Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mer 06 Fév 2013, 01:07

Charlotte Paquet-Dumont a été victime d’un accident vasculaire cérébral fulgurant en Janvier dernier.

Veuve de René Dumont, premier candidat sous l'étiquette du mouvement écologique, à la Présidence de la République en 1974, elle œuvrait à la mémoire du grand agronome et pionnier écologiste qui a longtemps vécu à Fontenay sous Bois, et où il est mort et enterré.

Elle avait fait don, de son vivant, des archives et objets personnels de René Dumont au Musée du Vivant et au CIRE.
http://reseaumemoireenvironnement.wordpress.com/tag/rene-dumont/

Elle était venue en 2011 à Paris pour la journée d’hommage organisée par la Fondation René Dumont à AgroParisTech,
http://docpatrimoine.agroparistech.fr/

(site référent de dlm sur le forum de la ville, et dont je vous conseille la découverte, onglet par onglet)

mais sa santé l’avait empêchée d’assister en 2012 au cinquantenaire de l’édition de « L’Afrique noire est mal partie ».

Elle suivait avec attention l’hommage qui devait être rendu à René Dumont par la Ville de Paris en donnant son nom à la coulée verte.

Pour approfondir :

René Dumont sur Wikipedia France
http://fr.wikipedia.org/wiki/René_Dumont

le site de la fondation René Dumont
http://www.fondationdumont.com/1.html

un article hommage à René Dumont pour le 10ème anniversaire de sa mort
http://eelv94120.over-blog.com/article-dix-ans-deja-que-rene-dumont-premier-ecologiste-candidat-a-la-presidence-de-la-republique-nous-a-qu-82959072.html

un article sur l’exposition « Sur les traces de René Dumont, voyage écologique pour sauver la forêt laotienne
http://eelv94120.over-blog.com/article-sur-les-traces-de-rene-dumont-voyage-ecologique-pour-sauver-la-foret-laotienne-85658659.html

Et quelques autres liens

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Dumont
http://www.onf.ca/film/Rene_Dumont_lhomme-siecle/
http://www.humains-associes.org/No8/HA.No8.Lipietz.html
http://www.association4d.org/article.php3?id_article=2
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mer 06 Fév 2013, 01:18

Je ne m'adresse pas qu'à vous sur ce forum et je le redis, je n'oblige personne à cliquer sur ces liens. Je m'efforce de faire au mieux en fonction de comment j'ai envie de vous présenter des éléments en ma possession ; cette manière m'est strictement personnelle. Quant à la paix des âmes de ce couple, je peux vous rassurer, leurs âmes sont en paix.

Vous pouvez me parler de l'influence de Jean Jacques Rousseau (ma première intervention sur l'histoire locale de notre ville) sur l'écologie moderne et plus particulièrement sur René Dumont, je vous acompagnerai volontiers dans ce débat. Et promis je le ferai sans mettre de lien désormais sur ce sujet, l'essentiel y est déjà. C'est grace à ses rèveries de promeneur solitaire que nous savons qu'il a passé deux jours à Fontenay qui lui inspireront sa réflexion sur les arts et les sciences d'un point de vue éthique et humaniste.

Au delà de votre agacement, je dirais juste que le sujet étant l'histoire locale, j'ai mis la documentation qui aide à la parcourir ; ayant écrit une partie de cette documentation, je ne vois pas pourquoi je ne serais pas libre de la manière de vous la transmettre. J'aurais mis un long texte, j'aurai reçu un autre type de critiques, du type, ouah, il fait sa propagande, il nous vend sa soupe...

Je préfère la vôtre, ... qu'est-ce qu'il en met des liens... que celle qui a accompagnée le traitement du sujet sur le train sous cette même rubrique.. disant que c'était un peu court comme élément de réflexions.

Bonne lecture à ceux qui voudrons aller plus loin que vous dans leur curiosité.


PS : Contrairement aux Ami-e-s de Fontenay, je suis pour le partage d'extraits de texte que j'ai écrits.
Et ce sans réclamer des droits d'auteur. Je n'ai effectivement pas le culte de la personnalisation.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mer 06 Fév 2013, 01:56


Retour à la case départ.

Libellule a écrit:
Charlotte Paquet-Dumont a été victime d’un accident vasculaire cérébral fulgurant en Janvier dernier.

Veuve de René Dumont, premier candidat sous l'étiquette du mouvement écologique, à la Présidence de la République en 1974, elle œuvrait à la mémoire du grand agronome et pionnier écologiste qui a longtemps vécu à Fontenay sous Bois, et où il est mort et enterré.

Elle avait fait don, de son vivant, des archives et objets personnels de René Dumont au Musée du Vivant et au CIRE.
http://reseaumemoireenvironnement.wordpress.com/tag/rene-dumont/

Elle était venue en 2011 à Paris pour la journée d’hommage organisée par la Fondation René Dumont à AgroParisTech,
http://docpatrimoine.agroparistech.fr/

(site référent de dlm sur le forum de la ville, et dont je vous conseille la découverte, onglet par onglet)

mais sa santé l’avait empêchée d’assister en 2012 au cinquantenaire de l’édition de « L’Afrique noire est mal partie ».

Elle suivait avec attention l’hommage qui devait être rendu à René Dumont par la Ville de Paris en donnant son nom à la coulée verte.

Pour approfondir :

René Dumont sur Wikipedia France
http://fr.wikipedia.org/wiki/René_Dumont

le site de la fondation René Dumont
http://www.fondationdumont.com/1.html

un article hommage à René Dumont pour le 10ème anniversaire de sa mort
http://eelv94120.over-blog.com/article-dix-ans-deja-que-rene-dumont-premier-ecologiste-candidat-a-la-presidence-de-la-republique-nous-a-qu-82959072.html

un article sur l’exposition « Sur les traces de René Dumont, voyage écologique pour sauver la forêt laotienne
http://eelv94120.over-blog.com/article-sur-les-traces-de-rene-dumont-voyage-ecologique-pour-sauver-la-foret-laotienne-85658659.html

Et quelques autres liens

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Dumont
http://www.onf.ca/film/Rene_Dumont_lhomme-siecle/
http://www.humains-associes.org/No8/HA.No8.Lipietz.html
http://www.association4d.org/article.php3?id_article=2
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 650
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mer 06 Fév 2013, 03:20

merci de ne pas abuser.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plateaufontenay.net
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mer 06 Fév 2013, 03:57

Vous pouvez retirer le doublon, il est hors de question pour moi d'abuser ; il faut parfois marquer le coup, c'est fait.
Il restera votre commentaire qui se trouvera décalé ou injustifié pour le coup. Ce qui vous permettra de retirer aussi celui-ci.

Si vous laissez le message de curiosité, merci de laisser ma réponse par contre.

Si il y a bien une page que l'on peut considérer comme participative, avec au moins une neutralité bienveillante quand elle touche à la mémoire de personnes que l'on a cotoyées très longtemps par familles interposées, et qui nous ont quittés, c'est bien celle qui touche à l'histoire des gens de notre ville que l'on a plus qu'appréciés, je voudrais que cela se poursuive. Merci
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1203
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mer 06 Fév 2013, 04:22

Bonjour,
Pourquoi dans l'évocation que vous faites de René Dumont et de sa compagne occultez vous Michèle Pérrigueux et Michel Carré qui ont activement oeuvré avec eux pendant plusieurs années ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mer 06 Fév 2013, 05:04

Je ne l'occulte pas s'agissant d'une page d'histoire, je raconte celle que je suis à même de raconter.

Si quelqu'un veut apporter en leur nom une contribution ils sont les bienvenus. Cela ne devrait pas être trop compliqué puisque tous deux habitent, semble-t-il, le quartier de ce forum. Ce n'est pas moi qui le dit...

Je cite une source sûre : "Ce qu'il faut savoir : Les conseils de quartiers existaient avant qu'ils ne soient rendus obligatoires, mais leur organisation a changé. Le Maire, dans un souci de démocratie, a souhaité que les élus du quartier animeraient les conseils, mais pas seulement les adjoints au maire. Il se trouve que dans le quartier du plateau habitent Michel Carré et Michèle Perrigueux"

On pourra s'arrêter sur l'histoire et la génère du mouvement écologique de 1974 (Présidentielle avec René Dumont) à 1983 (naissance des verts), puis de 1984 à nos jour si vous voulez même.

Y compris sur l'histoire de l'association la belle de Fontenay dont j'ai entendu parler mais que je n'ai pas moi-même fréquentée n'étant pas directement sur Fontenay à cette époque là.

Le contact de notre famille à l'origine est passé par l'association JNE créée par Jean Carlier en 1969 dont une partie des membres se réunissait à Paris dans un local situé à la cité des Fleurs.

Jean est la personne qui a convaincu René de se présenter à la présidentielle après que Théodore Monod ait décliné l'offre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Carlier

http://ecologie.nature.free.fr/pages/dossiers/dossier_monod.htm

http://eelv94120.over-blog.com/article-et-s-il-on-fetait-la-declaration-universelle-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-du-26-aout-1789-80831239.html


On va dire que nous avons un certain recul pour débattre de tous ces aspects.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Sam 09 Fév 2013, 05:09

L’Ecologie en 200 dates, une exposition dans le 2e

adresse
8, rue de la Banque 75002 Paris


  • transport
    Métro Bourse

    Jacques Boutault, maire du 2e arrondissement, vous invite à découvrir l’exposition « L’écologie en 200 dates » du 11 février au 1er mars 2013 à la mairie du 2e, en partenariat avec la revue S !lence, et la maison d’édition le Passager Clandestin
  • Comment se construit une culture écologiste ? Comment concilier à travers elle, liberté, justice sociale et préservation du vivant ?
    Comment pouvons-nous nous épanouir dans les limites de la planète ?
    Venez découvrir 200 dates marquantes, qui retracent en textes et en images les évènements qui ont contribué à penser différemment notre environnement, vers une optique plus écologiste.

    Le vernissage a lieu mardi 19 février à 19h, suivi d’un débat : « Ville en transition : bien communs, justice sociale et environnementale » en présence d’Hervé Kempf, auteur de « Fin de l’Occident, naissance du monde », Alice Leroy, professeur à Paris XIII et Antoine Lagneau du collectif « Quartier en transition ».

    A l’occasion de ses 30 ans, la revue S !lence propose ici, avec l’aide d’une soixantaine de contributeurs et contributrices, un inventaire en 200 dates, forcément subjectif, de lectures, films, chansons, campagnes militantes et alternatives concrètes, qui ont joué un rôle dans la construction de notre réflexion et d’un nouvel imaginaire collectif écologiste.
  • Créée en 2007, la maison d’édition indépendante Le Passager Clandestin compte aujourd’hui une soixantaine de titres qui abordent tous avec nuance des sujets de société graves, avec pour ambition de donner à comprendre comment rendre ce monde vivable pour ceux qui vont nous suivre
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Dim 17 Fév 2013, 11:59

L'actualité m'amène à vous recommander un livre. Ici plutôt qu'ailleurs, et vous comprendrez aisément pourquoi...

“En 2050, les neuf milliards d’humains pourront se nourrir grâce à l’agriculture biologique.” Voilà ce qu’affirme Marc Dufumier, ingénieur agronome, successeur de René Dumont à la chaire d’agriculture comparée de l’Institut National Agronomique de Paris.

Dans son essai qui à été lancé en 2012, “Famine au nord, malbouffe au sud”, Dufumier dresse le panorama des désordres agricoles sur notre planète. Il montre comment la “Révolution alimentaire" a déséquilibré la production d’aliments en prévilégiant le productivisme. Produire toujours plus sans égard aux conséquences environnementales, aux conséquences économiques et aux conséquences sur la santé humaine.

Après 50 ans de cette fuite en avant qui culmine par l’introduction des OGM, il est devenu évident pour de nombreux spécialistes de l’agriculture que le système agricole industriel chimique n’a plus d’avenir. Nous sommes en situation de crise et une alternative doit être proposée.

Marc Dufumier soutient dans son essai qu’il faut renouer avec les savoirs paysans et promouvoir une agroécologie, c’est à dire l’agriculture biologique. L’agriculture bio est ce lieu de rencontre entre les savoirs traditionnels et la science selon Dufumier.

Le successeur de René Dumont confronte la notion de rendement dont se sert l’agriculture industrielle chimique pour justifier ses pratiques: un mythe qui aveugle les décideurs. Son expérience des agricultures du tiers monde lui permet d’expliquer comment le Sud peut subvenir à ses besoins à condition que le Nord cesse de casser les prix par le dumping de ses surplus.

L’agriculture industrielle est trop spécialisée, trop mécanisée et trop chimisée nous explique Dufumier. Son objectif de produire toujours plus et de casser le prix des aliments a des conséquences négatives partout dans le monde: chômage, migration des populations, santé, environnement. Dufumier propose plutôt de s’orienter vers l’agroécologie. Avant la Révolution Verte, les agricultures traditionnelles avaient développées des systèmes bien adaptés à leurs environnements. Il faudrait s’appuyer sur ces savoirs au lieu de les détruire systématiquement pour créer un marché d’intrants chimiques.

Voilà un livre d’espoir, car Marc Dufumier explique clairement l’origine de la crise mondiale en agriculture tout en expliquant comment et pourquoi l’agriculture biologique peut sauver le monde de la faim. Ce n’est pas un essai “idéologique”, c’est la contribution d’un chercheur scientifique qui s’appuie sur les données les plus crédibles en agronomie et sur 40 ans d’expériences sur le terrain partout sur la planète.

Famine au sud, malbouffe au nord -Comment le bio peut nous sauver par Marc Dufumier, Éditions Nil, 2012, 196 pages
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Dim 17 Fév 2013, 12:56

Ils sont quand même bizarres ces écolos.... Sur la même page:
Citation :
Mariage, adoption, filiation, procréation médicalement assistée (PMA) : Pour l’égalité maintenant, contre les discriminations tout le temps !
Citation :
27 Fév
Marc Dufumier – L’Agriculture biologique : espoir ou chimère ?
16 rue Claude Bernard – 75005 Paris
A quand la PMA biologique ?


Source: http://idf.eelv.fr/manif-de-soutien-au-mariage-pour-tous/
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Dim 17 Fév 2013, 21:31

Suis d'accord personnellement avec cette remarque, ayant déjà indiqué ma réticence à la PMA pour tous.
L'adoption pour tous résoudra cette contradiction que vous avez raison de relever.

C'est en tout cas un bon exemple pour montrer ce qu'est la différence entre un écologiste politique, et un politique écologiste.
Selon que l'on choisisse de mettre en avant l'écologie, ou la politique...

. Un débat d'autant plus sensible que l'argument « écologique » est de plus en plus employé par les organisateurs de la mobilisation contre le mariage pour tous.

C'est d'abord Hervé Kempf, journaliste et auteur de nombreux livres sur l'écologie (Comment les riches détruisent la planète, Pour sauver la planète, sortez du capitalisme, etc.), qui dans une chronique intitulée "Le mariage et l'écologie" , publiée par Le Monde (édition du 13 janvier), estime que « l'enjeu technique de cette évolution possible du droit doit être clairement posé ». Pour lui, en effet, « un des piliers de la réflexion écologiste, dans le fil notamment des réflexions d'Ivan Illich et de Jacques Ellul, est le questionnement de la technique, la critique de son caractère autonome, le refus de son caractère illimité. Les effets en sont, selon les écologistes, à la fois néfastes pour l'environnement – parce qu'elle favorise une transformation de plus en plus nuisible de la biosphère – et aliénante - parce qu'elle conduit à rendre l'humain esclave de son outil ». Or, pour lui « la PMA s'inscrit pleinement dans cette analyse (...) ».

Encore plus direct, Fabrice Nicolino, ancien journaliste à Terre Sauvage et aux Cahiers de Saint Lambert, aujourd'hui travaillant pour Charlie-Hebdo, auteur lui aussi de nombreux essais chocs (Pesticides, révélations sur un scandale français, La faim, le blé, la bagnole et nous, Qui a tué l'écologie ?, etc. ) met les pieds dans le plat sur son blog « Planète sans visa » : « UN, il est désolant que la question de la filiation, fondamentale, fasse l'objet des habituelles éructations idéologiques » écrit-il. Et de refuser sur ce sujet le clivage entre « supposés progressistes » et « soi-disant réactionnaires ». Très engagé par ailleurs contre le projet d'aéroport Notre-Dame-Des-Landes, Fabrice Nicolino avance surtout un deuxième argument : « L'écologie telle que je la comprends est une révolution de l'esprit. Elle contredit l' hyperindividualisme qui est au fondement de notre société industrielle. L'individu aurait tous les droits. Celui de changer de machine toutes les vingt secondes, celui de tuer un cerf s'il en a le goût, celui de prendre l'avion plus souvent qu'il n'embrasse son fils, celui d'enfanter à 98 ans, celui de se voir greffer un deuxième cerveau et une huitième main, etc. L'écologie telle que je la pense est la découverte des limites. Y compris celles de sa satisfaction (...) ».

Et, Fabrice Nicolino de recommander la lecture d'un texte de Thierry Jaccaud, intitulé « La vérité pour tous ». C'est, en effet, Thierry Jaccaud, rédacteur en chef à l'Ecologiste, qui a écrit sur son blog le texte le plus long et le plus argumenté. Avec une opposition très affirmée : « Si le projet de loi devait être adopté, ce serait une négation sidérante de la nature, l'aboutissement consternant de notre société industrielle qui détruit la nature non seulement dans la réalité mais aussi dans les esprits, écrit-il. L'homme se prend pour un démiurge : nucléaire, OGM, nanotechnologies... sans jamais mettre la moindre limite à son action. "No limits", tel est le slogan des ultralibéraux qui définissent le nouveau politiquement correct. Dans la vaste entreprise de marchandisation du monde ; toutes les règles sont ainsi progressivement éliminées. Que cette logique ultralibérale et ultra individualiste se retrouve dans le projet de loi d'un gouvernement de gauche est affligeant ».

En conclusion de son post de blog, Thierry Jaccaud note toutefois qu'il existe d'autres solutions juridiques. Et de préconiser pour les couples homosexuels « un régime particulier de mariage comme aux Pays-Bas » sans toucher à la filiation biologique, ou encore « une union civile avec statut de beau-parent ». Nul doute que ces prises de position « dissidentes » susciteront de nombreux débats dans la mouvance écologiste... et ailleurs.

Et selon moi, non seulement, il ne faut pas les éluder, mais, i faut parfois interpeller clairement les élus Eelv, quand ils sont plus politiques qu'écologistes en certaines occasions....



Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 01:23

Les prises de position reprises par Libellule sont loin d'être dénuées d'intérêt et elles rejoignent les idées exprimées par beaucoup:

- oui à l'égalité des droits dans la vie courante
- non à la PMA et à la GPA
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 03:10

Je dis souvent que les écologistes doivent rester des aiguillons, entre les bons et les mauvais chemins à prendre.
Peut-être que cette couverture de livre, et son contenu, ont contribué à construire ma pensée, plus qu'il paraît.

Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 03:11

Donc oui à l'égalité mais pas pour tout le monde... Super égalité !
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 03:15

Pour la PMA ou la GMA, le débat ne se pose pas "en terme d'égalité", comme c'est le cas sans aucun doute pour le sujet du "mariage pour tous", mais bien "en terme d'écologie", dans la mesure où une technique particulière est mise en jeu pour atteindre ce deuxième seuil d'égalité ... Il ne faut pas tout mélanger,...

René Dumont, pour en rester au sujet initial, considérait que le développement agricole n'était pas un problème d'argent, d'engrais ou de semences, mais plutôt un équilibre entre les trois.
Il soutenait que le rapport de l'homme à la nature reposaient essentiellement sur les relations existantes entre les hommes eux-mêmes, considérait que de bonnes relations sociales reposaient sur l’égalité homme femme.
S'en tenir à cet équilibre est déjà une fin écologique en soit. La question de l'équilibre du recours à la PMA ou à la GPA avec la nature, à des fins de convenance personnelle, est une vraie question, si on accepte de se poser la question, si le recours à la science est égalitaire, dans ce cas.

En 1974, à l'initiative de divers groupes et personnalités, René Dumont fut choisi pour se présenter à l'élection présidentielle, en tant que premier candidat écologiste. Il s'agissait d'utiliser les médias et particulièrement la télévision pour faire connaître la pensée écologiste. Sa prestation a ouvert la voie à l'écologie politique pour toute une génération de jeunes qui ont pris conscience des limites des ressources naturelles planétaires, et de toutes les inégalités qui parcouraient lemonde.

Il a dénoncé l'absurdité d'une croissance économique exponentielle et ses conséquences : productivisme, pollution, fossé grandissant entre pays du Sud et du Nord. Ce que n'a jamais fait un parti comme le PCF...

René Dumonr fut également le premier à parler de développement durable ; il n'a pas attendu 2012 pour le découvrir comme le fait Mélenchon, qui accommode à sa sauce le mot "éco-socialisme".

En avance sur son temps, René Dumont a surpris les Français en se montrant à la télévision avec une pomme et un verre d'eau, pour leur expliquer avec des mots tout simples combien ces ressources étaient précieuses et en péril. Il prédisait l'inévitable hausse du prix des carburants. A la suite de sa campagne, en juin 1974, lors des Assises de Montargis, où se réunissent les militants qui s'étaient engagés dans celle-ci, sera fondée la première organisation de l'écologie politique d'envergure nationale : le Mouvement écologique, celui qu'ont rejoint les plus anciens de ma famille;

Certains voient en René Dumont le père spirituel du parti des Verts, mais il ne cessa de garder son indépendance d'esprit vis-a-vis d'eux. Les Verts dont il soutint, néanmoins, régulièrement les candidats à la présidentielle et qui après sa mort créèrent une fondation portant son nom, l'ont toujours considéré comme l'un des leurs. Mais il n'est pas sûr que lui considéreraient certains des écologistes actuels comme des personnes respectant toujours son éthique de pensée.

C'était un humaniste, mais surtout un mondialiste, et certainement un altermondialiste ; il était d'ailleurs membre fondateur d'Attac.

Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 04:46

Loïc a écrit:
Donc oui à l'égalité mais pas pour tout le monde... Super égalité !

Je pense qu'il faut aller jusqu'au bout et réclamer:

- l'ablation du pénis de ceux qui sont nés hommes
- l'ablation des seins de celles qui sont nées femmes

En effet pénis et seins sont des signes extérieurs flagrant d'inégalité et au 21ème siècle les techniques médicales permettent l'ablation de ces organes inutiles...

On commence par qui ?


Dernière édition par a.nonymous le Lun 18 Fév 2013, 06:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3627
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 04:54

Non au nivellement identitaire par le bas. Ajoutons au lieu d'enlever.
Vive la trans-égalité solidaire. silent
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 08:21

L'humour ou la caricature va parfois chercher ses sources loin dans l'inconscient de l'homme qui aimerait bien n'être qu'un gastéropode. cheers

Les femmes qui ont dû subir l'ablation d'un sein pour cause de cancer apprécieront celui d'anonymous. No

Plus sérieusement l'égalité homme femme mérite de bien meilleures considérations que celles qui se jouent en dessous de la ceinture.
Le recours à la PMA et à la GMA n'est certainement pas une marque d'égalité de ce point de vue, je confirme.

Je ne suis absolument pas la logique de Loïc qui en verrait une.


Revenir en haut Aller en bas
Roselavy



Messages : 162
Date d'inscription : 15/07/2010

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 08:58

@ A.nonymous, Theophraste, Gérard
hum, hum, vos derniers messages sont du meilleur goût Rolling Eyes ...cependant, il me semble que vous confondez mathématique et science sociale: dans une société humaine l'égalité ne résulte pas de l'identité (on n'est pas égaux parce qu'on est "copie conforme"). Sans la différence, la question de l'égalité ne se pose même pas en fait: par exemple, je dois avoir des possibilités d'accès à l'éducation identiques, même si je suis moins riches que mon voisin, même si ma couleur de peau n'est pas la même que mon voisin, etc....

@Libellule,
Pour la PMA, le question se pose bel et bien en terme d'égalité, puisque les couples hétérosexuels qui le souhaitent peuvent (dans certains conditions) y avoir recours.
Pour la GPA, c'est autre chose. c'est interdit en France et il me semble en effet que tout ce qui peut tendre à faire du corps une marchandise doit être évité.
Sinon, une remarque un peu hors sujet, mais dans votre dernier message sur René Dumont, "père spirituel du parti des verts" Cool, je vous trouve bien acharné à souligner toutes les divergences d'avec le PC et Mélanchon. Cela m'étonne, d'autant que vous nous avez habitué sur ce forum à mettre l'accent sur les convergences plutôt que sur les divergences.
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6407
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 09:04

Exact.

Certains confondent identité et égalité. C'est dommage surtout parce que les mots ont un sens.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 09:33

Les convergences sont et restent nombreuses à gauche, cela ne veut pas dire qu'il ne faille pas relever de temps à autre des divergences, entre écologistes, socialistes, ou communistes, voire à l'intérieur de ces partis.

Je suis d'accord pour scinder mon propos en deux puisque je ne suis "que" réticent à la PMA, alors que je suis contre l'idée de la GPA.

Si tout le monde converge vers un point de vue proche de celui-là, on aura à la fois avancer, et pas franchi les limites.

Pour ce qui est de la référence à l'ablation du sein, je n'ai fait que répondre à quelqu'un que ce n'est pas évident d'aborder ce sujet sous le seul ton de l'humour.

Merci à ceux qui ont relevé que les mots ont un sens.



Dernière édition par Libellule le Lun 18 Fév 2013, 09:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 09:49

Libellule a écrit:
Les convergences sont et restent nombreuses à gauche, cela ne veut pas dire qu'il ne faille pas relever de temps à autre des divergences, entre écologistes, socialistes, ou communistes, voire à l'intérieur de ces partis.

Quelle convergence en sociaux-démocrates réformistes et antilibéraux ?

On a vu dernièrement que sur un sujet comme les mesures destinées à améliorer la compétitivité des entreprises, il y avait des divergences profondes entre eux...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 10:10

Vous assurez vous même le Sav anonymous en évoquant quelques points de divergence.
Vous êtes à votre place habituelle...
À n'en point douter, vous n'êtes pas un pacifiste de la trempe de René Dumont, qui, je le rappelle, est le sujet premier de ce post sur notre histoire locale. Précurseur de la recherche des convergences Nord Sud, riches et pauvres, malgré les divergences d'apparence. ...
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 12:46

Libellule a écrit:
Vous assurez vous même le Sav anonymous en évoquant quelques points de divergence.
Vous êtes à votre place habituelle...
À n'en point douter, vous n'êtes pas un pacifiste de la trempe de René Dumont, qui, je le rappelle, est le sujet premier de ce post sur notre histoire locale. Précurseur de la recherche des convergences Nord Sud, riches et pauvres, malgré les divergences d'apparence. ...

Alors que vous parlez de convergence à gauche, il ne me parait pas inutile de rappeler qu'il existe aussi de nombreux points de clivage à commencer par l'acceptation ou le refus de l'économie libérale...

Pendant des décennies il a été possible dans de nombreuses villes de faire abstraction de ces points de clivage pour constituer des listes d'union qui s'accordaient sur la gestion de la ville... Aujourd'hui même au niveau local il n'est plus possible de faire abstraction de ces points de clivage tant les divergences sont désormais importantes...


Dernière édition par a.nonymous le Lun 18 Fév 2013, 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 14:07

ninon a écrit:
Quel pourcentage avait il fait aux présidentielles,
Même question pour Mme Joly
Merci

En 1974, 1,32% pour René Dumont
En 2012, 2,31% pour Eva Joly quelques mois seulement mois après la catastrophe de Fukushima

En 1981, 3,88 % pour Brice Lalonde
En 1988, 3,78 % pour Antoine Waechter
En 1995, 3,32 % pour Dominique Voynet
En 2002, 5,25 % pour Noël Mamère, c'était l'année où le PS a été suffisamment mauvais pour ne pas être au second tour
En 2007, 1,57 % pour Dominique Voynet

Ca reste des scores marginaux digne d'un groupuscule et la place actuelle de EELV dans les institutions: Gouvernement, Assemblée et Sénat, n'a rien à voir avec sa représentativité réelle...
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 18:12

La représentativité réelle ... Il y a bien longtemps que ce mot fait débat, tous partis confondus, mais un paramètre est souvent éludé quand on en parle, c'est l'apport de tel ou tel parti au désir de participer à la gouvernance majoritaire d'une institution locale, qu'elle soit l'Europe, le pays, la région, le conseil général ou la municipalité.

Pour n'en rester qu'au score d'Eva Joly, il est resté supérieur à la marge du score au dessus des 50% obtenue par François Hollande au second tour, (moins de 52%)... Ce qui à été suffisant pour créer la dynamique d'une majorité présidentielle gagnante, de gouvernement,confirmant le basculement à gauche du Sénat, et annonçant une Assemblée Nationale telle que nous la connaissons aujourd'hui.


Dernière édition par Libellule le Lun 18 Fév 2013, 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 20:35

@ninon et anonymous, la volonté de changer le cours des événements quand ceux-ci ne vont pas dans le bon sens est tout sauf une démarche rétrograde, et très minoritaire, sinon on ne pourrait pas dire dans le même temps que l’écologie est un sujet transversal à même d’irriguer tous les partis, et au-delà, à même d’infléchir les politiques gouvernementales.

Il ne faut jamais oublier que la création d'un Ministère de l'Ecologie n'est pas si ancienne que cela. Et que depuis qu'il existe, ni la droite ni la gauche n'a estimé bon de le supprimer...

De la même façon, on ne peut pas dire que seul le score d’EELV témoigne du poids réel de l’écologie en France, qui, lui, est bien supérieur ; je ne vais pas vous faire ici une analyse détaillée des "courants" internes à chaque parti (utopia, cap21, écologie et progrès, écologie et démocratie, les écologistes alternatifs ..etc...) mais l'addition de ceux ci est, je vous l'assure très intéressante et dépasse au total un pourcentage à 2 chiffres.

Ce qu’on peut dire en revanche c’est qu’EELV est, en soi, un parti qui assume ses priorités par le libellé qu’il s’est choisi et qui sont au nombre de trois principales : l’Europe, l’Ecologie, l’économie sociale et solidaire.

Que de tels pôles d’attraction existent dans d’autres partis est une évidence que vous ne me verrez jamais nier, bien au contraire, je l’ai déjà dit. C'est pour cela que je défends autant que possible la force qui accompagne la convergence des idées.

D'ailleurs, @roselavy, je souhaite revenir sur mon début de réponse suite à votre interpellation sur mon jugement que vous avez analysé comme la manifestation d'une divergence que j’aurai marquée, selon vous, avec insistance vis-à-vis de Mélenchon et du PCF ; Je me suis relu, et comme il me semblait bien l'avoir écrit, je confirme que la seule divergence que je soulignais était plus d’ordre temporelle que programmatique en fait.

Là où j’estimais que René Dumont était un précurseur, je considèrais la conversion de Mélenchon à l’écosocialisme comme assez tardive.

Mais, vous avez raison, elle vaut aussi le coup d’être prise en compte, au point d'ailleurs de me donner envie de vous parler un peu plus d’un des derniers livres que René a écrit avec Charlotte, pour illustrer mon propos.

D’autant que d’une certaine manière cela répondra en même temps à ceux qui ont choisi, comme @Gerard M. de rester sur le terrain de la science-fiction pour fixer ce que pourrait devenir le rapport homme femme dans un monde improbable.

Le titre du livre : Un monde intolérable. Le libéralisme en question.

Dans ce livre de René Dumont et de Charlotte Paquet donc, paru aux éditions du seuil, il est indiqué, sinon démontré que le capitalisme ne se soucie guère des générations futures, des démunis et des exclus et que si l'on peut comparer une société à un individu, on pourrait croire qu'elle se suicide...

Extraits :

« Après le Club de Rome en 1972, les Nations Unies ont publié en 1987 Our common Future qui, tout comme les State of the World du Worldwatch Institute de Washington, nous apportent la conclusion, désormais incontournable, des travaux de la grande majorité de la communauté scientifique mondiale : l'humanité court à sa perte, si elle se montre incapable d'infléchir totalement l'évolution de notre société de consommation ; en somme, si elle continue à se révéler irresponsable...

L'échec des communistes n'accrédite pas pour autant un intégrisme libéral incontrôlé.

Acceptez l'alternative communisme - libéralisme serait faire preuve d'un total manque d'imagination : il y a bien d'autres possibilités.

Du reste, l'octobre noir de 87 vient de rabattre la superbe des Reaganiens et autres libéraux inconditionnels dont la grille économique continue d'ignorer les problèmes de l'environnement...

L'économie se prétend distincte de la morale, se considérant parfois comme une science quasi infaillible. La voici prise en flagrant délit d'échec...

Les " progrès " de notre économie sont désormais dépassés par leurs dégâts ; le bilan global, s'il profite toujours aux privilégiés, contribue à ruiner les démunis, et menace l'avenir de l'homme et des autres vies sur la terre. Il nous faut donc remettre en cause l'explosion productiviste des pays riches, tout comme l'explosion démographique des pays pauvres.

Ceux qui proclament, sans la prouver, sans réfléchir, la défaite de Malthus, sont de dangereux irresponsables... Le quart monde s'étend dans les pays développés incapables de répartir entre tous les actifs le travail encore socialement nécessaire : ce problème ne paraît insoluble qu'à ceux qui résonnent dans le cadre d'une économie prétendument scientifique et de ce fait refusent de prendre prioritairement en compte des problèmes sociaux -- les problèmes moraux... Aujourd'hui d'établir un monde vivable pour tous ses habitants, demain d'assurer la survie prolongée de l'humanité ; laquelle irait à la mort lente si elle acceptait les injustices et les absurdités qui caractérisent notre époque -- finalement plus injuste et plus " gaspilleuse " que " glorieuse "...

Jusqu'au colonialisme, les inégalités sont encore modestes, c'est la révolution industrielle lancée par l'Angleterre en 1780 qui va sans cesse accentuer les inégalités entre pays pauvres et pays riches... Les inégalités sont encore plus flagrantes à l'intérieur de ces pays pauvres, surtout en Amérique du Sud.

La violence en Colombie, la lutte armée au Pérou, certes condamnables, trouvent une justification dans des écarts de revenus intolérables... Les inégalités entraînent les riches à des gaspillages qui provoquent un rapide épuisement des ressources rares non renouvelables et surtout des niveaux de pollutions qui mènent, à long terme, l'humanité à sa perte...

Les libéraux se proposent d'étendre ce modèle discutable de l'économie des riches, celui de notre société de consommation de masse, à l'échelle mondiale. Si l'on y parvenait, on compromettrait les chances de survie prolongée de l'humanité... Notre société est passée d'une ère de " progrès " à une civilisation de gaspillages invraisemblables.

Voilà, c'est tout pour le moment. study
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Messages : 650
Date d'inscription : 28/05/2010

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 22:39

à Libellule

merci de citer l'intégralité des alias afin d'éviter des confusions possibles

Citation :
D’autant que d’une certaine manière cela répondra en même temps à ceux qui ont choisi, comme @Gerard M. de rester sur le terrain de la science-fiction pour fixer ce que pourrait devenir le rapport homme femme dans un monde improbable.

Gérard M. c'est, sur ce forum, Gérard Massip.

le webmaster
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plateaufontenay.net
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 23:09

ok, j'ai pris l'habitude de prendre les prénoms et de ne laisser que l'initiale de ceux qui mentionnent leur nom, pas convention et faire "plus court", dans le cadre d'un traitment égalitaire de tous... je vais faire attention. Et je comprends d'une autre façon pou rle coup le message de Gérard (tout court) sur le fait qu'il ne faille pas tirer l'identitaire de chacun vers le bas. geek

mais pusique je reprends la main, je me permets de rajouter à propos du sujet qui nous tient en débat sur cette page :

Un dernier mot pour finir :

René Dumont disait simplement que l’écologie scientifique (eh oui on peut mettre ces deux mots ensemble) était le rempart principal contre nos erreurs industrielles, agricoles, financières, et même contre la bêtise humaine. Et si, de tout ce qu’il a dit, il n’y a qu’un seul message qui devrait rester, c’est bien celui-là.

Il voulait avant tout écologiser les politiques, là où les partis pensaient qu’il fallait politiser l’écologie pour récupérer l’électeur sensible à ces sujets, qu’il fut de droite ou de gauche…

EELV essaye de concilier ce double travail de fonds, il ne faut pas s’en plaindre. Tout au plus puis-je regretter à titre personnel que l’inertie sociale à faire converger les idées au-delà des divergences étant ce qu’elle est, l’écologie politique ne soit pas mieux prise comme un véritable axe de réflexion pour construire une véritable politique d’intérêt général.

Depuis 1974, sans exagérer le trait on peut dire que l’état de la planète a empiré, les prédictions de René se sont installées dans les faits, et même dans les journaux télévisés. C’est déjà cela, la prise de conscience va pouvoir se faire, c’est en tout cas ce que je crois, même si parfois je trouve que cela prend.... un rythme d'escargots (cheers).


Dernière édition par Libellule le Lun 18 Fév 2013, 23:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 23:18

Libellule a écrit:
D'ailleurs, @roselavy, je souhaite revenir sur mon début de réponse suite à votre interpellation sur mon jugement que vous avez analysé comme la manifestation d'une divergence que j’aurai marquée, selon vous, avec insistance vis-à-vis de Mélenchon et du PCF ; Je me suis relu, et comme il me semblait bien l'avoir écrit, je confirme que la seule divergence que je soulignais était plus d’ordre temporelle que programmatique en fait.

Cela signifie-t-il que EELV partage les vues du PCF sur le nucléaire tel qu'elles ont été rappelé par Pierre Laurent dans son rapport d'introduction lors du 36 ème congrès ?

Citation :
La faillite de la mondialisation capitaliste, nous la mesurons aussi face aux défis écologique et alimentaire.
---/---
Face aux risques du réchauffement climatique et à la montée des besoins énergétiques, le capitalisme a inventé les droits à polluer qui désormais s'échangent en places boursières et a favorisé l'épuisement des ressources naturelles traditionnelles tout en laissant hors d'atteinte de populations entières un environnement sain, notamment l'accès à l'eau potable. Soumise aux lois du profit et de la concurrence, la crise écologique et environnementale ne saurait trouver d'issue positive. La transition écologique reste à engager. Cela appelle des besoins de reconversion très profonde de modes de production avec d'indispensables coopérations européennes et internationales d'une ampleur inédite. Cela appelle la maîtrise publique d’un mix énergétique alliant toutes les possibilités d'énergies non carbonées – du nucléaire aux énergies renouvelables. Cela appelle la reconquête des souverainetés alimentaires avec une agriculture soucieuse de la qualité et de la durabilité des productions. La concurrence capitaliste tourne le dos à toutes ces exigences.
Source: http://congres.pcf.fr/sites/default/files/36e_congres_rapport_ouverture_pl_0.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Lun 18 Fév 2013, 23:26

Que ce soit René Dumont ou Théodore Monod, tous deux ont été anti-nucléaires avant que cette énergie ne devienne l'énergie dominante de notre pays.

Une anecdote à ce sujet : le choix de la construction en série de centrales nucléaires remonte à mai 1973 ; le 24 mars 1974, à la Cité Univesitaire quelques journalistes du JNE se rendent à l'invitation de René, de Théodore, et du biologiste Philippe Lebreton à la Cité Universitaire, le but de cette conférence de presse improvisée étant de faire remarquer que le parlement français n'avait pas été consulté sur cette question.

Dans le même temps, le PC se contentait de critiquer la filière choisie (Westinghouse) sans plus... sachant que toute la filière finira dans les mains d'EDF... Et c'est ainsi que le débat démocratique prit fin.... avant qu'il ne soit réouvert avec le premier accident nucléaire significatif quelques années plus tard (Three miles Island, avant Tchernobyl, et plus récemment Fukushima).

Etre anti nucléaire aujourd'hui ne prend plus le même sens ; l'engagement de François Hollande de réduire la part de cette énergie de 75 à 50% du mix énergétique total est ce qui est acté aujourd'hui. Cela va dans la bonne direction. La formulation de Pierre Laurent, ne fixe pas de % référent qui pourait montrer qu'il est d'accord avec ce taux, mais pour le moins parle-t-il de la maîtrise publique d’un mix énergétique alliant toutes les possibilités d'énergies non carbonées – du nucléaire aux énergies renouvelables.
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mar 19 Fév 2013, 05:03

Loïc a écrit:
Donc oui à l'égalité mais pas pour tout le monde... Super égalité !
Voir: http://www.plateaufontenay.net/t955-pour-la-suppression-de-la-differentiation-sexuelle


Dernière édition par a.nonymous le Mar 19 Fév 2013, 05:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mar 19 Fév 2013, 21:33

Un hommage sera rendu à Charlotte PAQUET-DUMONT le 28 février prochain à l'Agrotechparis.

http://laurent-samuel.over-blog.com/article-hommage-a-charlotte-paquet-dumont-114621364.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Sam 23 Fév 2013, 03:51

les dernières précisions :

Cet hommage lui sera rendu le 28 février dans l’école de l’AGRO où René DUMONT enseignait.


En présence de Gisèle Chaleyat, Marc Dufumier, Pascal Durand, Dominique Voynet, Yves Contassot...
à 18h30 à AgroParisTech – 16 rue Claude Bernard – 75005 Paris
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Jeu 27 Mar 2014, 02:31

Communiqué de Eelv Fontenay

René Dumont fut en avril 1974 le premier candidat écologiste à une élection présidentielle au monde. Il est notre guide local, lui qui a vécu près de 40 ans à Fontenay-sous-Bois avant d’y trouver le repos éternel, dans le cimetière municipal, tandis que l’Eco Parc des Carrières inauguré en 2013 nous rappelle à sa mémoire en ayant reçu son nom.

La Fondation Dumont et AgroParisTech (où il fut professeur) organisent un hommage à ce personnage historique, unifiant écologie scientifique et écologie politique.

Partant d’une position humaniste (« nourrir les humains ») et tiers-mondiste, il a abordé en effet de façon pionnière des questions aujourd’hui fondamentales pour notre vivre-en-commun et notre devenir planétaire.
--------------------------------------------------------------------------------
Programme Mardi 8 avril 2014 de 18h à 20h (amphi Tisserand, AgroParisTech, 16 rue Claude Bernard, 75005 Paris)

•18h Ouverture par Gilles Trystram, Directeur général d’AgroParisTech

•Marc Dufumier, Président de la Fondation René Dumont :
René Dumont, agronome au service de la planète

•Laurent Gervereau, Vice-Président de la Fondation Dumont et Directeur du Musée du Vivant : Les traces de René Dumont au Musée du Vivant-AgroParisTech et au CIRE
Projection d’images sur René Dumont et les débuts de l’écologie politique avec notamment l’exposition en avant-première : « René Dumont, un agronome écologiste »

•Daniel Cohn-Bendit (sous réserve) : « 68 et après : comment et pourquoi on devient écologiste »

•Brice Lalonde : « Pourquoi choisir René Dumont comme candidat écologiste en 1974″

•Jean-Paul Besset : « René Dumont entre écologie scientifique et écologie politique »

•Dominique Voynet : « René Dumont et les combats écologistes »
20h : cocktail
Informations : ludivine.faes@agroparistech.fr
•musee@agroparistech.fr

Comité historique de parrainage de la Fondation René Dumont :
Cabu, Jean Carlier, Denis Cheissoux, Gilles Clément, Yves Cochet, Daniel Cohn-Bendit, Henri Cueco, Nicolas Hulot, Marc Jolivet, Eva Joly, Brice Lalonde, Jean Malaurie, Jean-Marie Pelt, Jean-Pierre Raffin, Henri Rouillé d’Orfeuil, Mamadou Sissoko, Jacques Testart, Aminata Traoré, Tetalekai Twenoeman, Dominique Voynet, Antoine Waechter

De là où il est il nous dit : Bonne Chance les amis.
Revenir en haut Aller en bas
Robin

avatar

Messages : 1203
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Jeu 27 Mar 2014, 03:18

D'ignorer Michel Carré et Michèle Pérrigueux compagnons de la première heure de René Dumont ça vous arrache les tripes ?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Jeu 27 Mar 2014, 03:29

Non voir plus haut. J'ai déjà donné des éléments précis de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mar 27 Mai 2014, 23:53

Je ne sais pas si on les citera, mais à l'occasion de la tenue d'un bureau de vote, j'ai eu le plaisir de croiser deux forumeurs du plateau bien connus, mais aussi Michel Carré qui m'a dit que ce serait la dernière fois qu'il voterait sur notre ville. Il vous envoie ses meilleures pensées.

Du coup, je me suis replongé dans mes archives écologistes et se faisant j'ai retrouvé ce texte de Laurent Samuel qui doit marqué l'un des premiers événements auxquels j'ai du participer en juillet 1970

Fin mai, Pierre Fournier lance dans « Charlie Hebdo » un appel pour un rassemblement, fixé au 10 juillet suivant, contre le réacteur de Saint-Vulbas. Une manif baptisée « Bugey 01.

Dessinateur de grand talent, Fournier réalise aussi l’affiche de « la grande fête populaire, face à l’usine atomique ». Il y cite les statistiques du physicien américain Ernest Sternglass, concluant à un accroissement des leucémies autour des réacteurs nucléaires américains.

Le rassemblement du Bugey est soutenu par l’APRI, ainsi que par deux organisations fondées l’une et l’autre, à quelques jours de distance, en juillet 1970 : Survivre et les Amis de la Terre. Créés par le journaliste Alain Hervé, les Amis de la Terre sont la « branche » française de Friends of The Earth, mouvement lancé en 1969 aux Etats-Unis par David Brower. Quant au groupe Survivre, il a été fondé par le mathématicien Alexandre Grothendieck. Au départ, Survivre est issu des réflexions de Grothendieck et de deux de ses collègues matheux, Roger Godement et Claude Chevalley, contre la militarisation de la recherche scientifique.

Mais, malgré les efforts de Fournier et de Grothendieck, seuls quelques scientifiques soutiennent le rassemblement du Bugey. En dehors des mathématiciens de Survivre, le Pr Etienne Wolff du collège de France, le naturaliste Théodore Monod, le biologiste Philippe Lebreton, et Jean Rostand sont parmi les rares à s’engager. Il est frappant de noter qu’aucun physicien nucléaire connu ne participe au mouvement !

« Bugey 01 » se révèle un grand succès, avec 12 000 à 15 000 participants selon la presse et la télévision. La météo est au beau fixe et de nombreux manifestants se baignent nus, donnant au rassemblement des airs de Woodstock français. Après une marche de 7 à 8 km « sous un soleil assassin » (selon la formule de Cavanna).

Dès le lendemain, une réunion antinucléaire rassemble une cinquantaine de participants, dont Jean Pignero, Alexandre Grothendieck, Esther Peter-Davis, Jean-Jacques Rettig et Désiré Mérien. La présence de cet animateur du groupe Nature et Vie illustre la présence des adeptes des médecines naturelles et de l’alimentation biologique (sujet alors aussi tabou que la pollution radioactive) dans la constitution du mouvement antinucléaire.


Plus récemment Samuel a ré abordé ce sujet et je pense que ce deuxième article put trouver sa place ici puisqu'en lien avec ce qui précède.

Comme le montre le livre de Danielle Fournier (livre écrit par sa femme après la mort d'Alain) et Patrick Gominet, Fournier ne s’est pas contenté de sensibiliser la génération 68 à des thèmes (l’écologie, le nucléaire, l’agriculture biologique…) alors négligés par la presse et les partis politiques. Il a aussi contribué à jeter les bases du mouvement écologique en France, en étant l’un des organisateurs du premier grand rassemblement antinucléaire dans notre pays, en juillet 1971 au Bugey, face à l’une des premières « usines atomiques » françaises. Grâce à la caisse de résonance de Charlie Hebdo, qui tirait alors à 150 000 exemplaires, près de 15 000 personnes avaient participé à cette manifestation festive.

Dès 1972, Pierre Fournier s’interroge sur l’opportunité de présenter des candidats écologistes aux élections. L’un de ses amis, Jean Pignero, fondateur dès 1962 de l’Association contre le danger radiologique qui deviendra l’APRI (Association pour la protection contre les rayonnements ionisants), avait déjà tenté en vain de réunir les signatures nécessaires pour se présenter à la présidentielle de… 1965. Le programme de cette autre figure oubliée de l’écologie était basé sur la protection de l’environnement et de l’alimentation…

Henri Jenn, premier candidat écologiste de l’histoire électorale française aux législatives de mars 1973

Au début des années 70, Pierre Fournier est en contact avec les écologistes alsaciens qui, après avoir organisé la toute première manif antinucléaire en avril 1971 à Fessenheim sous l’impulsion d’Esther Peter-Davis et Jean-Jacques Rettig, présenteront le premier candidat écologiste de l’histoire électorale française, Henri Jenn (avec Solange Fernex comme suppléante), aux législatives de mars 1973.

Parallèlement, ce journaliste, devenu militant contre son gré, est membre de l’AJPNE (Association des journalistes pour la protection de la nature et de l’environnement). Avant les législatives de 1973, cette association (aujourd’hui JNE) organise un débat sur l’environnement et la protection de la nature avec les représentants des principaux partis politiques. Jean Carlier, le journaliste de RTL qui a animé cette table-ronde, et ses confrères de l’association, dont Claude-Marie Vadrot, qui travaille à la fois à l’Aurore (très à droite) et à Politique Hebdo (extrême-gauche), sont atterrés par l’indigence des politiques sur ces sujets cruciaux. D’où l’idée d’une candidature écologiste à la prochaine présidentielle, que ces journalistes savent imminente en raison de l’état de santé (alors caché au public) de Georges Pompidou.

De leur côté, les Amis de la Terre, créés en 1970 et animés depuis 1972 par un certain Brice Lalonde, envisagent aussi une telle candidature. Les deux initiatives convergeront en avril 1974, peu après le décès du Président Pompidou, dans les locaux des Amis de la Terre.

Y participent l’AJPNE, le Comité antinucléaire de Paris et le mouvement Combat pour l’Homme de Georges Krassovsky. Après le refus de Théodore Monod et de Philippe Saint-Marc, suggérés par Jean Carlier, Brice Lalonde propose alors le nom de René Dumont, qui avait publié en 1973 un livre retentissant, L’Utopie ou la Mort.

Avec ce livre, comme il l’expliquera lui-même, Dumont a voulu « vulgariser les thèses écologistes ». Car en fait, s’il a parfois été qualifié de « précurseur » de l’écologie, de pionnier, c’est, comme le soulignera son biographe Jean-Paul Besset (René Dumont, une vie saisie par l’écologie, éditions Stock, 1992), un « titre que le professeur ne revendique même pas ». Agronome productiviste, il ne s’inquiétait guère jusqu’alors de l’écologie scientifique, et n’a joué aucun rôle, tant sur le plan théorique que sur le plan organisationnel, dans l’émergence à partir de celle-ci d’une écologie politique, contrairement à d’autres scientifiques. Il se verra même félicité par Jean Carlier, qui contribuera à le propulser comme candidat à l’élection présidentielle en 1974, d’être « un scientifique qui reconnaît qu’il s’est trompé ».

Non sans problèmes parfois, comme une controverse en 1974 avec des militants, par ailleurs scientifiques, sur l’assèchement des marais; il y avait eu aussi une dispute avec Pierre Rabhi sur l’agriculture biologique, vis-à-vis de laquelle René Dumont était à l’origine très sceptique.

En fait, René Dumont paraissait en 1974 un peu comme Eva Joly en 2011-12, un corps a priori étranger qui s’est vite intégré dans le milieu écologiste.

La suite appartient à l’histoire… On ne saura jamais ce que Pierre Fournier penserait, s’il revenait parmi nous, de l’évolution des grandes ONG, de l’action des élus locaux écologistes, des candidatures d’Eva Joly, Corinne Lepage ou Jean-Luc Mélenchon et des débats entre Verts et socialistes sur la « sortie du nucléaire ». Mais une chose est certaine : pour cet esprit iconoclaste qui pestait contre le noyautage des premiers comités antinucléaires par les gauchistes et faisait référence (critique) à des auteurs classés à l’extrême-droite comme Alexis Carrel ou Günther Schwab, l’écologie, bien que « fille » des mouvements contestataires des années 1960, n’avait pas vocation « naturelle » à se ranger a priori dans le camp de la gauche bien-pensante… mais plutôt à faire naître, à incarner, selon l’expression de Fournier, la « nouvelle gauche écologique », non sans un regard vers l’anarchisme.

Une idée et un clin d’oeil dont ne sera pas forcément si éloigné l’« écosocialisme » d’un René Dumont.


Et donc par conséquent, disons-le, d'un Michel Carré.

Espérant avoir ainsi répondu à la demande formulée plus haut que l'on parle aussi un peu de lui (et de sa femme) Michèle Perrigueux, la protectrice des animaux du couple, créatrice, si ma mémoire est bonne du CRAC (le comité radicalement anti corrida). http://www.anticorrida.com/IMG/pdf/manifeste_anticorrida_crac.pdf

Une cause transversale s'il en est comme en témoigne les noms figurants parmi les signataires de ce manifeste.

Sachant que bien sûr le combat dans ce domaine se poursuit encore.
http://www.huffingtonpost.fr/roger-lahana/proposition-de-loi-antico_b_3993972.html

Je pense que la personne qui vient de récupérer sa délégation est au moins aussi motivée qu'elle. Je la salue en passant, il s'agit de Fanny Brunet. Peut-être l'annonce d'une longue carrière de militantisme en vue, qui sait?
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Ven 25 Juil 2014, 19:32

René Dumont a toujours été pour un pacifisme intégral par ailleurs ; toujours à titre de documentation historique sur sa vie (extraits choisis de http://biosphere.ouvaton.org/annee-2013-sp-535929297/2438-2013-05-24-15-33-08 )

René Dumont (13 mars 1904 – 18 juin 2001) était un emmerdeur comme on les aime, qui bouscule nos idées reçues, dit ce qu’il faudrait penser et témoigne par sa vie de ce qu’il faudrait faire. Avec lui, on aurait du savoir que les ordinateurs ne donnent pas à manger, que le socialisme a tragiquement échoué, que le libéralisme est aux abois, que l’alternative tiers-mondiste s’est effondrée, qu’un modèle de développement fondé sur une croissance infinie ne peut que conduire à l’autodestruction.

René Dumont  était juste ce qu’il faut, trop écolo pour les socialistes, trop anarchiste pour les écolos, trop empirique pour les marxistes, trop étatiste pour les libéraux, trop agronome pour les économistes, trop socio-économique pour les agronomes, trop pragmatique pour les scientifiques, trop enflammé pour les universitaires, trop prudent pour les militants, trop exigeants pour les tiers-mondistes et trop anticonformiste pour les pouvoirs. Bref, René Dumont a eu raison contre beaucoup de monde, indiquant la plupart des grandes tendances négatives de l’évolution des sociétés dont nous payons le prix maintenant. C’est le propre des visionnaires d’avoir raison trop tôt et de passer pour des illuminés.

Replacés dans leur perspective historique, les cris d’alerte qu’il n’a cessé de lancer, que ce soit sur la famine montante, la croissance démographique, les mécanismes de mal-développement, l’impasse du tiers-monde, l’échec du socialisme, l’épuisement des ressources, la rupture des équilibres naturels figurent au rang des grandes lucidités de ce siècle. « D’avoir joué Cassandre ne suffit pas à me consoler de l’incendie de Troie. »

Notons que René Dumont n’aime pas qu’on le qualifie de « prophète ». Il pense que n’importe qui aurait pu arriver aux mêmes conclusions. A condition néanmoins d’avoir consenti à faire comme lui ;

chausser des bottes, aller au contact, l’œil libre de tout crible idéologique, et l’esprit ouvert, dégagé de toute pesanteur. Mais il ne peut que constater que la ligne d’horizon est bel et bien fermée. Épuisement irréversible de l’énergie, des ressources naturelles, des matières premières. La pression démographique et migratoire devient une pression contre la paix.

« Nous serons battus par le terrorisme. » Le grand témoin du XXe siècle jette alors son dernier feu de Cassandre : « Bon gré, mal gré, nous serons impliqués. Ce qui est juste puisque nous sommes tous responsables. »

Notons enfin que son premier acte politique fut de distribuer en 1919 un tract exigeant le droit de vote des femmes. Il n’avait alors que quinze ans. Depuis il n’a jamais cessé de faire entendre sa voix. Outre d’innombrables rapports et articles, René Dumont a publié une bonne quarantaine de livres. Cette biographie de Jean-Paul Besset est un excellent moyen de diffuser son discours au-delà de sa mort.

Le pacifiste René Dumont

Le 2 août 1914, le tocsin sonne : c’est la guerre ! Le môme Dumont est tout excité. Son oncle le foudroie alors du regard : « Tais-toi ! La guerre, c’est l’assassinat des paysans. » Il s’aperçoit que le curé lui ment quand il prétend que Dieu est avec la France alors qu’il a vu de ses propres yeux le Gott mit uns gravé sur les ceinturons allemands.

Lors de son enterrement le 19  juin 2001, la dernière volonté de René Dumont consista à faire entendre Boris Vian chantant « Le Déserteur ».

Le pacifisme constituera son seul dogmatisme. Il entame la lutte contre toutes les armées, contre toutes les guerres. Son service militaire fut homérique. En 1924 à l’Agro, les élèves sont astreints à la préparation militaire pour devenir officiers de réserve. Pendant ses 18 mois de service national, il se bat comme un fou contre l’institution militaire. Quand, lors du premier exercice, le lieutenant lui demande ce qu’il ferait s’il y avait une mitrailleuse ennemie sur la colline en face, Dumont n’hésite pas : « Je mets les chevaux à l’abri. » Il sera interné en 1926 dans un hôpital psychiatrique : « Schizophrène. »

Après son retour d’Indochine en 1932, Dumont milite avec les Combattants de la paix pour un « pacifisme intégral et résolument non aligné ».

Le fond de doctrine est résumé par deux citations : «

Aucun des maux que l’on veut éviter par la guerre n’est un mal plus grand que la guerre elle-même (Bertrand Russel) » et « On croit mourir pour la patrie ; on meurt pour des industriels (Anatole France, 1922). » Il affichera souvent par la suite un badge à la poitrine : « La seule victoire, c’est la paix. » En septembre 1939, il signera avec Jean Giono et Louis Lecoin un tract qui appelle à « la paix immédiate ».


(...) Pour Dumont, les vraies difficultés commencent après les révolutions. Il ne suffit pas de renverser Marcos ou Somoza : « La révolution procure des missions exaltantes mais le développement requiert d’obscurs dévouements. » Quelle que soit sa « compréhension » des révoltes, l’agronome en appelle systématiquement à des stratégies non-violentes à la Gandhi.

Novembre 1954, début des hostilités en Algérie. Guy Mollet lui demande de lui expliquer comment il pourrait mettre en œuvre une réforme agraire. Dumont lui répond : « Monsieur le président du Conseil, mon projet de réforme agraire n’a plus aucun sens aujourd’hui, nous sommes en guerre. Il faut négocier l’indépendance. »

Il signe à tour de bras les manifestes pacifistes et anticolonialistes, comme celui des 121 contre la guerre d’Algérie en 1960. Faire la moindre concession à la guerre revient pour lui à encourager son développement.  « La guerre est un crime organisé, les militaires en sont les ordonnateurs et les bras. »  Ses diatribes – « les militaires sont la plus grande source de gaspillage, ils gaspillent du travail, de l’espace, de l’énergie, des minéraux rares, ils polluent les airs et les eaux » - montrent la force de ses convictions. « Il en coûterait cinq fois moins pour protéger la planète que pour continuer à préparer sa destruction… Réduction des dépenses d’armement jusqu’à leur intégralité. »

Le 17 janvier 1991, la guerre du Golfe est déclarée. Le président Bush apparaît sur l’écran et annonce « un nouvel ordre mondial ». Le vieux professeur se retourne, défait, vers sa compagne : « Toutes mes batailles se terminent ce soir, c’est la défaite de ma vie. » Pour Dumont, cette guerre donne le départ au grand affrontement Nord-Sud. « Bush ne fait pas la guerre à Saddam Hussein, il fait la guerre pour le pétrole, le pétrole à bas prix qui garantit à l’Occident la continuation de sa domination et de ses gaspillages. » Ce n’est donc pas un hasard si l’un de ses derniers livres qui paraît en 1992 est consacré à la guerre du Golfe, titré Cette guerre nous déshonore, quel nouvel ordre mondial ?


(...) le candidat écologiste René Dumont aux présidentielles de 1974 parcourt les villages du Ried en compagnie d’Antoine Waechter et de Solange Fernex. C’est en France que ses premières inquiétudes avaient vu le jour, et elles sont d’abord sociales. La modernisation avait entraîné la dégradation des termes de l’échange agriculture-industrie, la nécessité de crédits de plus en plus lourds pour des matériels de plus en plus complexes, des régions sacrifiées, l’exode rural… la productivité se faisait au détriment des hommes et de l’emploi.

Dumont s’est remémoré le discours d’un membre d’une tribu au Maghreb : « Les colons nous ont pris nos terres et, avec leurs tracteurs, ils nous prennent aussi le travail. » Quelque part aussi son atavisme paysan se rebiffe contre une trop forte artificialisation de la nature. La société des hommes n’a-t-elle pas accumulé trop de moyens d’exploitation par rapport aux ressources du milieu naturel ?

(...) René Dumont soutient Brice Lalonde qui se présente à l’élection présidentielle de 1981 : « Un écologiste contre un socialiste, je soutiens l’écologiste. » En 1986, il est tête de liste des Verts à Paris pour les élections législatives à la proportionnelle. En 1988, quand des militants écologistes lui proposent de se joindre à eux pour protester contre la « trahison » de Brice Lalonde qui a accepté d’être ministre de l’environnement, le professeur refuse de s’y joindre : « Si Brice estime qu’il peut faire quelque chose, il a eu raison d’accepter. C’est un problème de conscience et on verra à l’usage. » Mais en 1989, invité par Brice Lalonde à participer au lancement de Génération écologie, on parle surtout d’enjeux électoraux. Dumont se lève et déclare : « Je vous ai écouté avec une stupéfaction sans cesse croissante. Au revoir. » Avec lui, il y a toujours quelques chose qui ne va pas. Si on construit un barrage, il le trouve trop gros. Il y a toujours trop de fonctionnaires, ou trop de voitures, ou trop de dépenses d’armement : « Je suis obligé de dramatiser parce que les gens ne s’inquiètent pas assez. » A ceux qui lui reprochent un comportement « catastrophiste », il rétorque que c’est plutôt leur propre attitude qui est « catastrophique ».

Il restera « le plus rouge des Verts » et on devrait se souvenir encore longtemps de son éternel pull rouge. Dumont est désormais convaincu qu’une course de vitesse est engagée pour arrêter la dégradation du milieu naturel, sans l’équilibre duquel la société humaine sombrera dans le déclin économique et la dislocation sociale. Pendant que la production mondiale explosait pendant les Trente Glorieuses, le capital naturel a été entamé aux limites de l’irréparable : « Nous sommes en train de brûler en quelques dizaines d’année les réserves accumulées en quelques dizaines de millions d’années. »

Les critiques n’ont pas manqué contre son « catastrophisme », son « archaïsme » ou son « malthusianisme ». Mais il en est persuadé : « Plus nous tarderons, plus nous paierons cher la note. » Il presse l’opinion et ses dirigeants de « regarder la réalité en face. » Il reste réaliste : « On reconnaît dans les milieux informés les limites de notre petite planète. On reconnaît le danger de surpopulation. Mais, encore une fois, on n’agira que lorsqu’il sera trop tard. »

(...) Toute sa vie, l’agronome René Dumont s’obstina à rendre compte de cette évidence qui lui avait sauté aux yeux en 1930, sur les bords du fleuve rouge : l’expansion démographique est en train de miner la planète.

(...) Mais quels que soient les régimes, les cultures et les religions, personne n’écoute. Le « croissez et multipliez » constitue la certitude commune de l’humanité. Le communiste Maurice Thorez s’en prend directement à Dumont : « Les communistes condamnent les conceptions réactionnaires de ceux qui préconisent la limitation des naissances et cherchent ainsi à détourner les travailleurs de leur bataille pour la paix et le socialisme. »

Dans l’ouvrage Richesse et population, Alfred Sauvy écrit : « Le nombre crée la pression et la pression fait jaillir la qualité. » Avec Economie agricole dans le monde (1953), l’agronomie déroule le fil d’une autre logique : à partir d’un certain seuil, la pression démographique conduit au déclin. «

L’équilibre biologique est une notion à laquelle l’esprit toujours paresseux résiste. Sa nécessité est niée par une bien curieuse conjonction : celle des catholiques et des marxistes ».

« Les possibilités offertes par la nature sont limitées », écrit-il en 1966. A la différence de tous ceux qui annonçaient la « défaite de Malthus », l’observateur inlassable des réalités de terrain n’a cessé de constater que « la fécondité galopante ne fournit pas de main d’œuvre mais un surplus de bidonvilles. » Pire, elle renforce les dépendances et les dominations : « L’explosion démographique est la plus fidèle alliée du néocolonianisme. »

(...) Au tournant des années 1980, les théories ultralibérales prennent le relais des aveuglements archaïques. Guy Sorman (un « ignorant », lâche Dumont) annonce la défaite de Malthus et, dans un ouvrage de 1986, il fait de la croissance démographique la « nouvelle richesse des nations ». Au même moment, Jean-Claude Chesnaix, dans La revanche du tiers-monde, qualifie la croissance démographique de moteur du développement par la dynamique qu’elle enclenche, par « la pression à l’innovation ».

Dumont voit ses amis tiers-mondistes faire le dos rond. Dumont lance aux tenants de la thèse libérale : « Quand vous aurez partagé le repas des mal-nourris, vous aurez droit à la parole. » Qu’un enfant soit décédé directement d’inanition ou indirectement de kwashiorkor (prostration à la suite d’un déficit en protéines) ou de marasme (fonte musculaire par manque de calories), il n’empêche qu’il est mort !

(...) La libre-pensée de son milieu d’origine, puis les études scientifiques, l’ont vite vacciné contre tout mysticisme. Il sait que ce sont les Eglises qui ont condamné Galilée. Aussi revendique-t-il un agnosticisme souverain. Dieu ? « J’ignore cette question. » Pourquoi ? « Je ne décide pas en dehors de la science. Je sais seulement que les formes de vie se sont développées ici-bas par l’évolution et non par intervention divine. Je n’ai pas d’éléments pour dire comment le monde s’est créé. Donc je m’abstiens. » Point final. Dans la mesure où Dieu n’a aucune incidence sur l’alimentation des peuples et la fixation des prix agricoles, Dumont s’en désintéresse totalement.

Au total, René Dumont n’éprouve pas plus de béatitude pour la religion que pour le socialisme ou l’écologie. Il n’y a pas de fondamentalisme chez cet homme-là. Il observe, synthétise et garde ce qui lui paraît nécessaire pour l’équilibre de la vie.


(...)  La terre, au lieu de revenir à ceux qui la travaillent, échoue entre les mains des bureaucrates. C’est un système qui « crée la misère et l’interdiction de le contester ».

(...) Socialisme « réel » ou capitalisme, Dumont ne fait aucune différence. Du soda fourni à un village isolé du Mexique, et Dumont se déchaîne : « Coca-Cola est le meilleur allié du sous-développement. L’ouvrier agricole pauvre qui en a bu deux bouteilles dans sa journée n’a plus de quoi acheter du lait et des fruits à ses enfants. Et les bénéfices de l’usine d’embouteillage, repartent enrichir les Etats-Unis. » Il redonne une vigueur inattendue au concept de lutte des classes :

«La contradiction principale de notre époque ne se situe plus entre patrons et ouvriers, dirigeants et dirigés des pays riches. Elle s’est glissée entre les prolétaires des temps modernes que sont les masse rurales et les miséreux des bidonvilles des pays dominés d’une part et tous ceux qui les exploitent de l’autre, y compris les ouvriers aisés des pays riches. On me dit : sont prolétaires ceux qui ne possèdent pas de moyens de production. Alors je vais voir le paysan africain qui travaille avec une houe. Et je vais à Détroit où les ouvriers américains possèdent chacun une tonne d’acier sous forme de voiture. Ils ne possèdent pas effectivement les usines, mais je vous demande : du paysan africain et de l’ouvrier américain, qui est le véritable prolétaire. »

Le capitalisme n’est donc pas épargné, lui qui « a exploité les hommes, dominé et par là même exploité la nature en arrivant à un point où cette domination menace l’homme ». Dumont ne recule devant aucune formule : « En parallèle aux goulags russo-chinois, les bidonvilles du tiers-monde sont les goulags du monde capitaliste, entourés des barbelés de la misère. »

René Dumont a toujours vu et frappé juste. Jean Lacouture explique pourquoi : « René Dumont a vu mieux et plus vite que nous tous. Nous, nous connaissions surtout les capitales, alors que lui allait dans les villages. Son moralisme intransigeant ainsi que son pragmatisme paysan lui ont ouvert les yeux très tôt. »
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 12541
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Ven 25 Juil 2014, 21:16

Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 14749
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mar 13 Déc 2016, 00:28

Yannick JADOT, le présidentiable qui monte, qui monte PAR IVAN VILLA Extraits

il est fort possible qu’un ex-directeur de campagne de Greenpeace, Yannick Jadot, retrouve le souffle qui a porté René Dumont, seul projet d’un avenir viable et vivable pour le XXIe siècle…

La journaliste Raphaëlle Besse Desmoulières* commence à s’intéresser au candidat désigné par Europe Ecologie-Les Verts pour l’élection présidentielle. Yannick Jadot sait que sa notoriété est à conquérir. Formé à l’école Greenpeace – il en fut le directeur des campagnes pour la France entre 2002 et 2008, le député européen a bonne réputation et ses amis ne tarissent pas d’éloges.

Laurence Tubiana, ambassadrice française pour les négociations climatiques : « Yannick est quelqu’un qui a le souci de la rigueur, qui n’argumente pas à la légère et ne verse pas dans les arguments idéologiques .»

Bruno Rebelle, anciennement patron de Greenpeace France : « C’était un garçon brillant qui arrivait à faire passer de manière pédagogique des sujets compliqués. »

Daniel Cohn-Bendit : « Ce n’est pas un Européen béat, mais il a compris la nécessité des compromis pour avancer, c’est ce qui le rend intéressant. »

« Les tontons seront là », -sic- clame José Bové. Pour le moment Yannik Jadot fait mentir la tradition du greenbashing :

Citoyen d’Europe : Jadot? Une synthèse par excellence de toutes les forces progressistes en Europe et en France. Il ne doit surtout pas changer de cap.

Openeye : Sa candidature n’a pas d’autre objectif que de faire redémarrer une écologie politique moribonde, lâchement assassinée par les Placé, Duflot et leurs avatars. A lui de ne pas tomber dans les travers de ses prédécesseurs : il faut espérer qu’il ne lâchera la proie (ré activer une conscience écologiste) pour l’ombre (la quête d’un maroquin qui prime tout). Bonne chance à lui.

Vincent : Il doit bien être le seul à me donner envie de ne pas partir en vacances lors des présidentielles !

Lui au moins se bat pour la préservation de la Planète et donc de l’Humanité ! Mais face à des gens qui ne pensent qu’aux profits immédiats, qui se laissent acheter par les lobbies industriels, qui quand ils interdisent un produit dangereux autorisent le fabricant à écouler ses stocks et tant pis si cela tue… Difficile de faire le poids.

Michel SOURROUILLE : René Dumont était le présidentiable écolo en 1974, l’écologie entrait en politique par la grande porte. Depuis chaque présidentielle a son candidat écolo, avec tous les cas de figures, » ni droite ni gauche » et plus récemment totale inféodation au PS suivie par un éclatement vertigineux de tendances. Mais il est fort possible qu’un ex-directeur de campagne de Greenpeace, Yannick Jadot, retrouve le souffle qui a porté René Dumont, seul projet d’un avenir viable et vivable pour le XXIe siècle…
Revenir en haut Aller en bas
Gérard

avatar

Messages : 3627
Date d'inscription : 08/07/2010

MessageSujet: Re: René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique   Mar 13 Déc 2016, 00:49


Sleep pale


_________________
« Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »
(Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948)
Revenir en haut Aller en bas
 
René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» René et Charlotte Dumont, pionniers de l'écologie politique
» Fédération écologie et démocratie
» Charlotte de Pâques
» Génération écologie
» Prix correct sur EBay pour une Charlotte aux fraises vintage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Histoire locale-
Sauter vers: