Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 06:49

Alors que Renault construit des usines à l'étranger, le constructeur s'apprête à licencier 7500 personnes en France....

Citation :
15/01/2013 à 16:54
Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016

La direction de Renault a annoncé mardi aux syndicats qu'elle prévoyait de supprimer 7.500 postes en France d'ici à fin 2016, avec notamment 5.700 départs naturels (retraite), soit plus de 15% des effectifs actuels, a indiqué à l'AFP une porte-parole du constructeur.

Outre les 5.700 départs naturels non renouvelés prévus entre 2013 et 2016, la direction envisage 1.800 départs supplémentaires en prolongeant et élargissant le dispositif sur les carrières spécifiques, mais elle le soumet à un accord préalable avec les syndicats, selon la porte-parole de Renault.

La direction indique qu'elle prévoit ainsi d'élargir la dispense d'activité des carrières spécifiques (DACS), qui accompagne certains salariés en fin de carrière, à tous les collaborateurs, quel que soit leur statut et sans critère de pénibilité.

Jusqu'à présent ce dispositif de retraite anticipée était soumis à des critères d'âge (trois ans avant la date légale de départ à la retraite), de pénibilité et de métiers. Il prévoit une suspension de contrat rémunérée à 75% du salaire.

"Si un accord était signé avec les organisations syndicales, ce redéploiement des effectifs ne nécessiterait ni fermeture de site, ni plan de sauvegarde de l'emploi, ni plan de départ volontaire", a indiqué Gérard Leclercq, directeur des opérations France, à l'issue d'une nouvelle réunion avec les syndicats sur la compétitivité.

Ces redéploiements permettraient de "réaliser des recrutements sur les compétences critiques", indique Renault dans un communiqué sans chiffrer le nombre d'embauches envisagées.

"Dans la perspective d'une restauration progressive du marché européen, la mise en place d'un tel accord permettrait ainsi d'avoir une croissance de la production en France plus soutenue que celle du marché européen", explique Renault dans un communiqué.

La baisse des effectifs, qui sont aujourd'hui de 44.642 en France, contribuerait à une économie sur les frais fixes de l'ordre de 400 millions d'euros, selon Renault, et lui permettrait de "retrouver des marges de manoeuvre pour investir et développer ses activités", ajoute la direction.

Renault, qui vient de signer un accord de compétitivité majeur en Espagne, espère sceller un accord similaire en France dans les prochaines semaines. Ces accords censés ajuster travail et salaires à la conjoncture en contrepartie du maintien de l'emploi se multiplient dans l'automobile dont les ventes sont en berne en Europe de l'Ouest.
Source: http://actu.orange.fr/france/renault-prevoit-de-supprimer-7-500-postes-en-france-d-ici-fin-2016-afp_1300052.html

A force de donner du travail aux salariés d'autres pays il n'y en a plus pour les salariés français et les militants communistes de Renault avaient donc bien raison quand ils dénonçaient dès 2011 la délocalisation de la production...

PCF a écrit:
Le constat est accablant et accusateur pour le patronat de l’automobile.

Trois chiffres suffisent à résumer la situation. En cinq ans, la production annuelle nationale est passée de 3,2 millions de véhicules à 2 millions environ aujourd'hui. Sur la même période, l'Allemagne a maintenu sa production nationale à 5,3 millions de véhicules.

Autre signe des conséquences de leurs politiques : l'évolution de la balance commerciale de l'automobile. Excédentaire de 12 milliards d'euros en 2004, elle affichait un déficit de plus de 4 milliards en 2009. Non seulement la France exporte moins avec la baisse de sa production mais, en plus, les constructeurs nationaux ont délocalisé les productions partiellement pour la "207" et la "Clio", voire totalement pour les "Twingo" produites en Slovénie et les "C1" et "107" "made in Slovaquie".

Enfin, entre 2005 et 2009, 40 000 postes ont été globalement supprimés en France par Renault et PSA, soit un recul de 20 % des effectifs. Ce recul est encore plus marqué pour les salariés des équipementiers car le patronat, lui aussi, s’est organisé parallèlement pour délocaliser.

RENAULT à la pointe d'une politique de désengagement du territoire national.

Depuis les années 2000, les gammes "Clio", "Twingo" ont été délocalisées en Europe de l'Est et en Turquie. En 2006, le "Koléos" est réimporté de Corée avec un risque pour le futur haut de gamme à l’image de la "Latitude" faite en Corée et réimportée en France et en Europe.

Parallèlement RENAULT organise avec les grands équipementiers leur délocalisation vers les mêmes sites. Le mouvement touche à la fois les usines d'assemblage et également les usines de mécanique et de motorisation, ainsi que les fonderies comme Cléon, Lorient, les roulements à billes SNR ou les transmissions comme au Mans.

Dans le même temps, s'y est ajouté le développement de la marque "Logan" qui, dans les faits, contrairement à ce qui était prétendu, visait d'abord la réimportation en Europe de l'Ouest et non les marchés intérieurs à l'Est.

Il est important de distinguer la différence entre s'internationaliser pour réimporter ou pour vendre sur les marchés sur place. Si par exemple Avtovaz en Russie correspond à ce dernier cas, il n'en est pas de même pour Pitesti en Roumanie, pour Busan en Corée et la construction de l'usine de Tanger (Maroc), prévue pour produire à terme 400 000 véhicules. C'est bien la preuve qu'il ne s'agit pas d'une conquête de nouveaux marchés mais d'une stratégie de délocalisation des fabrications destinées à être réimportées en France et en Europe de l’Ouest, les marchés historiques et plus que jamais premiers marchés de Renault.
Source: http://78.pcf.fr/9497
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 07:58

La question est sans doute moins de mettre en accusation les salariés d'autres pays (e qui serait se tromper de responsables et de cible) mais bien de s'interroger sur la recherche de la rentabilité maximum à tout prix sur le dos des salariés. Mais Renault n'est pas la première entreprise à pratiquer de la sorte. Peugeot, Michelin, Arcelor et bien d'autres ont largement ouvert la voie sans qu'aucune mesure politique ne soit prise. Et pour l'instant on n'en prend toujours pas le chemin.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 08:13

A part peut être les pays scandinaves je ne connais pas de pays ou de systèmes politiques qui aient réussi à donner le bonheur aux ouvriers.
Tout ce qu'ils ont obtenu de bon ne leur a pas été donné ils l'ont conquis.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 08:18

Loïc a écrit:
La question est sans doute moins de mettre en accusation les salariés d'autres pays (e qui serait se tromper de responsables et de cible) mais bien de s'interroger sur la recherche de la rentabilité maximum à tout prix sur le dos des salariés. Mais Renault n'est pas la première entreprise à pratiquer de la sorte. Peugeot, Michelin, Arcelor et bien d'autres ont largement ouvert la voie sans qu'aucune mesure politique ne soit prise. Et pour l'instant on n'en prend toujours pas le chemin.

Il ne s'agit pas de "mettre en accusation" les salariés d'autres pays mais la réalité est là: alors qu'en France CGT, FO et FdG refusent des mesures comme le CICE ou l'accord pour l'emploi, en Roumanie des salariés acceptent de travailler pour des salaires bien inférieurs aux salaires des salariés français....

Comme nous sommes dans une Union dans laquelle les marchandises peuvent circuler librement, une société comme Renault a beau jeu de faire fabriquer par des salariés roumains des voitures qui seront vendues aux futurs chômeurs français...

On fait quoi concrètement pour éviter cela ?

Pour mémoire, l'état français détient encore 15,01% du capital de Renault...
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 17:23

a.nonymous a écrit:

Il ne s'agit pas de "mettre en accusation" les salariés d'autres pays mais la réalité est là: alors qu'en France CGT, FO et FdG refusent des mesures comme le CICE ou l'accord pour l'emploi, en Roumanie des salariés acceptent de travailler pour des salaires bien inférieurs aux salaires des salariés français....

Et alors ? Les syndicats et les organisations politiques devraient accepter sous prétexte de "sauvegarder l'emploi" (et avec quelles garanties on se le demande encore ?) de laisser leurs conditions être réduites à celles des travailleurs roumains ?

Ce discours est un non sens.




Mistigri a écrit:
A part peut être les pays scandinaves je ne connais pas de pays ou de systèmes politiques qui aient réussi à donner le bonheur aux ouvriers.
Tout ce qu'ils ont obtenu de bon ne leur a pas été donné ils l'ont conquis.

En effet. On est bien d'accord. Et je suis convaincu qu'il est encore possible de conquérir de nouveaux droits par des mobilisations débouchant sur une loi... car la crise, clairement ce n'est pas pour tout le monde. Quelques-uns continuent de s'enrichir scandaleusement en voulant imposer à tous les autres une cure d'austérité dont L'UNIQUE BUT est d'augmenter encore leurs profits... C'est inacceptable. Socialement et économiquement suicidaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 17:49

Communiqué d'EELV

Après les suppressions d’emplois annoncées par Peugeot, Renault annonce à son tour la suppression de 7 500 postes dans les trois ans dans ses usines françaises, dont 5 700 « départs naturels » non renouvelés et 1 800 départs supplémentaires.

Pour EELV, il est clair que ce seront les ouvriers et salariés qui, une fois encore, payeront la facture de l’entêtement de leurs dirigeants à ne pas faire évoluer leur modèle.

« Face à la crise, et face à une évolution structurelle de ces marchés, la seule variable d’ajustement est-elle celle des salariés, les patrons engageant comme un chantage avec les syndicats pour « gagner en productivité », alors qu’aucune perspective d’avenir n’est tracée ! » déclare Jean-Philippe Magnen, porte-parole national.

Il n’est nul besoin d’être devin pour connaître les tendances lourdes de nos économies. La transition vers un monde post-pétrole où les matières premières se raréfient a commencé, et il est socialement et industriellement irresponsable de ne pas s’y préparer. Évidemment, l’industrie automobile d’aujourd’hui est bousculée, mais il faut inventer l’industrie de demain, une nouvelle industrie des transports, où les savoir-faire industriels actuels pourraient et devront être transformés, où les emplois pourront être renouvelés.

Si nous ne voulons pas que le secteur automobile français des années à venir emprunte le même chemin désastreux que celui du secteur sidérurgique hier, il nous faut agir dès aujourd’hui. Cela passe par un accompagnement fort et un positionnement volontariste des pouvoirs publics, prêts à intervenir avec ambition face aux dirigeants des groupes industriels. EELV réaffirme qu’il est urgent d’agir de façon stratège et concertée à l’échelle qui convient, celle de l’Europe.

Jean-Philippe MAGNEN, Porte-parole
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 18:17

Citation :
Il n’est nul besoin d’être devin pour connaître les tendances lourdes de nos économies. La transition vers un monde post-pétrole où les matières premières se raréfient a commencé, et il est socialement et industriellement irresponsable de ne pas s’y préparer. Évidemment, l’industrie automobile d’aujourd’hui est bousculée, mais il faut inventer l’industrie de demain, une nouvelle industrie des transports, où les savoir-faire industriels actuels pourraient et devront être transformés, où les emplois pourront être renouvelés.

Si nous ne voulons pas que le secteur automobile français des années à venir emprunte le même chemin désastreux que celui du secteur sidérurgique hier, il nous faut agir dès aujourd’hui. Cela passe par un accompagnement fort et un positionnement volontariste des pouvoirs publics, prêts à intervenir avec ambition face aux dirigeants des groupes industriels. EELV réaffirme qu’il est urgent d’agir de façon stratège et concertée à l’échelle qui convient, celle de l’Europe.

Un bel exemple de langue de bois. On en déduit quoi sur l'avenir de la voiture vu par les Verts?

Et encore, il n'ose pas parler du vélo!
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 19:00

Personne ne nie la difficulté de toute période de reconversion.
Parler du vélo? Ce n.'est pas le sujet.
Les choix faits par les constructeurs français voici quelques années, si.
Le tout diesel pour Peugeot, le tout marketing pour Renault.

Sinon, voici ce qui guide la démarche des verts, sauf erreur de ma part.

Le message et l’action de l’Etat doivent désormais être suffisamment clairs et forts pour que chacun comprenne que l’avenir de la voiture ne passe pas par le diesel. Pour cela, l’Etat doit prendre des mesures courageuses :

supprimer les aides à la diésélisation du parc automobile ;

réorienter le système du bonus-malus en intégrant les émissions de particules fines ;

dédiéseliser le parc roulant public, comme celui des grands opérateurs sous contrôle de l’Etat (RATP par exemple) ;

conditionner toute aide publique à l’industrie automobile à une réorientation avérée de la politique industrielle vers des véhicules sobres et efficaces ;

s’orienter vers la neutralité fiscale sur les carburants.

Ce signal politique sera aussi celui du nécessaire changement de perspective pour l’automobile et la mobilité. Sortir de la crise, c’est, pour l’industrie automobile, sortir du diesel et s’orienter d’urgence vers la production de véhicules réellement moins gourmands et moins polluants.

Sortir de la crise, c’est aussi reconsidérer la mobilité et développer de nouvelles offres de transports, vecteurs d’emploi et garants de la sérénité des usagers. Sortir de la crise de l’automobile, c’est concilier droit à la mobilité et droit à respirer un air sain.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 19:35

Haro sur le diesel. Les Verts vont concourir à leur manière a l'appauvrissement des gens qui ont acheté ces véhicules en faisant confiance aux tarifs et annonces de l'état.
Des taxes, des pénalités, des sanctions...voici le programme des écolos.
C'est simple, écartons ces furieux du pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 20:57

Kik, je ne vois pas en quoi les verts ont un rôle incitatif dans le fait que des « gens » comme vous dites achètent ou non une voiture diésel sur la base d'un argumentaire publicitaire conforme au choix d'un constructeur automobile français.... là ou d'autres constructeurs ont fait d'autres choix (je pense à VW, qui n'a pas vu sa part de marché s'effondrer). Côté politique européenne on ne peut pas dire qu'il y a eu unité d'orientation. En se démarquant le Lion n'est pas devenu le roi des constructeurs on peut même dire que son rugissement 100% diésel s'est enroué.

Quant au potentiel rôle des verts à « concourir à un quelconque appauvrissement des gens qui ont acheté ces véhicules », il s’agit d’une généralité sujette à caution.

Chacun sait en effet qu’un véhicule Diesel étant plus cher à l’achat qu’un véhicule utilisant un autre carburant, le « seuil du gain par le différentiel du prix au litre » se situe au-dessus de 40 000 kms l’an : Or hormis les taxis ou les représentants de commerce, peu d’automobilistes font autant de kms, surtout là où les véhicules sont en plus grand nombre et la pollution la plus massive (IDF donc).

Je ne vais même pas aborder l'aspect vitesse et embouteillage, je risquerai, de sortir moi-même du sujet Renault... bien que cela me permettrait de développer en quoi consiste une offre de transports différente.

Je ne veux pas faire comme vous, Kik, liquider un sujet en un tour de passe-passe non argumenté.
Néanmoins, soyons bon joueur : Je confirme, pour vous tout est si simple, qu'il n'y a qu'à écarter les furieux du pouvoir... et (sous-entendu) éviter que vous, Kik, n'alliez au fond, ...

Et comme je suis loin d'être furieux de vos remarques, je vous propose au contraire, d'aller précisément au fonds des choses maintenant.

Le sujet est donc : « perte des emplois chez Renault ». Je vais donc pouvoir reprendre l’argumentaire que j’avançais, en mettant en cause le choix « marketing » de ce groupe au fil des années.


On peut dire que tout commence avec la fermeture du site de Billancourt.
Se poursuit avec l’acquisition de Nissan, la création d’un joint venture pour la construction de Decia et pas mal de délocalisations, le slogan conducteur de Renault étant d’être « créateur d’innovation » plutôt que « constructeur automobile ».

Restons maintenant dans le concret en parlant des deux sites de Flins et de Sandouville.

Flins d’abord : en 2009, 179 495 Clio III ont été produites à Bursa (Turquie) contre 125 400 à Flins. Je pense que cette mise en parallèle de ces deux chiffres se suffit à elle-même.

Et vous savez quoi ce site a été retenu en septembre 2008, et confirmé le 5 novembre 2009, pour fabriquer un véhicule électrique (sur la base du "concept car" Zoé). Et l’avenir de ce site est lié à ce projet porteur d'espoirs, où l’usine devrait aussi assurer la fabrication et l’assemblage de batteries. Pour être complet sur le sujet, je vous indique qu'une autre activité est en développement : le recyclage des véhicules en fin de vie avec la mise en place d’un atelier de déconstruction.

Sandouville maintenant : On y a d'abord construit les Renault 16, puis 17, 20, 30, 18, 21, 25, Safrane, Laguna, Vel Satis et Espace (à partir de l'Espace IV), soit l'essentiel des véhicules de haut de gamme de l'ex-Régie. Or beaucoup de ces véhicules n’ont pas trouvé leur public.

Après avoir employé jusqu'à 12 000 personnes, l'effectif a d’abord fondu à 4 650 en 2006, dans un site qui fonctionne toujours à seulement 40 % de sa capacité en raison de l'échec commercial des Laguna II et Vel Satis.

En 2007 les salariés tiraient déjà eux-mêmes la sonnette d’alarme « Si la première voiture que l'on essaie de faire revivre à Sandouville ne marche pas, cela aura des conséquences pour ce site qui ne tourne déjà qu'à 40 % de ses capacités. Notre plan est réaliste, mais pas idéaliste ».

Les méventes s’étant poursuivies, les effectifs ont continué de fondre, et il sont actuellement autour de 2500.

En 2014, Renault a l’intention de lancer un nouveau Trafic, aujourd'hui fabriqué en Angleterre et en Espagne, et qui pourrait revenir en France. La marque a donc réalisé de gros investissements pour rapatrier cette production et a dû adapter son usine de Sandouville. Elle a tout intérêt à ne pas rater ce virage.

Maintenant que vous avez lu tout cela, peut-être apprécierez-vous la phrase du porte parole d’EELV quand il dit qu’il ne faut pas être devin pour voir ce qui peut se passer. C’est tout sauf de la langue de bois.

En attendant que vous redéposiez la vôtre!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 23:09

Votre pédagogie patiente, votre documentation et votre souci de convaincre en douceur m'impressionnent et apportent beaucoup aux lecteurs de ce forum.
Néanmoins je ne vous suis pas dans l'absolution des pêchés économiques de Verts et leurs malédictions vers l'usage de l'automobile. On a une baisse de 17% des immatriculations en Europe sur les 12 derniers mois, que proposent les verts? rien de concret. Pourtant ils pourraient être en pointe sur l'aménagement des routes et autoroutes, la substitution raisonnable de carburants, les parkings (à Fontenay en particulier), une vraie dynamique des transports (moins chers, 24h/24, suppression des zones en Ile de France, confort des transports avec climatisation, réseaux téléphoniques, sécurité...) sur tous ces points pratiques et concrets on n'entend pas les Verts.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 16 Jan 2013, 23:29

Mistigri, patient, je le suis, pédagogue, tant mieux si vous me percevez ainsi. J'ajouterai transparent.

Ce faisant, je crois prendre ma part à présenter des états des lieux, des idées, ou des explications sans tabou sur ce forum.

Je n'ai aucune intention de réduire le débat à ce que pensent ou ne pensent pas les verts (que d'a priori, ou d'approximations lis-je, de la part de ceux ou celles qui -de fait- montrent qu'ils ne les connaissent que très superficiellement)... Les verts défendent déjà beaucoup des points que vous évoquez, dire qu'ils ne font rien est un véritable contre-sens ; ils font, mais ne représentent que.... (on va dire des miettes en politique) .... et donc .... ils ne feraient rien... (bof).

Disons que même si leur rôle consiste à n'aiguillonner qu'en tant soit peu, vers une autre route que le productivisme, les partis dominants, ils font déjà quelque chose. Et comm il svont plus loin que cela, je n'ai pas à donner d'absolution, ni à commenter les péchés imaginaires dont vou sles affublez. Sous ma plume, en cas. Very Happy


Mais, peu importe, j'aurai l'occasion de m'exprimer encore de nombreuses fois, thème par thème, mais surtout j'espère que quelques autres courageux, d'un autre bord politique que le mien viendront se prêter aux jeux des projets ou tout simplement des questions-réponses. Ce n'est pas encore le cas. Vous n'avez qu'à relire ce sujet (Renault) depuis son début pour le constater.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 01:06

Loïc a écrit:
Et alors ? Les syndicats et les organisations politiques devraient accepter sous prétexte de "sauvegarder l'emploi" (et avec quelles garanties on se le demande encore ?) de laisser leurs conditions être réduites à celles des travailleurs roumains ?

Ce discours est un non sens.

La question qui se pose est comment sauver nos emplois face à la concurrence de ces travailleurs:

- nous sommes dans une Union où le libre échange et la libre circulation sont la règle
- il y a de fortes distorsions salariales, sociales et fiscales entre les pays de l'Ouest et ceux de l'Est
- des sociétés comme Renault profitent de ses distorsions en délocalisant des emplois de l'Ouest vers l'Est
- suite en partie à ces délocalisations des salariés de l'Ouest, plus de trois millions en France, se retrouvent à crever à Pôle emploi sans réelle perspective d'avenir

On fait quoi pour contrer cela ?

Montebourg peut se satisfaire de la situation de Renault, le problème est bien celui identifié par les militants communistes de Renault à savoir la construction d'usines dans des pays à bas coûts non pas pour satisfaire les besoins locaux de ces pays mais pour produire des véhicules qui seront réimportés à l'Ouest...

A partir de là, dès lors que le marché de l'automobile est en berne à l'Ouest, il est c'est évidement plus intéressant économiquement de réduire le nombre de salariés en France que dans ces pays à bas coûts...

Est-ce que comme le dit Montebourg, construire des usines en Roumanie et au Maroc pour ensuite réduire ses effectifs en France, "cela fait partie du cadre normal dans lequel une entreprise peut décider de gérer par avance ses effectifs et son personnel" pour une société dans laquelle l'état détient 15,01% du capital ?

Après Montebourg peut souhaiter que quand le marché repartira, Renault réembauche en France.. Ca risque hélas de rester un vœu pieux car Renault disposera alors d' outils de production performant et en ordre de marche dans ces pays à bas coûts...


Citation :
16/01/2013 à 11:59
Renault: Montebourg satisfait qu'il n'y ait ni licenciement, ni fermeture d'usine

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a salué mercredi le fait qu'il n'y ait ni licenciement, ni fermeture d'usine, "deux lignes rouges" qui n'ont "pas été franchies", en commentant l'annonce par Renault de 7.500 suppressions d'emplois.

Ces suppressions, "cela fait partie du cadre normal dans lequel une entreprise peut décider de gérer par avance ses effectifs et son personnel", a-t-il dit à la sortie du Conseil des ministres.

"Il n'y a pas pour nous un certain nombre de lignes rouges qui ont été franchies", selon lui. "Les lignes rouges que le gouvernement a fixées: premièrement pas de plan social, pas de licenciement. Cette première ligne rouge est respectée. Deuxièmement pas de fermeture d'usines, pas de fermetures de sites: (la) deuxième ligne rouge est respectée".

"Troisième ligne rouge: nous demandons qu'il y ait de la charge de la part des alliés de Renault, notamment du côte de Nissan (...) et notamment de Daimler: nous souhaitons que les usines françaises soient rechargées en travail de la part des alliés de Renault."

"Nous souhaitons dès que le marché repartira, que Renault prenne des engagements de réembauche et notamment de jeunes pour remplacer les départs à la retraite qui partiront naturellement", a-t-il ajouté.

M. Montebourg a souligné que ces suppressions d'emplois étaient à ce stade "des propositions dans la discussion", dans le cadre "du dialogue social de compétitivité".

"Ces propositions, c'est jusqu'en 2016 il y aura 7.500 départs naturels à la retraite qui ne seront pas remplacés".

"Cela fait partie de ce que nous avons demandé, de l'anticipation. Que Renault l'annonce pour quatre ans, c'est au moins dire aux pouvoirs publics et aux partenaires sociaux où ils vont, c'est mieux que de se retrouver avec des plans sociaux, des fermetures d'usines", a-t-il dit.

"L'Etat est particulièrement attentif à ce que Renault, puisse, dans une période très déprimée (...) conserver ses avantages compétitifs et comparatifs de manière à ce que cette entreprise ne prenne pas le chemin d'autres entreprises en Europe dans le monde des constructeurs automobiles".
Source: http://actu.orange.fr/politique/renault-montebourg-satisfait-qu-il-n-y-ait-ni-licenciement-ni-fermeture-d-usine-afp_1301888.html

Revenir en haut Aller en bas
Marion Legouy-Desaulle



Messages : 3462
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 01:40

C'était il y a 10 ans, longtemps le statut précaire m'a bien arrangée, je renégociais tout et avec succès. Et puis le petit créneau précurseur et modélisateur que j'exploitais gentiment à mon rythme a rejoint les grand flux et les normes qui vont avec...

Je partage complètement l'analyse du PC et de @nonymous et le vécu de Libellule ne m'est pas étranger.

Je suis un peu loin de tout ça maintenant que je peux me livrer à la satisfaction du travail bien fait sans arrières-pensées.

Il me semble plus que jamais, nécessaire d'allier la lucidité, l'inventivité, le dialogue social comme moteurs à tous les niveaux, syndicats et employeurs.

J'essaye de ne pas m'enerver mais le clivage salariés/patronat me semble antédiluvien : il n'y a pas que "les grands patrons" qui sont employeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 01:55

Marion, je crois que vous avez mis votre commentaire dans le mauvais sujet.
A moins que je n'aie pas compris le lien avec les emplois Renault.

Anonymous, le choix de Renault a été de produire les voitures à faible valuer ajoutée ailleurs, et de vendre ses hauts de gamme en partant d'une production française ; cela n'a pas été récompensé par des gains de marchés. Je crois que l'on est là dans une situation qui dépasse l'entendement, mais tient à ce qu'on appelle "l'image de marque d'un constructeur".

avec VW on pense "voiture du peuple, avec Mercédes "voiture de standing robuste à l'allemande" avec Peugeot, "voiture diésel" et avec Renault "régie Française... avant de penser voiture" : Et encore côté déclinaison de noms français, il y aurait beaucoup à dire : Megane, Laguna, Vel Satis... et même quan don regarde côté "concept car".


Dernière édition par Libellule le Jeu 17 Jan 2013, 02:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
GUIZMO

avatar

Messages : 294
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 02:29


Tout à fait d'accord avec la mauvaise idée de Peugeot sur le tout diesel car, en plus de la pollution, nos raffineries d'essence sont en surproduction et il ne reste pas assez de résidus "huiles lourdes" pour moteurs diesel et nous devons importer ce carburant !!! La politique internationale de Renault se discute mais d'autres constructeurs européens qui veulent jouer mondial ( dont des Allemands) délocalisent et réimportent aussi (pièces ou l'ensemble). Et Renault-Nissam équilibre ses comptes. De toute façon on attendait du gouvernement actuel, au vu de ses vaines déclarations de campagne, des actions sur un peu d'harmonisation européenne et sur la fiscalité de ces grandes boites mondiales du web dont les centres sociaux sont bien entendu, vu notre exception fiscale "à la française", ailleurs où l'herbe est plus verte...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 03:42

Libellule a écrit:
Anonymous, le choix de Renault a été de produire les voitures à faible valuer ajoutée ailleurs, et de vendre ses hauts de gamme en partant d'une production française ; cela n'a pas été récompensé par des gains de marchés. Je crois que l'on est là dans une situation qui dépasse l'entendement, mais tient à ce qu'on appelle "l'image de marque d'un constructeur".

avec VW on pense "voiture du peuple, avec Mercédes "voiture de standing robuste à l'allemande" avec Peugeot, "voiture diésel" et avec Renault "régie Française... avant de penser voiture" : Et encore côté déclinaison de noms français, il y aurait beaucoup à dire : Megane, Laguna, Vel Satis... et même quan don regarde côté "concept car".

Le choix de Renault a été avant tout de construire des usines à l'étranger pour réduire ses coûts et augmenter ses marges en réimportant les véhicules produits pour les vendre dans l'Ouest de l'Union... D'abord l'Espagne puis la Slovénie, la Turquie, la Roumanie, ... et maintenant le Maroc...

Aujourd'hui Renault qui veut réduire ses effectifs de 7500 personnes c'est ça:

Citation :
Le 01 juin 2012
Le Dacia Lodgy démarre fort en France

Le groupe au losange a enregistré en quelques semaines 7.000 commandes pour son monospace low cost assemblé au Maroc.

Un rayon de ciel bleu dans les ventes en recul du groupe Renault le mois dernier : l'arrivée du monospace à bas coûts Lodgy, fabriqué au Maroc sous le badge Dacia. En France, ce véhicule représentait en mai 1.800 immatriculations. Un chiffre à relativiser puisqu'il inclut les véhicules de démonstration nécessaires aux concessionnaires. Mais Renault se montre optimiste pour la suite, après avoir déjà enregistré 7.000 commandes dans l'Hexagone. Au sein de la direction commerciale, on dresse déjà un parallèle entre ce « très bon démarrage » et celui de la petite Twingo. De quoi infléchir récemment les ventes de la marque Dacia, qui ont remonté de 5,3 % en mai alors qu'elles ont reculé de 23 % depuis le début de l'année.

Tarif moyen de 16.500 euros

Et question recettes, le rudimentaire véhicule low cost au grand coffre remplit aussi certains objectifs. Alors que le groupe a beaucoup communiqué sur le tarif d'appel à 9.900 euros, afin d'attirer du monde dans les concessions, les véhicules commandés à ce jour à l'usine de Tanger se situent en moyenne à 16.500 euros. Normal puisque le prix d'appel ne porte que sur un petit moteur essence d'ancienne génération, et que le diesel le moins cher démarre à 14.000 euros, uniquement en version 5 places. Or, pour l'instant, la demande porte à 95 % sur des motorisations diesel, et à 50 % pour des versions 7 places, moyennant un supplément tarifaire.

Autre enseignement des premiers bons de commande, les acheteurs de Lodgy, généralement des familles, sont plus jeunes que le ceux du reste de la gamme Dacia (47 ans contre 50 ans), selon Renault. Et Dacia n'a probablement pas fini de s'enraciner sur le marché français : à partir de septembre prochain seront livrées les deux versions utilitaire et ludospace du Dokker, un proche cousin du Lodgy assemblé dans la même usine marocaine. Un redoutable concurrent à l'horizon pour le Kangoo, réalisé lui depuis 1997 à Maubeuge, qui fait payer beaucoup plus cher le port du logo Renault sur sa calandre.

DENIS FAINSILBER
Source: http://www.lesechos.fr/01/06/2012/lesechos.fr/0202093272068_le-dacia-lodgy-demarre-fort-en-france.htm
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 03:48

GUIZMO a écrit:
De toute façon on attendait du gouvernement actuel, au vu de ses vaines déclarations de campagne, des actions sur un peu d'harmonisation européenne et sur la fiscalité de ces grandes boites mondiales du web dont les centres sociaux sont bien entendu, vu notre exception fiscale "à la française", ailleurs où l'herbe est plus verte...

L'harmonisation salariale, sociale et fiscale à l'intérieur de l'Union est un vrai sujet car effectivement vu les distorsions existantes les sociétés multinationales oint tout intérêt à aller s'installer ailleurs qu'en France....

C'est hélas un sujet sur lequel on entend pas grand monde et quand le gouvernement socialiste propose d'améliorer la compétitivité de nos entreprises avec des mesures comme le CICE ou l'accord pour l'emploi, la gauche de la gauche pourtant censée défendre les intérêts des salariés vote contre...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 04:39

Et en complément la déclaration du PCF suite à l'annonce de ces licenciements...

Encore une fois les amis politiques de Jean-François Voguet mobilisés sur le mariage pour tous et le vote des étrangers ne disent mot sur la stratégie de Renault consistant à construire des usines dans des pays à moindre coûts pour délocaliser sa production...

Cette nouvelle déclaration du PCF, qui vient après son vote contre le CICE et sa prise de position sur l'accord pour l'emploi, montre bien que le PCF faute de comprendre les intérêts des salariés ne défend plus ceux-ci...

Cela amène bien sûr à se poser la question du rôle même du PCF.... De la même manière que le FN gangrène la vie politique française depuis des années, le PCF et la CGT qui campent sur des positions surannées ne risquent-t-il pas eux aussi de gangréner le dialogue sociale dont on a pourtant tant besoin ?

PCF a écrit:
Renault : « Véritable coup de massue pour les salariés »

Le constructeur automobile Renault a annoncé hier une réduction de 7 500 postes, d'ici 2016, soit 17% de ses effectifs. C'est un véritable coup de massue pour les salariés français de Renault.

En se félicitant qu'il n'y ait « ni licenciement, ni fermeture d'usine » et en parlant d'un « cadre normal » de gestion des effectifs et du personnel, le satisfécit décerné par le ministre du redressement productif Arnaud Montebourg, est consternant !

Est-ce un hasard si cette annonce tombe quelques heures après l'accord MEDEF- CFDT qui entérine les accords compétitivité pour « éviter les licenciements secs »?

Ce qu'ont dénoncé les organisations non signataires CGT et FO, Carlos Ghosn l'applique aux salariés de Renault : un chantage sur l'emploi avec une augmentation du temps de travail, une baisse des salaires et une remise en cause des acquis sociaux. Bref des efforts qui vont reposer essentiellement sur les épaules des salariés alors que la trésorerie de Renault et les bénéfices réalisés permettent de continuer de verser des millions d'euros aux actionnaires.

Ce n'est pas le « coût du travail » qui pèse sur les résultats mais le coût du capital avec les profits massivement versés aux actionnaires au détriment de l'emploi.

Si Renault et les constructeurs français pâtissent d'une baisse importante des ventes de voitures particulières et utilitaires, les causes principales sont l'appauvrissement des Français et le ralentissement de l'économie. D'ailleurs le marché du véhicule d'occasion (4,5 millions) n'a jamais été aussi dynamique. En comparaison, il est à noter pour les véhicules de luxe que les résultats restent stables.

Comme l'affirment le PCF et le Front de gauche, les solutions, pour lutter contre le démantèlement du secteur de l'automobile, impliquent un changement de cap industriel et une relance économique par l'augmentation des salaires et du pouvoir d'achat.

Le PCF apporte son total soutien à l'action des salariés de Renault qui débrayent aujourd'hui, dans de nombreux sites.
Source: http://www.pcf.fr/34175
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 17:26

C'est là où est l'erreur

car écrire "Cette nouvelle déclaration du PCF, qui vient après son vote contre le CICE et sa prise de position sur l'accord pour l'emploi, montre bien que le PCF faute de comprendre les intérêts des salariés ne défend plus ceux-ci..." est largement erroné, ces accords et projets de loi étant néfastes pour les salariés et l'emploi.

Après faudra pas se plaindre de pas avoir été prévenu. Flexibilité accrue, précarité renforcée et cadeaux fiscaux au patronat par dizaines de milliards transférés sur la TVA (pas sociale pour le coup), on n'est pas vraiment dans la défense des intérêts des travailleurs. Non, pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 18:04

Loïc a écrit:
C'est là où est l'erreur

car écrire "Cette nouvelle déclaration du PCF, qui vient après son vote contre le CICE et sa prise de position sur l'accord pour l'emploi, montre bien que le PCF faute de comprendre les intérêts des salariés ne défend plus ceux-ci..." est largement erroné, ces accords et projets de loi étant néfastes pour les salariés et l'emploi.

Après faudra pas se plaindre de pas avoir été prévenu. Flexibilité accrue, précarité renforcée et cadeaux fiscaux au patronat par dizaines de milliards transférés sur la TVA (pas sociale pour le coup), on n'est pas vraiment dans la défense des intérêts des travailleurs. Non, pas du tout.

Alors je repose une nouvelle fois l'équation:

- nous sommes dans une Union où le libre échange et la libre circulation sont la règle
- il y a de fortes distorsions salariales, sociales et fiscales entre les pays de l'Ouest et ceux de l'Est
- des sociétés comme Renault profitent de ses distorsions en délocalisant des emplois de l'Ouest vers l'Est
- suite en partie à ces délocalisations des salariés de l'Ouest, plus de trois millions en France, se retrouvent à crever à Pôle emploi sans réelle perspective d'avenir

On fait quoi pour contrer cela ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 17 Jan 2013, 23:39

"ON" pourrait bien sûr envisager des mesures de rétorsions (en fait des mesures protectionnistes pour les nommer correctement).

Mais bon, cela ne ferait qu’attiser les guerres de tranchées entre pays.

Par exemple l'administration Obama avait lancé une action contre les droits de douane jugés "injustes" appliqués par la Chine aux importations d'automobiles américaines.

Le ministère du Commerce chinois avait indiqué que Pékin allait imposer des taxes antidumping et antisubvention sur les voitures importées des Etats-Unis d'une cylindrée supérieure à 2,5 litres, estimant que ces dernières étaient vendues à perte : autrement dit, Pékin a menacé de taxer sévèrement GM (premier exportateur de voiture en Chine par ailleurs).

L'arme s’est toutefois trouvée délicate à utiliser dans les deux sens, tant les effets induits des deux côtés pouvaient s'avérer catastrophiques. (Casser les flux du commerce, dans les deux pays, en même temps, avec des centaines de milliers d'emplois perdus à la clef).

Pour bien comprendre, essayons de ramener cela à ce qui arriverait aux constructeurs Français, s'il l'on voulait jouer ainsi avec une "pseudo fiscalité" à vertu "pseudo sociale" en faveur du maintien des emplois en France : Il faudrait taxer les importations entrant en France, sans se soucier que Renault ou Peugeot soit ou non un des leaders du marché à l’endroit d’où viennent les importations… Ils perdraient en même temps deux débouchés... par la simple mise en place d'un système de rétorsion inversé.

La problématique de la fiscalité est peut-être une solution, mais comme je l’ai dit plus haut, si au lieu de reporter la faute d'une chute des ventes sur les autres (constructeurs ou pays de l'Europe), ... on acceptait d'ouvrir les yeux et de traiter le mal "français" au fonds, - qui consisterait par exemple pour Peugeot, à rebondir le plus rapidement possible sur un marché qui ne soit pas le tout diésel, et pour Renault, à ne plus perdre de temps dans son développement du véhicule électrique à Flins et de son unité de désconstruction des vieux modèles à recycler, ... avec pourquoi pas un soutien politique de poids en terme de commandes des collectivités, par exemple -... alors on aurait un regard lucide sur ce qu'il faudrait faire.

On ferait là aussi du protectionnisme , mais à la Montebourg, et oui l'Europe pourrait nous le reprocher, mais au moins on serait aussi intelligent que les allemands ou les suédois, qui sans jamais le dire, ne cessent d'en faire avec leurs marques "dites" nationales.

Le meilleure argument de défense "de la politique et de la décision française" devenant "non, ce n'est pas vrai, nous avons une politique "à la française" qui nous pousse à invertir dans des véhicules innovants conformes aux cahiers des charges développés spécifiquement par.".. et oui, il n'y aurait plus qu'à citer "Peugeot et Renault".

On pourrait dire adieu (progressif) au diésel adieu au marketing (favorable aux grosses cylindrées), et bienvenue à la politique du "changement maintenant".

Sur l'adieu progressif du diesel, on peut aller plus loin en lisant cela
http://www.themavision.fr/jcms/rw_305539/pourquoi-les-parts-de-marche-du-diesel-vont-baisser
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3097
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Ven 18 Jan 2013, 05:15

Il y a une chose qui est quand même dramatique en France, quand on voit que les administrations d’état, régionales, départementales ou communales acheté des véhicules étrangers au détriment des productions française, il y a de quoi se poser des questions sur la réelle volonté de nos gouvernements successifs de vouloir sauver l’automobile française.

Quand on voit par exemple en Allemagne toutes les administrations rouler en voiture allemandes et quand France on voit des véhicules policiers (par exemple) de marques allemandes, il ne faut pas s’étonner qu’après on nous fait ce genre d’annonce avec des suppressions d’emploi et des fermetures d’usine.

Il ne faut pas oublier non plu que c’est le PS qui a commencé à dénationaliser Renault et que la droite a fini ce plan et l’ouverture du capital.

Il y a eu aussi pendant des années, tous les gouvernants successifs de gauche comme de droite nous ont vanté les bienfaits du diesel, on nous a encouragé à acheter des véhicules diesel et aujourd’hui on nous dit que cela n’est pas bien que cela pollue.

Pour finir et malgré les discours ne nos camarades de l’Ex PCF de Fontenay sous Bois, la municipalité elle aussi contribue au déclin de l’automobile française en achetant par exemple des Iveco, des Nissan, des Ford, après il ne faut pas s’étonner du déclin des marques françaises.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Ven 18 Jan 2013, 06:26

@ vieux-breton

Le problème est que les collectivités et autres entités soumises au code des marchés publics sont pieds et poings liés par les directives européennes...

Citation :
Les marchés publics dépassant une certaine valeur sont régis par deux directives européennes:

l'une portant sur les marchés publics de travaux, fournitures et services ;
l'autre portant sur les procédures de passation de marchés des entités opérant dans les secteurs de l'eau, de l'énergie, des transports et des services postaux.

Ces directives couvrent les marchés dépassant certains seuils:

les marchés publics de travaux d'un montant supérieur à 5 000 000 euros;
les marchés publics de fournitures et de services s'élevant à plus de 130 000 euros, si le pouvoir adjudicateur est une autorité publique centrale, à 200 000 euros s'il s'agit d'une autorité publique d'un échelon inférieur, et à 400 000 euros s'il s'agit d'entités opérant dans les secteurs de l'eau, de l'énergie, des transports et des services postaux.

Dans un souci de transparence, tous les appels d’offres dont le montant est supérieur aux seuils applicables doivent être publiés au Journal officiel de l’Union européenne et peuvent être consultés gratuitement sur le site web Tenders Electronic Daily (TED).
Source: http://europa.eu/youreurope/business/profiting-from-eu-market/benefiting-from-public-contracts/index_fr.htm

Dès lors et au dessus d'un certain nombre de véhicules et si ceux-ci sont en acquisition et non en location, il n'est pas possible d'organiser un appel d'offres entre seulement Renault et Peugeot... Il faut ouvrir à la concurrence étrangère par un appel d'offres européen et c'est comme ça que l'on voit des policiers municipaux de certaines villes rouler en Dacia Duster fabriqués en Roumanie par des salariés payés 700 Euros par mois...

Les défenseurs de cette politique argumentent sur le fait que celle-ci bénéficie en final aux citoyens-contribuables car la libre concurrence est censée faire baisser les prix...
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3097
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Ven 18 Jan 2013, 18:43

Ça je le sais, mais alors pourquoi en Allemagne la plupart des administrations sont capables de rouler avec des voitures allemandes, ils sont normalement soumis aux mêmes règles.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Ven 18 Jan 2013, 21:04

Quelques éléments sur les résultats de Renault en 2012:

"Les ventes de la marque Renault ont reculé de 6% en 2012, avec 2,1 millions d'unités écoulées. Celles de la marque à bas coût Dacia ont progressé en revanche de 4,8%, à 359.800 unités, selon un communiqué."

C'est intéressant car si une partie des véhicules vendus sous la marque Renault est encore mais pour combien de temps fabriquée en France, les véhicules commercialisés sous la marque Dacia sous eux tous fabriqués hors de France dans des pays à bas coût de main d’œuvre...

Ce transfert de la production vers des pays à bas coût n'est hélas pas propre au secteur automobile et il s'accélère depuis quelques années...

On peut donc se poser la question de ce qui pourrait contribuer à contrer cette situation: est-ce la suppression des allègements de charges sociales et le passage du SMIC à 1700 Euros demandés par le FdG ou l'amélioration de la compétitivité de nos entreprises voulue par le gouvernement socialiste ?


Citation :
18/01/2013 à 09:09
Les ventes de Renault en 2012 baissent, plombées par l'Europe

Renault a annoncé vendredi une baisse de 6,3% de ses ventes mondiales l'an dernier, à 2,55 millions de véhicules, du fait d'un effondrement de 18% en Europe que la progression de 9,1% hors du Vieux continent n'a pas suffi à compenser.

Les ventes de la marque Renault ont reculé de 6% en 2012, avec 2,1 millions d'unités écoulées. Celles de la marque à bas coût Dacia ont progressé en revanche de 4,8%, à 359.800 unités, selon un communiqué.

Renault, qui prévoit de tailler dans ses effectifs en France, a pour la première fois réalisé plus de la moitié de ses ventes hors d'Europe.

Le groupe table pour 2013 sur un retour à la hausse de ses ventes et de ses parts de marché.

"En 2012, nous battons un nouveau record de ventes à l'international (ndlr, hors Europe) grâce aux deux marques Renault et Dacia", s'est félicité le directeur commercial du groupe, Jérôme Stoll, cité dans le communiqué.

"Néanmoins ce succès n'a pas totalement compensé la baisse de nos ventes en Europe", reconnaît-il. "Dans ces conditions de marché plus difficiles que prévu, nous avons privilégié la défense de nos marges."

Renault escompte rebondir cette année avec une "croissance" de ses ventes et de ses parts de marché. Il espère tirer profit de l'arrivée de nouveaux modèles comme la nouvelle Clio ou la citadine électrique Zoé pour la marque au losange et les nouvelles Logan et Sandero chez Dacia.

Deuxième constructeur français, le constructeur souffre moins de la crise que son rival et numéro un hexagonal du secteur PSA Peugeot Citroën, plus dépendant que lui du marché européen et dont les ventes totales ont dégringolé l'an dernier de 16,5%.

Le groupe présidé par Carlos Ghosn entend néanmoins supprimer 7.500 postes en France d'ici à 2016, soit plus de 15% de ses effectifs, sans fermeture de site ni plan de départs volontaires contrairement à PSA, si toutefois un accord est trouvé avec les syndicats sur la compétitivité.
Source: http://actu.orange.fr/economie/les-ventes-de-renault-en-2012-baissent-plombees-par-l-europe-afp_1306034.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 23 Jan 2013, 04:34

http://tempsreel.nouvelobs.com/france-la-crise-sociale/20130122.OBS6208/renault-brandit-la-menace-de-fermeture-d-usines-en-france.html

Ou comment on en vient à parler de Flins aussi... (voir mes posts précédents)

Renault brandirait la menace de fermeture d'usines en France
Créé le 22-01-2013 à 16h25 - Mis à jour à 17h25Par Le Nouvel Observateur avec AFP"Si vous ne signez pas" l'accord de compétitivité "il se pourrait que deux sites ferment", a affirmé la direction selon les syndicats.

La direction du constructeur automobile Renault a menacé mardi 22 janvier de fermer deux sites en France si aucun accord de compétitivité n'était trouvé avec les organisations syndicales, rapportent des délégués syndicaux à l'issue d'une nouvelle réunion avec la direction.

"La direction nous a prévenus : si vous ne signez pas, il se pourrait que deux sites ferment", relate Laurent Smolnik, délégué central FO, selon qui la direction n'a pas précisé quels sites pourraient être touchés. Des délégués CGT et CFE-CGC confirment ces propos.

Le site de Flins "en première ligne"

Jusqu'à présent, depuis le début des discussions sur la compétitivité, Renault conditionnait la "non fermeture de site" à la signature de l'accord par au moins 30% des syndicats représentatifs. "Aujourd'hui, elle nous a répondu que s'il n'y a pas d'accord, c'est au minimum deux sites qui fermeraient", ajoute Dominique Chauvin, délégué central CFE-CGC. "Elle a aussi parlé du non engagement d'affectations de produits pour l'instant prévus en France", explique-t-il.

"Flins [située dans les Yvelines, NDLR] est en première ligne, et pour des gammes normalement prévues en 2014 pour Douai par exemple, la direction pourrait très bien envisager de les expatrier. Le plus dur c'est de concevoir le produit. Après, quand on l'a industrialisé, on peut déplacer les moyens. C'est malheureusement la réalité des faits", souligne le syndicaliste.

La direction égrène depuis des semaines ses propositions pour gagner en compétitivité dans ses sites français. Elle prévoit notamment la suppression de 8.260 postes d'ici fin 2016, une harmonisation du temps de travail, et un gel des salaires pour 2013.

les enchères sont dramatiquement ouvertes.... 760 en plus... depuis l'ouverture de ce post.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 23 Jan 2013, 04:47

C'est effectivement l'information de source syndicale qui circule:

Citation :
22/01/2013 à 16:08
Renault menace de fermer deux sites en France si pas d'accord de compétitivité

La direction du constructeur automobile Renault a menacé mardi de fermer deux sites en France si aucun accord de compétitivité n'était trouvé avec les organisations syndicales, ont rapporté des délégués syndicaux à l'issue d'une nouvelle réunion avec la direction.

La direction nous a prévenus: +si vous ne signez pas, il se pourrait que deux sites ferment", a indiqué à l'AFP Laurent Smolnik, délégué central FO, selon qui la direction n'a pas précisé quels sites pourraient être touchés. Ce qu'ont confirmé des délégués CGT et CFE-CGC.
Source: http://actu.orange.fr/economie/renault-menace-de-fermer-deux-sites-en-france-si-pas-d-accord-de-competitivite-afp_1312620.html

Si cette information se vérifiait et parce que Renault est détenu à 15,01% par l'état ça poserait vraiment problème... Peut-on laisser une société dans laquelle l'état est actionnaire construire des usines en Roumanie ou au Maroc pour ensuite licencier en France ?
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 23 Jan 2013, 18:22

"L'Etat ne peut pas tout" ne déclarait-il pas en 2000 un premier ministre socialiste devant les ouvriers d'une usine Michelin ?

Je sais, ça déçoit, c'est difficile à avaler... Mais nous ne sommes pas, 13 ans après à une contradiction près. Le changement, dans ce domaine là, ce n'est pas pour maintenant semble-t-il. Dommage pour ceux qui vont perdre leur travail sans que l'Etat ne lève le petit doigt.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 23 Jan 2013, 19:34

Loïc a écrit:
"L'Etat ne peut pas tout" ne déclarait-il pas en 2000 un premier ministre socialiste devant les ouvriers d'une usine Michelin ?

Je sais, ça déçoit, c'est difficile à avaler... Mais nous ne sommes pas, 13 ans après à une contradiction près. Le changement, dans ce domaine là, ce n'est pas pour maintenant semble-t-il. Dommage pour ceux qui vont perdre leur travail sans que l'Etat ne lève le petit doigt.

Sarkozy a déçu
Hollande coincé dans une situation économique qu'il ne maitrise que partiellement déçoit certains
Et si on tentait Le Pen qui n'a jamais été aux affaires et qui est arrivé troisième à la présidentielle ?

C'est bien sûr de ma part une provocation mais à force d'entendre PCF et FdG taper sans relâche sur le président et le gouvernement social-démocrate certains électeurs ne risquent-ile pas de penser ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 24 Jan 2013, 00:11

Hé oui on y vient. Derrière l'anonyme et sa xénophobie, Le Pen n'est pas loin.

Il vient de faire son coming out.

C'était attendu. Au lieu de se dire que la gauche pourrait faire autrement, il accuse ceux qui tirent la sonnette d'alarme...


Et c'est certain que c'est plus simple de taper sur les immigrés, les travailleurs roumains ou bulgares que de s'en prendre aux patrons qui licencient... Bravo.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
mamiea

avatar

Messages : 4133
Date d'inscription : 11/06/2010
Age : 70
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 24 Jan 2013, 02:34

Loïc a écrit:
Hé oui on y vient. Derrière l'anonyme et sa xénophobie, Le Pen n'est pas loin.

Il vient de faire son coming out.

C'était attendu. Au lieu de se dire que la gauche pourrait faire autrement, il accuse ceux qui tirent la sonnette d'alarme...


Et c'est certain que c'est plus simple de taper sur les immigrés, les travailleurs roumains ou bulgares que de s'en prendre aux patrons qui licencient... Bravo.

Mais que fait-on d' une entreprise qui n' a rien à vendre ? On la nationalise et on en fait une annexe de Pôle emploi, ses employés sont payés mais ne font pas partie des chômeurs (tout bénef pour les stats du chômage), solution déjà testée en 81 sans résultat.
Ce n' est pas en nationalisant Renault que l'on vendra plus de voitures, ce n' est pas en donnant des primes à l' achat de véhicules électriques à faible autonomie (payées par les contribuables) que l'on relancera ce secteur.
Ce n'est pas en faisant des campagnes contre le diesel que les français "moyens" changeront leur véhicule, ils n' en ont pas les finances.

La faute aux patrons c'est votre credo, mais n' y a-t-il pas une responsabilité des ouvriers? des syndicats? des politiques ? de vous-même ? de moi?
Revenir en haut Aller en bas
GUIZMO

avatar

Messages : 294
Date d'inscription : 25/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 24 Jan 2013, 02:52



Y-en a marre de ces bouffeurs de "cent familles de "patrons" qui pillent la France (ah le cliché éculé). A quand des entreprises avec des produits innovants et recherchés, et des clients ( de toute classe sociale) attentifs à de la production locale et ne se précipitant pas pour chercher le moindre coût sans se soucier de la qualité, pour avoir l’impression de faire une "bonne affaire" et faire ainsi disparaître la branche (professionnelle) qui les fait vivre...
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 24 Jan 2013, 04:51

Surtout il y en a marre des licenciements par milliers dans des entreprises qui distribuent (comme Peugeot) des centaines de millions d'euros de dividendes à leurs actionnaires et virent tout de même les gens.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
matmut

avatar

Messages : 2096
Date d'inscription : 11/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 24 Jan 2013, 06:04

Y en a marre de ces jusqu'aux boutistes du PCF et de la CGT qui préfèrent tuer les entreprises plutôt que de réformer le code du travail pour préserver l'essentiel et de préparer l'avenir.
LoÏc rappelez vous du Paquebot de croisière FRANCE que la CGT a poussée au désarmement par son intransigeance à négocier des aménagements. Lequel FRANCE après sa vente au secteur privé a réussi une reconversion de plus de 10 ans.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 24 Jan 2013, 08:23

Loïc a écrit:
Hé oui on y vient. Derrière l'anonyme et sa xénophobie, Le Pen n'est pas loin.

Il vient de faire son coming out.

C'était attendu. Au lieu de se dire que la gauche pourrait faire autrement, il accuse ceux qui tirent la sonnette d'alarme...


Et c'est certain que c'est plus simple de taper sur les immigrés, les travailleurs roumains ou bulgares que de s'en prendre aux patrons qui licencient... Bravo.

Relisez mes propos avant de raconter n'importe quoi:

Citation :
Sarkozy a déçu
Hollande coincé dans une situation économique qu'il ne maitrise que partiellement déçoit certains
Et si on tentait Le Pen qui n'a jamais été aux affaires et qui est arrivé troisième à la présidentielle ?

C'est bien sûr de ma part une provocation mais à force d'entendre PCF et FdG taper sans relâche sur le président et le gouvernement social-démocrate certains électeurs ne risquent-ile pas de penser ainsi ?

Et je maintiens qu'après le fiasco de Sarkozy, l'hostilité affichée par le PCF et le FdG à l'égard du gouvernement socialiste depuis l'élection de celui-ci fait le jeu du FN qui est arrivé troisième à la présidentielle et qui, même sans solution crédible, se tient en embuscade...

Au lieu de critiquer systématiquement les actions du gouvernement, au lieu de voter systématiquement contre les lois qu'il propose au Sénat, le PCF et le FdG feraient mieux d'être force de proposition pour profiter de la situation unique que nous connaissons: gouvernement de gauche, Assemblée à majorité de gauche et Sénat à majorité de gauche....

Si la gauche française n'est pas capable de profiter de cette situation unique pour autre chose que l'adoption du mariage pour tous et le droit de vote des immigrés aux élections locales, les classes populaires et moyennes sont vraiment mal parties et le salut ne pourra plus venir que d'une alliance entre le PS social-démocrate et le centre...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 24 Jan 2013, 08:43

Citation :
Si la gauche française n'est pas capable de profiter de cette situation unique pour autre chose que l'adoption du mariage pour tous et le droit de vote des immigrés aux élections locales, les classes populaires et moyennes sont vraiment mal parties et le salut ne pourra plus venir que d'une alliance entre le PS social-démocrate et le centre...

oui tout à fait d'accord, mais on est loin des présidentielles -en principe-.
Par contre pour 2014 dans notre ville le problème reste posé.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 24 Avr 2013, 12:44

Pendant ce temps Renault fait des bénéfices en vendant en France des Dacia fabriquées en Roumanie...

Citation :
23/04/2013 à 19:31
Suicide d'un salarié de Renault qui dénonce des "pressions"

Un salarié de Renault s'est suicidé dans la nuit de dimanche à lundi sur son lieu de travail à l'usine de Cléon (Seine-Maritime), laissant une lettre dans laquelle il dénonce "pression" et "chantage" de la part du groupe, a-t-on appris mardi auprès de la CGT.

Agé de 35 ans et père de deux enfants, ce mécanicien qui travaillait de nuit, a été retrouvé pendu lundi au petit matin sur le site, où il était employé depuis 2000, a précisé à l'AFP Pascal Le Manach, délégué syndical CGT.

"Il a laissé sur place deux lettres, l'une pour sa famille et l'autre à l'attention de la direction, dans laquelle il dénonce les pressions", a dit le syndicaliste.

Dans ce second courrier, l'ouvrier a écrit selon cette source : "Merci Renault. Merci ces années de pression, chantage au nuit. Où le droit de grève n'existe pas. Ne pas protester sinon gare. La peur, l'incertitude de l'avenir sont de bonne guerre, paraît-il ? Tu expliqueras ça à mes filles, Carlos", allusion à Carlos Ghosn, le PDG du groupe.

La salarié, "excellent ouvrier" et "non-syndiqué", "faisait l'objet de pressions de la direction depuis qu'il avait pris activement part aux grèves contre le projet d'accord compétitivité-emploi cet hiver", a précisé M. Le Manach.

"La direction l'avait notamment menacé de le faire redescendre en équipe (de jour), avec une perte financière très importante à la clé", a ajouté le syndicaliste.

La CGT a demandé la tenue lundi d'un Comité d'hygiène et de sécurité exceptionnel "pour montrer la responsabilité de Renault dans ce décès", a-t-il dit.

Le parquet de Rouen, qui a confirmé la découverte de deux lettres, a de son côté précisé à l'AFP avoir ouvert une enquête en "recherche des causes de la mort" à la suite de ce suicide survenu "sur le lieu de travail et pendant les heures de travail".

La direction du site n'a pu être immédiatement jointe par l'AFP en fin d'après-midi mardi.

Le site de Renault-Cléon, spécialisé dans la fabrication de moteurs et de boîtes de vitesse, emploie environ 4.000 salariés dans une ambiance qualifiée par la CGT de "plus en plus difficile", notamment depuis la mise en place de l'accord compétitivité-emploi par M. Ghosn.
Source: http://actu.orange.fr/france/suicide-d-un-salarie-de-renault-qui-denonce-des-pressions-afp_1723544.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Sam 27 Avr 2013, 00:10

Par AFP
Libération
Le constructeur Renault a annoncé vendredi dans un communiqué que son usine de Flins allait fabriquer la prochaine génération de la Nissan Micra à partir de 2016, avec un volume qui devrait atteindre 82 000 véhicules par an.

«Nissan, partenaire de Renault dans l’Alliance, a décidé de produire la prochaine Nissan Micra en Europe dans une usine Renault. Renault a choisi d’affecter la Nissan Micra à l’usine de Flins», a indiqué le groupe dans un communiqué. La production devrait démarrer en 2016 avec un volume prévisionnel de 82 000 véhicules par an.

Peu avant, le constructeur japonais Nissan avait annoncé qu’il allait faire fabriquer la prochaine génération de ce véhicule compact dans une usine Renault en Europe à partir de 2016, sans préciser la localisation du site. Le choix de Flins répond à l’un des engagements pris par Renault dans le cadre de l’accord de compétitivité signé le 13 mars avec les syndicats du groupe en France.

En contrepartie des efforts réclamés aux salariés, la firme au losange avait promis d’augmenter les volumes produits dans ses cinq sites français et à produire aussi pour des partenaires à hauteur de 80 000 unités par an. Renault assemble déjà dans l’Hexagone des véhicules pour Nissan et pour l’allemand Mercedes. «D’autres opportunités pourraient se présenter (avec des partenaires) que nous ne manquerions pas d’étudier», a précisé un porte-parole du groupe à l’AFP.

Le PDG de l’alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn, a salué vendredi «une bonne nouvelle pour l’usine de Flins d’abord, mais aussi pour toutes les usines Renault en France». «Les efforts consentis par les salariés dans le cadre de l’Accord Renault commencent à porter leurs fruits. Renault est bien sur la trajectoire des engagements pris», a-t-il déclaré, cité dans le communiqué du groupe.

L’usine de Flins produit déjà la Clio IV, dont la commercialisation a débuté en octobre 2012, ainsi que la citadine électrique, la Zoé, et des pièces pour d’autres usines de Renault et Nissan. En 2012, l’usine a produit 116 800 voitures dont 115 388 Clio (versions III puis IV) et 443 Zoé.

L'accord de compétitivité porte ses fruits selon FO
L’attribution de la nouvelle Micra à Flins est une «très bonne nouvelle», signe que l’accord de compétitivité «commence à porter ses fruits», s’est réjoui vendredi un représentant FO de ce site d’assemblage des Yvelines. «L’accord qu’on a signé commence à porter ses fruits», s’est félicité le secrétaire (FO) du comité d’entreprise, Patrick Liénard.

«Ce qui avait été annoncé (en contrepartie des efforts demandés aux salariés du groupe Renault) c’était 80 000 véhicules de partenaires au total. Or là, les 80 000 par an ne sont que pour Flins, c’est une très bonne nouvelle», a-t-il déclaré à l’AFP. Selon Liénard, d’autres annonces devraient suivre pour «la seconde partie de l’année», pour «les deux autres sites concernés, Sandouville et Douai». Et donc au total, «on aurait plus de 80 000 véhicules».

«En 2013, on va fabriquer 130 000 voitures, plus 80 000 c’est bien» et «cela va servir toute la région, car plus on fait de voitures, plus nos fournisseurs travaillent», a ajouté le responsable syndical, soulignant qu'«un emploi chez un constructeur en génère six à l’extérieur». Flins emploie 2 650 CDI, 750 intérimaires et 200 personnes en mission venues d’autres sites Renault, indique Patrick Liénard selon qui l’arrivée du véhicule Nissan va forcer Renault à embaucher une équipe supplémentaire, soit environ 1 000 personnes.

Mi-mars, la CFE-CGC, FO et la CFDT ont signé un accord visant plus de compétitivité en France. Le texte prévoit pour le groupe en France une augmentation de 6,5% du temps de travail, une refonte des comptes épargne temps, un gel des salaires en 2013. D’ici fin 2016, 7.500 suppressions nettes d’emplois et 760 embauches sont prévues, soit plus de 15% des effectifs, sans plan social ni plan de départs volontaires. Le constructeur automobile s’est engagé en échange à ne fermer aucune de ses cinq usines dans l’Hexagone jusqu’à cette date et à leur assurer une activité minimum de 710.000 véhicules par an (contre 530.000 en 2012): 630.000 véhicules Renault et 80.000 provenant de partenaires.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 09 Oct 2013, 02:43

Au 511 ème jour de la présidence de François Hollande et alors qu'il y a plus de 5 millions de chômeurs  qui crèvent à Pôle emploi, Renault, société détenue à 15,01% par l'état français, inaugure une usine au Maroc...

Il a noter qu'une partie des voitures construites dans cette usine par des ouvriers marocains "low cost" payés 250 Euros par mois seront importées en Europe....

Il y a donc clairement concurrence entre salariés français voir européens et salariés marocains "low cost", les voitures fabriquées à Tanger étant autant de voitures de moins fabriquées à Sandouville, Cléon; Flin, ....

"Le site de Renault-Tanger, qui emploie à ce jour 5.000 personnes, est essentiellement destiné à l'export (près de 90%) et alimente déjà plus de 25 pays, notamment européens."


AFP a écrit:
08/10/2013 à 16:17
Maroc: Renault inaugure la phase II de son usine "low cost"

Le groupe Renault a inauguré mardi la seconde phase de son usine géante de Tanger, au Maroc, une base "low cost" aux portes de l'Europe dont l'ouverture avait suscité un tollé en France sur le thème de la "délocalisation" industrielle.

Cette seconde unité, d'où sortiront des Dacia Sandero, va permettre au constructeur français de doubler sa production et d'atteindre les 340.000 véhicules par an en 2014, faisant de Renault-Tanger "la plus grande usine" du genre en Afrique, selon ses dirigeants.

Renault a également lancé un projet d'usine à Oran, dans l'ouest de l'Algérie, mais sa taille est sans commune mesure puisque la production ne devrait pas excéder les 75.000 véhicules par an, à destination du marché local.

Inaugurée par le Directeur général de Renault au Maroc, Jacques Prost, et le ministre marocain de l'Industrie, Abdelkader Amara, cette seconde chaîne de Renault-Tanger représente un investissement de 400 millions d'euros. Le coût global du projet a été estimé à un milliard d'euros lors de son lancement.

Avec la perspective de produire 340.000 unités dès 2014, il n'existe "pas de comparatif" en Afrique, a confirmé à l'AFP M. Prost, alors que le site de Melloussa, une zone franche située à 30 km du port ultra-moderne de "Tanger-Med", est présenté par Renault comme un futur "hub" pour le continent.

Le Japonais Nissan est d'ailleurs censé rejoindre les rives du détroit de Gibraltar, dans le cadre d'une troisième phase du projet. Mais aucune date n'a été avancée.

Le site de Renault-Tanger, qui emploie à ce jour 5.000 personnes, est essentiellement destiné à l'export (près de 90%) et alimente déjà plus de 25 pays, notamment européens. Sur le marché marocain, Renault et Dacia occupent la position de leader, avec plus du tiers des commercialisations.

Outre les faibles coûts salariaux, le groupe français bénéficie à Tanger des nombreux avantages de la zone franche (exonération de l'impôt sur les sociétés pendant cinq ans puis à taux réduit, absence de taxe d'exportation...).


'Dumping social'

L'inauguration de l'usine en février 2012 par le roi du Maroc Mohammed VI et le PdG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, en pleine campagne présidentielle en France, avait néanmoins suscité une vive polémique dans ce pays sur le thème de la délocalisation.

Des voix, à droite comme à gauche, avaient dénoncé une forme de "dumping social", le parti d'extrême droite Front National fustigeant un "véritable scandale".

Mardi, Jacques Prost a de nouveau défendu le choix du groupe, expliquant que la fabrication de "ce type de voiture ne peut se faire que dans ce type d'usine".

"Encore une fois, il faut trouver des clients, et au bon prix. (...) Mais, vous le savez, depuis (l'inauguration) il y a eu quand même un grand engagement de Renault dans le plan compétitivité en France qui permet d'apporter un peu plus de sérénité au débat", a-t-il ajouté.

Le salaire mensuel moyen évoqué au moment de l'inauguration de Renault-Tanger était de 250 euros, soit moitié moins que celui de l'usine roumaine de Pitesti, arrivée à saturation.

"Un opérateur de 24-25 ans formé chez nous touche 15% de plus par rapport au salaire moyen de la région", a déclaré mardi Tunç Basegmez, le directeur du site.

Cette usine est aussi d'une importance vitale pour le Maroc.

"C'est tout un tissu de fournisseurs qui se structure", et "c'est toute une région qui est maintenant dynamisée", s'est félicité le ministre marocain de l'Industrie. A son arrivée, Renault avait évoqué la création de 30.000 emplois indirects au total.

L'effet est également bénéfique pour la balance commerciale du royaume, mal au point.

Enfin, "la présence de Renault nous a permis de nous inscrire dans la carte de l'automobile à l'international", a relevé Abdelkader Amara qui, en janvier dernier, avait évoqué des discussions avec deux autres grands constructeurs, dont l'Indien Tata.

Mardi, il a émis l'espoir que ces "pourparlers" aboutissent "dans les années à venir".
Source: http://actu.orange.fr/economie/maroc-renault-inaugure-la-phase-ii-de-son-usine-low-cost-afp_2603950.html


Pour mémoire, en 2010 le PCF 78 a publié un dossier sur Renault et sur la stratégie de délocalisation et d'abandon du territoire national par le constructeur: http://78.pcf.fr/sites/default/files/renauldossier_idf_0.pdf
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 09 Déc 2014, 13:10

Une excellente initiative de Renault, société détenue en partie par l'Etat français... Il y a en effet bon espoir que grâce au recours à des salariés low-cost indiens ou marocains, Renault puisse proposer  aux clients français des voitures à bas coûts que ceux-ci pourront acheter grâce à leurs indemnités chômage ou à leur retraite figée...



"Le constructeur étudie le lancement d’une gamme de quatre petits modèles à très bas coûts dont le premier sera lancé cet été en Inde aux alentours de 3.500 euros. Une décision doit être prise début 2015 pour un lancement en Europe avec une production à Tanger, au Maroc.
---/---
Ces débats ont un air de déjà vu . En juin 2004, lorsque Louis Schweitzer présente la Logan, Renault annonce alors une « gamme de véhicules entièrement conçue pour être d’abord commercialisée hors d’Europe occidentale ». Dix ans plus tard, Dacia est un succès sur le Vieux Continent, et affiche la plus forte progression des marques en France, sur fond de crise économique.
"



Demain la volkwasgen, la voiture du Peuple, sera indienne ou marocaine...





Les Echos a écrit:
Renault lance l’acte II de son offensive dans le low cost
Maxime Amiot / Journaliste | Le 08/12 à 19:21, mis à jour à 20:31

Le constructeur étudie le lancement d’une gamme de quatre petits modèles à très bas coûts dont le premier sera lancé cet été en Inde aux alentours de 3.500 euros. Une décision doit être prise début 2015 pour un lancement en Europe avec une production à Tanger, au Maroc.

C’est la seconde étape du pari de Renault dans le low cost. Dix ans après avoir lancé la Logan, le constructeur étudie la commercialisation de non pas une, mais quatre voitures « ultra-low cost », à des prix démarrant autour de 3.500 euros dans certains pays émergents. Une offensive basée sur une nouvelle plate-forme, commune avec Nissan, baptisée CMFA, qui servira de base à l’ensemble des véhicules de moins de quatre mètres des deux constructeurs.

Côté Renault, quatre projets sont, selon nos informations, à l’étude : une tricorps (à coffre), une hatchback (à hayon), un SUV et une voiture sept places (cinq places avec deux places exigües à l’arrière). Certains de ces projets nécessitent encore le feu vert de Carlos Ghosn.



Une commercialisation en Europe étudiée

Ce déploiement se veut d’abord centré sur les pays émergents, au pouvoir d’achat limité. Commercialisé en Inde cet été, le premier modèle, une citadine, sera lancé à un prix démarrant autour de 250.000 roupies, indiquent deux sources, soit un peu moins de 3.500 euros au cours actuel (conversion qui bénéficie toutefois de la baisse de l’euro ces derniers mois).

Produite dans l’usine indienne de Chennai, et pilotée par un centre d’ingénierie commun à Renault et Nissan, le projet se veut un concentré du savoir de Renault en matière de frugalité (équipements limités, robustesse..). Une compétence qui n’est pas low cost dans un pays comme l’Inde. L’objectif : permettre à Renault, dont 80 % des ventes sur place sont constituées par le Duster, de se positionner sur les voitures de moins de quatre mètres. Celles-ci forment le gros du marché du fait de la fiscalité locale - jusqu’à 30 % de taxe au delà de cette longueur-.

Autre région cible, l’Amérique du Sud, où les pays comme le Brésil et l’Argentine, sont en tête de liste. Reste la question de l’Europe, qui fait l’objet d’une étude spécifique. Une décision doit être prise par le management début 2015. En cas de feu vert, la production se fera sur le site marocain de Tanger, sur lequel sont aujourd’hui assemblés la Sandero, le Lodgy, et le Dokker, et qui ne tourne pas à plein. Si les futurs modèles pourraient bénéficier à plein de la compétitivité de Tanger (coûts salariaux, zone franche), une commercialisation en Europe nécessiterait une adaptation aux standards européens (sécurité, normes environnementales...), ce qui ferait naturellement gonfler le prix.

Ces débats ont un air de déjà vu . En juin 2004, lorsque Louis Schweitzer présente la Logan, Renault annonce alors une « gamme de véhicules entièrement conçue pour être d’abord commercialisée hors d’Europe occidentale ». Dix ans plus tard, Dacia est un succès sur le Vieux Continent, et affiche la plus forte progression des marques en France, sur fond de crise économique. « Quand on voit le poids du marché de l’occasion, on se dit qu’il y a de la place pour une offre de voiture neuve, sous garantie, à 5.000 à 6.000 euros » juge une autre source.



Une équation économique complexe

Tout dépendra au final de l’équation économique. Si jusqu’ici, la rentabilité des modèles low cost de Renault devait beaucoup au fait d’utiliser une plate-forme unique et déjà amortie - baptisée M0 -, la base CMFA exige de nouveaux investissements - moteurs, composants... - qu’il faudra amortir. Renault peut certes compter sur son allié Nissan pour amortir les coûts. Il n’empêche. Ciblée sur des voitures plus petites, vendues à des prix plus faibles et adressant un marché moins important en Europe - les segments A et d’entrée de B sont des marchés de deuxième voiture notamment-, l’offensive s’annonce encore plus complexe que la génération actuelle de modèles low cost.
Source: http://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/0204000760623-renault-lance-lacte-ii-de-son-offensive-dans-le-low-cost-1072821.php?uZHuVFro8JjrVYWS.99
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 15480
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 09 Déc 2014, 23:44

Les Français achètent du "low coast" tout simplement parce qu'en raison de leur situation économique ils ne peuvent plus se payer des voitures moyennes et encore moins de luxe.

L'action conjuguée d'une gestion politico économique lamentable et les initiatives des écolos punitifs finiront bien par leur ôter toute envie et même tout moyen de se déplacer.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 11:48

Renault, société française dont l'Etat détient 15% du capital, va sortir un nouveau modèle et embaucher pour produire celui-ci mais...... en Espagne....

A l'heure où Renault allège ses effectifs en France et où plus de 3,5 millions de salariés de droit français crèvent sans avenir à Pole emploi, ce chiffre ne faisant hélas que progresser, on peut s'étonner que le gouvernement n'ait rien fait pour que ces embauches se fassent en France....

Peut-être un début d'explication:



"Les usines espagnoles sont souvent citées comme plus productives et flexibles que les sites français. C'est d'ailleurs aussi vrai pour PSA. Le coût salarial horaire tourne autour de 22 euros, contre plus de 35 euros en France. Renault a signé dès 2012  un accord de compétitivité majeur en Espagne, qui a servi de modèle à celui signé l'an dernier en France. En contrepartie de ces accords, la direction s'était engagée à augmenter de 40% la production de l'usine de Palencia. Sur les sites de Valladolid et de Séville, (mécanique), Renault avait promis une hausse de 30%."




Challenges a écrit:
Le Renault Kadjar sera produit... en Espagne
Par Alain-Gabriel Verdevoye

Publié le 26-01-2015 à 17h48

Le nouveau "SUV" compact du constructeur français sera fabriqué à Palencia. Le petit Captur est produit pour sa part à Valladolid.

Le PDG Carlos Ghosn présentera lundi 2 février dans l'après-midi le nouveau "SUV" compact de Renault, dont il dévoile ce jour le nom : Kadjar.  Ce "Crossover" de la famille Mégane doit arriver en mai prochain sur le marché. Partageant ses dessous avec le Qashqai de Nissan, l’allié japonais de Renault (plate-forme "CMF"), ce "SUV" sera fabriqué en Espagne, plus exactement à Palencia.
1.250 embauches en Espagne

Pour l'industrialisation de ce "SUV", puis de la remplaçante de la berline compacte Mégane, qui y sera également produite, Renault a lancé un programme d’embauche de 800 personnes à Palencia, qui emploie 1.750 salariés. La nouvelle berline Mégane arrivera, elle, fin 2015-début 2016. Le dérivé monospace Scénic, prévu pour la mi-année, sera, lui, fabriqué en France, à Douai (Nord).

Renault cartonne dans ses usines espagnoles En attendant un grand frère, le petit "SUV" Captur marche tellement bien que Renault a accru l’an dernier à deux reprises les capacités de production… à Valladolid cette fois, pour passer d'une production initiale de 3.500 voitures par semaine à 5.600. Soit 270.000 environ en rythme annuel. Au passage, Renault a embauché 450 personnes de plus à Valladolid, qui en employait jusqu’ici 2.440 dans la production de véhicules et 1.800 dans les ateliers de mécanique. L’usine du Captur tourne en deux équipes plus une équipe de nuit.



Offensive tardive sur un créneau en vogue

Les usines espagnoles sont souvent citées comme plus productives et flexibles que les sites français. C'est d'ailleurs aussi vrai pour PSA. Le coût salarial horaire tourne autour de 22 euros, contre plus de 35 euros en France. Renault a signé dès 2012  un accord de compétitivité majeur en Espagne, qui a servi de modèle à celui signé l'an dernier en France. En contrepartie de ces accords, la direction s'était engagée à augmenter de 40% la production de l'usine de Palencia. Sur les sites de Valladolid et de Séville, (mécanique), Renault avait promis une hausse de 30%.

Renault passe enfin à l’offensive sur un créneau en vogue… et ce,  alors que le Nissan Qashqai est apparu en 2007. Les "SUV" cartonnent dans le monde. C’est le segment qui progresse le plus. Ils pesaient 23% du marché auto français l’an dernier. Contre 19% en 2013… et à peine 10% il y a quatre ans ! En Europe occidentale, ils s’octroient 21% du marché.
Source: http://www.challenges.fr/automobile/20150126.CHA2519/le-renault-kadjar-sera-produit-en-espagne.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 15480
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 18:25

Je constate que la "productivité supérieure du personnel français" dont durant des dizaines d'années on s'est gargarisé et qui était considérée comme une évidence commence à ne plus être une vérité première...
Ceci joint au cout horaire de la main d'œuvre nationale record (même les Allemands sont moins chers que nous) explique sans doute nos difficultés.

Lorsque l'on comprendra qu'une entreprise ne fonctionne pas avec des taxes qui changent tous les quatre matins et des subventions aléatoires distribuées à des affaires dans le coma mais parce qu'elle met à la disposition d'un client un produit dont il a besoin à un prix qu'il est prêt à payer, nous aurons fait un grand progrès dans la compréhension du monde du commerce y compris international.

Exemple : nous sommes infoutus de vendre des voitures "haut de gamme" il n'y a parait il pas de marché... comment font BMW, Mercedes ou Audi ?
Revenir en haut Aller en bas
vieux-breton

avatar

Messages : 3097
Date d'inscription : 08/07/2010
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 18:32

Pour rejoindre ce qu'écrit tonton christobal, on voit bien que les taxes et divers procédés ne sont pas la panacée, dans le conflit des routiers qu'il y a en ce moment, les patrons ne veulent pas augmenter les salaires pour ne pas perdre leur avantage sur les bas salaires.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 18:38

Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 15480
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 22:37

Le produit me convient il ? est il dans mes moyens ? quel est le meilleur rapport qualité prix ?

Finalistes : Ford, SEAT et VW

Résultat des courses : mon épouse achète une Polo...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13238
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 22:46

tonton christobal a écrit:
Résultat des courses : mon épouse achète une Polo...

Elle achète donc une voiture "allemande" fabriquée dans l’usine Volkswagen de Pampelune en Espagne alors que si elle avait acheté une Twingo "française" celle-ci aurait été produite dans l'usine Renault de Novo Mesto en Slovénie...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 15480
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 22:53

a.nonymous a écrit:


Elle achète donc une voiture "allemande" fabriquée dans l’usine Volkswagen de Pampelune en Espagne alors que si elle avait acheté une Twingo "française" celle-ci aurait été produite dans l'usine Renault de Novo Mesto en Slovénie...

Normal il faut être européen !

Désolé mais la POLO est une classe au dessus de la TWINGO... Mme Tonton a des souhaits et a besoin d'un minimum automobile !

De plus elle demande et obtient sur les conseils formels de son mari un moteur 4 cylindres !

faut pas déconner ! économiquement en décadence mais tout de même...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15092
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 28 Jan 2015, 01:19

tonton christobal a écrit:
Le produit me convient il ? est il dans mes moyens ? quel est le meilleur rapport qualité prix ?

Finalistes : Ford, SEAT et VW

Résultat des courses : mon épouse achète une Polo...

Est-il au diésel? Peugeot y a laissé des plumes, et Renault du goudron dans des plans marketing inadaptés.
Comme on a déjà évoqué cet aspect des choses, on n'a pas à y revenir hein?
Revenir en haut Aller en bas
 
Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un retraité se voit supprimer sa pension au motif... qu’il est mort"!
» Dictionnaire des métiers : comment supprimer définitivement un métier ?+bonus ;-)
» Bibliothécaire territorial : postes limités ?
» Supprimer un favori
» Personnage sans nom impossible a supprimer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: