touche à l’automobile. Je garderai ces positions, mais je vendrai tout ce qui touche au luxe, les ventes de biens de luxe risquent en effet de baisser structurellement beaucoup en raison de la baisse générale du niveau de vie qu’entrainerait la deuxième hypothèse, qui ne peut être exclue à ce point.
• Le cash. Je le maintiendrai en dollar US et Canadien. Pour ceux qui veulent rester en monnaie européenne, je choisirai la Livre Britannique et la Couronne Suédoise.
• Pour des raisons de respect de la Loi et du droit de propriété, et donc de sécurité juridique, je préfèrerai posséder des actifs dans les pays où la Reine d’Angleterre figure sur le billet de banque (GB, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande)
Ce qu’il ne faut pas avoir ensuite.
• Tout ce qui touche à l’écologie et à ce qu’il est convenu d’appeler l’économie verte. Dans le deuxième cas de figure, le réchauffement atmosphérique passera à l’arrière-plan des préoccupations des gens qui auront d’autres chats à fouetter.
• L’Euro qui dans ce cas-là deviendra complétement impossible à gérer. Encore une fois, il faut vendre tous les placements à revenu fixe libellés dans cette (fausse) monnaie.
• Toutes les actions des sociétés qui dépendent d’une façon ou d’une autre de l’ordre international en place depuis 1945 ou 1990.
• Continuer à éviter avec soin toutes les financières, qui devront être nationalisées, ainsi que tout ce qui dépend des états sociaux-démocrates tant il est certain que dans le second cas vous serez spoliés.
Le pire n’est jamais certain, mais nous risquons de rentrer dans une période très difficile à un moment où tous les prix sont faux , au moins en Europe, puisque les banques centrales manipulent depuis des lustres le prix du temps (les taux d’intérêts) et le prix du risque géographique (les taux de change).
Nous risquons de revenir dans le désordre à de vrais prix, ce qui ne va pas faciliter les choses.
En tout cas, cher lecteur, la balle est dans votre camp.
En ce qui me concerne, je continuerai à faire tout ce que je peux pour vous aider à traverser cette période dans les conditions non pas les meilleures, mais les moins mauvaises.
Bonne chance, nous risquons d’en avoir besoin.

Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1331
Date d'inscription : 03/03/2013

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 29 Fév 2020, 15:12

Je ne veux alarmer personne mais le CORONAVIRUS va se propager par moyens de contagion que sont les billets de banque.

Ne les touchez pas, prenez-les avec des gants, mettez-les dans une enveloppe hermétique, laissez-la devant votre porte.Demain matin je passerai pour la collecte.

Laughing Cool
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 875
Date d'inscription : 22/12/2014

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 29 Fév 2020, 18:43

thierry a écrit:
Je ne veux alarmer personne mais le CORONAVIRUS va se propager par  moyens de contagion que sont les billets de banque.

Ne les touchez pas, prenez-les avec des gants, mettez-les dans une enveloppe hermétique, laissez-la devant votre porte.Demain matin je passerai pour la collecte.

Laughing Cool

Suppression de l'argent liquide, ça fait longtemps que la finance en rêve, il est vraiment pratique ce coronavirus.
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 875
Date d'inscription : 22/12/2014

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 29 Fév 2020, 18:52

La FED et la BCE sont bien consciente du coté néfaste bulle financière engendrée par leur politique de "quantitative easing", mais comment la faire éclater sans en porter la responsabilité ?
response: coronavirus, ou dit autrement "c'est pas ma faute, j'y suis pour rien, c'est la faute au machin".


Dernière édition par coufsur le Mar 03 Mar 2020, 08:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyDim 01 Mar 2020, 13:25

Le cornachtouille a un énorme avantage :
on ne parle pas du passage en force de la réforme des retraites
on ne parle pas des excités qui foutent le feu à Paris pour un concert et on escamote une fois encore de la carence de l'état

Donc vive le cornachtouille qui permet de faire les coups tordus discrètement.

On ne parle plus du service trois pièces du ministre...
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyDim 01 Mar 2020, 19:36

Les épidémies de grippe surviennent en hiver, pas par temps chaud.
"Il est possible qu’un printemps précoce se révèle être le meilleur barrage au coronavirus." (Eric Chaney, Telos)
Le réchauffement climatique au secours des humains pour endiguer l'épidémie ? (dans l'hémisphère nord tout au moins...)


Dernière édition par Salamandre le Ven 06 Mar 2020, 12:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyLun 02 Mar 2020, 11:01

Citation :
Coronavirus : deux cas confirmés à Montreuil, en Seine-Saint-Denis

Par Le Parisien
Le 2 mars 2020
---/---
10h30. Deux cas à Montreuil. Un père de famille et son enfant de douze ans résidant à Montreuil ont été infectés par le coronavirus, annonce le maire de Montreuil, Patrice Bessac (PCF). L'origine de la contamination a été identifiée : le père est un professionnel de santé travaillant dans un hôpital parisien, où a été soigné un malade touché par ce virus apparu en Chine et qui a déjà contaminé un homme à Saint-Denis la semaine passée.

   J’ai été informé par le Préfet de Seine-Saint-Denis de deux cas avérés de Coronavirus, Covid-19, affectant une famille de #Montreuil, un père et un enfant de 12 ans. Je veux assurer la famille concernée de tout notre soutien, du soutien de toute notre ville. pic.twitter.com/bof5T3lLKg
   — Patrice Bessac (@PatriceBessac) March 2, 2020
---/---
http://www.leparisien.fr/societe/coronavirus-bilan-en-france-ecoles-fermees-mesure-de-precaution-suivez-en-direct-l-evolution-de-l-epidemie-02-03-2020-8270472.php
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 875
Date d'inscription : 22/12/2014

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyLun 02 Mar 2020, 11:25

tonton christobal a écrit:
Le cornachtouille a un énorme avantage :
on ne parle pas du passage en force de la réforme des retraites
on ne parle pas des excités qui foutent le feu à Paris pour un concert et on escamote une fois encore de la carence de l'état

Donc vive le cornachtouille qui permet de faire les coups tordus discrètement.

On ne parle plus du service trois pièces du ministre...

C'est les Suisses les responsables, le coronavirus est le "couteau suisse" des politiques. bounce
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14959
Date d'inscription : 30/05/2011

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyLun 02 Mar 2020, 11:49

Citation :
Deux personnes contaminées par le coronavirus à Montreuil

Par H.H.
Le 2 mars 2020 à 10h39

Un père de famille et son enfant de douze ans résidant à Montreuil ont été infectés par le coronavirus Covid-19, a annoncé ce lundi matin le maire de Montreuil, Patrice Bessac (PCF).

L'origine de la contamination a été identifiée. Le père est un professionnel de santé travaillant dans un hôpital parisien, où a été soigné un malade touché par ce virus apparu en Chine et qui a déjà contaminé un homme à Saint-Denis la semaine passée.

L'adolescente est scolarisée au collège Paul-Eluard, dans le Bas-Montreuil. Par mesure de précaution, les élèves de sa classe ne seront pas accueillis dans l'établissement pendant les quatorze prochains jours. Les parents et les enseignants ont été prévenus dimanche soir par les responsables de l'établissement.

Santé publique France et l'Agence régionale de santé mènent actuellement une enquête afin d'évaluer si les deux victimes ont pu transmettre le virus à d'autres personnes. Une réunion d'information en présence des autorités sanitaires doit être organisée ce lundi à midi au sein de l'établissement.

Une cellule municipale de coordination est activée, regroupant notamment le maire, son cabinet, le directeur général des services et plusieurs services municipaux. « Je veux assurer la famille concernée de tout notre soutien, du soutien de toute notre ville dans cette épreuve », a déclaré Patrice Bessac.

Contacté le rectorat de Créteil n'était pas joignable ce lundi matin.
http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-deux-personnes-contaminees-par-le-coronavirus-a-montreuil-02-03-2020-8270607.php
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1331
Date d'inscription : 03/03/2013

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyMar 03 Mar 2020, 08:08

Juste pour rire: Un député communiste explique sur LCI qu’il n’y a aucune raison de fabriquer des médicaments à l’étranger pour faire des économies alors qu’ils sont remboursés par la sécu.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyJeu 05 Mar 2020, 21:06

série : le pire est à venir, ailleurs


Les limites du modèle de santé des Etats-Unis face à la propagation du coronavirus
Par Stéphanie Le Bars Publié le 5.03.2020
Pour les 27,5 millions d’Américains sans assurance, le coût des examens et des soins est prohibitif.

L’épidémie de coronavirus aux Etats-Unis a, à la date du 5 mars, fait onze morts et, selon des chiffres officiels, touché plus de 150 personnes, mais elle provoque déjà des débats inédits. Comment assurer un accès aux soins à tous les Américains, quel que soit leur niveau de protection sociale ? Face aux menaces de propagation du virus, même les partisans les plus convaincus d’un système de santé individualisé et privé semblent découvrir les limites du modèle américain.

Ainsi de Ted Yoho, élu républicain de Floride et l’un des plus ardents contempteurs de l’Obamacare, le système d’assurance-santé mis en place par les démocrates il y a dix ans pour garantir une protection au plus grand nombre, qui préconise désormais de tester et de traiter gratuitement les quelque 27,5 millions d’Américains sans assurance. « Vous pouvez y voir une médecine subventionnée, mais face à une épidémie, quelles sont les autres options ? », s’est-il interrogé.

Pour l’heure, l’administration Trump a évoqué un possible recours aux fonds d’urgence débloqués en cas de catastrophes naturelles, ce qui permettrait de payer directement les hôpitaux et les professionnels de santé. Mais aucune décision n’a été prise. Aussi la déclaration du vice-président, Mike Pence, chargé par Donald Trump de superviser la gestion de cette crise sanitaire, assurant, mardi, que « tous les Américains qui le souhaitent peuvent se faire tester », a-t-elle laissé sceptiques les experts.

Factures faramineuses
Mercredi, la Chambre des représentants a adopté un texte débloquant une aide d’urgence de 8,3 milliards de dollars pour soutenir les Etats dans leur lutte contre la pandémie et financer les recherches sur un vaccin. Le Sénat devait l’adopter jeudi, avant de le présenter pour signature au président. Le gouverneur (démocrate) de New York a d’ores et déjà demandé aux assureurs privés et au dispositif public Medicaid, la couverture santé des plus pauvres, de prendre en charge les soins liés à l’épidémie. « La question du coût ne peut pas être un frein pour accéder au test sur le coronavirus », a-t-il défendu. D’autres Etats pourraient suivre son exemple.

En attendant, les personnes non (ou mal) assurées potentiellement touchées par le virus ont deux options : retarder leur prise en charge en espérant que la maladie recule ou, si leur état se dégrade, se rendre aux urgences d’un hôpital, sans connaître le montant de la facture qui leur sera ensuite adressée. Même assurés, nombre d’Américains sont traditionnellement enclins à reporter les soins faute d’assurance ad hoc.

Selon un sondage de Gallup, paru en décembre 2019, un tiers d’entre eux disent avoir reporté un examen médical dans les douze derniers mois en raison du coût et un sur quatre l’a fait dans le cas d’une pathologie grave. Cette pratique est d’autant plus problématique dans le cas du coronavirus, dont l’éradication suppose un accès rapide aux soins et à la prévention pour limiter les contaminations.

Dans ce contexte, la presse américaine fait déjà état de cas de factures faramineuses envoyées à des patients pris en charge à l’hôpital. En Floride, un homme de retour de Chine, ayant des symptômes de la grippe, est allé se faire tester à l’hôpital dans un esprit de « responsabilité », a-t-il déclaré au Miami Herald. Après plusieurs examens, la contamination au coronavirus a été écartée, mais il a reçu une facture de 3 270 dollars, ramenée à 1 400 après la prise en charge de son assurance.

Car si les Centers for Disease Control and Prevention, qui sont pour l’heure les seuls habilités à réaliser les tests, ne font pas payer leurs prestations, les hôpitaux, eux, facturent aux patients qu’ils accueillent les examens ou les soins complémentaires. Ainsi, un père de famille et sa fille rentrés de Wuhan, en Chine, placés en quarantaine, ont reçu une facture de près de 4 000 dollars pour leurs passages, obligatoires, à l’hôpital.

Au-delà des obstacles financiers, un autre élément pourrait favoriser la dissémination du virus dans le pays. Environ 25 % des salariés américains n’ont pas droit au congé maladie payé. Même souffrants, beaucoup n’ont donc d’autre choix que de se rendre au travail et d’emprunter les transports en commun. Dans le secteur des services, notamment la restauration et la prise en charge des enfants, la proportion de salariés couverts est encore plus faible : seuls 58 % d’entre eux bénéficient d’un congé maladie payé.

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/05/les-limites-du-modele-de-sante-americain-face-a-la-propagation-du-coronavirus_6031937_3210.html
Revenir en haut Aller en bas
coufsur

coufsur

Messages : 875
Date d'inscription : 22/12/2014

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyVen 06 Mar 2020, 22:05

ce qui est ci-dessous n'est pas de moi, mais lu sur un forum.
"Le Prof Vigouroux avait jumelé Marseille et Shanghai et depuis il existe des liens très forts en médecine et virologie — La France a le plus bel outil en matiére de maladies virales respiratoires avec l’ IHU et la chance d’avoir le Prof Didier Raoult et ses équipes d’experts en relation avec les experts chinois comme le Prof Nan Shan Zhong le découvreur du SRAS ( nobelisable ) Ils ont mis en oeuvre un antiviral remdisivir et surtout la chloroquine ( antipalu ) qui neutralise le virus en 4 à 5 jours — Les infos ont été remontées à Paris et au ministre qui fait "étudier" et en attendant nous comptons les morts et développons les angoisses L’évolution est stoppée en chine Nos médias ne rapportent pas cette compétence marseillaise et qui plus est le directeur de l’AP M Hirsh qui est énarque se permet de démolir la chloroquine "
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptyVen 13 Mar 2020, 13:46

L’éditeur en chef de la revue Science – l’une des principales revues scientifiques mondiales où les chercheurs publient leurs travaux – est en colère. Contre Trump. Il vient de le tancer, sévèrement, dans un éditorial qui vaut le détour.

Récemment, Donald Trump aurait donc demandé « une faveur » aux biologistes. D’inventer très rapidement un vaccin contre le coronavirus responsable de la crise sanitaire actuelle. Manifestement, le Président qui naguère insultait l’intelligence et la science en prétendant que des vaccins causaient l’autisme des enfants voit désormais les vaccins d’un autre œil. Mais tout aussi stupide et faux puisqu’il croit que l’on peut s’affranchir des délais incompressibles – d’un an au moins – nécessaire à la mise au point d’un vaccin, si tant est qu’il est possible d’en avoir un.

D’où la colère noire de H. Holden Thorp, l’éditeur en chef de la revue Science. Qui rappelle les déclarations climato-sceptiques de Trump, ses amis négateurs de la théorie de l’évolution ou de la mise en cause des dangers du tabac. Mais aussi les coupes claires dans les budgets des institutions de recherche publiques, notamment en santé humaine.

https://www.lemonde.fr/blog/huet/2020/03/12/trump-se-prend-une-fessee-de-science/
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1331
Date d'inscription : 03/03/2013

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 14 Mar 2020, 10:04

Le Parti des Médias n'a pas été long à retrouver ses vieux réflexes. D'une épidémie partie des marchés d'animaux vivants en Chine communiste, il nous fait une crise de la finance capitaliste. Or, nous ne sommes plus en 2008.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4870
Date d'inscription : 08/01/2012

Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie EmptySam 14 Mar 2020, 12:17

Et encore un exploit de Trump

Le nombre de cas aux Etats-Unis devrait bientôt exploser
L’administration américaine, qui a refusé le test mis au point par l’OMS pour développer son propre kit de dépistage, est aujourd'hui en manque criant de tests, ce qui a retardé la détection de cas aux Etats-Unis. Les laboratoires privés sont actuellement mis à contribution pour combler le manque: avec l’augmentation des tests, les chiffres devraient exploser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty
MessageSujet: Re: Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie   Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Coronavirus - de l'épidémie à la pandémie
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: