Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Viols collectifs à Fontenay : le procès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Mer 19 Sep 2012, 13:14

Notre ville fait de nouveau la une de la presse avec le procès des tournantes des Larris, une affaire qui a mis sept ans à être jugée...

Ce qui est terrible à lire les articles sur ces viols collectifs à répétition, c'est de penser que l'on a à coup sûr croiser ces violeurs dans le quartier, avant, pendant mais encore et surtout après que l'affaire ait éclaté...

Ce qui encore plus terrible c'est de constater que nos hommes politiques habituellement si prompt à s'entraider n'aient pas trouver une solution pour que ces deux filles et leurs familles puissent quitter Fontenay... N'y avait-il réellement pas moyen de s'arranger avec une municipalité "amie" comme Champigny, Ivry, Vitry, .... pour trouver un logement pour ces deux familles et leur éviter d'avoir à croiser au quotidien ces violeurs dans leur quartier ?

C'est le moins que l'on aurait pu attendre de nos élus dont certains, on s'en souvient, avaient été courroucés au moment des interpellations parce qu'ils n'avaient pas été prévenus par le juge avant celles-ci...


Citation :
Le calvaire de Nina, victime de viols collectifs dans sa cité

Le Monde.fr | 18.09.2012 à 10h59

Par Patricia Jolly

Dix ? Vingt-cinq ? Une cinquantaine ? Nina ignore combien de garçons l'ont violée quotidiennement pendant six mois de l'année 1999 dans sa cité de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). Elle avait alors 16 ans. "Des fois, il y avait tellement de monde que tout le monde ne pouvait pas passer", a résumé un de ses agresseurs présumés pendant l'instruction.

La justice a dénombré au moins 17 garçons. Quinze d'entre eux devaient comparaître à huis clos, à partir de mardi 18 septembre, devant la cour d'assises des mineurs de Créteil pour "viols en réunion" et "violences volontaires". Ils encourent dix ans d'emprisonnement – la moitié de la peine prévue pour les majeurs. Deux autres jeunes seront jugés par un tribunal pour enfants.

Le calvaire de Nina a débuté en septembre 1999. De retour d'une séance de cinéma, elle tombe sur un groupe de garçons buvant et fumant du cannabis. Elle en connaît certains. Le plus hardi lui passe le bras autour du cou puis les autres l'encerclent. Ils la mènent au dernier étage d'une tour. Le meneur la somme alors de "coucher avec eux". Elle refuse, en larmes. Il la frappe plusieurs fois au visage, tandis que les autres bloquent l'escalier. Le meneur la viole par pénétration vaginale et anale, puis lui impose une fellation. Les autres rient, la maintiennent. Elle rentre chez elle, prostrée. Ses agresseurs l'ont prévenue, si elle parle, ils "brûleront sa maison" et s'en prendront à sa mère et à son frère cadet.

UN ACCUSÉ : "LA FILLE, SI ELLE EST LÀ, C'EST QU'ELLE EST D'ACCORD"

Dès le lendemain après-midi, les garçons postés en bas de son immeuble lui intiment de les rejoindre. Elle s'exécute, terrorisée. Ils la conduisent dans l'appartement d'une cité voisine où ils l'abandonnent à une autre bande. Violée par plusieurs autres garçons, elle est libérée dans la soirée avec ordre de revenir le lendemain. Elle obéit "pendant une à deux semaines". Nouveaux viols collectifs malgré ses pleurs et ses vomissements... On lui écrase une cigarette sur la poitrine, symbole qu'elle est devenue propriété de la bande. La rumeur se répand. Nina est "une pute", "une fille facile" qui éprouve "du plaisir" à ces "tournantes". Avec elle, on peut "se vider", avec ou sans préservatif. Durant l'instruction, les accusés – qui ont nié ou édulcoré leur implication – ont martelé ces termes crus. "La fille, si elle est là, c'est qu'elle est d'accord", a estimé l'un d'eux.

Les garçons attendent leur tour, ou la violent plusieurs à la fois. Dans des cages d'escalier, un parking à boxes, mais aussi dans le parc attenant à une école. Ce jour-là, "une cinquantaine" de garçons la regardent "se faire passer dessus", dira un témoin. "Etre autant à baiser une fille, c'est abuser", reconnaîtra un autre. Nina ne se débat plus "de peur de manger des tartes".

Les viols cesseront grâce à l'intervention d'un garçon. Regardant "par curiosité" dans les caves d'une cité de Montreuil, celui-ci a expliqué au juge avoir crié "Cassez-vous!" au groupe abusant alors de Nina. Trois des tortionnaires ont cependant continué à la frapper au hasard de leurs rencontres dans la cité. Rouée de coups jusqu'à perdre connaissance un jour d'octobre 2005, Nina a fini par se rendre dans une unité médico-judiciaire (UMJ) qui a établi une incapacité de travail de dix jours et noté son épuisement psychologique. Elle a tout raconté, refusant d'abord de porter plainte pour viol par manque de "moyens de déménager"...

Sur ses indications, les enquêteurs ont retrouvé une autre victime présumée. Cette dernière, également adolescente, s'est constituée partie civile au procès. Elle met en cause quatre des agresseurs de Nina. Les deux jeunes femmes vivent toujours à Fontenay-sous-Bois ; tout comme les accusés, libres sous contrôle judiciaire.

Celui qui a frappé Nina en octobre 2005 aurait, peu après, proposé 500 euros à son frère cadet pour la convaincre de retirer sa plainte. Devant le juge, ce dernier a qualifié Nina de "mythomane" ajoutant ne plus la considérer comme sa sœur. Personne n'a jamais tenté d'acheter son silence, jure-t-il. Devenue obèse à force de traitements antidépresseurs, Nina, chez laquelle les experts psychiatres n'ont détecté aucune tendance à l'affabulation ni aucune pathologie mentale, est aujourd'hui reconnue invalide à 80 %.

Patricia Jolly
Source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/09/18/le-calvaire-de-nina-victime-de-viols-collectifs-dans-sa-cite_1761704_3224.html#xtor=AL-32280515


A lire aussi la juste colère de Michel Tabanou, premier adjoint socialiste :

Citation :
---/---
Mais si ! c’est chez nous que cela s’est passé et tout simplement avec des gosses de nos écoles, de nos immeubles, de nos quartiers où nous cherchons toujours à développer des politiques sociales de proximité, de solidarité ! Ou nous déployons des tonnes de dispositifs ! Je fais un parallèle avec un autre mal qui doit toujours s’ancrer dans le « secret » de la famille : l’inceste, autre violence sexuelle, autre domination insolente de la violence. Pour les « tournantes » on observe le même édifiant silence du secret de famille. L’échelle est toute autre mais l’effet est le même : la déstructuration d’individus, l’impossibilité de la reconstruction et l’enfermement de la victime à opposer au silence des proches ( pour la famille ), au silence des tiers ( pour la collectivité ). Il faut que notre société prenne à bras le corps ces questions de violences. De violence faites aux femmes en l’occurrence et j’espère que dans cette semaine de « justice » notre ville saura laver cette goutte d’impureté et prendra la résolution de ne point fermer les yeux. J’en connais malgré tout certains qui tendaient à minimiser les faits qui vont avoir un réveil agité ! Souhaitons que cela augurera d’un futur plus clairvoyant !
---/---
Source: http://www.michel-tabanou.net/article-pour-en-finir-sur-un-silence-110225096.html

En revanche rien, pas un mot, à ce sujet sur le site des élus communistes de notre ville, ceux-ci ayant choisi de nous parler du condamné à mort américain Terry Williams "violé durant toute sa jeunesse" : http://eluscommunistescitoyensfontenay.elunet.fr/
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Mer 19 Sep 2012, 13:58

En s'occupant des américains on ne risque pas de contrarer des électeurs possibles...
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Sam 22 Sep 2012, 22:26

Voici le post de Patrice Bédouret à partager http://patricebedouret.over-blog.fr/ (Plus jamais ça) , malgré ou à cause de l'effrayante lenteur de la justice qui renforce le sentiment d'impunité, donne le temps aux agresseurs de se repentir et de "passer à autre chose" et maintient les victimes dans le sentiment d'abandon et les empêche de se reconstruire.

Malgré l'illusoire et néfaste solution (prônée par certains) d'un hypothétique ailleurs supposé protéger les malheureuses victimes, je crois qu'au delà de l'indispensable jugement tant attendu, la Ville doit tout mettre en oeuvre pour restaurer la dignité de nos jeunes citoyennes ici et maintenant, au coeur de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Dim 23 Sep 2012, 00:23

Marion Legouy-Desaulle a écrit:
Malgré l'illusoire et néfaste solution (prônée par certains) d'un hypothétique ailleurs supposé protéger les malheureuses victimes, je crois qu'au delà de l'indispensable jugement tant attendu, la Ville doit tout mettre en oeuvre pour restaurer la dignité de nos jeunes citoyennes ici et maintenant, au coeur de la cité.

Cet "hypothétique ailleurs" correspond à une demande exprimée par les victimes et leur avocate dans les interviews qu'elles ont accordé aux médias: http://lci.tf1.fr/france/justice/document-victimes-de-tournantes-a-fontenay-sous-bois-elles-temoignent-7528519.html

La volonté de restaurer la dignité de ces victimes "ici est maintenant, au cœur de la cité" est certes louable mais est-elle réaliste ?

Ceci étant et même si ces victimes déménagent enfin pour se reconstruire ailleurs, cela ne signifie nullement que la ville soit en droit de continuer à faire silence sur cette affaire... On attendrait à minima que la large médiatisation de celle-ci soit l'occasion d'organiser dans tous les collèges de la ville des discussions entre professeurs et élèves sur les rapports homme-femme dans notre société laïque, le machisme, l'image de sexualité retournée par la pornographie, ....
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Dim 23 Sep 2012, 01:25

Peut être que si nos brillants théoriciens politiques allaient faire un tour dans un commissariat où une gendarmerie lorsque l'on y traite une affaire de viol ils éviteraient de proférer des énormités.

Le propre d'une victime de viol est d'être honteuse.
Dans le cadre de ces cités où on la considère comme coupable et comme une "pute" avec à la clé le déshonneur pou la famille, il convient sans doute de la faire rester sur place au lieu de la faire changer d'air. Bravo !!!!!!!

Il est vrai que nos politiques qui ont des avis sur tout ignorent que dans les familles musulmanes attardées on en est à tuer la victime du viol... considérée comme coupable d'avoir "provoqué" le crime par son attitude.

Dans certaines sphères la tournante est d'ailleurs un châtiment que l'on inflige aux filles qui par leur comportement, vêtements ou tout autre signe extérieur banal sont hors des principes édictés par ces tyranneaux locaux.
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Dim 23 Sep 2012, 02:46

a.nonymous a écrit:
Marion Legouy-Desaulle a écrit:
Malgré l'illusoire et néfaste solution (prônée par certains) d'un hypothétique ailleurs supposé protéger les malheureuses victimes, je crois qu'au delà de l'indispensable jugement tant attendu, la Ville doit tout mettre en oeuvre pour restaurer la dignité de nos jeunes citoyennes ici et maintenant, au coeur de la cité.

Cet "hypothétique ailleurs" correspond à une demande exprimée par les victimes et leur avocate dans les interviews qu'elles ont accordé aux médias: http://lci.tf1.fr/france/justice/document-victimes-de-tournantes-a-fontenay-sous-bois-elles-temoignent-7528519.html

La volonté de restaurer la dignité de ces victimes "ici est maintenant, au cœur de la cité" est certes louable mais est-elle réaliste ?

Ceci étant et même si ces victimes déménagent enfin pour se reconstruire ailleurs, cela ne signifie nullement que la ville soit en droit de continuer à faire silence sur cette affaire... On attendrait à minima que la large médiatisation de celle-ci soit l'occasion d'organiser dans tous les collèges de la ville des discussions entre professeurs et élèves sur les rapports homme-femme dans notre société laïque, le machisme, l'image de sexualité retournée par la pornographie, ....

Bonjour @nonymous, le désir des victimes et de leurs avocats de vouloir quitter une Ville est très certainement proportionnel au sentiment qu'il n'y a aucune chance de restaurer la dite dignité ici et maintenant au coeur de la cité.
Et votre proposition de faire entreprendre un travail de prise de conscience collectif sur les rapports hommes-femmes dans les collèges (et à mon sens aussi dans les écoles primaires) ne peut que contribuer à restaurer la dignité des jeunes femmes au coeur de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
papy Mougeot



Messages : 2313
Date d'inscription : 10/12/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Dim 23 Sep 2012, 15:00

Pour que cette belle idée fonctionne il faudrait que ces "jeunes" qu'il ne faut pas stigmatiser le mot est à la mode soient
1/ présents à l'école
2/ lorsqu'ils y sont fasse autre chose que flanquer la pagaye

Lorsque l'on sait que certains "jeunes" se font en argent se poche gagné frauduleusement plus que leur enseignant gagne, il convient de relativiser le pouvoir de l'éducation sur ce spécimen d'apprenant (je cause bien le vocabulaire IUFM)

Comme le disait un de ces individus avantageusement connu des divers services de police et de gendarmerie : je suis inscrit au bahut, j'y vais parfois parce lorsque je me fais "pécho" (choper pour les gens qui ne parlent pas le fontenaysien) ça me permet d'éviter la tôle... ils ont parfois des idées nos loubards...

On pourrait aussi se demander à quoi servent les familles mais il est vrai qu'en régime socialiste le parti se charge de former les élites en devenir.

NB : que faire lorsque les mauvaises habitudes sont institutionnalisées au sein de la dite famille ?
Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Dim 23 Sep 2012, 20:22

papy Mougeot a écrit:
Pour que cette belle idée fonctionne il faudrait que ces "jeunes" qu'il ne faut pas stigmatiser le mot est à la mode soient
1/ présents à l'école
2/ lorsqu'ils y sont fasse autre chose que flanquer la pagaye

L'espoir est donc permis;

J'ajoute en

3/Ne pas répondre aux âneries de Papy
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 2990
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Dim 23 Sep 2012, 20:49

Marion Legouy-Desaulle a écrit:
papy Mougeot a écrit:
Pour que cette belle idée fonctionne il faudrait que ces "jeunes" qu'il ne faut pas stigmatiser le mot est à la mode soient
1/ présents à l'école
2/ lorsqu'ils y sont fasse autre chose que flanquer la pagaye

L'espoir est donc permis;

J'ajoute en

3/Ne pas répondre aux âneries de Papy

On se demande lequel des deux dit le plus d'âneries. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4123
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Dim 23 Sep 2012, 22:36

Marion Legouy-Desaulle a écrit:
papy Mougeot a écrit:
Pour que cette belle idée fonctionne il faudrait que ces "jeunes" qu'il ne faut pas stigmatiser le mot est à la mode soient
1/ présents à l'école
2/ lorsqu'ils y sont fasse autre chose que flanquer la pagaye

L'espoir est donc permis;

J'ajoute en

3/Ne pas répondre aux âneries de Papy

Mais surtout ne pas attendre 13 ans pour sanctionner de tels actes
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Lun 24 Sep 2012, 00:40

mamiea a écrit:
Mais surtout ne pas attendre 13 ans pour sanctionner de tels actes

C'est effectivement une question centrale.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
tonton christobal

avatar

Messages : 13602
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Lun 24 Sep 2012, 01:02

Les "aneries" de Papy Mougeot ont certains avantages :
Dans le cas présent il n'en dit pas.
Si toutefois il en disait ou en faisait, elle ne coûtent rien à la communauté ce qui n'est pas le cas des stupidités aussi onéreuses que répétitives commises par des élus...

Mme LEGOUY DESAULLE devrait se garder de mépriser les avis des intervenants sévissant sur ce forum où elle ne se prive pas habituellement de faire son marché d'informations. Mais il est vrai que ce qui n'entre pas dans la bien pensance socialiste ne peut être vraisemblable...

Méprisez le Papy mais n'oubliez tout de même pas de lui demander de voter pour vous et vos amis.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Lun 24 Sep 2012, 02:19

Loïc a écrit:
mamiea a écrit:
Mais surtout ne pas attendre 13 ans pour sanctionner de tels actes

C'est effectivement une question centrale.

Reste à savoir ce que l'on entend par sanctionner... Ce qui est sût c'est qu'il faut agir tôt...



Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Lun 24 Sep 2012, 06:40

Citation :
Marion_Legouy ‏@Marion_Legouy (tweet 22/09)
l'effrayante lenteur qui donne du temps aux agresseurs et maintient les victimes dans le sentiment d'abandon,les empêche de se reconstruire.
a.nonymous
Citation :
Reste à savoir ce que l'on entend par sanctionner... Ce qui est sûr c'est qu'il faut agir tôt...
Loïc
Citation :
C'est effectivement une question centrale.
Mamiea
Citation :
Mais surtout ne pas attendre 13 ans pour sanctionner de tels actes

Bon maintenant que l'effrayante lenteur a fait son oeuvre, Loïc, Mamiea,a.nonymous, quel exemple donnons-nous aujourd'hui à nos enfants du primaire au lycée à nous mettre la tête dans le sable et dire: c'est la faute à la lenteur?

Loïc, c'est quand tu veux pour aller avec toi dans les écoles et les collèges et dire sans délai les limites à ne pas dépasser.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

avatar

Messages : 4123
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 69
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Lun 24 Sep 2012, 22:49

Marion Legouy-Desaulle a écrit:
Citation :
Marion_Legouy ‏@Marion_Legouy (tweet 22/09)
l'effrayante lenteur qui donne du temps aux agresseurs et maintient les victimes dans le sentiment d'abandon,les empêche de se reconstruire.
a.nonymous
Citation :
Reste à savoir ce que l'on entend par sanctionner... Ce qui est sûr c'est qu'il faut agir tôt...
Loïc
Citation :
C'est effectivement une question centrale.
Mamiea
Citation :
Mais surtout ne pas attendre 13 ans pour sanctionner de tels actes

Bon maintenant que l'effrayante lenteur a fait son oeuvre, Loïc, Mamiea,a.nonymous, quel exemple donnons-nous aujourd'hui à nos enfants du primaire au lycée à nous mettre la tête dans le sable et dire: c'est la faute à la lenteur?

Loïc, c'est quand tu veux pour aller avec toi dans les écoles et les collèges et dire sans délai les limites à ne pas dépasser.
Oui il y a une faute due a la lenteur de notre justice, pendant 13 ans les victimes se sont senties coupables, cotoyé les tortionnaires. A qui a t on tourné le dos ?
Oui il y a faute de la société qui n' as pas tendue (ou su tendre) la main aux victimes.
Il n' est pas question de jouer l' autruche mais de réfléchir a notre atitude devant ces problèmes. Doit-on continuer a tourner la tête devant les victimes, se taire devant les présumés coupables?
Il ne faut pas jeter la faute sur les parents (particulièrement les mères souvent seules) car quel parent peut imaginer que son enfant puisse agir ainsi ?
Oui Marion, les enseignants peuvent sensibiliser les élèves, leur apprendre les limites à ne pas dépasser, la police à mettre ces individus hors d' état de nuire et la société de venir en aide aux victimes.


Dernière minute : l' une des deux victimes vient de faire une tentative de suicide, l'autre est incapable de participer au procès!!!!! Cela fait maintenant 13 ans qu' elles subissent leur "punition" et pour combien de temps encore ?
Je crois que l'on ne doit surtout pas ignorer cela.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Mar 25 Sep 2012, 00:28

Citation :
Tentative de suicide d'une des victimes des tournantes de Fontenay-sous-Bois
24 septembre 2012 à 10:37

Le procès ouvert il y a une semaine se tient désormais en l'absence des victimes, l'autre jeune femme étant souffrante depuis jeudi.

L’une des deux victimes présumées de viols collectifs dans des cités de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) était absente du procès lundi, après avoir fait une tentative de suicide dans le week-end, a-t-on appris auprès de la partie civile, confirmant une information du Parisien.

La jeune femme, qui a tenté de se suicider dans le week-end, était en réanimation dimanche, selon la partie civile. On ignorait son état de santé lundi, selon cette même source. Les deux jeunes femmes étaient donc absentes de l’audience lundi. L'état de santé de l’autre victime présumée ne lui permettait pas de comparaître depuis jeudi.

La personnalité des accusés devait être lundi au centre des débats. Celle de l’un des principaux accusés, seul à comparaître détenu à la suite de sa mise en cause dans une autre affaire, a été examinée vendredi matin. Le frère de l’une des deux victimes, Nina, est venu témoigner vendredi. Comme il l’avait déjà indiqué aux enquêteurs, il considère que les faits dénoncés par sa soeur sont faux, ont rapporté des avocats.

Il y a une semaine s'était ouvert devant la cour d’assises du Val-de-Marne à Créteil ce procès de quinze hommes, accusés de «tournantes» (viols en groupe) dans des cités de Fontenay-sous-Bois entre 1999 et 2001.

Les deux jeunes femmes, aujourd’hui âgées de 29 ans, avaient alors 15 et 16 ans. Les accusés, qui ont le même âge que les victimes, nient les faits qui leur sont reprochés. Le procès, qui se déroule à huis clos partiel, doit durer jusqu’au 12 octobre.

(AFP)
Source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/val-de-marne-le-proces-des-tournantes-reprend-sans-les-victimes-24-09-2012-2178973.php

Citation :
Val-de-Marne: le procès des tournantes reprend sans les victimes

Les deux victimes des viols collectifs de Fontenay vivent très mal l’audience. L’une a tenté de se suicider ce week-end et la deuxième, qui a craqué, ne reviendra que mardi.

Laure Parny | Publié le 24.09.2012, 10h23

Les débats devront reprendre sans elles. Aujourd’hui, à la cour d’assises du Val-de-Marne, le procès des tournantes de Fontenay-sous-Bois, pour lequel comparaissent quatorze hommes, se déroulera sans les deux victimes qui ont dénoncé les faits remontant à 1999. Samedi soir, Stéphanie* a fait une tentative de suicide. Elle a avalé une grande quantité de cachets alors qu’elle se trouvait chez l’un de ses amis. Hospitalisée en urgence à l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), elle est sortie d’affaire et devrait pouvoir quitter le service de réanimation ce matin. « Elle me donnait l’impression de tenir le choc et, tout à coup, elle s’est effondrée, analyse la maman de la victime. Elle a déjà fait une dizaine de tentatives de suicide depuis les faits. J’ai peur qu’un jour elle ne se rate pas. »

Nina, la seconde victime, avait déjà craqué au bout de deux jours de procès. Son angoisse était telle que les médecins lui avaient demandé de ne pas se rendre à l’audience jeudi et vendredi. « Samedi, j’ai de nouveau pété un câble et je me suis tailladé le bras au rasoir, racontait hier la jeune femme de 29 ans. Ma mère a dû m’empêcher de sauter par la fenêtre. C’est trop dur cette impression de revivre les faits si longtemps après. Il y a eu les viols, l’enquête, les confrontations, et ça recommence… » Ne se sentant pas en sécurité à l’audience et lors des trajets tardifs en RER pour rentrer du tribunal, Nina n’avait alors plus la force de s’y rendre. Hier, elle assurait qu’elle serait présente mardi pour témoigner. « Je me suis bourrée de cachets pour me calmer, ça devrait aller », estime-t-elle. Stéphanie, elle aussi, devrait essayer de faire face de nouveau aux quatorze accusés. « Elles vont se reposer lundi, le temps de l’examen des personnalités des accusés, précise l’une des avocates des victimes. J’espère qu’elles seront suffisamment en forme mardi. »

Ce procès à huis clos, hors norme, se déroule treize ans après les faits, que les deux jeunes femmes ont dénoncés en 2005. L’ambiance est d’autant plus pesante à la cour d’assises que l’absence de preuves matérielles renvoie les jurés aux témoignages contraires des uns et des autres. Vendredi, le frère de Nina a témoigné contre sa sœur, affirmant qu’il ne croyait pas à la culpabilité de ses anciennes connaissances de cité. Cependant, pour la partie civile « c’est un témoignage sous pression qui n’a aucune valeur ».

Les victimes devront tenir jusqu’au 12 octobre pour entendre le verdict qu’elles attendent depuis treize ans.

* Le prénom a été changé.

Le Parisien
Source: http://www.leparisien.fr/faits-divers/val-de-marne-le-proces-des-tournantes-reprend-sans-les-victimes-24-09-2012-2178973.php
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Mar 09 Oct 2012, 09:20

AFP a écrit:
08/10/2012 à 19:06
Procès des "tournantes": entre cinq et sept ans de prison réclamés

Après trois semaines de tensions dans le huis clos des assises de Créteil, le parquet a réclamé entre cinq et sept ans de prison contre huit hommes accusés de viols collectifs, des réquisitions modérées au regard de la gravité des faits allégués.

L'avocate générale Myriam Quéméner a laissé la cour libre d'assortir ces peines de sursis, selon des avocats. Pour les six autres, le parquet s'en est également remis aux jurés de la cour d'assises des mineurs du Val-de-Marne, évoquant le "doute" et relevant le manque d'éléments à charge les concernant pour réclamer une peine, ont indiqué les mêmes sources.

Les accusés encourent théoriquement jusqu'à vingt ans de réclusion criminelle pour ces "tournantes" qui auraient été commises entre 1999 et 2001 dans des cités de Fontenay-sous-Bois, dénoncées après des années de silence par ces femmes.

Le procès s'était ouvert dans une ambiance très lourde. D'un côté deux plaignantes affirmant, y compris dans la presse pour l'une d'elles, Nina, avoir été violées à répétition dans des conditions particulièrement sordides alors qu'elles avaient entre 15 et 16 ans.

De l'autre, treize accusés --un quatorzième est en fuite--, désormais âgés de 29 à 33 ans, parfois mariés et travaillant, qui niaient avec véhémence ces accusations et comparaissaient libres à une exception.

Derrière les portes des assises, difficile de connaître le détail des débats qui semblaient toutefois tourner à l'épreuve pour les victimes présumées.

L'une d'elles a dû être hospitalisée dix jours après une tentative de suicide. Lors des débats, il est apparu qu'elle avait déposé en 1999 à Nanterre une plainte pour viols qui avait été classée sans suite.

"De toutes façons, depuis le début, c'est moi la coupable", disait l'autre, Nina, qui a quitté en pleurs le tribunal le 4 octobre et était absente lundi.

"On a réussi à les faire taire"

Quand elle expliquait ne plus se souvenir du rôle de deux accusés, la défense a traduit "mise hors de cause". Oubli "normal" au regard de l'ancienneté des faits, avait rétorqué la partie civile.

L'avocate de l'une des deux jeunes femmes, Me So-Ah Boyadjian, s'est dite lundi "choquée" par les réquisitions. Pour elle, en invoquant le "doute", le parquet "n'a rien démontré".

Lundi matin, une autre avocate des plaignantes, Me Laure Heinich-Luijer, avait dit avoir "bon espoir que les jurés ne sont pas dupes", regrettant que ses clientes aient "revécu à l'audience leur calvaire". "On a réussi de nouveau à les faire taire", elles ont été "traitées de menteuses, de nymphomanes", s'est indignée l'avocate.

Mais la position du ministère public ne semblait pas satisfaire davantage le camp d'en face qui dénonçait un requisitoire en demi-teinte. Défenseur de deux hommes, Me Philippe Gény-Santoni, juge "logique au terme des débats" qu'aucune peine n'ait été réclamée contre six accusés.

Mais "on essaie de préserver une partie de la procédure en lâchant sur une autre partie", a-t-il dénoncé, jugeant qu'il aurait été "plus prudent de procéder à un élagage" entre les accusés au terme de l'enquête avant de tous les renvoyer aux assises.

Pour son confrère Me Arnaud Richard, qui représente deux autres accusés, les réquisitoires restent "extrêmement lourds au vue de la teneur et de la consistance du dossier".

Les plaidoiries de la défense ont débuté lundi. Le verdict est attendu tard jeudi.

Lundi, la plaignante présente a expliqué à l'AFP attendre "juste que justice soit faite", ajoutant que les plaidoiries de ses avocates lui avaient "redonné un peu de dignité".
Source: http://actu.orange.fr/france/proces-des-tournantes-entre-cinq-et-sept-ans-de-prison-reclames-afp_1117784.html
Revenir en haut Aller en bas
JS

avatar

Messages : 1766
Date d'inscription : 15/06/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Jeu 11 Avr 2013, 08:18

Le procès en appel des «tournantes» de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) se tiendra à Évry du 26 novembre au 13 décembre 2013, a-t-on appris ce mercredi de source judiciaire.

Quinze hommes de 29 à 33 ans, ont été jugés par les assises des mineurs du Val-de-Marne en septembre 2012, accusés de viols collectifs entre 1999 et 2001 sur deux adolescentes alors âgées de 15 et 16 ans, qui ont longtemps gardé le silence.

Certains des protagonistes présumés de ces «tournantes» dans des cités de Fontenay-sous-Bois étant mineurs à l'époque des faits. Les débats se sont tenus à huis clos afin notamment de préserver leur anonymat.

Longtemps tue, l'affaire a éclaté au détour d'une agression à l'automne 2005: tabassée dans la rue par M.D. pour un regard de travers, Nina s'en ouvre auprès des policiers. Elle leur raconte que son agresseur faisait partie de garçons qui la violaient plusieurs années auparavant. Un calvaire qui, selon elle, a duré six mois en 1999.

source, http://www.20minutes.fr/ledirect/1135211/20130410-proces-appel-tournantes-deroulera-fin-2013-a-evry
Revenir en haut Aller en bas
TE

avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 13/06/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Mer 17 Avr 2013, 20:28

JS a écrit:
Le procès en appel des «tournantes» de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) se tiendra à Évry du 26 novembre au 13 décembre 2013, a-t-on appris ce mercredi de source judiciaire.

Il faut cesser de parler de "tournante", il faut parler de viol collectif, c'est bien cela que subissent les victimes.
Revenir en haut Aller en bas
JS

avatar

Messages : 1766
Date d'inscription : 15/06/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Jeu 18 Avr 2013, 00:20

TE a écrit:
JS a écrit:
Le procès en appel des «tournantes» de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) se tiendra à Évry du 26 novembre au 13 décembre 2013, a-t-on appris ce mercredi de source judiciaire.

Il faut cesser de parler de "tournante", il faut parler de viol collectif, c'est bien cela que subissent les victimes.
Je partage votre avis. Mais, c'est à l'adresse des journalistes qu'il faut le signifier.
Je me suis contenté de faire un copier-coller de l'article de presse.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12080
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Jeu 30 Mai 2013, 08:44

La suite de cette sordide affaire de viols collectifs sur des jeunes filles mineures au moment des faits:

Citation :
«Tournantes» de Fontenay-sous-Bois: six mois ferme pour un accusé
29 mai 2013 à 21:44

Par AFP

Un homme de 29 ans a été condamné mercredi à Créteil à six mois de prison ferme pour sa participation aux «tournantes» de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), viols collectifs pour lesquels 14 autres hommes ont été jugés en 2012, a-t-on appris de sources judiciaires.

Sa peine a été assortie de six mois de sursis, tandis que le deuxième accusé, 27 ans, qui comparaissait pour tentatives de viols, a été relaxé.

Plus tôt, le parquet de Créteil avait requis respectivement deux ans ferme et six mois avec sursis à l’encontre des deux hommes.

La plaignante, Nina, 30 ans, avait 16 ans lors des faits, ses agresseurs présumés 13 et 14.

«Nina considère que cette décision est équilibrée, qu’elle tient compte à la fois de la réalité de sa douleur et de la jeunesse des accusés» à l’époque des faits, a déclaré à l’AFP son avocat Me Léon-Lef Forster.

«Elle a le sentiment que sa parole a été prise en considération», a-t-il ajouté.

Il a évoqué des «conditions de dignité tout à fait convenables» lors du procès. La précédente audience, en septembre et octobre 2012 devant la cour d’assises du Val-de-Marne, s’était déroulée dans une ambiance très tendue.

Au cours du procès, la jeune femme a maintenu ses accusations. L’accusé soupçonné de tentatives de viols a nié les faits, tandis que le second a reconnu des relations, assurant qu’elles étaient consenties.

Leurs deux avocats ont plaidé l’acquittement. «Les dossiers sont très peu constitués», a expliqué à l’AFP Me Aurore Miquel, qui défendait le principal accusé.

«Mon client continue de plaider son innocence et envisage de faire appel», a-t-elle ajouté à l’issue de l’audience.

Selon elle, les réquisitions étaient «disproportionnées». «On est à 14 ans des faits et il n’y a pas de témoins.»

L’audience s’était ouverte mercredi matin à huis clos devant le tribunal pour enfants de Créteil siégeant en matière criminelle, la cour d’assises des moins de 16 ans.

Aurélie, la seconde plaignante lors du procès qui s’était déroulé devant les assises du Val-de-Marne, n’apparaît pas dans ce second volet.

Dans ce dossier, quatorze hommes - dont l’un est en fuite - majeurs lors des faits, avaient été jugés par la cour d’assises du Val-de-Marne. Dix d’entre eux avaient été acquittés, les quatre autres condamnés à des peines de trois ans avec sursis à un an ferme.

Le ministère public avait fait appel pour huit des condamnations. Un nouveau procès se tiendra à Évry du 26 novembre au 13 décembre 2013.
Source: http://www.liberation.fr/societe/2013/05/29/tournantes-de-fontenay-sous-bois-six-mois-ferme-pour-un-accuse_906748
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14065
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Jeu 30 Mai 2013, 09:49

Une Google alerte quoi...
Revenir en haut Aller en bas
JS

avatar

Messages : 1766
Date d'inscription : 15/06/2010

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Jeu 30 Mai 2013, 10:50

JS a écrit:
TE a écrit:
JS a écrit:
Le procès en appel des «tournantes» de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) se tiendra à Évry du 26 novembre au 13 décembre 2013, a-t-on appris ce mercredi de source judiciaire.

Il faut cesser de parler de "tournante", il faut parler de viol collectif, c'est bien cela que subissent les victimes.
Je partage votre avis. Mais, c'est à l'adresse des journalistes qu'il faut le signifier.
Je me suis contenté de faire un copier-coller de l'article de presse.
Il y a quelques semaines, j'entendais des jeunes parler ping-pong. Et à un moment donné l'un d'entre eux à utilisé le terme "tournante". Et là, dans ma petite tête ça à fait « tilt » . Ce terme, utilisé dans le cadre du loisir par des joueurs de ping-pong qui tournent autour de la table pour renvoyer la balle par-dessus le filet, ce terme donc a été complètement dévoyé par des voyous de manière à banaliser ce crime odieux qu'est le viol. Eh oui, en utilisant le terme "tournante", ces voyous banalisent le viol en réunion en le mettant au même niveau qu'une partie de ping-pong. Ainsi les plus jeunes pourront toujours dire au tribunal : "Madame le juge, pour moi, cette tournante avec cette fille c'était comme une partie de ping-pong". Bref, c'est en effet un terme qu'il faut bannir absolument. C'est bien d'un viol en réunion dont il faut parler.
Revenir en haut Aller en bas
goyat



Messages : 59
Date d'inscription : 18/04/2013

MessageSujet: Re: Viols collectifs à Fontenay : le procès   Mar 18 Juin 2013, 02:01

a.nonymous a écrit:
La suite de cette sordide affaire de viols collectifs sur des jeunes filles mineures au moment des faits:

Citation :
«Tournantes» de Fontenay-sous-Bois: six mois ferme pour un accusé
29 mai 2013 à 21:44

Par AFP

Un homme de 29 ans a été condamné mercredi à Créteil à six mois de prison ferme pour sa participation aux «tournantes» de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), viols collectifs pour lesquels 14 autres hommes ont été jugés en 2012, a-t-on appris de sources judiciaires.

Sa peine a été assortie de six mois de sursis, tandis que le deuxième accusé, 27 ans, qui comparaissait pour tentatives de viols, a été relaxé.

Plus tôt, le parquet de Créteil avait requis respectivement deux ans ferme et six mois avec sursis à l’encontre des deux hommes.

La plaignante, Nina, 30 ans, avait 16 ans lors des faits, ses agresseurs présumés 13 et 14.

«Nina considère que cette décision est équilibrée, qu’elle tient compte à la fois de la réalité de sa douleur et de la jeunesse des accusés» à l’époque des faits, a déclaré à l’AFP son avocat Me Léon-Lef Forster.

«Elle a le sentiment que sa parole a été prise en considération», a-t-il ajouté.

Il a évoqué des «conditions de dignité tout à fait convenables» lors du procès. La précédente audience, en septembre et octobre 2012 devant la cour d’assises du Val-de-Marne, s’était déroulée dans une ambiance très tendue.

Au cours du procès, la jeune femme a maintenu ses accusations. L’accusé soupçonné de tentatives de viols a nié les faits, tandis que le second a reconnu des relations, assurant qu’elles étaient consenties.

Leurs deux avocats ont plaidé l’acquittement. «Les dossiers sont très peu constitués», a expliqué à l’AFP Me Aurore Miquel, qui défendait le principal accusé.

«Mon client continue de plaider son innocence et envisage de faire appel», a-t-elle ajouté à l’issue de l’audience.

Selon elle, les réquisitions étaient «disproportionnées». «On est à 14 ans des faits et il n’y a pas de témoins.»

L’audience s’était ouverte mercredi matin à huis clos devant le tribunal pour enfants de Créteil siégeant en matière criminelle, la cour d’assises des moins de 16 ans.

Aurélie, la seconde plaignante lors du procès qui s’était déroulé devant les assises du Val-de-Marne, n’apparaît pas dans ce second volet.

Dans ce dossier, quatorze hommes - dont l’un est en fuite - majeurs lors des faits, avaient été jugés par la cour d’assises du Val-de-Marne. Dix d’entre eux avaient été acquittés, les quatre autres condamnés à des peines de trois ans avec sursis à un an ferme.

Le ministère public avait fait appel pour huit des condamnations. Un nouveau procès se tiendra à Évry du 26 novembre au 13 décembre 2013.
Source: http://www.liberation.fr/societe/2013/05/29/tournantes-de-fontenay-sous-bois-six-mois-ferme-pour-un-accuse_906748



La légèreté des peines est tout simplement inadmissible...
Revenir en haut Aller en bas
 
Viols collectifs à Fontenay : le procès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Procès suite au blocage du train de déchets nucléaires italiens
» Le procès de Guillaume
» Meurtre de Laetitia : le procès de la récidive
» granville (50) : Deux rénovations originales de logements collectifs des années 1960...!!!
» 1528 - Procès Du CHILLOU, Du BEC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Quartier du Plateau :: Environnement de nos quartiers :: Incivilités et faits divers à Fontenay-
Sauter vers: