Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de
Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble,
son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -63%
Caméra de Surveillance WiFi -ieGeek –
Voir le deal
55.99 €
Le Deal du moment : -49%
Table de cuisson induction – ROSIERES RPI2S0 ...
Voir le deal
204 €

 

 La drogue : trame de la géopolitique mondiale

Aller en bas 
AuteurMessage
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

La drogue : trame de la géopolitique mondiale Empty
MessageSujet: La drogue : trame de la géopolitique mondiale   La drogue : trame de la géopolitique mondiale EmptyDim 01 Mar 2020, 07:12

La drogue : trame de la géopolitique mondiale
Jean-Baptiste Noé


Une erreur courante en géopolitique est de penser qu’un facteur unique est à l’origine des événements. En réalité, dans un monde complexe, il y a toujours plusieurs facteurs en jeux, même si certains sont plus importants que d’autres. Les événements se structurent par couches causales, et c’est l’accumulation de ces causes (lointaines, immédiates, profondes) qui engendrent les crises et les guerres. Il y a toutefois des facteurs qui sont plus importants que d’autres et dont les conséquences se font davantage sentir.

Il en va ainsi de la drogue, qui irrigue une grande partie de l’économie mondiale et dont l’argent sert à financer des rébellions, des gouvernements, des mouvements politiques et des syndicats. Les réseaux de la drogue n’expliquent pas tout, mais ils sont un facteur important à prendre en compte pour comprendre les raisons de certains événements.

Une consommation en croissance, qui concerne tous les continents

Le Rapport mondial sur les drogues de 2019, publié par l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) nous apprend ainsi que la fabrication illicite de cocaïne dans le monde est estimée à 1 976 tonnes en 2017, soit une augmentation de 25% par rapport à 2016. La quantité mondiale de cocaïne saisie en 2017 a augmenté de 13%, atteignant 1 275 tonnes, soit la plus grande quantité jamais enregistrée.
La crise de surdose d’opioïdes synthétiques en Amérique du Nord a également atteint de nouveaux records en 2017, avec plus de 47 000 décès par surdose d’opioïdes enregistrés aux États-Unis, soit une augmentation de 13% par rapport à l’année précédente. Le rapport enregistre également 4 000 décès liés à des opioïdes au Canada, soit une augmentation de 33% par rapport à 2016.

L’Afrique de l’Ouest, centrale et du Nord subit la crise d’un autre opioïde synthétique : le tramadol. Les saisies mondiales de tramadol sont passées de moins de 10 kilogrammes en 2010 à près de 9 tonnes en 2013 et ont atteint le niveau record de 125 tonnes en 2017.
La drogue la plus largement utilisée dans le monde reste le cannabis, avec une estimation de 188 millions de consommateurs en 2017.

L’apparition de nouvelles drogues de synthèse, moins chère à produire, fabriquées dans des laboratoires décorrélés des zones de production des plantes permet une diffusion de la drogue sur l’ensemble des continents, avec une accessibilité désormais permise aux populations les plus pauvres (cas du tramadol).

D’après une étude de l’INSEE parue en 2018, le trafic de drogue génère un chiffre d’affaires de 2.7 milliards d’euros par an en France (0.1 point de PIB), dont un milliard pour le cannabis et 800 millions d’euros pour la cocaïne. Estimations bien difficiles à réaliser, dans la mesure où ce trafic n’est pas déclaré. À cela, il faut ajouter les revenus obtenus par le blanchiment de la drogue et le soutien apporté à l’économie souterraine.

Les sous-marins narcos

L’ouverture de nouveaux marchés couplés à l’accroissement de la surveillance contraint les narcos à développer d’autres canaux de distribution. Depuis quatre ans, ils ont accru le transport de drogue par sous-marin, dont un grand nombre traversent l’Atlantique pour livrer leur marchandise. En juillet 2019, les garde-côtes américains ont arraisonné un sous-marin transportant 18 tonnes de cocaïne et de marijuana. En novembre 2019, ce sont les douaniers espagnols qui ont intercepté un sous-marin transportant lui trois tonnes de cocaïnes, pour une valeur estimée à 100 millions d’euros. La même opération s’est répétée au large des côtes de Guinée Bissau, qui est aujourd’hui un État failli devenu un narco-État. Ces saisies ne sont que des carottages et ne donnent qu’une maigre estimation de l’ampleur de ce trafic sous-marinier.


.../...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 19033
Date d'inscription : 06/07/2010

La drogue : trame de la géopolitique mondiale Empty
MessageSujet: Re: La drogue : trame de la géopolitique mondiale   La drogue : trame de la géopolitique mondiale EmptyDim 01 Mar 2020, 07:14

.../...


Le financement des partis politiques et des mouvements révolutionnaires

Le renversement d’Evo Morales a permis de mettre à jour ce que beaucoup supputaient, à savoir qu’une partie de l’argent gagnée dans le trafic de drogue en Bolivie a servi à financer le mouvement espagnol révolutionnaire Podemos. Reste à savoir si cela a aussi financé d’autres mouvements de ce type. Le 20 janvier dernier, le ministre espagnol des Transports, José Luis Abalos, a rencontré, à l’aéroport de Madrid, Delcy Rodriguez, numéro deux du gouvernement de Nicola Maduro. Or celle-ci est sous le coup d’un mandat d’arrêt international et est interdite d’entrée dans l’Union européenne. En autorisant son atterrissage, le gouvernement espagnol a enfreint le droit international. En lui rendant visite, ce ministre a sciemment enfreint le mandat d’arrêt. Les rumeurs et les supputations sur les causes de cette visite ont été intenses dans les médias espagnols. Certains se sont demandé si Rodriguez ne venait pas apporter de l’argent pour financer les partis de gauche espagnols. D’autres se sont interrogés sur le fait que la ministre aurait pu fournir au gouvernement des informations plus précises sur les modalités du financement de Podemos. Une façon, pour le gouvernement socialiste, d’éliminer son allié en menant une action judiciaire contre lui. Aucune rumeur n’a pu être confirmée.

L’argent de la drogue a servi à financer les Farc, en Colombie, et l’État islamique, en Irak. La drogue est un double carburant à l’action révolutionnaire : elle finance ces mouvements et elle détruit les jeunesses des pays occidentaux contre lesquels ces mouvements sont en guerre. Elle est à la fois un moteur et une arme, terriblement efficace, devenant levier de subversion contre l’Occident.

Une arme contre l’Amérique latine

La crise sociale traversée par le Chili est due à plusieurs facteurs, internes et externes. Parmi les facteurs externes, il y a la volonté de déstabilisation du pays par le Venezuela, qui a cherché à casser un pays qui fonctionnait bien (le plus riche et le plus stable d’Amérique latine). Le gouvernement du Venezuela a financé les mouvements de gauche révolutionnaire, entre autres avec l’argent de la drogue, leur permettant de mener leurs actions violentes (destruction d’un grand nombre des stations de métro à Santiago, attaques d’églises et d’usines). Il a aussi envoyé des experts pour encadrer les manifestants et les former à l’action de rue. Comme en Europe avec les Black Bloc, il y a une internationale des casseurs et des pilleurs urbains.

Produite dans les Andes et transformée dans la zone caraïbe, la poudre blanche percole ensuite le reste du continent. C’est ainsi que la zone frontalière entre l’Argentine et la Bolivie ne possède pas de radars. Les autorités civiles argentines ne peuvent donc pas contrôler les mouvements d’avion et donc voir si des aéronefs en provenance de la Colombie ou du Venezuela atterrissent pour déposer de la marchandise. Cette zone grise est devenue une plaque tournante du trafic de drogue, qui alimente ensuite les villes de Buenos Aires et de Montevideo.

Entre insouciances des consommateurs quant aux risques géopolitiques (et sanitaires) et absence de contrôle et de regard des autorités, qui oscillent entre corruption active et passive, la drogue trouve toutes les portes utiles pour s’infiltrer dans les sociétés et les détruire. Dans un monde qui a oublié le sens du conflit, du danger et de l’ennemi, elle est aujourd’hui l’une des principales menaces géopolitiques.

Revenir en haut Aller en bas
 
La drogue : trame de la géopolitique mondiale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: