Forum du Plateau à Fontenay sous bois
Bienvenue sur le Forum du Plateau, libre et non partisan.
Vous pourrez désormais lire et écrire à condition de vous inscrire en quelques secondes sous le pseudo de votre choix. Vous serez ainsi membre du forum.

Forum d'échanges et de débats concernant les quartiers de Fontenay-sous-Bois (94120), la ville dans son ensemble, son environnement et sa gestion, ou des sujets d'intérêt général.


 
AccueilAccueil  PublicationsPublications  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Partagez | 
 

 Comment la Chine s'accapare nos technologies

Aller en bas 
AuteurMessage
a.nonymous



Messages : 13499
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Mer 27 Fév 2013, 19:45

Face à la situation de l'emploi dans notre pays, certains nous serinent en permanence que notre salut viendra de l'innovation comme si les autres pays n'étaient pas eux aussi capable d'innover...

Voici un article intéressant qui montre comment la Chine dans un domaine donné, ici l'aéronautique, procède pour s'accaparer nos technologies...

Citation :
Quand la Chine s'empare des pépites de l’aéronautique
Créé le 26-02-2013 à 15h54 - Mis à jour à 19h21
Vincent Lamigeon

Après avoir racheté deux constructeurs américains, les Chinois s'intéressent de très près à de petits avionneurs français en difficulté financière.

Plus de 400.000 salariés, 37 milliards d’euros de chiffre d’affaires, plus de 200 filiales (avionneurs, hélicoptéristes, motoristes…). AVIC (Aviation Industry Cooperation of China), la machine de guerre de l’aéronautique chinoise, a de quoi donner des sueurs froides aux champions occidentaux.

Mais la puissance de feu de ce monstre étatique, qui développe via Comac le moyen-courrier C919, l’avion régional ARJ-21 ou les hélicoptères d’attaque Z-10 et Z-19, n’est pas le seul aiguillon de la conquête chinoise du secteur. Pékin utilise aussi une arme bien plus discrète, et pas forcément moins efficace : le rachat de sociétés occidentales.

Les avions Cirrus et les hélicpotères Enstrom ont été avalés par AVIC

La liste des acquisitions récentes est éloquente: AVIC s’est offert en mars 2011 le spécialiste américain des petits avions d’affaires Cirrus. Le groupe CQHIC a racheté en janvier le fabricant d’hélicoptères américain Enstrom, basé dans le Michigan. Le groupe Superior Aviation Beijing a échoué d’un cheveu à racheter Hawker Beechcraft, mythique constructeur américain en faillite, en octobre 2012.

AVIC a aussi longtemps tourné autour du sous-traitant français Latécoère, spécialiste des aérostructures, du câblage et de l’ingénierie aéronautique (643,6 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012), qui travaille pour Airbus, Boeing, Bombardier, Embraer et Dassault, avant de renoncer.

Qui sont les Français dans le viseur des Chinois?

Pékin a pourtant bien entamé ses emplettes en France: le groupe minier Leshan Heima a racheté début février l’avionneur savoyard Lisa Airplanes, concepteur de l’Akoya, un hydravion biplace capable de se poser sur terre, neige et eau. La PME était en redressement judiciaire, comme la société lorraine Sky Aircraft, qui développe le projet d’avion tout terrain Skylander.

Ce constructeur français est lui aussi dans le viseur d’une société chinoise.Hong Kong Technology Group Corporation s’est engagée à investir 80 millions d’euros dans le programme, via le géant AVIC. Le tribunal de commerce de Briey (Meuthe-et-Moselle) doit prendre une décision le 4 mars prochain.


Pourquoi cette boulimie d’acquisitions? Petites structures, ces sociétés d’ingénieurs n’en sont pas moins des actifs précieux pour des acteurs chinois qui peinent à avancer leurs développements aéronautiques, comme le prouve l’exemple de l’ARJ-21, un programme cauchemardesque.

Des fonds créés pour éviter la main-mise de Pékin

"Ce qui motive la démarche d’investissements chinoise aujourd’hui, c’est l’acquisition de technologies, et l’accès à un marché européen – quand il existe", explique Jean-François Dufour, du cabinet DCA Chine-Analyse, auteur de Made by China, les secrets d’une conquête industrielle (Dunod, 2012). Qui pose la "question fondamentale" : "Quelle politique est susceptible d’éviter que ces PME se retrouvent en procédure de liquidation, avec des repreneurs chinois pour seule alternative ?"

La France a déjà donné un élément de réponse, en lançant fin janvier le fonds de capital-risque Aerofund III, doté à terme de 300 millions d’euros. Ce successeur des fonds Aeofund et Aerofund II, abondé par le FSI, Airbus, EADS, Safran et Eurocopter, "a pour vocation d’investir dans des PME prometteuses de la filière aéronautique, fournisseurs de rang 1 ou 2 des grands donneurs d’ordre", de moins de 500 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les pépites technologiques en difficulté financière peuvent-elles entrer dans son champ d’action? Les premiers investissements du fonds seront l’occasion de le vérifier.
Source: http://www.challenges.fr/entreprise/20130226.CHA6656/quand-la-chine-s-empare-des-pepites-de-l-aeronautique-occidentale.html


Dernière édition par a.nonymous le Mer 27 Fév 2013, 19:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13499
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Mer 27 Fév 2013, 19:49

Citation :
Chine : AVIC se lance à l'assaut de Boeing et d'Airbus
LE MONDE ECONOMIE | 18.02.2013 à 10h41 • Mis à jour le 18.02.2013 à 12h27

Par Harold Thibault (Shanghaï, correspondance)

Futur géant de l'aéronautique chinoise, Aviation Industry Corporation of China (AVIC) est emblématique de ces entreprises représentatives du capitalisme d'Etat à la chinoise, sous le contrôle direct du Parti communiste. Jusqu'en 1982, l'entreprise s'appelait d'ailleurs "troisième bureau des industries mécaniques". AVIC s'est focalisé d'abord sur le secteur militaire.

Le conglomérat public supervise notamment Chengdu Aircraft Industry, le producteur d'avions de chasse, installé dans la capitale du Sichuan. De ses usines sort le J-10, l'avion de combat standard chinois. Ses ingénieurs testent le J-20, chasseur furtif dont la Chine estime qu'il placerait le pays au niveau technologique des Etats-Unis et de la Russie.

Mais le pays veut aussi son géant de l'aviation civile, afin de ne pas abandonner les bénéfices de son marché aux concurrents occidentaux : selon l'administration de l'aviation civile, la fréquentation des aéroports chinois devrait progresser de 9,4% en 2013, pour atteindre 350 millions de passagers. Pour ne pas effrayer ses partenaires, Pékin a pris soin de séparer cette entité civile du reste d'AVIC.

Son ballon d'essai dans ce domaine, le bimoteur régional ARJ-21 - dont la commercialisation a pris du retard -, fut certes développé par AVIC, en s'inspirant de la structure des DC-9 de McDonnell Douglas, mais il fut vite transféré à une nouvelle entité, baptisée Comac.

PRAGMATISME

AVIC demeure néanmoins l'un de ses principaux actionnaires, juste derrière le gouvernement central, signe de l'importance du projet pour les dirigeants politiques. "Comme AVIC est très militaire, Comac permet davantage de partenariats avec l'étranger, mais il est très probable qu'un jour les deux seront présentés sous une même enseigne. Au final, c'est le ministère de l'industrie qui contrôle tout ça", explique un cadre européen du secteur qui travaille avec ces entreprises.

C'est cette même Comac qui pilote le projet de C919, future tête de pont de l'aéronautique chinois, un moyen-courrier qui concurrencera les A320 et B737. Sa certification est annoncée pour 2016.

Si personne ne remet en question la légitimité des efforts de la Chine, les industriels étrangers s'interrogent sur le risque de s'associer à un tel acteur étatique. Pékin impose d'ailleurs le type de partenariats selon ses besoins. Airbus a opté pour la coentreprise avec AVIC pour soutenir la demande chinoise d'A320, mais en se limitant à une chaîne d'assemblage, présentée comme inoffensive sur le plan technologique.

General Electrics (GE) est allé plus loin en formant, le 21 janvier 2011, une joint-venture à 50-50 pour le développement de systèmes d'avionique, condition sine qua non pour profiter de la manne du C919. Ce qui a suscité des questionnements côté américain. "Qu'est-ce qui empêche la nouvelle coentreprise de GE avec la Chine de transférer le meilleur de la technologie américaine à l'étranger ?", s'interrogeait alors le Wall Street Journal.


Mais derrière sa soif de technologie, la Chine reste pragmatique. Elle se résout à passer des contrats de simples fournisseurs dès lors qu'elle ne sait pas faire, comme dans le cas des moteurs

Citation :
Safran motorise la moitié des avions chinois

Cela fait près de quarante ans que Safran a installé ses activités industrielles en Chine. En 2013, le pays est devenu le premier marché civil de Safran, grâce au succès du CFM56, le moteur développé par Snecma, filiale de Safran, en partenariat avec l'américain General Electric (GE), qui propulse les Airbus A320.

En 2012, plus de la moitié des avions volant en Chine étaient motorisés par le CFM56, soit plus de 3 000 appareils. A terme, la Chine devrait peser plus de 20 % du marché mondial de l'aéronautique et Safran entend s'offrir la part du lion, quitte à faire de l'ombre à Airbus.

Le nouveau moteur Leap, successeur du CFM56, toujours développé par Snecma et GE, équipera, en effet, le C919, le futur avion chinois rival de l'Airbus A320 N. Mais le groupe aéronautique chinois AVIC a d'ores et déjà créé une filiale, baptisée CAE, qui a réussi à séduire l'allemand MTU pour travailler, en coentreprise, au développement d'un réacteur "alternatif" pour le C919.
Source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/02/18/chine-avic-se-lance-a-l-assaut-de-boeing-et-d-airbus_1834152_3234.html
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15091
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Mer 27 Fév 2013, 20:37

je crois pour ma part qu'il va être de plus en plus difficile pour un pays de la taille d'un coq nain comme la France de se faire aussi gros que le dragon géant chinois, et que quelle que soit la manière dont on peut poser le problème, il y a des réalités incontournables

la manière dont ce site présente le monde est intéressant de ce point de vue

http://sasi.group.shef.ac.uk/worldmapper/display.php?selected=11
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6405
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Jeu 28 Fév 2013, 00:11

Pas faux. Et puis je trouve un peu ridicule de parler de "nos technologies". Les technologies qui font progresser le monde doivent-elles être dans le domaine de la propriété ou du partage ?
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
Robin

avatar

Messages : 1311
Date d'inscription : 13/02/2011

MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Jeu 28 Fév 2013, 03:34

Parce que selon vous les sommes considérables investies dans la recherche ne doivent pas retrouver leur retour sur investissement ?
Partage oui, mais que chacun paye sa dîme.
Revenir en haut Aller en bas
Libellule

avatar

Messages : 15091
Date d'inscription : 24/01/2012

MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Jeu 28 Fév 2013, 03:40

La Chine ne rachête-t-elle pas de nos dettes, par hasard?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Jeu 28 Fév 2013, 04:14

Les Chinois ne sont pas des philantropes
Revenir en haut Aller en bas
Loïc



Messages : 6405
Date d'inscription : 11/07/2010
Localisation : Fontenay-sous-Bois

MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Jeu 28 Fév 2013, 05:56

Non, mais de là à parler de "nos" technologies c'est un léger décalage avec la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
http://coci-fsb.fr
a.nonymous



Messages : 13499
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Jeu 13 Nov 2014, 23:51

Loïc a écrit:
Pas faux. Et puis je trouve un peu ridicule de parler de "nos technologies". Les technologies qui font progresser le monde doivent-elles être dans le domaine de la propriété ou du partage ?

Nous sommes effectivement aujourd'hui dans une économie du partage: à la Chine les emplois, à la France les chômeurs....




Après pour en revenir à l'aéronautique et à l'heure même où une entreprise  chinoise candidate pour acquérir l'aéroport de Toulouse, celui-là même où sont installées les pistes d'essais en vol d'Airbus - http://www.plateaufontenay.net/t1882-l-evolution-du-climat-en-question-il-est-temps-d-agir#63890 - voici une nouvelle annonce qui laisse dubitatif sur les transferts de technologie vers la Chine...

Nos politiques nous ont seriné pendant des années que certes nous étions dépendants de la Chine pour les tongs et saladiers en plastique mais qu'en revanche nous vendions à ce pays de la haute technologie qu'il était incapable de produire...

Apparemment et à force de transferts de technos et de rachats d'entreprises ce n'est plus vraiment le cas...




Les Echos a écrit:
La Chine et la Russie veulent lancer un concurrent de l’Airbus A350
Bruno Trevidic / Journaliste | Le 12/11 à 09:21, mis à jour à 09:38

EXCLUSIF - DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A ZHUHAI Le chinois Comac et le russe UAC espèrent lancer dès 2023 un concurrent direct du dernier-né d’Airbus.

Le salon aéronautique de Zhuhai est décidément riche en surprises. Après les nouveaux appareils militaires chinois F-31 et Y-20 dévoilés lors de la première journée, l’avionneur chinois Comac et le russe UAC ont dévoilé mardi, devant un parterre de 150 équipementiers aéronautiques triés sur le volet, les contours d’un futur appareil gros porteur long-courrier nettement plus ambitieux qu’attendu. Alors que les spécialistes occidentaux évoquaient hier encore un projet comparable à l’actuel A330, la Chine et la Russie ambitionnent rien de moins de que lancer un concurrent de l’A350, le dernier-né d’Airbus, dès le début de la prochaine décennie. L’objectif affiché serait en effet une entrée en service dès 2023, ce qui signifierait un premier vol dès 2021.

Aucune information publique n’a été dévoilée, à ce stade, tant par le chinois Comac que par le russe UAC. Le programme n’est même pas officiellement lancé. Mais d’après les informations glanées auprès des participants à la réunion, le futur SRLRWB (sino-russian long range wide body) serait décliné en trois versions, de 250 à 350 sièges, avec une première version de base de près de 300 sièges, pour une masse totale à pleine charge de 250 à 300 tonnes. Soit une gamme d’appareils calquée sur celle de l’A350 . Et surtout, ce futur appareil serait constitué pour moitié de matériaux composite à base de fibre de carbone, comme l’A350, avec notamment une voilure en composite. Ce qui constitue probablement la plus grande surprise, ni la Chine, ni la Russie n’ayant développé jusqu’à présent d’avions de lignes civils à base de matériaux composite.

Le développement de cette nouvelle famille d’appareils sera confié à une co-entreprise contrôlée à 50/50 par le holding aéronautique russe d’état UAC et l’avionneur chinois Comac, celui-là même qui est en passe de lancer le C919, un concurrent de l’Airbus A320 Neo et du Boeing 737 Max. Le siège de l’entreprise serait basé en Chine, mais le principal bureau d’études serait à Moscou. La future chaîne d’assemblage serait chez Comac, dans la banlieue de Shanghai, mais les ailes seraient fabriquées en Russie.



Large appel aux occidentaux

Le futur programme devrait toutefois faire largement appel aux équipements occidentaux. A commencer par les moteurs, qui seront probablement choisis chez les deux seuls motoristes capables de proposer des réacteurs de forte puissance : l’américain GE et le britannique Rolls-Royce. Mais de nombreux autres équipements de l’avion, comme l’avionique, la distribution et la génération électrique, l’électronique et l’informatique de bord, devraient également provenir des grands noms européens et américains. D’après les indications fournies hier, une procédure d’appel à candidatures devrait débuter dès le premier trimestre 2015, avec les premières «request for informations», qui seront suivies, un an après, par les premiers appels d’offres formels.

Selon toute vraisemblance, tout ce que la planète aéronautique compte d’équipementiers devrait se bousculer au portillon, même si les perspectives commerciales d’un tel projet semblent encore incertaines. Selon les prévisions de marché annoncées hier, UAC et Comac tableraient sur un marché potentiel de moins d’un millier d’appareils. Ce qui laisse à penser que les deux groupes se limiteraient aux besoins de leurs deux marchés nationaux et n’ambitionneraient pas, au moins dans un premier temps, d’aller concurrencer l’A350 et le futur Boeing 777X sur les marchés internationaux.

Mais c’est surtout le caractère éminemment politique de ce projet qui laisse planer un doute sur sa solidité. Manifestement, l’objectif principal semble être de mettre un terme à la dépendance de la Russie et de la Chine vis-à-vis des avionneurs occidentaux. Une dépendance aujourd’hui complète en matière d’avions long-courriers, et dont la Russie a pu récemment mesurer les inconvénients, avec l’embargo partiel décidé en représailles de son implication dans la crise ukrainienne.

De notre envoyé spécial à Zhuhai
Source: http://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/0203930412056-la-chine-et-la-russie-veulent-lancer-un-concurrent-de-lairbus-a350-1063427.php?SGMkl0xhlbHKRDLJ.99
Revenir en haut Aller en bas
a.nonymous



Messages : 13499
Date d'inscription : 31/05/2011

MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Mar 15 Mai 2018, 19:36

2018


Il serait intéressant de savoir où a été assemblé cet Airbus A319....

Citation :
Chine : la vitre du cockpit d’un Airbus se brise en plein vol
Le Parisien avec AFP| 14 mai 2018

Un Airbus A319 a dû faire un atterrissage d’urgence, tôt lundi matin, en Chine, après une rupture du cockpit qui a blessé le copilote.

L’accident s’est produit sur un vol de la compagnie Sichuan Airlines qui reliait la métropole de Chongqing, dans le sud-ouest du pays, à Lhassa, au Tibet.

Le vol Sichuan 3U8633 est parvenu à se poser à Chengdu malgré l’éclatement de la vitre droite du cockpit, précise un communiqué de l’Administration de l’aviation civile chinoise (CAAC).
---/---
http://www.leparisien.fr/economie/chine-la-vitre-du-cockpit-d-un-airbus-se-brise-en-plein-vol-14-05-2018-7714695.php

Car...

Citation :
Airbus augmente la production de l’A320 en Chine

Airbus renforce le partenariat avec ses partenaires chinois et augmente la cadence de production de la famille A320 à Tianjin, qui passera à six appareils par mois début 2020.

Airbus a annoncé mardi 9 janvier 2018 avoir signé un protocole d’accord avec la Commission nationale pour le développement et la réforme de la Chine (NDRC), en présence du président français Emmanuel Macron et de son homologue chinois Xi Jinpin.

“Les deux parties conviennent de renforcer leur partenariat industriel à Tianjin et de renforcer la coopération en matière d’innovation technique, de capacités d’ingénierie et d’expansion de la chaîne d’approvisionnement”, a indiqué l’avionneur européen.

Airbus, qui assemble aujourd’hui quatre A320 par mois à Tianjin, va augmenter la production à cinq avions par mois à partir du début 2019, et à six avions par mois à partir du début 2020.

Inaugurée en 2008, la ligne d’assemblage final de Tianjin avait assemblé un total de 354 A319 et A320 au 31 décembre 2017. La version modernisée A320neo est déjà produite dans ce centre appelé FALA (Final Assembly Line Asia) : le premier avion été remis à Air Asia fin octobre 2017.
---/---
https://laerien.fr/2018/01/09/airbus-augmente-production-a320-chine/
Revenir en haut Aller en bas
tonton christobal

avatar

Messages : 16087
Date d'inscription : 06/07/2010

MessageSujet: Re: Comment la Chine s'accapare nos technologies   Mer 16 Mai 2018, 20:50

On notera tout de même que la France à son époque a montré sa générosité :

"Elle a fait cadeau au monde de la photographie..."

Les inventeurs suivants eux ont pris des brevets !
Revenir en haut Aller en bas
 
Comment la Chine s'accapare nos technologies
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment la Chine s'accapare nos technologies
» Comment faire une croix pour indiquer le décès
» Comment insérer une image d'après Servimg.com ?
» Comment dépotter les quads Spring Forecast: tuto photo
» Comment créer une image en mosaïque ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du Plateau à Fontenay sous bois :: Expression citoyenne :: Tribune libre-
Sauter vers: