Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120),
la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 14148
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 15 Jan 2013, 19:49

Rappel du premier message :

Alors que Renault construit des usines à l'étranger, le constructeur s'apprête à licencier 7500 personnes en France....

Citation :
15/01/2013 à 16:54
Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016

La direction de Renault a annoncé mardi aux syndicats qu'elle prévoyait de supprimer 7.500 postes en France d'ici à fin 2016, avec notamment 5.700 départs naturels (retraite), soit plus de 15% des effectifs actuels, a indiqué à l'AFP une porte-parole du constructeur.

Outre les 5.700 départs naturels non renouvelés prévus entre 2013 et 2016, la direction envisage 1.800 départs supplémentaires en prolongeant et élargissant le dispositif sur les carrières spécifiques, mais elle le soumet à un accord préalable avec les syndicats, selon la porte-parole de Renault.

La direction indique qu'elle prévoit ainsi d'élargir la dispense d'activité des carrières spécifiques (DACS), qui accompagne certains salariés en fin de carrière, à tous les collaborateurs, quel que soit leur statut et sans critère de pénibilité.

Jusqu'à présent ce dispositif de retraite anticipée était soumis à des critères d'âge (trois ans avant la date légale de départ à la retraite), de pénibilité et de métiers. Il prévoit une suspension de contrat rémunérée à 75% du salaire.

"Si un accord était signé avec les organisations syndicales, ce redéploiement des effectifs ne nécessiterait ni fermeture de site, ni plan de sauvegarde de l'emploi, ni plan de départ volontaire", a indiqué Gérard Leclercq, directeur des opérations France, à l'issue d'une nouvelle réunion avec les syndicats sur la compétitivité.

Ces redéploiements permettraient de "réaliser des recrutements sur les compétences critiques", indique Renault dans un communiqué sans chiffrer le nombre d'embauches envisagées.

"Dans la perspective d'une restauration progressive du marché européen, la mise en place d'un tel accord permettrait ainsi d'avoir une croissance de la production en France plus soutenue que celle du marché européen", explique Renault dans un communiqué.

La baisse des effectifs, qui sont aujourd'hui de 44.642 en France, contribuerait à une économie sur les frais fixes de l'ordre de 400 millions d'euros, selon Renault, et lui permettrait de "retrouver des marges de manoeuvre pour investir et développer ses activités", ajoute la direction.

Renault, qui vient de signer un accord de compétitivité majeur en Espagne, espère sceller un accord similaire en France dans les prochaines semaines. Ces accords censés ajuster travail et salaires à la conjoncture en contrepartie du maintien de l'emploi se multiplient dans l'automobile dont les ventes sont en berne en Europe de l'Ouest.
Source: http://actu.orange.fr/france/renault-prevoit-de-supprimer-7-500-postes-en-france-d-ici-fin-2016-afp_1300052.html

A force de donner du travail aux salariés d'autres pays il n'y en a plus pour les salariés français et les militants communistes de Renault avaient donc bien raison quand ils dénonçaient dès 2011 la délocalisation de la production...

PCF a écrit:
Le constat est accablant et accusateur pour le patronat de l’automobile.

Trois chiffres suffisent à résumer la situation. En cinq ans, la production annuelle nationale est passée de 3,2 millions de véhicules à 2 millions environ aujourd'hui. Sur la même période, l'Allemagne a maintenu sa production nationale à 5,3 millions de véhicules.

Autre signe des conséquences de leurs politiques : l'évolution de la balance commerciale de l'automobile. Excédentaire de 12 milliards d'euros en 2004, elle affichait un déficit de plus de 4 milliards en 2009. Non seulement la France exporte moins avec la baisse de sa production mais, en plus, les constructeurs nationaux ont délocalisé les productions partiellement pour la "207" et la "Clio", voire totalement pour les "Twingo" produites en Slovénie et les "C1" et "107" "made in Slovaquie".

Enfin, entre 2005 et 2009, 40 000 postes ont été globalement supprimés en France par Renault et PSA, soit un recul de 20 % des effectifs. Ce recul est encore plus marqué pour les salariés des équipementiers car le patronat, lui aussi, s’est organisé parallèlement pour délocaliser.

RENAULT à la pointe d'une politique de désengagement du territoire national.

Depuis les années 2000, les gammes "Clio", "Twingo" ont été délocalisées en Europe de l'Est et en Turquie. En 2006, le "Koléos" est réimporté de Corée avec un risque pour le futur haut de gamme à l’image de la "Latitude" faite en Corée et réimportée en France et en Europe.

Parallèlement RENAULT organise avec les grands équipementiers leur délocalisation vers les mêmes sites. Le mouvement touche à la fois les usines d'assemblage et également les usines de mécanique et de motorisation, ainsi que les fonderies comme Cléon, Lorient, les roulements à billes SNR ou les transmissions comme au Mans.

Dans le même temps, s'y est ajouté le développement de la marque "Logan" qui, dans les faits, contrairement à ce qui était prétendu, visait d'abord la réimportation en Europe de l'Ouest et non les marchés intérieurs à l'Est.

Il est important de distinguer la différence entre s'internationaliser pour réimporter ou pour vendre sur les marchés sur place. Si par exemple Avtovaz en Russie correspond à ce dernier cas, il n'en est pas de même pour Pitesti en Roumanie, pour Busan en Corée et la construction de l'usine de Tanger (Maroc), prévue pour produire à terme 400 000 véhicules. C'est bien la preuve qu'il ne s'agit pas d'une conquête de nouveaux marchés mais d'une stratégie de délocalisation des fabrications destinées à être réimportées en France et en Europe de l’Ouest, les marchés historiques et plus que jamais premiers marchés de Renault.
Source: http://78.pcf.fr/9497
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Libellule



Messages : 15080
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 14:19

tonton christobal a écrit:
Le produit me convient il ? est il dans mes moyens ? quel est le meilleur rapport qualité prix ?

Finalistes : Ford, SEAT et VW

Résultat des courses : mon épouse achète une Polo...

Est-il au diésel? Peugeot y a laissé des plumes, et Renault du goudron dans des plans marketing inadaptés.
Comme on a déjà évoqué cet aspect des choses, on n'a pas à y revenir hein?
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18217
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 14:29

Libellule a écrit:


Est-il au diésel? Peugeot y a laissé des plumes, et Renault du goudron dans des plans marketing inadaptés.
Comme on a déjà évoqué cet aspect des choses, on n'a pas à y revenir hein?

j'ai l'habitude d'aller et de revenir à ma guise sans demander de permission !
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

Libellule

Messages : 15080
Date d'inscription : 23/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 14:30

Ben oui, comme tout le monde sur ce forum, quoi Smile
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14148
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 14:31

La question n'est pas celle du carburant, tous les constructeurs produisent des diesels dans leurs toutes leurs usines, mais celle du coût de revient en fonction du pays de fabrication...

Renault, société française dont l'Etat est actionnaire, produit désormais en Roumanie, en Slovénie, en Espagne, au Maroc les voitures qui seront commercialisées en France et ça c'est juste inadmissible alors que notre pays compte 3.5 millions qui crèvent à Pole emploi...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18217
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 14:31

-


Dernière édition par tonton christobal le Mar 27 Jan 2015, 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4234
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 14:38

a.nonymous a écrit:
La question (est) celle du coût de revient en fonction du pays de fabrication...

C'est vrai que tous ceux qui ont dit si longtemps qu'il n'y a pas de problème de cout du travail (ni de charges sociales ni d’impôts) en France, on aimerait qu'ils nous expliquent l'exemple des usines automobiles.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18217
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 14:52

Si Renault vendait en France que des véhicules fabriqués chez nous... j'imagine sans peine la dégringolade du chiffre d'affaires.

Peugeot est le seul a avoir maintenu une production nationale et il a failli en crever.
Revenir en haut Aller en bas
mamiea

mamiea

Messages : 4291
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 71
Localisation : Fontenay sous Bois

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 14:56

Libellule a écrit:


Est-il au diésel? Peugeot y a laissé des plumes, et Renault du goudron dans des plans marketing inadaptés.
Comme on a déjà évoqué cet aspect des choses, on n'a pas à y revenir hein?
Diesel ou essence là n' est pas le problème mais dans le fabriqué Français (particulièrement Peugeot) quand tous les concurrents délocalisent la production de modèles bas de gamme (voir Renault avec Dacia).
On ne va pas revenir sur le fait que nos constructeurs nationaux auraient pu être les premiers au monde sur les modèles hybrides et ce il y a plus de trente ans, là aussi une erreur industrielle.
Je ne parle même pas des modèles électriques.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14148
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 27 Jan 2015, 15:17

salamandre a écrit:
C'est vrai que tous ceux qui ont dit si longtemps qu'il n'y a pas de problème de cout du travail (ni de charges sociales ni d’impôts) en France, on aimerait qu'ils nous expliquent l'exemple des usines automobiles.

C'est assez simple, il suffit de regarder déjà les salaires minimum:

France 1 457 Euros
Slovénie 789
Espagne 752
Slovaquie 352
Maroc 222
Roumanie 205

Et comme la concurrence ne doit pas être faussée et que les appels d'offres doivent être européens les états ne peuvent pas aider leurs industries respectives...

Après il faut peut-être s'interroger sur la profession de ceux qui nous serinent qu'il n'y pas de problème de coût du travail allant même parfois jusqu'à qualifier de xénophobes ceux qui craignent pour leur emploi...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14148
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 16 Avr 2015, 01:19

L'état renforce ses positions dans Renault...

Action tactique en vue de la prochaine assemblée générale des actionnaires ou action stratégique à plus long terme ?



"En renforçant son poids dans le groupe, l’Agence des participations de l’Etat veut bloquer lors de l’Assemblée générale qui aura lieu le 30 avril, l’adoption d’une résolution interdisant les droits de vote double, imposée aujourd’hui par la loi Florange adoptée en mars 2014 afin de renforcer l’actionnariat de long terme."




http://www.lemonde.fr a écrit:
Après l’augmentation de l’Etat dans son capital, Renault prépare sa réaction

Le Monde.fr | 16.04.2015 à 00h35 | Par Philippe Jacqué

Jouer l’apaisement ou contre-attaquer ? Carlos Ghosn, le PDG de Renault, doit dévoiler jeudi 16 avril son sentiment sur l’augmentation surprise de l’Etat au capital de l’ex-Régie le 8 avril. Le patron a convoqué un conseil d’administration extraordinaire pour évoquer l’« évolution de la composition de l’actionnariat et conséquences sur l’alliance », dévoilait mercredi soir Les Echos.

C’est peu dire que l’achat de 4,73 % de l’Etat pour monter à près de 20 % du capital du constructeur a été mal vécu chez Renault. En renforçant son poids dans le groupe, l’Agence des participations de l’Etat veut bloquer lors de l’Assemblée générale qui aura lieu le 30 avril, l’adoption d’une résolution interdisant les droits de vote double, imposée aujourd’hui par la loi Florange adoptée en mars 2014 afin de renforcer l’actionnariat de long terme.



Equilibre des deux actionnaires rompu

Reste qu’en renforçant son poids, l’Etat a rompu un équilibre historique avec l’autre actionnaire de référence de Renault, son allié Nissan, qui détient 15 % du constructeur français, mais n’a pas droit de voter. Renault détenant 44,3 % du constructeur japonais, ce dernier ne peut pas prendre part au vote, ce qui pourrait l’assimiler à de l’autocontrôle.

En rompant l’équilibre des deux actionnaires, l’Etat a mécontenté Nissan, qui assure depuis une dizaine d’années l’essentiel des bénéfices de Renault. Du coup, ce dernier, également présidé par Carlos Ghosn, pourrait réclamer d’exercer ses droits de votes, afin de bloquer l’Etat.

Pour y arriver, il faudrait que Renault repasse sous les 40 % du capital de Nissan. « Renault doit vendre quelques pourcents de Nissan afin de passer sous le seuil de 40 % », explique un administrateur. Nissan peut également organiser une augmentation de capital afin de diluer le constructeur français. « Ce serait assimilé à une déclaration de guerre », juge cet administrateur. Il faut voir ce que décidera Carlos Ghosn, agacé d’avoir appris au tout dernier moment l’augmentation de l’Etat au capital de Renault, qui est désormais à la manœuvre.

   Philippe Jacqué
   Rédacteur au service économie (automobile et transport)
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/04/16/apres-l-augmentation-de-l-etat-dans-son-capital-renault-prepare-sa-reaction_4616642_3234.html#ZAOIdsRm0RG01w2D.99
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14148
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 04 Jan 2018, 10:19

2018

Dacia Sandero produite en Roumanie pour la France mais Renault Sandero produite dans l'usine Renault de Curitiba pour le Brésil.....


Citation :
La Dacia Sandero devient numéro 1 des ventes aux particuliers en France
03/01/2018 à 13h07

La fin de l'hégémonie du diesel n'est pas le seul changement notable en France sur le marché du neuf dans l'automobile. Dacia est aussi parvenu, pour la première fois de son histoire, à placer l'un des ses modèles en tête des voitures neuves les plus achetées par les particuliers. C'est ce que révèle le classement 2017 dévoilé par le cabinet AAAData. La Sandero -une citadine dont le modèle de base coûte 8.000 euros- passe devant deux modèles vendus au minimum 13.000 euros: la Peugeot 208 et la Clio IV.

54.833 exemplaires de ce modèle low cost produit par la filiale roumaine du groupe Renault ont été vendu à des particuliers, soit une progression de 11,9% par rapport à 2016. La Peugeot 208 arrive en seconde place, ses ventes ayant reculé de 6,7% (46.041 exemplaires) en 2017. Elle est talonnée par la Clio IV qui, elle, affiche une progression de 3,4% pour atteindre 45.207 exemplaires.

Le succès de la Sandero permet au groupe Renault de maintenir les ventes face aux concurrents. En 2017, la marque au losange n’a progressé que de 2% soit deux fois moins que le marché qui lui a grimpé de 4,7%. De son côté, les ventes de Dacia ont augmenté de 6%, soit plus d’un point au-dessus du marché.

Sur BFMBusiness, Philippe Buros, directeur commercial France de Renault, explique qu'avec la Sandero, Dacia répond parfaitement à la demande des consommateurs qui en ont "vraiment pour leur argent". C'est une voiture sans "superflue" qui offre "juste ce qu’il faut pour voyager d’un point A à un point B". En effet, l'entrée de gamme de ce modèle ne dispose ni de lève-vitre électrique, ni d'autoradio et ses éléments proviennent des anciennes générations de Renault.
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/la-dacia-sandero-devient-numero-1-des-ventes-aux-particuliers-en-france-1340665.html


Dernière édition par a.nonymous le Mar 20 Nov 2018, 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18217
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Jeu 04 Jan 2018, 11:04

vive l'Europe !

Pour ce qu'il en est des Français... comme on fait son lit on se couche.
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4234
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Lun 19 Nov 2018, 12:37

Au Japon, on ne plaisante pas avec la fraude fiscale et "autres malversations". Hallucinant, vu de France : c'est l'entreprise qui dénonce son PDG !
Mais que fait Renault (dont l’État français est actionnaire à 15%) ?

Renault-Nissan : Carlos Ghosn arrêté au Japon après des soupçons de fraude fiscale

Le président de l’alliance Renault-Nissan est soupçonné d’avoir dissimulé une partie de sa rémunération au fisc japonais. Nissan va proposer son départ.

Son salaire a toujours fait jaser. Nissan a annoncé, lundi 19 novembre, que son président non exécutif, Carlos Ghosn, a « pendant de nombreuses années déclaré des revenus inférieurs au montant réel ». Le groupe a en outre fait savoir que « de nombreuses autres malversations ont été découvertes, telles que l’utilisation de biens de l’entreprise à des fins personnelles ». En conséquence, son conseil d’administration proposera que M. Ghosn, qui a été arrêté lundi matin à Tokyo, quitte rapidement son poste de président.

Ces annonces viennent confirmer des informations du quotidien japonais Asahi Shimbun, qui précisait plus tôt dans la matinée que le PDG de Renault était interrogé lundi matin par le parquet de Tokyo pour violation présumée de la réglementation japonaise sur les instruments financiers et les changes. Carlos Ghosn a été placé en détention à l’issue de cet interrogatoire.

Selon le quotidien nippon, le patron de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi est soupçonné d’avoir minoré une partie de sa rémunération, issue de l’achat et de la vente d’actions. La somme pourrait concerner plusieurs centaines de millions de yens (centaines de milliers d’euros). Le chef d’entreprise a accepté de collaborer avec la justice, assure l’Asahi Shimbun.

Lundi matin, les investisseurs ont immédiatement réagi à cette annonce. En Allemagne, le titre Nissan a dévissé de 11,3 % dans les minutes qui ont suivi les premières informations, encore parcellaires. A la Bourse de Paris, l’action Renault a, elle, chuté de 12 %. La valeur boursière du constructeur français a perdu plus de 1 milliard d’euros, pour revenir à 17,9 milliards d’euros, son plus bas niveau depuis janvier 2005. En six mois, la capitalisation du groupe tricolore a diminué d’un tiers.
(..)
https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/11/19/renault-nissan-carlos-ghosn-soupconne-de-fraude-fiscale_5385455_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18217
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 20 Nov 2018, 13:24

si ghosn va au trou ça fait 3 postes à pourvoir !
Revenir en haut Aller en bas
thierry

thierry

Messages : 1116
Date d'inscription : 03/03/2013

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 20 Nov 2018, 17:02

Visiblement Gosn nest pas poursuivi pour fraude fiscale mais pour défaut de déclaration à la bourse de Tokyo

On sait que Nissan ne supporte plus d'être dirigé par Renault qui est 2 fois plus petit. D'où un probable coup monté.

Et comme d'habitude en France on tape sur le dirigeant Renault.

Comme d'habitude on préfère les perdants aux gagnants
Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4234
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 20 Nov 2018, 20:01

Défaut de déclaration ?
"Selon Nissan, M. Ghosn a dissimulé au fisc japonais et aux actionnaires de Nissan, et donc à Renault, le premier d’entre eux, la moitié de sa rémunération locale, évaluée à 39 millions d’euros pour les années allant de 2010 à 2015."
https://www.lemonde.fr/entreprises/article/2018/11/20/arrestation-de-carlos-ghosn-le-conseil-d-administration-de-renault-n-a-ete-ni-curieux-ni-courageux_5386083_1656994.html

On verra bien ce qu'en pense la justice au Japon, vous avez raison il est trop tôt pour conclure. Soupçonner la justice de contribuer à un coup monté, laissons cela à Mélenchon.
Dans l'article cité, Proxinvest se plaint de "l’opacité entourant la rémunération des dirigeants de Renault." Et il est reproché au Conseil d'administration de Renault de ne pas avoir fait son travail. La collusion entre dirigeants et conseil d'administration (surtout nommé par le PDG) est un sujet sérieux, y compris pour le montant des rémunérations.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 14148
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mar 20 Nov 2018, 21:14

Citation :
L’adoption du salaire de Carlos Ghosn, PDG de Renault, est devenue une formalité

Par Éric Béziat Publié le 16 juin 2018

Pour Renault, les assemblées générales se suivent mais ne se ressemblent pas. Vendredi 15 juin, c’est dans un climat apaisé que les actionnaires du premier groupe automobile français, réunis au Palais des congrès de la porte Maillot, à Paris, ont reconduit pour quatre ans le mandat de Carlos Ghosn, en tant que PDG de la firme au losange, et approuvé sa rémunération au titre de 2017 et de 2018. Un actionnaire a bien interpellé le président Ghosn, lors de la séance de questions, mais c’était pour réclamer que celui-ci parle des voitures à hydrogène plutôt que des véhicules à batteries.

Le climat était fort différent de celui des assemblées générales de 2017, 2016 et 2015, lorsque le salaire du patron de Renault mais aussi, à l’époque, de Nissan et de l’Alliance des deux entreprises, déclenchait un tollé dans l’opinion publique et faisait l’objet d’un bras de fer avec l’Etat français, son premier actionnaire. Celui-ci a refusé plusieurs années de suite de voter la rémunération du « big boss » de la firme au losange. La controverse avait même poussé le gouvernement à renforcer l’arsenal législatif sur la gouvernance des sociétés, rendant obligatoire le vote de l’assemblée générale des actionnaires (et plus seulement du conseil d’administration) sur les éléments de rémunération des principaux dirigeants d’entreprise.

Bercy a donc voté la rémunération de Carlos Ghosn au titre de l’année en cours, et par voie de conséquence, l’assemblée générale a approuvé à une forte majorité (87,89 %) les éléments de salaire pour 2018. En revanche, l’Etat n’a pas voté la rémunération 2017, conservant une cohérence avec sa décision de l’an dernier.

Les actionnaires de Renault ont donc entériné à une courte majorité de 56,5 % le versement de 7,4 millions d’euros à Carlos Ghosn au titre de l’année 2017, qui se sont ajoutés aux 9,2 millions d’euros touchés au titre de ses fonctions chez Nissan.

Pourquoi un tel changement d’ambiance ? En premier lieu parce que le salaire versé l’an prochain à Carlos Ghosn sera réduit fortement, d’environ 30 %. C’est certes la conséquence logique de la montée en puissance de Thierry Bolloré, nommé directeur général adjoint du groupe au losange le 15 février dernier, soit numéro deux du groupe, mais cela atténue considérablement les crispations.

Et puis, les relations de Renault avec l’Etat actionnaire se sont apaisées. Elles étaient électriques, il y a quelques années. M. Ghosn et Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie, s’étaient accrochés, en 2015, sur la question de l’influence de la puissance publique au sein de l’ex-régie nationale.

Depuis plusieurs mois, les signes de bonne entente se sont multipliés, sur le dossier GM & S, par exemple, cette usine de composants automobiles dans la Creuse qu’il a fallu sauver de la faillite, ou, tout récemment, sur cette annonce d’un investissement de plus de 1 milliard d’euros d’ici à 2022 dans les usines françaises afin d’y développer un pôle industriel national du véhicule électrique.

L’Etat a besoin de l’homme fort de Renault. Ce dernier a promis de mettre à profit ses quatre années supplémentaires à la tête du groupe pour renforcer l’alliance avec Nissan et Mitsubishi, et garantir ainsi la pérennité de l’édifice qu’il a bâti, une fois qu’il aura pris sa retraite.

« Nous avons déjà bien progressé dans cette réflexion. On arrivera à converger assez vite », assurait-il dans une interview au Figaro publiée au matin de l’assemblée générale. Le mandat de M. Ghosn court sur quatre ans, mais le dirigeant souhaite que la gouvernance future de l’Alliance soit annoncée « bien avant la fin du mandat, et même plutôt au début ».

Le sujet d’une intégration plus poussée entre Renault et Nissan reste sensible, en France comme au Japon. Renault possède 43,4 % de Nissan, qui détient à son tour 34 % de Mitsubishi et 15 % de Renault, mais sans droits de vote dans les décisions de son partenaire français. « Quel que soit le schéma final, il sera agréé par les conseils de chaque entreprise, ajoutait Carlos Ghosn dans Le Figaro. Rien ne se fera dans le dos de l’une ou l’autre, ou d’un actionnaire ou d’un autre. »

Éric Béziat
https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/06/16/l-adoption-du-salaire-de-carlos-ghosn-pdg-de-renault-est-devenue-une-formalite_5316216_3234.html

Revenir en haut Aller en bas
Salamandre

Salamandre

Messages : 4234
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Mer 06 Fév 2019, 22:24

Scènes de la vie extraordinaire en banlieue

Citation :
Les doutes de Renault sur le mariage de Carlos Ghosn au château de Versailles
Publié le 06/02/2019
Renault a découvert que la location du Trianon à Versailles pour la fastueuse réception avait été affectée au contrat de mécénat signé par le groupe, ce qui pourrait constituer un abus de bien social. Le constructeur envisage de faire un signalement au parquet.

C'était le samedi 8 octobre 2016, à Versailles. Carlos et Carole Ghosn célébraient leur mariage. Château de Versailles, Grand Trianon, costumes d'époque, des invités venant du monde entier: l'événement avait marqué par son faste. Ce mariage refait aujourd'hui parler de lui. Du moins son financement.

Renault vient de découvrir que l'établissement public du Château de Versailles avait affecté cette location sur le contrat de mécénat, signé peu de temps auparavant, par Renault. Or, «il ne fait aucun doute qu'il s'agissait d'un événement totalement privé qui n'a aucun lien avec le mécénat de Renault», constate une source proche du dossier. Cette location pourrait constituer un abus de bien social de la part de Carlos Ghosn.
(..)
http://www.lefigaro.fr/societes/2019/02/06/20005-20190206ARTFIG00326-les-doutes-de-renault-sur-le-mariage-de-carlos-ghosn-au-chateau-de-versailles.php

C'est fou le temps que ça prend de vérifier les comptes, en France. Par contre, ça semble beaucoup plus rapide après démission du PDG.
Le parquet, s'il est saisi, pourrait aussi avoir quelques questions à poser aux responsables de l'établissement public du Château de Versailles, qui fait la gloire de la France.
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18217
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Ven 08 Fév 2019, 05:57

Si on fait l'historique de l'automobile française depuis quelques années il semble tout de même qu'entre ce qui ferme chez nous et ce qui se fabrique maintenant ailleurs nous perdions quelques emplois.

C'est bien de constater que des usines anglaises vont fermer en raison du brexit mais quid des usines françaises qui font de même ?

Pourtant sauf erreur de ma part nous n'avons pas fait de "franxit"...
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

tonton christobal

Messages : 18217
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   Ven 08 Fév 2019, 08:04

Salamandre a écrit:
Défaut de déclaration ?
"Selon Nissan, M. Ghosn a dissimulé au fisc japonais et aux actionnaires de Nissan, et donc à Renault, le premier d’entre eux, la moitié de sa rémunération locale, évaluée à 39 millions d’euros pour les années allant de 2010 à 2015."
https://www.lemonde.fr/entreprises/article/2018/11/20/arrestation-de-carlos-ghosn-le-conseil-d-administration-de-renault-n-a-ete-ni-curieux-ni-courageux_5386083_1656994.html

On verra bien ce qu'en pense la justice au Japon, vous avez raison il est trop tôt pour conclure. Soupçonner la justice de contribuer à un coup monté, laissons cela à Mélenchon.
Dans l'article cité, Proxinvest se plaint de "l’opacité entourant la rémunération des dirigeants de Renault." Et il est reproché au Conseil d'administration de Renault de ne pas avoir fait son travail. La collusion entre dirigeants et conseil d'administration (surtout nommé par le PDG) est un sujet sérieux, y compris pour le montant des rémunérations.

On se demande toujours comment réduire les dépenses de l'état... dès que le sujet est abordé on nous parle de policiers et d'infirmières...

Si je devais soupçonner un"coup monté" ce serait par le Japon pour remettre la main sur des entreprises à l'origine japonaises... l'administration n'étant qu'un outil au service de la politique économique. Ce qui ne met d'ailleurs pas Ghosn hors de cause pour l'utilisation personnelle des biens ou de l'argent des entreprises.

Souvent en matière juridique les opportunités inattendues sont bien utiles.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016   

Revenir en haut Aller en bas
 
Renault prévoit de supprimer 7.500 postes en France d'ici fin 2016
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Supprimer un favori
» Personnage sans nom impossible a supprimer
» Angerville-Bailleul ~ - RENAULT x BERTIN
» Comment supprimer sans histoire un membre de sa famille avec Windows ?
» démontage embrayage de tracteur renault

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne locale :: Tribune libre-
Sauter vers: