Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 et si on parlait des présidentielles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: et si on parlait des présidentielles   Jeu 29 Déc 2011, 11:48

Rappel du premier message :

le point de vue d'un homme de droite

Hollande vu par Jean d'Ormesson.

Triomphe et tombeau de François Hollande

Jean d'Ormesson* dresse un portrait sans concession de celui qu'il considère comme le probable futur chef de l'État.

Il n'est pas sûr, il est peut-être même improbable, au vu des sondages d'aujourd'hui, que Nicolas Sarkozy soit réélu dans six mois pour un second et dernier mandat. Les mesures de rigueur annoncées par François Fillon ne sont pas accueillies - c'est le moins que l'on puisse dire - par un enthousiasme excessif.


Mme Le Pen à l'extrême droite, M. Bayrou au Centre, Mme Aubry à gauche, M.Mélenchon à la gauche de la gauche se déchaînent contre elles. Les syndicats les condamnent. Une bonne partie de la droite modérée elle-même ne peut pas se résoudre à se prononcer en faveur d'un président qui, à ses yeux, a avili et compromis ses fonctions par son comportement. La victoire de François Hollande est à peu près acquise, et elle risque d'être éclatante. Le moment est idéal pour se déclarer sarkozyste.


La question n'est pas de savoir qui l'emportera en mai 2012. On a longtemps été convaincu dur comme fer que ce serait M. Strauss-Kahn. On a pu croire que ce serait Mme Aubry. On a même pu imaginer que, par un coup du sort, ce serait Mme Le Pen. Il n'est pas tout à fait exclu que M. Bayrou, M. Mélenchon, M. Montebourg se soient monté le bourrichon jusqu'à se persuader de leur chance de l'emporter. Tout sauf Sarkozy. N'importe qui sauf Sarkozy. Ce sera M. Hollande.François Hollande est un parfait honnête homme. Il est intelligent, charmant, cultivé, et même spirituel. Il y a chez cet homme-là un mélange de doux rêveur et de professeur Nimbus égaré dans la politique qui le rend sympathique. Il est mondialement connu en Corrèze. Ce n'est pas lui qui irait courir les établissements de luxe sur les Champs-Élysées, ni les suites des grands hôtels à New York ou à Lille, ni les yachts des milliardaires. Il ferait, je le dis sans affectation et sans crainte, un excellent président de la IVe République. Ou plutôt de la IIIe. Par temps calme et sans nuages. Il n'est jamais trop bas. Mais pas non plus trop haut. C'est une espèce d'entre-deux: un pis-aller historique. Ce n'est pas Mitterrand: ce serait plutôt Guy Mollet. Ce n'est pas Jaurès ni Léon Blum: c'est Albert Lebrun. Ce n'est pas Clemenceau: c'est Deschanel. Il parle un joli français. Et sa syntaxe est impeccable. On pourrait peut-être l'élire à l'Académie française. Ce serait très bien. Mais en aucun cas à la tête de la Ve République, par gros temps et avis de tempête. C'est vrai: Sarkozy en a trop fait. Hollande, c'est l'inverse. Car n'avoir rien fait est un immense avantage, mais il ne faut pas en abuser. Il n'est pas exclu, il est même possible ou plus que possible, que M. Hollande soit élu en mai prochain président de la République. C'est qu'à eux deux, M. Hollande et le PS, qui sont assez loin d'être d'accord entre eux -je ne parle même pas de M. Mélenchon ni de Mme Joly dont ils ont absolument besoin pour gagner et dont les idées sont radicalement opposées à celles de M. Hollande-, ont des arguments de poids: la retraite à 60 ans (quand la durée de vie ne cesse de s'allonger), 60.000 nouveaux fonctionnaires (quand il s'agit surtout de réduire les dépenses publiques), 30% de baisse sur les traitements du président et des ministres (même M. Jean-Marie Le Pen, de glorieuse mémoire, n'a jamais osé aller aussi loin dans le populisme et la démagogie). Avec des atouts comme ceux-là, on a de bonnes chances de gagner.


Aussi n'est-ce pas dans la perspective de l'élection de 2012 que je me situe. C'est avec le souci du jugement de l'histoire. M. Sarkozy, autant le reconnaître, a fait pas mal d'erreurs. À voir comment se présente la campagne d'un Parti socialiste qui semble n'avoir pas appris grand-chose des leçons de son temps, ce sera bien pire avec lui qu'avec M. Sarkozy.

Les déclarations d'intention ne valent rien. Il faut des exemples vivants. M. Zapatero, en Espagne, est un homme plus qu'estimable. Il est socialiste. Le chômage en Espagne est plus du double du nôtre. M. Papandréou en Grèce est socialiste. Est-ce le sort de la Grèce que nous souhaitons pour la France? M. Sarkozy a été plus attaqué, plus vilipendé, plus traîné dans la boue qu'aucun dirigeant depuis de longues années. Il a pourtant maintenu le pays hors de l'eau au cours d'une des pires crises que nous ayons jamais connues. Il n'est même pas impossible que Mme Merkel et lui aient sauvé l'Europe et l'euro. Pour affronter le jugement de l'histoire, je choisis le camp, à peu près cohérent, Sarkozy-Fillon-Juppé contre le camp, incohérent jusqu'à l'absurde, Hollande (Hollande président? On croit rêver, disait Fabius) -Aubry-Joly-Mélenchon. Bonaparte Premier consul prétendait que le seul crime en politique consistait à avoir des ambitions plus hautes que ses capacités. Je suis sûr que François Hollande lui-même a des cauchemars la nuit à l'idée d'être appelé demain à diriger le pays avec le concours des amis de toutes sortes et étrangement bariolés que lui a réservés le destin. Je veux bien croire -je n'en suis pas si sûr que pour 2012 les dés sont déjà jetés, que les handicaps du président sortant sont bien lourds pour être surmontés, que le retard est trop rude pour être rattrapé. J'imagine très bien l'explosion d'enthousiasme sur la place de la Bastille ce soir de mai 2012 où l'élection de M. François Hollande à la magistrature suprême sera enfin annoncée.

Je me demande seulement dans quel état sera la France en 2014 ou en 2015.*Publié dans le Figaro du 11/11/11
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: et si on parlait des présidentielles   Mar 31 Jan 2012, 10:49

Eva elle a Cohn Bendit
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: et si on parlait des présidentielles   Mar 31 Jan 2012, 11:46

matmut a écrit:
Igor pourrait bientôt devoir se mettre à l'allemand si il veut continuer à suivre la politique de notre pays. Car dans sa lancée notre président, qui a montré un culte indéniable pour la politique allemande en prononçant plus souvent le mot Allemagne que le mot France, pourrait si il est élu déléguer au Bundestag le soin de légiférer pour le compte des assemblées législatives françaises.

à la limite lorsque l'on compare les déficits commerciaux de la France et de Allemagne on peut se demander qui a gagné la guerre... itou pour le Japon.
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: et si on parlait des présidentielles   Mar 31 Jan 2012, 12:14

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: et si on parlait des présidentielles   Mar 31 Jan 2012, 12:34

Marion Legouy-Desaulle a écrit:
Hollande et l'écologie:
http://dornbusch2012.blogspot.com/2012/01/avec-francois-hollande-au-36eme-congres.html

Hollande, la France et l'Allemagne:
http://www.michel-tabanou.net/

TABANOU comme penseur national... comme disait un poète de mes amis : "faut pas déconner ! "

Je sais que lorsque les bornes sont dépassées il n'y a plus de limite... alors que TABANOU nous rende compte du devenir des oeuvres d'art achetées avec les fonds des fontenaysiens... ce sera un bon début pour le reste on doit pouvoir faire sans lui.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12384
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: et si on parlait des présidentielles   Ven 16 Oct 2015, 21:08

Citation :
Sujet: François Hollande au Bourget   Hier à 22:36      

--------------------------------------------------------------------------------

Ces intensités ont été relevées de manière instantanée et sans calcul. Je vous remercie de bien vouloir en excuser la forme parfois télégraphique.

En préambule une interview de François Hollande : «  Ce que j'ai gagné je l'ai toujours pris à la droite »

Et aussi Coluche : « ..attendez que la gauche passe en 2012 » http://www.youtube.com/watch?v=ackQ47EiK7Q

Amis - France – République – souffre – espérance – aujourd'hui.
Le choix de la Seine Saint-Denis. La même nation pour tous avec ses valeurs et sa culture.
L'enjeu au delà de la gauche : c'est la France.
La laïcité, valeur qui libère et protège, inscrira la loi 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat dans la constitution.
Non cumul des mandats.
Droit de vote des étrangers aux élections locales.

Présider la République :
Faire respecter les lois, pour tous, sans faveurs pour les proches et pour les puissants. Sera impitoyable envers la corruption et malheur aux élus qui y succomberont.
Réduire de 30% les indemnités du président et de ses ministres, pour donner l'exemple.
Aime les gens pendant que d'autres sont fascinés par l'argent.

La crise :
Cette idée que nos enfants auront une vie plus dure : c'est contre cette idée qu'il se bat. Son principal adversaire est le monde de la finance. La crise qui renforce l'emprise, l'empire de la finance qui délocalise les entreprises.
Vote d'une loi sur les banques, séparation des activités de crédit et  de dépôt. Fin des paradis fiscaux. Les stock options seront supprimées, les bonus seront encadrés.Une vraie taxe sur les transactions bancaires en Europe avec ceux qui le voudront. Création d'une agence publique européenne  de notation. Intervention de la Banque Centrale Européenne, création d'euros-obligations. Force de l'Europe et grandeur de la France. Coordination des grands projets : Parlement Européen et nations associés.
Nouvelle politique commerciale : réciprocité et contribution écologique aux frontières de l'Europe.
N'accepte pas que la monnaie chinoise ne soit jamais réévaluée alors que sa croissance est largement excédentaire.
Une Europe de la solidarité et le pacte Franco-Allemand au centre.
Redresser les finances, l'économie, l'industrie.
Création d'une banque publique d'investissement. Les allègements fiscaux seront réservés aux entreprises localisées en France. Les entreprises qui délocalisent devront rembourser immédiatement les crédits d'impôts dont elles auront bénéficié.

La transition énergétique réduction du nucléaire de 75% à 25% d'ici 2025.

1 million de logements neufs et anciens.
Égalité, égalité, égalité dans l'accessibilité. Il sera le président de la fin des privilèges. Il n'y a rien à craindre de la redistribution. Seule la justice doit guider notre action. Qui peut trouver normal que l'on gagne plus d'argent en dormant qu'en travaillant ?
L’État mettra à disposition des collectivités territoriales les terrains dont il est propriétaire pour construire du logement.
Le plafond du livret A sera doublé. Encadrer les loyers là où la pression est trop forte. Multiplier par cinq les sanctions sur les communes qui ne respectent pas la loi SRU.

Santé : les dépassements d'honoraires seront encadrés, l'Hôpital Public sera conforté dans sa tâche et sa mission. Égalité dans l'accessibilité aux urgences.

Eau:tarification progressive de l'eau, de l'eau pour boire à l'eau que l'on gaspille.

Sécurité:création de zones de sécurité prioritaires. Ceux qui ont pu croire que la loi ne les concernait pas, la République les rattrapera : des délinquants financiers aux fraudeurs fiscaux, en passant par les petits caïds qui mettent les quartiers en coupe réglée.

1- redressement  (réformes structurelles justice, économie, puis l' emploi, logement, santé)
2 – redistribution du fruit du redressement.

Le quinquennat ne sera pas une volte-face.
Mobiliser toute la nation contre l'échec scolaire. L'émancipation pour chacun.

Le récit républicain de l'égalité humaine n'appartient pas qu'à la gauche.

Shakespeare : « Ils ont échoué parce qu'ils n'ont pas commencé leur rêve »

La démocratie sera plus forte que les marchés, plus forte que les croyances. Le rêve Français, c'est la laïcité, l'égalité. La France du travail, du mérite, de l'entreprise. L'argent remis à sa place : un serviteur et non pas un maître.



Et si ce discours du Bourget se révélait à l'heure du bilan en 2017 avoir été la plus grande arnaque électorale de la 5 ème république ?

Emploi et chômage, retraites, fiscalité, sécurité, ...  on peut se poser cette question dès à présent et alors que nous aurons de nouveau l'occasion de voter les 6 et 13 décembre...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 14261
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: et si on parlait des présidentielles   Sam 17 Oct 2015, 07:32

L'ancêtre du président : L'Escamoteur, parfois désigné sous Le Jongleur, ou Le Bouffon ou encore Le Prestidigitateur est une huile sur bois attribuée au peintre néerlandais Jérôme Bosch. Réalisé entre 1475 et 1505, il est conservé dans un coffre-fort au Musée municipal de Saint-Germain-en-Laye.





https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Escamoteur

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12384
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: et si on parlait des présidentielles   Mer 21 Oct 2015, 00:32

"Mon ennemi c'est la finance" qu'il a dit au Bourget...

Hier Air France, société dont l'état français détient 17,6 % du capital annonçait 1000 suppressions de postes en 2016

Aujourd'hui Areva, société dont l'état français détient 86,52 % du capital annonce 2700 suppressions de postes d'ici 2017...
Revenir en haut Aller en bas
 
et si on parlait des présidentielles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Les faits de société. Débats. Sondages.-
Sauter vers: