Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Jeu 22 Mar 2012, 12:07

Rappel du premier message :

L'affaire Mohamed Merah étant terminée et celui-ci n'étant plus là pour répondre de ses actes devant un tribunal, voici venue l'heure des questions....

Cette affaire étant survenue dans une période électorale, ne serait-il pas souhaitable qu'une commission d’enquête parlementaire soit rapidement créée avec deux missions:

- d'une part s'assurer que l'enquête a été mené dans des conditions impartiales et que la culpabilité de Mohamed Merah  ne pourra être jamais remise en question (syndrome "irlandais de Vincennes")
- d'autre part s'assurer que ce passage à l'acte de Moahamed Merah ne fait suite à aucune instrumentation de celui-ci

Il faudrait que ces deux questions reçoivent des réponses ne pouvant jamais être remises en question... Va-t-il y avoir des députés pour demander la création d'une telle commission d'enquête ?


Ensuite, et parce que la très grande majorité des musulmans ne souhaitent que vivre en paix, comment gérer la frange d'islamistes qui remettent en cause le vivre ensemble ? Que faire en collaboration avec les musulmans modérés pour éviter que cela ne puisse se reproduire ? Que faire pour éviter que des jeunes des quartiers sensibles se trouvent embringués de la sorte ?

Doit-on au nom de la liberté de culte laisser des religieux envoyés par des pays étrangers prêcher pour ne pas dire haranguer ces jeunes de banlieue ?  


Enfin dernière question et non des moindres, que penser du rôle des partis politiques qui, depuis des années, importent et diffusent dans nos banlieues le conflit du Proche Orient auprès de jeunes n'ayant pour la plupart aucune formation politique ?

L'erreur qu'il ne faudrait pas commettre serait de mettre ce drame  uniquement sur le compte de problèmes psychologiques de Mohamed Merah, les médias parlent désormais de psychopathe, en faisant abstraction de tout ce qui est religieux ou politique...

Ce qui est sûr c'est que ce drame va jouer influer sur les élections dont le premier tour aura lieu dans un mois jour pour jour... Les Etats-Unis ont leur 11 septembre, la France a désormais son 19 mars...


Dernière édition par a.nonymous le Dim 26 Avr 2015, 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Ven 30 Mar 2012, 10:29

Il faut ratisser large et notre Le Pen de gauche applique la méthode : n'importe quoi du moment que ça plaît ! si ce n'est pas réalisable où est le problème ?

Cohn Bendit a bien compris : on relance la machine en ressortant les vieux "tubes" Mélenchon c'est Claude François et la nostalgie des années 70.

Je m'interroge cependant : si Hollande est élu roi de France nous avons droit aux 32 heures par semaine pour satisfaire les écolos, au SMIC à 1700 euros pour faire plaisir à Mélanchon et on engage 50 ou 60 000 fonctionnaires pour appliquer le programme socialiste... si avec tout ça plus quelques bricoles annexes nous ne nous retrouvons pas au niveau grec en 2 ans ce sera un miracle.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Ven 30 Mar 2012, 10:32

a.nonymous a écrit:
a.nonymous a écrit:
Loïc a écrit:
Ce sont vos propos qui souvent sont islamophobes et xénophobes. C'est déplorable.

Vous me jugez islamophobe mais peut-on accepter par exemple que des femmes portent ce qu'on appelle des burqas ?

Pour ma part je pense que non et je pense que ces comportements doivent être réprimés. Pourquoi ? Par pour des raisons de laïcité mais tout simplement parce que c'est un traitement inhumain. Et nous ne pouvons pas accepter que même au motif de convictions privées des gens en viennent premièrement à se mutiler et deuxièmement à se soustraire aux regards des autres car le droit de se dévisager fait partie des droits de chacun d'entre nous. C'est un mauvais traitement. Je suis donc partisan du fait que la loi le réprime.

De même qu'il est interdit de se promener tout nu, de même qu'il est interdit de promener ses enfants tout nus, il est interdit de se promener masqué et enfermé dans une camisole de force...

Je suis étonné que ces propos sur le port de la burqa assimilée à un masque et une camisole de force n'est pas déclenché l'ire de notre pourfendeur d'islamophobes mais peut être en a-t-il reconnu l'auteur.... Car je le confesse ces propos ne sont pas de moi mais d'un candidat à l'élection présidentielle...

Il s'agit en l'occurrence de propos tenus devant le Grand-Orient par le du candidat par le candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon derrière lequel s'est rangé notre pourfendeur d'islamophobes...

Voir http://www.youtube.com/watch?v=PNz_q6zo0JU à partir de 7mn10s

Maintenant cela pose une vraie question: est-ce que ces propos de bon sens peuvent être tenus devant le Grand Orient mais pas à Fontenay ?

Le Front de Gauche a-t-il un discours raisonné devant des intellectuels défenseurs de la laïcité et un autre discours plus clientéliste devant de potentiels électeurs de banlieue ?

Si la burqa est assimilable à un masque et une camisole rue Cadet, pourquoi ne le serait-elle pas aussi au Larris ?

Parce que rue Cadet si l'orientation est généralement assez à gauche il y a tout de même des gens de bons sens qui lui demanderaient d'arrêter de déconner... de plus dans ce cadre particulier l'invective est généralement mal perçue ce qui obère gravement la portée possible du discours de Mélenchon.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Ven 30 Mar 2012, 17:12

Ca arrive bien tard, il a fallut hélas attendre les tueries de Toulouse et Montauban comme déclencheur, mais les choses bougent du coté du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) et l'on doit s'en réjouir car c'est un pas en avant dans le sens du vivre ensemble...

Il est dommage que localement il n'en soit pas même du coté de l'Association Cultuelle Musulmanne Fontenaysienne (ACMF) qui aujourd'hui fustige une nouvelle fois sur son site web des responsables politiques français...

Les propos de l'ACMF contre les élus socialistes fontenaysiens il y a quelques semaines puis les propos d'aujourd'hui contre le gouvernement me laissent dubitatif: est-on en présence d'une association cultuelle ou en présence d'un parti politique religieux ?

Reuters a écrit:
La communauté musulmane unie contre la menace extrémiste

Créé le 30-03-2012 à 15h31 - Mis à jour à 15h31

PARIS (Reuters) - Les responsables de la communauté musulmane de France ont affiché vendredi un front uni contre l'extrémisme religieux, prônant notamment le renforcement du rôle et de la formation des imams pour prévenir la montée de l'islam radical.

L'appel du recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, et du président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohamed Moussaoui, a été lancé huit jours après la mort de Mohamed Merah, et quelques heures après un coup de filet lancé dans les milieux islamistes dans plusieurs villes de France.

L'opération menée contre des membres présumés du groupement islamiste radical Forsane Alizza n'aurait toutefois aucun lien direct avec l'enquête sur Mohamed Merah, l'auteur des sept meurtres en France, qui a été abattu le 21 mars par la police.

"Nous pensons qu'aujourd'hui le dialogue entre les musulmans et les pouvoirs publics est plus que jamais nécessaire pour oeuvrer conjointement", a déclaré à la presse Dalil Boubakeur, à l'issue d'une rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant.

Face à l'inquiétude suscitée par le profil de Mohamed Merah, qui s'est revendiqué d'Al Qaïda, une commission va être créée qui réunira tous les acteurs souhaitant discuter de la tendance à la radicalisation de l'islam en France.

"Cette tendance est plus une radicalisation du langage qu'une véritable attitude de notre communauté", a estimé Dalil Boubakeur, qui a prôné "un islam de France, un islam de tolérance (...) installé dans le cadre même de nos institutions, de notre droit, de nos lois et qui est celui de la très large majorité de musulmans de France."

La lutte contre la radicalisation religieuse doit passer par une meilleure formation des imams et un renforcement de leur présence, notamment en prison ou dans certains quartiers contrôlés par des prédicateurs auto-proclamés, ont insisté les responsables des la communauté musulmane.

"Ca passe par la reconquête de l'espace public, (il ne faut pas) qu'il y ait de quartier laissé à l'abandon", a déclaré Mohamed Moussaoui, qui a appelé à agir "très vite face aux idéologies de haine de l'autre".

RESPECT DE L'AUTRE

Les imams ont également la responsabilité de mettre en garde les plus jeunes contre les formes radicales de l'islam et de promouvoir la "vraie religion musulmane".

"Il y a des gens qui instrumentalisent la religion musulmane à des fins politiques, pour porter atteinte à autrui", a souligné le président du CFCM. "Il faudrait que les imams jouent leur rôle en disant attention, 'la religion musulmane appelle au respect de l'autre, à vivre ensemble dans la paix et la sérénité. Ce discours doit être affiché avec beaucoup plus d'offensive, au moment où des radicaux s'expriment à travers la parole et des gestes violents."

La formation des aumôniers dans le milieu carcéral devrait également être améliorée pour tenter de prévenir toute radicalisation ou dérives.

A une semaine du congrès de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), qui doit se tenir du 6 au 9 avril au Bourget, près de Paris, la France a interdit jeudi l'entrée sur son territoire de quatre prédicateurs musulmans de renom, soulignant que leurs positions et propos "dans le contexte actuel, représentent un fort risque de troubles à l'ordre public".

Cheikh Youssef Al Qaradaoui, religieux qatari d'origine égyptienne considéré comme le plus influent théologien du monde arabe, et le prédicateur égyptien cheikh Mahmoud Al Masri ont, quant à eux, renoncé à venir.
---/---
Edité par Patrick Vignal
Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20120330.REU3069/la-communaute-musulmane-unie-contre-la-menace-extremiste.html


ACMF - Association Cultuelle Musulmanne Fontenaysienne a écrit:
Ras le bol des manœuvres politiciennes
Portrait de o.fellah
Soumis par o.fellah le ven, 30/03/2012 - 10:20

A moins d’un mois des élections présidentielles, le gouvernement joue son va-tout en perdant son honneur. Un vague parfum de l’ère Pasqua se fait ressentir et le discours national-sécuritaire retrouve son ardeur et son odeur nauséabonde. Les "coups de pub" politiques sont nécessaires car la droite sarkozyienne doit absolument faire le plein des voix de Marine Lepen. Bravo M.Juppé et Guéant, à force de pactiser avec le diable vous allez perdre vos âmes.
Les décisions prises concernant les savants de l’islam invité par l’UOIF est inacceptable. Prenons par exemple celle du savant El Qardawi, il est tellement populaire en France et dans le monde musulman qu’il est le pendant de la papauté. Son aura est telle qu’il constitue à lui tout seul un barrage à l’islam radical et à la lecture littéraliste des sources scripturaires de l’islam.

Même si nous ne sommes pas affiliés à l‘UOIF et à aucune autre instance musulmane, nous n’acceptons pas cette décision qui fait le lit de nombreuses tensions dans la communauté musulmane. Ces savants constituent un frein aux extrémistes et cette décision vient légitimer une logique séparatiste du eux contre nous. Nous reprenons une partie du communiqué de l'UOIF afin de dénoncer ces calomnies:

« Abdallah Basfar, personnalité internationale reconnue pour son expertise dans la psalmodie du Coran il a toujours appelé dans ses interventions et ses prières en France à la paix du pays et sa sérénité.

Ayed El Qarni, est le leader de la pensée qui condamne l’usage de la violence et est connu comme tel, par tous les spécialistes du monde musulman.

Safwet el Hijazi le secrétaire générale du conseil de protection de la révolution égyptienne. Il est connu pour sa spiritualité et son discours pacifique.
Il est secrétaire général du Conseil de la révolution et président de l’organisation arabe pour la culture et les droits de l’homme.

Akrima Sabri est un dignitaire religieux palestinien vivant à Jérusalem. il n’a jamais prôné la haine ou la violence. »

Selon le quotidien Saphirnews qui s’est intéressé à la polémique. Claude Guéant aurait présenté des propos et des citations antisémites et/ou ne respectant pas les droits de l’homme ou encore l’égalité hommes-femmes . M. Jaballah, responsable de l’uoif, déclare « Nous n’avons aucun moyen de vérifier ces citations. Nous avons donc simplement affirmé qu’ils (les prédicateurs interdits, ndlr) sont connus pour leur modération et leur respect envers les autres communautés »

Quant à la critique lancée contre Tariq Ramadan, cela tourne au burlesque et nous ne faisons aucun commentaire et nous vous invitons à lire l’article d’Alain Gresh sur son blog.
Source: http://mosqueedefontenay.fr/?q=fr/articles/ras-le-bol-des-man%C5%93uvres-politiciennes


Dernière édition par a.nonymous le Sam 31 Mar 2012, 12:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 31 Mar 2012, 07:29

a.nonymous a écrit:
Les propos de l'ACMF contre les élus socialistes fontenaysiens il y a quelques semaines puis les propos d'aujourd'hui contre le gouvernement me laissent dubitatif: est-on en présence d'une association cultuelle ou en présence d'un parti politique religieux ?


C'est peut-être simplement des habitants qui en ont assez d'être désignés par certains comme des bouc-émissaires, comme des gens toujours suspects dont il faudrait "contrôler" (le mot a été mainte fois employé lors du débat sur la nouvelle mosquée de Fontenay) les faits et gestes.

Alors qu'ils ne se laissent pas marcher dessus et réagissent lorsque des politiques (et là je ne me prononce pas sur le fond de ce que dit cette association) s'en prennent à eux est-ce étonnant ou illégitime ? Ne sont-ils pas aussi des citoyens et par cela n'ont-ils pas le droit de participer au débat public ?

Quant aux propos de tel ou tel ministre, il n'y a pas que les musulmans de Fontenay qui les commentent. Combien de fois ces dernières années la conférence des évêques de France a-t-elle dénocé la stigmatisation de catégories entières de la population (Roms, étrangers, musulmans, pauvres...) par le pouvoir ?
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 31 Mar 2012, 08:01

Curieusement les gens "stigmatisés" n'envisagent pas de changer leur conduite... peut être qu'une petite remise en cause personnelle serait bénéfique ? NON il est vrai que c'est aux autres de s'adapter ! ils ont des droits et nous n'avons que le devoir de les supporter.

C'est la liberté vue pas le front de gauche.

Le renard libre dans le poulailler libre... tout un programme ! Il se trouve qu'un certain nombre de gens, de plus en plus nombreux d'ailleurs ne sont plus d'accord !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 31 Mar 2012, 12:47

Loïc a écrit:
C'est peut-être simplement des habitants qui en ont assez d'être désignés par certains comme des bouc-émissaires, comme des gens toujours suspects dont il faudrait "contrôler" (le mot a été mainte fois employé lors du débat sur la nouvelle mosquée de Fontenay) les faits et gestes.

Pour être objectif il faut quand même préciser que la religion musulmane est une religion sans clergé et que donc n'importe qui peut s'improviser imam et animer un lieu de culte....

A partir de là, dès lors qu'une mosquée est construite avec l'aide d'une municipalité, par exemple grâce à un bail emphytéotique, il me parait juste normal et légitime que la municipalité s'assure que l'association qui va gérer le lieu de culte est représentative d'une majorité de musulmans de la commune et qu'elle présente certaines garanties...

C'est juste du bon sens...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 31 Mar 2012, 13:26

a.nonymous a écrit:
Loïc a écrit:
C'est peut-être simplement des habitants qui en ont assez d'être désignés par certains comme des bouc-émissaires, comme des gens toujours suspects dont il faudrait "contrôler" (le mot a été mainte fois employé lors du débat sur la nouvelle mosquée de Fontenay) les faits et gestes.

Pour être objectif il faut quand même préciser que la religion musulmane est une religion sans clergé et que donc n'importe qui peut s'improviser imam et animer un lieu de culte....

A partir de là, dès lors qu'une mosquée est construite avec l'aide d'une municipalité, par exemple grâce à un bail emphytéotique, il me parait juste normal et légitime que la municipalité s'assure que l'association qui va gérer le lieu de culte est représentative d'une majorité de musulmans de la commune et qu'elle présente certaines garanties...

C'est juste du bon sens...

et peut être aussi de s'assurer que les prêches qui seront prononcés, les enseignements qui y seront dispensés... ne sont pas en contradiction avec la constitution de notre pays.
Faut il des exemples ?
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 31 Mar 2012, 20:31

a.nonymous a écrit:
Le Monde se serait-il posé la même question en couverture si l'assassin au lieu d'être un paumé lié à l'intégrisme islamique avait été un paumé lié à l'extrême droite comme il en a été question au début de cette affaire ?

On peut hélas en douter et donc ce qu'il faut refuser c'est que cette affaire ne soit réduite, comme peuvent être tentés de le faire certains, à un fait divers car c'est un fait politique qui doit donner lieu à débat...


Un article d'Elizabeth Levy sur Causeur à propos de cette interrogation en une du Monde...

Citation :
La tuerie de Toulouse n’est pas un fait divers
Et si on arrêtait de stigmatiser le réel ?

Publié le 30 mars 2012 à 11:46 dans MédiasSociété

Mots-clés : Le Monde, Mohamed Merah, tuerie de Toulouse


Connaissez-vous la différence entre une « tragédie nationale » et un « fait divers » ? Je vous donne un indice, c’est la même qu’entre un « terroriste » et un « tueur ». Question d’origine. Je sais, ce n’est pas très républicain, mais c’est Le Monde qui le dit. Le 20 mars, quand on pensait que l’assassin était un « de souche » bas du front, la tuerie de Toulouse était une tragédie nationale qui appelait chacun d’entre nous (mais certains plus que d’autres) à faire son examen de conscience. Une semaine plus tard, après que le tueur s’était révélé être un délinquant-djihadiste, Le Monde s’interrogeait en une : « Toulouse : fait divers ou fait politique ? » En somme, l’affaire était riche d’enseignements tant qu’on ne savait pas ; une fois les faits connus, les choses devenaient beaucoup moins claires. Curieuse logique, en vérité, que celle qui a vu notre éminent quotidien basculer en quelques jours de la certitude à la perplexité. Faut-il en conclure que les événements de Toulouse sont finalement dénués de toute signification politique ou qu’ils n’ont pas la signification qu’on avait envie de leur prêter ?

Le 20 mars, au lendemain de la tuerie du collège Ozar Hathorah (mais avant le début de l’opération du RAID), l’éditorial, intitulé « Tragédie nationale, réflexion nationale », invitait la France à faire pénitence. François Bayrou, seul candidat à avoir maintenu un meeting le soir de la fusillade, recevait un hommage appuyé pour avoir « posé, gravement, des questions fortes » : « ce type de folie s’enracine dans l’état d’une société où le degré de violence et de stigmatisation est en train de grandir », avait notamment déclaré le candidat centriste. Pour violente qu’elle fût, la charge était justifiée, estimait Le Monde : « Elle vise une responsabilité collective. Tant il est clair que le rejet de l’Autre – plus encore : la haine de l’Autre – est un poison mortel pour la République. » Au cas où quelques-uns eussent mal lu entre les lignes, on me permettra d’expliciter le propos : le bras de l’assassin, qui avait abattu trois militaires d’origine maghrébine et grièvement blessé un quatrième, d’origine antillaise, avait été armé par les suspects habituels, de Nicolas Sarkozy à Marine Le Pen en passant par Claude Guéant et Eric Zemmour. Entre-temps, François Hollande s’était rué dans la brèche, pour dispenser à la France d’en bas comme à celle d’en haut sa propre leçon de maintien langagier : « Il y a des mots qui influencent, qui pénètrent, qui libèrent, ceux qui ont des responsabilités doivent maîtriser leur vocabulaire. Au sommet de l’État, rien ne peut être toléré. » À son tour, Jean-Luc Mélenchon invitait « d’aucuns à mesurer mieux le poids des mots et le choix des citations » – allusion transparente à la référence que Jean-Marie Le Pen avait faite à Brasillach. Les grandes consciences de l’antiracisme se relayèrent pour propager cette explication réconfortante : Dominique Sopo, patron de SOS Racisme, s’interrogeait sur l’« affaissement de la parole politique, intellectuelle et médiatique » responsable, selon lui, de la dégradation du « vivre-ensemble », tandis que Bernard-Henri Lévy s’en prenait, dans Le Point, aux « pyromanes de la défense d’une “identité nationale” perçue comme une entité fermée, frileuse, nourrie au ressentiment et à la haine. » La France avait son Breivik, preuve sanglante des méfaits causés par la « libération de la parole » – il est tout de même surprenant d’entendre les héritiers autoproclamés de Voltaire dénoncer en boucle la « parole libérée » comme l’origine de tous nos problèmes.

L’ennui, c’est que cette magnifique construction s’effondra quand on apprit que le tueur n’était pas un de ces crânes rasés qu’on adore détester, ni même un lecteur d’Alain Finkielkraut, mais un djihadiste qui prétendait venger les enfants de Gaza et punir la France de son engagement en Afghanistan – on n’aura pas le mauvais goût de demander dans quelles gazettes il s’était informé sur la situation des Palestiniens. « Crimes racistes » il y avait, mais ce n’était pas le « bon racisme » – qui ne saurait être autre que celui du dominant à l’encontre du dominé.

Prise d’un scrupule rétrospectif, la classe politique découvrit donc que l’affaire était « complexe » et qu’il fallait se garder de toute conclusion hâtive – seules Cécile Duflot et Eva Joly continuant à accuser à mots très peu couverts Nicolas Sarkozy. On dénonça préventivement le risque de « stigmatisation », préoccupation fort légitime au demeurant, quoique même Marine Le Pen se fût gardée de mettre en cause l’« islam » en tant que tel. Le Monde reconnut que le président du MoDem avait « pris des risques, lundi 19 mars, en posant le diagnostic d’une société malade de ses divisions », sans aller toutefois jusqu’à rappeler qu’il avait pris les mêmes…

Il est cependant étrange que l’on puisse se demander si l’équipée meurtrière de Mohammed Merah relevait du « fait divers », c’est-à-dire d’un acte individuel isolé qui n’aurait nullement pris racine dans les « divisions de la société ». Pas de climat malsain, pas de terreau favorable, pas de discours nauséabonds ayant armé le bras meurtrier, vraiment ? Pas d’islam radical, pas d’antisémitisme dans nos banlieues ? Merah était français, a-t-on répété en réplique au Front national qui établissait un lien entre la tragédie et l’immigration. Justement, c’est cela qui devrait nous requérir collectivement : que s’est-il passé pour que l’ancien élève de l’école Ernest Renan (tout un symbole) n’ait eu d’autre rêve que de mettre son pays à genoux ? Mohamed Merha était peut-être un « fou isolé », un monstre solitaire, il n’en est pas moins la preuve de ces « échecs de l’intégration » dont il ne faut surtout pas parler, ce qui est le meilleur moyen de ne jamais les résoudre. Alors sans doute faut-il se garder des accusations simplistes et des amalgames dangereux. Le Monde nous l’a rappelé: « Le rejet de l’Autre – plus encore : la haine de l’Autre – est un poison mortel pour la République. » Peut-être cet amour de l’Autre devrait-il commander d’entendre des points de vue différents sans les disqualifier sous les espèces de la réaction et plus si affinités. Chers confrères, j’ai envie de vous dire qu’il y a un autre poison, tout aussi mortel pour la République : c’est la dénégation du réel.
Source: http://www.causeur.fr/la-tuerie-de-toulouse-n%E2%80%99est-pas-un-fait-divers,16861
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Avr 2012, 08:34

a.nonymous a écrit:

A partir de là, dès lors qu'une mosquée est construite avec l'aide d'une municipalité, par exemple grâce à un bail emphytéotique, il me parait juste normal et légitime que la municipalité s'assure que l'association qui va gérer le lieu de culte est représentative d'une majorité de musulmans de la commune et qu'elle présente certaines garanties...

C'est juste du bon sens...


C'est juste contraire à l'esprit de la loi de 1905 et contraire à la liberté des associations y compris cultuelles. La municipalité ni personne d'ailleurs, si ce n'est les fidèles de ce lieu, n'a à contrôler ce qui s'y passe... Du moment que la loi est repsectée il y a le principe de libre administration des lieux de culte. Ce qui s'y passe, les prières, les fêtes, les enseignements, rien de cela ne regarde la commune.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Avr 2012, 08:56

Il est préférable de s'occuper de rien et de tout faire pour gagner quelques suffrages mais lorsque le drame arrive il est facile de s'en prendre au gouvernement, à la DCRI, au RAID ou au GIGN de toute façon se sera de la faute de sarko...

On donne l'essence, les allumettes, le papier et les torchons, la bouteille... on ne s'inquiète pas de ce qu'il est possible de faire avec, un peu plus tard on est surpris du résultat surtout lorsque l'on le prend sur la tronche... sans doute là aussi très légalement.

Je constate d'ailleurs que nos défenseurs de la légalité reprochent aux pouvoirs publics de n'avoir rien fait avant que des délits soient commis... yavaika ! falaikil ! lorsque l'on fait de la politique surtout dans l'opposition et que l'on est irresponsable il n'est pas nécessaire d'être logique ! n'est ce pas.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Avr 2012, 12:21

Loïc a écrit:
C'est juste contraire à l'esprit de la loi de 1905 et contraire à la liberté des associations y compris cultuelles. La municipalité ni personne d'ailleurs, si ce n'est les fidèles de ce lieu, n'a à contrôler ce qui s'y passe... Du moment que la loi est repsectée il y a le principe de libre administration des lieux de culte. Ce qui s'y passe, les prières, les fêtes, les enseignements, rien de cela ne regarde la commune.

Une nouvelle fois vous faites erreur dans votre interprétation à géométrie variable de la loi de 1905 que vous semblez bien mal connaitre et qui dans sa section "Police des cultes" dit :

Citation :
Article 25

Les réunions pour la célébration d'un culte tenues dans les locaux appartenant à une association cultuelle ou mis à sa disposition sont publiques. Elles sont dispensées des formalités de l'article 8 de la loi du 30 juin 1881, mais restent placées sous la surveillance des autorités dans l'intérêt de l'ordre public.

Article 26

Il est interdit de tenir des réunions politiques dans les locaux servant habituellement à l'exercice d'un culte.

Article 34

Tout ministre d'un culte qui, dans les lieux où s'exerce ce culte, aura publiquement par des discours prononcés, des lectures faites, des écrits distribués ou des affiches apposées, outragé ou diffamé un citoyen chargé d'un service public, sera puni d'une amende de 25.000 F. et d'un emprisonnement d'un an, ou de l'une de ces deux peines seulement.

La vérité du fait diffamatoire, mais seulement s'il est relatif aux fonctions, pourra être établi devant le tribunal correctionnel dans les formes prévues par l'article 52 de la loi du 29 juillet 1881. Les prescriptions édictées par l'article 65 de la même loi s'appliquent aux délits du présent article et de l'article qui suit.

Article 35

Si un discours prononcé ou un écrit affiché ou distribué publiquement dans les lieux où s'exerce le culte, contient une provocation directe à résister à l'exécution des lois ou aux actes légaux de l'autorité publique, ou s'il tend à soulever ou à armer une partie des citoyens contre les autres, le ministre du culte qui s'en sera rendu coupable sera puni d'un emprisonnement de trois mois à deux ans, sans préjudice des peines de la complicité, dans le cas où la provocation aurait été suivie d'une sédition, révolte ou guerre civile.
Source: http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000508749


Dernière édition par a.nonymous le Dim 01 Avr 2012, 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Avr 2012, 13:12

Si maintenant il est nécessaire que LOIC connaisse en détail un dossier avant de nous livrer sa vérité comme parole d'évangile où allons nous ?

Nous avons à faire à un militant pour qui la vérité est secondaire, ce qui compte c'est le discours asséné et répété comme une vérité première. En bref un bon disciple de Mélanchon ! qu'importe la loi, la vérité ou ce qui est juste, du moment que l'on ramasse les bulletins de vote tout va bien !

Un jour pluvieux lorsque je vais avoir du temps à perdre je vais faire le compte des affirmations fausses, des approximations erronées, des interprétations fallacieuses et des manipulations des interventions de ses contradicteurs faites depuis des années par LOIC... on se demandera ensuite comment il est possible de faire confiance à cet élu.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Avr 2012, 18:44

papy Mougeot a écrit:
Il est préférable de s'occuper de rien et de tout faire pour gagner quelques suffrages mais lorsque le drame arrive il est facile de s'en prendre au gouvernement, à la DCRI, au RAID ou au GIGN de toute façon se sera de la faute de sarko...

On donne l'essence, les allumettes, le papier et les torchons, la bouteille... on ne s'inquiète pas de ce qu'il est possible de faire avec, un peu plus tard on est surpris du résultat surtout lorsque l'on le prend sur la tronche... sans doute là aussi très légalement.

Je constate d'ailleurs que nos défenseurs de la légalité reprochent aux pouvoirs publics de n'avoir rien fait avant que des délits soient commis... yavaika ! falaikil ! lorsque l'on fait de la politique surtout dans l'opposition et que l'on est irresponsable il n'est pas nécessaire d'être logique ! n'est ce pas.


Vous êtes certain que ce que vous écrivez ici a un quelconque rapport avec les citoyens musulmans de notre ville ou avec leurs mosquées ?

Moi je ne le crois pas !
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Avr 2012, 22:09

Loïc a écrit:
papy Mougeot a écrit:
Il est préférable de s'occuper de rien et de tout faire pour gagner quelques suffrages mais lorsque le drame arrive il est facile de s'en prendre au gouvernement, à la DCRI, au RAID ou au GIGN de toute façon se sera de la faute de sarko...

On donne l'essence, les allumettes, le papier et les torchons, la bouteille... on ne s'inquiète pas de ce qu'il est possible de faire avec, un peu plus tard on est surpris du résultat surtout lorsque l'on le prend sur la tronche... sans doute là aussi très légalement.

Je constate d'ailleurs que nos défenseurs de la légalité reprochent aux pouvoirs publics de n'avoir rien fait avant que des délits soient commis... yavaika ! falaikil ! lorsque l'on fait de la politique surtout dans l'opposition et que l'on est irresponsable il n'est pas nécessaire d'être logique ! n'est ce pas.


Vous êtes certain que ce que vous écrivez ici a un quelconque rapport avec les citoyens musulmans de notre ville ou avec leurs mosquées ?

Moi je ne le crois pas !

Comme LOIC ne croit pas il n'est pas nécessaire de s'inquiéter... et donc de se renseigner puisque la loi ne le prévoit pas. De toute manière si les initiatives de la municipalité étaient néfastes ou tournaient mal on trouverait bien un moyen de mettre ça sur le dos de la droite en général et de sarko en particulier.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Lun 02 Avr 2012, 07:44

Vous ne répondez pas à la question posée. Quel rapport entre le GIGN dont vous parlez et les habitants musulmans de notre ville et leurs mosquées ?

Vous faites un amalgame qui est blessant pour eux.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Lun 02 Avr 2012, 08:27

Loïc a écrit:
Vous ne répondez pas à la question posée. Quel rapport entre le GIGN dont vous parlez et les habitants musulmans de notre ville et leurs mosquées ?

Vous faites un amalgame qui est blessant pour eux.

Pas grave si vous ne comprenez pas ce qui est écrit et si vous voulez triturer le sens des interventions... c'est habituel !
Pour ce qu'il en est d'être blessé je connais des blessés dans ces quartiers qui ne l'on pas été avec des mots... mais eux ne vous intéressent pas.

D'autre part il faudra que vous compreniez que je n'ai pas à répondre aux questions de qui que ce soit et surtout pas aux vôtres. Je n'ai et c'est heureux aucun lien de subordination avec vous !

Je vous invite donc avec fermeté à éviter de venir me demander des comptes.
A propos j'attends toujours que vous veniez me voir comme vous vouliez le faire. La dernière fois vous sembliez plus intéressé par votre clavier...
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Lun 02 Avr 2012, 16:11

tonton christobal a écrit:
D'autre part il faudra que vous compreniez que je n'ai pas à répondre aux questions de qui que ce soit et surtout pas aux vôtres.


Mais ce n'est pas à vous que la question était adressée mais à papy m.

Razz
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Lun 02 Avr 2012, 17:28

Loïc a écrit:
tonton christobal a écrit:
D'autre part il faudra que vous compreniez que je n'ai pas à répondre aux questions de qui que ce soit et surtout pas aux vôtres.


Mais ce n'est pas à vous que la question était adressée mais à papy m.

Razz

Tonton vous a envoyé aux bains parce que vous nous agressez en permanence. Nous avons décidé d'être aussi désagréables et retors avec vous que vous l'êtes avec ceux qui ne sont pas de votre avis.
Le premier de nous deux qui peut vous rentrer dedans le fait ! l'omniprésence de la propagande de gauche que vous nous infligez lasse un maximum d'habitants donc vous ramassez.
C'est juste un écho ! vous n'êtes pas habitué à la contradiction et ici vous ne disposez pas de la claque municipale . Raz le bol de vous et de vos semblables !

Ne vous étonnez donc pas de vous faire prendre à partie c'est un juste retour des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mar 03 Avr 2012, 07:15

Certes, certes, j'en conviens, mais vous ne répondez pas à la question du rapport entre la DCRI, le RAID et Fontenay.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 09/12/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mar 03 Avr 2012, 07:21

Loïc a écrit:
Certes, certes, j'en conviens, mais vous ne répondez pas à la question du rapport entre la DCRI, le RAID et Fontenay.

Pas payé pour vous faire de l'explication de texte... désolé c'est de la faute de sarko.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mar 03 Avr 2012, 10:46

Loïc a écrit:
papy Mougeot a écrit:
Il est préférable de s'occuper de rien et de tout faire pour gagner quelques suffrages mais lorsque le drame arrive il est facile de s'en prendre au gouvernement, à la DCRI, au RAID ou au GIGN de toute façon se sera de la faute de sarko...

On donne l'essence, les allumettes, le papier et les torchons, la bouteille... on ne s'inquiète pas de ce qu'il est possible de faire avec, un peu plus tard on est surpris du résultat surtout lorsque l'on le prend sur la tronche... sans doute là aussi très légalement.

Je constate d'ailleurs que nos défenseurs de la légalité reprochent aux pouvoirs publics de n'avoir rien fait avant que des délits soient commis... yavaika ! falaikil ! lorsque l'on fait de la politique surtout dans l'opposition et que l'on est irresponsable il n'est pas nécessaire d'être logique ! n'est ce pas.


Vous êtes certain que ce que vous écrivez ici a un quelconque rapport avec les citoyens musulmans de notre ville ou avec leurs mosquées ?

Moi je ne le crois pas !

Cela n'a assurément aucun rapport avec la très grande majorité des musulmans de notre ville mais cela peut très bien avoir un rapport avec une frange de ceux-ci... J'ai écrit "peut très bien" car personnellement j'en sait rien...

Ce que les citoyens sont justement en droit d'attendre de la DCRI, c'est que les fonctionnaires de celle-ci identifient dans cette frange mais aussi d'en d'autres milieux tels que l'extrême droite, l'extrême gauche autonome, les mouvements anarchistes, les sectes religieuses, .... les personnes qui, à Fontenay ou ailleurs, préparent des actions mettant en danger la population ou les institutions...

Je ne parle bien sûr ici ni des mères de familles musulmanes qui préparent des gâteaux au miel pour casser le jeûne du Ramadan ni des militants du FDG qui préparent leurs banderoles pour la prochaine prise de la Bastille...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Juin 2014, 14:21

Deux ans ont passé depuis l'affaire Mohamed Merah...


AFP a écrit:
AFP 01-06-2014 - 09:09

Musée juif de Bruxelles : un Français arrêté à Marseille

La police a arrêté un Français de 29 ans à Marseille, soupçonné d'avoir tué quatre personnes au Musée juif de Bruxelles, le 24 mai.

Un homme soupçonné d'avoir tué quatre personnes au Musée juif de Bruxelles le 24 mai a été arrêté vendredi à Marseille, a appris dimanche l'AFP de sources proches de l'enquête et judiciaire. Il était porteur d'une Kalachnikov et d'un revolver du type de ceux utilisés dans la capitale belge.

Mehdi Nemmouche, un Français de 29 ans originaire de Roubaix (Nord), est soupçonné d'avoir été en Syrie en 2013 auprès de jihadistes. Il était fiché pour ces raisons par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Remis vendredi aux agents de la DGSI, il a été placé en garde à vue notamment pour assassinat et tentative d'assassinat en lien avec une entreprise terroriste. Sa garde à vue, qui a commencé vendredi à la mi-journée, peut durer 96 heures, c'est-à-dire jusqu'à mardi, voire 144 heures, jusqu'à jeudi, si les enquêteurs devaient invoquer une menace terroriste imminente.

Le suspect a été arrêté à la gare routière Saint-Charles à Marseille par les douaniers, alors qu'il se trouvait dans un autocar en provenance d'Amsterdam via Bruxelles.

Selon des sources proches de l'enquête, il était en possession dans ses bagages d'un fusil d'assaut Kalachnikov et d'un revolver avec des munitions. "Des armes du type de celles utilisées le 24 mai a Bruxelles", a dit une de ces sources. Il avait aussi une caméra portative de type GoPro. Parmi ses vêtements, il y avait une casquette semblable à celle que portait le tireur du Musée juif d'après les images de vidéosurveillance diffusées par la police belge.

La tuerie du Musée juif de Bruxelles a fait quatre morts, un couple d'Israéliens, une bénévole française et un employé belge, abattus en plein samedi après-midi par un tueur. La justice belge a retenu dès lundi la piste terroriste.

Après cette fusillade qui a suscité une grande émotion au-delà de la Belgique, les autorités belges ont lancé un appel à la population pour retrouver l'auteur. Elles ont diffusé des extraits de vidéosurveillance montrant un homme s'approcher du musée, y entrer, tirer à plusieurs reprises avec une Kalachnikov sortie d'un sac noir, le tout en moins de deux minutes.
Source: http://actu.orange.fr/monde/musee-juif-de-bruxelles-un-francais-arrete-a-marseille-afp-s_CNT0000002vkB4.html



FranceTVINfo a écrit:
Ce que l'on sait du suspect de la tuerie du Musée juif de Bruxelles
Un Français de 29 ans est soupçonné de s'être rendu en Syrie auprès de jihadistes.

Un Français suspecté d'avoir participé à la tuerie du musée juif de Bruxelles a été arrêté vendredi 30 mai à Marseille, selon des proches de l'enquête. Mehdi Nemmouche est soupçonné d'être l'auteur de l'attaque qui a fait quatre morts, un couple d'Israéliens, une bénévole française et un employé belge, samedi 24 mai dans la capitale belge. Une information confirmée par la justice belge, dimanche 1er juin.

Francetv info revient sur les principales informations connues sur les circonstances de cette interpellation et sur le profil du suspect.


Comment a-t-il été arrêté ?

Selon les informations d'Audrey Goutard pour France 2, l'homme a été interpellé par les douanes à Marseille, à la gare routière Saint-Charles. C'est lors d'un banal contrôle qu'ila été arrêté alors qu'il se trouvait dans un autocar en provenance d'Amsterdam via Bruxelles.

Quelques heures après la révélation de cette interpellation, dimanche 1er juin, la justice belge a confirmé l'arrestation en France du "possible auteur" de la tuerie, via le porte-parole du parquet fédéral.


Pourquoi a-t-il été interpellé ?

Les douaniers marseillais ont immédiatement fait le rapprochement entre Mehdi Nemmouche et le signalement de l'auteur de la fusillade, aperçu sur les images de vidéosurveillance du musée bruxellois.  Décrit par la police comme "athlétique" et de corpulence moyenne, l'homme recherché serait âgé d'une trentaine d'années, selon un témoin, comme le suspect arrêté en France.

Les suspicions des douaniers ont été renforcées par la fouille des affaires du suspect. Elles contenanient la même casquette et les mêmes chaussures que l'homme aperçu sur la vidéo. Mais surtout, une kalachnikov et un revolver, correspondant aux calibres utilisés à Bruxelles, ont été retrouvés dans son sac. Il était également en possession d'une mini-caméra de type Go-Pro.


Qui est le suspect ?

Mehdi Nemmouche est un Français de 29 ans, originaire de Roubaix (Nord). Il est défavorablement connu des services de polices français. Auteur d'un braquage en 2006, il a été condamné à 24 mois de prison dans cette affaire, rappelle La Voix du Nord.

Son avocate de l'époque, Soulifa Badaoui, se souvient de "quelqu'un d'intelligent et vif" mais qui avait "de grosses difficultés personnelles". Interrogée par BFMTV, elle explique que le jeune homme "a été placé par un juge des enfants" dès le plus jeune âge, avant de rejoindre le foyer de sa grand-mère "à l'âge de 17 ans". Selon elle, l'homme n'avait, au moment où elle le défendait, "pas de pratique religieuse quelle qu'elle soit". Me Badaoui insiste : "ce n'était pas, à ma connaissance, une personne prédestinée à commettre ce genre de faits".

L'homme est surtout fiché par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI)  qui le soupçonne de s'être rendu en Syrie en 2013 auprès de jihadistes.


Quelle est la suite de la procédure ?

Remis vendredi aux agents de la DGSI, Mehdi Nemmouche a été placé en garde à vue notamment pour assassinat et tentative d'assassinat en lien avec une entreprise terroriste. Sa garde à vue, qui a commencé vendredi à la mi-journée, peut durer 96 heures, c'est-à-dire jusqu'à mardi, voire 144 heures, jusqu'à jeudi, si les enquêteurs devaient invoquer une menace terroriste imminente.
Source: http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/tueries/fusillade-au-musee-juif-de-bruxelles/ce-que-l-on-sait-du-suspect-de-la-tuerie-du-musee-juif-de-bruxelles_610859.html


Un site qui peut s'avérer utile à certaines familles:

http://www.interieur.gouv.fr/Dispositif-de-lutte-contre-les-filieres-djihadistes/Assistance-aux-familles-et-prevention-de-la-radicalisation-violente

Rappelons aussi que si il existe dans notre ville l'association Fontenay Laïcité, il existe aussi le G.I.F - Groupe Interreligieux de Fontenay - qui œuvre au rapprochement entre les croyants des différentes religions...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Juin 2014, 16:11

Surveiller les gens qui sont en mesure d'avoir des attaches avec des individus commettant des attaques du type de cette commise à Bruxelles ou des tueries comme celle de de Toulouse est une idée intéressante qui se heurte simplement à une logique matérielle...

Les conseilleurs qui ont ces brillantes idées ont ils l'idée du nombre de suspects à prendre en compte et des moyens nécessaires à une surveillance permanente ? sans doute pas.

En revanche il serait sans doute plus aisé de renvoyer dans leurs pénates les gens qui en France mettent en place ce type de filières ou qui convertissent des individus supposés normaux à une croyance qui débouche sur un passage à l'action violente... pour les agitateurs Français il conviendrait sans doute de les mettre à l'écart...

L'aveuglement de nos dirigeants est connue depuis plus de 30 ans .
A force de chercher du mauvais coté pour ne pas voir la vérité en face il n'est pas surprenant que les mêmes douloureux problèmes restent posés...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Juin 2014, 17:41

tonton christobal a écrit:
---/---
En revanche il serait sans doute plus aisé de renvoyer dans leurs pénates les gens qui en France mettent en place ce type de filières ou qui convertissent des individus supposés normaux à une croyance qui débouche sur un passage à l'action violente... pour les agitateurs Français il conviendrait sans doute de les mettre à l'écart...
---/---

Certains, religieux ou politiques,  ont cru bon d'importer le conflit israélo-paslestinien puis le  conflit syrien dans nos banlieues populaires...

Il y a hélas fort à parier que cela n'apporte en finale rien de bon...

Sur le site des jeunes amis politiques des élus d'une fraction importante de la majorité municipale de notre ville, on peut ainsi lire à propos du conflit israélo-paslestinien:

"Puisque nous sommes le MJCF, notre rôle est d’agir principalement en France. Nous devons militer pour que la jeunesse de notre pays connaisse le mieux possible les tenants et les aboutissants du conflit, afin de rejoindre la lutte et de pouvoir gagner ensemble."

Source: http://www.jeunes-communistes.org/2013/03/13-palestine-agir-ici-et-maintenant-7487#.U4tHb66M6bg

Ceux qui tiennent de tels propos réfléchissent-ils seulement une minute aux conséquences que peuvent avoir ceux-ci sur des esprits simples sans aucun formation politique ?

Que l'on ne s'y trompe pas, en disant cela je ne soutiens aucunement la politique sioniste et je ne suis pas indifférent au sort de la population palestinienne... Je dis que vu la situation sociale de certaines de nos banlieues et vu le manque de perspective pour certains jeunes, il ne faut pas par facilité ou par clientélisme jouer aux apprentis sorciers...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Juin 2014, 18:37

Une raison de plus pour rejeter le parti communiste
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Dim 01 Juin 2014, 19:02

Simoun a écrit:
Une raison de plus pour rejeter le parti communiste

Sans oublier les "religieux extrémistes" que nous importons à tour de bras et qui ont tout loisir de recruter les excités locaux lorsqu'ils ne les fabriquent pas.

Lorsque nous tolérons qu'une partie non négligeable de la population de notre pays au nom de la laïcité et de la liberté individuelle refuse de respecter les lois de l'endroit où elle vit comment peut on imaginer que des freins puissent être mis aux excès les plus dangereux ?

En matière d'anti sémitisme et de haine des juifs il est plus facile, plus valorisant politiquement et moins risqué électoralement de s'attaquer à Dieudonné que de mettre un peu d'ordre dans les endroits où on prêche la guerre sainte et où on organise les voyages "touristiques" au proche orient.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Lun 02 Juin 2014, 14:20


On ne peut que saluer la lucidité de certains musulmans et relayer leurs propos....


Reuters a écrit:
Les musulmans de France s'alarment de la "dérive djihadiste"

Reuters – il y a 1 heure 5 minutes

PARIS (Reuters) - Des représentants des musulmans de France se sont alarmés lundi de la "dérive djihadiste" en France trois jours après l'arrestation d'un Français de 29 ans soupçonné d'être l'auteur de la fusillade du musée juif de Bruxelles.

Mehdi Nemmouche, qui s'est rendu en Syrie en décembre 2012 peu après sa sortie de prison, a été interpellé vendredi à Marseille en possession notamment d'une Kalachnikov et d'un revolver. Son profil ravive l'inquiétude de la communauté juive deux ans après l'affaire Mohamed Merah, un autre jeune Français tombé dans l'islam radical et auteur de la tuerie de Montauban et Toulouse visant l'armée et une école juive.

L'interpellation de Mehdi Nemmouche révèle "la gravité récurrente des actes terroristes djihadistes à caractère antisémite", estime Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris, s'alarmant de "cette dérive djihadiste".

"La répétition de ces actes inquiète les deux communautés, juive et musulmane, l’une, victime directe de ces attentats, l’autre, témoin impuissante devant la recrudescence de jeunes djihadistes recrutés en prison et rapidement endoctrinés tant sur le web que par les réseaux terroristes", ajoute-t-il dans un communiqué.

Pour le président de l'Union des mosquées de France (UMF), Mohammed Moussaoui, la tuerie de Bruxelles "vient entretenir la souffrance morale des musulmans de France face à l’instrumentalisation insupportable de leur religion par des extrémistes de tout bord".

Condamnant "avec la plus grande fermeté" la fusillade, l'UMF se dit préoccupée par ce phénomène de radicalisation qui "défigure l’image de l’islam et des musulmans" et appelle les responsables musulmans à organiser des états généraux contre le radicalisme religieux.

"Ces états généraux doivent mobiliser les imams et les aumôniers de France et permettre une réflexion profonde et sérieuse sur les causes et les mécanismes de ces dérives qui menacent notre vivre ensemble", souligne Mohammed Moussaoui, également président d'honneur du Conseil français du culte musulman (CFCM).

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)
Source: https://fr.news.yahoo.com/les-musulmans-france-salarment-la-d%C3%A9rive-djihadiste-110701074.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mar 24 Juin 2014, 11:10

L'histoire que nous raconte la Parisien a beau être une histoire belge, elle n'est pas vraiment drôle...


Le Parisien a écrit:
Exclusif.
Belgique : le profil inquiétant du terroriste français oublié

La justice belge a découvert des éléments troublants sur un jihadiste français abattu en Belgique il y a un an. Il détenait des armes ultra-sophistiquées et des listes de noms des services antiterroristes.

Jean-Marc Ducos | Publié le 24.06.2014, 08h22

Il était « blindé d'armes technologiques » de dernier cri lorsque la police antiterroriste belge a voulu l'intercepter sur l'autoroute entre Bruxelles et Tournai en mars 2013. Elle le soupçonnait de préparer un attentat au moment de Pâques. Refusant de s'arrêter, Hakim Benladghem, 39 ans, a été abattu au volant de sa voiture.

Ce Français originaire de Meurthe-et-Moselle était installé depuis 2009 à Anderlecht, rue de la Courtoisie... dans la banlieue de la capitale belge. Aujourd'hui, l'enquête de la police fédérale belge révèle les liens étroits de cet homme, présenté comme un solitaire, avec la mouvance salafiste toulousaine et les organisateurs de filières jihadistes afghanes. Un solitaire très entouré encore une fois.


Un arsenal digne des forces spéciales

Lorsque son domicile d'Anderlecht a été perquisitionné, les policiers belges ont retrouvé des fusils d'assaut allemands HK neufs dont la vente est réservée aux unités antiterroristes de gouvernements clairement identifiés. Mais aussi un bouclier blindé identique à celui utilisé par les gendarmes en France, des munitions par kilos, des systèmes de vision et de visée nocturne dernier cri, un gilet pare-balles avec des plaques en céramique et des masques à gaz ultra-performants. Il disposait de rations, de réserves d'eau et même d'un kit médical comprenant des garrots automatiques et des seringues auto-injectables de produits d'urgence pour faire face à des blessures graves. Une partie de son appartement était piégée : il avait anticipé l'assaut de son domicile.


Connu des services de renseignements français depuis 2008

Hakim Benladghem se fait repérer quand il tente de rejoindre les groupes islamistes les plus durs du Hamas dans la bande de Gaza, à une époque où Israël est victime d'intenses bombardements de roquettes. Mais il y est interdit de séjour. Et, le 6 avril 2008, il est arrêté au poste-frontière égyptien qui mène à Gaza où son frère Farid est installé. Signalé à ce moment-là, Hakim est placé sous surveillance. Et pour cause, son téléphone portable a réceptionné 149 appels en provenance de la bande de Gaza (45 entre le 2 et 4 février 2008 et 104 entre le 4 et le 9 février). L'homme est soupçonné en fait d'être un logisticien du Hamas.


Des proches des frères Merah autour de lui

Loin d'être un « solitaire engagé dans un jihad individuel » comme le laissaient entendre les autorités, Hakim Benladghem connaît du beau monde de la mouvance islamiste. Et notamment les frères Clain, des Français convertis qui ont été condamnés par le tribunal de Paris en 2009 pour avoir été les logisticiens d'un réseau de passeurs de candidats au jihad en Irak. Une filière dite toulousaine, dont le mentor n'est autre qu'Olivier Corel, surnommé l'Emir blanc, un proche d'Abdelkader et Mohamed Merah, le tueur au scooter de la Ville rose. C'est cet imam d'origine syrienne, installé en Ariège, qui a marié religieusement et divorcé Mohamed Merah en janvier 2012.


Des écoutes fructueuses

Les écoutes permettent également de tracer des liens avec le Nancéien Kamel Bouchentouf, 41 ans, « propagandiste de la cause arabe » qui avait posté sur le Net plusieurs cibles choisies pour passer à l'action. Un homme condamné en décembre 2008 pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actions terroristes ». Et sans oublier Farouk Ben Abbes, un Belge arrêté en Egypte après l'attentat qui a coûté la vie à Cécile Vannier, cette lycéenne de 17 ans tuée lors d'un voyage scolaire en février 2009 au Caire alors qu'elle se promenait dans un bazar. Il sera remis en liberté dans ce dossier avant d'être à nouveau mis en cause en France pour son rôle sur un forum jihadiste.


Il voyage beaucoup mais n'a pas de revenus

A l'instar de Mohamed Merah et de Mehdi Nemmouche, Hakim Benladghem est repéré en Norvège où il cherchait un emploi, en Syrie, en Italie et même en Inde où il obtiendra un visa pour Damas. Comme les deux autres jihadistes, il voyage beaucoup et travaille peu ou pas. Il se dit chauffeur routier international, mais n'a pas d'employeur. L'enquête permettra de retrouver sur ses comptes 21 000 € et 50 000 € dans un coffre. Un argent dont l'origine n'est toujours pas connue.

Contactée à de multiples reprises, l'avocate de Benladghem, Me Liliane Glock, n'a jamais donné suite à nos demandes répétées.

Le Parisien a écrit:
La justice belge ne lâche pas le dossier« L'enquête autour d'Hakim Benladghem continue, bien sûr, même s'il est décédé dans un affrontement avec la police. On veut comprendre quels étaient ses réseaux amicaux, spirituels, ses soutiens, ses sources de financement et d'approvisionnement en armes très particulières », confie Eric Van der Sypt, procureur fédéral et porte-parole au parquet antiterroriste de Bruxelles. Une instruction est toujours en cours. Le magistrat dément en revanche « tout lien pour l'instant en l'état de l'enquête » entre ce terroriste présumé et Mehdi Nemmouche -- le tueur présumé du Musée juif de Bruxelles soupçonné d'avoir abattu quatre personnes, deux touristes et deux employés --, arrêté et détenu en France en attendant son extradition vers la Belgique.

Quant à la présence régulière de jihadistes français en Belgique et notamment dans la région de Bruxelles, cela tient à la présence de « personnalités particulières » dans la capitale belge, connue pour être un centre d'endoctrinement et de recrutement de futurs candidats aux « guerres saintes » : Bruxelles était déjà le point de passage obligé lors des guerres en Bosnie, puis en Tchétchénie, au Daghestan, en Afghanistan, en Irak, en Libye et maintenant en Syrie, mais aussi en Somalie et au Yémen. La présence de l'émir Moez Garsallaoui, un prêcheur radical longtemps installé à Bruxelles, mentor présumé de Merah, explique sans doute beaucoup de liens. Cet homme est supposé être mort depuis octobre 2012 au Pakistan lors d'un raid de drones américains. Mais d'autres prêcheurs ont pris sa suite.
J-M.D.
Source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/belgique-le-profil-inquietant-du-terroriste-francais-oublie-24-06-2014-3948537.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 14 Mar 2015, 04:27

Trois ans après Merah, trois mois après Charlie et l'Hyper Casher, quel constat d'échec échec pour nos institutions et notre système éducatif...

Comment un enfant de douze ans instruit un temps dans les écoles de la République, de notre République, peut-il devenir un bras assassin armé par des religieux extrémistes ?



"En visionnant mercredi sur internet la vidéo glaçante de Daech qui montre un garçon d'une douzaine d'année tenant l'arme qui exécute un otage, des élèves ont clairement reconnu un de leur petits camarades, selon France 3 Midi-Pyrénées."




Le Parisien a écrit:
Toulouse : des élèves reconnaissent le garçon qui a exécuté un otage de Daech
13 Mars 2015, 19h31 | MAJ : 14 Mars 2015, 01h12

La stupeur et le chagrin ont saisi nombre d'enfants toulousains en début de semaine. En visionnant mercredi sur internet la vidéo glaçante de Daech qui montre un garçon d'une douzaine d'année tenant l'arme qui exécute un otage, des élèves ont clairement reconnu un de leur petits camarades, selon France 3 Midi-Pyrénées.

Des enfants de l'école Les Vergers et du collège Vauquelin de Toulouse (Haute-Garonne) ont fait part de cette stupéfiante découverte à leurs parents qui ont à leur tour averti les enseignants. Dans la foulée, l'administration de l'Education nationale a mis en place dès jeudi une cellule psychologique pour aider les parents à expliquer la situation à leurs enfants.

«Selon l'Inspecteur d'Académie qui a participé à l'une de ces réunions, certains parents étaient en larme», raconte Michel Pech, journaliste à France 3.



Des élèves en pleurs

D'après une responsable de la cellule psychologique du collège Vauquelin interrogée par France 3, les adultes ont vu cette semaine un petit groupe d'élèves qui pleurait en franchissant la grille de l'établissement. «Ils étaient sous le choc, on les a mis à part et pris en charge», raconte-t-elle.

L'auteur présumé de l'exécution de l'otage n'était pas scolarisé au collège mais les enfants qui l'ont reconnu l'ont fréquenté à l'école élémentaire ou dans le quartier.

«Sur l'identification formelle de cette personne, je ne peux rien vous dire», a indiqué en conférence de presse l'inspecteur d'académie de Haute-Garonne, Jacques Caillaut. «Des enfants du collège Vauquelin ont reconnu un de leurs camarades mais il faut rester prudent», a-t-il ajouté.

Selon l'inspecteur d'académie, les camarades de la classe de sixième au collège Vauquelin situé dans le quartier du Mirail auraient connu l'enfant quand ils étaient encore à l'école primaire des Vergers, également à Toulouse dans le même quartier populaire. «Il y a un enfant qui n'est plus scolarisé à l'école des Vergers depuis le 14 mars 2014 mais je n'ai pas plus d'éléments», a ajouté Jacques Caillaut.

C'est mardi que le groupe jihadiste Etat islamique a diffusé une vidéo de l'exécution par le jeune garçon d'un Arabe israélien accusé d'espionner pour le Mossad, les services secrets israéliens, et dans laquelle un adulte à ses côtés menace en français de s'en prendre à Israël.

Dans le film de plus de dix minutes posté sur des comptes jihadistes, le jeune garçon vêtu d'une longue tunique et d'un treillis, abat, d'une balle dans le front, un homme présenté comme Muhammad Said Ismail Musallam, avant de tirer plusieurs balles sur son cadavre.



Dans l'entourage de Mohamed Merah

A ses côtés, un combattant s'exprimant en français évoque l'attaque de l'Hyper Cacher à Paris et menace de s'en prendre aux Israéliens et de conquérir Jérusalem.

Cet homme est «très probablement» Sabri Essid, 31 ans, un proche de Mohamed Merah. Plus précisément, ce serait le «demi-frère» de Mohamed Merah après le mariage de son père, Mohamed Essid, avec la mère du tueur au scooter de Toulouse.

Et l'enfant reconnu par ses anciens camarades à Toulouse serait le fils de la femme de Sabri Essid. Les dates sont concordantes. Sabri Essid et sa famille sont soupçonnés d'avoir quitté le quartier du Mirail à Toulouse pour la Syrie au printemps 2014.
Source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/daech-des-eleves-toulousains-reconnaissent-le-garcon-qui-a-execute-un-otage-13-03-2015-4601563.php
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 14 Mar 2015, 07:25

Le constat d'échec provient surtout du refus par les politiques de prendre en compte ce qui est connu des gens en charge de ces types de dossiers.

On nous a abreuvé de la fable du "loup solitaire" qui avec son ordi perso tout seul dans son coin passe du "brave musulman laïc" (qui n'existe pas CF vidéo Roi du Maroc) à l'excité qui tue tout le monde.
Le dessous des faits survenus ces derniers jours montrent les connexions entre les protagonistes de la tuerie de Charlie hebdo et du tueur de l'épicerie juive.
Les enquêtes démontrent des connexions multiples entre les protagonistes de ces types d'affaire. Cela ne date pas d'avant hier...

Il ne faut pas le dire ! pas stigmatiser ! on n'ose à peine désigner les terroristes sous l'appellation dont eux mêmes se réclament... on nie les évidence et lorsque les services de police ont des pistes sérieuses elles sont politiquement gênantes.
La vérité est que chez nous des terroristes plus ou moins "dormants" sont implantés avec la complicité volontaire ou forcée des musulmans que stupidement on qualifie de laïcs

N'oublions pas les "fous" tout de même avantageusement connus des services de police et de gendarmerie qui animés de pulsions imprévisibles mais sans liens avec une conviction religieuse vont au moment de Noel (rien de symbolique) écraser quelques passants qui font leurs courses au marché de Noel (là encore rien de particulier) ... et on vous vend ça sans frémir ! le fameux mauvais endroit au mauvais moment...

Nous commençons à toucher du doigt le prix que nous allons payer pour refuser les évidence afin de bénéficier de quelques suffrages.
La gauche iranienne qui en son temps avait soutenu les religieux à été "purgée" par ces mêmes religieux. La gauche française et une partie de la droite qui jouent la même musique subiront le même sort.

En cachant la vérité et en refusant d'agir fermement nos politicards jouent la montre pour préserver leurs prébendes et font le lit des extrêmes qu'ils soient politiques ou religieux. La suite douloureuse vous la vivrez dans 20 ans !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 14 Mar 2015, 09:00

Agir fermement consisterait en quoi exactement, sans que cela se transforme en une poudrière plus vite que dans vingt ans?
Revenir en haut Aller en bas
iris2



Messages : 152
Date d'inscription : 19/08/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 14 Mar 2015, 10:02

Votre question ressemble à une affirmation : toute action serait vouée à déclencher un bain de sang, alors surtout faisons l'autruche ! l'ennui c'est que de rien vouloir voir, admettre et faire reviendra au même résultat, ce sera une révolution. Alors il faudrait mieux agir dès maintenant avant qu'il ne soit trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 14 Mar 2015, 10:27

Libellule a écrit:
Agir fermement consisterait en quoi exactement, sans que cela se transforme en une poudrière plus vite que dans vingt ans?

Faire respecter nos lois serait un bon début...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 14 Mar 2015, 10:37

iris2 a écrit:
Votre question ressemble à une affirmation : toute action serait vouée à déclencher un bain de sang, alors surtout faisons l'autruche ! l'ennui c'est que de rien vouloir voir, admettre et faire reviendra au même résultat, ce sera une révolution. Alors il faudrait mieux agir dès maintenant avant qu'il ne soit trop tard.


Vous ne voudriez pas que ceux là même qui par leur laxisme, leur complicité voire l'aide qu'ils apportent pour faciliter les dérives dans un seul but électoraliste se réveillent subitement et prennent conscience de leurs erreurs. Le virage à 180 pour éviter le mur pas question en plein dedans avec la bagnole pleine et en chantant !

Pas du tout ! ils savent ce qui se passent, ils en connaissent les risques mais espèrent par des "arrangements" bénéficier de situations privilégiées lorsque le vent tournera. Ils ne savent pas que certains sont sans pitié y compris pour leurs alliés de circonstance.

L'affaire iranienne n'a pas encore été comprise et puis à ce moment là la France n'avait pas un président de gauche... pour le printemps arabe comme c'était au temps de sarko ça ne compte pas pour eux... avec flanbi ça se passera mieux : les sauvages se conduiront bien ! c'est évident !
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 14 Mar 2015, 13:21

tonton christobal a écrit:
Faire respecter nos lois serait un bon début...

Certes ce serait déjà un bon début mais ce n'est pas évident dès lors que vous vous trouver en face de certains individus qui considèrent que leurs lois religieuses se placent au dessus des lois humaines...

La question de comment reprendre aujourd'hui la main est réellement complexe après voir fait si longtemps fausse route au niveau de la justice, de l'éducation, de l'urbanisme, des politiques de peuplement, de la liberté religieuse, de la laïcité...

C'est aussi complexe parce que l'économie en panne se contente aujourd'hui de produire toujours plus de chômeurs sans offrir de réelles perspectives d'avenir à ceux qui arrivent sur le marché du travail...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Sam 14 Mar 2015, 16:37

Rien n'est évident lorsque l'on n'a pas la volonté d'agir !

Lorsque l’on n’a pas envie on trouve des raisons,
Lorsque l’on a envie on trouve des moyens...

En deux lignes la situation est résumée

Je vais illustrer ma pensée par l'exemple :
Dans le midi de la France, la circulation, le stationnement, le respect des policiers... sont des notions assez aléatoires.
Curieusement les révoltés, les agités... sont calmes, civilisés lorsqu'ils passent une frontière.

La frontière monégasque.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mar 12 Juil 2016, 13:50

Voilà qui pourrait changer la surveillance exercée sur les fichés S.....


« Le tribunal juge que la décision de supprimer toute mesure de surveillance de Mohamed Merah, prise à la fin de l’année 2011 (…) est constitutive d’une faute engageant la responsabilité de l’Etat », écrit le tribunal, qui avait été saisi par le père du militaire, Albert Chennouf Meyer.

« Cette faute a compromis les chances d’empêcher l’attentat », précise le tribunal, qui « fixe à un tiers la part de responsabilité de l’Etat ».



http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/07/12/assassinat-d-un-militaire-par-merah-l-etat-accuse-de-faute-et-juge-en-partie-responsable_4968361_3224.html a écrit:
Assassinat d’un militaire par Merah : l’Etat accusé de « faute » et jugé en partie responsable

LE MONDE | 12.07.2016 à 12h13 • Mis à jour le 12.07.2016 à 13h04

Le tribunal administratif de Nîmes a condamné l’Etat, le jugeant en partie responsable de la mort du soldat Abel Chennouf, tué par Mohamed Merah à Montauban le 15 mars 2012 en compagnie d’un autre parachutiste, a annoncé la juridiction dans un communiqué.

« Le tribunal juge que la décision de supprimer toute mesure de surveillance de Mohamed Merah, prise à la fin de l’année 2011 (…) est constitutive d’une faute engageant la responsabilité de l’Etat », écrit le tribunal, qui avait été saisi par le père du militaire, Albert Chennouf Meyer.

« Cette faute a compromis les chances d’empêcher l’attentat », précise le tribunal, qui « fixe à un tiers la part de responsabilité de l’Etat ».

Cette tuerie était la deuxième commise par Merah, avant celle qui a coûté la vie à quatre personnes, dont trois enfants, dans une école juive de Toulouse.

Le tribunal relève :

   « La difficulté de la mission de prévention des actions terroristes et de surveillance des individus radicaux incombant aux services de renseignement. »

mais pointe dans le même temps :

   « Le profil de Mohamed Merah et [le] caractère hautement suspect de son comportement, établi depuis plusieurs années et renforcé [à l’époque] par ses récents voyages en Afghanistan et au Pakistan. »



Une « faute »

« Dans les circonstances de l’espèce, alors notamment que Mohamed Merah avait déjà fait une première victime quatre jours avant l’assassinat de M. Abel Chennouf, le tribunal juge que cette faute a compromis les chances d’empêcher l’attentat », poursuit la juridiction dans son communiqué.

Selon le ministre de l’intérieur à l’époque des faits, Claude Guéant, entre 2007 et 2012, Mohammed Merah avait « fait l’objet de dizaines d’écoutes téléphoniques (…), de filatures très longues. Il y a eu un abandon du suivi de Merah puis une reprise du suivi à son retour du Pakistan », en novembre 2011. « L’appréciation a été faite qu’il ne représentait pas de signe de dangerosité, d’intension criminelle », avait aussi expliqué Claude Guéant :

   « Personne n’a jamais décelé d’intention criminelle chez lui. »



Indemnisation de la veuve et de l’enfant

La demande d’indemnisation des parents et frère et sœur d’Abel Chennouf a été rejetée, parce qu’ils ont déjà été indemnisés, selon ce jugement. En revanche, l’Etat a été condamné à indemniser la veuve et l’enfant du soldat, ainsi que ses beaux-parents et le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme.

Mohamed Merah, un délinquant toulousain de 23 ans, s’était lancé dans une série d’expéditions djihadistes à scooter, et avait successivement tué un militaire le 11 mars 2012 à Toulouse puis deux autres à Montauban le 15, et enfin trois enfants juifs et un enseignant, père de deux d’entre eux, le 19 mars, à l’école juive Ozar Hatorah (rebaptisée « Ohr Torah ») à Toulouse. Il avait été tué le 22 mars par la police dans l’appartement où il s’était retranché.
Source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/07/12/assassinat-d-un-militaire-par-merah-l-etat-accuse-de-faute-et-juge-en-partie-responsable_4968361_3224.html
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12174
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mar 12 Juil 2016, 23:58

Et si la condamnation de l'Etat par le tribunal administratif dans l'affaire Mohamed Merah ouvraient des perspectives à d'autres victimes ou familles de victimes ?


"L'avocate des victimes du 13 novembre pourra s'appuyer sur la condamnation de l'Etat pour faute par le tribunal administratif de Nîmes (Gard) pour l’assassinat du caporal-chef Abel Chennouf, tué en mars 2012 à Montauban (Tarn-et-Garonne) par Mohamed Merah.

Le père d'Abel Chennouf - tué avec un autre militaire le 15 mars quatre jours après la mort d'un autre soldat à Toulouse - avait déposé plainte contre l’Etat pour non-assistance à personne en danger.

Latifa Ibn Ziaten, la mère d'un autre militaire français tué par Mohamed Merah, compte à son tour porter plainte contre l'Etat, a-t-elle annoncé à francetv info."



http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20160712.REU2960/l-etat-mis-en-cause-dans-les-attentats-du-13-novembre.html a écrit:
L'Etat mis en cause dans les attentats du 13 novembre
Publié le 12 juillet 2016 à 22h31

PARIS (Reuters) - Des victimes des attentats du 13 novembre 2015 ont annoncé mardi leur intention de porter plainte contre l'Etat au moment où la commission d'enquête parlementaire sur le terrorisme remettait son rapport au président de l'Assemblée nationale.

Me Samia Maktouf, qui défend 17 victimes, a estimé que ce rapport mettait en évidence la responsabilité de l'Etat et des services de renseignement français.

"On fera tout pour obtenir la condamnation de l'Etat français pour ne pas avoir empêché le passage à l'acte de terroristes dont certains étaient sous contrôle judiciaire", a-t-elle dit sur BFM TV.

Le rapport montre notamment que l'un des kamikazes du Bataclan avait pu se rendre en septembre en Syrie malgré son contrôle judiciaire, lié à sa mise en examen pour un projet de départ avorté au Yémen en 2012.

L'avocate des victimes du 13 novembre pourra s'appuyer sur la condamnation de l'Etat pour faute par le tribunal administratif de Nîmes (Gard) pour l’assassinat du caporal-chef Abel Chennouf, tué en mars 2012 à Montauban (Tarn-et-Garonne) par Mohamed Merah.

Le père d'Abel Chennouf - tué avec un autre militaire le 15 mars quatre jours après la mort d'un autre soldat à Toulouse - avait déposé plainte contre l’Etat pour non-assistance à personne en danger.

Latifa Ibn Ziaten, la mère d'un autre militaire français tué par Mohamed Merah, compte à son tour porter plainte contre l'Etat, a-t-elle annoncé à francetv info.

"Je soutiens entièrement Monsieur Chennouf. Pour nous, c'est très important, parce que notre fils a été la première victime de Mohamed Merah", a-t-elle dit.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'est vu reprocher la semaine dernière d'avoir rejeté d'emblée les principales propositions de la commission d'enquête parlementaire, qui évoque un échec global du renseignement.



"AUTOSATISFACTION INVRAISEMBLABLE"

Les parlementaires prônent une refonte du renseignement territorial, la création, en France, d'une agence nationale de lutte antiterroriste sur le modèle américain, et la création d'un directeur général du renseignement.

Bernard Cazeneuve s'est efforcé mardi en les recevant à son ministère de rassurer les associations de victimes qui avaient jugé "indécent" et "bien peu respectueux" à leur égard de balayer aussi rapidement le travail des parlementaires.

L'association "13 novembre?: fraternité et vérité" avait dit attendre "autre chose de l'Etat que l'expression d'une autosatisfaction invraisemblable et intenable face au terrible bilan du terrorisme".

Mercredi matin, c'est la colère de la commission d'enquête que le ministre de l'Intérieur tentera d'apaiser après s'être moqué la semaine dernière de certaines de ses propositions.

Pour Bernard Cazeneuve, il n'y a pas eu de "failles" des services de renseignement, seulement "des dysfonctionnements" au niveau européen.

Ses propos ont suscité la colère de son président, le député (Les Républicains) Georges Fenech, qui a fustigé la "suffisance sans égale" du ministre, "démonstration d’une dénégation de toute responsabilité dans l’organisation de ses services de renseignement dont la faillite a conduit aux massacres" de 2015.

Dans un long communiqué, Bernard Cazeneuve s'était défendu d'avoir rejeté en bloc les travaux des parlementaires, soulignant qu'ils formulaient 40 propositions et que certaines allaient dans le sens de ce qu'il avait déjà engagé.

En revanche, il avait confirmé ses réserves sur l'opportunité de créer une agence nationale de lutte antiterroriste, sur le modèle américain, et d'instaurer un directeur général du renseignement.

Dans une lettre adressée à Georges Fenech et au rapporteur socialiste Sébastien Pietrasanta publiée par le ministère le ministre confirme son opposition à la réorganisation des services de renseignement préconisée par le rapport, craignant qu'elle n'entraîne leur "déstabilisation".

Bernard Cazeneuve écarte la création d'une Direction générale du renseignement territorial dont il redoute qu'elle "ne relance une concurrence dommageable" avec la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Le ministre réaffirme son attachement à "une structure fortement charpentée autour de deux services antiterroristes puissants": l’un consacré à l’intérieur, la DGSI, l’autre à l’extérieur, la DGSE.

Seules trois suggestions semblent avoir convaincu le ministre, notamment le renforcement du Coordonnateur du renseignement, un poste créé en 2008.

(Gérard Bon, édité par Sophie Louet)
Source: http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20160712.REU2960/l-etat-mis-en-cause-dans-les-attentats-du-13-novembre.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 03:54

Sachant que pour surveiller en permanence H24 et 7 jours sur 7 un individu il faut au minimum 25 personnes dotés des moyens matériels (radio, véhicules...) idoines et que nous devons compter environ 10 000 personnes fichées S... il va être nécessaire de prévoir un recrutement massif dans la police, sans oublier de "renforcer" le budget .

En imaginant ce qui relève de l'utopie que l'état puisse réaliser ce tour de force, cela ne changerait rien au problème pour des raisons évidentes faciles à comprendre...

On pourrait bien évidement adopter une autre stratégie qui a moindre coût pourrait faciliter la mission mais visiblement il y a soit un manque d'imagination, soit un manque de volonté soit des raisons de démagogie électorales qui ne le permettent pas...



Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 09:27

Une solution à la Pasqua dans le nouveau rôle de l'Ami du peuple? Terroriser les terroristes? A quel prix ? Jusqu'à ressortir la guillotine pour tous les listés et les surplus de prisonniers? Et à la fin les guillotineurs devront y passer aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4135
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 10:13

Libellule a écrit:
Une solution à la Pasqua dans le nouveau rôle de l'Ami du peuple? Terroriser les terroristes? A quel prix ? Jusqu'à ressortir la guillotine pour tous les listés et les surplus de prisonniers? Et à la fin les guillotineurs devront y passer aussi ?

Plus récent, la méthode Israélienne: raser les habitations des familles après avoir abattu les coupables !
Soyons raisonnables et responsables : face à des fanatiques aucune solution radicale n' a prouvé son efficacité.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 10:13

on ne débat pas avec libellule... il serait trop content !
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 10:19

mamiea a écrit:


Plus récent, la méthode Israélienne: raser les habitations des familles après avoir abattu les coupables !
Soyons raisonnables et responsables : face à des fanatiques aucune solution radicale n' a prouvé son efficacité.

En revanche il y a d'autres solutions connues que les solutions israéliennes qui ont démontré leur efficacité.
Est il utile de les évoquer sur un forum grand public lorsque les gens qui vont en parler ne connaissent pas les dossiers ? NON
Est il utile de prolonger un échange avec des intervenants qui font en sorte de véroler les échanges ? NON

Pour moi l'affaire est close mais je maintiens que des solutions existent qui demandent un effort global international, des tribunaux qui n'agissent pas à l'envers des intérêts des pays concernés... et une volonté politique d'aboutir qui ne tient pas compte du clientélisme... en bref tout ce que nous n'avons pas !

Comme rien de sérieux sera mis en place préparons nous à de nouveaux drames.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 10:22

Dans Opinion, celle de notre expert en criminologie

"il ne suffit pas de se lancer dans un concours d’incantations, d’imprécations et de lamentations dont les responsables politiques ont trop souvent le secret.
Intelligence opérationnelle. Il existe des solutions.

Certaines ont même démontré leur utilité. Ray Kelly, préfet de police de New York, créateur de la seule unité antiterroriste moderne ayant jusqu’à présent fait preuve de son efficacité, expliquait en 2003 qu’il n’était nul besoin de savoir qui était fautif. Juste empêcher que les attentats puissent se reproduire. Il décidait alors de regrouper l’intelligence opérationnelle de terrain et celle conceptuelle des chercheurs pour agir en commun contre le terrorisme.

Le temps est sans doute venu, au moment où l’hyperterrorisme est remplacé par des opérations décentralisées qui voient des terroristes - isolés mais pas si solitaires que cela — agir comme le moucheron de La Fontaine en arrivant encore une fois à affoler le lion, d’accélérer le processus engagé par les pouvoirs publics depuis quelques mois.

Au-delà de l’effort de formation initiale des futurs analystes, des efforts de formation continue et permanente s’imposent, notamment à l’Académie du renseignement qui pourrait enfin être structurée autour d’une alliance entre compétence issue du milieu et assistance venue de l’extérieur, plutôt que l’inverse. De même, la pluralité des acteurs de la recherche, qui ne font guère d’efforts pour travailler ensemble et dont l’approche universitaire a souvent et longtemps évité d’utiliser le terme de terrorisme tant il semble leur brûler la langue, pourrait, autour de l’initiative prise par Michel Wieviorka de la Fondation MSH et Olivier Faron du CNAM, de mettre en place un réseau ouvert et pluraliste, s’accordant enfin pour associer formation et recherche, en parfaite liaison avec les services de l’État, comme l’a rappelé en les recevant récemment, le Premier ministre.

Et de mettre enfin la task force commune permettant à tous les services de partager et d’analyser l’information sans les limitations venues d’un temps où le contre-espionnage se faisait passer pour de l’antiterrorisme. Le temps du contre-espionnage est long et le secret absolu. C’est tout l’inverse dans la lutte contre les menaces issues de l’État Islamique, de ce qui reste d’al-Qaïda, mais aussi des innombrables nouveaux acteurs émergents, ou en phase de résurrection. Il y a urgence. Le temps terroriste est rapide. Et le bon antiterrorisme ne se limite pas à arrêter ou neutraliser un opérateur. Mais à empêcher l’attentat. Autrement le glas sonnera encore souvent. Pour nous."

Alain Bauer
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 10:52

Alors si "on sait" ...

Pourquoi se lancer dans une affaire Pasqua sans queue ni tête d'autant qu'au moment de trancher on a "négocié" ? vainqueur sur le terrain perdant diplomatique (c'est habituel) mais il est vrai qu'il fallait flanquer le "bordel" sur le forum... pour qui roule t on ?
Pour flanquer le bazar sur le forum ? et faire clôturer un débat... une fois de plus !
Pour lancer un débat à rallonge qui permettra d'insulter les contradicteurs avec la plus parfaire mauvaise foi... c'est habituel !

Puisque l'on sait et que l'intervenant vedette a la clé : à lui de jouer !

Je crains que pour l'instant on s'occupe plus du "micron" agité, des colères du toréador, de la campagne électorale de flanbi distribuant le fric qu'il emprunte (mais qu'il faudra rembourser) des querelles de cour d'école des écolos... que de la France !

Mais je refuse toujours d'entrer dans un débat vérolé !
Je persiste : les solutions existent, elles sont connues, elles demandent du courage et l'implication de tous (y compris de l'Europe qui sabote en permanence l'action) mais elles vont fâcher et pour les élections c'est mauvais !

Conclusion : nous aurons la terreur ! et ce n'est pas en faisant des procès que l'affaire sera résolue.
Laissons encore quelques années aux brillants théoriciens les manettes et lorsque les pays seront à feu et à sang, comme d'habitude on attendra l'homme providentiel (de Gaulle) qui d'ailleurs pourra être une femme (Jeanne d'Arc par exemple) pas elle ça fait FN !



Dernière édition par tonton christobal le Mer 13 Juil 2016, 11:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 11:01

Qu'y faire si quelques "on" s'expriment publiquement? Ne pas rendre compte ici pour ne pas déranger?

Dans valeurs actuelles cette fois :

"""Selon le patron de la DGSI, Patrick Calvar, dont l’audition devant la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015 a été rendue publique ce mardi, les services du renseignement intérieur sont confrontés à trois défis majeurs dans le cadre de la lutte antiterroriste.

CONTROLE JUDICIAIRE

Premier « angle mort », et non des moindres, selon le patron du renseignement : les limites du contrôle judiciaire. Pour la commission, le cas de Samy Amimour, assaillant du Bataclan qui a pu aller en Syrie en 2013 malgré une mise en examen et une interdiction de sortie du territoire, est « emblématique des défaillances du contrôle judiciaire ».

Pour ne pas porter « atteinte aux droits de la défense, les services ne peuvent plus suivre ni intercepter les gens les plus dangereux dès lors qu'ils sont mis en examen; à moins, s'ils sont impliqués dans un autre projet, qu'une autre enquête soit ouverte », a expliqué Patrick Calvar, interrogé en commission sur le cas spécifique de Samy Amimour.

BIG DATA

Autre point défaillant, pour les services, la multiplication des moyens de communication et autres applications mobiles dites de chiffrement. Selon Patrick Calvar, les 3 000 agents du renseignement intérieur se heurtent « au quotidien au problème du chiffrement, à la multiplication des moyens de communication, aux masses de données recueillies ». Whatsapp, Viber, iMessage, Telegram... Ces messageries, très prisées des groupes djihadistes et notamment de l’Etat islamique sont devenues le cauchemar des services antiterroristes, incapables de casser leur chiffrement dont seul l'utilisateur a la clé.

« Le chiffrement est assurément une question majeure que seules des conventions internationales pourront régler, les frontières des Etats étant désormais le plus souvent inopérantes pour fixer les termes de la loi », a affirmé Patrick Calvar. « Nous aurons un jour ou l'autre un bras de fer avec les opérateurs et pas seulement les opérateurs américains - le principal réseau utilisé par les terroristes, Telegram, est russe », a-t-il prédit.

FAUX PAPIERS

Enfin, autre problème, plus récurrent celui-ci, la facilité déconcertante avec laquelle les terroristes se procurent des faux papiers. Certains des djihadistes des attentats de Paris étaient rentrés de Syrie en empruntant la route des migrants et en utilisant de faux papiers d'identité. Il est toujours impossible à ce jour de retracer le trajet emprunté par Abdelhamid Abaaoud - un des organisateurs du 13 novembre - alors qu'il est établi qu'il a fait des allers retours entre la Syrie et l'Europe.

« Les identités n'ont de nos jours plus grande signification du fait des contrôles aléatoires et des possibilités de falsification grandissantes », a estimé Patrick Calvar qui plaide ainsi pour « l’introduction systématique d’éléments de biométrie et de croisement des dossiers ».

CONFRONTATION ULTRA DROITE / MONDE MUSULMAN

Patrick Calvar évoque aussi, lors de son audition « une confrontation entre l’ultra droite et le monde musulman - pas les islamistes mais bien le monde musulman ». « Je pense que nous gagnerons contre le terrorisme», estime-t-il. Et de poursuivre. « Je suis en revanche beaucoup plus inquiet de la radicalisation de la société et du mouvement de fond qui l'entraîne», souligne Patrick Calvar. Ce dernier estime, par ailleurs, que ces confrontations pourraient voir le jour en cas de nouvelles attaques sur le sol français. « Encore un ou deux attentats et cette confrontation adviendra. Il nous appartient donc d’anticiper et de bloquer tous ces groupes qui voudraient, à un moment ou à un autre, déclencher des affrontements intercommunautaires », développe le patron de la DGSI"""
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 11:07

Pas d'échange avec libellule puisqu'il sait qu'il a la doc pourquoi lancer Pasqua...
Pourquoi les accusations stupides sinon pour ouvrir une porte permettant d'insulter l'autre ?

Pour flanquer le bazar sur le forum... En le laissant écrire il va même nous expliquer ce qu'il faudrait faire. Il progresse !

Finalement il sait mais fait de la provocation... nous sommes quelques uns à l'avoir compris.
Pourquoi ? sans doute un besoin d'exister !

Mais sans moi ! Encore un effort et il va nous expliquer ce que tout le monde sait et que les politicards refusent de mettre en application car démagogie aidant et élections à venir ce serait mauvais pour la suite.

Il est excellent ce libellule, il en sait des choses !


Dernière édition par tonton christobal le Mer 13 Juil 2016, 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 11:24

Dans un courrier adressé au président de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de janvier et de novembre 2015, le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a fait part mardi de sa réserve sur la refonte des services de lutte antiterroriste préconisée par la commission, reconnaissant néanmoins la nécessité d'une "plus grande centralisation dans l'analyse globale de la menace".

Alors que le rapport de la commission d'enquête remis mardi au président de l'Assemblée nationale préconise la création d'une Direction générale du renseignement territorial, le ministre redoute que cette nouvelle entité "ne relance une concurrence dommageable avec la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI)".

M. Cazeneuve craint en effet que la création d'une telle entité "n'aboutisse à un retour aux errements du passé avec des rivalités comparables à celles qu'avaient connues la Direction de la surveillance du territoire (DST) et la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG)", qui avaient fusionné en 2008, rappelle le journal Le Monde.

D'après le ministre, cette dualité pourrait troubler l'image de la DGSI et ainsi nuire aux relations bilatérales construites avec ses homologues à l'étranger, ajoute le quotidien.

Ainsi, Bernard Cazeneuve réaffirme-t-il son attachement à "une structure fortement charpentée autour de deux services antiterroristes puissants", l'un consacré à l'intérieur, la DGSI, et l'autre à l'extérieur, la DGSE.

Il reconnaît néanmoins la nécessité de "renforcer les liens entre police et gendarmerie nationales au sein du Service central du renseignement territorial (SCRT)", qui dépend de la police nationale, soulignant que "des initiatives seront prises pour améliorer la mutualisation de leurs outils informatiques, dans l'esprit des préoccupations formulées par le rapport".

"A défaut d'une agence nationale, Bernard Cazeneuve reconnaît qu'une 'plus grande centralisation dans l'analyse globale de la menace' pourrait être placée sous l'autorité de l'actuel Coordonnateur national du renseignement, rattaché au président de la République", ajoute Le Monde.

Sur les trente-neuf propositions formulées dans le rapport, le ministre de l'Intérieur semble surtout convaincu par trois suggestions: le renforcement du Coordonnateur du renseignement ; une meilleure association de la gendarmerie nationale aux services spécialisés ; et l'engagement d'une réflexion pour "préciser le positionnement" de la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP), conclut Le Monde.

Copyright l'Agence de Presse Xinhua
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13859
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 11:35

C'est encore à coté du vélo, mais on progresse, parfois on recule, mais nous n'en sommes plus à Pasqua... on n'y arrivera pas (on n'est pas équipé pour) mais on dit moins de conneries...

Délicat de parler de terrorisme avec compétence lorsque l'on ne peut que se raccrocher à des articles de presse... ou à des ouvrages pondus par des gens qui ne sortent pas de leur bureau.
Si en plus celui qui en fait état est une totale nullité en droit... ça ne s'arrange pas.

Il y a des domaines où pour être crédible il est bon d'avoir trainé ses guêtres sur le terrain au lieu de  s'abreuver des élucubrations de chercheurs référencés chez les intellos politicards qui n'ont jamais eu un tueur de l'autre coté de leur bureau...

Pas grave les brillants théoriciens font la loi et les lois.
Sur le terrain les besogneux font comme ils peuvent... encore heureux lorsqu'une ministresse de la justice de gauche ne leur fout pas des bâtons dans les roues.

Ce n'est jamais facile de vouloir sauver des gens lorsque ceux qui commandent l'état vous compliquent le boulot.

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 11:43

Pasqua était un habitué des phrases courtes laissant supposer des solutions faciles. L'idée étant de prétendre qu'il suffisait d'y mettre les moyens. Partant de cet axiome, je me suis contenté de poser trois quatre questions. Un autre exemple à été cité (méthode israëlienne voire new yorkaise). Pour que chacun admette qu'au delà de petites phrases, et loin de tout "clientélisme" la problématique de la lutte anti terroristes n'a pas à être expédiée d'une simple sentence.

Source de mon questionnement : La dernière phrase écrite Aujourd'hui à 03:54

Pasqua a dit aussi : «Nous ne sommes pas moins résolu que le pire des fanatiques à défendre ce que nous sommes, mais nous, nous le faisons en conscience et en homme libre, et c'est pour cela que notre foi, religieuse ou laïque, est supérieure à celle du fanatisé»


Dernière édition par Libellule le Mer 13 Juil 2016, 12:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14225
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah   Mer 13 Juil 2016, 12:45

Trois ou quatre postes plus tard, je n'ai toujours pas vocation à être le sujet du fil. Dans le prolongement de la page précédente, donc...

Regrouper les détenus radicalisés ? "Plus d'inconvénients que d'avantages"

Un an après avoir rendu un avis défavorable sur l'expérimentation de Fresnes, le CGLPL, qui a visité quatre établissements dotées "d'unités dédiées", ne dresse pas un bilan plus convaincant.

Par Celine Rastello

"Le ministère de la Justice est confronté à un phénomène dont il n'avait mesuré ni la nature ni l'ampleur". C'est ce que conclut le CGLPL (Contrôleur général des lieux de privation de liberté) dans son rapport "Radicalisation islamiste en milieu carcéral" présenté mercredi 6 juillet.

Un an tout juste après avoir rendu un avis défavorable sur le dispositif de regroupement des détenus considérés comme radicalisés à Fresnes, le CGLPL revient à la charge après quatre mois passés, de février à mai, dans autant d'établissements pénitentiaires dotés "d'unités dédiées." A Fresnes (Val-de-Marne), où une expérimentation a été menée dès fin 2014, puis à Lille-Annoeullin (Nord), Osny (Val-d'Oise) et Fleury-Mérogis (Essonne) où ces unités ont progressivement ouvert depuis janvier. Trois contrôleurs du CGLPL y ont rencontré la quasi-totalité des 64 détenus. Quel est son bilan ? "L'Obs" a questionné la CGLPL, Adeline Hazan.

La suite ici
http://m.nouvelobs.com/societe/20160706.OBS4088/regrouper-les-detenus-radicalises-plus-d-inconvenients-que-d-avantages.html
Revenir en haut Aller en bas
 
L'après 19 mars - L'affaire Mohamed Merah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Reprise de cabinet dans un local pas aux normes après mars 2015??
» MOHAMED MERAH
» Tuerie de Toulouse : Intervention du Raid contre un Mohamed Merah ... Nouveaux rebondissements (réactualisé)
» Spectaculaire évasion d'un dealer dans l'Oise
» Affaire Merah : Me Coutant-Peyre confirme une plainte contre le Raid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: